Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Aller plus haut, ou deux heures pour l’éternité

Aller plus haut, ou deux heures pour l’éternité

Il est fils de paysan. Qu’importe : il ne reprendra pas le métier dans cette ferme collective. Il va faire carrière dans l’armée. Et dans un des corps les plus prestigieux : l’aviation. Il sera pilote de chasse. Comment ce gamin de petite taille, qui rêvait dans les champs cultivés par ses parents, aurait-il pu imaginer la suite glorieuse et dramatique de sa vie ?

Il débute sa vie dans un village du nord-ouest de la Russie. A 6 ans la guerre arrive. Il y survit. Une anecdote semble avoir éveillé sa vocation : l’atterrissage d’un avion russe endommagé. Le pilote lui montre toutes les commandes avant d’être secouru.

Jeune homme, il s’oppose à son père qui veut le voir suivre la ligne familiale et devenir fermier. Il débute un apprentissage en fonderie. En même temps il continue à s’intéresser à l’aviation et fréquente régulièrement un petit club de pilotage.

Quand il entre dans l’armée il est admis à l’école militaire de pilotage. C’est ainsi qu’il devient pilote de chasse sur un Mig-15.


Toujours plus haut

En 1960 il fait partie d’un groupe de pilotes sélectionné pour l’entraînement des futurs cosmonautes dans le cadre du programme spatial russe : le programme Vostok. De 19 le groupe se réduit à 6, sélectionnés pour leur condition physique et leur taille. C’est sa chance : ses 1,58 m lui ouvrent la porte des étoiles.

La guerre froide bat alors son plein. Dans trois ans ce sera la crise des missiles à Cuba, avec un risque de guerre mondiale. John Kennedy fera plier l’URSS de l’époque. Mais en 1961 la bataille est ailleurs : c’est la suprématie spatiale qui est l’objectif. Un objectif à la fois militaire et psychologique. L’URSS avance à marche forcée dans la mise en place du premier vol spatial habité.
gagarine3-Vostok-1h - gagarine (12-04-61).jpg
C’est ainsi que le 12 avril 1961 à 9 heures 07 heure de Moscou, il y a juste 50 ans, le vaisseau Vostok s’élance dans l’espace depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, portant une capsule dans laquelle il a pris place. Le cosmonaute fait le tour de la Terre en moins de deux heures.


L’honneur de son nom

Au retour, après une descente mouvementée, il pose les pieds sur le sol russe à 10 heures 55, non loin de la base de départ. Il y a deux versions de ce retour. Selon l’une il serait resté dans la capsule jusqu’au sol. Selon l’autre il aurait quitté la capsule quelques kilomètres avant l’atterrissage et aurait terminé sa descente en parachute.

Cet homme, fils de paysans d’un petit village russe, vient d’entrer dans l’éternité. Et il tient la promesse faite à son père de ne pas ternir le nom de sa famille. C’est homme s’appelle Youri Gagarine.

Son exploit est celui du pays, mais aussi d’un système contre un autre. Le premier vol habité dans l’espace fait l’effet d’une bombe. Personne n’imaginait l’URSS capable d’un tel exploit technologique. C’est une gloire immense pour le pays.

Gagarine4-AldrinLune_Pied.jpgPiqués dans leur orgueil les américains réagissent vite. Le président Kennedy décide d’accélérer le programme spatial. Huit ans plus tard, le 21 juillet 1969, Neil Armstrong posera le pied sur la Lune.

La grande aventure spatiale, commencée avec les montgolfières, puis les premiers avions, les zeppelin et les fusées, venait, en ce 12 avril 1961, de prendre une toute nouvelle dimension avec le premier vol habité hors de la stratosphère.

L'Homme quittait sa maison, la Terre.


Les temps changent

Les programmes spatiaux des russes et des américains ont passablement différé. Les russes ont en premier exploré les vols sur le longues périodes avec la station MIR. Puis, après la chute du mur de Berlin et la fin de l'union soviétique, ce qui était alors une concurrence entre deux pays, deux empires, deux systèmes politiques, est aujourd’hui devenu l’objet d’une collaboration permanente dans la station spatiale internationale ISS.

Les temps changent et les ennemis d’hier sont aujourd’hui des partenaires qui collaborent ensemble. Evolution presque allégorique que l’on espère un jour pour tous les peuples de la Terre.

Youri Gagarine est décédé dans un accident d’avion, dans des circonstances troublantes sur lesquelles diverses versions ont circulé. C’était le 27 mars 1968. Il n’aura pas vu les premiers pas d’un humain sur la Lune.

Mais il est resté pour la postérité comme le premier homme à avoir volé aussi haut, aussi loin. Il est resté l’honneur du nom des Gagarine.


Moyenne des avis sur cet article :  2.45/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • eric 13 avril 2011 12:34

    Hier soir, il y avait bien sur sur toutes les chaines russes. des émissions concernant le programme spatial en général et Gagarine en particulier.
    Tout était étudié. Par exemple pour la première femme, ils ont longtemps réfléchi sur laquelle choisir, notamment en fonction des copinages , des, qui est la fille de qui, ( la société socialiste est fondamentalement féodale), finalement, Khrouchtchev a tranche entre les différentes candidates. On a reteint les cheveux de l’impétrante deux fois sur le pas de tir, et on a rhabillés, en urgence les 5 femmes, toutes présentes, pour qu’elles aient l’air de citoyenne normales. Chertog, l’adoint de Korolev, est toujours en vie. Les russes avaient entendu dire que les americains etaient au bord de reussir, il devenait urgent de lancer pour être les premiers. D’après lui, les risques étaient extrêmement important compte tenu des pourcentages d’échecs précédents. Normalement, ils auraient du envoyer un ouvrier fils d’ouvrier ( je suppose que c’est pour cela que l’on parle de son stage en fonderie) Serait il possible qu’entre des candidats tous doué, on est choisi de « risquer » le Kolkhozien ?


    • hommelibre hommelibre 14 avril 2011 00:12

      C’est aussi un aspect des choses. Il ne me dérange pas. On choisit toujours quelqu’un pour une raison. Celles-là en valent d’autres. Et l’aventure est belle, peut-être encore plus avec les risques. Dès le départ il a voulu en être, il l’a fait. Il savait qu’il pouvait y rester.

      Chapeau, Mr Gagarine.


    • hommelibre hommelibre 14 avril 2011 01:47

      J’ai oublié de vous dire : merci pour tous ces détails ! smiley


    • Dominitille 13 avril 2011 19:05

      Homme Libre,
      Il est beaucoup trop habillé pour attirer les clients sur votre article.


      • hommelibre hommelibre 14 avril 2011 00:10

        Dominitille :

         smiley
        M’en fiche, j’aime. Pas besoin d’être beaucoup. C’est beau l’espace.


      • Dominitille 14 avril 2011 00:26

        Bonsoir Homme Libre,
        Les grands espaces me fichent la trouille. Je ne suis bien que sur le plancher des vaches ;
        Le jour mémorable où mon fils a voulu m’emmener à Sainte-Lucie en étant aux commandes d’un avion de tourisme, j’ai tout gaché. J’ ai paniqué et il a dû revenir à l’ aéroport ; 
        Les voyages dans l’espace me font bailler d’ admiration mais sans plus ; 
        Pourtant, les cosmonautes russes ont toute mon admiration, car il fallait beaucoup de courage pour être un cosmonaute russe de la première heure. Je me souviens d’ affreuses histoires de cosmonautes perdus dans l’espace dont on a connu les mésaventures que bien lontemps après leur mort dans l’infini ;
        Bonne nuit


      • hommelibre hommelibre 14 avril 2011 01:41

        Ah, d’un côté c’est dommage, mais chacun son truc. J’ai fait mon baptême de l’air en planeur l’été dernier au-dessus du causse entre Florac et le Tarn. Si vous n’avez pas trop le vertige j’en ai fait une vidéo.

        http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/08/07/vol-sur-le-causse-mejean.html

        Et j’en ai profité le lendemain pour faire un billet sur Florac :

        http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2010/08/08/surprises-a-florac.html

        S’il fait beau à Pâques, ou en juin-juillet sinon, je ferai une petite série de 3-4 billets en descendant la D 538 qui traverse la Drôme de Vienne à Dieulefit, qui passe par Beaurepaire (Palais du facteur Cheval), Romans, Crest, etc. Mais je le posterai sur mon blog à Genève, car je ne pense pas que ce soient des thèmes pour AG. Cela fait partie de mes billets respirations. Il y en a d’autres que je ne peux passer sur AG, par exemple :

        http://hommelibre.blog.tdg.ch/archive/2011/04/06/le-langage-des-arbres.html

        Bonne nuit, merci pour ce petit moment sympa.


      • Dominitille 14 avril 2011 18:30

        Bonjour Homme Libre,
        Avoir la tête dans les nuages ne me convient pas trop mais je vous envie de fleurter avec eux.
        J’ai un peu fureté sur la page, et j’ai bien fait de ne pas avoir réagi à votre article sur les péripatétitiennes.
        C’est plus calme dans une tribune suisse que sur AV.
        Mais de ce côté de la frontière, vous ne pouvez demander à des Gaulois et oises d’être lisses comme de la crème de gruyère.
        Bonne journée


      • Suldhrun Suldhrun 13 avril 2011 20:18

        J aime Gagarine , il a su s emanciper des huns et tant d autres

        Pour son reve ... ici vaut bien ...la bas

        Chacun , de nous , poursuit un reve

        Quelle insolence nous conduit vers des terres privees


        • hommelibre hommelibre 14 avril 2011 00:13

          Merveilleuse insolence, qui nous fait flirter avec les étoiles. Un vieux rêve de l’humanité.


        • lenainbleu lenainbleu 13 avril 2011 23:55


          http://youtu.be/U8xA9xEdNvg

          La fin du superbe « the right stuff ».


          • hommelibre hommelibre 14 avril 2011 00:08

            Yes, merci de rappeler ce film.


          • Ruut Ruut 14 avril 2011 13:06

            ...
            A cette époque l’humanité avait des rêves et des espoirs et les responsables politiques nous offraient l’Espace.
            Maintenant nous responsables politiques nous offrent les plans d’austérités et des guerres.
            Je préférais l’époque de Gagarine.
            ...


            • hommelibre hommelibre 14 avril 2011 13:59

              On manque de rêves, Ruut, je partage bien ce point de vue.

              A nous d’en créer de nouveaux. Ou d’essayer déjà. Essayer de réaliser les nôtres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès