Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > 2014 ou 2017, une immense découverte scientifique en vue ?

2014 ou 2017, une immense découverte scientifique en vue ?

Les grandes découvertes scientifiques sont à l’image des crues, certaines sont décennales, d’autre centennales. Cependant, on ne voit souvent qu’après-coup l’importance d’une découverte. Les spécialistes sont les premiers à statuer sur les changements de paradigmes. Par la suite, les manuels scolaires et les livres pour grand public finissent par faire entrer la science dans le domaine culturel. La recherche demande du temps et son timing ne correspond en rien à l’exigence médiatique qui veut tout savoir et tout de suite si possible. Cette frénésie en devient hallucinante. Bientôt, il faudra donner le nom du coupable avant que le crime ne soit commis. Plus sérieusement, les découvertes scientifiques relatées dans les médias ne sont pour la plupart que des avancées technologiques. Qui ne présentent pas de grand intérêt. Quant aux événements sortis des laboratoires, ils sont parfois sans importance. Comme le boson de Higgs ou bien les observations du satellite Planck qui ne font que confirmer la validité de deux mastodontes théoriques, le modèle standard pour les « particules et champs quantifiés » et le modèle cosmologique établi par les équations d’Einstein dont la formulation définitive date de 1917.

Eh oui ! En 2017, on ne célébrera certainement pas le centenaire de la révolution d’Octobre en Russie, pas plus qu’on ne se passionnera pour l’élection présidentielle en France mais on peut penser que la communauté scientifique commémorera le centenaire des équations cosmologiques ; suivies dix ans après par la naissance officielle de la mécanique quantique en 1927. Et quoi de mieux pour célébrer cet anniversaire que la publication d’une nouvelle découverte d’importance majeure ?

Carlo Rovelli est l’un des mieux placés pour appréhender une prochaine découverte décisive en physique. Son domaine est la gravitation quantique à boucles. Il maîtrise les deux blocs théoriques du 20ème siècle que sont la mécanique quantique et la cosmologie relativiste. De plus, il développe une approche presque philosophique et dans quelques unes de ses nombreuses publications, il interroge le sens des théories physiques, n’hésitant pas à interpréter la mécanique quantique comme une théorie qui met en relation des dispositifs physiques. Tout en enfonçant le « clou » en proposant une approche similaire pour l’entropie qui devient « relative » et décrit l’information qu’un système possède sur un autre. En 2006, Rovelli publiait un texte important à mes yeux et dont le titre en dit long sur le chemin pris par la physique au 21ème siècle ; une révolution inachevée (C. Rovelli, unfinished revolution, chapitre introductif à un recueil consacré à la gravité quantique). La révolution en cours portant sur une certaine unification de la mécanique quantique et la cosmologie relativiste. Ces deux branches de la physique livrant actuellement une vision « schizophrénique » de la nature selon Rovelli pour qui les bonnes questions finissent par avoir une réponse. Les concepts fondamentaux de la cosmologie sont en contradiction avec la MQ et réciproquement, les fondations conceptuelles de la théorie quantique des champs sont contredites par la cosmologie. Comment résoudre cette contradiction ? Telle est la question.

Comme le souligne Rovelli, à d’autres époques, des questions sur la représentation des choses physiques ont été posées. Par exemple, Ptolémée ou Copernic ? Paraboles de Galilée ou ellipses de Kepler ? Comment décrire magnétisme et électricité ? La théorie de Maxwell s’inscrit-elle dans un référentiel privilégié ? Comment construire une mécanique quantique appliquée aux champs… ?). Ces questions sont rarement résolues en quelques années mais elles ne résistent pas à quelques décennies de recherches. La question centrale de la physique du 20ème siècle a été : Peut-on construire une théorie qui soit consistante avec la mécanique quantique et la cosmologie relativiste ? Cette question fut posée dans les années 1930 mais ce n’est que depuis deux à trois décennies que les physiciens ont déployés des efforts considérables pour la solutionner. En 2012, Rovelli a fait le point sur 25 années de recherches en gravité quantique. La révolution est toujours inachevée. Selon ses dires, la solution est en bonne voie mais l’hypothèse d’un échec n’est pas à exclure.

§§§§§§§

La situation de la physique est assez étrange. Comme l’a indiqué Rovelli, les questions fondamentales sur la nature finissent par être solutionnées. Parfois, il y a des solutions sans que des questions n’aient été posées ou alors qui ont été résolues au moment où elles ont été posées. C’est très rare mais c’est arrivé avec Newton qui inventa la mécanique des corps célestes (mais peut-être que la question était déjà posée avec la formule sybilline de Galilée sur l’univers codé en langage mathématique). Les grandes révolutions scientifiques sont accompagnées d’un changement de vision du monde. La situation consécutive à la mécanique quantique est pour le moins étrange. Personne n’est parvenu à interpréter ce que dit cette théorie sur la nature. D’après un propos de Rovelli publié en 1996, cette mécanique porte en elle la promesse d’un changement de compréhension aussi radical que celui opéré par la science du 17ème siècle. Néanmoins, rien ne permet de présager si cet événement aura lieu ni quelle en sera la teneur.

Pour l’instant, je vais me contenter de prophétiser, ça ne mange pas de pain et ça ne les multiplie pas non plus. Une alternative. Ou bien une compréhension nouvelle sera révélée et acceptée, ou bien il n’y a pas de compréhension accessible. Il est possible de rester agnostique et d’utiliser le monde sans se poser la question de ce qu’est la Nature et l’Univers. Mais si cette compréhension nouvelle se dessine, sera-t-elle établie par une interprétation de la physique ou bien une nouvelle physique ou encore les deux à la fois ? Le champ est ouvert et l’état des connaissances reste instable, incertain. C’est comme en 14. A tout moment, un événement imprévisible peut se produire, comme ce fut le cas lors de l’attentat de Sarajevo. Un savant génial peut écrire une théorie inédite. Et faire basculer la science. Je reste assez perplexe sur la gravité quantique ainsi que sur la théorie des cordes. S’il y avait une solution théorique, elle aurait été trouvée depuis longtemps.

Il y a deux issues pour la physique du 21ème siècle. En supposant qu’il existe un cadre permettant de supprimer les contradictions entre le quantique et le cosmologique, il devrait être possible d’établir un théorème de superconsistance. A l’inverse, un théorème d’inconsistance aurait autant de « gueule », à l’instar des deux théorèmes d’incomplétude établi par Gödel. Un tel théorème mettrait fin à un programme d’unification physique tout en suscitant d’immenses interrogations sur la Nature. Mais pour l’instant, il y a un autre problème, c’est celui de la pluralité des théories quantiques. Y compris dans la version des champs, avec l’option conventionnelle et l’option algébrique. Quelle théorie doit être choisie pour être raccordée à la cosmologie ? Et puis, la théorie quantique est-elle complètement aboutie ? Si oui, que dit-elle sur la Nature ? On ne doit pas non plus écarter les résultats issus de la théorie des cordes et la correspondance AdS/CFT. Et puis l’entropie du trou noir et l’holographie. Peut-être que la physique a découvert quelque chose d’absolument inédit à force de triturer les mathématiques. La vérité de l’Univers est autant une affaire de physique que de philosophie. L’issue se résoudra soit dans une super-théorie, soit une super-interprétation. Il se peut bien que la physique du 21ème siècle trouve quelque chose qu’elle n’a pas cherché. L’univers comme système de mise en relation des parties avec l’information surdéterminée ? Ou alors autre chose… j’ai bien une idée mais…

La fenêtre de tir reste ouverte. Les surdoués de la physique ne sont pas si nombreux mais parmi eux, il y en aura un ou plusieurs susceptibles de tirer les premiers et d’étonner la communauté des scientifiques avec une super théorie inédite, toute aussi inattendue que la mécanique quantique en 1924 et la cosmologie d’Einstein en 1917. Cette théorie nouvelle nous permettra de comprendre la Nature, l’Univers, son sens et la place de l’homme. Elle devrait également changer radicalement notre vision de l’évolution et la compréhension de la conscience. Cette issue est réjouissante. Enfin il va se passer quelque chose, après les décennies incertaines 1980, 1990 et 2000, et surtout minables dans le champ de l’art et de la culture.

liens utiles

http://fr.arxiv.org/pdf/gr-qc/0604045

http://fr.arxiv.org/pdf/1012.4707

http://fr.arxiv.org/pdf/1311.0054

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.15/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 6 janvier 2014 09:11

    Théorie....théorie...ne vois tu rien venir..de concret.. ?


    • Benjamin 6 janvier 2014 10:45

      Quel dommage que vous ne vous concentriez pas sur la science fiction, vous avez visiblement une imagination débordante, une plume remarquable, et vous n’en seriez pas rejeté de monde des lettres comme vous l’êtes du monde scientifique. Il n’y a en plus aucun mal a partir dans dans des délirs, lorsqu’on annonce au départ qu’il s’agit de fiction.

      La validation d’une grande théorie par des tests ne vous fait pas rêver et ça se comprend, et pourtant, a quoi bon faire des théorie si l’on arrive pas à leur validation ? La encore je devine une force créatrice qui vous envahie, une soif d’imaginer l’univers sans avoir à vérifier ce que l’on avance. Monsieur Duguet, cessez d’empoisoner les naifs avec vos conjectures à tout vents, et allez y franchement, libérez vous, faite carrément de la science fiction !

      La présentation de l’histoire des sciences par changement de paradigme, encore un concept pour faire rêver ! Vous savez bien faire réver, et pourtant même les théories les plus géniales s’appuient sur celle qui leur ont précédées. C’est en observant les limites d’une théorie que l’on fait de nouvelle hypothèses, qui aboutissent à de nouvelle théorie permettant des prédictions plus fines. Cette manière de parler de paradigme est une pirouette rhétorique active une émotion excitante, mais qui est creuse.


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 janvier 2014 10:59

        Quel dommage que vous ne connaissiez pas un minimum la physique, cela vous dispenserait d’un commentaire visant à discréditer l’auteur en énonçant des choses complètement erronnées.

        Des centaines de physiciens travaillent sur des théories en laissant de côté la validation et si vous aviez lu les quelques textes de Rovelli, vous comprendriez que son point de départ n’est pas l’expérience mais la résolution de contradictions entre GR et QM. 

        En bref, vous raisonnez comme un lycéen instruit par un professeur de 1950


      • bourrico6 6 janvier 2014 12:11

        mais la résolution de contradictions entre GR et QM. 

        Ceci s’opère dans un cadre mathématique, la physique et la philo n’ont rien à y faire dans un premier temps.
        Le piste la plus prometteuse semble être la théorie de la « gravitation quantique à boucle ».

        Pour le reste, toujours pareil, je vois pas ou l’auteur veut en venir, il semble s’égarer.
        Il joue les prophète comme il le dit.
        Pour ce faire, il use d’un discours hermétique, quelques mots savants pour impressionner le quidam, et enfin la conclusion, ou émerge.... on ne sais pas quoi.

        C’est un peu le prophète de l’apocalypse, dans le monde des sciences quoi.

        pourtant même les théories les plus géniales s’appuient sur celle qui leur ont précédées

        Tout à fait, c’est en poussant une théorie a ses limites qu’on se rends compte de la nécessité d’en élaborer une autre.
        Les deux grandes théories dont parle l’auteur (MQ-RG) sont arrivées sur le marché suite à des problèmes avec la théorie en cours à l’époque.
        Et le meilleur, c’est que les nouvelles théories n’ont pas remplacée la première, elles l’ont complétée.


      • bourrico6 6 janvier 2014 12:29

        Quel dommage que vous ne connaissiez pas un minimum la physique

        Qu’est ce qui vous permet d’affirmer ça ?
        J’ai lu le post, et je ne vois pas d’ou vous tirez cette conclusion.

        Vous auriez pu faire la même remarque à la personne qui est d’accord avec vous un peu plus bas, ou vous la réservez à ceux qui vous critique ?


      • claude-michel claude-michel 6 janvier 2014 17:06

        Par Bernard Dugué....Sa sainte suffisance à l’esprit étroit assis sur son trône « Jacob Delafon »..nous prodigue ses illuminations de Noël...Il utilise du papier triple épaisseur bien sur.. !


      • L'enfoiré L’enfoiré 7 janvier 2014 14:02

        Belle pub pour Rovelli et malheureusement pas pour ses disciples.

        Il n’est pas le seul. En plus de lui
        • Abhay Ashtekar du Center for Gravitational Physics & Geometry, université d’État de Pennsylvanie (États-Unis) ;
        • Lee Smolin de l’Institut Perimeter pour la physique théorique de Waterloo (Canada) ;
        • Thomas Thiemann de l’Institut Max-Planck (Institut Albert Einstein, Potsdam, Allemagne), détaché à l’Institut Perimeter pour la physique théorique de Waterloo (Canada) ;
        • Jorge Pullin de l’université d’État de Louisiane (États-Unis).
        Où se trouve les plus gros budgets pour permettre de pousser plus loin ?
        Qui pourrait dans x années décrocher un Prix Nobel ?
        Travail d’équipe serait très bien dans ce cas plutôt que dispersé comme ce fut le cas pour la particule de Higgs. 

        Rappelons ce qu’est sa théorie qui devrait unifier la théorie quantique et la celle de la relativité générale. Beaucoup s’y sont plantés sans y arriver à trouver des équations qui réuniraient les deux mondes. Théorie qui est en compétition avec les super-cordes.
        Que dit-on dans ces cas, comme partout ? Que le meilleur gagne.
        Merci pour l’article. 

      • HClAtom hclatomic 9 janvier 2014 06:29

        Vos insultes et votre mépris n’y feront rien : la physique doit être prouvée expérimentalement, c’est ça la physique. Le reste ce sont de belles théories mathématiques. Des hypothèses conditionnelles invérifiables, même mises bout à bout, ne feront jamais une théorie de physique.


      • Gcopin fessesbouc 6 janvier 2014 11:44

        Bonjour à tous

        @ l’auteur

        Je trouve votre réflexion vraiment dans l’air du temps, Pas de nouvelle découverte fondamentale, pourquoi ? néanmoins en ce qui me concerne, je pense que de vrais chercheurs ça devient une denrée rare, des supers techniciens la société en forme des quantités incroyables dans des domaines de plus en plus restreints avec une bonne couche de formatage. Ce qui amène à se poser la question, c’est quoi un vrai chercheur ? celui qui invente de nouveaux concepts ! Celui qui n’est pas formaté, c’est aussi un philosophe, c’est parfois un grand enfant il ne devient pas paranoïaque si vous lui parler de métaphysique. Changé de paradigme, c’est une gymnastique intellectuelle qui n’est pas innée. A ce stade un exemple s’impose et mon meilleur exemple c’est le Grand Albert Einstein, philosophe, grand humaniste dans l’âme il était capable de raisonner comme un enfant. De se poser la question « ridicule » d’un enfant de six ans, si je suis assis sur un rayon de lumière, si je suis enfermé dans une cabine d’ascenseur, comment je sais, si c’est la gravité ou l’accélération (enfin une gravité =accélération soit 9,8 bien entendu) qui me maintien collé au sol tout cela a débouché sur un vrai modèle cosmologique un nouveau jouet en quelque sorte, la suite vous la connaissez. Bien entendu, je n’oublie pas Ératosthène, Archimède, Kepler, Galilée, newton...


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 janvier 2014 11:52

          Bonjour,

          Votre remarque est pertinente mais il faut aussi se dégager des explications anthropologiques et sociologiques. L’hyper spécialisation est en effet un obstacle aux grandes découvertes qui vont se faire en faisant communiquer des champs « ontiques » différents, comme peuvent l’être MQ RG sans oublier la théorie de l’information mais aussi la biologie et les sciences de l’esprit.

          Les grandes découvertes sont aussi le fait d’une manière de voir et d’interroger dont l’essence est presque philosophique. Dans un ascenseur comme Einstein ou comme le l’avais suggéré sur mon balcon, en observant le développement d’un dipladenia. Beaucoup se sont amusé de mes hypothèses sur la gravité comme information, n’empêche, une branche de la physique va dans ce sens

          Autre expérience, en me déplaçant vers mon balcon, je m’aperçois que le pot de fleur que je fixe augmente en taille. C’est banal me direz -vous mais il y a peut-être derrière ce constat un pan entier de la cosmologie qui prend sens....


        • bourrico6 6 janvier 2014 12:23

          Les grandes découvertes sont aussi le fait d’une manière de voir et d’interroger dont l’essence est presque philosophique

          Affirmation péremptoire.

          Les grandes découvertes, sont au départ très souvent le fait du hasard, c’est très important à signaler, c’est même primordial.
          Ce qui est pertinent, c’est de détecter quelque chose derrière ce qui semble être une erreur.

          Si Becquerel avait jeté ses plaques photos au lieu de s’y intéresser, il n’aurait pas découvert la radioactivité.
          Et la MQ, fille déshéritée d’Einstein, issue non pas de la philosophie, mais des équations.
          Lui même, sans les problèmes de synchronisation des horloges en Europe, aurait il commencé la réflexion qui l’a amené à la RR ?

          La hasard et les circonstances ont bien plus leur mot à dire que ce que vous laissez sous entendre.


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 janvier 2014 12:28

          Bourricot,

          c’est vos commentaires qui sont péremptoires

          L’idée exprimée, c’est qu’à la base d’une grande découverte scientifique ou alors une pensée philosophique, il y a l’étonnement (et pour s’étonner il faut être curieux, comme le camarade Descartes). L’étonnement philosophique, Jeanne Hersch en a fait un beau livre

          Quant à la MQ, désolé mais si elle complète quelques éléments de la physique qui la précède, ouvre un champ radicalement nouveau. Vos commentaires sont trop orientés par une intention, celle de discréditer l’auteur. Vous pouvez certainement faire mieux


        • bourrico6 6 janvier 2014 12:40
          c’est vos commentaires qui sont péremptoires

          blablabla.

          L’idée exprimée, c’est qu’à la base d’une grande découverte scientifique ou alors une pensée philosophique, il y a l’étonnement (et pour s’étonner il faut être curieux, comme le camarade Descartes). L’étonnement philosophique, Jeanne Hersch en a fait un beau livre

          L’ideé exprimée c’est que vous omettez le hasard et les circonstance pour mieux faire ressortir l’importance de la philo. Avec la philo seule, aucune découverte à attendre.

          Quant à la MQ, désolé mais si elle complète quelques éléments de la physique qui la précède, ouvre un champ radicalement nouveau.

          Bravo, au même titre que la RG, elle complète Newton à l’une de ses bornes, quel scoop.

          Ce qui vous turlupine, c’est son coté ésotérique. Pourtant la RG aussi contient des éléments qui mettent notre logique à mal, mais le formalisme est moins barbare.

          C’est sur que du point de vue Philo, la MQ est un régal, autant pour les choses sérieuses que pour les fumisteries.

          Vos commentaires sont trop orientés par une intention, celle de discréditer l’auteur. Vous pouvez certainement faire mieux

          Je sais, vous voulez qu’on vous cire vos bottes, avec moi c’est raté.



        • bourrico6 6 janvier 2014 12:44

          S’il y avait une solution théorique, elle aurait été trouvée depuis longtemps.

          Vous vous discréditez très bien tout seul au final vous ne trouvez pas ?
          Votre phrase suppose un édifice fini et complet... c’est une ignorance flagrante de ce qu’est la science, vous vous êtes trop égarés dans vos sphères métaphysiques.

          Ca revient à l’argument du « Divin »... et ça n’a rien à faire en matière de sciences.


        • Gcopin fessesbouc 6 janvier 2014 14:01

          @L’auteur
          "Autre expérience, en me déplaçant vers mon balcon, je m’aperçois que c. C’est banal me direz -vous mais il y a peut-être derrière ce constat un pan entier de la cosmologie qui prend sens....« 

          En tout cas, cela fait penser à la relativité restreinte. L’espace-temps est relatif, pour moi regarder » le pot de fleur que je fixe augmente en taille" c’est le même phénomène quand je regarde un tableau, les personnages au fond sont plus petits, mais en réalité ? J’ai la même image de l’espace temps en RR sauf que le problème n’est plus statique mais dynamique.


        • Castel Castel 6 janvier 2014 14:31

          Avec la philo seule, aucune découverte à attendre.

          C’est faux. Thomas Kuhn démontre que la plupart des découvertes scientifiques sont intimement lié à des changements paradigmatiques. Passer de Newton à Einstein fut un changement de paradigme. Par conséquent, la science est intimement lié à une manière d’appréhender le monde (que l’on vérifie par l’expérience) et rejoint donc la philosophie.


        • bourrico6 8 janvier 2014 11:02

          Tu peux bien dire ce que tu veux, de ce que j’ai retenu de l’Histoire des sciences, c’est que c’est le hasard et les circonstances qui amènent à la possible découverte.

          La philo et autres ne viens qu’après.

          Trouve moi une découverte qui l’a été par la philo, que j’ai au moins un congre exemple des dizaines de découvertes dues au hasard.


        • Castel Castel 8 janvier 2014 15:51

          Ce que tu (vous) nommes (nommez) hasard peut être interpréter par d’autre intuition. D’autre encore diront peut-être intention (sous-entendu impersonnelle).
          Les scientifiques avancent toujours avec un modèle (un paradigme) qu’ils tentent de valider ou non. Le hasard peut jouer un rôle, l’intuition aussi. Cela dépend des recherches.
          Le hasard permet notamment d’invalider le paradigme habituel. Ce fut le cas des découvertes de Benveniste qui lui ont valu son post à l’INSERN.


        • Gcopin fessesbouc 6 janvier 2014 12:38

          @l’auteur

          « Je reste assez perplexe sur la gravité quantique ainsi que sur la théorie des cordes. S’il y avait une solution théorique, elle aurait été trouvée depuis longtemps. »(l’auteur)

          A ce stade, est t’il judicieux de se poser la question « bête » si une théorie doit être belle (sens complexe) un peu comme dans la nature. Boltzmann, pensait que son équation était fondamentalement juste du fait qu’elle était très belle, pour cause, il l’a fait graver sur sa tombe. La relativité générale c’est une théorie belle, simple, elle explique clairement que la gravité n’est pas une force c’est de la géométrie (newton n’avait pas d’explication concernant la gravité, même si il l’a formalisé) elle sert à concevoir l’univers comme un objet manipulable au sens mathématique, je ne parle même pas de l’équation fondamentale e=mc². Pour ma part la théorie des cordes n’est pas très belle, elle me fait penser a Ptolémée qui ajoutait des sphères pour que ça fonctionne (épicycles ou nouvelles dimensions) la théorie des cordes ajoute des nouvelles dimensions (10 parfois 11) et toujours plus de nouvelles particules (80 voir plus, je ne sais plus vraiment). Dans la théorie des cordes, l’espace est continu (autrement il est impossible de valider le boson de Higgs) soit le fond qui contient l’ensemble des objets de l’univers et les entités fondamentales sont les cordes vibrantes dont la taille est l’échelle de Planck. Je n’arrive pas à concevoir un univers continu, c’est pour cette raison que je lui préfère la théorie quantique à boucles qui décrit l’espace comme un phénomène discontinu.


          • Stof Stof 6 janvier 2014 13:50

            On en sait bien assez, ce qui nous manque c’est la sagesse pour utiliser intelligemment toute cette science.


            • FYI FYI 6 janvier 2014 14:11

              Essayons d’avoir une vision sur un autre angle. Les éléments que vous évoquez sont tous intéressantes mais basés sur un concept biaisé. En réalité vous essayez de comprendre les Lois Naturelles sans tenir ou comprendre les Lois Universelles. Sans cette base de références, forcément il y aura des « tricheries » ou marge d’erreurs plus ou moins importantes comme tous les théorèmes que l’humanité non-éveillé en a l’information.

              Votre éducation empirique ou pas vous emprisonne, et dès qu’une personne vous lance des idées ou théorie qui dépasse ce cadre, vous ne le laisserez jamais s’exprimer. Vous êtes à 99% dans l’autocensure (attention je n’accuse personne en particulier c’est un constat). Mais la nature a horreur du vide et le temps n’est que relative, oui car tout concept basé sur la linéralité (linéaire) n’a pas de sens et nous limitera ce qui dénote sûrement le niveau de conscience des individus ou d’une civilisation.

              Le principe de la physique quantique, va tout bousculer et revoir ce que je viens d’énoncer plus haut. Ce concept est tout aussi valable sur les principes de la métaphysique, qui transcende l’absolutisme des théories limités de la physique dite dure.

              Bientôt des annonces vont vous obliger à revoir vos certitudes et ce sans accuser de qui que ce soit d’illuminé ’http://www.vternet2.tv/message-anonymous-21-mars-2014/’.

              « Pour l’instant, je vais me contenter de prophétiser, ça ne mange pas de pain et ça ne les multiplie pas non plus. Une alternative ? » Effectivement il faut toujours faire de la prospective et proposer des alternatives c’est le seul moyen de préserver un semblant d’autonomie sans être piégé ou emprisonné par des forces qui vous imposent leurs volontés ’http://www.vternet2.tv/energie-libre-video-espagnol-polemique/


              • dom y loulou dom y loulou 6 janvier 2014 14:37

                et des scientifiques, devant l’évidence d’une planète qui renait littéralement dans des pluies purifiées et d’air purifié et devant la fin du plomb dans l’air, communément appelé SMOG, on ne dit rien, on s’en fout royalement, on cherche des théories au lieu d’observer le REEL devant les EFFETS MERVEILLEUX des rayons prismés des cristaux ?


                un champ entièrement nouveau est à explorer et les scientifiques chercheraient des bossoms de Higgs pour une nouvelle arme des rockefellers contre nous ? ça paie l’argent du sang

                la machine à larbins lancée à pleine vtesse et appelle cela encore de la science... 

                mais des scientifiques qui ne sont plus autorisés à divulguer les résultats de leurs analyses, c’est quoi ? Et vous ne hurlez pas ? 

                et devant les MERVEILLES dans les cieux, l’atmosphère élargie et les couleurs du Cristos gorgeant à nouveau les airs, le cristallin de l’atmosphère regagnée, les nuages diaphanes, quasi transparents et toute la faune qui s’amplifie dans la joie, vous appelez cela comment ? 

                CENSURE on appelle cela et pas « sciences » !!

                 ces larbins nous parlent en continu de mort et de destruction en taisant les changements prodigieux que nous avons dans les narines et les yeux ? c’est quoi d’après vous ? Des scientifiques ? QUi se branlent sur des théories abstraites au lieu d’exiger énergie libre aux rockefeller qu’ils détiennent depuis les travaux de Nicolas Tesla ?? 

                Trop occupés encore à se lustrer la face et croyant qu’on fait des découvertes importantes ainsi en ne pensant qu’à soi ?

                c’est la générosité envers autrui qui amène des découvertes, rien d’autre

                appelez cela comme vous voulez, curiosité, mais le moteur est la nécessité et la bonté envers les autres, sans elle pas de découvertes

                hormis des menteurs ès doctorats payés par les rockenfellers pour mentir en permanence ils sont devenus quoi les « scientifiques » à part des technocrates au service des multinationales assassines du vivant ? 

                A quoi servent des météorologues s’ils ne sont pas autoriés à dire leurs mesures ?

                et la NASA à quoi sert-elle, vous bossez depuis des décennies notamment pour placer HUBBLE en orbite mais ne rouspétez pas du tout qu’ils ne vous ivrent pas un seul portrait détaillé de la comète Ison

                 et la terre se meut sur son axe de 5 degrés Est du Nord, 5 degrés Ouest du Nord toutes les 24 heures depuis une semaine et ces brillants scientifiques sont juste bons pour se taire quand une simple boussole nous le montre ?

                 en disent rien les « scientifiques » ? 

                Accepter que les beautés révélées et les données scientifiques soient uniquement pour les spécialistes c’est suggérer aux boulangers de dire à leurs clients que s’ils veulent désormais du pain ils devront d’abord devenir boulanger

                et les boulangers feraient bien de le faire au vu du foutage de gueule des technocrates iqui ne font plus QUE courir les gloires et la renommée, au milieu d’un AGENDA DE DÉPOPULATION sinistre dont ils se rendent complices en n’en disant RIEN

                le CODEX ALIMENTARIUS, en vigueur depuis 2009, va générer une nouvelle théorie quantique ? Vous nous en direz tant... ce sera utile aux enfants dans leur tombe !?!


                à croire que leur ego est plus important pour eux que leurs gosses !! 

                Des fous qui rêvent de stèles à leur image dans des couloirs d’universités où ils ont si bien appris à mentir et se prennent pour des saints quand tous ont reçu une part de l’éveil, cela aussi ils le taisent, voulant tant croire qu’ils sont devenus des bouddhas sans effort aucun de leur part, mais incapables de remercier pour les dons reçus 

                et ils croient que leur méchanceté a encore un quelconque lien avec le coeur vivant ...


                les voilà qui brandissent l’ancient testament au XXIe siècle en guise de sciences !!


                L’éveil ils l’ont perdu en gommant de leur esprit ce qui l’avait amené



                un temps d’Obaminations qui appelle la colère du ciel de toutes ses forces




                • ahtupic ahtupic 6 janvier 2014 14:55

                  Je pense que la découverte sera pour 2017. et ce sera en france. Les médias et les banques mettront au pouvoir le président le plus con que l’on ait jamais eu. Après Sarko et Flamby, je sais que ce sera dur mais on devrait y arriver. Impossible n’est pas français, ni européen.


                  • zygzornifle zygzornifle 6 janvier 2014 15:57

                    Le pire c’est que vous aurez certainement raison .....


                  • zygzornifle zygzornifle 6 janvier 2014 15:56

                    2014 ou 2017, une immense découverte ...Oui on va découvrir un vrai socialiste en France .....


                    • Fourmi Agile Evrard 6 janvier 2014 16:30

                      Admettons qu’on découvre quelque chose de nouveau, en quoi cela changerait notre quotidien ?
                      Est ce qu’on vivrait mieux ?

                      Est ce qu’il n’y aurait plus de chomage ? Plus de violence ? 

                      J’en doute.
                      Votre science et vos idées sont beaucoup trop éloignées de nos vies ;

                      • SamAgora95 SamAgora95 6 janvier 2014 16:53

                        Toutes les découvertes scientifiques réalisables dans ce monde de matière ne peuvent-être que des gadgets plus au moins utiles, qui peuvent aller de la découverte du feu en passant par l’électricité et pourquoi pas à la téléportation instantanée. 


                        Je reste persuadé que la réalité ultime ne sera jamais découverte ou compréhensible depuis notre monde et que la seule façon d’y accéder c’est la mort, qui correspond en réalité au réveil du rêveur.

                        Notre monde et ses lois physiques sont des mirages, une construction mentale, une simulation, on peut essayer de comprendre le simulateur mais ça s’arrete là !






                        • Jean Keim Jean Keim 6 janvier 2014 17:02

                          C’est toujours avec plaisir que je lis vos articles mais je me pose toujours la même question : pour étudier « scientifiquement » un domaine n’est-il pas nécessaire de le faire en se positionnant à l’extérieur de ce domaine ?
                          Il me semble que l’homme fait partie intégrante de l’Univers aussi comment peut-il en étudier les secrets ? De même pour étudier le cerveau il faut utiliser les ressources de son propre cerveau d’où une impasse pour ne pas dire une aporie.


                          • Bernard Dugué Bernard Dugué 6 janvier 2014 17:12

                            En fait, la physique contemporaine a établi qu’il devient impossible d’exclure l’observateur, cette opinion faisant l’objet d’un consensus en Méca Q mais d’autres sont d’un avis différent. Pour ma part, je pense que même la cosmologie relativiste et ses innovations théoriques aboutira à inclure l’observateur, voire même la conscience. Le cerveau n’est qu’une structure neuronale, c’est l’esprit et la pensée que la science risque de découvrir en interprétant les théories physiques. Un domaine assez costaud


                          • Castel Castel 6 janvier 2014 17:43

                            La science est fondée sur l’interdépendance des choses entre elles. Si elle excluait l’observateur, elle serait en contradiction avec elle-même.


                          • bourrico6 8 janvier 2014 11:06

                            voire même la conscience.

                            conscience.... mot indéfinissable, notion impalpable qui désigne une chose qu’on ne peut ni imaginer ni représenter.

                            La sciences dans toute sa splendeur.... enfin celle des non scientifiques bien sur.

                            Arrêtez deux minutes vos salades et vos mélanges de mots grotesques et hors sujet, vous délirez complétement au final, aucun discours sans que ne viennent se faufiler le mot qui n’a rien à y a faire, ici, le mot conscience.


                          • ffi ffi 8 janvier 2014 12:35

                            @Jean Keim :
                            C’est toujours avec plaisir que je lis vos articles mais je me pose toujours la même question : pour étudier « scientifiquement » un domaine n’est-il pas nécessaire de le faire en se positionnant à l’extérieur de ce domaine ?
                            Il me semble que l’homme fait partie intégrante de l’Univers aussi comment peut-il en étudier les secrets ? De même pour étudier le cerveau il faut utiliser les ressources de son propre cerveau d’où une impasse pour ne pas dire une aporie.

                            Le modèle scientifique occidental est que la nature suit des lois (logiques, logos) édifiées par un Esprit (Dieu). Or, l’homme est à l’image de Dieu, il est un esprit incarné.
                            Par conséquent, l’homme partage la raison avec Dieu et l’homme est donc en capacité de comprendre les lois physiques.
                             
                            C’est ainsi que l’homme, de par sa connexion à Dieu via l’Esprit obtient la capacité de se placer hors de l’univers pour le comprendre. L’homme est à l’intérieur de l’univers par son corps mais à l’extérieur par son esprit.
                             
                            Lorsque l’homme applique cette capacité à lui-même, cela s’appelle la conscience de soi : il se voit de l’extérieur.
                             
                            Toute confiance en la capacité de l’homme à déterminer les lois de l’univers repose donc sur la croyance en l’immortalité de l’âme. Les scientifiques qui n’y croient pas sont fatalement enclin à douter complètement que cette capacité existe. Ils en finissent logiquement par abdiquer l’idée même qu’une science soit possible.


                          • Castel Castel 8 janvier 2014 15:53

                            « conscience.... mot indéfinissable, notion impalpable qui désigne une chose qu’on ne peut ni imaginer ni représenter. »

                            Elle est pourtant au fondement de tout ce que nous pouvons connaitre. La nier revient à tout nier.


                          • L'enfoiré L’enfoiré 9 janvier 2014 10:28

                            fifi,


                             « Toute confiance en la capacité de l’homme à déterminer les lois de l’univers repose donc sur la croyance en l’immortalité de l’âme. Les scientifiques qui n’y croient pas sont fatalement enclin à douter complètement que cette capacité existe. Ils en finissent logiquement par abdiquer l’idée même qu’une science soit possible. »

                            Comme on dit chez nous : ça, ça vaut quinze et la chasse.
                            Je vais me recoucher, depuis que j’ai lu ça, j’ai la tête lourde. smiley 

                          • Gollum Gollum 9 janvier 2014 13:41

                            Or, l’homme est à l’image de Dieu, il est un esprit incarné. 



                            Donc, en toute logique, Dieu est un esprit incarné. ffi est devenu panthéiste. smiley

                          • vachefolle vachefolle 6 janvier 2014 17:10

                            Enfin c’est pourtant tellement simple....
                            La MQ sera enfin comprise et expliquée lorsqu’elle permettra d’expliquer la conscience humaine (donc le passage au classique et la notion de choix et de libre arbitre permis par le hasard). C’est cette nouvelle dimension de la physique qui permettra d’unifier notre connaissance de l’univers et donc de la gravitation.

                            Aujourdhui les physiciens creusent, creusent creusent, mais dans la même direction, sans se rendre compte que ce qui est dans leur crane est l’expérience de physique la plus extraordinaire jamais réalisée sur Terre, et peut-être dans tout l’univers.

                            Lorsque l’horizon est bouché, il faut savoir ouvrir les yeux.


                            • bourrico6 8 janvier 2014 11:07

                              Ouais, YAKAFOKON

                              Et tu pars de quoi pauvre buse, la science actuelle est basée sur des millénaires d’accumulation.
                              Vas y, refaits tout à 0 qu’on se marre un coup.


                            • vachefolle vachefolle 12 janvier 2014 11:06

                              T’inquiètes pas « pauvre buse », il y a heureusement plein de physiciens (nobel ou autres) qui travaillent dans cette direction.


                            • christophe nicolas christophe nicolas 6 janvier 2014 18:24

                              C’est certain que les masses qui courbent l’espace sans influence est une sorcellerie. Il faut dire, « tout se passe comme si...  » car il y a forcément une influence qui se traduit par des interactions sinon c’est une coincidence. Einstein savait très bien que sa théorie était incomplète et problématique puisque les observations d’ovnis ne s’expliquent que par une antigravité et une absence inertielle, donc cela vaut également pour Newton. Le reste c’est du réchauffé. les histoires d’univers, c’est de la projection utopique parce qu’on ne sait plus quoi faire, on extrapole. Savez vous que l’univers est carré avec des trous noirs dans les coins ! Je rigole.... mais moi au moins je le dis quand je rigole, Je n’attends pas 50 ans pour avoir ma petite retraite de professeur des universités qui peuvent mettre une bonne partie des livres dans la cheminée ou commencer à en écrire de nouveaux.

                              De temps en temps il faut dire les choses sans ambages, c’est de la branlette de cerveau ces théories. Combien de gars bossent sur ces trucs dans le monde, 1000, 10000, 100000. Le boson de Higgs, paix à son âme, n’est pas plus boson que vous et moi, les maths ont fait perdre le sens conceptuel.

                              Ce qui est important, c’est qu’en mettant un appareil antigravité dans une structure métallique, toutes les particules de l’air environnant vont se comporter comme des petits solénoïdes verticaux qui n’auront pas, ou très peu d’interaction avec la terre. L’ensemble va s’élever et si je construis correctement ma structure, la masse métallique va absorber le champ ce qui permettra de stabiliser l’engin. On aura ainsi un super champ magnétique exploitable pour générer du courant électrique gratuitement. Les spécialistes imagineront certainement de nombreuses possibilités.

                              La force ascensionnelle est importante et la structure d’acier sera affaiblie en traction dans la zone exposée au champ antigravité à cause de l’orientation des atomes dans ce sens. Il est donc nécessaire que le poids naturel de la structure au dessus de la zone exposée au champ antigravité soit important. De plus, deux bras latéraux permettent de sortir de la zone d’exposition. La forme en croix est donc idéale.

                              Voila, électricité gratos, disponible partout et non polluante après la mise au point. Mais avant, les magouilleurs doivent faire pénitence ou se faire virer. Evidemment, le contrat social doit être revue et l’Europe devient un boulet sans intérêt.

                              La gravité à boucle quantique, la théorie des supercordes, qu’apporteraient-elles en cas de succès ? Rien ! Pourquoi ? Ce n’est pas les chercheurs mais ils ont le nez dans le guidon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès