Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Ah, ce fameux mouvement perpétuel !

Ah, ce fameux mouvement perpétuel !

Il est impossible, c'est évident, nous dit la science. Alors les électrons s'arrêtent sans doute de tourner dans les d'atomes, tous les mois d'août, afin de respecter ce principe fondamental ? Les électrons, les planètes, et tout ce que contient l'univers, ne seraient-il pas plutôt en mouvement perpétuel ? Les dogmes de la science contemporaine sont souvent paradoxaux, et malheureusement néfastes.

Il faut être un doux dingue, ou un fou furieux, pour croire à la possibilité du mouvement perpétuel. Tout le monde sait, et doit absolument savoir, qu'il est impossible. On nous l'apprend à l'école, dès la plus petite enfance. C'est un des fondements de la science, un de ses piliers principaux, un point de départ absolument certain et fixé. D'ailleurs, observez vous-même, quoi que vous fassiez, la toupie que vous avez lancée finit toujours par s'arrêter. C'est une évidence. Si vous voulez passer pour un imbécile, dites à des scientifiques, voire à l'homme de la rue, que vous croyez au mouvement perpétuel, l'effet est garanti.

C'est d'ailleurs pour cela que les planètes, astéroïdes, galaxies, s'arrêtent de tourner pendant le week-end, histoire de bien démontrer que ce postulat humain est une vérité intangible. C'est comme les électrons autour des noyaux d'atomes, tout le monde sait bien qu'ils s'arrêtent de tourner au mois d'août, afin de respecter ce principe fondamental. Même la vie sur Terre, qui renaît indéfiniment depuis au moins 2 milliards d'années, s'arrête totalement les année bissextiles, ici encore afin de prouver la pertinence de l'avis humain sur le mouvement perpétuel. Quant à l'atmosphère et sa météo, tout le monde a constaté qu'elle s'arrêtait régulièrement, tous les deux jours, prouvant indubitablement que le mouvement perpétuel est une billevesée.

Trêve de plaisanterie. Moi j'aimerais bien qu'on me montre un objet qui ne soit pas en mouvement dans l'univers. Vous, là, maintenant, assis sur votre chaise devant votre ordinateur ? Non, vous êtes soumis aux micro-séismes qui sont perpétuels sur Terre, vous êtes aussi en rotation car posé sur une planète qui tourne sur elle-même, et cette planète tourne autour du soleil, qui lui même tourne autour du centre galactique. Tout assis que vous êtes, votre vitesse est au moins d'un million de kilomètres par heure, environ. Ajoutez un autre million pour tenir compte du mouvement de la galaxie. Vous n'êtes pas arrêté, loin de là. Et puis chacun des atomes qui vous compose, chacune de vos molécules, est en mouvement perpétuel.

A l'évidence l'affirmation « le mouvement perpétuel n'existe pas » doit être remplacée par l'affirmation inverse : «  tout est en mouvement perpétuel dans l'univers ». On peut même aller jusqu'à prétendre, puisque nous n'en avons jamais vu, que dans cet univers il n'existe aucun grain de matière qui soit sans mouvement perpétuel. Exister est visiblement, expérimentalement, synonyme d'être en mouvement perpétuel.

La question à se poser dès lors est : pourquoi l'être humain ne parvient-il pas à construire des machines à mouvement perpétuel, alors que tout, autour de lui, fonctionne sur ce principe ? Que manque-t-il à la toupie pour qu'elle tourne perpétuellement ?

A cela, la science répond : à cause des « frottements ». Je mets ce mot délibérément entre guillemets car personne jusqu'à présent, pas même un scientifique, n'est allé jusqu'à éclaircir réellement ce que signifie le terme de « frottements ». Toute analyse fine de ces « frottements » aboutit inéluctablement à une part d'inconnu. Il y a dans ces « frottement » une part d'ombre que nul ne maîtrise actuellement. Le mot « frottement » est un grand sac qui sert à ranger tout ce qui existe, mais qu'on ne comprend pas. Et c'est à cause de ces « frottements », incompris, que la science nous interdit de croire à la possibilité du mouvement perpétuel … contre toute évidence.

Mais il est une question encore plus cruciale : pourquoi, alors que l'évidence s'impose à lui, l'être humain, même scientifique, force autoritairement au dogme inverse ? Comment le cerveau humain procède-t-il pour se persuader que le mouvement perpétuel n'existe pas, alors que tout, autour de lui, fonctionne sur ce principe ? Comment peut-il se tromper à ce point là ?

Les conséquences de ce comportement sont lourdes : on se prive de la possibilité de trouver des machines à mouvement perpétuel, ou au moins d'obtenir des machines à mouvement « presque » perpétuel, c'est à dire de meilleur rendement, moins coûteuses en énergie. Je ne dis pas qu'on trouverait forcément la solution pour faire tourner la toupie indéfiniment, je dis que si on refuse d'essayer, par dogme, on n'a vraiment aucune chance d'améliorer nos machines. C'est bien dommage.

Je ne dis pas non plus que les scientifiques ne s'intéressent pas au phénomène de « friction », depuis belle lurette, mais que leur approche du problème, leur angle d'attaque, est d'emblée faussé par le dogme de l'impossibilité de mouvement perpétuel. La compréhension de la « friction » ne suffira pas à expliquer tout ce qu'il y a dans le sac « frottements ». Le problème est plus fondamental, sans doute d'une autre échelle.

Sur le sujet du mouvement perpétuel, comme sur bien d'autres, les physiciens contemporains sont adeptes d'un dogme, à l'opposé de l'évidence expérimentale. Ils sont aussi paradoxaux que leurs créatures : matière noire, neutrinos, bosons et autre énergie sombre. Eux, à qui le dogme est interdit, selon les lois de la science, et qui ont l'obligation de tenir compte de la vérité expérimentale, font tout à l'opposé. Et on comprend que si les fondements de la « science » contemporaine sont ainsi posés, ce qui suit a toutes les probabilités d'être un grand n'importe quoi.

J'encourage tous ceux qui croient au mouvement perpétuel, et qui s'échinent à construire des machines qui puisse le prouver, à ne pas baisser les bras. Je serais bien incapable de vous aider dans votre quête, mais elle me paraît sensée et scientifiquement fondée. Ne vous laissez pas impressionner par les physiciens officiels, ceux qui disent savoir, ni par les internautes impolis et insultants, ni par ceux qui croient avoir du bon sens : le mouvement est perpétuel, jusqu'à preuve du contraire. C'est vous qui êtes dans le vrai.


Moyenne des avis sur cet article :  2.9/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • chapoutier 16 août 2014 15:28

    hclatom
    rassurez-moi c’est du second degré ?


    • chapoutier 16 août 2014 15:31

      j’ai ma réponse
      c’est bien de l’humour smiley


    • Xtf17 Xtf17 16 août 2014 15:40

      Avec une petite définition vous auriez évité de perdre votre temps à écrire un article pseudo-scientifique aussi truffé d’approximations et d’inexactitudes relecture.

      Le mouvement perpétuel désigne l’idée d’un mouvement (généralement périodique), au sein d’un système, capable de durer indéfiniment sans apport extérieur d’énergie ou de matière, ni transformation irréversible du système : principe d’inertie, première loi de Newton sur la mécanique, frottements et premier principe de la thermodynamique, entropie et deuxième principe de la thermodynamique...

      Ce n’est pas parce que tout est en « mouvement » que chacun de ces mouvements est « perpétuel ».

      Croyez-vous vraiment que les ingénieurs vous aient attendu pour créer des mécanismes ayant le moins de frottement possible et donc consommant le moins d’énergie possible ?

      Aucun dogme là-dedans : l’inexistence du mouvement perpétuel est démontrée.
      Mais il existe des laboratoires qui étudient les personnes qui croient le contraire, tel le laboratoire de zététique de Nice-Sophia Antipolis.
      Envie de postuler ?


      • HClAtom HClAtom 16 août 2014 16:18

        Vous écrivez :
        « Aucun dogme là-dedans : l’inexistence du mouvement perpétuel est démontrée »

        C’est bien ce que j’explique dans mon article : c’est sidérant de lire cela.


      • Cédric Moreau Cédric Moreau 16 août 2014 18:56

        « Aucun dogme là-dedans : l’inexistence du mouvement perpétuel est démontrée »


        Autant je ne suis pas d’accord avec l’argumentation de l’article, autant je vois mal comment l’on peut prouver une Loi de la physique.

        De mon point de vue on ne peut faire que l’observer et vérifier sa validité, jamais la prouver. Aussi n’est-on jamais sûr que le mouvement perpétuel est impossible.

      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 19:10

        @Cédric
        L’auteur a joué sur l’ambiguïté entre plusieurs sens de l’expression « mouvement perpétuel » ; il y a d’un côté par exemple le mouvement perpétuel d’un solide conformément au principe de l’inertie - ce qu’évidemment aucun scientifique sérieux ne remet en doute à moins d’être capable d’apporter une réfutation révolutionnaire -, de l’autre par exemple le mouvement perpétuel fantasmé qui de temps en temps resurgit dans des articles à sensation nous annonçant la corne d’abondance énergétique. Dans ta dernière phrase, auquel fais-tu allusion ?


      • HClAtom HClAtom 16 août 2014 19:16

        Je dis que la vitesse nulle est impossible dans cet univers, sauf preuve du contraire, preuve que personne n’a pu apporter à ce jour.

        La vitesse est la dérivée de la position par rapport au temps, rien de plus, rien de moins, quel que soit le système étudié, qu’il s’agisse de planètes, d’électrons ou de machines rocambolesques.


      • amiaplacidus amiaplacidus 16 août 2014 19:21

        Cédric Moreau, vous mettez le doigt sur un point qui m’avait échappé (lecture trop rapide d’une article que j’ai estimé rapidement nul).
         
        Effectivement, en mathématique, on peut démontrer un théorème ou une conjecture (c’est plus glorieux à démontrer qu’un théorème)
        En physique, on peut simplement dire que toute les expériences faites à ce jour, ne permettent pas de trouver une faille à une théorie.

        En fait, en parlant de la sorte, l’auteur signe son inculture scientifique. Je pense qu’il aurait de la peine à montrer le doctorat dont il se vante.


      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 19:23

        Nous voilà bien avancés ! Mais alors pourquoi cet amalgame avec le mouvement perpétuel qui dans le langage commun a un sens tout différent ?
        D’ailleurs parler de position sans préciser de référentiel...


      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 19:30

        D’ailleurs le plus marrant dans l« histoire, c’est qu’avec le sens erroné que lui donne l’auteur, le »mouvement perpétuel" est un des principes physiques fondamentaux depuis Galilée smiley


      • amiaplacidus amiaplacidus 16 août 2014 19:51

        Lorsque l’auteur écrit :« C’est comme les électrons autour des noyaux d’atomes, » cela me fait doucement rigoler.

        Il est est resté au modèle atomique de N. Bohr (1912 sauf erreur de ma part). Heureusement, la physique a progressé depuis.

        Au surplus, l’auteur confond réalité et modèle.
        Le modèle de Bohr est une image, en fait, il s’agit d’un développement mathématique qui fait que l’on peut considérer l’atome comme étant un noyau autour duquel tourne(nt) un(des) électron(s). Mais rien, absolument rien, ne dit que c’est la réalité (aucune observation directe n’a été faite), la réalité peut être très différente, mais répond aux mêmes équations, c’est tout ce que l’on peut dire.
        Cela n’empêche pas de travailler avec ce modèle, même si ce modèle n’est pas la réalité, mais qu’il la représente fidèlement dans le domaine considéré.
        Tout comme on peut travailler avec des modèles que l’on ne comprend pas en totalité. Comme développeur en électronique, j’utilise couramment la théorie des quantas (effet tunnel), mais je ne comprends pas vraiment les mathématiques sophistiquées qui se cachent derrière. Et pourtant, je suis, et j’ai toujours été plutôt bon en math.
        Je fait de l’instrumentation pour des physiciens qui eux comprennent, enfin, je l’espère. Ce qui me console, c’est que ces mêmes physiciens sont incapable de développer cette instrumentation. Chacun son truc.


      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 20:00

        Comprendre, c’est quoi ? C’est avoir changé de représentation pour en prendre une qui a un caractère explicatif plus global avec de préférence moins d’hypothèses, ou avoir abouti à une théorie plus opérationnelle ? Chacun son truc. Il faut de tout pour faire un monde.


      • Cédric Moreau Cédric Moreau 16 août 2014 20:03

        @Pepe je parle du mouvement perpétuel corne d’abondance : sauf erreur de ma part, je ne crois pas qu’il soit possible de prouver que le mouvement perpétuel est impossible.


        Cela rejoint le message d’@amiaplacidus ci-dessus : jusqu’à aujourd’hui, les résultats n’ont jamais prouvé qu’un mouvement perpétuel était possible. Mais qu’en sera-t-il à la prochaine itération ?

        Je n’ai pas d’avis là-dessus. Je me méfie juste des inexactitudes, et laisse à l’auteur le bénéfice du doute.

      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 20:15

        @Cédric
        si Boltzmann s’est trompé pourquoi pas ? Mais vu que sa théorie, c’est un peu de physique et beaucoup de maths, c’est peu probable (et ça emporterait dans sa chute toute la physique moderne, hum hum...).


      • Xtf17 Xtf17 16 août 2014 20:20

        Si l’auteur prétend que les « principes » de la thermodynamique n’ont jamais été « démontrés », alors il fait encore erreur (mais bien plus pardonnable cette fois) :
        En effet, en physique, un « principe » est une loi qui n’a jamais été formellement démontrée* mais qui est vérifiée dans toutes les expériences que l’on a pu imaginer jusqu’ici, et jamais infirmée par aucune.
        * Mais en fait le théorème de Noether peut être considéré comme une démonstration mathématique du principe de conservation de l’énergie. Il exprime l’équivalence qui existe entre les lois de conservation et l’invariance des lois physiques en ce qui concerne certaines transformations (typiquement appelées symétries).
        A savoir :

        • L’invariance par translation dans le temps entraîne la conservation de l’énergie ;
        • L’invariance par translation dans l’espace selon une direction entraîne la conservation de la quantité de mouvement dans la même direction ;
        • L’invariance par rotation dans l’espace entraîne la conservation du moment cinétique (ou moment angulaire).
        Bref, faire une machine à mouvement perpétuel est équivalent à en faire une qui produit de la matière ex-nihilo.
        Le Big-Bang ? L’univers lui-même ? Il y a là bcp à dire...

      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 20:30

        Je ne crois pas qu’il ait cette prétention. Sinon, qu’il s’en prenne aux principes fondamentaux que nous laisse le théorème de Noether, et qu’il offre sa gorge au rasoir d’Occam.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 août 2014 08:54

        Par Xtf17 (---.---.---.241) 16 août 15:40 et autres physiciens compétents :

        Je n’ai aucune connaissance particulière en Physique.

        Mais, puisqu’il est question de « mouvement perpétuel », je voudrais rendre justice à Aldo COSTA qui a construit une machine que l’on a bien trop hâtivement baptisée « machine à mouvement perpétuel ».
        http://cherrytree.free.fr/pages/aldo/16/index2.html

        Or, Aldo Costa ne prétend pas cela (mais il a commis une énorme erreur de communication dans ce sens). Selon lui, le mouvement de sa machine est entretenu par un apport énergétique externe gravitationnel : rien à voir avec le « mouvement perpétuel sans apport énergétique externe ».

        Malgré cela, Aldo Costa n’est jamais parvenu, semble-t-il, à faire étudier sa machine, par des « physiciens classiques », dans la perspective d’une machine utilisant, « captant », l’énergie gravitationnelle.

        Y a-t-il, parmi les commentateurs compétents en Physique, quelqu’un qui pourrait accepter d’étudier la machine d’Aldo Costa en tant que machine utilisant l’énergie gravitationnelle (en oubliant toute fantaisie de mouvement perpétuel) ?

        Merci d’avance.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 août 2014 09:03


        Addendum :

        Je ne prétends pas que la machine d’Aldo Costa est effective.
        Mais je pense que le principe de son fonctionnement devrait être étudié scientifiquement avant de le rejeter.


      • Xtf17 Xtf17 17 août 2014 10:20

        Il est ici question d’avoir une machine ayant un mouvement cyclique, donnant plus d’énergie qu’elle n’en reçoit (soit pour une utilisation comme moteur, soit tout simplement pour compenser les frottements obligatoires).

        Sachant que la montée et la descente cyclique d’un poids ou d’un flotteur ne donnent pas d’énergie, (ni la compression et la décompression cyclique d’un ressort...), il est évident que de telles machines sont impossibles. L’argument de la résonance ne tient pas non plus, car la résonance ne crée pas non plus d’énergie.

        Les poids se déplacent à l’intérieur des cuves provoquant ainsi un nouveau déséquilibre qui entretient le mouvement. C’est pendant ce basculement que l’énergie est en partie perdue. Plus le dispositif est grand, plus son inertie est grande (Aldo dit très bien qu’il faut une grande roue !) et plus l’illusion est bonne.

        Mais un calcul rigoureux appliquant les lois de Newton montre que la roue ne peut gagner de vitesse de rotation, seulement retrouver la même vitesse au bout d’un tour, en supposant qu’il n’y ait pas de frottements, ce qui est bien sûr impossible.

        De telles machines sont des machines de premier ordre, violant le premier
        principe de la thermodynamique.

        Une « machine à capter l’énergie gravitationnelle » ne veut donc rien dire scientifiquement : dès lors qu’il y a mouvement, l’énergie traduit une force dans une direction donnée.

        La pomme de Newton tombant de l’arbre est éventuellement ce qui se rapproche le plus d’une « machine à capter l’énergie gravitationnelle ».


      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 17 août 2014 10:32

        @J-P
        Le champ de gravitation dépend d’un potentiel, il faut nécessairement pour en tirer de l’énergie que le point d’arrivée soit distinct du point de départ, comme quand on fait tomber un poids. Dans une machine cyclique, rien à faire.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 17 août 2014 10:39

        Par Xtf17 (---.---.---.241) 17 août 10:20
        Par Pepe de Bienvenida (alternatif) (---.---.---.157) 17 août 10:32

        Merci à vous deux de m’avoir répondu avec sérieux.
        Cordialement,
        J-P LL


      • Xtf17 Xtf17 17 août 2014 10:59

        Avec plaisir et à votre service.


      • Pepe de Bienvenida (alternatif) 17 août 2014 11:43

        Y’a pas d’quoi !


      • amiaplacidus amiaplacidus 16 août 2014 15:44

        Vous auriez intérêt à lire un bon ouvrage sur la thermodynamique. Il existe de bonnes vulgarisations qui devraient être à votre portée.

        Je suis toujours surpris, de voir que des gens parlent de concepts assez compliqués sans avoir aucun bagage mathématique.

        J’ai une formation d’ingénieur, je pense avoir fait raisonablement des math et de la physique. Pourtant, je ne permets pas de parler de «  matière noire, neutrinos, bosons et autre énergie sombre.  ». Parce que je suis conscient de mes ignorances.

        Bon, je sais bien que lorsque l’on sait un tout petit peu de choses, on sait qu’en fait on ne sait pas grand chose.
        À contrario, lorsque l’on ne sait rien, ou pas grand chose, comme on n’arrive pas imaginer tout ce qu’on ne sait pas, on pense tout savoir.


        • HClAtom HClAtom 16 août 2014 16:22

          Je suis docteur en chimie, ce qui me donne le bagage qu’il faut pour parler de ce sujet, et notamment connaître la thermodynamique.

          Mais pour vous il est évident que je suis un ignorant, puisque je prétends que le mouvement perpétuel existe.

          Merci pour cette magnifique démonstration de ce que j’écris dans mon article.


        • amiaplacidus amiaplacidus 16 août 2014 16:56

          On a bien donné un doctorat à une astrologue ou aux Bogdanoff (à ce qu’ils prétendent), alors la valeur d’un doctorat ....


        • Xtf17 Xtf17 16 août 2014 17:47

          @ HClAtom : je suis docteur en chimie aussi, ce qui me donne le bagage pour vous dire que votre article est nul :

          • soit il est scientifique et alors il est faux et ne peut qu’induire en erreur ceux qui maîtrisent les sciences moins bien que nous, et il est donc aussi irrespectueux.
          • soit il est humoristique et alors il n’est pas drôle, ni pour un scientifique qui n’y verra que le faux (il n’y a qu’à voir les premiers commentaires), ni pour un non scientifique qui ne verra pas le second degré.

          Copie à revoir à tous les niveaux.


        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 18:12

          Quand on sème la confusion, on a toujours un objectif (ou c’est un problème à confier à la psychiatrie). Quel est l’objectif de l’auteur, surtout s’il possède réellement les compétences qu’il prétend avoir ?


        • Xtf17 Xtf17 16 août 2014 18:41

          Attendons de voir la suite des commentaires, mais pour l’instant vu l’article et les premières réponses de l’auteur, cela ressemble plus à une envie égocentrique et maladroite de faire le malin qu’autre chose.


        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 18:53

          En attendant, cette maladresse est maintenant présente sur la toile, et un charlatan ou un naïf pourra y trouver des arguments gélatineux pour dénigrer la « science officielle ».


        • HClAtom HClAtom 16 août 2014 19:07

          Prétexter ma folie et mon ignorance ne vous permettra pas plus de nous montrer un seul corps dans cet univers qui soit sans vitesse.


        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 19:11

          Voir ma réponse à Cédric plus haut.


        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 19:18

          Cela dit, maintenant qu’il semble que l’article ait été pondu avec sérieux, je n’aurais jamais cru que le niveau de compréhension de la Physique puisse descendre aussi bas chez certains chimistes. Je ne le dis évidemment pas pour tous puisqu’il y a ici des contradicteurs chimistes.


        • Xtf17 Xtf17 16 août 2014 19:27

          @HClAtom : si vous vouliez juste dire qu’il n’y a aucun objet de vitesse nulle, et bien il suffisait de le dire. Mais c’est moins glamour dit comme ça, et plus difficile d’en faire un article intéressant.

          Surtout qu’il n’y a là strictement rien d’extraordinaire, vu qu’il n’existe pas non plus de référentiel universel (encore moins Newtonien) par lequel une telle vitesse nulle aurait pû être statuée.

          Vitesse nulle => entropie nulle => énergie infinie => impossible. CQFD

          Ceci dit : la vitesse 0 absolue n’existe pas, mais aucune vitesse absolue non plus, même non nulle. Relativité restreinte, Einstein, tout ça...


        • Pepe de Bienvenida (alternatif) 16 août 2014 19:33

          Qui c’est Einstein smiley


        • Xtf17 Xtf17 16 août 2014 19:40

          Peut-être Hans-Albert ?
          Il étudiait le génie hydraulique.
          Sûrement pour faire une roue à aube perpétuelle smiley


        • Doume65 16 août 2014 22:12

          « je n’aurais jamais cru que le niveau de compréhension de la Physique puisse descendre aussi bas chez certains chimistes. »

          Le mec, il est chimiste, pas physicien (ça se sent). Ceci dit, un chimiste qui ne connait que les représentations éculées de l’électron, et qui ne sait même pas que thermodynamique et électron n’ont absolument rien à voir.


        • bourrico6 19 août 2014 15:03

          Prétexter ma folie et mon ignorance ne vous permettra pas plus de nous montrer un seul corps dans cet univers qui soit sans vitesse.

          En clair, il n’y a pas de référentiel absolu dans l’univers

          Quelle découverte !!  smiley


        • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 16 août 2014 19:16

          C’est pourtant assez simple, le « mouvement perpétuel » et c’est bien expliqué dans ma « RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET ÉPISTÉMOLOGIE » en 2001.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

HClAtom

HClAtom
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès