Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Capter toutes les énergies

Capter toutes les énergies

La question énergétique est cruciale. Depuis l'invention de la machine à vapeur, l'Humanité a construit son développement autour d'énergies capables de remplacer la force animale. On estime aujourd'hui qu'une personne, d'un pays développé, possède des machines qui fournissent l'énergie que développerait le travail d'une centaine d'esclaves. Or, l'essentiel de cette énergie est fourni par des combustibles fossiles en cours de disparition.

Aussi, économiquement, l'enjeu est énorme. Il faut sortir de ce système rapidement si nous ne voulons pas nous écrouler. Comment alors réussir la transition ?

Nous savons qu'il faudra, à la fois, être plus sobre, améliorer l'efficacité énergétique et développer les renouvelables. Mais, concrètement comment s'y prendre ? Les experts se heurtent au mur des chiffres : les besoins et les investissements sont énormes. Les méthodologies proposées sont sommaires.

Proposons une autre façon de procéder.

 

1-Pour la liberté de l'énergie :

Les systèmes énergétiques utilisés actuellement consistent à produire de l'énergie dans des centrales (raffinerie, centrale nucléaire ou à gaz). Les producteurs vendent ensuite cette énergie.

Or, aujourd'hui, nous pouvons produire de l'énergie localement. Chaque toit, jardin, chaque exploitation agricole peut devenir producteur d'électricité.

Pourtant, les réglementations en vigueur nous imposent de vendre cette électricité. Nous disposons d'un certain nombre de libertés (liberté de déplacement, d'expression, ...) qui assure l'efficacité des sociétés démocratiques. Pourquoi alors, ne disposons-nous pas de la liberté de produire nous-même et de vendre notre propre énergie ? Puisque la question énergétique devient cruciale, il faut permettre à chaque acteur de terrain de s'en emparer. 

Les systèmes centralisés monopolistiques actuels de production et de distribution sont inadaptés : ils sont lourds, coûteux, fragiles du point de vue de la sécurité ; ils déresponsabilisent les consommateurs et favorisent les gaspillages et les pertes en ligne.

 

Face à une énergie qui va devenir de plus en plus chère, il faut que chacun dispose et puisse utiliser sa liberté énergétique.

 

2-Responsabiliser les acteurs locaux :

En matière d'électricité, chaque acteur local doit pouvoir agir par lui-même. Nous entendons par acteur local, soit le propriétaire d'une maison, soit une copropriété, soit une entreprise (ou une administration) disposant de locaux qui lui sont propres.

Chacun doit essayer de produire localement ce qu'il peut, utiliser à son profit sa production, revendre ses surplus quand il en dispose, et utiliser le réseau quand il est en déficit.

De cette manière, on délocalise et démultiplie la résolution de l'énorme problème de la transition énergétique, cela ne sera plus seulement le problème des pouvoirs publics et de grands groupes industriels qui devront réaliser d'énormes infrastructures. On responsabilise chaque acteur qui peut affronter, à son niveau, le problème du coût de ses besoins énergétiques. 

Cette démarche va permettre à chacun d'aborder le problème globalement, en travaillant à la fois la sobriété, l'efficacité et les renouvelables. Si je dispose de ma propre production dont je vais pouvoir vendre les surplus, alors j'ai intérêt à être plus sobre pour vendre davantage.

Cette stratégie globale réclame des prix de l'énergie élevés, ce qui adviendra de toute manière devant la raréfaction des ressources, et des prix prévisibles et prévus sur le long terme pour que chaque acteur local puisse s'engager en connaissance de cause. La fiscalité va jouer un rôle essentiel dans ce domaine. Elle va permettre de relever le "signal-prix" significativement et progressivement. 

Les grandes entreprises productrices de pétrole ou d'électricité vont devoir progressivement revoir leur stratégie : il ne s'agira plus uniquement de produire mais aussi de proposer des prestations permettant à chacun de devenir son propre producteur.

Si les prix de l'énergie évoluent de cette manière, on permet aux acteurs -les grandes entreprises comme les ménages- de faire des choix rationnels. Si on laisse faire le marché, chacun subit la loi de l'offre et de la demande, et, l'énergie étant cruciale, on court à la catastrophe !

 

3-Les capteurs :

Dès lors, chaque maison, immeuble ou bâtiment abritant une entreprise ou une administration va devoir être valorisé en utilisant au maximum ses potentialités.

Une activité agricole dégage du méthane ? Il faut impérativement le récupérer et l'utiliser. Un toit ou un mur est orienté au sud ? Il faut y installer des capteurs solaires produisant de l'électricité ou de l'eau chaude. On dispose de place sur un toit ou sur un mât pour installer une micro-éolienne ? On le fait.

L'objectif de chaque acteur local est d'équilibrer sa consommation globale et sa production locale. Bien entendu, la majorité des acteurs n'y arriveront pas, mais chaque avancée dans cette direction va diminuer l'effort collectif demandé à la nation et aux grands producteurs et diminuer la facture de tous.

On adaptera les objectifs à la densité : une maison individuelle ou un entrepôt doit pouvoir produire la totalité de sa production, un immeuble de deux étages, la moitié, de quatre étages, le quart.

 

4-La gestion locale de l'énergie :

Chaque acteur local aura tout intérêt à travailler la question de l'énergie d'une manière locale. A terme, chacun (maison, copropriété, entreprise) va donc s'équiper d'une microcentrale électrique qui va remplacer nos anciennes chaudières. Ces centrales à cogénération produisent de la chaleur d'une manière classique avec un combustible mais récupèrent aussi l'eau chaude de capteurs thermiques, recyclent les surplus du réseau, produisent de l'électricité avec ces surplus. 

Ces centrales vont donc gérer l'énergie d'une manière globale du point de vue électrique et du point de vue de la chaleur. En permanence, elles vont s'adapter au vent, au soleil, aux besoins de chaleurs ou d'électricité pour utiliser le moins possible d'électricité du réseau et de combustible (gaz ou bois), et pour transformer les surplus en électricité commercialisable.

Cette régulation locale va diminuer fortement les consommations de chacun et donc les consommations globales de chaque pays.

 

5-Produire localement du gaz :

Les hydrocarbures vont rester nécessaires pour deux raisons : leur puissance à l'unité de poids et leur capacité de stockage. Or, nous savons produire du gaz naturel grâce à la technologie de méthanation. Cette technique complexe en soi, mais qui ne demande pas d'énormes infrastructures, va pouvoir être utilisé pendant les périodes où la production locale du réseau électrique est supérieure à la consommation (par exemple, quand le vent est important la nuit : les éoliennes vont produire davantage que la consommation) 

Ces centrales vont se développer au fur et à mesure que les acteurs locaux vont être capables de produire une part croissante de leurs besoins énergétiques. Elles vont permettre de réguler localement le réseau : fonctionnant sur le même principe que les centrales à cogénération, elles vont produire ponctuellement l'électricité supplémentaire nécessaire mais elles vont surtout produire le carburant sous forme de gaz qui va progressivement remplacer notre essence fossile en cours de disparition. 

Certes la technique de méthanation a un faible rendement énergétique mais elle va permettre de réguler la production électrique et de produire du gaz.

Les centrales à méthanation vont être complétées, quand la topographie le permettra, par des installations locales de pompage-turbinage qui vont réguler -eux aussi- le réseau électrique. 

Nous allons passer d'une gestion lourde et nationale de l'énergie à une gestion décentralisée au niveau des pouvoirs publics locaux et des acteurs de terrain. Ce système peut être comparé à l'internet : on est passé d'ordinateurs centraux lourds à une multitude de serveurs et d'ordinateurs pour une efficacité démultipliée, pour une production d'informations beaucoup plus importantes. Nous passerons de centrales énergétiques lourdes et peu efficaces à une multitude de microcentrales produisant bien davantage.

Il s'agira d'une amélioration significative de l'autonomie et des libertés : la liberté énergétique. 

 

6-Comment concrètement agir ?

Ce que nous venons de décrire va se mettre progressivement en place sur une quarantaine d'années. Pendant ce temps, les centrales classiques vont continuer à produire de l'électricité, les grandes éoliennes vont continuer à se développer ainsi que d'autres technologies.

Les centrales à énergies fossiles (charbon, gaz, nucléaire) existantes vont continuer et s'arrêter au fur et à mesure.

Mais pour permettre de responsabiliser les acteurs locaux, il faudra :

-donner davantage de prérogatives en matière énergétique aux pouvoirs publics locaux et aussi aux copropriétés

-supprimer les systèmes actuels de subvention basés sur les exonérations fiscales qui cumulent les défauts

-par la fiscalité, assurer une augmentation connue et prévisible des tarifs des énergies d'origine fossile, connue sur une décennie au moins

-récupérer la totalité de cet argent et l'affecter aux investissements nécessaires pour assurer cette transition

-noter chaque bâtiment en fonction non seulement de sa consommation énergétique mais aussi de sa production, chercher un ratio de 1 (équilibre entre les deux), un ratio de 0,5 pou un bâtiment de 2 étages, etc...

-faire évoluer progressivement la fiscalité des bâtiments (foncier bâti) en fonction de ce ratio. 

 

En matière de transition énergétique, les propositions des experts et des partis politiques sont, pour l'instant, bien timides. Cela provient d'une vision centralisée et planifiée des questions énergétiques : pendant longtemps, l'énergie a été un thème réservé au commissariat au plan et aux hauts fonctionnaires. 

Aujourd'hui, il faut que l'énergie devienne une question citoyenne. Les ménages comme les entreprises doivent pouvoir s'en emparer. La question de l'Energie réclame l'énergie de tous.


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • Stof Stof 23 novembre 2012 08:55

    La facture énergétique de la France a doublée en 10 ans. Celà signifie qu’elle nous coûte 3 points de croissance par ans...

    Si on veut aller chercher de la croissance, c’est là qu’elle est. Mais qui en parle ?

    • philippe913 23 novembre 2012 09:29

      il faut il faut il faut.... il faut surtout de l’argent pour faire tout ça.

      un ballon d’eau chaude solaire ?
      beaucoup trop cher, pas rentable

      des cellules photovoltaïques pour produire SON électricité ?
      trop cher sans subvention, pas rentable. (tiens, btw, on peut très bien en installer sans se brancher au réseau et vendre à edf, mais ça n’est pas rentable du tout)

      supprimer les avantages fiscaux mais affecter de l’argent public aux investissements ? donc qqchose d’étatique pur ? pas de privé ?


      • Flo-rian Flo-rian 23 novembre 2012 11:01

        bien de ton avis, certes les idées développées dans cet articles sont nobles est certainement bonnes dans le fond, mais le gros souci c’est le financement. Inutile d’’espérer de la rentabilité. Une installation photo-voltaique ou chauffe-eau sollaire ne sera jamais rentable pour un particulier.
        Je prend mon cas en exemple : j’ai fait construire cette année et ai fait le choix de mettre un chauffe eau solaire => cout plus de 3000€. Donc avant d’avoir rentabilisé l’investissement sur la conso electrique le matos aura déjà claqué. C’est donc un geste purement « écologiste » (et encore j’ai eu un gros doute sur l’écolo en voyant l’installateur injecter quelques 45 litres de fluide caloporteur dans le système ; une belle soupe bleu bien dégueu)
        bref, le meilleur moyen actuel de se défaire un poil de la dépendance énergetique c’est encore de brider sa consomation.


      • Mario 23 novembre 2012 12:56

        Même avis, d’autant que les matières premières à la réalisation de ces installations vont elles aussi commencées à manquer. Ce qui augmentera encore le coût à leur fabrication.


      • olfe olfe 23 novembre 2012 17:09

        Et une centrale nucléaire ??? çà coûte pas cher ??? En général 2 fois le prix annoncé au départ, sans compter une maintenance hors de prix, et un coût énorme après sa fermeture pour son démantèlement, sans compter la gestion des déchets pendant des décennies, et je ne parle pas du risque incalculable en cas d’accident.
        Il y a aussi les pertes en ligne dans le cas de grosses unités de production éloignées.
        Bien isoler sa maison, ses bâtiments, etc, çà coûte cher aussi, mais çà économise beaucoup et pour un confort bien supérieur aussi bien l’été que l’hiver... Et c’est durable et sans danger...


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 23 novembre 2012 17:37

        Erreur, l’auteur l’indique dans son article : « -supprimer les systèmes actuels de subvention basés sur les exonérations fiscales qui cumulent les défauts » plus précisément comprendre les reconduire vers des principes décentralisés et localisables.

        @l’auteur, ces énergies d’après déclaration de guerre s’appelaient gazogène en 1939. Produire sa propre énergie vapeur avec du bois et du gaz avec la décomposition naturelle des déchets verts. Ajoutez à ceci le chauffe eau solaire thermique comme partout ailleurs dans le monde, poser un tuyau au sol ou sur ton toit de garage, à 14h, la douche est à 50 ° les jours d’été...une éolienne qui la ventile et hop, elle est refroidie...
        Eviter notamment toutes les arnaques du genre :https://www.google.fr/search?q=chauffe+eau+solaire+thermique+pas+cher&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a « pas cher 5000 ou 6000 euros.. ! »
        Subventionner simple et gratuit, plutôt que compliqué et coûteux en achat et entretien...


      • robin 23 novembre 2012 10:42

        Ce quis serait bien aussi c’est d’arriver à neutraliser les lobbies qui empêchent qu’on diffuse des informations et des crédits de recherche sur des projets révolutionnaires comme la fusion froide et la Z machine (entre autres censures).


        • Thorgal 23 novembre 2012 11:49

          Salut,

          Un pote vient de m’envoyer ca par email :

          http://www.popsci.com/science/article/2012-11/turn-water-steam-using-only-sunlight-just-add-nanoparticles

          C’est en anglais mais ca vaut le coup d’oeil !


          • bilbol bilbol 23 novembre 2012 11:52

            Au niveau projet énergétique à long terme il y a les centrales au Thorium qui pourraient avoir un bel avenir, sachant qu’elles peuvent brûler les déchets radioactifs actuels, et re-brûler ses propres déchets de fonctionnement.

            La fusion froide pourrait également être intéressante, mais beaucoup de désinformation sur ce sujet, peut être le lobby nucléaire influence ces découvertes.

            Ensuite nous pouvons parler de Nikola Tesla, ce grand génie, qui avait apparemment pour projet un système d’énergie libre (électricité) fonctionnant grâce au magnétisme de la terre et à sa rotation.. Mais oui beaucoup de désinformation et de lobby qui ont sûrement grand intérêt à étouffer toutes ces découvertes non gratifiantes pécuniairement pour les grosses entreprises.

            Toute ceci n’empêche en rien de développer bien sûr des énergies alternatives basées sur le solaire, l’éolien, les marées et bien d’autres.


            • Stof Stof 23 novembre 2012 11:54

              Ce ne sont pas les solutions techniques qui manquent, mais plutôt la volonté politique (et donc, aussi, populaire).


              • eau-du-robinet eau-du-robinet 23 novembre 2012 11:59

                Excellent article !

                La gestion locale de l’énergie c’est la grande tendance en Allemagne et j’ai toujours défendu une politique énergétique décentralisé.

                début de citation
                Pourquoi alors, ne disposons-nous pas de la liberté de produire nous-même et de vendre notre propre énergie ? Puisque la question énergétique devient cruciale, il faut permettre à chaque acteur de terrain de s’en emparer.
                fin de citation

                On nous à volé cette liberté de produire et de gérer nous mêmes les énergies (enfin il y des obstacles ..). C’est la même chose pour les carburants automobiles, des lois ont été mis en place (avec l’appuie des hommes politique en connivence avec les industrielles) pour renforcer les monopoles contrôle par les oligarchies.


                • joletaxi 23 novembre 2012 12:08

                  intellectuel pluridisciplinaire, cadre de la fonction publique, spécialiste de la fiscalité environnementale

                  il y a de quoi avoir peur !

                  on dirait une rédaction d’un gosse de 12 ans qui joue avec son lego,et on tremble à l’idée que ce « penseur » qui nous bombarde en permanence d’articles de ce genre, pourrait être à un poste de responsabilité.

                  Enfin, quand on a passé l’âge de lire pifgadget, ça amuse


                  • joletaxi 23 novembre 2012 17:02

                    vous n’en lirez pas, car joletaxi n’a pas la prétention de nombreux auteurs qui publient régulièrement ici et qui alignent les stupidités ,les idioties,les niaiseries.

                    Concernant cet auteur, on ne peut lui en vouloir, il profite du fromage, on ne peut pas lui demander une analyse qui ne soit pas biaisée,autant demander à Dracula de réformer la banque du sang.

                    Mais comment des rigolos de ce genre ont pu convaincre nos politiques de se lancer dans ces gabegies est proprement sidérant,voyez l’exemple de l’Allemagne.
                    Et comment après autant d’années de réglementations absconses,de holdups dans nos entreprises, de politiques ruineuses basées sur une sciences à ce point discutable, on puisse encore vouloir prolonger un machin comme Kyoto ?

                    Encore une fois, cette génération aura dilapidé toute la richesse accumulée ,dans tous les domaines, par leurs parents pour des lubies, de gamins gâtés,et elle aura bien mérité sa décroissance et la pauvreté qui l’accompagne


                  • jacques lemiere 23 novembre 2012 18:52

                    Oui et non, ce qui’ inquiète chez l’auteur c’est sa volonté que chacun produise son énergie, on a pu penser que mettre en réseau était un avantage ben non..

                    Je ne vois pas le monde dont il parle , alors encore moins la façon d’y arriver...
                    il est individualiste d’un coté et impose des solution à la société d’autre part...ils est technologique mais simpliste..
                    Une remarque regardez où sont les installations solaires..regardez ou il serait logique qu’elle soit..( bon il y a andasol)
                    regardez où sont est produite l’énergie renouvelable..regardez les conso d’énergie fossile dans ces pays..
                    rien ne vous frappe ? 

                    Si tout le monde produit son électricité ..alors pourquoi un réseau ?? mais si pas de réseau..on est dans la mouise...
                     tu es commerçant et tu stockes des denrées périssables...bon sang pas de vent temps couvert..comment mon frigo va marcher ????

                    Bien sur les gens s’adaptent..et quand il courant est trop cher ou erratique, ils suppriment un certain nombre d’appareils..dans les pays pauvre pas de machine à laver convecteur ou réfrigérateur.. ils sont mains les bougres..

                    Bon les critiques habituelles étant faites...la question centrale reste : 
                    pourquoi subventionner les énergies renouvelables ?
                    financer la recherche..ma foi oui pourquoi pas..
                    prét à taux zéro..pourquoi pas...
                    filer plein de sous à des bourges pour qu’ils installent des panneaux solaires et avec les sous ils se font un voyage à la réunion...ça se discute...

                     



                  • Jr.Bupp Jr.Bupp 23 novembre 2012 22:05

                    Oui, Jacques. à quoi sert de subventionner....

                    Pourquoi on impose par la loi (décret cochet) de racheter TOUTE l’energie éolienne produite alors qu’elle se substitue à une energie 3 fois moins chère ?

                    Pourquoi on autorise EDF à racheter sa propre energie au prix fort (éolienne ou PV installés et raccordés par EDF maître d’ouvrage et maître d’oeuvre) alors que les tarifs sont fixés par l’État qui lui-même est actionnaire d’EDF ?

                    Ou dit autrement, pourquoi l’état dilapide son propre argent (donc, le nôtre) puisqu’il suffirait de dire que toutes les installations éoliennes où PV mises en œuvre par EDF, sont propriétés d’état et par conséquences, non soumises aux tarifs de rachat ?

                    Rappel… un champ éolien est rentabilisé en 7 ou 8 ans !!!! a 1.5 million d’€ le MW, on pourrait faire de sacrées économies n’est-ce pas ?


                  • bart153 bart153 23 novembre 2012 12:56

                    Dans le fond je suis d’accord sur les grandes leçons de l’article.

                    Cependant il me semble qu’il y a dans cet article un vrai manque de réalisme industriel.

                    Pour ne me focaliser que sur le point que je connais le mieux, la méthanisation, il est très irréaliste de suppose qu’un jour, à terme, on pourra remplacer le combustible fossil à usage de transport par le biogaz. De plus affirmer que ça ne nécessite pas de lourdes infrastructures est erroné aussi. La production de ce gaz, simple dans le principe, est lourde à mettre en oeuvre à échelle industrielle.

                    Cependant il est certain que si les politiques cessaient d’appliquer à ce genre de technologie des normes ultrastrictes parfois issues de l’industrie chimique, où, basiquement, on fait fermenter de la m**** dans une cuve. Comparer du H2SO4 concentré à de la bouse de vache, et y appliquer des normes parfois équivalentes, voilà qui semble dommage et injuste.

                    En résumé le fond me plait, la forme me semble décalé.


                    • jef88 jef88 23 novembre 2012 17:32

                      Récupérer le méthane quand les vaches sont dans les près ?
                      Dur-dur !


                    • foufouille foufouille 23 novembre 2012 13:11

                      une production decentralisee serait la fin d’edf
                      et ca coutes cher en materiel


                      • Le péripate Le péripate 23 novembre 2012 13:36

                        Au début de la lecture ça a un côté sympathique, presque libéral, chacun pourra donc se faire producteur de son énergie... c’est coooool.


                        Puis le projet se précise : une nouvelle manière de tondre le contribuable.

                        Le plus pervers est bien cette manière de singer le marché. Ca doit être ça le néolibéralisme.

                        Une grimace.

                        • Deneb Deneb 23 novembre 2012 13:49

                          Que tout le monde puisse produire son énergie ? L’auteur, vous êtes un dangereux anarchiste, l’ennemi de l’Etat auquel vous voulez enlever une des seules emprises qu’elle a encore sur ses sujets. Si tout le monde produit son énergie, que va-t-on taxer pour remplir les caisses ?
                          On a fait déjà une terrible erreur en sous-estimant le monstre Internet qui fait que la populace ne gobe plus automatiquement la belle parole du Pouvoir et voilà que vous ouvrez une autre boite de Pandore ! Mais que fait la police ?!


                          • Jr.Bupp Jr.Bupp 23 novembre 2012 15:06

                            La vente de l’energie photovoltaïque en surplus existe depuis au moins 8 ans !

                            En clair, cela veut dire :

                            Je produis de l’energie sur mon toit pour ma propre consommation.
                             - Si je produis plus que ma conso, je vends l’excédent.
                             - Si je produis moins, j’achète à EDF, ce qui me manque !

                            M. Coutouly, il faudrait vous renseigner avant d’écrire ce genre d’articles !

                            Bon... voyons les défauts de ce fonctionnement local :
                            - 1) J’achète l’energie en moyenne à 14 Cts d’€
                            - 2) je revends mon energie PV à 32 Cts

                            Conclusion : Complètement évident qu’il est essentiel de vendre la totalité à EDF !

                            S’il n’y a plus de Soleil pendant 3 semaines.... content d’être sur le système centralisé d’EDF !

                             

                            Faire de la micro-génération ?

                            OK, mais à quel coût de revient du K Wh ? Commencer par nous donner les chiffres importants et après nous verrons !

                            Et passer d’un système centralisé à un système type Coutouly… Combien ça coûte ? Certains experts parlent de 140 milliards d ’€ ! Qui paye ? nous !

                            Y a-t-il des solutions plus intelligentes et beaucoup moins chères ? OUI !!!
                            Lesquelles ? Le contrat EDF TEMPO !
                            Et encore ? Remplacer les REP en fin de vie par des G4 qui consommeront nos déchets pendant plusieurs siècles en produisant une énergie 3 fois moins chère que celle produite actuellement par les éoliennes !

                            M. Coutouly, 0 pointé pour votre article !

                             


                          • Jr.Bupp Jr.Bupp 23 novembre 2012 21:49

                            Et phénix ????? c’était une noisette ???? Renseignez-vous...

                            Je ne vais pas parler de Super Phenix car je ne veux pas vexer les écolos responsables d’un gâchis énorme....

                            Ce n’est pas par hasard que les pays les plus avancés techniquement travaillent sur la G4.

                            C’est la seule issue viable et crédible pour une énergie moins chère et disponible.

                            Donc Cassino... Comme l’auteur... J’en remets une 2e couche : 0 pointé !


                          • roro46 24 novembre 2012 00:39

                            "On a fait déjà une terrible erreur en sous-estimant le monstre Internet qui fait que la populace ne gobe plus automatiquement la belle parole du Pouvoir« 

                            Je ne suis pas vraiment convaincu ; on ne constate en effet aucun changement dans les votes de »la populace"...


                          • Jr.Bupp Jr.Bupp 26 novembre 2012 17:15

                            Manifestement Cassino, vous ne maitrisez pas le sujet !


                          • Ruut Ruut 23 novembre 2012 15:47

                            Lorsque j’airais 50 000 euro a gaspiller, j’investirais dans des panneaux solaires.
                            Pour le moment je ne dispose pas de cette somme.


                            • Croa Croa 23 novembre 2012 17:45

                              Pour un ménage pas besoin de 50 000 €, 20 000 suffisent largement.


                            • Jeronimo 23 novembre 2012 16:06

                              Vous avez de bonnes propositions mais elles ne fonctionnent pas à toutes les échelles. En particulier elles sont inadaptées à l’échelle individuelle ou du couple (même avec un enfant).

                              Le solaire thermique pour son chauffe-eau par exemple : il doit servir un minimum de 4 personnes sinon ce n’est pas adapté. La cogéneration chauffage électricité est fantastique, mais ça fonctionne à l’échelle d’un immeuble à appartement de plusieurs étages, ou d’un village pas d’une maison individuelle même à 3 étages.

                              Et puis l’énergie ce n’est pas que l’électricité c’est aussi les transports. Et là sans investissement, sans surcoût il y a moyen de faire des miracles avec quelques mesures très simples ! Aujourd’hui le taux d’occupation des voitures est de 1.2 passagers, alors qu’une voiture fait 4.5 places. 4 adultes et un enfant. Avec le covoiturage (et l’obligation de prendre des passagers sous peine d’amende) on peut améliorer l’efficacité d’une voiture par 3. Ca reviendrait à construire des voitures qui consommerait moins d’1.5 litre au 100 !

                              2/3 d’économie pour le transport individuel.

                              Une autre mesure qui permettrait de donner de l’air niveau énergie ce serait d’instaurer un jour semaine de télé travail, et pour ceux qui ne peuvent pas la semaine des 4 jours : on aurait dès lors 1/5, 20% d’économie sur le 1/3 restant en matière d’économie sur le transport individuel.

                              De fait ça désengorgera les routes, diminuera les bouchons, diminuera les temps de trajets (plutôt que de les augmenter). Ca créera de l’espace en ville pour les vélos, ce qui réduira d’autant plus la circulation automobile.

                              C’est là qu’est la priorité et l’engouement des français pour le covoiturage le démontre. 

                              Si on veut encore réduire notre consommation d’énergie fossile pour le transport, on doit privilégier un urbanisme de proximité, commerce, habitation, emploi liés sur un territoire plus petit.

                              Avec l’agriculture urbaine (potagers dans les jardins, parcs, balcons, toits) on diminue les distances parcourues par nos aliments jusqu’à notre assiette. Là pour le coup on crée de l’emploi et on augmente la résilience de notre mode de vie. Même si c’est juste un complément par rapport à l’agriculture industrielle, ça nous donnera un peu plus d’autonomie.

                              Mais bien avant tout ça on reverra les dimanches sans voiture tous les dimanches. 14% d’économie sur les transports individuels ! Puis à terme l’interdiction de la voiture dans les villes. On y arrivera. Aujourd’hui les ventes de voitures neuves s’effondrent partout dans le monde, et avec elles l’industrie de l’acier. Les gens ont de plus en plus dur de faire leur plein et encore plus dur de renouveler leur vieille voiture. 

                              Une autre mesure capable d’engendrer une réduction de 50% de la consommation automobile c’est de réduire les limites de vitesses. La consommation augmentant de façon exponentielle par rapport à la vitesse. Même une petite réduction permet des économies substantielles. Passer de 130 à 110 voire mieux à 90km/h maximum (et pas minimum comme les automobilistes le comprennent aujourd’hui) suffirait. C’est la solution la plus simple et la moins coûteuse avec le covoiturage. Au contraire les amendes en cas de non respect permettraient de financer intégralement ces mesures.

                              Une autre mesure qui ne nous coûterait rien c’est d’imposer des garanties non pas de deux trois ans mais de 10 ans sur tous les produits. Et réparables sur 20 ans. Les économies d’énergie, de matière première seront d’un ordre de 3 à 5.

                              Tout ça ce sont des mesures qu’on peut prendre aujourd’hui généralisables à l’ensemble d’un pays... indolore ou presque, au coût ridicule et qui ont des résultats spectaculaires. L’inconvénient c’est qu’on ne vend rien à personne.

                              Les solutions ne seront pas techniques, mais politiques.

                              PS :
                              Quand au micro éolienne, ou le photo voltaïque leur bilan énergétique est nul ou négatif. Entre la fabrication l’installation, le transport et le recyclage ces équipements consomment plus d’énergie qu’ils n’en fabriquent sur leur durée de vie. Ca veut dire que concrètement le geste écolo ou patriotique c’est justement de ne pas s’équiper.

                              L’éolien c’est intéressant lorsqu’on transforme de l’énergie mécanique en énergie mécanique sans passer par la génération d’électricité comme dans nos bons vieux moulins. Ces moulins avec la technologie d’aujourd’hui feraient des miracles.

                              Tenez aujourd’hui si vous voulez moudre votre grain avec de l’éolien (électrique) vous transformez du vent en électricité vous perdez 2/3 de l’énergie que vous avez capturé, puis à nouveau vous transformez de l’électricité en énergie mécanique dans votre meunerie, vous perdez à nouveau 2/3 de votre énergie. Au final à peine 10% de votre énergie sera utilisée. Quel gaspillage ! Ce n’est pas pour autant qu’il ne faille rien faire, au contraire il y a beaucoup à faire ! 

                              Si vous voulez absolument dépenser de l’argent pour vous donner bonne conscience, le geste le plus malin est d’isoler votre maison, en priorité le toit, vous en aurez pour quelques centaines d’euros au pire. Et pour gagner en confort des sous-vêtements mieux adaptés (d’une pièce) tels qu’en portaient nos grands parents vous rendront mieux service. Etre en t-shirt en hiver dans son salon c’est un comportement qu’ils ne connaissaient pas.

                              Les solutions qu’on va appliquer, qui vont réellement être utilisées seront low-tech. De la récupération de ce qui existe déjà, de la transformation. Pourquoi ? Parce que les caisses sont vides, les états sont ruinés, les familles sont ruinées, les collectivités sont ruinées. On n’a plus d’argent, l’énergie et les matières premières sont de plus en plus chères... Sans parler qu’on a n’a plus le temps ! On n’a pas 40 ans, ni même 10.


                              • Croa Croa 23 novembre 2012 17:53

                                « Les solutions ne seront pas techniques, mais politiques »

                                Tout à fait ! Cependant des évolutions techniques sont toujours utiles.

                                Il est faux de dire que le bilan énergétique des micro-centrales est nul ou négatif.. Par ailleurs la voiture à moins de 1,5l au cent est tout à fait réalisable avec les techniques d’aujourd’hui.


                              • foufouille foufouille 23 novembre 2012 18:18

                                "Avec le covoiturage (et l’obligation de prendre des passagers sous peine d’amende) on peut améliorer l’efficacité d’une voiture par 3."

                                et quand tu fait les courses, tu multiplies par 3 le nombre de trajet


                              • Jeronimo 23 novembre 2012 18:44
                                @croa

                                La voiture à moins d’1.5l au cent encore faut il la construire. D’ici là vaut mieux user nos véhicules, les réparer (ou les transformer) qu’attendre que quelqu’un veuille bien nous vendre une voiture économe. 

                                @foufouille

                                Je fais mes courses à pied. Il y a des grands mères passé les 70 ans qui font leurs courses à vélo, d’autres en bus, en transport en commun, ou se font livrer chez eux. Il existe de nombreuses alternatives à la voiture.

                                Il faut bien comprendre que l’avenir de la voiture individuelle est derrière elle. Ce n’est pas un hasard si peugeot et renault vont faire faillite. Ce n’est pas parce que les français ne savent pas construire de voitures mais parce qu’elles sont devenues impayables.

                                Si les allemands en vendent encore, c’est parce que leur clientèle est plus riche et a encore (pour l’instant) les moyens de s’acheter des voitures neuves.


                              • foufouille foufouille 23 novembre 2012 20:53

                                "Je fais mes courses à pied. Il y a des grands mères passé les 70 ans qui font leurs courses à vélo, d’autres en bus, en transport en commun, ou se font livrer chez eux. Il existe de nombreuses alternatives à la voiture."

                                sont en forme tes grands meres
                                elles doivent y aller tous les jours aussi
                                dans pas d’endroits, tu as juste la voiture


                              • Jeronimo 23 novembre 2012 21:08

                                Le vélo ça conserve bien smiley

                                C’est précisément les endroits dans lesquels la crise énergétique, la fin de l’automobile individuel fera le plus de mal. Entre l’idéologie et la réalité c’est toujours la réalité qui gagne.


                              • foufouille foufouille 23 novembre 2012 23:02

                                Le vélo ça conserve rien
                                surtout quand tes articulations sont uses


                              • Jeronimo 24 novembre 2012 02:00

                                Quelle alternative proposez vous ?


                              • foufouille foufouille 24 novembre 2012 12:54

                                si le velo electrique a max 10km/h etait legal, ca serait faisable
                                pas avec une limite de puissance, sinon tu peut pas tirer une remorque
                                seul l’assistance electrique est legale


                              • Jeronimo 24 novembre 2012 17:08

                                Reste à les construire et à les vendre. Ce que je propose est possible avec ce qui roule déjà aujourd’hui.

                                Pourquoi toujours attendre une solution qui viendra dans un avenir +- lointain, qui passe par un acte d’achat et surtout qui dépendent de la bonne volonté d’une grosse boite ou d’un gouvernement ?

                                - Rouler moins vite pour faire des économies est possible maintenant sans l’aide de personne
                                - Le covoiturage est possible via des millions de gens
                                - Isoler sa maison est à la portée de beaucoup plus de monde que d’installer de coûteux panneaux solaire.
                                - Faire pousser des tomates et du basilic sur son balcon est également possible pour la plupart d’entre nous.
                                - Ne prendre la voiture que lorsqu’aucune alternative n’est possible est la stratégie que de plus en plus de personne suivent de nos jours.

                                Par contre le vélo électrique est de 5 fois à 10 fois plus coûteux qu’un vélo classique... mais infiniment moins cher qu’une voiture électrique. Je suis d’accord avec vous c’est une très bonne idée, un beau projet, mais pour l’instant hors de portée de la plupart des bourses.

                                Ce que je propose est déjà mis en application par les plus modestes d’entre nous, mais ce n’est pas cette logique qui prime, ni sur cette logique qu’on communique. On préfère nous vendre des solutions chères et technologiques accèssibles qu’aux plus fortunés d’entre nous, dont sont issus les classes dirigeantes.


                              • wawa wawa 23 novembre 2012 16:30

                                La production electrique est centralisée dans des « centrales electrique » car la concentration permet d’augmenter les rendement et necessite des investissements moindres a production egale(energie grise) et donc de baisser les cout de production, ainsi les réacteurs nuclèaires sont passé de 900 mW à 1500 mW, les eoliennes sont de plus en plus grandes, on prefère faire quelques grand barrages qu’une mitlitude de petits, etc.
                                 il n’y que les centrales photovoltaique qui sont une abberration économique.

                                amha la part d’energie decentralisée restera non significative dans le mix global a part un peu de cogénération, le bois de cheminée, le solairre thermique & photovoltaique.

                                article peu pertinent.


                                • Jeronimo 23 novembre 2012 16:50

                                  et c’est bien à ça que le photovoltaique est le plus utile : pour les endroits isolés vers lesquelles on ne peut pas acheminer de l’électricité.

                                  Mais les africains ont des solutions plus simples et plus économiques, ils récuperent les dynamos de vieux camions et avec l’aide de deux ânes ou de deux boeufs ont de l’électricité qui ne leur a rien couté.


                                • Romain Desbois 23 novembre 2012 18:01

                                  autrement dit les africains après avoir subi l’esclavage , réduisent les autres animaux en esclavage .

                                  Bravo, excellente idée, on pourrait aussi réintroduire l’esclavage des humains.

                                  Mais bon y en a qui paient pour pédaler, courir ou bouffer de la fonte, on pourrait les bancher aussi des dynamos smiley


                                • Jeronimo 23 novembre 2012 19:11

                                  @Romain

                                  Vous ne croyez pas si bien dire. Les animaux de traits sont en train d’être réintroduit à (toute) petite échelle ici et là.

                                  Et si brancher une dynamo à un vélo est du non sens, il faudrait 10 personnes qui pédalent pour avoir ne fut ce qu’un début de quelque chose pour un seul foyer. Il existe tout une série d’outils à pédales qui permettent de se passer de courant et de contourner donc les rendements déplorables qu’on obtiendrait sinon.

                                  Comme on aura moins d’énergie électrique on verra le retour de l’éolien, de l’hydraulique et de la force musculaire animale et humaine. Mais plutôt que de passer par une dynamo et perdre la plus grosse partie de cette énergie on l’appliquera directement. C’est la seule solution.

                                  Il s’agit de reprendre le développement de technologies qu’on a abandonnée après la 2eme guerre mondiale et de les moderniser. Avec les nouveaux matériaux, les connaissances accumulées et l’informatique on peut faire des miracles. Mais ça prendra un peu plus de temps que les propositions que je présente un peu plus haut.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès