Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > 2007, année polaire internationale

2007, année polaire internationale

Cent vingt-cinq ans après la première Année polaire internationale (API) et cinquante ans après l’Année géophysique internationale (AGI), la communauté scientifique internationale s’apprête à lancer la 4e Année polaire internationale en 2007-2008, occasion d’organiser des campagnes scientifiques internationales de grande envergure, et surtout de démontrer le rôle moteur que jouent les régions polaires sur la planète.

L’Année polaire internationale a été créée à la suite du constat que l’observation scientifique des phénomènes géophysiques ne pouvait se faire efficacement que dans le cadre d’une coordination internationale et non par des nations seules. 

La première API de l’histoire a lieu en 1882-1883. Douze pays rassemblèrent leurs forces pour organiser cette année-là treize expéditions en Arctique et deux en Antarctique.

La deuxième, initiée par l’Organisation mondiale de la météorologie, s’est déroulée en 1932-1933 ; elle était consacrée à l’étude du Jet Stream alors récemment découvert. Des avancées significatives ont été obtenues dans les domaines de la météorologie, du magnétisme, des sciences atmosphériques et ionosphériques.

La dernière édition, en 1956-1957, a été mise en place dans le cadre de l’Année géophysique du globe qui devait permettre d’obtenir une vue globale des phénomènes terrestres et spatiaux. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les scientifiques souhaitaient appliquer les avancées technologiques récentes, essentiellement militaires, à des fins plus pacifiques, notamment dans des recherches sur la haute atmosphère. En fait, l’AGI fut l’occasion d’un effort sans précédent à l’échelon mondial pour l’étude de notre planète. Les décennies de recherche qui ont suivi ont bénéficié de cette dynamique avec concrètement la confirmation de la théorie de la dérive des continents, le début des mesures de CO2 et la conquête spatiale avec le lancement du premier Spoutnik. A partir de cette époque, la recherche polaire a véritablement pris son essor, avec l’établissement par douze nations de plus de cinquante observatoires sur le continent antarctique dont Dumont d’Urville pour la France. De cet effort ont également résulté la signature du Traité de l’Antarctique en 1961 et le Protocole de Madrid pour la protection de cet environnement exceptionnel en 1991.

La campagne 2007-2008 concernera l’hémisphère Nord et l’hémisphère Sud et contribuera à montrer le rôle moteur des régions polaires. Les expéditions, qui se veulent pluridisciplinaires, incluront les sciences humaines et sociales et seront menées en collaboration avec les Inuits. La nouveauté majeure résidera toutefois dans le fait que l’API s’inscrira, pour la première fois, dans un contexte de bouleversements climatiques. Les premières observations débuteront en mars et s’échelonneront sur deux ans. Les résultats ne devraient pas être disponibles avant 2009-2010.

Avec une contribution de 150 millions de dollars canadiens, le Canada est le principal bailleur de fonds, suivi par les pays scandinaves et les États-Unis dont la contribution devrait avoisiner les 50 millions de dollars US (un effort particulier lié au fait que le Canada possède plus du tiers de l’Arctique).

Ce sera surtout l’occasion de juger de l’état du système climatique et de faire des prévisions sur son évolution au cours des cinq, voire des vingt prochaines années.


Moyenne des avis sur cet article :  4.48/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • L'enfoiré L’enfoiré 4 janvier 2007 18:07

    Bonsoir,

    Bon article. Bon sujet surtout. J’en ai un sur le même sujet qui va parraitre encore ce mois-ci sur mon site. Ce genre de projet réconcilie les hommes avec la nature et avec eux-mêmes. Merci. smiley


    • Voltaire Voltaire 5 janvier 2007 13:22

      Cette année polaire internationalle s’annoce fertile en évènements, et riche en enseignements.

      C’est aussi un cas rare d’auto-organisation de la communauté scientifique internationale, qui a selectionné par elle-même un certain nombre de projets les plus intéressants avant de les soumettre aux gouvernements afin qu’ils reçoivent un financement.


      • zéphirin (---.---.44.37) 1er mars 2007 19:51

        Année polaire-2007- Comment les scientifiques expliquent -ils que les températures polaires australes « extrèmes » descendent _habituellement_ plus bas que celles du pôle Nord ? Merci !!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès