Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > A la recherche des secrets de la Vie avec Gennaro Auletta

A la recherche des secrets de la Vie avec Gennaro Auletta

Une nouvelle vision en biologie émerge actuellement, disséminée dans les spéculations théoriques publiées confidentiellement dans les revues spécialisées. Le « confidentiellement » étant un euphémisme puisque grâce à l’Internet, on peut accéder aisément à ces réflexions et donc, le caractère confidentiel ne provient plus de la source informative mais du lectorat qui se fait discret alors que les médias de masse passent à côté de ces avancées si bien que la révolution en biologie est silencieuse et ne sera popularisée qu’à la faveur de quelque attribution du Nobel ou mieux encore, d’improbables découvertes et applications. Pour l’instant, c’est la vision savante des systèmes vivants qui produit cette révolution. Comprendre le sens de notre passage sur cette terre en relation avec les principes universel peut avoir un intérêt précieux pour les honnêtes hommes du 21ème siècle pour lesquels l’existence ne se résume pas à acquérir des biens et se balader dans les parcs à thème. Plusieurs scientifiques s’activent pour formuler un nouveau paradigme capable de couvrir les deux champs que sont la biologie théorique et l’évolution. Genarro Auletta s’est distingué récemment en publiant un ouvrage important (dont on a présenté les grandes lignes).


Maintenant, je propose d’aller un peu plus loin dans l’investigation autour des travaux d’Auletta en prenant appui sur les rapides conclusions savamment exposées ainsi qu’à travers quelques concepts essentiels fondant une vision où la vie et son évolution reposent pour une part essentielle sur la production, la réception et l’organisation de l’information dans un milieu qui, loin d’être neutre, se présente comme un domaine parcouru par un immense flot d’informations et signaux qui finissent même par conférer une structure à ce milieu. Une interprétation avec extrapolation épistémologique conduit à penser qu’une sorte d’intelligence naturelle est en œuvre dans la vie et son évolution, conduisant les systèmes vivants à saisir les opportunités se présentant, les événements imprévus, pour en tirer un avantage qui à l’échelle d’une espèce, sera adaptatif. Cette hypothèse repose sur le sort de l’information avec deux tendances, l’une globale de production entropique, l’autre locale de diminution d’entropie. L’ensemble étant articulé sous un principe dialectique. L’information prend néanmoins des significations diverses, ne se réduisant pas aux conceptions devenues classiques héritées de la physique statistique et le la théorie de Shannon.

L’un des enjeux déterminants en sciences biologiques, c’est de saisir comment on passe du niveau quantique, atomique, moléculaire puis cellulaire à l’émergence des fonctions du vivant. Auletta revient dans sa conclusion sur un constat riche d’enseignement. Lorsque l’on passe du très grand nombre de molécules agitées dans un gaz au phénomène observé qu’est la pression, il faut que ces molécules soient contenues dans une enceinte, par exemple un ballon en matériau élastique dont le volume augmente lorsque la température augmente ou qu’on le gonfle en augmentant le nombre de molécules. Le phénomène n’est ordonné et mesurable que grâce à cette enveloppe matérielle dotée d’une structure stable. On pourrait étendre ce constat aux structures dissipatives en constatant que la condition de non équilibre doit aussi être accompagnée d’une condition structurale. Le flacon dans le cas des réactions de Belousov ou alors le récipient cylindrique que l’on chauffe pour produire les colonnes de Bénard. Une contrainte externe s’exerce sur les éléments microscopiques. Ces considérations paraissent triviales mais en les transposant au vivant, on pourra lier les fonctions du vivant à la capacité des molécules à s’auto-structurer et notamment élaborer ces édifices très complexes que sont les membranes cellulaires. Ces dispositions méritent d’être interprétée du point de vue ontologique comme contraintes matérielles, voire techniques ou alors physiques mais dans un sens mécaniste. Interdépendances, ajustements, interactions, couplages. Ces dispositifs sont « menacés » par le désordre, l’entropie, les perturbations externes.

L’autre dispositif physique fondamental pour la biologie repose sur la mécanique quantique dont l’une des règles fondamentale est l’impossibilité de caractériser les propriétés d’un système microphysique indépendamment du dispositif expérimental. L’observateur intervient, ce qui a fait dire à certains que la conscience est impliquée ou bien, option plus raisonnable, que ce qui est requis, ce sont des contraintes et non un esprit (Auletta, 25.4.2). Le cas de cette physique étant énigmatique à bien des égards, notamment du point de vue de l’information portée par le système et qui ne peut être extraite complètement. Sans oublier la cohérence des états superposés et l’intrication des particules.

Si la physique quantique dessine un cadre pour interpréter les systèmes vivants, l’autre dispositif essentiel est extrait de la physique statistique avec l’entropie qui selon Auletta, doit être scindée en trois composantes qui sont aussi des catégories. La première désignée comme « entropie configurationnelle » renvoie à une organisation complexe de l’information et de la mémoire structurelle ; elle permet aux édifices moléculaires de s’assembler. La seconde est l’entropie thermique, liée aux états énergétiques des molécules et aux échanges énergétiques lors des réactions moléculaires. La troisième est plus difficile à cerner, impliquant la relation d’interdépendance entre le système vivant et son environnement, conditionnant les mécanismes d’échanges avec le milieu ainsi que les perceptions et l’information du milieu par les systèmes vivants. Ces trois entropies sont en relation avec le triplet esquissé par Auletta pour concevoir le vivant, (i) génome et mémoire, (ii) métabolisme, échanges, transformations, (iii) interface (membrane, dispositifs perceptifs, séparant autant qu’unissant le système avec son environnement (9.9). J’ajoute pour ma part une interprétation personnelle tirée de mes investigations théoriques (Le sacre du vivant). Les entropies spatiale et énergétique seraient propres à ce que j’ai appelé « substance technique », avec efficience et opération, alors que l’entropie de type « mémoire et informations génétiques et/ou organisées » relèveraient plutôt de la substance cognitive.

La formulation de plusieurs types d’entropie avait déjà été formulée par le physicien Jacques Tonnelat dont l’étude de la thermodynamique interroge quelques notions physiques fondamentales (Thermodynamique probabiliste, Masson, 1991). Avec cette distinction qui me semble décisive entre une entropie énergétique liée à la répartition des constituants sur les niveaux d’énergie et une entropie de configuration (spatiale, donc) liée à la répartition de ces mêmes constituants dans l’espace. Tonnelat glisse sans justification de l’entropie à la complexité, laquelle peut-être énergétique ou spatiale, soulignant de plus que la littérature scientifique ne s’était pas préoccupée de cette dualité, laissant planer une confusion qui eut des conséquences heureuses dans l’étude des réactions chimiques (p. 150). La ruse de la Nature en vérité, ou de la technique dans la Nature.

La compréhension du vivant utilise plusieurs notions scientifiques et niveaux de description. A notre échelle d’observation, trois processus fondamentaux : L’épigenèse, qui signifie pour Auletta ce que nous désignons par ontogenèse, autrement dit le développement à partir de l’œuf fécondé de l’animal nouveau-né. Ensuite l’ontogenèse qui désigne l’existence de l’animal au cours de sa durée de vie. J’emploierais plutôt la notion de biogenèse, avec le bio renvoyant à l’idée de biographie, d’histoire individuelle de l’animal (ou l’homme) au cours de laquelle il tente de survivre, d’échapper aux prédateurs, de se nourrir et surtout se reproduire avec efficacité une fois parvenu à la maturité sexuelle. Le dernier niveau est la phylogenèse, avec les adaptations, les spéciations et la sélection naturelle qui intervient pour l’essentiel sur la biogenèse. L’évolution sélectionne des fonctions pense Auletta, mais ces fonctions sont déterminées pour une part par la mémoire génétique. Ces trois processus ont une temporalité spécifique. Chez les mammifères, le développement ontogénique dure quelques mois, la biogenèse se mesure en dizaine d’années le plus souvent alors que la phylogenèse s’est déroulée sur des dizaines de millions d’années.

Auletta utilise deux concepts importants mais difficiles à utiliser, ceux de téléonomie et de téléologie, tous deux empruntés au philosophe des sciences Francisco Ayala. Ces notions décrivent comment un système évolue grâce à l’organisation des informations qu’il possède ou qu’il échange en étant interdépendant avec le milieu. La causalité téléologique caractérise un ensemble de mécanismes par lesquels un système exerce un contrôle informationnel sur un autre système, ce qui lui permet d’établir une interdépendance finalisée pour agir avec un but spécifique. D’une certaine manière, le système adoptant une causalité téléologique est dans une relation de type « fins et moyens » avec le milieu. La causalité téléomomique est différente par essence. Pour reprendre les termes d’Auletta, la téléonomie mutualise les informations en organisant les flux, alors que la téléologie a pour ressort la sélection (active) des informations qui sont ainsi canalisées. La télénomie caractérise alors des mécanismes d’assimilation, d’adaptation, d’autorégulation, de rétroaction, alors que la téléologie serait plus impliquée dans une option active, dirigée vers le milieu et guidée par un but (goal). Enfin, le niveau sémiotique articule les deux processus, télénomique et téléologique. Le système cognitif vivant fonctionne avec des repères, des icônes, des signes, lorsqu’il exerce une intention téléologique. Tout signe téléologique est connoté à un référentiel externe !

Les perspectives développées par Auletta sont instructives car loin d’apporter des réponses, elles incitent à avancer dans des chemins inédits et, pour reprendre une image bien connue, à utiliser d’autres lampadaires pour éclairer les recherches et partir en quête des clés du vivant. L’évolution est discutée avec une hypothèse très ouverte, celle de reconnaître que la sélection naturelle n’explique pas tout et qu’elle ne constitue qu’une contrainte évolutive qui joue de concert avec d’autre contrainte à expliciter (9.5). D’ailleurs, le mystère de la spéciation est loin d’être résolu, ayant suivi des mauvaises pistes si l’on en croit une étude récente (Rabosky et Matuta, PNAS, 09/2013). En prenant appui sur les travaux de Gould, Auletta insiste sur ce découplage entre adaptation et évolution en évoquant cet étrange phénomène qu’est l’exaptation. Des structures peuvent émerger sans pour autant qu’elles aient un avantage adaptatif. Ainsi des structures devenues essentielles pour réaliser des fonctions et permettre le maintient de l’espèce sont apparues bien avant et pour d’autres raisons. Par exemple le cas du cerveau humain qui aurait pu il y a un millions d’années réaliser des opérations abstraites alors que ces fonctions ne sont apparues que récemment, quelques dizaines de milliers d’années.

On retiendra aussi la thèse des espèces et de la spéciation comme source d’informations nouvelles, de fonctions nouvelles, soumises au verdict de la sélection. Bref, le champ scientifique de la biologie et de l’évolution est ouvert comme jamais il l’a été, sauf au moment de Darwin.

Mon précédent billet sur Auletta

http://www.agoravox.fr/actualites/t...

 


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Pillippe Stephan Uraniumk 5 septembre 2013 11:54

    "Une interprétation avec extrapolation épistémologique conduit à penser qu’une sorte d’intelligence naturelle est en œuvre dans la vie et son évolution"

    On aimerait bien savoir si cette intelligence est d’origine universelle voir extraterrestre .. smiley


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 5 septembre 2013 12:05

      Pas besoin de l’hypothèse extra-terrestre

      il faut chercher dans la mécanique quantique. La piste que j’emprunte, c’est celle d’une double régulation des processus du vivant, en liaison avec les deux substances.


    • Castel Castel 5 septembre 2013 14:59

      Pensez-vous, comme Jean-Emile Charon, que l’intelligence de ce qui nous compose (et nous maintient) soit supérieur à ce qui est maintenu ?
      Nous sommes bien supérieur à nos ordinateurs question intelligence, pourquoi nos cellules ou les atomes qui nous constituent ne seraient pas supérieur à nous ?


    • La mouche du coche La mouche du coche 5 septembre 2013 18:59

      Les trésors d’invention que déploient les darwiniens pour justifier leur théorie bidon de l’évolution qui ne marche pas, est un régal absolu smiley . Plus ce qu’ils disent est abscons, plus ils ont l’impression d’être intelligents et d’être en avance dans leur recherche. J’ai noté quelques phrases que je vais apprendre par coeur pour mes diners en ville. « La causalité téléologique » Hummm. Sûr qu’avec ça, je vais me faire un tas de nanas. smiley


    • howahkan Buddha 5 septembre 2013 12:23

      Salut Bernard..il y a longtemps déjà, j’ai vécu une expérience dite kundalini, puis une autre encore plus « étrange » puis de temps en temps des bribes d’illumination, dans le sens éclairer ce qui n’est pas visible normalement..

      les sciences humaines , qui semblent être en fait la mise en éclairage de ce qui existe déjà et donc ne sont pas des créations mais des découvertes donc juste l’observation de ce qui est au niveau de la matière seulement, ces sciences pour moi par rapport à ces experiences ne peuvent rien pour nos sauf au niveau matière, et encore souvent c’est contre nous..

      Je veux dire que je « sais » que au delà de l’aspect matière il y a quelque chose qui n’est plus du domaine visible pour la partie du cerveau que nous utilisons et que j’appelle analytique binaire, oui ou non..oui je t’aime, non je te tue....le centre de tous nos malheurs...

      Pour moi nous perdons peut être, voir surement , notre temps avec les sciences qui ne sont que l’aspect extérieur du fait de vivre......comme d’essayer de savoit en quoi est fait le bocal dont le sens se trouve à l’intérieur.....

      Nous n’avons pas le sens......et encore par expérience, je peux dire que pourtant nous avons tout qui est là, il est une partie du cerveau qui chez nous est gravement endommagé qui elle sait vivre le présent, les faits et peut être baigné par l’Origine..................
      La politique, la religion, la science, les guerres etc , tout a échoué......................c’est parce que on ne sollicite pas la partie du cerveau qui elle sait regarder la mort pour ce quelle est : un fait absolu..vivre c’est mourir..........comme chez certains cette partie s’est ouverte pour moi.....mais par là ,tout est au delà des mots..vivre était le miracle....

      Merci de vos articles en tous les cas....


      • Tall 5 septembre 2013 12:43
        Bonjour

        A-t’on déjà trouvé des liens de causalité entre aléa quantique et lois chimiques ?

        • La mouche du coche La mouche du coche 5 septembre 2013 19:01

          Wouahou. La bonne conversation sur le sexe des anges qui s’installe. Un régal, je vous dis. smiley


        • Demian West 5 septembre 2013 12:49

          @ Dugué,


          Votre texte est intéressant, et je suis persuadé que l’auteur, de l’ouvrage dont vous parlez, a certainement pensé à toutes les suites de son ouvrage. Et qu’elle s’en est tenue à publier les seules conclusions les plus éprouvées et presque sûres. 

          Ce n’est pas à vous que je dirais que les digressions exprimées dans le feu de la réflexion, qui suit la lecture d’un ouvrage scientifique, ne peuvent que revendiquer un statut de prospectives libres et qui seraient peut-être la base de futures recherches sans être celles-ci dans leur corps même définitif de l’expérience.

          Plutôt que saupoudrer des impressions de recherches futures, la science veut produire quelques blocs solides de savoirs construits et, pendant un temps, concrets assez pour être considérés comme des savoirs certains auxquels ont peut se référer sans craindre de trop se tromper. Un peu ce qu’on voudrait encore nommer des sciences exactes. smiley

          Vous êtes une sorte de poète de la science qui a son utilité dans la vulgarisation souvent complexe encore, mais au moins distribuée à ceux qui n’en ont pas l’habitude ou le souhait même, et c’est là votre tour de force.

          Bonne journée

          Demian West 

          • Demian West 5 septembre 2013 12:55

            J’ajoute que pour ma part, je suis assez enclin à adhérer à cette vision d’une science exacte qui serait en fait composée de leurres ou d’illusions qui laissent croire en des systèmes pré-établis avant l’homme. Alors qu’en fait nous les observons toujours avec nos yeux qui ne sont que leurres humanisés. Montaigne le disait et d’autres penseurs plus antiques.


            Finalement, la science pourrait un jour s’éveiller dans le corps d’un philosophe expert dans les arts illusionnistes, comme les peintres de le Renaissance aimaient à représenter l’art par un piège à souris dans leurs tableaux. 

            • hugo BOTOPO 5 septembre 2013 15:34

              Les circonvolutions des hypothèses présentées nous invitent à l’onirisme. Que serions-nous sans les rêves ?
              Pourquoi les notions de champs sont-elles absentes ?
              Le champ électromagnétique est le seul porté et créé par des mouvements organisés de photons ;
              les champs purement électriques, magnétiques et gravitationnels se présentent comme une organisation de l’espace avec une variation de la notion de potentiel. Les champs des nombres, entiers, réels, transcendants et complexes, structurent notre espace (temps ?) ils existent en soi hors de tout support matériel.
              Alors pourquoi ne pas introduire et prendre en considération un « champ de vie » capable de créer, structurer la vie ou les composantes du vivant ? dans une version plus évoluée de la vie les bases et gènes de l’ADN ne seraient que des empilements de constantes spécifiques aux équations de l’expression du vivant, tout comme les suites organisées de 0 et 1 dans les mémoires informatiques et dans les logiciels !


              • Hermes Hermes 5 septembre 2013 15:37

                Bonjour, hummmmmm smiley

                "Par exemple le cas du cerveau humain qui aurait pu il y a un millions d’années réaliser des opérations abstraites alors que ces fonctions ne sont apparues que récemment, quelques dizaines de milliers d’années."

                Qu’en savons nous ?

                Quand à l’avantage adaptatif de pouvoir exploiter à outrance les ressources de la planète, les génération suivantes auront leut mot à dire !

                Lorsque l’homme aura définitivement acquis la faculté de se libérer de l’orgueil que lui procure son cerveau, alors on aura fait un saut quantique car la question de savoir d’où IL vient aura peut-être trouvé réponse.

                IL vous souhaite une bonne fin de journée. smiley


                • non667 5 septembre 2013 17:30

                  à ceux qui se masturbent le cerveau et qui éjacule sur A.V.
                  « et dieux dans tout ça  ? »


                  • hopeless 5 septembre 2013 23:50
                    B Dugué a dit :

                    « il faut chercher dans la mécanique quantique. »

                    Je ne ferai à personne l’affront d’expliquer ici que la MQ, comme tout ce que nous appelons les « lois de la physique », ne sont en fait que des modèles mathématiques approximatifs qui nous permettent de prévoir dans une certaine mesure, le comportement d’objets ou d’ensembles d’objet de notre monde physiques. Le passage implicite du concept de modèle à celui de « Loi » est dangereux, dans le sens où il nous fait « oublier » le caractère artificiel, incomplet et provisoire d’un modèle mathématique. 

                    Donc, en aucun cas, la MQ ne peut être une Loi qui va nous permettre de clarifier de manière radicale et définitive l’apparition de la Vie, ni d’ailleurs quoi que ce soit d’autre. Au plus pourra-t-on noter une remarquable fécondité du modèle de la MQ, ce qui ne fera d’ailleurs que ressortir encore davantage notre incompréhension profonde de l’univers.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès