Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Adieu Einstein et Newton, place à la cosmonadologie quantique. Un livre à (...)

Adieu Einstein et Newton, place à la cosmonadologie quantique. Un livre à éditer

C’était il y a moins d’un an, en janvier 2014, je publiais un papier dans lequel j’annonçais une prochaine révolution en physique qui pourrait alors coïncider avec la célébration du centenaire de la relativité générale d’Einstein dont la présentation scientifique fut publiée dans une revue germanique à la fin de l’année 1915. Cette révolution fut pressentie en scrutant quelques analyses assez innovantes et parfois très pointues portant sur la nature des champs et des particules en physique quantique ainsi que sur l’information dans l’univers, le principe holographique et une hypothétique mais improbable conception inédite de la gravité. J’étais fasciné par ces avancées et toutes ces spéculations qu’on ne trouve pas forcément dans les livres académiques ni du reste les ouvrages grands publics comme ceux rédigés par Stephen Hawking, Etienne Klein et autres brillants « vulgarisateurs » de la physique. Je pensais fermement que deux ou trois ans suffiraient pour que quelques francs tireurs de la physique puissent accomplir ce grand basculement. J’étais en attente de publications nouvelles apparaissent sur les radars des arXiv. Avec une nouvelle théorie en vue…

… Et puis, en observant les géraniums de mon balcon, une idée est venue. Ensuite, un travail appuyé de recherche et d’écriture sur quelque huit mois. Et maintenant, un essai est prêt à trouver un éditeur puis un public. Je vais sans doute être le premier à tirer mais sans proposer une théorie inédite. Non, je vais faire encore mieux. Une interprétation des théories existantes. Des théories quantiques aux cosmologies relativistes sans oublier ce lien énigmatique et précieux qui pourrait raccorder ces deux gigantesques blocs en physique théorique, la relativité générale et la physique quantique. Un lien précieux car il contient les secrets de l’univers et de ses transformations.

Le plus difficile pour un auteur, quand il ne dispose pas d’une notoriété, c’est de trouver un éditeur. Même dans le cas où cet auteur écrit des essais d’une qualité indéniable. A l’ère du Net, la plupart des éditeurs exigent un texte dactylographié, envoyé par la poste. Quel gaspillage de temps et de papier. D’autres éditeurs sont plus raisonnables, se contentant d’une présentation pour donner un premier avis et éviter un envoi inutile. Quelques éditeurs fonctionnent avec des manuscrits numériques. Mais quand on connaît un directeur de collection ou qu’on sait cibler la bonne personne, un envoi en PDF suffit pour le cas échéant conclure l’affaire. Pour être édité, il faut avoir une notoriété ou bien un réseau de connaissance ou alors de la chance ou enfin proposer un texte qui nage bien au-dessus des productions correctes et conformes aux règles de l’édition. Mais même avec de grandes qualités, un essai sera refusé s’il est trop original et en dehors des règles académiques. Nous ne sommes plus dans une époque d’audace et de risques. La crise étant là, on ne peut reprocher aux éditeurs d’être soucieux de comptes équilibrés, en cette période où quelques journaux réputés ne sont pas certains de passer la prochaine décennie. Et le lecteur, demande-t-il de l’audace, veut-il est surpris ou bien flatté dans son ego en parcourant des livres sans saveur mais à sa portée ? Les médias et les éditeurs jouent la carte du lecteur de masse. Un livre adapté à une lecture de masse rencontrera une masse de lecteurs et se vendra plus aisément qu’un livre difficile et audacieux.

Je ne vais que livrer un témoignage de plus sur l’édition de livres difficiles. D’abord, la difficulté à entrer en contact avec un directeur de collection dans les grandes maisons. Les mails sans réponses. Comme si un auteur était un fardeau pour ce monde qui semble replié sur soi. Ensuite, les impératifs économiques. J’ai pu entrer en contact avec une personne qui pourrait publier cet essai mais qui a placé les chances au niveau zéro car son dernier livre édité a connu un fiasco au niveau des ventes. Un livre pourtant assez intéressant, évoquant la science du 21ème siècle à venir et les impasses actuelles. Enfin, le conservatisme. Je reproduis la réponse d’une éditrice dans une maison réputée dédiée aux livres scientifiques. « Cher Monsieur, Je vous remercie pour votre proposition. Pour éviter de vous faire perdre votre temps, je préfère décliner tout de suite. En effet, malgré toutes ses qualités, votre projet n’entre pas dans le cadre de nos priorités éditoriales. Avoir 20 d’avance est plutôt un contre-argument, surtout pour une maison de tradition académique comme (…) ! Je vous conseillerais de contacter de préférence un éditeur d’essais tel que La découverte Vous souhaitant bon succès. Bien cordialement. »

Avoir 20 ans d’avance ne confère aucun avantage et c’est même un obstacle. Que répliquer à cet argument d’autorité ? Que publier un livre innovant au 21ème siècle s’avère plus difficile qu’au temps de Descartes ou de Darwin ? Ce qui n’est guère étonnant, la France ayant renoué récemment avec ses réflexes de censure, parfois académique, parfois bien pensante, comme au temps de l’Ancien Régime. Une France frileuse et conservatrice, en matière de pensée, de culture et surtout de science.

---------------------------------------------

Je laisse les dieux décider du sort de ce livre révolutionnaire en forçant le destin c’est pourquoi j’ai écrit ce billet en espérant que quelque improbable internaute puisse relayer cette proposition vers un éditeur. Le financement participatif est à la mode paraît-il. Je ne cherche pas des sous mais des contacts. Une participation intelligente. Facile dans le principe mais plus délicat si l’on prend en compte la nature humaine. Le narcissisme a détruit la vie sociale basée sur des valeurs morales et la raison. L’économie aussi.

Pour l’instant, j’essaie d’achever le dernier volet, l’acte final, avec une question « terrible » sur laquelle je cale, celle du temps. Mais je ne suis pas le seul. Je tiens pourtant à apporter ma vision. Ce serait dommage de caler après avoir écrit tant de pages innovantes. Quand on prétend dévoiler quelques énigmes de la physique, il faut proposer aussi une compréhension fondamentale du temps. Car la physique est une dynamique et sans temporalité, il n’y a pas de dynamique. Cela dit, cette conclusion sur le temps n’est pas indispensable. On ne peut tout résoudre en quelques mois. Le livre fait près de 500 000 signes. Que demander de plus ?

La cosmonadologie quantique marque une étape cruciale dans la compréhension de la Nature. Une étape aussi décisive que celle de Galilée il y a quatre siècle, lorsqu’il présentait son système du monde. La cosmonadologie quantique est un nouveau système du monde annoncé ici, 100 ans après la présentation de la relativité générale par Einstein ; dont la première esquisse est datée 1914. La cosmonadologie quantique marque le basculement des sciences car des applications sont prévues pour comprendre le vivant et la conscience. Mais n’allons pas trop vite. La recherche demande du temps et de l’investigation, surtout intellectuelle, dans le domaine des choses théoriques qui basculent.

------------------------------------------

Présentation de l’essai Adieu Einstein et Newton proposé par Bernard Dugué

Contact : bdugue (@) wanadoo.fr

Ce texte intitulé « Adieu Einstein et Newton : du quantum au cosmos, l’univers perceptif et la cosmonadologie quantique » est le résultat d’un travail de recherche inédit. Je pense être le premier scientifique à comprendre ce que signifie la physique quantique avec l’interprétation monadologique. Cette interprétation est élargie au cosmos. Avec une analyse assez serrée des différentes théories disponibles, champs quantifiés, trous noirs, cosmologie relativiste, cosmologie quantique. Ce travail est assez exceptionnel et c’est pourquoi je souhaite privilégier une édition chez une grande maison. Le côté inédit et audacieux autant que le thème, physique quantique et cosmologie, sont de nature à favoriser le succès de ce livre assez ardu mais tellement novateur avec une lecture particulière de travaux très récents (2012-2014) comme ceux menés par les jeunes physiciens acteurs dans la dynamique des formes et que le public ne connaît pas encore (chapitres 11 et 12 de l’essai).

Cet essai concurrence les livres écrits par Hawking, Smolin, Klein, Davies, Tegmark, Weinberg, d’Espagnat et d’autres auteurs connus pour avoir écrit des essais importants sur la physique du 20ème siècle. Il concerne un public élargi intéressé par la compréhension des théories physiques contemporaines ou bien par la philosophie des sciences et recèle un potentiel de controverse presque inégalé car il suggère la thèse d’un basculement de la science comme ce fut le cas au 17ème siècle, apportant de ce fait un regard entièrement inédit sur la nature du cosmos et du monde quantique, un regard qui ne se trouve nulle part excepté dans cet essai original. Il est souhaitable qu’il soit édité rapidement, en 2015, année du centenaire de la relativité d’Einstein. J’ai la conviction que ce livre doit être publié et j’espère que vous serez convaincu après l’avoir parcouru.



Plan de l’ouvrage


INTRODUCTION 1

Ch 1. Regard sur quelques voies inédites parcourues par les scientifiques 8
Ch 2. La physique de la nature et la nature de la physique : depuis Aristote à la mécanique quantique 40
Ch 3. La physique quantique sous le regard des philosophes 53
Ch 4. Information, expression et réception : de la mécanique quantique à la monadologie quantique 66
Ch 5. Le monde quantique inscrit dans l’étendue spatiotemporelle classique 82
Ch 6. Substances, formes et énergie 96
Ch 7. Substance quantique, champs et particules 112
Ch 8. Du quantique au global et à l’étendue 132
Ch 9. La seconde interprétation monadologique à partir des champs quantifiés 143
Ch 10. L’univers perceptif et la cosmologie quantique 155
Ch 11. Dualité et dynamique des formes, un autre accès vers la monadologie et le cosmos
178
Ch 12. Quand le « philosophe » observe le cosmos en explorant le passé de la physique pour éclairer l’avenir 202
Acte final (en rédaction) 214


Bernard Dugué, éléments biographiques

Bernard Dugué est diplômé dans plusieurs spécialités. Ingénieur des Mines de Saint Etienne, docteur en pharmacologie, docteur en philosophie. Il a été enseignant-chercheur en biologie à l’Université de Bordeaux 2. Puis s’est orienté vers des recherches pluridisciplinaires dont les centres d’intérêt couvrent la systémique, la biologie théorique, l’ontologie, la philosophie et la physique théorique. Il est aussi journaliste sur Agoravox pour lequel il a écrit quelque 1600 articles. Son dernier livre propose de revoir les questions sur la vie et son évolution en proposant une conception du vivant qui tranche avec les théories darwiniennes consensuelles. Actuellement, il s’oriente vers la cosmologie quantique pour élaborer une nouvelle philosophie de la Nature.

Livres édités

L’expressionnisme ; prolégomènes à une métaphysique des temps nouveaux. L’Harmattan, 1998.
H1N1, la pandémie de la peur. Xenia éditions, 2009.
Le sacre du vivant ; essai post-darwinien sur l’essence de la vie et son évolution , Editions JMG le Temps présent, oct 2014.


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • diverna diverna 22 septembre 2014 15:20

    Je vous souhaite de trouver le moyen de vous faire lire. Un article dans un journal scientifique « comme Einstein » depuis son « laboratoire » (un tiroir sur son lieu de travail) me parait une piste. La science demande des articles scientifiques.


    • Lion vert 22 septembre 2014 15:26

      Connaissez-vous Vincent Mignerot ?

      Il a publié un intéressant petit ouvrage (qui par ailleurs ne manquera pas de vous intéresser et qui est en relation avec les travaux de François Roddier http://www.youtube.com/watch?v=6lNz5vmKEFA)

      http://www.theorie-de-tout.fr/la-verite/#.VCAgGnkcSM8

      et ses sites sont à découvrir.

      J’ai téléchargé la version epub sur Amazon pour moins de 4 euros (logiciel de lecture Kindle que j’utilise sur ma tablette Android).

      http://www.amazon.fr/V%C3%A9rit%C3%A9-Essai-sur-raison-tout-ebook/dp/B00F91F8WK/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1411391744&sr=8-1&keywords=mignerot

      L’idée serait que vous procédiez de la même manière pour diffuser votre propre ouvrage (que je ne manquerais pas d’acheter si vous le rendez disponible dans des conditions similaires).


      • bourrico6 22 septembre 2014 15:39

        Avoir 20 ans d’avance ne confère aucun avantage et c’est même un obstacle

        Ca va ? Vous arrivez encore à enfiler vos godasses Mr le révolutionnaire en papier mâché ?

        En fait, je suis désolé, mais pour moi vous êtes cuits.
        Si vous faites un texte scientifique, les scientifiques vont vous tomber dessus.
        Et comme vous êtes incapable de vulgariser vos propos, les non scientifiques rationnels ne pigeront rien, et vous ne pourrez compter sur eux.
        Ne vous resteront que les non scientifiques illuminés en mal de sensationnel... ça fait léger comme soutient.

        Et votre titre... quelle farce, pompeux, accrocheur, et mensonger, digne d’une mauvaise presse de vulgarisation scientifique.
        Tout comme Einstein n’a pas éliminé Newton qui est toujours utilisé, toute théorie englobante ne les supprimera pas, et vous pouvez donc vous carrer votre « adieu » ou je pense.

        Sauf bien sur si vous ne cherchez pas une théorie englobante, mais une invalidante, dans le sens ou vous voulez invalider la physique actuelle dans les grandes largeurs.... sauf que ce qui semble vous avoir échappé, c’est qu’on est plus au XIXème


        • trevize trevize 22 septembre 2014 16:55

          Hé oui, l’univers se rassemble, les illusions tombent et la vérité ne va pas tarder à éclater. Apparemment, vous en avez trouvé un bon morceau, mais vous n’avez pas encore tout compris car vous avez peur qu’on vous vole le bel oeuf en or que vous avez trouvé.
          La vérité appartient à tout le monde. Si vous avez quelque chose à dire, et que vous y croyez vraiment, alors dites le, pas pour vous faire du fric, mais juste pour faire progresser l’humanité. La renommée et les sous viendront si vous avez vraiment visé juste. Vous voulez le grisbi, mais nous on veut voir la marchandise avant.

          Chaque système vise d’abord à sa persistance, sa stabilité. Vous voulez torpiller la science actuelle, fort bien je suis avec vous, mais n’espérez pas que les éditeurs classiques vous rejoignent pour vos beaux yeux. Eux participent de ce système et visent donc à le perpétuer de façon stable, rejetant tous les travaux allant à son encontre. C’est comme ça que le monde fonctionne.
          Utilisez des outils actuels, un canal de communication où on ne jugera pas vos travaux sous l’oeil de la science officielle. Utilisez internet, proposez votre livre en licence libre (en vous réservant l’exploitation commerciale si vous le voulez), ou bien chez amazon en version électronique. Si c’est pertinent, ça se saura bien vite et des éditeurs vous contacteront pour faire une version imprimée.


          • Alex Alex 22 septembre 2014 16:56

            Dugue,

            Deux suggestions :

            Option 1 : rédiger un manuscrit calligraphié sur vélin, avec en page de titre :
            BERNARDI DVGVE, Principia Cosmonadologiæ Quantiquæ, MMXIV
            Envoyer au Vatican pour obtenir l’imprimatur.

            Option 2 : remplacer monade par gonade, ajouter quelques photos suggestives, et envoyer à Playboy.


            • chapoutier 22 septembre 2014 17:24

              Et puis, en observant les géraniums de mon balcon, une idée est venue.... 

              et avec des roses ?


              • Tall 22 septembre 2014 17:24

                Aux USA, l’avant-gardisme est dans la culture du pays car ses fondateurs étaient des pionniers.

                C’est chez eux qu’il faut tenter des contacts.
                L’Europe est trop vieille pour les pionniers.

                • Daniel Roux Daniel Roux 22 septembre 2014 18:03

                  L’auteur comme beaucoup, cale sur la notion « temps ».

                  Qu’est ce que le temps ? Le temps passe... mais s’il ne passait pas, quel serait l’état de l’univers ?

                  A l’instant : Il serait immobile, noir, incorruptible, indestructible, impénétrable et rien ne se passerait. Le photon serait suspendu dans sa course et ne ferait réagir aucun récepteur, il n’y aurait plus d’expansion, plus de gravité ...

                  Le temps, c’est le passage d’un état à un autre, le tic initial puis le tac lorsque plus rien de ce qui existait en tic, n’est identique en tac.

                  Ou alors, c’est autre chose..

                   


                  • epicure 24 septembre 2014 00:15

                    C’est un des problèmes de sa thèse, il annonce qu’il va remplacer einstein , la mécanique quantique et tutti quanti, une théorie révolutionnaire , mais il est incapable d’expliquer le temps.


                  • Tall 22 septembre 2014 18:17

                    A propos du temps, il m’est venu une réflexion l’autre jour ... c’est une idée qui a l’air intuitivement absurde mais pourtant elle est correcte >


                    C’est que si l’univers tout entier, jusqu’à sa + infime partie, devait partout et en même temps, s’accélérer ou décélérer, ou même s’arrêter complètement pour redémarrer ensuite ... il serait impossible de le constater.

                    C’est donc une hypothèse invérifiable.... mais elle a l’intérêt d’offrir un autre point de vue sur la notion de temps. Un point de vue relativiste.


                    • Aristoto Aristoto 22 septembre 2014 23:04

                      De même pour « l’espace » ( la taille ) des choses ! Peut être qu’en réalité nous faisons un milliards de fois notre volume d’il ya un micro-seconde sans s’en rendre compte !


                    • Norbert 23 septembre 2014 15:04

                      Déjà l’expression : « Partout en même temps » n’a absolument aucun sens du point de vue « Relativiste » (au sens de la Relativité). Maintenant d’imaginer que la règle qui mesure grandisse avec l’objet à mesurer pour que l’on ne s"aperçoive de rien est une formulation plus heureuse.

                      Votre réflexion est bien gentille mais c’est bien la toute sa qualité !


                    • Tall 23 septembre 2014 15:37

                      Non ... le « en même temps » est ici physiquement concevable, même si non mesurable.

                      Idem pour la notion de temps absolu. Ce n’est pas vérifiable mais concevable, ce qui permet des raisonnement corrects.

                    • Passante Passante 22 septembre 2014 18:54

                      je ne connais pas grand chose au domaine que vous traitez,


                      mais je me permettrai de vous rappeler quelques fondamentaux du livre, des ventes etc.,
                      fondamentaux en général inconnus, sinon surtout souvent oubliés des chercheurs, des universitaires et des écrivains.

                      nous en sommes à un moment où vous devez vendre l’auteur avant le livre,
                      les gens achètent mais ne lisent pas.

                      en procédant par mails, vous avez peu de chances, 
                      allez le voir votre éditeur, rendez-vous, harcèlements, p’tits verres, tout est bon.
                      respectez bien le print du manuscrit en format, faut pas les fatiguer.

                      ne dites pas que vos centaines de nartics c’est sur avox, 
                      jouez la dispersion qu’ils farfouillent.
                      faites passer vos interventions télé avant les articles c’est ça qui vend,
                      donc télés en tête de cv -

                      ne dites pas que l’ouvrage fait concurrence mais synthétise et va plus loin...
                      n’allez pas commencer votre démarche par « je manque de notoriété »
                      n’oubliez pas que l’ensemble de vos éditeurs potentiels ne regardent jamais leurs géranium
                      avouez la légère complexité de l’ouvrage 
                      mais glissez que vous avez un plan comm. où il est présenté au grand public 
                      comme un travail de pédagogie inégalé sur des avancées nouvelles.

                      ne m’en voulez pas de ce listing, vos aveux d’impuissance sont le vrai signe de votre génie probable.
                      ah et question temps, il me semble que la soluce est dans ce que vous avez déjà théorisé, cohérence.
                      bonne chance.

                      • Dwaabala Dwaabala 22 septembre 2014 20:02

                        La physique a connu deux grandes révolutions au siècle dernier : relativiste et quantique. Il est certainement difficile de faire accroire aux éditeurs qu’elle en connaîtrait une tous les deux mois maintenant, et cela dans Agoravox.


                        • Nosferalis Nosferalis 22 septembre 2014 22:30

                          Le titre « Adieu Einstein et Newton » ne fait pas du tout sérieux : Newton n’a pas aboli Galilée, Einstein n’a pas aboli Newton. De même, se présenter comme ayant 20 ans d’avance et étant absolument génial est une erreur de communication (vous avez le droit de le penser, mais ce sont vos écrits qui doivent le prouver, pas une pétition de principe).

                          Les scientifiques disposent, je crois, de revues à comité de lecture. Vous pourriez sans doute les contacter ; étant donné que vous êtes scientifique, vous devez avoir des collègues qui vous conseilleront, plus que ce site de non-spécialistes.

                          Je pense qu’avoir publié cet article pompeux vous desservira. Il fait très erreur de jeunesse, erreur de l’auteur qui a besoin de se montrer et de montrer qu’il est incompris. Il faut d’abord avoir l’air sérieux. Faites lire votre livre à vos collègues, avant toute chose ; demandez-leur des conseils, des avis. Ce sont eux qui vous diront si ce livre a de la valeur, s’il correspond à vos espoirs ; ce n’est pas nous qui pourront le faire.

                          Bon courage à vous.


                          • Alex Alex 23 septembre 2014 10:29

                            Dugué,

                            Je vous présente mes excuses.
                            L’une de mes nombreuses tares est de tourner à peu près tout en dérision, mais sans méchanceté ; je suis donc navré que mon commentaire soit le « plus apprécié ».
                            Mais choisir un site comme AVox pour publier vos articles n’est peut-être pas très judicieux.


                            • bourrico6 23 septembre 2014 12:09

                              Il ne vient même pas voir ce qu’il en est, il ne vient pas défendre sa « révolution » .....


                            • lloreen 23 septembre 2014 10:51

                              Voilà la contribution essentielle pour comprendre la théorie quantique.L’ exposé de Nassim Haramein en français est en lien.
                               
                              http://www.youtube.com/watch?v=_D9kUURBnDc
                              http://www.youtube.com/watch?v=TaXLWyI7QGI


                              • Cocasse Cocasse 23 septembre 2014 12:13

                                Sur le temps, Philippe Guillemant parvient à réconcilier la notion « d’absence de temps » de la physique d’Enstein et le temps subjectif de la conscience.
                                Du reste, il a pu de son coté produire un livre, mais son travail est largement exposé sur son site internet. http://www.doublecause.net/


                                • Jean Keim Jean Keim 23 septembre 2014 13:44

                                  Bonne chance Monsieur Dugué, mais pourquoi ne pas offrir votre travail tout simplement ?


                                  • Ruut Ruut 23 septembre 2014 14:00

                                    Le temps n’est qu’une invention humaine pour comprendre le monde.
                                    Peut être que le problème viens de sa définition.


                                    • bourrico6 23 septembre 2014 14:16

                                      Cette définition s’applique à tout en réalité.

                                      On dira :  La science n’est qu’une invention humaine pour comprendre le monde.

                                      Et on peut même ajouter : Dieu n’est qu’une invention humaine pour comprendre le monde.


                                    • Norbert 23 septembre 2014 14:28

                                      Du point de vue de la Relativité le temps n’existe pas vraiment (Voir à ce propos Marc Lachièze-Rey). D’ailleurs, la disparition du temps faisait la une des titres des journaux de l’époque de la découverte d’Einstein. Il n’y a qu’un espace -temps objectif qui est donné une fois pour toute, un événement passé pour un observateur appartient au futur d’un autre et l’espace ou le temps seuls perdent leur existence objective. Le vrai mystère qui demeure est le parcours du temps propre par la conscience de l’observateur comme le saphir le long du sillon d’un disque déjà écrit. Comment retrouver l’Espace et le temps comme propriétés émergentes ou approximations dans le cadre d’une description théorique qui n’en a pas besoin comme fondement ? 

                                      Si vous avez vraiment découvert une nouvelle voie de la physique, BRAVO ! Il y a forcément deux ou trois types honnêtes et physiciens de hauts niveaux qui vous aideront à publier dans une revue. Vingt ans d’avance, après tout, cela n’est pas tant que ça et j’ai du mal à croire qu’il n’y a personne pour comprendre ce que vous avez trouvé. Cela peut prendre un peu de temps c’est vrai mais cela aboutira forcément. Je vous (et nous) le souhaite vraiment . A moins que...vous ne soyez qu’un fanfaron. 


                                      • Tall 23 septembre 2014 15:48

                                        Le vrai mystère qui demeure est le parcours du temps propre par la conscience de l’observateur


                                        Il n’y aucun mystère là-dedans si l’on considère la conscience comme l’effet d’un processus purement physique ( fonctionnement cérébral ). C’est de là d’ailleurs que vient ma réflexion ci plus haut sur l’impossibilité de constater une accélération/décélération de l’univers, puisque la conscience accélèrerait/décélèrerait en même temps.

                                        Maintenant, si vous croyez à une transcendance physique de la conscience, c’est votre droit, mais perso, ce genre de débat ne m’intéresse pas.

                                      • Norbert 23 septembre 2014 16:37

                                        Je crois qu’une conception matérialiste (au sens large du mot matière) pourra expliquer la conscience je ne recherche aucune transcendance.

                                        Ce que vous ne comprenez pas, c’est que dans la conception de la relativité générale, tout observateur est représenté par une ligne d’univers qui englobe son passé et son futur (propre). Le présent ne se construit pas « au fur et à mesure » et pourtant la conscience le perçoit comme tel. Pourquoi ? Cette question reste posée, c’est tout.

                                        « L’accélération de la conscience » que vous mentionnez est une notion vraiment trop vague pour servir de base à une discussion scientifique sérieuse. Encore une fois, l’idée qu’il serait impossible de s’apercevoir de la dilatation des objets ou de la dilatation des temps dans un monde dans lequel tout se dilaterait (donc les règles et le horloges également) a marqué les prémisses de l’abandon de l’existence de l’espace ou du temps séparément, Poincaré (et peut-être déjà Galilée) avait déjà réfléchi à cela. Seul l’espace-temps existe objectivement dans le cadre de la théorie de la Relativité d’Einstein qui est toujours la théorie de référence actuellement.


                                      • Tall 23 septembre 2014 17:06

                                        L’accélération de la conscience » que vous mentionnez est une notion vraiment trop vague pour servir de base à une discussion scientifique sérieuse


                                        Mais non, c’est clair ...avec la conscience comme produit exclusif des phénomènes biochimiques cérébraux > si les processus cérébraux s’accélèrent au sein de l’univers entier qui fait partout de même ... on ne le verrait pas.

                                        Et la relativité ne change rien à cette idée.

                                        Ce qui vous « dérange » là-dedans, c’est que la conscience soit impliquée ... si j’expliquais la même chose non pas avec le cerveau humain, mais avec un cerveau cybernétique de robot, ça ne vous poserait plus de problème.

                                      • Hervé Hum Hervé Hum 23 septembre 2014 22:11

                                        Norbert et Tall

                                        votre discussion est caractéristique des aberrations du cerveau humain.

                                        Si tant est qu’il soir impossible de rendre compte d’un phénomène, c’est qu’il n’existe pas !
                                        Et réfléchir à cela est le comble de l’absurde.

                                        On peut réfléchir à l’espace par le temps et au temps par l’espace, mais on ne peut pas réfléchir l’espace par l’espace, ni le temps par le temps.


                                      • Norbert 24 septembre 2014 11:04

                                        @Hervé Hum

                                        Je suis d’accord pour partager le terrible fardeau des « aberrations du cerveau humain » que doivent, hélas, supporter sans l’avoir voulu tous les membres de notre espèce, mais en l’occurrence je ne comprends pas bien présentement ce que vous trouvez d’aberrant dans ce que j’ai dit (Je ne parle pas de Tall).

                                        Effectivement c’est parce qu’il était impossible, par aucun phénomène de rendre compte de l’existence de « ’Ether », que cette substance mystérieuse cencée servir de support à la propagation des ondes électro-magnétiques a finalement disparue des hypothèses après l’avènement de la Relativité restreinte de 1905. 


                                      • Hervé Hum Hervé Hum 24 septembre 2014 14:27

                                        @ Norbert,

                                        Hélas, nul n’échappe aux aberrations du cerveau.

                                        C« ’est vrai, Einstein avait supprimé l’idée de l’éther, mais vers la fin de sa vie il paraît qu’il s’en était repentit.

                                        Sinon, effectivement, à quoi bon s’interroger sur une substance dont on ne peut pas rendre compte.

                                        En fait, l’unique intérêt de parler d’éther plutôt que de vide réside dans le fait de dire que le vide n’est pas rien , mais est tout l’espace de l’Univers et au delà (ici, nous sommes confronté à une aberration classique du cerveau, celle de se dire qu’il y a toujours plus grand que grand et toujours plus petit que petit !)

                                        C’est à dire, que le vide exprime une valeur fondamentale absolu depuis laquelle tout s’anime, mais qu’il est impossible à réduire ou diviser de quelque manière que ce soit (en opposition à notre volonté de compartimenter, réduire, délimiter).

                                        Je pense que c’est la raison pour laquelle Einstein est revenu à nommer le vide par l’éther, seulement pour lui donner une valeur propre, unique et absolu.

                                        De fait, la dialectique philosophie ou métaphysique conduit à penser que le vide ou éther, exprime l’espace comme une valeur indivisible. Ce n’est pas l’espace qui se divise, mais ce que nous nommons le temps. C’est ici que le processus itératif intervient, mais c’est une autre histoire !
                                        Donc, oui, on peut ignorer l’éther pour ne garder que le vide, l’inconvénient est que dans notre imaginaire, notre construction mentale de l’Univers, le vide n’interagit pas avec la matière, alors que notre représentation de l’éther si. L’éther, donne une consistance au vide pour lequel nous ne pouvons que constater les effets et dont la cause n’est autre que les effets constatés. Autrement dit, nous nous trouvons face à un mur qui renvoi systématiquement vers soi même, au sens que nous donnons à la vie, bref, au temps.

                                        Conclusion, nous nous trouvons bien face à une aberration du cerveau humain qui s’interrogeant sur la cause de sa propre existence ne fait que la nier, donc, de plonger dans le néant de sa propre existence.

                                        Comme disait Desproges, »étonnant non !!!"


                                      • Neymare Neymare 23 septembre 2014 14:45

                                        Bernard
                                        Pourquoi ne pas nous donner ici meme un aperçu succinct et vulgarisé de ce que vous voulez éditer ?


                                        • bourrico6 23 septembre 2014 16:06

                                          Dugué est incapable de vulgariser son propos.
                                          Vulgariser revient à expliquer simplement des concepts compliqué, c’est un exercice délicat qui débouche souvent sur des incompréhensions dues aux simplifications.
                                          Toutefois, certaines revues y parviennent très bien, ce qui n’est pas le car de l’auteur.
                                          Ses lecteurs doivent avoir leur propre bagage, ou être condamnés à de rien capter au match.

                                          Question : Pourquoi poster ici ses thèses révolutionnaires, et non sur des forums scientifiques ?
                                          Réponse : Parce que la bas, c’est la gamelle assurée, tandis qu’ici, vu le nombre d’illuminés, il trouvera toujours des adeptes.


                                        • Hervé Hum Hervé Hum 23 septembre 2014 21:55

                                          L’article vaut surtout pour les commentaires !

                                          La seule chose qui me laisse dubitatif, est que l’auteur s’interroge sur le temps !?

                                           Sinon, reste à attendre la suite des évènements pour savoir de quoi il en retourne.


                                          • epicure 24 septembre 2014 00:48

                                            En fait en lisant l’article, la chose la plus énorme dans la thèse de dugué, c’est l’égo de son concepteur qui y est exprimée.
                                            Ça ne fait pas sérieux pour un ouvrage qui se veut scientifique.
                                            Enfin pas étonnant peut être ces refus des éditeurs , si les présentations sont de cet ordre.

                                            Et puis pourquoi ne pas présenter un titre positif, qui décrit la thèse plutôt qu’un titre vulgaire qui n’a rien de scientifique ?

                                            Ça se la pète, mais au niveau CV il manque quand même un doctorat en physique pour faire sérieux pour prétendre à révolutionner le domaine, plutôt que l’illuminé qu a vu l’univers dans un pot de fleur et croit avoir une idée géniale.

                                            Et surtout Einstein a révolutionné la physique parce que sa théorie a entrainé des prédictions qui se sont vérifiées, et donc sa théorie a été reconnue et adoptée. SInon il aurait passé pour un doux rêveur. Donc il faudrait que le livre contienne des prédictions spécifique à sa théorie pour faire sérieux, sinon ce ne sera juste qu’un essai mais pas une théorie.

                                            Enfin comme dit par d’autres AV n’est pas du tout le support adapté pour ce genre de démarche.
                                            1600 article sur agoravox, et aucun sur des forums à vocation scientifique ça ne fait pas sérieux.

                                            J’aimerai bien voir le même article sur futura science par exemple, comment il serait reçu. Je me rappelle par exemple que les frères bogdanov y avaient défendu les thèses de leur livre, et que au niveau mathématique leur discours avait l’air de tenir, ils ont réussit à pas passer pour des bouffons face à des gens qui s’y connaissaient dans le domaine abordé.
                                            Pourquoi quelqu’un qui prétend révolutionner la physique n’est pas capable de faire aussi bien, sinon mieux que les deux célèbres jumeaux ?


                                            • Norbert 24 septembre 2014 10:52

                                              La thèse des Bogdanov est un tissu d’âneries et de sophistications alambiquées et artificielles démontrant la totale non-maîtrise par les « auteurs » de notions élémentaires. La thèse est officieusement non reconnue mais pour des raisons administratives il est pourtant impossible de l’annuler. Même au cours d’une thèse médiocre et très mal défendue, en France, on ne met jamais à mort la victime et il y a toujours des mots pour souligner le travail magistral qui a été accompli (même quand cela n’est pas vrai). Quand la soutenance d’une thèse est acceptée alors la thèse est acceptée et certains membres du jury qui découvrent la « supercherie » à ce moment la ne peuvent plus rien empêcher (c’est de leur faute, ils devaient intervenir en amont de la soutenance).


                                            • bourrico6 24 septembre 2014 10:55

                                              Il prétends révolutionner la physique, mais uniquement par « l’esprit ».
                                              Au diable le formalisme, à aucun moment les maths ne sont abordés, je lui ai demandé au moins deux fois pourquoi il n’abordait jamais le volet mathématique de la physique.... aucune réponse.

                                              C’est pourquoi il ne répondra jamais à vos suggestions « d’aller se faire voir ailleurs », car ailleurs, il passerai probablement pour un rigolo, alors qu’ici, il arrive à trouver du soutient chez les frustrés illuminés en mal de sensationnel et de grand complot visant à faire taire les esprits clairvoyants.

                                              En fait, l’auteur fait plus de la métaphysique que de la physique.
                                              Ca ne poserai pas de problème s’il l’admettait, mais ce n’est pas le cas, mr continue à prétendre révolutionner la physique.


                                            • epicure 26 septembre 2014 17:12

                                              @Par Norbert (---.---.---.41) 24 septembre 10:52

                                              oui bien sûr sur le fond leur thèse ne vaut pas ce qu’ils prétendent.
                                              Mais au niveau mathématique en tout cas d’après les critiques que j’ai lu, il y a des choses qui tiennent, et sur ce point ils ont pu se défendre sur le forum. Ça ne veut pas dire que leur thèse a été validée dans son ensemble.


                                            • Norbert 27 septembre 2014 14:35

                                              Oui. 


                                            • Claus D. Claus D. 2 octobre 2014 10:08

                                              D’abord je dois dire que je partage avec vous le constat d’une société pétrifiée (quoiqu’en perpétuel mouvement) et vermoulue, et de ses monstruosités narcissiques.

                                              Ensuite, quant au sujet à proprement parlé, nous sommes nombreux je crois à avoir ce sentiment d’être à l’aube de quelque-chose de radicalement nouveau dans la manière de concevoir les sciences. Un « simple » magazine comme Sciences&Vie montrait récemment que la récente attestation de l’existence de Boson de Higgs dans les modestes laboratoires du CERN n’était pas forcément une aussi bonne nouvelle que cela pour la communauté scientifique : oui, il existe, donc les prévisions étaient correctes, donc…on n’a guère avancé finalement. Méca quantique et Relativité continuent de se bouder l’une l’autre, la Théorie des cordes n’en finit plus de se complexifier et de se « dogmatiser », alors que, comme le fait remarquer le scientifique néerlandais Erik Verlinde, dont les propos sont reportés dans le S&V N1116 (sept.2010) :
                                              « Ce que nous appelons constituants fondamentaux est en réalité introduit de façon ad hoc. Et par conséquent parfaitement réfutable. J’ajoute qu’il est peu probable que nous accédions jamais aux constituants fondamentaux »
                                              Ce numéro était précisément consacré à cette (pour l’instant) hétérodoxe théorie de gravitation illusoire, comme manifestation émergente, ou holographique, d’informations contenues à la surface de l’univers. Comme vous, cela m’a fasciné et continue de le faire.

                                              Sinon il y a d’autres auteurs que Klein, Hawkins et Cie, et je pense notamment à un livre remarquable que j’ai lu récemment : « Réenchanter les sciences », de Rupert Sheldrake, qui est biologiste, comme vous. Sa vision est une vision « noétique » du monde, c’est-à-dire scientifique ET spirituelle, et il en appelle à une ouverture vers la philosophie et même la religion pour étayer sa propre théorie qui est celle des « champs morphiques » (en gros, tout dans l’univers est en résonance mystérieuse avec tout, et d’autant plus que la chose lui ressemble, et ceci « instantanément », sans contraintes spatiales ni temporelles, à la manière de particules « intriquées » quantiques).
                                              Sa conception ouverte et en prise directe avec l’univers, ainsi que l’était celles des premiers philosophes-scientifiques grecs, n’a pas été sans me rappeler les écrits de Simone Weil sur les sciences, eux-aussi fort intéressants, autant qu’hétérodoxes, bien entendu.

                                              Puisque tout est lié là aussi, bien-sûr : notre civilisation est en panne, en chute libre, en voie de désintégration même, et il est donc normal que les sciences le soient aussi, malgré les prouesses technologiques « miraculeuses » promises par les grands pontes transhumains.

                                              Voilà, en espérant que, malgré vos nombreuses activités, vous prendrez le temps de me répondre, puisque vous en appelez à davantage d’échanges, et quoique je ne sois malheureusement pas en mesure de vous aider en ce qui concerne l’édition de votre manuscrit.

                                              En vous souhaitant bonne route quoi qu’il en soit.

                                              cordialement,
                                              Claus

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès