Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Bientôt une révolution en biologie

Bientôt une révolution en biologie

Nous vivons une période incertaine, autant dans le domaine social et politique que dans le champ des connaissances. Temps des fractures, des affrontements, des indécisions, des démissions et des révolutions. Peu en sont convaincus mais la physique en crise aboutira vers une révolution dans la manière de voir et concevoir la matière et le cosmos. Cette révolution se propagera dans le domaine de la physique statistique. Avec une conception du temps créateur encore plus audacieuse que celle discutée dans l’un des rares ouvrages importants de la fin 20ème siècle, la fin des certitudes de Prigogine, publié en 1996. La biologie n’échappera pas à cette révolution. Encore faut-il définir ce qu’est une révolution, pourquoi elle advient et en vue de quoi. En vérité, une révolution des connaissances repose sur un état accompli des savoirs et sur un mélange subtil et difficile à analyser de contradictions et d’insatisfactions dans les explications avec un désir de connaître et d’élaborer une nouvelle conception des choses étudiées et observées.

Le cas de la physique est souvent instructif. La situation actuelle reste indécise. Le grand défi étant de concilier gravité et monde quantique. Deux voies ont été suivies par la majorité des cosmologistes. La théorie des cordes et la gravitation à boucle. Aucune n’est en mesure d’aboutir vers une conception complète et satisfaisante. Dans le domaine des boucles, deux des pères fondateurs, Lee Smolin et Carlo Rovelli, s’affrontent en proposant des idées opposées sur le temps. Il n’y a pas de synthèse possible. Cette contradiction conduit à une alternative au sein de laquelle une option va l’emporter, mais pourquoi pas une troisième voie. C’est ce que j’ai suggéré en développant la cosmonadologie quantique. Une révolution se présente alors non pas comme une partie qui l’emporte contre une autre mais une émergence de quelque chose qui n’existait pas auparavant. D’autres contradictions sont en vue en physique, notamment dans le champ de l’algorithmique et de la possibilité de rendre compatible le monde quantique et le monde classique (même sans la gravité). Turing ou computer quantique ? Et l’équation de Schrödinger, computable ou pas ? Méditez, vous qui êtes savants !

Dans le champ de la biologie et l’évolution, on trouve une configuration critique avec une série d’alternatives portant sur la compréhension des systèmes biologiques et sur les explications de l’évolution. La biologie réductionniste est opposée à une biologie holiste faisant intervenir des termes d’échange et d’émergence avec également des lois physiques additionnelles. La théorie de l’évolution laisse insatisfait quelques uns. Face au modèle standard, une théorie de l’évolution étendue est envisagée et discutée lors de controverses dans les revues. Alors que depuis un demi-siècle, ce modèle standard est jugé insatisfaisant par des savants ayant entrepris une démarche critique relevant de la philosophie de la nature tout en cherchant les ressorts de l’évolution. Les options sont nombreuses et diversifiées. Le consensus apparent de la communauté ne doit pas induire en erreur. L’évolution est en crise !

La biologie en crise aboutira certainement à une révolution. Le pivotement des savoirs se fera avec l’appui de la physique nouvelle mais aussi avec les contradictions internes propres à la conception standard du vivant, sans oublier les failles dans l’évolution et les questions de sens lié à l’interprétation du vivant. Ni hasard, ni création mais un long processus joué par des coup de dés de plus en plus éclairés et insérés au sein de systèmes complexe résultant des flèches du temps qui complexifient et de l’épreuve sur le terrain qu’on appelle sélection naturelle. Avez-vous remarqué, j’ai évoqué Les flèches et pas La flèche du temps ?

La question n’est pas de savoir si la révolution aura lieu mais quand elle se produira. Etant entendu qu’une révolution est un phénomène collectif ce qui suppose qu’un nombre suffisant de savants adhèrent aux nouveaux concepts présidant à l’élaboration de cette biologie du 21ème siècle. Deux choses à noter. D’abord la configuration spéciale du champ de recherche en biologie avec des pratiques conçue comme une forme de jeu avec le vivant et les molécules. Ce jeu peut produire indéfiniment des résultats en combinant les objets moléculaires et cellulaires, les équipes, les appareillages, les calculs. Un jeu qui peut se poursuivre sans qu’il soit nécessaire de connaître le fonctionnement « intime » du vivant. Car ce jeu est suffisant pour alimenter les revues spécialisées et les communications dans les congrès. Ensuite une question de bon sens. Que peut apporter une nouvelle compréhension du vivant ? Pour en avoir une idée, il suffit de suivre le cheminement des sciences physiques. La relativité générale d’Einstein repose essentiellement sur une nouvelle manière de concevoir et comprendre l’étendue du cosmos. Grâce à cette vision assortie d’équations, les physiciens ont pu réfléchir aux origines de l’univers. La vision quantique de la matière a permis également des avancées, encore plus considérables. Il faut être privé de raison pour ne pas comprendre qu’une nouvelle conception du vivant peut ouvrir vers des avancées insoupçonnables actuellement dans le cadre des conceptions mécanistes et/ou réductionnistes.

Pour plus d’infos, le lecteur pourra se tourner vers quelques articles publiés sur mon blog ainsi que consulter mon livre publié au Temps présent, le sacre du vivant. Je parle évidemment aux esprits curieux et aventureux. L’essentiel étant d’être en communication avec sa famille de pensée. L’aventure des connaissances va être passionnante. Puissiez-vous partager cet enthousiasme. Et le propager !


Moyenne des avis sur cet article :  2.43/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • fred.foyn Le p’tit Charles 10 février 2015 11:10

    Otez moi d’un doute...Pensez vous que les peuples lobotomisés depuis des siècles vont évoluer.. ?


    • L'enfoiré L’enfoiré 10 février 2015 17:52

      En fait, on s’en fout.

      Il y a ceux qui progressent et ceux qui régressent.
      C’est une question d’équilibre.
      C’est peut-être pour ça que la croissance stagne.


    • soi même 11 février 2015 10:40

      En tous cas certain trouve matière à s’élever, le trou noir de la pensé est palpable dans l’article !


    • bibou1324 bibou1324 10 février 2015 11:45

      C’est ce que j’ai suggéré en développant la cosmonadologie quantique.


      Merci pour cette barre de rire.

      Et puis dire qu’il va y avoir révolution, que tout va changer, sans dire pourquoi ou ce qui risque de changer ... au moins vous ne dérogez pas à vos bonnes habitudes, vous parlez toujours autant pour ne rien dire.

      • Alren Alren 10 février 2015 12:39
        Monsieur Dugué,

        Vous venez régulièrement faire de la pub pour votre livre qui visiblement n’a pas eu l’heur d’attirer l’attention des professionnels de la physique théorique.
        Si vous aviez réellement mis au point une théorie de la physique consistante, vous devriez pouvoir énoncer un principe nouveau et vérifiable par l’expérience, comme la relativité avec l’équivalence masse-énergie ou la physique quantique avec entre autres la dualité onde-particule ou le principe d’incertitude (qui reste valable même s’il est un peu « rogné » depuis peu).

        Quel est votre principe nouveau ?

        Vous consacrez de nombreuses lignes à annoncer une révolution en biologie, mais sans dire laquelle, ou du moins à quel type de révolution il faut s’attendre.
        Je subodore entre les lignes une remise en cause du darwinisme ... Allez-vous nous annoncer, comme les conservateurs étasuniens, qu’il il y a un dessein (divin), finaliste, dans l’évolution ?

        • lsga lsga 10 février 2015 13:23

          Dugué : l’homme qui fait de la physique sans mathématiques et de la biologie sans expérimentations.

           
          Dugué : la pseudo-science pour tous.
           
          ça avance la formalisation de la cosmonadologie ? 2015, c’était pas censé être « l’année de la cosmonadologie » ? S’en est où cette histoire ? 

          • astus astus 10 février 2015 16:07

            Personnellement je recommande la lecture du livre de Bernard Dugué « Le sacre du vivant » bien que je n’ai pas d’action dans ce travail, car c’est un ouvrage intéressant et bien écrit qui interroge la vie comme substance à la fois technique et cognitive. A partir de là se pose la question de savoir si c’est l’évolution qui explique la vie ou si c’est la vie qui explique l’évolution, ce qui n’est peut-être pas totalement idiot. Et quitte à critiquer quelqu’un encore faut-il connaître ce que l’on critique, ce qui est faire usage de la raison. Toute autre attitude est non seulement bête mais méprisante.


            • lsga lsga 10 février 2015 16:14

              surtout méprisante en fait. 


            • L'enfoiré L’enfoiré 10 février 2015 17:49

              «  la question de savoir si c’est l’évolution qui explique la vie ou si c’est la vie qui explique l’évolution, ce qui n’est peut-être pas totalement idiot.  »


              Cette question ne vous rappelle rien ?
              L’œuf et la poule, par exemple.
              Qui a été le premier à créer la vie ?


            • sls0 sls0 10 février 2015 16:29

              Genre d’article qui serait mieux dans la revue science.
              Le problème est que leur comité de lecture est un peu plus pointu.


              • L'enfoiré L’enfoiré 10 février 2015 17:46

                « consulter mon livre publié au Temps présent, le sacre du vivant »est-il dit. 


                Alors j’ai cherché.
                Beaucoup de Duguet prénommés différemment.
                J’ai trouvé ceci.
                Aucun avis et aucune note moyenne.
                Il y est dit probablement au verso du livre : « Dans cet essai sur le vivant, Bernard Dugué élabore une philosophie de la vie dont les caractères essentiels sont conçus en articulation avec les données contemporaines fournies par les sciences biologiques et l’évolutionnisme. Le grand problème de la biologie contemporaine est qu’elle tente d’expliquer la vie à partir de l’évolution alors que, selon l’auteur, il faudrait envisager le contraire : mieux comprendre le vivant pour expliquer les processus globaux que sont la spéciation et l’adaptation. L’approche développée est ici globale, systémique, en rupture avec la philosophie mécaniste et réductionniste qui a dominé pendant quatre siècles. Cet ouvrage tente de développer quelques idées sortant des cadres de pensée les plus répandus. »

                Ils ne comprennent rien. Ils sont vraiment peu avenants les lecteurs. 

                • Jean Keim Jean Keim 11 février 2015 08:49

                  Merci pour votre article et comme vous je suis persuadé que la science va connaître des révolutions, il reste à savoir lesquelles, je perçois notamment que des mots comme pensée, mémoire, conscience, intelligence, énergie vont être définis avec un sens plus précis, moins approximatif.

                  Vous aver écrit « Et l’équation de Schrödinger, computable ou pas ? » : que signifie le terme computable ? » 


                  • julius 1ER 11 février 2015 09:39

                    Merci pour votre article et comme vous je suis persuadé que la science va connaître des révolutions, il reste à savoir lesquelles, je perçois notamment que des mots comme pensée, mémoire, conscience, intelligence, énergie vont être définis avec un sens plus précis, moins approximatif.

                    @J Keim,
                    c’est une lapalissade que de dire que la science va connaître des révolutions.........
                    .la seule question est..... quand sera t-elle vraiment mise au service de l’homme et pas l’inverse !!!!!!

                    • Jean Keim Jean Keim 11 février 2015 13:44

                      Absolument smiley


                    • soi même 11 février 2015 10:23

                      ( La biologie en crise aboutira certainement à une révolution. Le pivotement des savoirs se fera avec l’appui de la physique nouvelle mais aussi avec les contradictions internes propres à la conception standard du vivant, sans oublier les failles dans l’évolution et les questions de sens lié à l’interprétation du vivant. Ni hasard, ni création mais un long processus joué par des coup de dés de plus en plus éclairés et insérés au sein de systèmes complexe résultant des flèches du temps qui complexifient et de l’épreuve sur le terrain qu’on appelle sélection naturelle. Avez-vous remarqué, j’ai évoqué Les flèches et pas La flèche du temps ?

                      La question n’est pas de savoir si la révolution aura lieu mais quand elle se produira ? )

                      Il faut vraiment avoir un cœur bien accroché pour vous lire Bernard, le grand bonheur des théoriciens ,c’est qu’ils pensent être dans l’innocuité de leurs théories et sont tellement prit par leurs penses , qu’ils croient pensez pour le bien fait de l’humanité !

                      Et ce pense avec de grande question, comme par exemple celle si : La question n’est pas de savoir si la révolution aura lieu mais quand elle se produira ?

                      Au moyen age, ils auraient répondue à ta question avec ceci :
                      http://www.musee-moyenage.fr/cache/media/oeuvres/66-la-dame-a-la-licorne-6-pieces/dame-a-la-licorne-details/la-dame-a-la-licorne-vignette-singe/cr,400,280-e55980.jpg


                      • bourrico6 11 février 2015 10:37

                        Tiens, voici la révolution hebdomadaire.... C’est d’un banal....

                        A la semaine prochaine donc.

                        Bon, autant on attends des évolutions, on peut même les voir, autant des révolutions.... Mr Dugué devrait consulter un dictionnaire.


                        • JC_Lavau JC_Lavau 11 février 2015 16:22

                          Dugué, ou l’art de parler pour ne rien dire. Et toutes les semaines comm’aco.

                          Je plains les proches, sa famille, parce que nous, c’est seulement une fois par semaine. Alors qu’eux, les pauvres !


                          • Jean Keim Jean Keim 13 février 2015 10:07

                            Vous aver écrit « Et l’équation de Schrödinger, computable ou pas ? » : que signifie le terme computable ? » 

                            SVP éclairez ma lanterne ma question est sans malice ...

                            • JC_Lavau JC_Lavau 13 février 2015 12:00

                              Il y a des thèses en chimie physique sur des méthodes de meilleures approximations pour calculer les solutions de l’équation de Schrödinger pour prédire les propriétés de molécules (le plus souvent organiques) de plus en plus complexes. Ou d’ions complexes.

                              L’atome d’hélium est le dernier dont on sache calculer les solutions, exactes et analytiques. Partout au delà, il faut faire du calcul numérique, qui a vite fait de bouffer les ressources universitaires dont on dispose.

                              En physique du solide aussi, en une seule ligne on a vite fait d’occuper la moitié du tableau.


                            • Jean Keim Jean Keim 13 février 2015 15:23

                              Merci pour la réponse.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès