Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > ADSL et fibre optique : la révolution en marche

ADSL et fibre optique : la révolution en marche

L’ADSL vit actuellement ses « Trente glorieuses ». Technologie phare du développement d’Internet haut débit en France, la situation de l’ADSL va-t-elle perdurer, notamment face à la montée en puissance de la fibre optique ?

Les FAI peuvent-ils rentabiliser les investissements colossaux que nécessitent les offres ADSL en les revendant à des prix planchers ? Les débits proposés par l’ADSL seront-ils suffisants pour supporter les nouveaux usages d’Internet, gourmands en bande passante ? Deux événements distincts sont à l’origine de ces interrogations. Premièrement, selon le cabinet d’études américain Forrester, les offres ADSL multiservices pourraient se transformer en « suicide financier » pour les fournisseurs d’accès. Les opérateurs télécoms multiplient les investissements techniques et publicitaires pour séduire les internautes, qui sont certes prêts à payer un forfait Internet mensuel à 30 euros, mais qui ne sont pas forcément enclins à payer des services supplémentaires, comme les bouquets de chaînes télé ou la vidéo à la demande. Bref, à terme, les offres « Triple play » pourraient s’apparenter à un mirage, une utopie où les FAI dépenseraient plus d’argent qu’ils n’en gagneraient.

Hasard du calendrier ou non, au moment même où certains craignent pour l’avenir de l’ADSL, Orange annonce la commercialisation d’une offre "très haut débit" à 100 Mbits pour septembre 2006. La fibre optique (FTTH - Fiber To The Home) cumule les points positifs face à la vieillissante technologie ADSL (fil de cuivre), qui atteint désormais ses limites en termes de débit mais surtout de portée et de fiabilité des connexions. Spécialement conçue pour le transport des données numériques via la lumière, la fibre optique n’est pas sujette aux problèmes d’atténuation ni de distance avec les noeuds de raccordement. Avec ses débits symétriques jusqu’à 100 Mbits, la bande passante de la fibre optique ne sature pas en cas d’utilisation simultanée de plusieurs services Internet (web, TV haute définition ou encore téléphonie VoIP et visiophonie). C’est d’ailleurs le cheval de bataille d’Orange qui anticipe la démocratisation des nouveaux usages d’Internet, grâce à la mise en place aujourd’hui de la fibre optique domestique. TV haute définition, visiophonie qualité DVD ou encore téléchargement immédiat, les internautes souhaiteront à l’avenir pouvoir profiter simultanément de tous ces services sans se soucier de la quantité de bande passante disponible.

La fibre optique est déjà utilisée par les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) pour faire transiter les données numériques entre leurs différents équipements (serveurs et répartiteurs), mais Orange sera le premier opérateur à lancer en France une offre FTTH « grand public », annoncée à 70 euros par mois. Les prix diminueront sans doute rapidement et la concurrence se focalisera donc sur la capacité des FAI à amener cette fibre jusqu’au domicile des abonnés. Bref, à peine certains se connecteront-ils à l’ADSL, que d’autres migreront déjà vers la fibre... La révolution numérique est certes en marche, mais le cuivre cèdera-t-il si rapidement sa place à la lumière ?

Source : Ariase


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (185 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • romG romG 20 juin 2006 10:37

    Bonjour Fanch,

    Tout cela est bien beau mais cela ressemble à un sacré gâchis. Le cuivre est une matière première qui n’est pas réellement bon marché, la fibre optique non plus, et j’imagine que les travaux qui seront nécessaire pour la faire passer dans tous les « tuyaux » seront conséquents.

    Par ailleurs, les deux systèmes continueront sûrement de se côtoyer assez longtemps, sans oublier que de nombreuses personnes ne profiteront toujours pas de ces « prouesses technologiques » (au temps pour la fracture numérique).

    Enfin, le jeu en vaut-il la chandelle ? A-t-on réellement besoin de cette visio en qualité DVD (autant se rencontrer « pour de vrai ») ? Ne peut-on redonner un peu de valeur au temps qui s’écoule ? Ou du moins attendre que la technologie se stabilise un peu avant de dilapider toutes ces ressources dans notre quête insatiable de vitesse ?

    Cordialement.


    • Guillaume AGNELET (---.---.1.212) 20 juin 2006 11:53

      Effectivement.

      Il faut a un moment se poser la question « a quoi ça sert ? »

      Le son du téléphone n’a jamais été, ni ne sera jamais de la qualité d’un CD. Pourtant le téléphone rempli parfaitement son rôle depuis des dizaines d’années.

      Alors la visiophonie qualité DVD ??? A quoi ça sert ?

      C’est exactement comme ces cartes graphiques qui affiche des milliards de couleurs quand l’oeil humain n’en distingue dans les meilleurs conditions possibles quelques dizaine de millions.


    • tieumsuno (---.---.200.135) 20 juin 2006 11:00

      Je suis bien d’accord avec le commentaire précédent sur un point, la fracture numérique ! Encore les grandes villes qui vont profiter de ces avancées et les campagnes qui sont encore en bas débit, voient seulement arriver le 512 ! Je surfe à 512 depuis 2 ans, et je vois les débits grimpés à quelques kilomètres de chez moi...


      • bj33 (---.---.206.205) 20 juin 2006 15:18

        et dans ma campagne, on en est encore (pour longtemps) au modem RTC à 53kb les bons jours


      • eresse (---.---.107.65) 20 juin 2006 11:31

        « TV haute définition, visiophonie qualité DVD ou encore téléchargement immédiat, les internautes souhaiteront à l’avenir pouvoir profiter simultanément de tous ces services sans se soucier de la quantité de bande passante disponible »

        Si tout cela est gratuit (ce dont je doute fort) les internautes plebiciteront ces nouveaux services, mais dans le cas contraire, je vois mal quelqu’un payer pour obtenir instantanement un film alors qu’il peut le recuperer en moins d’une journee (et gratuitement) avec une connexion adsl de bonne qualite.

        Pour la visiophonie, on a tellement pris l’habitude de se promener librement tout en discutant (merci les sans fils) que je me vois mal rester assis sans pouvoir m’isoler juste pour avoir le plaisir de voir la trombine de mon interlocuteur en qualite DVD. La ligne ADSL classique ( 2Mb) suffit amplement pour les usages courant a savoir webcam et chat sur msn ou skipe. Et dans ce cas la, je me fous totalement de la qualite d’image ce qui m’importe le plus c’est la duree de connexion et la gratuité.

        Pour moi, ca ressemble plus a une fuite en avant dans l’espoir de recuperer des abonnés à tout prix.


        • fanch 20 juin 2006 12:03

          Bonjour,

          Loin de moi l’idée de faire l’apologie d’une offre à 70 euros / mois ! Je suis bien conscient de la situation du haut-débit en France et de la fraacture numérique qui perdure.

          Néanmoins, je ne suis pas d’accord avec l’idée selon laquelle la fibre optique n’est pas « utile » au vu des besoins. Les services qui seront proposés dans plusieurs années ne se developperont qu’avec une technologie de pointe qui supporte de forts debits. Tout comme l’ADSL au milieu des années 90, la fibre va se democratiser. Il n’en reste pas moins que les pouvoirs publics et les FAI ont une chance enorme : celle de ne pas refaire la meme erreur que pour l’ADSL en créant des disparités en terme de couverture reseau.


        • Gugume (---.---.20.61) 20 juin 2006 11:46

          On a eut les même remarques quand l’ADSL est sorti ... « Que vas-t’on faire de tout ce débit, mon 56k est suffisant ». Un pays qui se complait dans la suffisance ...

          La fibre optique permettra aussi de connecter toute la maison par le seul cable : Ordinateur, Téléphone, Télévision, mais aussi d’autres applications comme la video surveillance, diagnostic médical à distance, et bien d’autres services qui n’existent pas encore.(un OS basé sur le reseau supposé edité par un certain moteur de recherche par exemple...).

          On change d’echelle de débit de l’ordre du fois 10 pour le double du prix... pourquoi se plaindre ?

          Cela dit, pour 70€ par mois, je prefere les dépenser autrement smiley Le jour où la fibre optique sera à 30€ par mois, ca voudra dire que le « commun des mortels » pourra y acceder et que l’ADSL sera HS smiley ( allez combien ? 5 ans ?)


          • Guillaume AGNELET (---.---.1.212) 20 juin 2006 11:56

            NON, l’avancée technologique que nous a apporter l’ADSL n’est pas le débit pur, mais la possibilité offerte de rester connecté 24h sur 24h sans surcout.

            Moi, c’est exclusivement cela qui m’a fait passer à l’ADSL, mon 56k restant parfaitement suffisant en terme de débit pur.


          • romG romG 20 juin 2006 12:21

            Encore une fois, la question se pose de savoir « Pourquoi faire ? ». La grande majorité des gens n’utilise pas (loin s’en faut) toute la bande passante dont ils disposent. Pour ce qui est des services que vous évoquez (diagnostic médical à distance ...), ils sont surtout intéressants dans les lieux isolés ... qui ne seront pas connectés (à combien le km de fibre optique ?) !

            Quant au ratio entre le débit et le prix, il est typique d’une consommation effrénée désormais dépourvue de sens ("C’était à 50% de réduction, j’l’ai acheté, bien sûr !).

            Cordialement.


          • le mave (---.---.63.134) 20 juin 2006 12:23

            J’écoute au boulot Radio Paradise ,bande passante 192 K avec ADSL,à la maison impossibilité d’avoir ADSL , pas de Radio Paradise (Radio Paradise.com)


          • fred (---.---.192.9) 20 juin 2006 12:11

            oui moi j’ai besoin d’un débit symetrique !!! vous n’en n’avez pas besoin ?? tant mieux pour vous, moi cela me permettrais d’heberger mon serveur web @home. deplus la contrainte de distance est bien moindre en fibre qu’en cuivre..alors parler de fracture numerique n’est pas un argument recevable (techniquement). En plus qui peut profiter d’un « soit-disant » 20Mega ?? personne. j’habite Paris 1 et je plafonne a 10Meg en « soit-disant » ADSL2...l’adsl est déja completement dépassé, et trop faiblard....rien que la telephonie sur adsl est de pietre qualité, la TV c’est limite... alors vive la fibre, je l’attend avec impatience..et tant pis pour les pisses froid


            • romG romG 20 juin 2006 12:24

              Fred,

              Vous avez une bonne raison de souhaiter un fort débit, mais vous représentez tout de même une minorité (tout le monde ne possède pas un site sur lequel « se ruent les gens »).

              Vous seriez donc bien aimable de ne pas insulter les personnes sceptiques.

              PS : Mon urine est aux alentours des 37°, ce qui est raisonnable.


            • Gilbert Rabarin (---.---.234.40) 20 juin 2006 12:53

              BIEN DIT !!


            • Atlantys (---.---.244.99) 20 juin 2006 12:15

              Bonjour, Dans le début de votre article vous faites référence à l’étude de Forrester. Je ne sais pas si j’ai bien saisi la cohérence de votre article car cette étude fait particulièrement référence aux opérateurs historiques qui auraient certes des difficultés à rentabiliser leur offre trip play mais ils auraient encore plus de difficultés à rentabiliser leur nouvelle offre fibre optique dans la mesure où les consommateurs ne seraient pas encore prêts... Y a t-il une incompréhension de ma part ou une mauvaise restitution de l’info ?


              • Forest Ent Forest Ent 20 juin 2006 12:21

                La seule application qui pourrait utiliser une telle bande passante est la video haute définition en streaming, et c’est déjà même un peu surdimensionné. Les difficultés actuelles de la TV sur ADSL ne viennent pas du débit, mais de la latence, avec des effets de ’freeze’ gênants. C’est sans doute pour ça que les US viennent de voter « l’internet à deux vitesses » qui permettra d’avoir des flux prioritaires en payant plus cher.

                Mais tout ça suppose que le HDCP se généralise, ce qui n’est pas gagné. Du point de vue de l’utilisateur, il était plus simple d’avoir des videos sans DRM chargées par p2p.

                Plutôt que d’investir dans les fibres, il aurait mieux valu trouver un modèle économique pour la production autour du p2p et développer le SDSL domestique. Mais il y a quelques 100 milliards d’euros de chiffre d’affaires obsolète en jeu.


                • jluc (---.---.35.36) 20 juin 2006 12:46

                  La fibre optique, le réve ! Mais « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » qu’il commence déja à dégrouper toute la france avant, aprés on verra


                  • fanch 20 juin 2006 13:27

                    Attention à ne pas tout mélanger ! Le degroupage n’avance pas en France car les fournisseurs alternatifs ne se pressent pas d’investir pour équiper des zones à faible densité et faible rentabilité.... Pour la fibre optique, ca sera sans doute un peu pareil certes mais tout n’est pas de la faute d’Orange !


                    • Stef (---.---.118.236) 20 juin 2006 14:40

                      Certes, avec la fibre optique, les débits seront bien plus élevés, ce qui permettra l’apparition de nouveaux services gourmands tels que celui de la vidéo à la demande. Car, ce n’est pas une supposition, mais un fait : les ventes de lecteurs audio baissent, tandis que les ventes de lecteurs de video augmentent ; de plus, Apple pensent sérieusement à se mettre à la vente de video en ligne. Toutefois, au-delà de ces divers nouveaux services, personnellement, j’attends plus de qualité sur l’existant, à savoir une ligne ADSL avec des pings agressifs, un débit constant dans les 2 sens, sans coupure, mais surtout le maintient de la durée illimitée pour la connexion et de la VoIP. En tout cas, je ne suis pas près à payer si cher une connexion, que j’ai les moyens financiers ou pas pour pouvoir me l’offrir, et celà, même si je suis accro aux nouvelles technologies ...


                      • moniroje (---.---.246.62) 20 juin 2006 14:43

                        Eh bien moi, chuis bien content qu’il y ait progrès.

                        Et je suppose pas de gâchis comme il est dit plus haut ou alors aussi gâchis que le chauffage central et un tas d’autres trucs. Et certainement pas du gâchis : France Telecom n’est pas une société philantropique et ainsi veut encore gagner plus d’argent.

                        On progresse ; tant mieux. Parce que, l’ADSL, heu, c’est pas la panacée comme on nous le matraque : débit souvent inférieur à celui vendu ; déconnexions parfois gênantes si elles sont trop fréquentes ; hotline vous expliquant que c’est de votre faute, vous êtes à plus de 500 mètres du relais !! (c’est nul !!!) télévision pixélisée à regretter la télé de papa avec l’antenne hertzienne ; et téléphone illimité en rade (on vous appelle et vous ne le savez même pas !) ou en pointillé aux heures de pointe ; quant à la visiophonie, parlons-en : la qualité d’image en est à la préhistoire.

                        A cause de cette médiocrité, je préfère payer 58 euros par mois par le câble : internet, télévision, chaînes de cinéma, enregistreur et j’ai gardé ma ligne FT en illimité, soit 13 euros d’abonnement plus 30 euros d’illimité : total : 101 euros/mois. Et le tout est loin d’être parfait.

                        En comparaison, la fibre optique à 70 euros/mois ; ajoutons 10 euros/mois pour l’enregistreur et 10 euros pour mon cinéma : total : 90 euros. Finalement, si ça vient chez moi, j’attends un peu de voir les déboires des premiers et si il n’y a pas, je fonce : espérant un téléphone aussi fiable qu’avant l’Internet, voir mon petit-fils sur l’écran en couleurs réalistes, avec une fluidité naturelle du mouvement, zéro déconnexion sur le net, un débit ascendant ou descendant digne de l’abonnement et une image à la télé sans ces fichus bruitages.

                        Aucun regret des performances balbutiantes de la communication du siècle dernier. Et le Pourquoi faire que demande rom, je ne me le pose pas car je me doute bien qu’il y aura mille réponses à cette question, pour notre bien-être ; c’est sûr que on pourrait vivre comme en l’an 1000, on l’a prouvé. Mais ce n’est pas vraiment la bonne direction si on veut avancer.

                        Tiens, fred a un vécu similaire au mien !


                        • Hanubis37 (---.---.88.200) 20 juin 2006 14:51

                          Ce que je ne comprends pas, c’est que l’on sorte toujours des nouvelles choses mais qu’on ne les finalise pas. Par exemple, cela fait un bout de temps quer le tel par le cuivre existe mais au moins ca marche du tonnrre.

                          Aujourd’hui, nous avons l’ADSL qui nous permet des débits plus important que le 56k et qui nous permet aussi d’avoir du telephone en illimité et de la TV. Hors, comme on le dit plus haut, tout le monde n’ai pas déservi. De plus, l’ADSL n’est pas fiable a 100% et quand ca marche plus, résultat : plus de TV, plu de telephone et plus de net. C’est bien gentils de tout regrouper mais assurer au moins le bon fonctionnement de cette technologie avant de la mettre enplace. Et la, deja que tout le monde n’a pas l’ADSL, on parle de mettre de la fibre optique partout ?! c’est a cause du cout de cette fibre que tout le monde n’a pas l’ADSL.

                          Je ne dit pas qu’elle est inutile, au contraire, moi j’ai hate que cette offre arrive et que je la prenne surtout du fait d’avoir autant en débit montant quand descendant. J’ai juste l’impression que l’ADSL était en fait une étape intermédiaire à cette offre afin de perdre un minimum de pognon voire même de faire du fric en attendant.


                          • nono (---.---.94.25) 20 juin 2006 15:02

                            Fibre optique...

                            La différence avec l’adsl c’est qui faut payer la construction des réseaux fibre optique... alors que dans l’adsl le réseau cuivre était déja présent et largement amortis...

                            Moi je suis pas pret a mettre 70 euros (pres de 450 Francs) pour un acces internet...


                            • Adolphos (---.---.59.170) 21 juin 2006 10:44

                              « Moi je suis pas pret a mettre 70 euros (pres de 450 Francs) pour un acces internet... »

                              12*70€, plutôt, soit 840€ par an, prix réel.


                            • hello (---.---.4.252) 20 juin 2006 15:55

                              Je crois que certaines personnes n’ont pas compris : certaines zones sont complètement mises de côté avec l’ADSL car elles sont trop peu rentables. Les fournisseurs d’accès ne peuvent pas se permettre de perdre de l’argent (bon d’accord, il y a les côut publicitaires et tout...).

                              La mise en place d’un réseau de fibre optique pourra garantir un service de manière quasiment constante sur tout le territoire (là où l’ADSL nécessite une longueur de ligne assez courte). Cependant elle implique un investissement financier énorme (40 milliards d’euros pour la France).

                              Il ne sert donc à rien d’exiger une « qualité » sur une ligne ADSL qui ne peut en fournir (l’ADSL permet d’offrir des services qui tirent sur les capacités du réseau cuivré). Enfin, quant à l’argument « ce que j’ai aujourd’hui me convient », on en reparlera dans quelques années lorsque de nouveaux serices auront fait leur apparition.


                              • romG romG 20 juin 2006 16:00

                                D’accord mais encore faut-il que ces nouveaux « services » correspondent réellement à un besoin et ne nous soient pas imposés par un fournisseurs aux dents longues.

                                Donner un sens à la démarche. En ingénierie, cela s’appelle l’analyse de la valeur.


                              • Goldy Goldy 20 juin 2006 16:39

                                je suis cablé avec un 20mega, il est vrai que j’utilise que très rarement ce débit à pleine bande, et le plus souvent parce que le serveur distant ne tient pas la charge.

                                Maintenant, moi je trouve un intéret très important à cette connexion par fibre optique : Le débit symétrique. Un débit symétrique est une avancé vraiment très importante pour justement toutes la communauté « pronétaire ». L’échange devient maintenant possible pour n’importe qui, n’importe qui pourra devenir son propre hébergeur, les blogueurs, mais surtout les podcasteurs qui ont toujours besoin de bande passante qui coute une fortune chez les hébergeurs pourront distribuer directement depuis chez eux. L’échange devient alors instantanée, personnellement, j’ai 1méga en up, et j’imagine tout ce que je pourrais faire avec 100, ce sera une réelle révolution pour tout les fournisseurs de média des masses.

                                Maintenant, je pense que ce 100 mega symétrique viendra avec un tas de conditions que je redoute (enfin, orange n’a pas la même mentalité que les cablopérateurs, heureusement).


                                • (---.---.71.67) 20 juin 2006 22:41

                                  Cette discussion est assez amusante vue de Belgique où la télé est cablée depuis 40 ans et où le téléspectateur à le choix entre près de 50 chaînes gratuites et cablées. Les Belges ont également le choix entre l’ADSL via ligne téléphonique ou l’accès au haut débit via le cable optique qui déssert chaque habitation.....


                                  • nono (---.---.94.25) 21 juin 2006 09:43

                                    communauté « pronétaire ».

                                    Allez meme l’internet vous l’abordez dans la lutte des classes... y’a combien de militant d’extreme gauche qui ecrivent dans agoravox et qui commentent...

                                    JE suis pas convaincu que citoyen soit la marque de fabrique de agoravox.... quand on voit la ligne éditoriale et les commentaires...

                                    Vous devriez remplacé le vert par le rouge... au moins la charte graphique serait plus en rapport avec la ligne editoriale....


                                    • Adolphos (---.---.59.170) 21 juin 2006 10:47

                                      « y’a combien de militant d’extreme gauche qui ecrivent dans agoravox et qui commentent... »

                                      D’aprés mon expérience, il y a au moins 5 types pas d’extréme gauche sur agoravox.

                                      C’est amusant d’être d’extréme gauche au XXiéme siécle ; A peu prés comme de soutenir en 1750 que la terre est plate..


                                    • musil (---.---.105.91) 21 juin 2006 11:01

                                      Careful !! Big Brother-Adolphos is watching you !


                                      • pepin2pomme (---.---.100.11) 21 juin 2006 13:02

                                        Dans ce débat, il y a un point occulté : Bien sûr que la fibre optique est bien mieux adaptée au fil de cuivre, mais elle n’est pas prêt de le remplacer pour la raison simple que le réseau de cuivre est en place, et ce pour un bout de temps. Le gros avantage (et je dirais même le tour de force) de l’ADSL, c’est d’utiliser un support prévu pour la voix (0 à 3kHz analogique) pour faire transiter de 500kBaud jusqu’à 100Mbaud, et en plus sans empiéter sur la bande passante du téléphone. Chapeau !!!! C’est comme faire rouler une formule-1 sur un chemin forestier, sans perturber le trafic de tracteurs. La fibre permet un débit plus important que le cuivre sur une plus longue distance, soit. Mais à moins de prévoir une fibre par foyer, il faudra partager la bande passante offerte par l’unique fibre qui desservira tel ou tel quartier, et là, il risque d’y avoir des désenchantements si tout le monde veut de la vidéo en même temps ! De plus, la fibre est bien plus compliquée à poser et à interfacer qu’un fil de cuivre. Je ne parle même pas des tranchées à creuser dans les villes pour équiper tout le monde. Compte tenu de toutes ces contingences, l’ADSL est une bénédiction.


                                        • (---.---.71.67) 21 juin 2006 14:13

                                          Bof, ça a été fait en Belgique dans les années 60 et les Belges en sont pas morts. Installer le cable, c’est pas contruire le métro...


                                          • Bertrand Damien Bertrand Damien 24 juin 2006 22:40

                                            Bon, une première petite précision : Orange n’est pas le premier opérateur français a avoir commencé à déployer du FTTH. C’est déjà le cas depuis 2 ans sur Pau, à travers le projet Pau Broadband Country, et son opérateur local IPV7. Projet initié et lancé par le défunt Sénateur-Maire Labarrère.

                                            La question « a-t-on besoin de 100 Mb, quelles sont les applications etc... » est une question en réalité sans objet. On me l’avait posée lorsque je faisais il y a 2 ans une conférence à Bruxelles pour le FTTH Council EMEA. J’avais alors répondu par une annecdote, que voici :

                                            Quand j’habitais dans une petit appartement de 25 m2 en ville, lorsque j’avais une vingtaine d’année, mes affaires et mon mobilier étaient à la dimension de l’appart : riquiqui. 20 ans plus tard, j’habite à la campagne et je dispose de 500 m2, en comprenant les combles utilisables. Guess what ? Tout l’espace est occupé. Et si je devais vivre maintenant dans une cabanne au fond du bois, je m’adapterais en conséquence.

                                            Mais voilà, la nature a horreur du vide, disais-je à mon auditoire. Une façon de dire que la question est « irrelevant » : donnez-moi 100 mb, et je remplirai les tuyaux avec de nouveaux usages, que les utilisateurs s’empresseront d’inventer eux-mêmes.

                                            Chose par ailleurs prouvée au Japon, ou Softbank a déjà 4 millions d’abonnés en FTTH, ou bien Fastweb en Italie et ses 1,5 millions d’abonnés.

                                            La vitesse de son implémentation à grande échelle, inévitable, est conditionnée par la combinaison des 3 facteurs clés :

                                            - maturité technologique, coûts et retour sur investissements (le coût à l’abonné en fibre est actuellement situé entre 500 et 1500 euros, selon qu’il existe ou non des conduits vides où souffler de la fibre)
                                            - maturité marché : c’est à dire l’existence d’un ou de plusieurs champions qui auront un intérêt particulier à déployer (logique d’aménagement du territoire comme à Pau, ou bien logique de compétitivité industrielle). Cette maturité marché peut-être largement influencée par des facteurs de substitution : par exemple, le prix du pétrole par exemple augmentera énormément les usages de services « télécommunicants » pour éviter de prendre sa voiture
                                            - maturité sociale, c’est à dire la sensibilité des consommateurs à l’innovation et aux nouveaux services, sensibilité qui dans le monde des télécoms est largement tirée par les jeunes générations dans le marché résidentiel, ou bien par les besoins des entreprises

                                            Alors oui, l’ADSL a rendu service, en permettant l’explosion rapide du haut-débit sur une infrastructure de boucle locale déjà amortie (le cuivre). Mais non, l’ADSL ne suffit pas, pas plus qu’il ne répond véritablement à la fracture numérique. Dans ma campagne, j’ai l’ADSL (maximum 2 Mb), mais mon voisin à 50 m ne peut pas en bénéficier, parce que son cuivre est partagé sur le même MCU de France Telecom avec son proche voisin, comme 5% de la population française, ce qui permet à chacun d’avoir du téléphone RTC, mais pas d’ADSL, et qu’ils devraient débourser de leur poche quelques centaines d’euros pour que ça change. Le service du haut débit homogène pour tout le monde via d’ADSL est un mirage.

                                            Selon la situation géographique, la densité de population, la volonté politique des collectivités locales et la volonté industrielle des opérateurs de télécoms, etc etc, de multiples boucles locales concurrentes vont se développer. Du xDSL, du Wimax, de la Fibre, du cable HFC, du WiFi meshed, de la 3G HSPD etc. Mais seule la fibre optique dispose du réservoir technologique et économique permettant de continuer la course à la bande passante. Une fois que la fibre est tirée, on se contentera de changer les équipements actifs de réseau pour continuer à accroitre ses capacités. Toutes les autres technologies sont intrinsèquement limitée.

                                            C’est pourquoi la fibre optique est le seul choix qui vaillent pour investir sur le long terme et créer des infrastructures qui seront encore viables dans 40 ans.

                                            Et n’oubliez pas : pour une entreprise qui veut s’implanter, disposer d’artères gibabits au même prix que du SHDSL sur cuivre de quelques 20 Mb, c’est un critère aussi important que la proximité d’un aéroport, de crèches pour les enfants de ses employés, de commerces de proximité et de voies de communication en bon état.

                                            Salutation, Bertrand.


                                            • Pierre Chauveau (---.---.97.33) 25 juin 2006 10:15

                                              J’adhère totalement au commentaire de Bertrand concernant les avantages indéniables de la Fibre optique par rapport à la panoplie actuelle de moyens de se connecter à Internet dans un futur proche.

                                              Nos hommes politiques, de toutes tendances, prennent des engagements pour répondre à l’attente des jeunes particulièrement sensibles à ces discours. La fibre optique, sera-t-elle un nouvel enjeu politique ?

                                              Compte tenu des multiples initiatives dans ce domaine, tout porte à le croire. Qu’il faille prendre de l’avance en France en matière d’accès très haut débit, il y a consensus sur le sujet. Pourtant, sans décision volontariste, nous risquons fort d’être les derniers à franchir à grande échelle les étapes de l’après-ADSL.

                                              Plutôt que des initiatives individuelles, teintées d’électoralisme, ne serait-il pas souhaitable d’organiser un grand débat national si nous voulons que notre pays, qui a déjà raté bien des trains technologiques majeurs, par frilosité, conservatisme et vision à court terme du futur, puisse être dans 10 ans en tête de la compétition numérique mondiale.

                                              En revanche, le déploiement du très haut débit sur tout le territoire nécessite des investissements considérables, sans commune mesure avec le haut débit actuel. L’IDATE estime l’investissement nécessaire à 10 milliards d’euros pour couvrir les 40% de la population des zones urbaines et à près de 30 milliards d’euros pour couvrir également les 60% restants.

                                              Seule solution pour supporter ces investissements colossaux : la mutualisation des coûts entre les opérateurs. Deux options sont a priori identifiables et compatibles avec la réglementation, explique l’Idate. "On peut imaginer la création de joint-ventures à l’initiative des opérateurs privés qui décideraient de partager les investissements et d’assumer conjointement le risque particulier propre à ces zones. La mutualisation peut être intégrale ou limitée au partage du génie civil ou des fibres noires. Il est cependant probable que dans de nombreux cas, le concours des collectivités locales sera recherché.

                                              Celui-ci peut se concentrer sur la fourniture d’infrastructures ou s’inscrire dans le prolongement des nombreuses DSP mises en oeuvre ces derniers mois pour dégrouper les centraux et étendre la couverture des offres DSL. Dans ce dernier cas, les nouveaux réseaux sont conçus comme des infrastructures ouvertes et partagées. Leur financement (incluant une subvention publique), construction et exploitation sont délégués au terme d’une mise en concurrence à l’opérateur ayant fait la meilleure offre. Tous les opérateurs et fournisseurs de service sont égaux dans l’usage des ressources (fibre noire ou bande passante) du réseau d’accès ainsi mis en place."

                                              Par ailleurs, l’Idate réclame que le secteur soir régulé, afin de stimuler la concurrence. Ce qui ne plaira pas forcément à l’opérateur historique. France Télécom a ainsi à plusieurs reprises déclaré qu’en contrepartie de ses investissements, il entendait ne pas partager dans un premier temps son réseau.

                                              Cette vision qui n’est pas partagée par l’Arcep, le régulateur des télécoms. "Un scénario de développement de fibre dont les modalités conduiraient, de droit ou de fait, à une re-monopolisation du marché du haut débit professionnel, ne serait pas conforme aux objectifs fondamentaux de la régulation. A moyen terme, tant les entreprises individuellement que la compétitivité de la France dans son ensemble, en paieraient le prix.

                                              Bruxelles partage l’approche de l’Arcep, Angela Merckel a en effet déposé une proposition de loi au Bundestag prévoyant une situation concurrentielle privilégiée pour Deutsche Telekom sur le très haut débit. Une idée qui a fortement déplu à Bruxelles, qui, estimant l’avantage injustifié, a ouvert une procédure. Viviane Reding, dans un communiqué publié en mai dernier, avait déclaré « Si le parlement allemand devait suivre le projet de loi gouvernemental, je serais déterminée à ouvrir une procédure pour infraction contre l’Allemagne ».

                                              Par ailleurs, quand l’Idate recommande « le concours des collectivités locales » et « prolongement des nombreuses DSP mises en oeuvre ces derniers mois pour dégrouper les centraux et étendre la couverture des offres DSL. », la réponse de ces dernières est sans appel : « L’accès à Internet dans des conditions de navigation acceptables devient indispensable et l’engagement des collectivités dans ce but prend tout son sens. Il n’en est pas, à notre avis de même des services justifiant le très haut débit comme la télévision à la demande ou les jeux en réseau qui restent des usages de loisirs pour lesquels une collectivité ne doit pas nécessairement s’engager. »

                                              A la lecture de cette phrase, on mesure le fossé qui existe entre les attentes des consommateurs et la vision des politiques. La stratégie est claire, 2 Mégas ça suffit bien pour faire de l’Internet !

                                              Pour le reste « la position consiste à adopter une attitude prudente tout en anticipant la généralisation du très haut débit qui reste malgré tout un scénario probable à moyen terme. » Source courrier du Conseil Général du Loiret.

                                              Ces quelques réflexions révèlent le fossé qui existe entre les « bonnes » intentions et notre capacité de mise en œuvre de ce qui constitue une priorité nationale au même titre que la construction de l’infrastructure routière ou l’évolution du système éducatif...


                                              • Bertrand Damien Bertrand Damien 26 juin 2006 12:50

                                                Et oui, l’aménagement du territoire n’est plus une véritable priorité nationale, n’oublions pas que ce gouvernement a supprimé la DATAR, un outil qui avait fait ses preuves depuis 40 ans.

                                                Les initiatives « isolées » n’en sont que d’autant plus méritoires, et d’autant plus fragiles. Le cas de Pau le prouve bien, et JM Bayaut, le courageux fondateur de IPVSET, mange sa chemise tous les jours.

                                                Je me rappelle que lorsque j’étais au comité de pilotage du projet Pau Broadband Country, on avait droit a des pressions minables, du genre de celles de France Telecom, faisant acte de lobby auprès des élus en disant « vous allez mettre en danger les emplois des salariés de France Telecom... » Sans commentaire.

                                                Et pourtant, c’est le bon choix. J’ai étudié il y a 2 ans un cas d’école dans la région de Boston aux USA. Où comment un comté dévasté économiquement et socialement a renversé la vapeur en 10 ans grace à un investissement structurant en fibre optique, et comment le comté voisin qui dominait le coin s’est retrouvé dans la situation inverse faute d’avoir investi dans de telles infrastructures.

                                                Il y a actuellement aux Etats-Unis et au Canada de nombreux exemples de ce genre, tel que LatamNap en Floride, et des dizaines d’autres qui fleurissent. Le très haut débit, c’est de l’infrastructure à très haute valeur ajoutée, économiquement et socialement. Je faisais remarquer il y a peu à R. Montagne de l’IDATE qu’on n’avait pas calculé les économies directes et indirectes d’une telle infrastructure, en terme d’impact direct sur les économies de temps et de déplacement des ménages, particulièrement en zone rurale, sur les budgets d’entretien des voiries (moins d’usure), sur la réduction de la polutione et de ses coûts associés, etc.

                                                L’exercice pourrait s’avérer assez intéressant, suffisamment pour contribuer à justifier, outre les gains directs de productivité et de compétitivité, de confort sanitaire et social, tout l’intérêt pour la France d’une telle politique d’investissement à long terme...


                                              • Mars (---.---.166.23) 25 juin 2006 17:46

                                                A mon avis le très haut débit lorsqu’on l’aura, on aura du mal à s’en passer. Il faut arrêter, on (des millions de français) trouve normal de payer 60 euros par mois pour que ses deux enfants au collège puissent envoyer des sms sans queue ni tête à leurs copains pendant les cours et le haut débit n’aurait aucun intérêt ?

                                                Il ne faut pas oublier que si cette technologie a un surcoût, elle permettra d’en supprimer d’autres comme l’abonnement au câble ou au satellite. Sur le plan culturel, pouvoir habiter la province et louer un DVD pour le même prix que mon vidéoclub avec un choix mille fois plus important que ce dernier me paraît une avancée non négligeable. (Ras le bol des seuls thrillers américains de mon vidéoclub, sous prétexte que j’habite la province !) Pouvoir surveiller ma maison depuis un autre endroit avec une résolution un peu moins minable que celle des WEbcams et pouvoir zoomer sur certaines zones sans que cela « pixelise », l’aide et la surveillance des personnes âgées, le télétravail...il me semble que les applications ne manquent pas et restent même à envisager pour certaines. De toute façon si certains veulent conserver la locomotive à vapeur c’est leur droit mais je ne pense pas que les ados actuels feront ce choix... Pour ma part je préférerais qu’on me propose la fibre optique plutôt que de nouveaux produits bancaires ou d’assurance comme c’est le cas de façon incessante depuis quelques années. Peut-être que ces derniers ne coûtent pas cher, ne demandent pas toujours beaucoup d’imagination ni d’investissement et qu’ils peuvent rapporter plus gros ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

fanch


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès