Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > 2009 année Darwin. Quelques conseils aux éditeurs

2009 année Darwin. Quelques conseils aux éditeurs

L’année 2009 s’annonce, pour la gent scientifique, comme une cuvée exceptionnelle puisqu’on y célébrera le bicentenaire de la naissance de Charles Darwin et les 150 ans de la parution de son œuvre majeure pour tous, culte pour quelques-uns, décisive pour les savants biologistes. En 1859, paraissait L’Origine des espèces, titre d’un ouvrage dont l’intitulé complet résume la pensée de son auteur ; L’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la lutte pour l’existence dans la nature. C’est clair et limpide. Darwin a frappé un grand coup, livrant à la postérité deux thèses fracassantes, explosant tout ce qu’on croyait savoir sur l’origine de la vie en 1850. Les espèces sont le fruit d’un long processus de transformation. C’est ce qu’on appelle l’Evolutionnisme, réalité devenue incontestable sauf pour quelques arriérés créationnistes ; mais il est vrai qu’au pays où une proportion importante de gens croit que le Soleil tourne autour de la Terre, on ne s’étonnera pas que quelques-uns enseignent la création des espèces par Dieu. L’autre thèse est explicative. Elle dit que les causes de la transformation des espèces se comprennent comme une lutte du vivant dans un environnement drastique qui ne laisse subsister que les espèces ayant déjoué les écueils de la sélection naturelle et donc triomphé de cette lutte pour l’existence. La théorie de Darwin est donc composée de ces deux volets dont la visée heuristique (guide théorique pour simplifier) est sans contestation. Mais rien ne laisse supposer que le volet heuristique soit le sort définitif de l’évolutionnisme darwinien.

Les découvertes sur l’hérédité, sur la transmission des gènes, ont appuyé avec force la thèse d’une Evolution par héritage, mutation et transformation. Mais rien ne laisse supposer que tout ait été élucidé et que la lutte pour la survie puisse nommer la cause efficiente et que la sélection naturelle représente une cause à la foi matérielle et finale. Des zones d’ombre persistent. Elles sont en fin de compte devenues subsidiaires à une époque où on sait faire du maïs transgénique et où le cancer et le sida sont colmatés par des chimiothérapies. Comprendre la vie n’est qu’une lubie d’allumés à l’ère bionique et nanotechnologique qui intègre la puce électronique aux neurones. L’humain a accompli un dessein prométhéen, il sait bricoler le vivant et le cognitif en usant de bistouris moléculaires et de prothèses computationnelles. Il dispose des notices techniques devenues opérationnelles et de plus en plus efficaces pour bricoler un vivant dont il ne connaît pas l’essence, mais qu’il sait manipuler après avoir compulsé les résultats empiriques et trouvé des solutions après coup.

L’homme sait bricoler la vie, mais ne connaît pas la vie, hormis la représentation mécaniste qu’il s’en fait, et tombe à pic parce que c’est cette grille de lecture qui s’adapte au dessein humain contemporain ; manipuler le vivant pour le contraindre dans les limites de sa plasticité, à épouser les contours et les objectifs qu’une science technicienne lui assigne. Tel est le constat incontournable auquel on doit se plier si on veut comprendre au moins la situation épistémologique et de ce constat, partir en quête d’une compréhension plus ontologique. Car les scientifiques ne connaissent pas le vivant parce qu’ils ne posent pas les questions qu’il faut. Par contre, ils connaissent les moyens de bricoler le vivant pour un résultat contrasté car la question qu’ils posent, c’est comment atteindre un objectif défini par des normes. Les politiques tentent de faire de même sur la plasticité humaine alors qu’en ce domaine, il est possible de jouer une autre partie, la grande œuvre, le Sujet en transcendance...

Revenons à la vie. Et à l’année 2009, la célébration du bicentenaire de Darwin. J’en appelle aux éditeurs pour que cet événement ne soit pas traité comme tant d’autres ; hélas commémorés par des livres qui servent plus l’argent de poche des auteurs et le profit des éditeurs que la cause qu’ils sont censés porter. (Parenthèse à ne pas lire plus bas***) En 2009, l’important c’est autant de célébrer ce bicentenaire à travers conférences et quelques livres permettant de situer cette grande révolution savante, que profiter de ce moment pour faire le point sur la question de l’évolution, ce qui est établi et ce qui reste inconnu. On pensera notamment aux ressorts de l’évolution et aux processus encore méconnus rendant compte de la spécificité de la vie et de sa transformation dans ce qu’on peut nommer, plutôt qu’un milieu sélectif, un champ d’épreuve pour la performance des différentes propriétés du vivant ; mouvement, nutrition, reproduction, prédation, protection, cognition.

C’est d’une modestie toute provocatrice que je me permets d’informer les éditeurs sur ce qu’ils ne sont pas censés ignorer, la piètre situation de l’épistémologie française dans le domaine des sciences du vivant (alors qu’en physique, elle reste honorable). Il est donc inutile de multiplier les contributions universitaires. Vous y trouverez les mêmes redites de la part de mandarins en place n’ayant guère innové en ce domaine. Je conseille néanmoins trois auteurs qui méritent d’être sollicités. Patrick Tort pour son érudition et sa légitimité à faire le point sur une science qu’il connaît parfaitement, ayant proposé une somme évolutionniste aussi roborative que la somme théologique de Thomas d’Aquin. Pour mettre un peu de dissidence et de décalage, Jean Chaline me paraît bien placé, d’autant plus que son approche est transversale ; il ne rechigne pas à collaborer avec des physiciens comme Laurent Nottale. Pour un regard plus philosophique, André Pichot est incontestable, avec ses contributions sur la philosophie du vivant. Pichot, sans doute l’un des rares à se porter à la hauteur de Canguilhem.

Honorer un savant, c’est aussi montrer son importance à la lumière des critiques de son œuvre. Que les éditeurs pensent à quelques traductions, un nouveau Denton, qui sait ? Sinon, c’est le moment de traduire ne serait-ce qu’un seul ouvrage, le plus emblématique, des promoteurs de l’ID. Je pense au Darwin’s black box de Michal J. Behe, paru en 1996 et jamais traduit en France. De quoi a-t-on peur, de faire réfléchir les Français ? Comme si c’étaient des êtres infantiles à qui il faut interdire quelques lectures dont le sort est décidé par les préjugés d’autorité (autre conseil. Eviter les people de la science vulgarisée, les Axel Kahn, Albert Jacquard, Jean-Marie Pelt, Claude Allègre, Jean-Didier Vincent... Ce qu’ils ont à dire sur l’évolution ne mérite pas un ouvrage. Par contre, ils feront très bien l’affaire pour un spécial du Nouvel Obs ; qui demandera aussi l’avis sur Darwin à Jacques Attali, Alain Minc, Xavier Darcos, Carla Bruni et Michel Onfray...)

Pour finir, mon offre personnelle. Une tentative de reconstruire les fondements de la vie et de l’évolution dans une démarche autant scientifique que philosophique, empruntant de ce fait les voies d’une philosophie de la nature pratiquée par Schelling, Novalis ou Baader et plus tard, par Bergson qui signa un livre qu’on range dans la littérature plutôt que la science ; L’Evolution créatrice. Je tenterai d’établir la spécificité du vivant et ses fondements, analysant les principales fonctions et leur transformation, deux ou trois principes essentiels permettant de sortir de cette impasse de la sélection naturelle, quelques considérations sur les mécanismes et la complexité moléculaire, sur l’essence technique en œuvre dans le vivant, les efficiences et les finalités. Je n’en dis pas plus, ce projet est sérieux, avancé, bien conçu et prêt à être déployé pour peu qu’un éditeur me donne l’assurance d’être publié. Un livre fracassant qui, en toute modestie présomptueuse, devrait faire date par sa nouveauté et l’apport théorique en sciences du vivant. Chers éditeurs, il ne vous reste plus qu’à m’écrire (bdugue@wanadoo.fr). Ensuite, un échange téléphonique vous permettra de situer l’enjeu et le sérieux de ce projet qui, de votre part, nécessite juste un peu d’audace et de risque. Sinon, pour les authentique audacieux, j’ai quelques milliers de bonnes pages philosophiques et savantes à éditer, de préférence avant ma mort, de quoi remplir trois ou quatre volumes de la taille des Quarto de chez Gallimard. A bon entendeur...

*** Propos incorrects, à ne pas lire ! Prenez Mai-68. Déjà en 1998 des ouvrages partis au pilon, des bides retentissants. Et, en 2008, même chemin. Pourquoi ? Parce que ceux que vous avez invités à écrire sont déjà saturés d’une obsolescence évidente. Ils n’ont plus rien de nouveau à apporter. Seulement monnayer leur témoignage et vous, les éditeurs, vendre en escomptant que la criée médiatique aura été porteuse. L’édition est un métier noble. Voulez-vous en faire un genre poissonnier ? Avec la complicité des valets de la médiarchie plus enclins à servir la soupe aux célébrités qu’à œuvrer pour intéresser le public à des pensées innovantes et originales. A croire que vous soyez incompétents, tant du côté de l’édition que de la recension critique. Un peu de dignité, Mesdames et Messieurs. Relevez-vous, redressez votre pensée, cessez de courber vos neurones et d’exécuter des courbettes auprès des personnalités dites de références ; devenues aussi excitantes que deux axes cartésiens. La pensée est un feu d’artifice. Pourquoi étendre ces élans divins et créateurs en noyant le public de parchemins convenus, attendus, sans saveur ni substance autre qu’une marque déposée par un auteur référence devenu le logo d’une activité éditoriale franchisée plutôt que l’âme d’une pensée profonde et généreuse


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Voltaire Voltaire 3 avril 2008 10:50

    La théorie de l’évolution de Darwin, sa génèse, ses conséquences sur notre compréension et bien sûr ses limites (comme toute théorie scientifique) sont dignes de l’attention que vous lui prétez.

    Il s’agit bien d’étudier un phénomène absolument stupéfiant quand on prend la peine de l’observer dans son ensemble et dans ses conséquences, aussi bien scientifiques que philosophiques, voire de leur impact sur notre société.

    Je vous encourage donc bien volontier dans votre initiative, qui demandra un solide effort de présentation des aspects scientifiques avant d’aborder le reste me semble t-il (car on simplifie souvent beaucoup trop la complexité du mécanisme de l’évolution et ses conséquences).


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 3 avril 2008 10:56

      Merci pour ces encouragements, la partie est difficile mais si on prend les chemins balisés, on ne monte pas au sommet, en l’occurrence la profondeur du réel vivant

      En effet, la présentation, la forme compte, et je crois que cette expérience de chroniqueur sur Avox ne sera pas inutile


    • stephanemot stephanemot 3 avril 2008 18:27

      Bonjour Bernard,

      Fait scientifique confirmé par les faits : un article de Dugué sur Darwin mène toujours à la promotion des thèses néocréationnistes.

      Le Michael Behe dont vous vantez les mérites est un chantre de l’Intelligent Design membre du Discovery Institute (http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_Behe ), le lobby à la source de cette imposture pseudo-scientifique totalement discréditée.

      Une fois de plus, ces thèses n’ont rien à voir avec la science et tout à voir avec le fondamentalisme : http://blogules.blogspot.com/2007/09/en-finir-avec-lintelligent-design.html .

      Sans rancune. ;)


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 3 avril 2008 18:56

      Mon cher Stéphane, je n’ai aucune connivence avec les créationnistes, je cherche juste la vérité dans la Nature, un idéal de savant, sans plus

      Les questions religieuses sont des questions sociales. Sur ce point je défendrais toujours les libertés contre les obscurantismes. L’avortement, l’euthanasie, la liberté de conscience et de décider, la liberté de s’exprimer. En ce sens, en souhaitant que Behe soit traduit, j’assume l’héritage de Voltaire, tout comme quand je me permets de dire qu’en encourageant la natalité et la démographie, Benoît XVI est un criminel !


    • hans lefebvre hans lefebvre 6 mai 2008 13:48

      @stepahnemot

      Mille fois en accord avec votre remaque, c’est pour cela que je recommande à l’auteur de l’article de lire, ou relire, l’ensemble de l’oeuvre de Stephen Jay Gould, scientifique immense et humble, grand pourfandeur des créationnistes de tous poils, doublé d’un talent littéraire avec peu d’égal, tous domaines scientifiques confondus ! Comment parler de la théorie de l’évolution au XXI ème S sans évoquer SJG ?!!!!!!!!!!!!

      bien à vous


    • alberto alberto 3 avril 2008 10:51

      Bernard Dugué,

      J’apprécie votre charge contre les livres inutiles, et les éditeurs accros au tiroir-caisse : comme vous le faites remarquer, le temps décante tout ça...Ce qui permet d’apprécier le gâchis !

      Quant à votre "grand-oeuvre"  : je vous souhaite bon courage, mais, si cela vous tient tellement à coeur, des éditeurs anglo-saxons seraient peut-être intéressés  ! Why not  ?

      En cas de succès à l’étranger, vous seriez mieux placé que quiconque pour en assurer la traduction !

      Bien à vous.


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 3 avril 2008 11:02

        Alberto, j’avoue qu’un éditeur suisse pourrait aussi faire l’affaire. L’anglais, je ne le maîtrise que très peu, surtout à l’écrit.

        Quant à ce sentiment sur les livres, il se traduit par une lassitude lorsque je parcours les rayons, c’est pas spécifique aux livres sur l’évolution. Il y a des collections que je trouve inutiles, notamment une qui sort des petits livres inutiles, où publie entre autres M Serres. Mais bon, l’essentiel n’est plus de dénigrer ce qui se fait mais de prouver qu’il y en a sous les neurones


      • tvargentine.com lerma 3 avril 2008 11:54

        Voila,Mr DUGUE lance un bouquin et il se cherche des lecteurs,mais il ne sait pas qu’aujourd’hui tout en gratuit se le net ?

        Pourquoi vouloir éditer par un éditeur alors que OFFICE.ORG permet de faire du texte et de générer du PDF en sortie ???

        Vous concluez étrangement "Pour finir, mon offre personnelle. Une tentative de reconstruire les fondements de la vie et de l’évolution dans une démarche autant scientifique que philosophique, empruntant de ce fait les voies d’une philosophie de la nature pratiquée par Schelling, Novalis ou Baader et plus tard, par Bergson qui signa un livre qu’on range dans la littérature plutôt que la science ; L’évolution créatrice."

        On a l’impression que cela ressemble à du Ron Hubbard, ??????


        • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 3 avril 2008 12:17

          Excusez-moi de vouloir jouer la mouche du coche mais…

          Vouloir écrire un livre alors que vous critiquez qu’il y a déjà trop de livres sur le sujet, n’est-ce pas un peu contradictoire ?

          Certes, c’est votre droit d’écrire et c’est le mien de ne pas lire…

          Ceci dit, je pense d’abord qu’écrire un livre sur le sujet devrait être, non pas utile à l’ego de son auteur, mais utile à l’humanité et s’il y a quelque chose d’urgent à faire, aujourd’hui, c’est d’en finir avec les tenants du créationnisme qui, malheureusement, acquièrent de plus en plus de poids politique outre-atlantique.

          Ce retour de l’obscurantisme par la grande porte m’inquiète. Ecrire un Nième livre sur le darwinisme me paraît donc justifiable s’il apporte une réponse claire, solide, raisonnée et rationnelle face à la déferlante des créationnistes de tous bords (lesquels ne sont que la partie visible d’un iceberg qu’on appelle intégrisme).

          Le problème est d’autant plus complexe que les tenants du créationnisme sont généralement les mêmes qui sont contre l’avortement, contre le préservatif, contre l’homosexualité, contre la démocratie (puisqu’ils rêvent d’une « théocratie »)…

          Alors n’oubliez pas une chose : ça ne sert à rien de précher des convaincus. Si vous voulez écrire une œuvre qui frappe un grand coup, attaquez-vous aux arguments des créationnistes et mettez-leur la pâtée !


          • stephanemot stephanemot 3 avril 2008 18:31

            Méric,

            Je partage totalement votre inquiétude, mais je vous invite à la plus grande vigilance.

            Si vous lisiez entre les lignes, vous comprendriez que sous couvert de critiquer les créationnistes, ce discours assure la promotion des thèses néocréationnistes.

            Plus sournois tu meurs.


          • Ronny Ronny 3 avril 2008 12:20

             

            Article intéressant mais qui gagnerait à être plus lisible... Assez d’accord sur l’aspect des publications grand public. En revanche, certaines des idées mises en avant ailleurs dans ce papier sont très discutables. Quelque exemples :

            "Les espèces sont le fruit d’un long processus de transformation. C’est ce qu’on appelle l’Evolutionnisme..." C’est plutôt ce que l’on appelle l’évolution.

            "Elle dit que les causes de la transformation des espèces se comprennent comme une lutte du vivant dans un environnement drastique qui ne laisse subsister que les espèces ayant déjoué les écueils de la sélection naturelle et donc triomphé de cette lutte pour l’existence." Vous avez une vision très "guerrière" de l’évolution, et des pressions environnementales. Celles-ci sont certes réelles, et fortes effectivement dans certains cas, en particulier lors des crises d’extinction. Le reste de l’évolution se ferait par petites touches, au travers de phénomènes d’adaptation, souvent très lents, conduisant à la spéciation. 

            "La théorie de Darwin est donc composée de ces deux volets dont la visée heuristique (guide théorique pour simplifier) est sans contestation". Le terme heuristique a beaucoup de significations, et cette phrase obscure aurait gagné à être explicitée. Voulez vous dire que les "règles " de l’évolution proposées par Darwin avaient une vocation théorique évidente ?

            "Mais rien ne laisse supposer que tout ait été élucidé et que la lutte pour la survie puisse nommer la cause efficiente et que la sélection naturelle représente une cause à la foi matérielle et finale." Vous ne trouverez pas un spécialiste de l’évolution sérieux qui vous dira que tout a été élucidé. Quant à la lutte pour la survie, ou plutôt pour une meilleure vie via "l’adaptation", sa contribution reste majeure. Enfin, aucun scientifique sérieux ne parlera de cause finale en regard des processu de sélection naturelle. En ce faisant, vous quittez d’une certaine façon le domaine de la science, dont les visées sont de répondre à la question du "comment" pour entrer dans le domaine de la spéculation, voire du "mystique" autour de la question du "pourquoi". 

            En relation avec ce qui précède, et sur le livre de Behe, celui - ci est très controversé. J’avoue ne pas me reconnaitre du tout dans certaines de ses affirmations. La complexité irréductible qu’il défend (théorie qui dit que certains systèmes biologiques sont beaucoup trop compliqués pour résulter de processus de sélection / adaptation / évolution ) ne repose sur aucun argument expérimental factuel ! On peut démontrer sur des systèmes plus simples que le système immunitaire certes, que chaque étape évolutive ayant conduit à l’apparition de ce système a pu apporter un avantage sélectif, ou - et c’est une des erreurs de Behe - ne pas constituer un desavantage sélectif. On aborde là le concept de mutation neutre, donc non contre seléctionnée par l’environnement, et génératrice de diversité. En fait, ce que fait Behe, c’est de montrer du doigt certaines des lacunes de l’évolution (et il y en a !), donc certains domaines où l’on ne peut prouver sa validité, pour suggérer en conséquence que l’ensemble cette théorie est infondée. Cela ne tient pas la route !


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 3 avril 2008 19:03

              Merci pour ce commentaire fort détaillé

              Le point le plus intéressant porte sur la complexité irréductible. Je ne sais pas si Behe invalide la théorie de l’évolution. Il réfute sans doute quelques éléments causaux et comme vous le dites, les failles. Il est en fait possible d’envisager un point de vue dépassant la complexité irréductible. Les molécules de la vie ont une complexité inhérente avant même que la vie se produise. La complexité était avant l’évolution. Et donc, on ne peut pas poser la question d’une évolution qui expliquerait la complexité irréductible. Et si une théorie nouvelle se dessine, elle devra faire avec cette nature assez spéciale, disons, pas le temps de développer, et pas envie de le faire pour éviter de divulguer des bribes de théorie

               


            • amedee 3 avril 2008 13:26

              ma maman m’a expliqué darwin quand j’avais 5 ans. et j’avais compris.

              c’est dire qu’il n’y a pas grand chose dans cette théorie.

              sans remettre en cause l’existence des australopithèques et des dinosaures, passage obligé pour LA vérité qui ne peut donc être religieuse, cette théorie doit son succès justement parce qu’elle offre une explication non religieuse. C’est un grande victoire poyur la science que de s’etre affranchie de la religion.

              Elle reste a la base une tautologie (ceux qui sont aptes à survivre sont ceux qui survivent et inversement) et ne peut être en aucun cas contredite. Cela ne sert à rien d’aller chercher des confirmations au fin fond des océans.

              Très puissante pour expliquer des petites modifications (sorte de morphing d’apparence) elle est encore incapable d’expliquer les grandes discontinuites de la vie (première cellule, premier ADN, invention du sexe, invention du vol des oiseaux , sans parler des mécanisme hypercomplexes du cerveau et du corps humain.

              Si la génétique a donné un base scientifique à darwin, elle est loin de l’avoir prouvée.

              l’ingénieur que je suis n’arrive pas à imaginer qu’un processus basé sur des corrections et erreurs réussisse à engendre autant de merveilles. Il doit y avoir autre chose sauf que je sais pas quoi.

               


              • Philou017 Philou017 3 avril 2008 19:33

                Je plussoie à fond.

                Le Darwinisme est une sorte de béquille générique qui permet à l’obscurantisme scientifique de donner une explication apparemment scientifique à bon compte. Non seulement le darwinisme n’est pas prouvé, mais il n’a été en rien confirmé depuis qu’il est devenu un dogme officiel. Ce malgré toutes les tentatives pour ramener tous les vestiges qu’on a pu trouver vers le Darwinisme, ceci dans un esprit borné et aveugle qui ne cherche la vérité que dans la confirmation du dogme.

                Si les matérialistes fervents craignent une immiction d’un créationnisme religieux dans la science, ils feraient mieux de s’occuper de l’obscurantisme religieux qui enveloppe les spheres du pouvoir scientifique. Les croyances scientifiques ne sont pas moins ferventes que les croyances religieuses. Du reste si des religions peuvent emettre des theories créationnistes, cela tient bien à la faiblesse du Darwinisme.

                L’histoire de la terre attend encore son Einstein. Vu le bourrage de crane et le conformisme en vogue dans les écoles de la Sainte Science, elle risque de l’attendre longtemps.


              • hans lefebvre hans lefebvre 6 mai 2008 13:32

                Lisez un peu plus, notamment l’auteur incontournable que je cite ci-dessous (l’immense et regretté Stephen Jay Gould) ! Vous mesurerez combien la théorie de l’évolution n’en est quasiment plus une tant les indices sont concordants ! Enfin, entre créationnisme et évolutionnisme, pour parler trivialement, on est en droit de penser qu’il n’y a pas photo ! Regarder bine nos petits oiseaux, vous y verez des dinosaures !

                http://www.palais-decouverte.fr/expos/dino99/oiseaux.html

                Pour aller au plus simple....

                 


              • hans lefebvre hans lefebvre 6 mai 2008 13:37

                L’auto-organisation, y avez-vous penser ?

                http://www.lptmc.jussieu.fr/users/lesne/EU-auto-organisation-corr.pdf

                j’ai même cette proposition, dieu : c’est l’auto-organisation, ses saints : le tâtonnement....

                Cordialement

                 


              • LE CHAT LE CHAT 3 avril 2008 13:34

                c’est pas pertinent de faire des bouquins sur l’évolution à des dates anniversaires parce que les connaissances sur l’évolution évoluent en permanence et remettent sans cesse en cause les déductions précedentes au fur et à mesure de la découvertes de nouveaux chainons manquants !

                ex : qui aurait pu prévoir ça ?http://cf.news.yahoo.com/s/capress/080326/monde/science_europe_homme_anc_1

                 


                • amynedd amynedd 3 avril 2008 19:18

                  Qu’avez-vous contre les vulgarisateurs ? J’admets que certains ... Mais ils ont le mérite de me faire appréhender des notions que sinon je serais incapable de comprendre. Je suis une pauvre idiote : bac B sciences éco, DUT informatique, non écrivain ni vaine, non philosophe, non universitaire, non enseignante, etc., etc. et pourtant, je suis là à vous lire, à essayer de comprendre et j’aime lire Albert Jacquard !!


                  • amynedd amynedd 3 avril 2008 19:27

                    Qu’avez vous contre les vulgarisateurs ? Ils ont le mérite de me faire appréhender des notions que sinon je ne comprendrais pas. Je suis une sombre imbécile, bac B sciences éco, DUT informatique de gestion, ... et non universitaire, non enseignante, non écrivain ni vaine, non philosophe,...

                    Pourtant je suis là, à vous lire, à essayer de décortiquer toutes les infos qui naviguent sur le Net et j’aime lire Albert Jacquard !!


                    • amynedd amynedd 3 avril 2008 19:28

                      Oups, désolé, Agoravox m’avait signalé une erreur


                    • HELIOS HELIOS 3 avril 2008 19:33

                      """ ..... Sur ce point je défendrais toujours les libertés contre les obscurantismes. L’avortement, l’euthanasie, la liberté de conscience et de décider, la liberté de s’exprimer....."""

                      """ ... autre conseil. Eviter les people de la science vulgarisée, les Axel Kahn, Albert Jacquard, Jean-Marie Pelt, Claude Allègre, Jean-Didier Vincent... Ce qu’ils ont à dire sur l’évolution ne mérite pas un ouvrage...."""

                      Ils s’expriment eux aussi, et je ne vois pas trop bien en quoi ils sont moins crédible que vous !

                       


                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 3 avril 2008 20:12

                        Mais ils ont eu leur espace et occupé les médias. Je ne conteste pas leur droit à s’exprimer, je conseille juste aux éditeurs de ne pas sacrifier à la pipolisation de ceux qui occupent l’espace médiatique plus que l’ampleur de leur pensée ne le mérite. On a fait le même procès à BHL a une époque et c’était ma foi légitime


                      • Marc P 3 avril 2008 23:06

                        Clin d’oeil à Edith cresson, dont le dentiste a servi l’europe comme vous souhaitez servir la sciences...

                        Bonjour Bernard,

                        Il reste le compte d’auteur, ou suivre les voies qui mènent à Nature... mais sans l’Anglais, il faudra que Jean-François vous présente à Axel et suite à l’aval de Jean-Denis, Jean Marie Pelt pourra avec délectation vous lire dans Marianne...

                        Hum... Nous gratifierez vous d’un mot sur le père (ou du grd père, je ne sais plus) de Charles Darwin sans les réflexions duquel la théorie de Charles n’existât pas...

                        Ne désespérons pas, si vous avez un enfant spirituel ou physiologique alors peut être sera-il à vous ce que Charles fut à son père... et sa théorie le fruit du livre que vous peinez à voir publier...

                         

                        Cordialement.

                         

                        Marc P

                         

                         

                        Hum


                      • Marc P 4 avril 2008 14:29

                        Jean-Didier et non Jean Denis,

                         

                        mes excuses...

                        Marc P


                      • Caveman Caveman 3 avril 2008 22:06

                        Bonjour Mr Dugué, vous dites :

                        « L’homme sait bricoler la vie, mais ne connaît pas la vie »... ou « les scientifiques ne connaissent pas le vivant parce qu’ils ne posent pas les questions qu’il faut ». Mais quelles sont ces questions ?

                        C’est justement parce que ces scientifiques se sont enfermés dans le dogme Darwinien et ses variantes, que le débat n’avance pas d’un iota. Le fait d’avoir soigneusement fermé la porte du spirituel ainsi que celle de l’étude du monde énergétique derrière eux, laisse le champ libre à toutes sortes de divagations pseudo scientifiques, la meilleure d’entre elles étant bien sûr notre descendance du singe, théorie aujourd’hui complètement obsolète.

                        A moins que cela ne soit déjà fait, vous devriez lire J. Bousquet, bio-physicienne qui, s’appuyant sur les théories de ses prédecesseurs, E.Pinel et D.Bohm entre autres, prétend que le vivant est de nature énergétique avant tout et que c’est l’énergie qui conditionne le vivant et non le contraire. Il faut donc étudier les énergies pour comprendre le vivant et seule une approche holistique permettra à la science d’avancer dans ce domaine. Mais est-ce souhaitable pour ceux qui ont tout pouvoir ?.

                        Ecrire encore et encore sur le sujet ne mènera nulle part à moins de réorienter le projecteur sur cette voie innovante, c’est mon sentiment

                        Bien à vous


                        • Rétif 4 avril 2008 00:11

                          Darwinisme contre créationnisme, c’est hypothèse contre hypothèse, ni l’une ni l’ autre ne prouvant rien. La seconde ne pose la question que de petites variations à l’intérieur des espèces une fois celles-ci arrivée à l’existence.Ca ne va pas si loin que ça. L’autre se preoccupe des conditions de surgissement de cet événement et de la vie.

                          Ni le darwinisme limité, ni le darwinisme généralisé,ne répondent à leur à leur sujet ou à ce l’on voudrait supposer leur sujet.Ce qui s’opposerait le plus logiquement (et historiquement) à l’evolutionnisme darwinien, ce serait plutôt le "fixisme " de Cuvier (dont dépend encore aujourdhui la paléontologie).

                          Du moins, si l’on veut parler d’un point de vue de recherche scientifique.Si on veut faire de l’idéologie, les nuances ne servent certes à rien.


                          • k2pal k2pal 4 avril 2008 06:48

                            @bernard dugué

                            Je trouve votre raisonnement intéressant et je serais heureux de pouvoir vous lire...

                            Pourquoi ne pas mettre sur un site en ligne quelques extraits de votre reflexion à défaut d’éditer à compte d’auteur et laisser les "visiteurs" contribuer (financièrement), s’ils le souhaitent, à votre recherche de vérité ?

                             

                            Est-ce une approche trop "gratuite" de votre travail de réflexion qui vous apparait comme une "générosité" excessive ?


                            • Bernard Dugué Bernard Dugué 4 avril 2008 10:20

                              En fait, ma statégie vise à livrer en un seul bloc un livre accessible à tous et qui puisse faire l’objet d’un débat scientifique correct. Les seules contributions d’internaute, ce serait de relayer l’info et permettre à un ou quelques éditeurs de discuter avec moi.

                              Sinon, des éléments sont mis en ligne ici, on y trouve des textes sur l’évolution mais généraux, je ne livrerai pas l’essentiel car je ne suis pas certain que quelque chacal de la science ne traîne puis récupère les idées de fond. Voilà déjà ça, pour quelques éclaircissements notamment sur la critique du darwinisme actuel

                              Enfin, si Avox pouvait laisser ce billet dans le best of de samedi, ça serait sympa, on ne sait jamais si un éditeur passait. Pour l’instant, silence radio


                            • Lisa SION 2 Lisa SION 12 avril 2008 12:39

                              C’est ce qu’on appelle l’Evolutionnisme, réalité devenue incontestable sauf pour quelques arriérés créationnistes ...avez vous écrit.

                              Votre combat est légitime et demande sans cesse de lutter, car, cette théorie du "créationnisme" agit en parallèle avec le formidale complot consistant à " bréveter le vivant " !

                              Ces " humains " surpuissants, qui ravagent les continents pour nourrir à base d’O.G.M. des animaux hormonés dégénèrent les clients réguliers de la restauration rapide répandue sur la terre entière.

                              Ces clients, sans être fondamentalement défenseurs de cette théorie, en sont des victimes directes à leur insu. Ces quelques arrièrés, comme vous dites, suffisent à eux seuls à mettre toute l’humanité en péril  !


                            • hans lefebvre hans lefebvre 6 mai 2008 13:21

                              A mon plus grand étonnement, votre papier ne fait aucune référence à Stephen Jay Gould, le grand homme disparu prématurément en 2002. Pourtant, comment passer à côté de ce monument de la science, spécialiste incontesté de la théorie de l’évolution, dont le style littéraire incomparable a permis à nombre de néophytes de découvrir, d’apprécier, et par là même, d’améliorer ses connaissance dans ce domaine fort complexe. Sachez que son ouvrage de référence la structure de la théorie de l’évoltion a été judicieusement traduite et édité par les éditions galimard en 2006, je vous le recommande promptement, avant même de mener à bien votre travail, si tant est que cela ne soit déjà fait. Mais l’ouvrage n’est pas à mettre entre toutes les mains, toutefois pas avant d’avoir lu queques uns de ses merveilleux livres. Enfin, il serait important qu’une maison d’édition puisse éditer à nouveau la mal-mesure de l’homme : L’intelligence sous la toise des savants (1983) à ce jour introuvable. Voici quelques liens à destination du quidam :

                              http://www.hominides.com/html/biographies/stephen_jay_gould.html

                              http://www.stephenjaygould.org/

                              http://www.republique-des-lettres.fr/781-stephen-jay-gould.php

                              Bien à vous

                               


                              • Jean Vladimir 7 mai 2009 16:19

                                                      

                                                 

                                                   Année “Darwin”  ? 


                                 Charles Darwin concluant ses remarquables travaux, mais effroyablement : C’est ainsi que de la guerre naturelle, de la famine et de la mort, résulte l’effet le plus admirable que nous puissions concevoir  : la formation lente d’êtres supérieurs. Il y a de la grandeur dans une telle manière de voir la vie, animant à l’origine d’une forme unique, toutes sortes de formes de plus en plus variées sous un souffle créateur. Et tandis que notre planète a continué de décrire ses cycles perpétuels, d’un si petit com- mencement, des formes sans nombre, de plus en plus belles, de plus en plus merveil- leuses, se sont développées et se développeront par une évolution sans fin. 


                                  C’est ainsi que de la guerre naturelle, de la famine et de la mort, résulte l’effet le plus effroyable que nous puissions concevoir : l’in-terminable formation d’Êtres supérieurs au prix d’interminables martyres et massacres de milliards et milliards d’autres Êtres Vi- vants, abandonnés en cet immonde camp d’extermination, sans au- cun autre moyen d’y souffrir, d’y agoniser et d’y mourir, que celui de s’entre-dévorer.

                                  Souffrir, agoniser et mourir, aucun Être Vivant, quel que simple qu’il puisse être, ne vient en cet univers pour ces horreurs. Tous nous arrivons assoiffés de Gratuité, de Liberté, d’Insouciance, de Joie, de Plaisir, de Bonheur :                               

                                    www.declaration-universelle-des-devoirs-de-l-etre-humain.net





                                                       

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès