Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Asservissement payant - le 2.0 par l’exemple

Asservissement payant - le 2.0 par l’exemple

Le 2.0, c’est le bonheur de tous au sein de la communauté globale, pas vrai ? Chaussez vos lunettes et venez découvrir l’autre versant du bonheur.

Le 2.0, concept tellement à la mode qu’on l’a retrouvé dans les programmes des deux bords lors de la dernière présidentielle, recouvre des tas de choses bien différentes, à la fois d’un point de vue technique et quant aux usages qu’on peut observer. Ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est un aspect bien précis du Web 2.0, et n’en est qu’un aspect - mais il a de quoi inquiéter tous ceux qui s’intéressent aux phénomènes de (dé)régulation au sein de nos sociétés connectées.

Le principe est le suivant : quelqu’un crée un site complètement vide en termes de contenu propre, mais qui permet de mettre en relation des gens autour d’un intérêt commun, ou du moins prétendu tel. Disons un site où pourraient se rencontrer des gens qui ont besoin qu’on tonde leur pelouse, et des gens qui ont besoin de travailler.

Jusque-là, ça ressemble à un site classique de petites annonces. Là où ça devient un site Web 2.0, c’est qu’on met en place un système dit de notoriété qui permet à celui qui a une pelouse de noter le travail de celui qui avait besoin de travailler, et qui d’ailleurs paye pour être mis en relation avec des gens susceptibles de l’employer à de menus travaux. Le système marche exactement de la même façon que pour noter un disque sur Amazon ou pour noter un vendeur sur eBay : on donne une note entre 0 et 5 étoiles, on attribue le cas échéant une médaille, et on peut laisser un commentaire en mode texte libre.

Ainsi qu’en disposent les conditions générales d’utilisation du site, celui qui paye pour être mis en relation avec des gens qui ont des pelouses doit accepter que soient visibles sur le site toutes les appréciations ; il peut les contester mais doit le faire par courrier recommandé avec accusé de réception, et ensuite c’est le site qui diligente une enquête. On l’a compris, le site se rémunère sur ceux qui cherchent du travail, sa richesse c’est donc ceux qui ont du travail à proposer, mais laissons de côté ce point de suspicion gratuite envers l’impartialité d’une éventuelle enquête et continuons d’étudier le principe de cette sorte bien précise de site Web 2.0.

De la même façon qu’un vendeur eBay a toutes les raisons d’attirer du monde sur eBay, celui qui paye pour proposer ses services de tondeur de pelouse a toutes les raisons de faire la pub de son profil en ligne, on lui confie donc du matériel publicitaire aux couleurs du site, qu’il est invité à distribuer à tout le monde. L’utilisateur payant fait donc la pub du site ; en fait, d’une certaine manière il paye même pour ça, c’est toute la beauté de la chose. A contrario, tous les éléments de son profil apportés par les autres utilisateurs du site que sont les employeurs, comme les notes et les appréciations, demeurent la propriété exclusive du site, il n’a pas le droit de s’en servir pour faire sa pub sur un autre site.

Le site, pour finir, prend bien soin de préciser qu’il n’agit qu’en tant qu’intermédiaire et qu’en aucun cas sa responsabilité ne saurait être engagée si un utilisateur exploitait le service pour commettre une infraction ou un délit ; les gens qui ont des pelouses, par exemple, sont informés qu’ils ont des obligations à remplir, déclarations diverses, respect du code du travail, etc. mais au final ça les regarde. Nulle part ils ne sont menacés de poursuite par le site en cas de commentaire diffamatoire, par exemple. Et le site ne se donne pas pour mission de lutter contre le travail au noir.

J’en conviens, c’est un exemple de Web 2.0 un peu particulier, et ce genre de choses n’existe qu’aux Etats-Unis. Eh bien, ce n’est pas tout-à-fait exact : je vous ai déjà ennuyé avec ça à propos de CareSquare, un site américain qui réunit parents et nounous sur ce principe, mais ce que je viens de vous décrire s’appelle en fait agenceservice.fr et c’est un site bien de chez nous, il est même domicilié dans mon beau pays girondin, à Gujan-Mestras. Cocorico.

Vous vous souvenez du petit carnet que présentent à leur futur employeur les personnels de maison, dans les films dont l’histoire se déroule avant-guerre ? Eh bien, selon mes informations, il a été aboli. Alors pourquoi laisser revenir le petit carnet noir, même 2.0 ? Sur Internet, les traces durent longtemps, très longtemps, et sur un site comme agenceservice.fr, tout le monde peut y accéder.


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Tonioone 20 juin 2007 15:11

    A mon avis, ce que vous décrivez n’est en rien collaboratif dans l’esprit ni dans la manière. Si l’on considère que le web 2.0 est né avec wikipédia, ebay n’en fait pas parti et Agoravox en fait partie, pourquoi ? On construit du contenu (et non une offre de services) en commun, de même qu’un blog ne serait qu’un web 1.1. Après, votre analyse du fonctionnement commercial du web est correcte et votre vue sur les dérives potentielles très interressante (c’est peut-être ça la vraie nature de l’article).


    • indianagrenoble indianagrenoble 21 juin 2007 10:36

      Quel bel article mon ami.

      Enfin aujourd’hui je suis très très très déçu par ce que je viens de découvrir :

      Savez-vous que derrière ce site AGORAVOX et NATURAVOX se cachent 10 salariés à plein temps... smiley Oui ! Oui ! On croit qu’on écrit sur média « libre » et écologiste, en fait il n’en n’est rien !

      AGORAVOX = NATURAVOX = CYBION = SOFRES enquêtez vous verrez !

      je suis triste de constater que là aussi il y a usurpation ou plutôt fausse façade... qui utilise la crédulité des gens pour mieux les baiser... une sorte d’effet boomerang... A partir d’Aujourd’hui ça va barder ! Mon combat va être sans merci ! Vos TIC et Tocs vous allez vous les mettre ou je pense ! Dénonciation de ce qui se passe ici : Actuellement vous, madame, monsieur,rédacteurs, lecteurs, cliqueur au sondage sur la gauche, vous participez sans le savoir à un immense programme SOFRES... Tout ça sur le NEt ! TOUT vos clics, TOUTES vos réactions sont codifiées et traitées dans une grosse moulinette qui va sortir des chiffres, de statistiques et des courbes d’état pour MR EDF ou MR AREVA ou pire MR SARKOSY ...pour mieux nous enfiler des perles demain.... C’est triste... Je vous invite à aller sur mon site perso, loin de toute censure, sur lequel je vais vous démontrer par A + B ce qui se cache derrière cette BELLE FACADE du citoyen 2.0 ou plus BETA 2.0...
      - Alexandre PY Le Cros 05600 REOTIER GSM SFR 0033(0)6-21-46-22-77 Home 0033(0)4-92-49-96-38 Skype Pseudo : indianagrenoble Msn Messenger : pyal2005@hotmail.net site perso :http://pyal.ifrance.com/


    • Bigre Bigre 21 juin 2007 00:15

      En éteignant la télévision, j’ai rendu mon cerveau indisponible aux annonceurs poublicitaires (je laisse la faute de frappe, fort opportune). Et là, avec internet, il faut se méfier, oui. Y compris d’Agoravox qui enregistre probablement mon adresse IP, mon heure de connexion, les pages vues, le temps passé sur chaque page, analyse mes votes ... Il me reste un peu d’anonymat quand même, quelques précautions que je prends avec mon adresse e-mail et un pseudo ... Et cet anonymat ne les gêne pas pour établir et utiliser un profil de visiteur.

      Etre toujours sur la défensive, les fesses bien serrées, est assez pénible, les bougres ont de la vaseline ! Un jour, je vais déconnecter, tout comme je l’ai fait avec la TV, pour prendre l’air, respirer, vivre, sans oppression ...

      La vraie vie , c’est pas dans une « second life », c’est maintenant et dehors ! C’est au marché, au café, au concert, dans la rue, ...


      • Argo Argo 21 juin 2007 11:45

        Une communauté, de la mise en relation, un apport de 100% du contenu par les internautes, un modèle d’évaluation collaborative (notation sordide si vous préférez). Aucun doute, c’est du web 2.0 pur et dur (un peu d’ajax pour la techno svp).

        Aux USA, tout marche déjà comme ça. Les notations / évaluations constituent une sorte d’autorégulation par la communauté avec ses avantages (exclure les zozos et les escrocs) et ses inconvénients (risque de notation arbitraire). En général, on peut contester une note et un modérateur ou une commission des litiges tranche. C’est le système Ebay (et de milliers d’autres sites) et ça date de plus de 5 ans.

        Sur le fond, difficile de se prononcer... Faut voir au cas par cas (c’est vrai qu’ici ça fait un peu « marchand de viande »). Mais ce n’est pas nouveau.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès