Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > ADSL : le cuivre n’a pas dit son dernier mot

ADSL : le cuivre n’a pas dit son dernier mot

Une annonce fracassante vient d’être faite dans le milieu du haut débit. D’après un article publié par le Sydney Morning Herald (SMH), un jeune chercheur australien de l’université de Melbourne, le Dr John Papandriopoulos a mis au point deux algorithmes, SLACE et SCAPE, permettant de réduire les interférences électromagnétiques produites lorsque plusieurs lignes téléphoniques cuivrées se croisent. Ces interférences, responsables jadis de grésillements lors des appels téléphoniques, touchent aujourd’hui la fréquence utilisée par l’ADSL. L’idée de réduire ces interférences n’est pas nouvelle dans son principe, mais aucun projet n’avait réellement abouti à supprimer totalement ces interférences croisées qui demeurent la hantise des chercheurs, empêchant la technique d’atteindre ses limites théoriques.

Le cuivre plus fort que la fibre

Alors que les FAI* font de la fibre optique une révolution technologique permettant des débits de 100 Mbits/s, la norme la plus performante de l’ADSL, l’ADSL2+, ne plafonnant aujourd’hui qu’autour des 20 Mbits/s, les algorithmes du jeune chercheur permettent de multiplier ce débit par 10 ou 20 sur une ligne classique, pouvant atteindre les 250 Mbits/s ! Mais le deuxième grand intérêt de cette découverte vient du fait que le déploiement de la fibre optique est loin d’être aussi abouti que celui des connexions cuivrées sur lequel transite l’ADSL et qui couvre près de 98 % de la population française. De plus, les infrastructures qu’elle exige ont un coup élevé. Ici, les utilisateurs n’auront qu’à changer leur modem. Le seul défaut de cette technologie est que, contrairement à la fibre optique, le débit montant n’est pas symétrique et sera par conséquent moins important.

L’intérêt financier et technologique que représentent les algorithmes du Dr Papandriopoulos semble pouvoir donner une seconde vie à la technologie DSL. Ce dernier, ayant obtenu grâce à sa découverte son doctorat en même temps que le prix de l’université de Melbourne, s’est vu proposé un poste dans le groupe ASSIA, une société de la Silicon Valley qui travaille sur différentes méthodes d’optimisation des performances du DSL. Interrogé par le SMH, le Dr Papandriopoulos estime que les premiers équipements utilisant sa découverte seront commercialisés d’ici deux à trois ans.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • alberto alberto 20 novembre 2007 15:17

    C’est sûr que la connectique avec les fibres optiques : c’est oas de la tarte !

    Mais j’attends d’en savoir un peu plus sur les limites du système...

    A l’auteur : nouvelle interessante, merci.


    • stephanemot stephanemot 21 novembre 2007 10:13

      Pas de problème de connectique en FTTH... à part pour l’opérateur qui doit déployer les derniers hectomètres.

      Si cela s’avère vrai, cette FO aussi risque de se retrouver dans la rue à manifester !

      En tout cas, ça paye sur le court terme et il y a de la fibre... entrepreneuriale :

      * Papandriopoulos déménage pour la Silicon Valley et ASSIA, la start-up d’un des papes du DSL.

      * son université commercialise l’idée à travers sa filiale Melbourne Ventures


    • JL JL 20 novembre 2007 15:21

      Article succinct. ADSL : « Asymétrical Digital Subscriber Line ». Cette asymétrie n’est pas un handicap puisque même en fibre optique, dans le cadre des réseaux de télécommunication usagers-service, les contraintes et les besoins sont les mêmes.


      • Forest Ent Forest Ent 20 novembre 2007 16:08

        L’asymétrie n’est pas une contrainte du DSL. C’est un choix fait par les FAI pour favoriser le streaming et la VoD contre le p2p.


      • HELIOS HELIOS 20 novembre 2007 17:53

        là, c’est un peu de la pananoïa, car le P2P n’etait pas d’actualité lorsque l’ADSL a été lancé.

        Une des raisons les plus importantes, outre la raison technique, est le modèle economique. L’usager ADSL doit être un consommateur et non pas un fournisseur. Donc, les FAI ont souhaité que l’usager ne puisse pas fournir (remonter) des données a un débit suffisant pour qu’il se transforme en « serveur ». Certains, FAI, comme la Téléfonica en europe et pas mal au USA bloquent carrément le port 80. Orange, par exemple, augmente le debit montant contre monnaie sonnante et trébuchante et vous octroie une IP fixe dans les mêmes conditions ce qui rend inutile les dyndns et vous permet d’être « visible » sans payer de nom de domaine.

        Mais tout cela dévie du sujet. Si la paire de cuivre, par le biais d’une technologie complémentaire peut passer de quelques Mbps a 50 Mbps par exemple (10 fois plus), c’est une excellente nouvelle. Encore faut il que cela fonctionne sur les lignes existantes, car changer les cables de cuivre coute au moins aussi cher que d’installer des fibres.

        Il serait également sympathique que les FAI dit « historiques », ceux qui gèrent les réseaux physiques, commencent a se préoccuper des abonnés qui sont encore a 512k ou 1Mo et même ceux qui n’ont pas encore l’ADSL ! Il y en a beaucoup plus que ce qu’on croit.

        Rappellons que cette situation crée des disparités importantes ne serait-ce qu’en pouvoir d’achat. Une famille « bien placée, pas trop loin d’un central » peut espérée avoir pour 30€ de triple play + 15 d’abo téléphonique soit 45€/mois tout ce qui caracterise les communications modernes alors que... la même famille qui vit en peripherie de la ville va se voir demander 25€ pour internet, 15€ de téléphone, devra payer ses coups de téléphone et souvent acheter une parabole et probablement payer un contrat minimum a 20€ pour TPS ou équivalent... 70€/mensuel+ les communications

        Allons, allons, calmos, là, bonne soirée


      • tonami 20 novembre 2007 18:01

        C’est 30 euros pour tout le monde (du moment que l’adsl est possible), mais pas la même offre, pas de tv pour les non dégroupés (free commence à le faire maintenant).


      • Forest Ent Forest Ent 20 novembre 2007 21:10

        @ HELIOS

        « c’est un peu de la pananoïa, car le P2P n’etait pas d’actualité lorsque l’ADSL a été lancé. Une des raisons les plus importantes, outre la raison technique, est le modèle economique. L’usager ADSL doit être un consommateur et non pas un fournisseur. Donc, les FAI ont souhaité que l’usager ne puisse pas fournir (remonter) des données a un débit suffisant pour qu’il se transforme en »serveur« . »

        Il me semble que nous disons la même chose.


      • HELIOS HELIOS 21 novembre 2007 10:33

        Oui et non... ce n’est pas exactement la même chose, car si toutes les communications Internet, Broadcast excepte, sont toutes des P2Ps l’initiation des échanges n’est pas le même.

        — - L’usage du terme P2P aujourd’hui est lié à l’échange de fichiers, souvent importants, généralement illegaux.

        — - L’usage d’un serveur http, lui est associé à l’idée de consulter des pages de taille plus modeste et en grand nombre, avec des acces concurrents... et associé a une rémunération possible à laquelle le FAI echappe !

        Quoi d’autre differencie egalement le P2P ? c’est simple, c’est le DNS. Le DNS c’est l’ordinateur qui joue le role d’un annuaire et qui transforme un nom en une adresse IP pour la connexion. lorsqu’on tape www.google.fr, l’ordinateur annuaire DNS transforme le nom en 209.85.135.104 et les échanges commencent. notez que ls ordinateurs annuaires sont tres contrôlés et si on veut interdire l’accés a Google il suffit d’effacer la ligne de reférence.

        Dans le « P2P » actuellement décrié, il ne nécessite pas de DNS car l’acces ne se fait pas par un nom comme Google, mais par un contenu comme « johnny » ou « always ». Il existe des petits serveurs privés, souvent fugitifs, qui font, comme le DNS, l’equivalence entre le mot et l’adresse. une fois le choix fait par l’utilisateur entre les multiples adresses possibles, l’échange commence. impossible d’effacer la référence puisque PERSONNE ne maitrise les petits serveurs du « P2P »

        avoir un débit montant est important, car il permet du coup de servir beaucoup de petites connexions, ou de servir des fichiers plus gros sans temps d’attente incompatibles avec l’usages.

        Transferrer par exemple 20 photos (50Mo) de ses enfants a sa famille va prendre 53mn (presque 1 heure) avec un abo 512/128 de base et 8mn avec un abo free 768 remontant. et cela, que ce soit en P2P ou par un simple mail ! rien a voir n’est-ce pas ?


      • Forest Ent Forest Ent 21 novembre 2007 18:56

        Nous sommes entièrement d’accord sur le fond, et je ne poursuis cet échange terminologique que pour le plaisir d’une aimable discussion. Deux remarques, donc.

        L’ADSL date d’avant la généralisation du p2p, soit, mais le SDSL aussi, et les FAI auraient très bien pu après 2000 proposer le SDSL aux particuliers, alors qu’ils l’ont réservé aux entreprises, et encore.

        Ensuite, l’expression p2p désigne précisément des protocoles comme ed2k ou BT, mais plus généralement toute organisation des flux d’infos dans laquelle chaque terminal est à la fois client et serveur, et pourrait par exemple très bien s’appliquer à un système d’échanges basé physiquement sur le mail.

        De toutes façons, ce qui compte dans l’histoire, c’est le pognon. Je pense que les FAI étaient sincères au début avec l’ADSL et pensaient répondre aux attentes du marché tel qu’on l’imaginait avant 2000. Depuis, face à la réalité, ils pratiquent le filtrage éhontément, et illégalement selon une décision récente.


      • Forest Ent Forest Ent 20 novembre 2007 16:07

        Article intéressant.


        • alberto alberto 20 novembre 2007 16:45

          Quant au I-Phone : ni fibre ni cuivre...


          • TALL 20 novembre 2007 18:02

            J’ai été sur le site de l’université de Melbourne et j’ai tapé Papandriopoulos dans le moteur de recherche. L’info est exacte. Intéressant donc. Affaire à suivre


            • jamesdu75 jamesdu75 20 novembre 2007 19:24

              Article interressant, seulement voila, l’ADSL a un gros soucis, c’est la perte de debit en fonction de la distance, forcement c’est une onde.

              Grace a la fibre optique les pertes sont quasi minime, c’est juste de la lumiére.

              Donc cette decouverte aura une importance capital pour ceux qui ne peuvent pas avoir la fibre optique, a la campagne par exemple.

              Sinon rien n’empecher les fait de faire du SDSL, c’est juste une raison marketing. J’avoue ne pas avoir compris pkoi sur fibre il l’augemente a 50Mb/s.


              • Pug 20 novembre 2007 21:02

                Ce n’est pas qu’une question marketing. Ce sont des techniques différentes. On peut d’ailleurs lire une bonne explication ici

                le A de ADSL signifie bien Asymétrique. En effet les débits présentés par les Fournisseurs d’Accès à Internet (FAI) évoquent des débits souvent de 20 Mbps qui ne sont en fait que les débits descendants (réception). Le débit montant (expédition) est limité à 1 Mbps en ADSL.


              • Lucrezia 21 novembre 2007 09:18

                Polémique débit « montant » - « descendant »

                Normalement, les usagers Internets naviguant sur la toile, téléchargent des pages et donc utilisent dans ce cas, pour simplifier uniquement le débit descendant, à savoir les données transitent de la « toile » vers leur PC. Le débit « montant » servant lui à transmettre des données depuis son poste PC vers la toile ( c’est à dire un serveur Mail par exemple ).

                Les utilisateurs n’ont pas vocation à diffuser de l’information en « PUSH », alors à quoi leur serviraient-ils un débit montant important, à moins d’avoir des besoins de professionnel ?

                Mais auquel cas, il existe des accès Internet Professionnel qui offrent des débits montants plus importants et avec des tarifs différents !


                • Plum’ 21 novembre 2007 10:46

                  « Les utilisateurs n’ont pas vocation à diffuser de l’information en PUSH »

                  De quoi j’me mêle ? Les utilisateurs sont libres de faire ce qu’ils veulent et diffuser de l’information et des données si ça leur chante. Vous voulez les réprimer et les policer ?


                • Forest Ent Forest Ent 21 novembre 2007 19:01

                  + 1

                  De quoi je me mêle ?

                  Un particulier n’a pas le droit d’ouvrir chez lui un serveur FTP ou Counter-Strike ? Le commerce ne consiste-t-il pas à cerner les attentes des clients plutôt qu’à leur expliquer ce qu’ils doivent vouloir ?


                • geo63 21 novembre 2007 09:31

                  Voilà un débat intéressant qui nous change des remarques agressives ou perfides. J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de spécialistes dans les commentaires. Ma question sincère sera : comment les algorithmes mis au point sont-ils susceptibles de traiter les interférence électromagnétiques purement physiques, au niveau du signal ?


                  • geo63 21 novembre 2007 09:32

                    « interférences »


                  • bor1s bor1s 21 novembre 2007 11:14

                    Les FAI n’ont fait qu’utiliser « l’adsl », l’asymétrie du signal est due à une bande de fréquences plus large pour le « download », « l’upload » lui se voit attribuer une bande de fréquences plus étroite.

                    Le travail du docteur doit être lié à la modulation des informations et sur les propriétées qui l’accompagnent, fréquence de modulation et tension nominale du signal. Les « bruits » sont moins important lorsque les tensions utilisées sont plus petites, en effet, les tensions utilisés sont directement liés à la résistivité du cuivre et à la l’intensité du courant. C’est lui, le courant, qui génère ces perturbations électromagnétiques tout autour du support de cuivre. Dans la couche 1 de la norme iso je sais plus combien smiley, le logiciel n’existe pas, on parle donc de tensions et de courants alternatifs d’un signal modulé sur une porteuse.

                    vla j’espere que tout cela vous aidera à cerner le problème .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès