Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Augmenter le rendement de vos panneaux solaires grâce à un autocollant

Augmenter le rendement de vos panneaux solaires grâce à un autocollant



Voici une innovation intéressante dans le secteur des énergies renouvelables, plus précisément dans l’énergie solaire. Les panneaux ont connu cette dernière année quelques mutations intéressantes, comme ces vitrages qui sont capables d’être soit transparent soit opaque pour ajuster selon la météo la production électrique et la luminosité intérieure. Cette fois-ci, il s’agit d’un simple film adhésif à coller sur son panneau solaire déjà existant pour en améliorer la productivité (Ecogeek).



Le film conçu par SolOptics a produit une lentille capable d’améliorer de 12,5 le rendement d’un panneau solaire (un chiffre annoncé après le test très officiel du National Renewable Energy Laboratory). Cette lentille est assemblée dans un film autocollant qui ressemble de prime abord à un adhésif classique. Le logiciel utilisé par SolOptics leur permet de reproduire la forme de la lentille par impression laser sur un film polymère. Ne reste alors qu’à appliquer le film sur un panneau de la même manière qu’un film teinté serait apposé contre un vitrage.

La compatibilité du produit est totale avec les panneaux solaires existants et à venir, et son utilisation simple devrait donc convaincre rapidement les propriétaires de panneaux solaires.



TechnoPropres

Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • plancherDesVaches 9 octobre 2010 12:51

    100 % de votes négatifs, bravo Ecotruc. Tu viens de battre le record absolu smiley

    J’ai encore du boulot avant d’être le plus mauvais commentateur... smiley


    • Croa Croa 9 octobre 2010 15:26

      Comme Ecoloteky se fout des commentaires, ses publications sont un excellent défouloir. smiley

      C’est trop facile d’être mauvais par ici smiley


    • voxagora voxagora 9 octobre 2010 13:15

      J’avais entendu parler d’un film à coller sur LES VITRES,

      pour moduler la TEMPERATURE d’un local ?

      • Céphale Céphale 9 octobre 2010 13:57

        Etonnant !

        Et moi, je vais bientôt commercialiser un boîtier magique qu’on branche sur l’allume-cigare de la bagnole. Il réduit la consommation d’essence de 50%. La prochaine étape sera 100%. Qui dit mieux ?

        • easy easy 9 octobre 2010 14:32

          N’importe nawak.

          Chaque fois qu’on interpose un miroir (on appelle miroir la surface plane qui sépare deux milieux d’indice différent. Un lac présente donc au ciel un miroir et une vitre de fenêtre, toute simple, toute bête, possède deux miroirs) entre le soleil et la surface du silicium, on renvoie des rayonnements vers le soleil. Il y a donc moins d’énergie qui parvient au silicium.

          La nouveauté consisterait à éliminer la plaque de verre qui protège le silicium et non de rajouter deux miroirs de plus avec un film (dont l’indice est différent du verre de protection)


          Je vais vous le raconter différemment. Il y a 20 ans, les premiers écrans d’ordinateurs envahissaient les bureaux avec leur lettres ambre ou vert sur fond NOIR.
          Bobos aux yeux.
          Les luminaires, le soleil se reflétaient sur les deux miroirs que constituait la paroi de verre du tube cathodique et ces reflets lumineux sur le fond noir empêchaient de lire les lettres.
          Bobo à la tête.
          Des tas de malin ont proposé des filtres anti reflets dont essentiellement de deux types. L’un c’était un tissu sombre monté sur un cadre plastique (originellement du tissu de sérigraphie). L’autre était un verre ou volume plastique dont la surface était traitée bla bli bla blo. 3 M vendait le plus cher de ces produits antireflets (plus cher que Polaroïd qui en proposait aussi) . Mais mais mais, comme avec ces filtres on se retrouvait avec deux miroirs de plus, bin il y avait deux fois plus de lumière réfléchie. Pan dans la gueule !




          Ah bin du coup je vais vous raconter un autre truc.
          Dans votre salle de bain, il y a un miroir. Là il s’agit d’un volume de verre dont une face, l’arrière, a reçu disons un dépôt d’argent (comme cet argent plaqué sur le verre ne voit pas l’air, il ne s’oxyde pas et reste brillant). Nous nous rasons donc devant un miroir dit face arrière. Car en face avant il y a certes un miroir mais peu réfléchissant, le puissant miroir étant celui situé 5 mm sous le premier.

          En astronomie (et dans des tas de domaines) on utilise des miroirs ; Mais comme il ne s’agit pas de se regarder les boutons de nez, comme il faut une réflexion puissante et exacte, le premier miroir, celui qui est en avant, d’un miroir de SDB ne peut pas convenir. Il y aurait disons deux images réfléchies : une puissante, provenant du miroir arrière mais aussi une plus faible, fantômatique, en provenance du miroir avant.
          Alors on fabrique des miroirs face avant : l’argent ou l’aluminium est déposé (selon un autre procédé technique) sur la face avant du volume de verre.
          Hélas, pour le protéger un petit peu, on doit tout de même déposer une couche de quelques microns de SiO² par dessus et ça provoque encore une légère réflexion parasite, mais bon, ça le fait nettement mieux.



          Bon maintenant les lentilles.
          Il existe donc les lentilles genre loupe d’entomologiste, C’est un volume de verre à deux faces (ou miroirs) plus ou moins bombées (concave ou convexe)
          Un jour Fresnel a trouvé le moyen d’obtenir le même effet mais avec des morceaux de lentille de forme bizarre, le tout étant tout de même moins volumineux, moins épais, plus plan. On a pu faire de grosses lentilles pas trop grosses : les lentilles des phares maritimes. La qualité ou régularité est mauvaise du point de vue image car il y a des tas de coupures mais ça transmet un bon pourcentage des rayons vers où l’on veut et c’est moins encombrant que des lentilles monobloc. Sans cet inconvénient de la striure, Aflelou nous aurait proposé des lunettes fresnel très minces depuis longtemps.

          (Les vidéorétroprojecteurs Sony qui se vendaient dans les magasins de télé il y a 10 ans avec un écran plastique Fresnel)

          Du coup, toujours en décomposant selon le principe Fresnel, on a fait nos catadioptres rouge de voiture et surtout nos optiques de phares. On y trouve plusieurs secteurs où le verre est moulé en striures. Dans une optique de ce genre, l’ampoule est placée à un endroit très précis, le réfléhisseur parabolique aussi et le verre fresnel avant aussi. Tout ça étant bien positionné et fixe, on peut dont envoyer presque toute la lumière sur une partie précise de la route, pas dans les arbres.

          De là, 3M a fait des lentilles microstriés fresnel très fines qui collés à la vitre arrière des cars, permettent au conducteur de voir ce qui se passe au cul de son car, qui collés devant les caissières, leur permettent de voir ce qu’il y a dans le fond du caddie qui échappe à leur vue directe.

          Partant de l’idée qu’avec un film strié ou micro lenticulé, on peut envoyer les rayons où l’on veut, des malins se sont dits qu’il devait être possible d’en faire profiter les panneaux photo voltaïques. En tous cas de le prétendre.


          Ouais, sauf que la position du soleil par rapport à cette lentille fresnel varie tout le temps.
          L’industriel fabrique un film strié ou microlenticulé fresnel en escomptant une trajectoire donnée du soleil ./. au panneau photo voltaïque mais il faudrait que l’utilisateur le pose exactement dans cette position, ce qui est tout bonnement impossible. Déjà que dans le meilleur des cas, le soleil bascule d’Est en Ouest chaque jour et chaque jour selon un angle d’incidence différent, déjà que l’efficacité serait quasiment nulle dans la bonne position, le moindre écart de positionnement avec l’idéal-tu-parles empire automatiquement le rendement initial.


          Toute lentille, même fresnel, ne fonctionne que lorsque les 3 parties sont en position relative fixe. Exemples : oeil-lentille-fourmi ; oeil du téléspectateur-écran fresnel-vidéoprojecteur ; oeil de la caissière-lentille-caddie ; lampe-lentille tournante de phare-horizon
          Tous les angles relatifs et les distances étant considérés pour chaque cas d’utilisation (microscope, voiture, lunettes, télescope, caddie), la lentille est fabriquée en conséquence et il convient de l’utiliser seulement selon ces angles et distances prédéfinis. Plus rien ne doit bouger. 


          C’est du reste ce problème qui fait que la télé 3D sans lunettes est impossible à bien résoudre dans les cas de spectateurs multiples. Là encore les 3 éléments doivent avoir une position fixe, prédéterminée.



          Par ailleurs, comme la surface de ce film miracle est striée genre microsillon 33 Tours, je te dis pas les poussières, l’encrassement et donc.... l’opacité de 80% au bout d’un mois.


          Je vous le dis clairement. Il est suspect, très suspect de ne pas nous montrer par un dessin comment ça prétend fonctionner. Il ne s’agit pas d’électronique invisible, il s’agit d’une bête lentille. N’importe quel crétin peut voir sur dessin ce qui cloche. 
          Il n’est pas fourni de dessin et on n’a droit qu’à du vocabulaire de pur marketing. On achète très cher un film qu’on ne peut ni piger, ni expertiser, ni critiquer, pas même en justice (c’est fait pour) et on se fait empapaouter.


          Enfin, un gain de 12,5 % c’est exactement le bon chiffre. Il est suffisamment élevé pour pousser le client à l’acheter et suffisamment faible pour opposer, en cas de réclamation, que le client a mal fait ses relevés, que ça a été mal posé, que le volcan Islandais y est pour quelque chose ou que la saison a été moins bonne.

          La clef du marketing, depuis la judiciarisation de tout, est dans ce chiffre de 12,5 %


          • JP Lanhard 9 octobre 2010 17:14

            100% d’accord. tout interface suppémentaire ne peut qu’apauvrir la transmission.
            les 12.5% semble en pouvoir être atteint que l’orsque le soleil est 100% perpendiculaire à la surface du panneau, et uniquement en augmentant la concentration ponctuelle (mais au détriment du reste).
            donc de l’escrologie à bon compte pour gogo.
            Sinon on saurait depuis longtemps avoir un multiplicateur d’énergie solaire.
            A classer l’article dans la rubrique plubicité mensongère


          • wakkal 9 octobre 2010 15:29

            Bonjour,

            Je ne vais pas dire que cette technologie fonctionne ou pas, au long terme comme au court terme, Mais ce fameux chiffre de 12,5% est d’après cet article "un chiffre annoncé après le test très officiel du National Renewable Energy Laboratory.« 

            En faisant une recherche sur le site du NREL on tombe sur ce PDF http://www.nrel.gov/pv/hotline/pdfs/2010_08_1-8.pdf qui pointe ici http://www.greentechmedia.com/articles/read/new-lens-design-improves-solar-panel-efficiency-up-to-12/

             »«  »According to the CEO, the microstructures yield the efficiency gain whether the photovoltaic material is silicon, CIGS or cadmium telluride, and the price for that gain is less than ten cents per watt. The National Renewable Energy Laboratory (NREL) tested the lens system in March of this year and confirmed that it provides net efficiency gains of at least 10 to 12.5 percent.«  »"

            Pour info le site de SolOptics est ici : http://www.soloptics.com/

            Et les dessins sont là : http://www.soloptics.com/fusion/technology_overview et là : http://soloptics.com/uploads/soloptics_overview_7_2010_.pdf

            @easy, ça ne sert a rien de faire de grandes explications sur la base de ton intuition et de tes connaissance en optique. Le plus grave c’est que tous les sites qui relaient l’information parle bien d’un gain de 10 à 12,5% annoncé par le NREL, mais il est impossible de trouver une publication signée par cet organisme attestant ces résultats.

            S’il y a des courageux pour retrouver l’étude (publication) du NREL (elle aurait été faite au campus de recherche Golden dans le Colorado), il serait intelligent de la partager.


            • easy easy 9 octobre 2010 18:15

              A Wakkal, 

               «  »«  »un chiffre annoncé après le test très officiel du National Renewable Energy Laboratory.«  »«  »« 

              J’en ai marre de vivre. Je suis trop vieux. je n’entend plus que les mêmes conneries depuis des décennies.

              Des milliers de fois, j’ai lu »le très sérieux professeur .... a dit«   »Le célèbre professeur machin a dit « 

              Punaise, si un organisme de contrôle est officiel, il est officiel, c’est tout ; Il n’est pas TRES officiel. Ce TRES superfétatoire démontre la misère intellectuelle ou plus exactement de crédibilité ou d’autorité de ceux qui l’utilisent comme PREUVE ou RAMPART

              TRES officiel, je t’en foutrais.



              Bon, tu aimes documente. Documente-toi et établis-nous que ce labo est effectivement national, étatique, pas privé.

              Au fait, tu sais qu’il est possible d’acheter pour 300 E des diplômes de  » très sérieuses et officielles universités" américaines ? Tu sais que leurs titres sont ronflants au possible ?


              Bon, en France, il y a des labos avec lesquels on ne peut pas composer. Le Laboratoire National d’Essai est de ceux là.

              Et comme par hasard, alors qu’il existe 30 produits isolants en couches minces (genre mylar argenté + molleton) alors qu’ils présentent tous des certificats impressionnants, aucun n’en présente du LNE et sont plus qu’évasifs sur leur R



              Une entreprise qui peut produire un film améliorant réellement le rendement des cellules de 12,5 % foncera immédiatement au LNE pour obtenir un vrai PV . Pas de label, pas de certificat, un PV, c’est tout. Ce test étant plutôt facile et économique à faire, contrairement au cas du film peau de requin pour les avions


            • wakkal 10 octobre 2010 10:22

              @easy,

              Tu es peut-être vieux mais tu es surtout aigri. Je n’ai pas dis que cette solution fonctionnait ! Bien au contraire... Pour moi le principal problème c’est que nul part on ne trouve la publication du NREL !

              Après c’est pas difficile de savoir si ce labo est sérieux ou pas... Son nom de domaine est NREL.GOV c’est donc un site gouvernemental, sur le site c’est marqué en gros « U.S DEPARTEMENT OF ENERGY »... Perso ca me suffit !

              Encore une fois ce qui me gène c’est que sur aucun des 300 articles qui copient-collent à tout va cette information, aucun n’a un lien vers le papier, la publication, ou l’étude soit disant faite par cet organisme.

              On peut supposer que ce papier n’existe pas et donc que SolOptics ment et qu’aucune étude n’a été réalisée jusqu’à preuve du contraire.

              Et puis comme c’est à la mode les explications fumeuses, je vais vous en donner une... La terre est recouverte d’un gros autocollant de 100km d’épaisseur qu’on appelle l’atmosphere, sa particularité est de laisser passer certains rayons lumineux, d’en réfléchir d’autres, et d’en capturer certain... Il paraitrait même que cet autocollant contiendrait du CO2, qui bizarement réchaufferait la planete. Comme si c’etait possible de capturer plus d’énergie avec un autocollant !!!


            • easy easy 10 octobre 2010 12:49


              Wakkal bonjour,

              Aigri, je veux bien admettre que je tape dans les limites de l’aigreur. Mais plus massivement, je suis déçu. Je me définis comme déçu. Une déception ne vient pas forcément des autres, elle peut venir ou vient surtout de la dose d’espérance qu’on a eue initialement en ces autres.
              Si cette espérance était trop forte, les autres ont beau être absolument normaux, on ne peut finir que déçu. Posons donc que je sois déçu par ma faute.


              Prenons par exemple le cas de ce qui se passe sur ce topic. Ici, il n’est pas question de métaphysique ni de moralité ni de psychologie ni d’humanité. Et bien il contient déjà, à mes yeux, de quoi décevoir. A mes yeux seulement.


              Je l’ai déjà dit, sur ce site non spécialisé, il y a à priori, peu de personnes connaissant autant ces histoires de films techniques, de reflets et de commerce sur ces produits. A l’époque où j’ai gagné ma vieen bossant sur le sujet pour apporter des solutions aux personnels qui se plaignaient des reflets sur les écrans (problème aujourd’hui dépassé car les écrans sont à fond blanc, ce qu’on appelle contraste négatif, comme sur une feuille de papier) à l’époque où l’on construisait les centrales nucléaires et où la médecine du travail, les CHSCT ont explosé en termes d’importance, il n’y avait pas deux personnes en France planchant sur le sujet. Il y en avait une et c’était moi (alors qu’il y en avait des dizaines au Japon et aux USA) .


              Ce que je raconte sur ce topic, initié par un autre, c’est du vécu, j’espère que ça se sent, que ça se voit. Sur les forums, je ne pratique jamais le documentalisme du genre Morice ou des tas d’autres qui font ça ici. Ils fouillent le Net, rassemblent et compilent des trucs et bidules qui se racontent et qui sont constamment repris en boucle. Ces documentalistes qui trient dans la cacophonie générale pour en extraire les bla bla allant dans le sens de leur trouvaillisme, fabriquent ici des chambres d’écho d’où il ne peut résulter que des effets Larsen.

              Il se trouve que de la même façon que je devais résoudre le problème des reflets sur les écrans, je devais aussi trouver une soluce pour résoudre le bruit que faisaient alors les imprimantes (les jeunes n’imaginent pas le crépitement des imprimantes à boule, à marguerite et matricielles d’il y a 20 ans) . Je m’occupais et vivais donc aussi de l’insonorisation. J’ai donc beaucoup étudié le bruit et ses principes. Et j’ai bossé, j’ai fabriqué des chambres anéchoïques. Là, par contre, je n’étais pas seul, 2 à 3000 personnes bossaient aussi sur le sujet du bruit, de l’insonorisation en France.
              Et dans une chambre anéchoïde, après s’être donné un mal fou pour éliminer tous les sons parasites, extérieurs, on entend plus qu’un seul bruit, celui de notre coeur. Ce qui vient de soi, seulement de soi. La solitude absolue. On est absolument seul et il faut réfléchir seul, analyser seul, comprendre seul. On n’y passe certes pas des jours, mais ces quelques moments qu’on y passe nous permettent ensuite de bien faire la différence entre ce qui nous colonise et ce qui vient de nous.

              Enfin, le troisième volet dont je devais m’occuper c’était les rayonnements invisibles, magnétiques, électroniques. Par exemple, un ventilateur d’unité centrale provoque un champ électromagnétique qui atteint les électrons du tube cathodique du moniteur. Ca les dévie et ça fait des images qui bougent et filent le mal de tête. (qui bougent parce que ce champ électromagnétique parasite est tournant)


              J’ai donc bossé sur ces sujets selon différents angles : chercheur, documentaliste, espion, inventeur, testeur, compareur, commercial, vendeur, marketeur, réparateur, conseil...Tous les angles possibles sur ces sujets.
              Ce serait un coup du diable que par exemple, sur ce forum, il y ait une personne ayant posé autant ou même le centième seulement de ce que j’ai posé comme films solaires sur des vitres.
               



              Et que se passe-t-il sur ce topic ?

              Bin vous êtes 3 ou 4 à jouer la documentation, rien que la documentation. C’est à dire que rien, strictement rien ne sort de votre cerveau du point de vue de la réflexion critique et scientifique. Pas un d’entre vous ne semble se poser la moindre question technique du genre "Attends, attends, en vertu de quoi l’interposition d’un film -qui devrait être au minimum transparent (je parle de transparence absolue) pour ne pas absorber une part des rayonnements- peut-il réduire les réflexions (alors qu’il ajoute deux miroirs + de la colle) seulement parce qu’il est en shed ou strié ou microlenticulé ?

              Ce que vous cherchez c’est à ramener de la doc qui présente bien et qui est bourrée de diplômes. Cela, parce que vous n’avez aucune capacité personnelle (issue d’études ou de boulot perso) pour disséquer, analyser et critiquer scientifiquement. Vous n’êtes ni scientifiques ni créatifs. Vous n’avez rien de rien d’un Léonard de Vinci.

              Et quand vous tombez sur un type dans mon genre qui a une expérience de terrain, qui a été de ces chantiers de l’innovation, vous ne le remarquez même pas, vous ne voyez aucun intérêt à comprendre comment il raisonne. Non, il vous agace et vous retrournez à Internet, vous retournez la toile dans tous les sens pour trouvez du ba bla qui présente bien, rien de plus. Et c’est tout ce que les garçons savent faire aujourd’hui ( le prométhéisme étant masculin, cette version décadente de ce qu’il était du temps d’Edisson, les femmes ne le pratiquent pas. Aucune femme féminine ne fait du documentalisme)

              Notre pays, je l’ai compris il y a 30 ans au vu du dénigrement des filières dites manuelles au profit des filières dites savantes, se déconnecte de la recherche pratique. Les garçons d’aujourd’hui ne peuvent plus déposer de brevets. Aujourd’hui chacun écrit livre sur livre mais il n’en sort strictement rien de neuf.

              Des millions de personnes ont joué au Rubik cube, cherchant à résoudre l’énigme ludique strictement ludique, qu’il pose. Et certains parviennent à le résoudre en moins d’une minute. Bravo ! Un jour, j’ai demandé à un champion s’il savait comment était fabriqué cet objet qu’il avait manipulé des millions de fois. Il ne le savait pas.



              Ca te dit de changer de sujet histoire de se rincer de la polémique, histoire de partir d’une page blanche et de vérifier si tu as l’esprit scientifique ?
              Là tu vas devoir bosser sans Internet, tu ne pourras pas remonter de la doc. 

              Je pose la question suivante :

              Prenons une roue de type roue de voiture. Et chargeons la au niveau de son axe histoire qu’elle soit donc un peu écrasée comme toute roue de voiture.
              Bon. Elle est immobile et un peu écrasée. On fait une marque à la craie sur le pneu et sur le sol, au niveau du milieu de la zone d’écrasement. On avance la roue droit devant, toujours en charge. Elle tourne et la marque sur le pneu se met à tourner. On s’éloigne de la marque au sol. Et on accomplit disons 10 tours de roue. Lorsque la marque sur le pneu touche le sol pour la dixième fois, on dégonfle le pneu de telle sorte qu’il s’écrase davantage. Mettons que son axe se rapproche du sol de 1 cm du fait de ce dégonflage. Et on recule pour revenir vers le point de départ.
              Lorsque la marque sur le pneu aura accompli 10 tours, lorsqu’a priori la marque sur le pneu aura coïncidé de nouveau avec la marque faite au sol, est-ce que vraiment elles coïncident ? Sinon pourquoi ?

              (Si on veut se fixer des repères on peut convenir que la roue peu écrasée a son axe à
              30 cm du sol et qu’une fois davantage écrasée, il est à 29 cm du sol)

              Ou.

              Est-ce qu’une roue en charge parcourt plus de distance, moins de distance par tour en fonction de l’écrasement de son pneu ? (lequel écrasement peut provenir soit d’un dégonflement soit d’une augmentation de la charge, peu importe)


              Ou.

              Si l’usine a fabriqué ma voiture avec un compteur de vitesse qui indique 100 km/h pour un certain nombre de tours/minutes de mes roues, est-ce que je peux me choper un PV (alors que mon compteur indique une vitesse correcte) si ma roue est plus ou moins gonflée ?


              Ou.

              Est-ce que le gonflage de la roue sur laquelle est branchée le compteur, influe sur l’indication de vitesse qu’il me donne ?


              Dans cette étude, on fera preuve de finesse, pas de finasserie. On fera de la critique, pas de l’hypercritique. On cherchera le centimètre, pas le micron.



              Surtout, le jeu ici consiste à renoncer, pour une fois, au document@lisme. Ca consiste à découvrir comment on peut réfléchir sans documentation ni études poussées. Comment on peut réfléchir avec notre seul bon sens.


              Nous nous ferons plaisir non pas en trouvant la réponse ou la meilleure réponse mais tout simplement en cherchant de cette manière, pour une fois. On gagnera dès l’instant où l’on aura bossé de cette manière.


            • Halman Halman 9 octobre 2010 15:55


              http://www.quelleenergie.fr/magazine/developpement-durable/panneaux-solaires-photovoltaiques-pistes-developpement-1196/

              http://www.electron-vert.com/index.php?topic=34.0

              Parmi les améliorations en cours de la technique photovoltaïque, on trouve l’ajout en surface d’un film anti reflet ( 2005 ) qui permet de diminuer le renvoi de rayons lumineux vers l’atmosphère et donc d’absorber une plus grande partie du flux (Le mot flux (du latin fluxus, écoulement) désigne en général un ensemble d’éléments (informations / données, énergie,...) lumineux . Toujours dans cette voie , Mitsubishi traite la surface de captage de la lumière par gravure ionique réactive qui diminue la réflexivité ( 2007 ) , tandis qu’un laboratoire d’Osaka traite la surface des cellules pour obtenir des micro cavités destinées à piéger la lumière ( 2007 ) .

              Egalement , une équipe de l’université (Une université est un établissement d’enseignement supérieur dont l’objectif est la production du savoir (recherche),...) de Sydney a réussit ( mai 2007 ) a augmenter le rendement d’une partie des longueurs d’ondes de la lumière en déposant un film d’argent sur la surface de la cellule . En le chauffant à 200 degrés le film se craquelle en petites unités de 100 nm de côté . Ces nanoparticules d’argent excitent les plasmons de surface et augmentent le rendement de conversion de la lumière autour des 1.200 nm de longueur d’onde (Une onde est la propagation d’une perturbation produisant sur son passage une variation réversible de propriétés...) . Le rendement global de la cellule s’en trouve amélioré et serait porté à 24 % au lieu de 17 à 18 avec la technique actuelle du dopage au phosphore et au bore .

              J’adore ceux qui critiquent sans vérifier.


              • Halman Halman 9 octobre 2010 16:20

                http://www.techno-science.net/?onglet=news&news=6793

                Il y a cette technique aussi qui permet d’augmenter la largeur du spectre solaire capté, ainsi d’améliorer le rendement.

                J’ai lu un article il y a longtemps sur le film que présente Ecoloteky, c’est le même principe, capter plus de largeur de spectre lumineux du Soleil, plus d’uv et ir, afin d’augmenter le rendement.


                • JP Lanhard 9 octobre 2010 17:25

                  c’est beau le marketing...... !!!!!


                  • loco 9 octobre 2010 21:03

                    Innovation intéressante.... de nos jours, on appelle ça un oxymore


                    • furio furio 9 octobre 2010 21:37

                      Ah ! le gogovoltaique ! c’est pas triste et ça promet question bulle.
                      Une seule question. Comment expliquez vous que le petit malin qui monte le projet (trouve le financement, le proprio du terrain, l’entreprise qui construire le hangar et celle qui va installer les « taïques », etc..),empoche la coquette somme de 55 000 euros ? Alors que le bâtiment n’est pas encore construit !!! 


                      • intercepte 10 octobre 2010 21:14

                        Pas pas de prix, ni la durabilité suivant la chaleur et les intempéries.
                        Aucun intérêt d’acheter un truc qui n’est efficace qu’un mois et devoir le changer tout le temps.


                        • Christoff_M Christoff_M 12 octobre 2010 10:26

                          on ne peut pas etre écologiste et économiste...

                          une nouvelle génération de fils de pub et de com prend vraiment les gens pour des cons, sous prétexte de label bio, vert, solaire, éthique, j’en passe et des meilleures, ces petits quadrillons nouvelle génération sont la uniquement pour leur business...

                          ils ne valent pas mieux que certains traders juniors embobinés par les vieux gourous du métier...

                          les seuls vrais écolos sont les petits agriculteurs locaux et les gens qui retapent des vieilles maisons et des villages typiques... le reste n’est que foutaise et propagande marketeuse et commerciale pour vendre de nouveaux produits dont nos aïeuls se passaient très bien !!

                          les panneaux solaires c’est un problème de bobos riches pseudo écolos, moi je m’en tape !!
                          est ce que les villes installent des panneaux sur les logements sociaux !! non !!

                          Alors cherchez pourquoi...


                          • celine 27 janvier 2014 12:46

                            Bonjour,

                            Je ne suis pas du tout convaincu de toutes ces informations. En effet, augmenter la production d’un panneau avec un simple autocollant me parrait assez fantaisiste. De plus, j’ai trouvé une information sur panneausol.fr qui contredirait cette hypothèse.
                            Merci d’apporter d’avantages de sources à votre article, pour que l’on puisse mieux en juger !
                            Cordialement

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès