Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Comment Apple a inventé le PC d’aujourd’hui

Comment Apple a inventé le PC d’aujourd’hui

Alors que la prochaine édition du salon Apple expo se tiendra du 25 au 29 septembre prochain et qu’Apple vient de présenter récemment une gamme légèrement relookée, on peut raisonnablement penser qu’Apple a inventé le PC d’aujourd’hui.

Apple fut créé en 1976 par Steve Jobs et Steve Wozniak. Son modèle phare, l’Apple ][, arriva en 1978 et fut décliné jusqu’en 1988. Le PC né en 1981, classique et austère, bénéficiait de la puissance commerciale du géant IBM. L’arrivée du Macintosh en 1984 apporta des concepts empruntés au Lisa de 1983 : interface homme-machine novatrice issue des travaux de Xerox avec fenêtres et souris, programmation orientée-objet, applications nouvelles telle Hypercard (gestion de cartes de visite via hypertexte). Alors que les PC s’appuyaient sur un système d’exploitation simple, rapide et robuste (MS-DOS), conçu par un Microsoft naissant, Apple jouait la carte de l’originalité et la facilité d’utilisation. Les faiblesses initiales du Mac (écran intégré minuscule) furent vite corrigées par l’extension de la gamme Apple. Tandis que le Mac, plus avancé technologiquement, était plus fermé, les informaticiens préféraient bidouiller leur PC ou trafiquer leur carte-mère. Le Mac passait pour aseptisé.

Derrière le duel Apple-IBM, le combat des microprocesseurs sévissait : les Motorola des Apple (680x0 et PowerPC) face aux Intel (80x86, Pentium) des PC. Les Motorola, avancés et rapides, permettaient une émulation des PC sur Mac.

IBM, spécialiste des gros systèmes qui investissaient la micro-informatique naissante au début des années 1980, misait sur sa force de frappe commerciale. Pour sa part Apple innovait et jouait le rôle de pionnier avec son système d’exploitation. Progressivement les PC reprenaient peu à peu les concepts du Mac. Ainsi le système d’exploitation Windows 3 en 1990 s’inspirait de Mac OS. Les utilisateurs de PC pouvaient cependant conserver leurs habitudes et basculer de Windows à MS-DOS et utiliser le système d’exploitation correspondant à leurs applications et à leurs besoins.

Les clones de l’IBM PC et l’apparition du modèle de vente par correspondance de Dell favorisèrent le développement du PC. Pour sa part Apple, après une expérience limitée des clones jusqu’en 1998, privilégiait l’innovation sur la diffusion massive. La part de marché d’Apple n’a jamais excédé 10 % pour s’établir à 2,5 % aujourd’hui dans un marché lui-même en progression. La commercialisation de la LaserWriter, 1ère imprimante laser accessible PostScript pour le Mac, et de PageMaker, un des premiers programmes de PAO, permirent au Mac de toucher le marché de l’édition. Apple, souhaitant conserver son positionnement et ne pas rogner ses marges, poursuivait la politique créative.

L’innovation se poursuivit avec le Power Macintosh en 1994, équipé du PowerPC, micro-processeur RISC alors que les PC misaient sur le processeur CISC Pentium, lequel connut des déboires à ses débuts avec des opérations arithmétiques délivrant des résultats erronés. La course-poursuite continua avec la commercialisation de Windows 95 qui s’inspira de l’interface graphique des Mac. Néanmoins la gestion de la mémoire restait meilleure sur Mac.

En 1998 l’iMac permit de relancer Apple. Innovant (absence de lecteur de disquettes et de ventilateur - d’où un micro plus silencieux), il offrait un design original avec une coque colorée et des ports USB. Le look devenait ainsi un facteur différenciant à l’image de la Twingo née 5 ans plus tôt. En 1999, le portable iBook suivit.

Signalons qu’en 1996, Apple racheta NeXT au bord de la faillite et reprit les travaux effectués pour élaborer Mac OS X. Mac OS X en 2001, conçu sur une base POSIX (Unix), est plus stable et permet de bénéficier d’une logithèque libre grâce à Linux et ses interfaces graphiques. Les programmes développés pour les versions antérieures fonctionnent généralement (lorsque la compatibilité ascendante est vérifiée) grâce à une émulation via un programme baptisé Classic.

En 2005, le cofondateur Steve Jobs revenu « à la maison » annonce une convergence PC/Mac pour les nouveaux Mac avec le processeur Core 2 Duo d’Intel, ce qui constitua une surprise pour certains fans d’Apple qui estiment finalement qu’Apple a vendu son âme au diable. L’ennemi de naguère, Intel, devient le partenaire. La nouvelle gamme, compacte, se caractérise par son écran plat qui intègre les composants de l’ordinateur. Avec Vista, Windows reprend à son compte des concepts développés par Mac OS X.4 et X.5.

Pour Apple, l’innovation s’effectue désormais ailleurs. iTunes Music Store en 2003 a montré la voie de la diversification, suivi par l’iPod qui touche un plus large public et l’iPhone présenté en 2006 pour révolutionner la téléphonie. L’ère du matériel puis celle du logiciel ont vécu et avec l’avènement du Web 2.0, l’innovation et la valeur ajoutée sont ailleurs. Désormais la part des ordinateurs dans le chiffre d’affaires global d’Apple est dépassée par les logiciels, les accessoires et les services.

Si le PC est arrivé à cet état de développement aujourd’hui, c’est véritablement grâce au Mac. Les temps changent. Le Mac ne présente plus de différence tarifaire notable à l’achat comparé aux PC de marque. Des constantes demeurent : le Mac reste très « plug and play  », la mise à jour des logiciels est facile, les applications et les virus sont moins nombreux, les logiciels multimédia sont fournis en standard.

Le Mac garde une petite avance en matière de souplesse d’utilisation, de formatage et de partitionnement de son disque dur. Il reste intéressant d’installer Windows XP sur Mac et de disposer ainsi d’un double boot pour basculer d’un OS à l’autre.


Moyenne des avis sur cet article :  3.2/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

69 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 3 septembre 2007 12:39

    Cet article minimise la principale raison de l’échec d’Apple dans les PC : le fait d’avoir voulu garder un logiciel ET un matériel propriétaires.

    Un OS commun comme DOS puis Windows a permis un développement fulgurant de la production de hard concurrentiel en grandes quantités à bas prix. Ca peut paraitre bizarre aujourd’hui, mais il y a 20 ans Microsoft était le chevalier blanc qui nous sauvait enfin des constructeurs comme IBM.

    Aujourd’hui, Apple n’existe pratiquement plus dans les PC. Microsoft cherche à reprendre la main sur le hard, avec TCPA, Palladium, EFI et Vista. Il est temps de réagir contre ce nouveau monstre monopolistique.

    Balancer vos windows et vos mac-os et utilisez linux. Si ce dernier obtient une part de marché suffisante, EFI ne fonctionnera jamais, et vous aurez sauvegardé vos libertés un peu plus longtemps.


    • Gaolinn Gaolinn 3 septembre 2007 13:35

      Encore un Linuxien qui n’y connait rien. Apple ne fait (faisait) pas de PC mais des Mac. MS-Dos et Windows n’existent que parce Digital Research à fait l’erreuer de sous estimer IBM qui s’en est retourné vers Microsoft pour sortir un OS pour son premier IBM-PC (MS-Dos racheté par Microsoft et qui s’appelait QDOS (Quick & dirti OS). Les technologie Palladium, EFI... sont des technologies Intel et non pas Microsoft. Aujourd’hui, la capitalisatoin boursière d’Apple dépasse largement celle de Dell. Linux, c’est moins de 1% de part de marché, c’est une grosse bouse inexploitable tellement il y à différentes distribution (plus de 200) avec diverses chartes graphique. Tout y est fait au petit bonheur la chance, chacun dans son coin ce qui explique sont côté usine à gaz. Tu veux jouer ? évite Linux. Tu accéder aux application standard ? evite Linux. Tu veux être productif ? evite Linux. Tu veux utiliser to PC avant de l’enfermer dans le placard ? evite Linux...


    • ripouette ripouette 3 septembre 2007 13:53

      Forest a 100% raison : « Cet article minimise la principale raison de l’échec d’Apple dans les PC : le fait d’avoir voulu garder un logiciel ET un matériel propriétaires. »

      Quand il a été question pour Apple d’ouvrir ses licences au PC (dAns les annés 1995 de mémoire), ils ont refusé et continué à vendre leurs Macs et seulement leur Macs, systèmes d’exploitation et matériel ne pouvant exister séparemment. Ils se sont fait tailler des croupières par Crosoft qui n’était qu’un système d’exploitation. et on les a vu, quelques années plus tard essayer de développer leur propres licences avec quelques constructeurs, mais c’était trop tard, Apple était déjà à 5% de parts de marché.

      « Linux, c’est moins de 1% de part de marché, c’est une grosse bouse inexploitable » C’est toi la bouse mon ami, Linux est un logiciel libre, qui dans l’esprit est à l’opposé de Mac qui vend du matériel et un système d’exploitation propriétaire où tout est sous licence fermée tout coûte très cher ! Essaye Ubuntu, la distribution la plus légère et la plus accessible de Linux, tu peux même booter ton PC à partir d’une clé USB et avoir donc en permanence sur toi ton système d’exploitation et tes donnés, pour utiliser l’ordi de tes amis par exemple ! Il fait ça ton mac ? Tu essayes et on en reparle.


    • Gaolinn Gaolinn 3 septembre 2007 14:11

      Je n’ai pas de Mac mais ne désespère pas. Linux à part plagier les OS professionnels d’Apple et de Microsoft n’apporte rien, à la communauté des utilisateur, qui n’existe déjà sur Mac et PC. D’ailleur tous les Lunxien sont contre les brevets logiciel car ils les empêches de repomper les idées et le travail des autres. D’autre part, c’est grâce à Apple et Microsoft et aux autres compagnies « propriétaire » si l’informatique en est là ou elle est aujourd’hui. Donne un PC à un néophite total. Sur Mac en 1h il maitrise le système, 1j sous Windows pour arriver au même niveau. Sous Linux, le PC fini dans le placard.


    • ripouette ripouette 3 septembre 2007 14:23

      L’idéal, c’est d’avoir les 3 systèmes d’exploitation, et d’utiliser les 3 comme ça tu sais de quoi tu parles !

      Tu n’as pas installer Linux depuis des années on dirait, ou alors pas la bonne distribution. Essaye Ubuntu cité plus haut, t’es même pas obligé de l’installer, tu graves juste la distribution après l’avoir téléchargé, tu lances ton PC depuis le CD et tu peux essayer le système d’exploitation sans modifier ton disque dur. Fais-(toi)moi plaisir, essaye et on en reparle smiley En revanche Linux est un logiciel sous licence contrairerement à ce que tu écrits plus haut, c’est simplement une licence libre de droits pour simplifier.


    • Gaolinn Gaolinn 3 septembre 2007 14:35

      A choisir une licence, je préfère la BSD qui elle est vraiment libre. C’est sur cette base qu’Apple à développé WebKit, issu de KHTML qui est le moteur de Konqueror, le navigateur Web de KDE. Depuis, le développement de KHTML à été abandonné, l’équipe en charge, chez KDE, préférant reprandre l’excellent travail effectué par Apple sur WebKit lui faisant passer le test ACID2 que FireFox ne passe toujours pas et ne parlons pas de IE.


    • Titi 3 septembre 2007 14:49

      Je voudrais relever quelques erreurs dans vos commentaires. Pour moi, Apple fait des PCs a base de logiciels libres, je m’explique :

      Les macs deviennent tres proche des PCs maintenant depuis qu’ils ont adopté les puces Intel a la place de Motorola. On y retrouve les cartes graphiques et sons que l’on a traditionnellement sur les PCs.

      Apple utilise beaucoup de logiciels libres et est tres pro-actif dans ce domaine.
      Darwin, c’est a dire le coeur de MacOSX est libre.
      Webkit est le moteur de Safari (ce que Geckoo est a Firefox) est libre et est partagé avec Konqueror du projet KDE.

      Bref, je le repete, Apple fait des PCs a base de logiciels libres.


    • Forest Ent Forest Ent 3 septembre 2007 15:06

      @ Gaolinn

      « Encore un Linuxien qui n’y connait rien. »

      Je suis passé à linux il y a un an après 15 ans de windows.

      « Apple ne fait (faisait) pas de PC mais des Mac. »

      Un mac est un PC au sens premier : « personal computer ». Désolé pour l’ambigüité, mais elle me semblait compréhensible.

      « MS-Dos et Windows n’existent que parce que .. »

      Microsoft est né un peu par hasard. Cette société n’a jamais jamais produit une seule innovation technique. C’aurait été un autre, ce serait pareil.

      « Les technologie Palladium, EFI... sont des technologies Intel et non pas Microsoft. »

      Vista SP1 sera compatible EFI. C’est tout sauf dénué de sens.

      « Tu veux jouer ? évite Linux. »

      Pour la même raison. Les producteurs préfèrent les plate-forme fermées. C’est aussi pour ça qu’il est important qu’il y ait une part de marché importante non-windows.

      « Tu veux utiliser to PC avant de l’enfermer dans le placard ? evite Linux. »

      J’aurais au moins tapé ce post. smiley

      Tous vos arguments consistent à constater que windows est un standard de fait. Ce serait un autre OS, ou un OS libre, ce serait pareil. Selon notre Constitution, les monopoles de fait doivent être interdits ou nationalisés.

      Je veux bien qu’on s’amuse un peu, mais l’existence tolérée par tous d’un monopole privé de cette taille est un simple scandale.


    • Gaolinn Gaolinn 3 septembre 2007 15:23

      Que Vista supporte ou pas EFI ne change rien au fait que c’est Intel qui en est le concepteur et Apple l’utilise pour justement marqué la différence PC()Bios)/Mac(EFI)

      Par contre si j’aime taper sur Linux, ne veux pas dire que j’aime M$ pour autant. Ce que j’apprécie sous Windows, c’est que j’y trouve les outils les plus abouti pour dévelloper et une interface standard d’une application à l’autre. Il n’existe aucun logiciel équivalent à WinDev/WebDev sous Linux permettant d’avoir une productivité aussi interressante ou équivalente.


    • leneant 3 septembre 2007 16:03

      Windows / Mac / Linux (debian, mandriva unbunto kaela...) / Open BSD / ...

      J’en ai assez de ces batailles et des polémiques qui durent depuis longtemps.

      La seule chose qui est importante c’est d’avoir le choix. Aujourd’hui a t’on le choix ?

      Lorsque l’on achète un nouvel ordinateur portable a t’on le choix ?

      J’entends déjà les arguments des opposants allez chez un assembleur et patati et patata. Mais dans ce cas peut-on avoir un ordinateur portable avec le choix ? A part keynux, elonex et maintenant dell (très récent) a t-on le choix de son modèle (matériel) de machine portable sans OS ou avec l’OS de son choix ? Ou alors les modèles avec Linux ou sans OS sont-ils limité à un sous ensemble réduit du parc matériel disponible avec W$ ?

      Comme le dit Forest, seule une demande équivalente à une certaine part de marché pourra faire inverser la politique de la majorité des « assembleurs » d’ordinateurs tel qu’ACER, SONY ... (assembleurs et oui, car ils commandent le matériel à des fabriquants asiatiques, ils les complètent et y installent leurs logo et les softs puis les vendent). Aujourd’hui la vente d’ordinateurs portables offre une rente à Microsoft. Même ceux qui ne veulent pas d’OS pré installés payent la rente M$. Soit disant qu’il existent des procédures de remboursement dans les cas de non acceptation des licences logiciels d’utilisateurs finaux, mais à moins d’aller devant les tribunaux soit on à rien, soit on à presque rien afin de dissuader les acquéreurs de tenter de se faire rembourser les licences dont ils ne veulent pas.

      Il est où le choix ? Dans la seule possibilité d’accepter d’enrichir M$ lorsque l’on ne veut pas utiliser ses services (une licences logiciel n’est pas un bien, cela correspond à un droit d’usage, un service en quelque sorte), de se taire ou alors d’investir du temps et de l’argent pour faire valoir ses droits devant la justice ?

      Personnellement j’utilise windows et linux. Mais je ne supporte pas que l’on m’impose ce qui soit disant doit être meilleur pour moi. Que l’on m’informe des avantages et des inconvénients comparatifs oui. Que l’on me prévienne, que l’on me conseille, oui. mais que l’on m’impose un choix, NON.

      Surtout que pour l’utilisation que je fais de ma machine personnelle cela fait bien longtemps que je n’ai pas eu la nécessité de la faire fonctionner sous Vista.

      Ha oui, j’oubliais. Depuis que j’ai linux sur mon dernier portable, je n’ai pas tapé une seule ligne de commande pour installer, désintaller ou utiliser quelque logiciel que ce soit. Je mens un peu là, j’ai fait un petit script (langage de commande interprété) afin de faire apprendre à mon anti spam quels messages doivent être ou ne pas considérés comme un spam (en vérité j’ai simplement recopier les commandes indiquées dans un fichier exemple fournit avec l’anti spam).

      Mais ce débat est vieux :

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16799

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16288

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=15799

      http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=15867

      (et j’en passe très certainement)

      Des arguments ont été mis en avant. Mais mieux vaut aller vers la liste de diffusion du groupe de travail detaxe ou l’AFUL (dont dépend le groupe de réflexion).

      http://www.aful.org/wikis/detaxe/PageAccueil

      http://www.aful.org/


    • Totor 3 septembre 2007 16:22

      linux est un unix , les unix se developpaient dans les universités sur un mode coopératif alors qu’Apple et Microsoft n’existaient pas encore ! Pour ce qui est des brevets logiciels et de l’open source vous ne comprenez visiblement pas le sujet !


    • leneant 3 septembre 2007 16:46

      Dans le cas des brevets logiciels un travail de fond à été réalisé et rapporté par Michel ROCARD au niveau Européen :

      http://eupat.ffii.org/log/05/rocard0413/index.fr.html#text


    • Halman Halman 3 septembre 2007 18:28

      Gaolinn, retombez sur Terre, les Mac sont des Intel/Ibm/Microsoft inside depuis le Power pc...

      Vous faites du pc sans le savoir avec vos Mac...


    • Halman Halman 3 septembre 2007 18:42

      Les belles idées préconçues, Gaolinn.

      Je suis formateur info et les gens qui n’ont jamais touché une souris maitrisent Windows en une heure.


    • Halman Halman 3 septembre 2007 19:20

      « Apple fut créé en 1976 par Steve Jobs et Steve Wozniak. Son modèle phare, l’Apple ][, arriva en 1978 et fut décliné jusqu’en 1988. Le PC né en 1981, classique et austère, bénéficiait de la puissance commerciale du géant IBM. »"

      Il faut tout de même se souvenir que Microsoft est né en juin 1975 et écrivait des langages de progammation (pas seulement le Basic mais aussi le Pascal et le Fortran) pour toutes les marques ordinateurs, du Japon à l’Europe.

      En 1971 Gates créé Traf O Data et édite déjà ses propres logiciels et dépanne des PDP 10 et 11 chez les professionnels.

      Que fait Jobs pendant ce temps ?

      Il va en Inde fumer des choses bizarres, en revient tout transformé, se met à vendre des petites boites électroniques qui permettent à l’utilisateur de ne pas payer le téléphone. (hem, hem, hem, pratique bien douteuse ne trouvez vous pas ?) smiley

      La micro informatique existait bien avant Jobs avec des processeurs Z80, 8008, 8088 très professionnels dès le début des années 1970.

      Et Jobs nous sort, très satisfait de lui même, une boite en bois avec des circuits qui fonctionnent au petit bonheur la chance, quand ils fonctionnent...

      Plus tard un truc miniature et monobloc pas très stable avec un écran si petit qu’on s’y détruit les yeux. (j’ai essayé le MacIntosh, et même avec son MsDos, je préfère de loin l’écran de l’Ibm Pc !)

      Puis cette chose dont l’unité centrale ressemble à un demi pamplemousse, que les gens posent comme un bibelot entre les fleurs et la télé.

      Et l’Imac (est ce encore de l’informatique ?).

      Tout ceci avec des grands sourires de gamin satisfait de lui même. Faisant travailler ses programmeurs des 72 heures d’affilée, débarquant dans leurs bureaux en pleine nuit poussant des cris hystériques et les traitants de nullissimes, leur demandant de tout reprendre à zero en hurlant.

      Alors dire que Jobs a inventé la micro informatique, c’est un peu fort...


    • Halman Halman 3 septembre 2007 19:29

      « Si le PC est arrivé à cet état de développement aujourd’hui, c’est véritablement grâce au Mac. »

      N’importe quoi.

      « Les temps changent. Le Mac ne présente plus de différence tarifaire notable à l’achat comparé aux PC de marque. »

      Oui, au même prix qu’un pc haut de gamme et sans l’écran.

      « Des constantes demeurent : le Mac reste très « plug and play », la mise à jour des logiciels est facile, les applications et les virus sont moins nombreux, les logiciels multimédia sont fournis en standard. »

      Mais le pc aussi est plug en play depuis Win95.

      Sur les pc aussi les logs multimedias sont fournis en standard.

      « Le Mac garde une petite avance en matière de souplesse d’utilisation, de formatage et de partitionnement de son disque dur. Il reste intéressant d’installer Windows XP sur Mac et de disposer ainsi d’un double boot pour basculer d’un OS à l’autre. »

      Allons bon ! Je n’ai jamais éprouvé le moindre problème à formater mon pc !

      Je ne vois pas pourquoi j’installerai un os Mac sur mon pc puisque contrairement aux idées reçues, xp et vista fonctionnent vraiment bien avec tous les périphériques et logiciels.


    • Halman Halman 3 septembre 2007 19:41

      « Cette société n’a jamais jamais produit une seule innovation technique. »

      Ah ?

      Si Microsoft n’avait pas fait le pc.dos de l’Ibm pc, le pc serait il aussi répandu dans le monde ?

      Kildall n’ouvre même pas la porte à IBM, laisse sa secrétaire se dépatouiller au téléphone avec les avocats, et ne cherche pas à développer son DR DOS.

      Patterson donne son Dos gratuitement à qui le lui demande et ne cherche même pas à le commercialiser.

      Gates innonde le marché des ordinateurs personnels de ses langages de programmation dès le milieu des années 70 et contribue au succès mondial de la micro informatique.

      Il réécrie entierement le Dos dans les bureaux d’Ibm pour l’adapter à l’Ibm pc et à son processeur 8088 puis 8086.

      Il reprend l’idée géniale du tableur avec Multiplan et en fait un succès international qui propulse le pc au niveau de l’invention du siècle avec son application géniale.

      Il s’allie avec IBM pour écrire OS2.

      Et j’en oublie surement.

      Et les autres, pourquoi ne l’ont ils pas fait ?


    • Forest Ent Forest Ent 3 septembre 2007 21:35

      « Cette société n’a jamais jamais produit une seule innovation technique. »

      Vs

      « Il réécrie entierement le Dos »

      « Il reprend l’idée géniale du tableur »

      C’est bien ce que je disais...


    • Marie Pierre 3 septembre 2007 23:33

      @ Halman,

      D’abord, Vista est ingérable pour les TPE : les logiciels de compta, de paye, Autocad, etc. sont incompatibles avec Vista. Vous devez certainement vous servir d’un ordinateur pour écrire quelques mots. D’ailleurs, Dell, le plus grand fournisseur d’ordinateur pour les entreprises, remet sur le marché des versions XP !

      Ensuite, avec XP, à moins d’avoir acheté une version intégrale, celle vendue sur la plupart des ordinateurs n’est pas toujours plug and play (je dirais plug and work). Combien d’imprimantes, d’appareils numériques, bref, de périphériques ne sont pas reconnus ? Nous avons 2 ordinateurs, aucun ne reconnaît les mêmes périphériques que l’autre !


    • thirqual 4 septembre 2007 11:13

      J’aimerai réagir au pas de jeux/logiciels spécifiques avec linux... sur mon portable, en passant par wine, je joue sans soucis à Civilisation 3 et 4, à Oblivion, à Guild Wars, et j’en passe. Je peux lancer m$ office (toujours pratique quand un collègue oublie que tout le monde peut pas voir sa « super mise en page sur son .doc »). Je peux utiliser photoshop. Bah oui, linux ça évolue.


    • IP115 5 septembre 2007 10:39

      Hello Marie Pierre,

      tu dis « D’abord, Vista est ingérable pour les TPE : les logiciels de compta, de paye, Autocad, etc. sont incompatibles avec Vista. »

      mais vista n’y est pas forcément pour quelque chose ... pour faire simple, windows (quelle que soit la version) collabore avec les progiciels d’autres éditeurs au travers de ce que l’on appelle des API (Application Programming Interface) qui comme le nom l’indique font l’interface entre window et des programmes comme Autocad, Ciel ou autre.

      Cette interface que Microsoft s’engage à maintenir sur les nouvelles versions est sensée assurer la compatibilité assendante. Le problème c’est que certains éditeurs ne la respectent pas (ils essaient de la contourner pour optimiser certaines performance, d’autres n’ont pas le choix car certains utilitaires comme les antivirus ou les firewalls nécessitent l’accès à des ressources non disponibles via l’API, enfin certains le font exprès pour t’obliger à faire des MAJ (payantes bien sûr) en faisant porter le chapeau à l’OS.


    • IP115 5 septembre 2007 10:56

      « Combien d’imprimantes, d’appareils numériques, bref, de périphériques ne sont pas reconnus ? Nous avons 2 ordinateurs, aucun ne reconnaît les mêmes périphériques que l’autre !  »

      Pour que le système d’exploitation reconnaisse un périphérique, il faut que ce périphérique soit accompagné de ce que l’on appelle un driver. Pour faire simple ici aussi, ce driver vient se placer entre le système d’exploitation et le périphérique, et « traduit » les commandes standard des applications en commandes spécifiques compréhensibles par le périphérique.

      Mais c’est au constructeur du périphérique de fournir ce driver (même si Microsoft en inclut un très grand nombre en standard dans ses distributions). Sauf cas où le système fait une véritable rupture (cela a été le cas avec la sortie de certaines versions comme windows 95 et l’arrivée du « plug and pray »), si le développeur du driver a respecté les règles, les drivers d’une version fonctionnent d’une version à l’autre (dès lors que l’on reste dans une même famille). C’est pour cela que certains drivers fonctionnent avec vista et d’autres pas ...

      C’est d’ailleurs le cas pour TOUS les systèmes d’exploitation. Encore une fois, n’accusons pas Vista trop vite ... smiley


    • Marie Pierre 5 septembre 2007 12:27

      Salut IP115,

      Je sais bien que pour les périphériques faut des drivers, même que je fais parfois des MAJ sur Internet. Mais je te cite mon (notre) cas : mon compagnon et moi avons chacun un ordi sous XP. L’imprimante fonctionne chez un, pas chez l’autre, idem pour l’appareil photos, idem pour le DD externe, idem pour les clés USB. Et quand tu veux mettre un driver, la machine, polie, te dis que t’en n’as pas besoin !

      Le fils de mon compagnon vient avec son Mac, connecte tout ce qui merdouille, et là, rage de rage, tout fonctionne.


    • guillaume 8 octobre 2007 20:24

      Un petit rappel pour éviter de dire des âneries (attention j’en lis pas mal des historiques erronés par des gens jeunes qui n’ont pas vécu la chose).

      Le système Unix (origine de Linux) a été globalement pensé durant les années 70 et est sorti et a été adopté massivement sur les stations au tout début des années 80, en gros en même temps que le PC/ PC DOS/ MS DOS. Le système Lisa (c’est en gros un Macintosh couleur extrêmement cher) a donné un peu plus tard chez Apple naissance au système du Mac OS (au début avec interface noir et blanc). Le système du PC comme le noyau Mac OS sont en fait très en dessous de Unix multi-utilisateur, multi-tache à la source et dévelopé en C (le C a été conçu pour développer le noyau Unix et ses applicatifs). Au noyau Unix vient se greffer rapidement une interface qui va dominer, X Windows, avec des souris 3 boutons (les souris Mac ont 1 bouton et les premières sur PC 2 boutons). Open GL le standard 3D encore utilisé aujourd’hui sur Mac (et Windows accessoirement) va apparaître sur X-Windows. Linux (mais on devrait aussi cité BSD Unix et d’autres) va faire son apparition sur PC (et autre systèmes) au tout début des années 90. Il inclura quelques années plus tard les spécificités du noyau Mach Linux de Carnégie Melon (il me semble) ajoutant le multi-processus au noyau, au même titre que la plateforme Next, que Steve Jobs parti de chez Apple tente de lancer. Le flop commercial de Next est à la mesure de celui du OS/2 (un Unix à interface Windows) d’IBM et Microsoft. Les deux sont trop lourds pour les ordinateurs personnels de l’époque. C’est en 95 seulement avec le noyau NT, version 4 (le 3.1 et le 3.5 étant très limités) que Microsoft introduit le noyau de ses PC Windows modernes, avec une interface Windows, un rendu OpenGL et un noyau inspiré du Mach Unix. Le succès est total. Mac OS attendra encore quelques années, au début du XXIe siècle pour adopter le MacOSX, un Unix extrapollé de Next avec une interface à mi-chemin entre le MacOS 9 et Next.

      La caractéristique d’Apple a toujours été de vendre des produits fermés, où l’ensemble de la chaîne est produite par Apple et souvent ce qui vient s’y greffer doit payer des Royalties, que ce soient les interfaces diverses, les logiciels utilisés pour le développement ou même l’utilisation de certaines couches du système. C’est le modèle Nintendo, Playstation, Xbox des consoles de jeu ou tout est contrôlé et sujet à Royalties. C’était le cas de l’accès à la plateforme devente ne ligne itunes (à partir des iPod), c’est totalement le cas de l’iPhone ou seul Apple est capable et en droit de développer dessus. Microsoft a toujours eu une stratégie inverse, ne faisant payer que le logiciel ou le produit acheté (sauf pour la Xbox), à l’image des PC interfaçables à souhait, et c’est ce qui a valu son succès. Leur plateforme media Zune (concurrente d’iPod/iTunes) devrait d’ailleurs être ouverte. Microsoft s’est imposé à IBM qui pratiquait comme tous les grands de l’informatique un modèle de vente de matériel payant et de maintenance logiciel gratuite ou bien rémunérée uniquement pour des développements spécifiques. Ce modèle ancien n’a pas survécu à la démocratisation de l’informatique.

      Par ailleurs Apple/Steve Jobs ont toujours eu une stratégie d’audace (par rapport à Microsoft) en forçant un marché de niche (au début) à se développer, là où c’était prévisible et toujours basé sur des innovation existante (même l’interface MacOS est entièrement reprise à partir des stations Xerox destinées à la mise en page).


    • Internaute Internaute 3 septembre 2007 13:33

      Bon article bien documenté et juste, ce qui est rarement le cas sur ce sujet.

      Autour du thème technique, bien développé il y a deux histoires que je trouve pasionnantes. La premère est celle de Xerox. Voilà une société qui a inventé les deux percées les plus signiticatives de notre époque en informatique à savoir le réseau Ethernet et l’ordinateur moderne avec interface graphique (la machine Lisa). Curieusement cette société n’a pa su en profiter et se retrouve reléguée à n’être qu’un marchand de papier. L’autre est celle de Steve Jobs. Voilà un visionnaire qui crée Apple et conduit son succès fulgurant jusqu’à ce que la concurrence de Windows et des PC ouverts finisse par mettre la compagnie dans le rouge. On décide alors de l’écarter assez sèchement et de faire appel au roi du marketing John Sculley qui était président de Pepsi-Cola. Aprés quelques années sans grand succès Apple se retrouve au plus bas et fait denouveau appel à Steve jobs qui réussi encore une fois et avec d’autres idées à relever la compagnie.


      • Gaolinn Gaolinn 3 septembre 2007 13:38

        Le Lisa est l’ancêtre du Mac issu des laboratoires Apple, lui même inspiré du Star de Xerox issu du PARC (Palo Alto Research Center de Xerox)


      • Harald 3 septembre 2007 17:59

        Non. C’est Michael Spindler qui a planté Apple au début des années 90. J’y étais. :(

        Sculley était un type extra, tout aussi visionnaire que Jobs.


      • Halman Halman 3 septembre 2007 19:46

        Et qu’est ce qu’il faisait Engelbart avec sa souris en 1963, du tricot ?


      • chams 3 septembre 2007 13:37

        Hypercard un gestionnaire de cartes de visites ??? vous etes sur d’etre dans les ntic ?


        • Gaolinn Gaolinn 3 septembre 2007 13:41

          HyperCard était un système permettant de développer des application sur le principe de « cartes » que l’on empilait. On parle souvent de piles HyperCard pour désigner un programme HyperCard.


        • chams 3 septembre 2007 13:57

          Ben oui

          meme que pour l’epoque c’etait revolutionnaire. N’importe qui pouvait devenir « programmeur »

          enfin bon on est loin d’un freeware qui permets de gerer ses cartes de visite !!!!


        • Harald 3 septembre 2007 18:01

           smiley c’est le truc le plus bidonnant de l’article.


        • stephanemot stephanemot 3 septembre 2007 14:01

          notons une spectaculaire remontée (en % s’entend) de la PDM d’apple ces derniers mois sur les PC, dans l’ombre des succès de l’iPod et de l’iPhone.

          l’ouverture software (ex passerelles vers windows) et hardware (ex processeurs) a dû jouer.

          à méditer pour la suite des événement et l’avenir de ses vaches à lait actuelles.


          • ripouette ripouette 3 septembre 2007 14:15

            Ne jamais oublier que Crosoft a eu pendant des années besoin d’Apple pour ne pa sêtre en situation de monopole sur le marchés des systèmes d’exploitation. D’où les accords du début des années 2000 entre les deux firles après de noubreux procès sur qui a inventé la fenêtre (sic).

            Quand à Apple, sur les produits autres que les ordi, ce sont le rois du pompage tchnologique (et du marketing.) Ils ont réussi à fair passer l’Ipod pour une nouveauté, alors que Archos faisait le même type de produits depuis des années ! C’était juste plus ouvert comme utilisation et ça ne nécessitait pas l’utilisation de la merde sous licence qu’est Itunes, et les produits libres d’utilisation... ils aiment pas chez Apple pire que Microsoft.


          • Gaolinn Gaolinn 3 septembre 2007 14:27

            Les premières version de Word et Excel sont sortie sous Mac bien avant leur avènement sous Windows.

            Avec l’iPod, Apple à « seulement » la ClickWheel qui à la date d’aujourd’hui est la meilleur solution, jamais égalée, pour naviguer dans sa musicothèque. C’est d’ailleur grâces aux brevets si la concurrance n’a pas plagier son principe et qui permet à Apple de faire la course devant.


          • Halman Halman 3 septembre 2007 19:53

            Word existait déjà sous dos et Multiplan, l’ancètre d’Excell aussi.


          • Ram 3 septembre 2007 14:40

            Comme décrit plus haut, je pense que le plus gros du travail a été fait par Xerox nottament en terme de GUI et de réseau. Il est vrai qu’Apple a apporté de nombreuses choses mais rien de révoluttionaire non plus. Sans oublié un OS toujours coopératif jusqu’à la version 9 (une des plus grosses erreurs de la boite). On pourrait faire le même pour Windows ou Linux. Tous les Os, de Solaris à Vista en passant par gentoo ont leur avantages et inconvéniants mais s’addressent à des cibles différentes.

            Mais en ce qui concerne le hardware le PC est incontestablement le grand vainqueur. Même si l’architecture des derniers mac est très interessante les prix sont complètements démesurées. Le prix d’accès du PC est très bas de nos jours et sur le très haut de gamme, Apple ne propose rien d’impressionnant.

            Enfin, même si les ipods n’ont pas volé leur succès (il existe tout de même de solides alternatives), iTunes n’a rien d’un soft prodigieux.

            Cet article est une pub/historique pour Apple, rien de plus. Oui, Apple est un acteur majeur de l’informatique de nos jours. Non, il ne faut pas mettre dans sa bouche les petits cailloux blancs qui jonchent les trottoir de stalingrad et dire que cette firme a inventé le PC.


            • Nobody knows me Nobody knows me 3 septembre 2007 16:11

              Les plus propres = systèmes Unix (Berkeley, FreeBSD,...). Sûr qu’ils ne sont pas faits pour jouer ou parler via MSN... Les plus innovants = MacOS (dont le coeur est un dérivé d’Unix). Les plus plagieurs = MS. On reprend le code existant, on double les allocations de mémoire et le prix de vente...

              Voilà pour le trollage.

               smiley


              • jpv 3 septembre 2007 17:05

                je n’arrive pas à croire qu’un ingénieur r&d ait pu écrire un tel ramassi d’inepties.

                juste une question : si apple est toujours à ce point à la pointe, et le pc toujours à la traine, pourquoi le mac d’aujourd’hui a mis à la poubelle ses années d’évolution pour avoir exactement la même architecture que le pc : même processeur, bus pci, usb etc ...

                et oser dire que la gestion mémoire des mac de 95 était meilleure que celle de windows 95 ..... à mourir de rire.

                au fait, faut se tenir à la page. le dual boot sur les machines pour avoir plusieurs systèmes, c’est fini, on est entré dans le monde de la virtualisation : plusieurs systèmes opérationnels en même temps. on est à la traine, là, chez mac ? ah mais bien sûr, j’oubliais, la virtualisation, chez mac, se fait en piquant les sources de wine sans le dire. mais là, shuuut ...

                bon bref, je n’aime pas cet article.


                • Internaute Internaute 4 septembre 2007 08:32

                  Derrière la bataille Apple-PC se joue aussi (s’est jouée) la bataille Motorola-Intel. Le Mac est réellement inovant car il s’appuie sur une interface graphique que le PC n’a pas et qu’en plus il inclue le Motorola 68000, une machine 32 bits alors que le PC tourne en 16 bits. Les programmes sont plus simples à écrire et ceci doit être l’une des raisons d’Excel sur le Mac. A l’époque dans notre boîte on avait acheté des Mac uniquement parcequ’il y avait Excel.

                  Il faut attendre 1990 pour que les premiers PC 32 bits arrivent sur le marché et encore avec un système qui ne les exploite que en 16 bits. Le premier système de MicroSoft permettant une vraie programmation en 32 bits est NT, c’est à dire Windows XP. Que de retard chez MS ! D’ailleurs, même Vista ne permet toujours pas de gérer correctement la segmentation mémoire et les anneaux de protection du processeur Intel. Le hard a toujours 20 ans d’avance sur le système d’exploitation.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès