Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Cocorinobel de médecine : un prix fort sympathique et significatif

Cocorinobel de médecine : un prix fort sympathique et significatif

Le virus du sida a été officiellement découvert en 1983, comme l’atteste le papier publié dans la revue Science par l’équipe du Pr Montagnier. Il aura fallu attendre vingt-cinq ans, la moitié d’un jubilé, pour que la France jubile et pousse un grand cocorico. Françoise Barré-Sinoussi et Luc Montagnier ont reçu le Nobel de médecine en compagnie de l’Allemand Harald zur Haussen, récompensé pour des travaux sur les papillomavirus.

Ouf, il a fallu attendre vingt-cinq ans pour que le scandale cesse. Certes, pas aussi dramatique que l’affaire Outreau, mais suffisamment fort de café pour qu’on soit outré d’un verdict qui se fit attendre, mais il fallait être patient, ne pas précipiter les choses comme Tapie. Ce prix Nobel récompense non seulement une découverte importante, mais sert aussi de verdict dans un procès scientifique mettant face à face deux laboratoires, celui du Pr Montagnier et celui du Pr Gallo qui publia peu après ses propres résultats ; essayant alors de s’accorder le bénéfice de l’antériorité de la découverte ou, du moins, de se mettre à égalité avec Montagnier. Le comité Nobel a délibéré. Les sages ont reconnu l’antériorité. Pour les sidéens et le grand public, cela ne change rien, mais, pour nos scientifiques qui bossent, ces détails comptent. Affaire classée.

A noter une curiosité. Habituellement, le prix Nobel récompense une recherche scientifique ayant produit une découverte dans un domaine très spécialisé. Un mécanisme de régulation génique par exemple. Et comme ces découvertes tardent à se faire reconnaître, ayant nécessité des années de mise au point et de laboratoire, il arrive que deux ou trois lauréats soient récompensés car ils ont contribué séparément à forger ces résultats innovants. Le Nobel 2008 est en fait un double Nobel, récompensant deux recherches bien distinctes n’ayant que de rares interférences. Et qui portent en plus sur deux pathologies différentes, le sida et le cancer. Avec comme dénominateur commun la présence d’un virus vecteur d’une pathologie transmise par voie sexuelle. Le Nobel, outre la consécration et la notoriété, accorde aux lauréats un beau pactole, un million d’euros. Ici, ce sera la moitié pour l’Allemand et la moitié pour les deux Français, répartition évidente, attestant des deux découvertes reconnues par les sages de Stockholm. (Un conseil tout de même aux académiciens. Eviter de récompenser trop de lauréats. Imaginer dix qui se partagent le prix, cela fait 100 000 euros par tête de pipe. A peine le montant de deux interviews de Linda Evangelista pour le magazine Vogue ! A noter également, si vous n’avez pas de dons scientifiques associés à une aptitude à diriger des laborantins, grattez plutôt un ticket du millionnaire, vous aurez plus de chances qu’avec le Nobel.)

Bon, je m’égare dans des considérations bien futiles eu égard à ces deux découvertes méritant le respect parce que les scientifiques ne sont pas si reconnus que cela, pas si bien payés et que ce n’est pas facile de faire des découvertes. Il faut de l’intelligence, du flair, du sens de l’observation, de la stratégie pour savoir publier au bon moment. Respect. On notera que la France attendait depuis vingt-huit ans le Nobel de médecine. On imagine François Barré-Sinoussi, enfilant de tailleur d’Annie Girardot, et remerciant l’académie pour ce prix qui montre que la biologie française n’est pas, je dis bien n’est pas… définitivement morte. Sans vouloir jouer les médisants, il faut bien reconnaître que la recherche en biologie possède bien des lacunes. Gestion complexe, bureaucraties, officines, ministère, organismes, une usine à gaz qui semble scléroser notre science du vivant. Vaste sujet qui, ici, ressort de manière symbolique car, à travers Montagnier, a été récompensé également l’Institut Pasteur, une vénérable institution qui a produit pendant des décennies l’une des meilleures recherches au monde parce que sa gestion et sa structure lui laissent une indépendance vis-à-vis de l’usine à gaz étatique. L’Institut Pasteur, c’est un peu comme le Collège de France, un établissement laissé relativement autonome pour ne pas éviter les pesanteurs des grosses machines de l’Etat que sont les universités et, dans une moindre mesure, le CNRS et l’Inserm.

Un mot quand même sur les deux champs de recherche ouverts par ces trois savants et leurs coéquipiers. Le virus HIV qu’on ne présente plus à fait l’objet d’une impressionnante recherche menée par une armada de laboratoires. Chaque année, des précisions sur le mécanisme d’action des particules virales ont été apportées. L’identification de ce virus a permis par ailleurs d’élaborer des traitements et bien évidemment la trithérapie qu’on ne présente plus. Harald zur Haussen est moins connu que Montagnier. Il a découvert que certains types de papillomavirus provoquent le cancer du col de l’utérus. Des recherches très poussées concrétisées par la mise sur le marché d’un vaccin, il y a deux ans. Voilà ce qu’on peut dire sur ces deux découvertes inscrites dans un paradigme biologique assez ancien, datant de Pasteur et Claude Bernard puis revisité dans les années 1960. De la bonne recherche, avec un savoir, des mécanismes à la clé et, pour le grand public, du concret, du pragmatique, de la prévention et des traitements. Mine de rien, cette rapidité de la découverte du virus HIV a permis la prévention précoce, avec l’usage des préservatifs. Des milliers de vies ont été sauvées. Merci à nos chercheurs de l’Institut Pasteur.

Il va de soi que le puriste savant espère voir dans l’avenir quelque prix pour des recherches plus exotiques où l’on verra se dessiner le prochain paradigme. Wait and see !


Moyenne des avis sur cet article :  3.86/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • Krokodilo Krokodilo 7 octobre 2008 11:52

    Respect aussi aux deux chercheurs et leurs équipes.
    C’est bien d’avoir rappelé ce procès honteux fait par les rapaces des USA, car la recherche n’est pas un long fleuve tranquille…
    Les Etasuniens ont engagé un procès contre Pasteur, car Gallo prétendait lui aussi être découvreur de ce virus, et au final Pasteur et le NIH (institut USA de la santé) ont dû partager les retombées financières… Outre les frais du procès aux USA, pas donnés comme on sait.
    http://fr.encarta.msn.com/encyclopedia_761589595/montagnier_luc.html
    Le risque de ce genre de conflits pourrait grandement être atténué si on soutenait les publications scientifiques en français (de nombreuses mesures seraient possibles, je passe les détails), qui n’empêcherait nullement de soumettre les meilleurs articles aux grandes revues anglophones.
     Car c’est pendant la période où le comité de lecture de la revue garde l’article pour l’évaluer que le risque de fuites vers des équipes amies existe bel et bien…
    Malheureusement, tant l’institut Pasteur que notre gouvernement se désintéressent de la défense du français : le vaccin ROR (rougeole, oreillons rubéole) change de nom pour devenir MMR (Measles, machin et rubella) ; c’est peut-être utile que Pasteur soit autonome, mais le français n’est pas sa tasse de thé. Aujourd’hui, ils diraient à Pasteur de traduire ses articles pour les revues anglophones et même pour leur site Internet !
     De son côté, notre président ne sera même pas présent à la clôture des journées de la francophonie au Québec
    http://www.francophonie-avenir.com/presse%20Fcf%20Sarkozy%20au%20Qu%E9bec.htm
     Ce sera la première fois qu’un président français n’y préside pas, tout un symbole…



    • Mirabelle 7 octobre 2008 19:12

      Sans aller jusqu’a creer un journal de valeur en Francais, peut etre pourrait on commencer par un journal europeen en anglais, digne de ce nom, capable de rivaliser avec Nature ou science... En effet, la reconnaissance des journaux se fait par l’impact factor (IF), c’est a dire un subtil calcul prenant en compte le nombre de citations d’articles publies dans tel ou tel journal. Le francais n’etant pas la langue commune a la communaute scientifique (on part vers un debat concernant la francophonie), nous n’avons pas d’autre choix que de publier en anglais. Sinon on limite la diffusion de nos travaux, donc les citations de nos articles, ce qui est dommageable pour notre CV.
      Pour en revenir a la creation d’un journal europeen, il y a un consensus en Europe et en Asie (surtout au Japon) pour dire qu’il est de plus en plus difficile de publier dans ces grands journaux americains qui developpent un protectionnisme a toute epreuve. Comme evoque, nous devons en plus faire face au plagiat d’idees et d’experiences durant la phase de "review", c’est a dire d’evaluation par nos pairs. Alors effectivement, il faudrait une forte volonte europeenne, avec des moyens, des gens, pour monter quelque chose de vraiment valable, a large echelle.
      Quoi qu’il en soit, ca me rejouit de penser qu’en France, pays que j’ai deserte car les conditions de travail etaient de plus en plus penibles et sans moyens, certains arrivent encore a travailler de facon a s’attirer la tres grande consideration des membres du Karolinska institutet. Encore un petit effort et j’essaierai de revenir...


    • Franck804 7 octobre 2008 12:25

      Bonjour,

      J’ai lu pour ma part une interview qui m’a paru intéressante sur le VIH, et qui pourrait mettre tout le monde d’accord. Ca m’a paru étayé du point de vue scientifique, si un instruit peut nous en dire plus ...
      Mes excuses à l’auteur pour le "léger" écart par rapport au sujet.

      Le lien : http://www.sidasante.com/science/scielen1.htm

      Bonne journée

      Franck


      • Atlantis Atlantis 8 octobre 2008 05:10

        continuez à vous documenter, vous allez comprendre que le virus VIH et SIDA sont deux choses qui sont *parfois* liées, mais avec un taux de cause à effet tellement bas que VIH ne peut qu’être un co-facteur mineur dans le SIDA (la plupart des SIDA n’impliquent pas VIH et la présence de VIH n’implique pas forcément le SIDA, même à long terme). Mais pointer un virus donné, avec sont lot de diagnostiques, traitements-napalm etc est tellement plus rentable que devoir la réalité en face ...

        J’ai bien rigolé quand dugué a mentionné pasteur et claude bernard, parce que c’est tout juste de ça dont il s’agit, une nieme imposture qui gagne, pour le plus grand b€n€fic€.


      • Sav 7 octobre 2008 22:54

        A Franck804

        Un prix Nobel... et vous proposez un lien, qui vous a paru intéressant (sic), pour une interview d’une femme de ménage en Australie racontant des grossières insanités... 

        Comment est-ce possible ?


        • Patrick Gaudray Patrick Gaudray 8 octobre 2008 10:31

          Je me permets de réagir sur le paragraphe : "Bon, je m’égare dans des considérations bien futiles …"
          Si j’apprécie que soit reconnu le fait que les scientifiques ne sont pas si bien payés et surtout que ce n’est pas facile de faire des découvertes, je suis un peu lassé que dans la majorité des articles qui concernent ce prix Nobel, on revienne sur le couplet des lacunes de la recherche en biologie en France, et qu’on les attribue uniquement à la "gestion complexe, bureaucraties, officines, ministère, organismes, une usine à gaz qui semble scléroser notre science du vivant".
          S’il est, bien évidemment, juste d’associer l’Institut Pasteur dans le concert des louanges, il est, par contre faux de :
          1°) ne pas y associer le CNRS qui ne se contentait pas de payer le salaire de L. Montagnier, mais, bien que ce dernier n’ait pas jugé opportun de le mentionner dans l’article de la revue Science en 1983, était une des tutelles du laboratoire où s’est faite la découverte (ER CNRS N° 147)
          2°) considérer que l’Institut Pasteur soit indépendant "vis-à-vis de l’usine à gaz étatique", et évite "les pesanteurs des grosses machines de l’Etat que sont les universités et, dans une moindre mesure, le CNRS et l’Inserm", puisque sans notamment le CNRS et l’Inserm, il n’y aurait pas de recherche fondamentale à l’Institut Pasteur.

          Ce n’est pas avec des caricatures qu’on enrichit le débat.


          • Franck804 8 octobre 2008 16:06

            @ Sav,

            Plutôt que de cracher sur un lien pouvez vous préciser pourquoi vous appelez "femme de ménage" cette eprsonne, ce n’est pas la formation ni le cursus qu’elle annonce en fin et en début d’interview.
            Etes vous qualifié pour réfuter son argumentaire, j’ai demandé les éclairages de personnes "instruites" sur le sujet, pas un jugement qui ne repose sur rien, en tous cas qui n’est pas étayé dans votre post.
            Excusez moi de vous avoir dérangé dans vos certitudes, si vous avez des connaissances merci de nous les faire partager, dans le cas contraire gardez vos jugements de valeur sur les gens pour vous.

            Franck


            • Sav 8 octobre 2008 19:35

              Désolé d’avoir été peut-être trop agressif, mais le lien que vous proposez est celui d’un site négationiste qui conteste que le SIDA est dû au VIH. Les membres du comité Nobel en ont décidé autrement ... et il n’y a aucune comparaison entre la compétence scientifique de ce comité et celui de votre site et de... leur femme de ménage. Il est impossible de qualifier autrement cette escroc et les grossières insanités qu’elle profère. Il était très facile de savoir tout cela simplement en appelant le nom de votre escroc sur Google...


              • Franck804 9 octobre 2008 11:08

                J’ai eu peu de temps pour creuser mais je n’ai pas trouvé de site traitant Eleni Papadopoulos d’escroc ; j’ai par contre trouvé le CV d’un autre "technicien au sol" (voir lien ci-dessous) qui semble d’accord avec elle.

                http://fr.wikipedia.org/wiki/Peter_Duesberg

                Quant à traiter de négationiste tout avis qui va à l’encotre de la "vérité officielle", c’est un grand classique quand on n’a pas d’autres arguments ; la technique est utilisée pour refuser de considérer les éléments techniques qui démontrent que les Twin Towers n’ont pas pu naturellement s’écrouler sur elle-même, et j’en passe !
                En bref, si l’on veut refuser la discussion sur les faits, il suffit d’accuser son interlocuteur de négationiste et le débat se trouve détourné sur l’accusation et non plus sur les faits.
                Etes vous en mesure de démentir les propos de cette personne autrement qu’en la dénigrant ? Je vous rappelle que les pouvoirs publics ont nié les risques liés à l’amiante pendant des années, était ce négationiste que de tenter de démontrer le contraire ?
                L’INRA a encouragé l’utilisation mass
                Mais vous pouvez croire tout ce que disent les "versions officiels" en fermant soigneusement les écoutilles pour n’entendre qu’elles et traiter le reste de négationisme, ça peut aussi être une solution ...

                Franck


                • Sav 9 octobre 2008 11:44

                  Merci de me confirmer que j’avais eu raison de me mettre en colère. Vous êtes un partisan de toutes les théories dès qu’elles sont négationistes (cf : les Twin Towers)... et totalement infondées. Ce sont des choses qui arrivent...


                • Franck804 10 octobre 2008 13:00

                  Prenez la peine de vous renseigner avant de parler d’un sujet que vous ne connaissez pas (cf les Twin Towers) et ne généralisez pas (toutes les théories) sur les personnes que vous ne connaissez pas.
                  En ce qui me concerne j’ai eu raison de ne pas me mettre en colère vous ne faites qu’accuser de négationiste les personnes qui sont d’un avis différent que ce que vous inculque la version officielle des faits. C’est une liberté, elle vous procure le confort de ne pas vous pencher sur le contenu d’un sujet avant d’émettre un avis péremptoire, puisque l’accusation de négationiste vous donne l’impression d’avoir raison.
                  Je vous laisse avec votre canne blanche, bonne route.

                  Franck


                  • Sav 10 octobre 2008 16:27

                    "Qu’est-ce-que vous en savez à la fois de mes compétences et de mes connaissances sur les Twin Towers" ? Rien !
                    Aucune importance n’est-ce pas !

                    "Qu’est-ce-que vous en savez à la fois de mes compétences et de mes connaissances sur le SIDA ?" Rien !
                    Aucune importance n’est-ce pas !

                    Vous appartenez au groupe des illuminés qui croient en toutes les théories pourvu qu’elles soient négastionistes, contre-dites par des milliers ou des dizaines de milliers de témoignages ou d’expériences ! Plus les preuves sont évidentes, plus vous croyez à vos inventions, à vos théories fumeuses, foireuses du niveau de la femme de ménage que vous avez proposez de façon faussement ingénue sur le SIDA.
                    Que cette escroc ne dise qu’un ramassis grotesque d’invraisemblables conneries n’a aucune importance, comme le sujet d’ailleurs, puisque votre seul intérêt est d’être et de faire le malin... Dommage. 


                    • janequin 11 octobre 2008 14:06

                      Il est vrai que Luc Montagnier lui-même croient partiellement en ces théories fumeuses, puisqu’il balaie le mécanisme d’action généralement admis en fac pour la destructions des lymphocytes :

                      http://www.robertogiraldo.com/brussels/montagnier.doc

                      Il dit en substance en décembre 2003 :

                      "Enfin, un des problèmes majeurs non totalement résolu de la pathogénèse du Sida reste l’explication de la mort massive des lymphocytes T4. Contrairement à ce que l’on croyait il y a quelques années, cette disparition, qui existe dès la période asymptomatique, n’est pas due à l’infection directe es cellules par la souche virale, qui est alors peu cytopathogène, mais à des mécanismes indirects touchant les cellules CD4+ non infectées ; celles-ci ont une propension à mourir d’apoptose, comme d’ailleurs les cellules CD8+. En fait, toutes les sous-populations immunitaires sont touchées par ce phénomène, bien que ce soient les CD4+ qui disparaissent en nombre. Un des médiateurs de cette apoptose est l’existence d’un fort stress oxydant caractérisé par une prévalence de molécules oxydantes (radicaux libres) sur les défenses antioxydantes de l’organisme : ainsi le taux de glutathion oxydé est-il très élevé, de même que celui des LDL (Low density lipoproteins) oxydées."

                      Je suis persuadé qu’il va persister dans cette voie (voir cet interview), et ce prix Nobel est une formidable occasion pour la communauté scientifique de revoir ses propres croyances quant au mécanisme d’action du VIH. Ce n’est certes pas Gallo, ce voleur, qui aurait pu avoir la liberté d’esprit de Luc Montagnier.

                      Alors, même si Eleni Papadopoulos tient des propos incorrects quant à l’existence du VIH, son hypothèse qui met en jeu le stress oxydant dans la génèse du sida n’est pas une théorie négationniste, mais elle apparaît plutôt être un précurseur en la matière.


                      • janequin 11 octobre 2008 14:14

                        Désolé pour la faute de grammaire :
                        Il est vrai que Luc Montagnier lui-même croit partiellement en ces théories fumeuses, puisqu’il balaie le mécanisme d’action généralement admis en fac pour la destructions des lymphocytes :


                      • janequin 11 octobre 2008 20:56

                        Je dois dire que les bras m’en tombent. Même les plus éminents immunologistes emboîtent le pas à Eleni Papadopoulos :

                        http://africa.reuters.com/top/news/usnJOE495101.html


                        "Isolation of the virus itself is going to be the single most important discovery that will allow us to develop a vaccine, if a vaccine is ever developed," said Adriano Boasso, immunologist and AIDS researcher at Imperial College in London.

                        Sont-ils tous en train de devenir négationnistes ?


                        • jean-charles 12 octobre 2008 12:49
                          Bonjour,
                           
                          Je crois qu’il est nécessaire de remettre certaines choses en place concernant le lien existant entre HIV et SIDA. Le lien de causalité n’est pas à discuter pour des raisons évidentes :
                           
                          - le test de dépistage basé sur la présence de protéines produites par le virus HIV est sans ambiguïté avec plus de 15 ans de recul. Si la personne est séropositive pour le virus HIV, elle développera en moyenne la maladie SIDA, 7 ans après la primo-infection. Une personne qui n’est pas séropositive ne développera jamais la maladie.
                          - La charge virale d’un individu séropositf ou d’un malade définie l’évolution de la maladie que ce soit la transition d’un état asymptomatique à un état malade ou que ce soit au niveau de l’aggravation de l’état du patient
                          - Tous les traitements disponibles ont été développé à partir de nos connaissances sur le virus que ce soit au niveau de sa capacité à infecter des lymphocytes, à se répliquer au sein de ces cellules ou bien encore à en sortir pour aller infecter d’autres cellules.
                          - L’efficacité du traitement est directement mesurable par la diminution de la charge virale qui dans certains cas peut même ne plus être mesurable
                          - L’efficacité de ces traitements qui ciblent le virus, ne sont plus à mettre en doute… l’espérance de vie a tellement augmentée que l’on parle de maladie potentiellement chronique.
                           
                          En conclusion le lien de causalité entre HIV et SIDA n’est plus à démontrer lorsque l’on regarde la réalité de façon objective et factuelle. Que nous ne connaissions pas tout et que les mécanismes biologiques de développement de la maladie ne soient pas encore complètement élucidés, c’est vrai et c’est pourquoi la recherche continue. Mais la négation du lien de causalité entre virus et maladie est une aberration que l’énoncé des points ci-dessus devrait être suffisant à écarter.
                           
                          bien cordialement

                          jean-charles

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès