Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Comprendre le pic pétrolier

Comprendre le pic pétrolier

Lorsque l’on parle du pic pétrolier ou du pic de production, c’est à la notion de capacité de production que nous faisons appel. Celle-ci a été expliquée dans un autre article.

Tous les gisements de ressources fossiles ou minérales, tels que ceux de pétrole, présentent à peu près le même type d’évolution.

Il y a tout d’abord les découvertes de gisements. La courbe suivante montre que nous avons atteint le pic vers 1960 et que depuis, malgré quelques découvertes occasionnelles, leur nombre et leur importance n’ont cessé de diminuer.

pic1.JPG

Il est évident que nous ne pouvons extraire du sol que le pétrole que nous avons découvert. Il est donc logique que la courbe de production présente globalement le même type de forme.

Après avoir découvert les gisements, vérifié la rentabilité des projets, mis en place les outils d’extraction, la production peut commencer avec quelques années de décalage.

pic2.JPG

Cette courbe de production simplifiée n’est pas très éloignée de la courbe réelle, hormis la période du choc pétrolier de 1973 qui a vu pour la première fois une diminution du rythme de production.

Il y a donc eu, globalement, une augmentation très importante jusqu’à ce jour.

La zone verte située sous cette courbe représente la quantité totale de pétrole qui a été extraite. Nous avons consommé environ 1200 Md de barils, soit près de la moitié des réserves ultimes.

Il n’est donc pas question de dire que nous n’avons plus de pétrole, puisqu’il en reste la moitié ! Mais la question est de savoir quelle forme aura la courbe à partir d’aujourd’hui.

Si nous considérons la capacité de production actuelle (32 Mdb/an) et les réserves prouvées qu’il reste à extraire (1100 Mdb) alors nous pouvons dire qu’il reste environ 35 ans de consommation au rythme actuel.

C’est ainsi que beaucoup estiment le temps qu’il nous reste avant les problèmes : ratio Réserves/Production !

En représentant ce calcul simpliste sur le graphique, nous voyons alors que nous avons un plateau pendant 35 ans et qu’en 2045, du jour au lendemain … il n’y a plus rien !

pic3.JPG


Nul besoin de grande expérience et de connaissances techniques approfondies pour comprendre que cette façon de calculer n’est pas correcte. En effet, dans la réalité, les choses ne sont pas si simples.

Même si nous disposons encore de la moitié des réserves, le pétrole qu’il nous reste sera le plus difficile à extraire. Cela va compliquer sérieusement le travail des compagnies pétrolières et le rythme d’extraction ne pourra plus augmenter.

Il y a donc de fortes probabilités pour que la forme de la courbe ressemble plutôt à cela, c’est-à-dire avec une diminution progressive.

pic4.JPG

La forme exacte est impossible à prédire puisqu’elle dépend de nombreux paramètres. Mais avancer l’argument que nous serons encore tranquilles pendant quarante ans ne semble pas raisonnable.

En effet, la production pourrait passer par une période de stagnation formant une courbe en plateau, ou nous pourrions également, comme en 1973, passer par une grave crise géopolitique ou financière qui viendrait diminuer la demande et ainsi repousser le pic.

Nous avons donc expliqué la forme de la courbe de production :

Elle commence à zéro, passe par un maximum puis redescend vers zéro.

Reste à déterminer quand aura lieu ce maximum, si la diminution sera douce ou brutale, s’il s’agira d’un pic ou d’un plateau.

Le graphique ci-dessous reprend les vingt-deux scénarios de référence actualisés (Agence internationale de l’énergie, OPEC, Total, Exxonmobil, Shell …).

pic5.jpg

 source : http://www.trendlines.ca/

 

On constate alors la très forte croissance de 1950 à 2010, avec une baisse de production de 8 millions de barils par jour lors du choc pétrolier en 1973.

Les prévisions quant à elles varient énormément, du pire scénario donnant une chute brutale dès 2010, au plus optimiste ne prévoyant pas la moindre baisse de production avant 2100.

Cependant, si on regarde la courbe moyenne de ces vingt deux scénarios, elle passe par un maximum de 93 millions de barils par jour (87 Mbd en 2010) en 2022.

On peut supposer que les compagnies pétrolières sont les mieux à même de juger des réserves disponibles et des capacités de production. Or, leurs courbes sont généralement les plus pessimistes.

Certains scientifiques isolés comme le célèbrissime Claude Allègre refusent encore d’y croire, notamment parce qu’il s’agit d’une théorie qui, comme celle du réchauffement climatique, s’oppose de fait à la croissance perpétuelle de notre économie.

L’ASPO s’est donc empressée de répondre publiquement aux affirmations encore et toujours trop rapides de ce personnage, finalement plus médiatique que scientifique.

Je vais conclure en disant qu’il n’y a finalement plus beaucoup d’experts aujourd’hui qui ne sont pas d’accord avec la théorie du pic pétrolier.

Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 11 septembre 2010 15:24

    Bonjour,

    toutes les prévisions de stocks mentaient depuis la dernière guerre jusqu’à ce que cela s’affirme en 73 d’où le choc pétrolier. Le choc suivant de 2005 est entièrement factice, lié aux risques d’échec consécutif à la guerre d’Irak. Dans tous les cas, dans ce domaine tout n’est que spéculations, et l’on sait où cela mène. Mais c’est pour cette raison que deux marques françaises ont poursuivi leurs recherches et sortent un modèle 100 % électrique à la fin de l’année.

    Ce qui parait exact et sur quoi l’on peut s’appuyer est la croissance de la demande, et la difficulté d’extractions futures. Mais c’est là que la Russie sort son atout majeur : " Pour le gaz les cartes sont rebattues en ce moment, la rareté est une notions battue en brèche. Sans que l’on ne connaisse encore l’ampleur des nouvelles réserves de gaz, il semble acquis que l’horizon énergétique de la planète ait une nouvelle fois changé. Les centrales électriques fonctionnant au gaz avaient déjà des couts et des délais de construction attrayants, elles deviendront encore plus attractives grâce au nouveau prix du combustible. Ponctuellement, les prix du gaz spot, 1/3 moins cher que les contrats à long terme européens permettent lorsqu’ils sont introduits dans les formulations de prix (disons 20%) de réduire la facture énergétique. « LesEchos.fr Bon, je n’ai pas vérifié mais rien n’empêche qu’il s’agisse encore de fiction.

    Dans tous les cas, les marchés tiennent le bout de ficelle et tirent dessus à leur envi. Mais le plus grave est que ce sont les privés et bricoleurs alternatifs qui font les plus larges progrès en matière de propulsion électrique sur les vélos et automobiles, et ce sont ces mêmes marchés qui étranglent le monde de l’entreprise afin de racheter les brevets pour des clopinettes, tenant ainsi le futur progrès des nouveaux concepts sous leur pouvoir et à leur profit. Tous les liens sont visibles sur cet article d’aout 2009 : http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/le-progres-du-futur-d-aujourd-hui-60268

    D’ailleurs le fait de ne pas voir de véhicules électrique venir de Chine ou d’ailleurs pour 5.000 euros, mais à 30.000 voire en location au prix d’un appart, démontre, vu que ces véhicules n’ont plus, ni boite de vitesse, ni ligne de transmission et échappement, ni direction, ni eps, abs, cdi, xhs, etc, et que leur conception date d’un siècle avec la » jamais contente ", la mauvaise volonté des autorités et l’abus des pouvoir dominants, rendus capables par la domination pétrolo-dollarienne.

    On s’en fout du pétrole, c’est de la merde...http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-petrole-c-est-de-la-merde-80748 Si vous ne le sentez pas, faites vous greffer un nez.


    • Vladivostok 1919 Vladivostok 1919 11 septembre 2010 16:01

      On s’en fout des bagnoles...

      L’agriculture d’aujourd’hui consomme entre 10 et 20 calories d’origines pétrolière, voire jusqu’à 36 dans le cas des cultures hors sols, pour en produire une seule (alimentaire)..
      Engrais, pesticides, emballages emmanent de la pétrochimie.... cela sans compter ensuite le pétrole dédié aux véhicules agricoles, transports des denrées agricoles..etc

      On s’en tape remarque, on aura de belles bagnoles écolos...
      Faites avec la peinture, de la tuyauterie, des pneux, des tableau de bords, des sièges, fait en... heu... ben en gaz, non ?

      Le pic pétrolier étant finalement un moindre mal comparé à la raréfaction des terres arables.

      PS : Un pneu = 85 litres de pétrole.

      ---------------------------------------------------------------
      LA PERMACULTURE - UN INTÉRÊT ECONOMIQUE - Cliquez pour télécharger.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 11 septembre 2010 18:00

      @Vladivostock...

      " Plus de la moitié du pétrole est consacrée aux transports, en général totalement dépendants de ce liquide. http://www.avenir-sans-petrole.org/ext/http://aspofrance.org/news/reponse-a-claude-allegre Comme il est simple de le comprendre, l’agriculture irraisonnée et l’économie de marché entrainent cette dépendance au pétrole. Toute ce grand système ne se basant que sur l’enrichissement des intermédiaires qu’on appelait autrefois « pirates », et à l’usage des paradis fiscaux, il va être temps de s’en rendre compte avant qu’ils ne dominent le monde entier. Relisez mes articles vous en serez convaincu. http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-petrole-c-est-de-la-merde-80748 http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-milliardaires-vous-remercient-79022 etc....


    • grandpas 2 octobre 2010 19:13

      en effet, caca le petrole !! et en plus, cela sent mauvais !!
      bref, si on passe le cap de l’emotion pour atteindre celui de la reflexion (maintenant que l’on supprime l’enseignement des sciences ou des techniques à l’education nationale, cela va etre dur..), on se rend compte que l’on depend dans toutes les activités humaines et metiers du petrole (meme les fonctions dématérialisées). toute la société s’est organisée autour (mondialisation, agriculture, deplacement, etc,..) et croire que l’on va mettre des éoliennes sur chaque tracteur ou d’autres renouvelables pour le remplacer frise l’ignorance technique. Le petrole n’est pas utilisé par hasard ou par simple gout des marchés ou des méchantes entreprises capitalistes... il y a une notion d’efficacité, de stockage encore irremplacable pour des dizaines d’années ou siècles.
      les voitures electriques n’est qu’un leurre. as tu calculé combien fallait il de centrales nucléaires pour toutes les faire rouler ? un peu de cours de science et de physique eviterait d’enoncer n’importe quoi dans le domaine energétique.
      on va à notre perte très rapidement lorsque le manque de pétrole va arriver (certains vont comprendre un peutrop tard l’utilité de la taxe carbone..). re organiser la société progressivement etait la seule solution et ne pas penser seulement à sa voiture (c’est l’erreur classique des gens qui n’ont pas d’approche systémique de la société...)
      Faites votre bilan carbone personnel (cela prend 15 mn) . voir google..
      vous allez comprendre où se cachait le petrole dans votre vie, au lieu de discuter de bagnoles,(debat sans aucun interet...)
      le petrole a permi d’avoir la société du temps libre : études longues, retraites, activités annexes (littératures, artistiques, etc,..) car les machines bossent à notre place pour que l’on puisse manger et se chauffer sans rien faire. (contrairement à nos arrières grands parents).
      Enfin trop tard !! la fete est finie bientot. tous les pseudos intellos, littéraires, artistes, etc,.. vont etre obligés de repartir bosser dans les champs s’ils veulent manger dans quelques decennies... à ce moment là, on comprendra à quoi servait le petrole et les révolutions industrielles... ou alors ils s’arrangeront pour avoir des esclaves ou larbins à leur services..


    • ffi ffi 11 septembre 2010 21:06

      « le pétrole qu’il nous reste sera le plus difficile à extraire »

      ... Sauf dans le golf du Mexique où il sort tout seul et où il est inarrêtable ...


      • Laury 11 septembre 2010 21:11

        Voila une réponse pour ceux qui ne suive pas les menteurs sur le pétrole :http://www.karmapolis.be/pipeline/petrole.html

        Même si vous passé pour un conspirateur,cette version est au moins aussi crédible que celle qui veux simplement vendre du pétrole le plus cher possible !!!!
        A vous de voir cela annule tout les graphiques de cet article


        • jjwaDal jjwaDal 12 septembre 2010 08:23

          Il est fort aisé de prouver la thèse de pétrole d’origine abiotique et ceux qui affirment que l’essentiel du pétrole (sinon la totalité) provient de cette source peuvent invalider la théorie dominante (végétaux décomposés) en mesurant simplement le rapport des isotopes du carbone dans les hydrocarbures. La vie préfère les isotopes légers pour ses fabrications.
          Si le pétrole de nombreux puits (tous ?) vient du tréfond de la Terre, une petite analyse et on démontre que le rapport C12/C14 n’est pas celui des végétaux qui seraient à l’origine de ce pétrole. Ils n’ont pas jugés utiles de faire la mesure qui trancherait ? Oh, c’est bêta !...


        • Benoît Thévard Benoît Thévard 12 septembre 2010 11:18

          @ Laury,
          Il ne s’agit aucunement de conspiration car je n’ai aucun intérêt dans une théorie plutot qu’une autre. je suis allé voir sur le lien que vous avez envoyé et j’ai déjà lu plusieurs articles qui se basent sur 2 choses : le progrès technologique de l’extraction du pétrole et la théorie du pétrole abiotique. Concernant le premier point, je ne vais pas pouvoir vous démontrer en quelques lignes que les ordres de grandeur des marges de progrès sont sans commune mesure avec le déclin à venir de la production. Même si nous progressons, cela ne sera pas en mesure de compenser le manque.

          Les américains ne croyaient pas à ce genre de courbe avant de constater le déclin de leur propre production. Ils ont du faire avec (ou plutôt sans ...)

          Après, il est possible de croire une théorie plutôt qu’une autre, et je dois avouer que je n’ai jamais mis le nez sous la terre pour aller observer les puits pas moi même ! c’est pourquoi je suppose que les experts, ingénieurs et professionnels du pétrole sont les mieux à même de savoir ce qu’il y a vraiment sous le sol. C’est pourquoi je m’intéresse particulièrement à leurs propos et rapports, y compris ceux qui sont à la retraite et qui n’ont plus d’intérêts particuliers.

          Je suis par ailleurs en train de m’informer sur la théorie du pétrole abiotique auprès de groupes de recherche spécialisés pour savoir si c’est techniquement possible que le pétrole soit stable à de telles pressions et températures. Il semble que ce ne soit pas gagné mais je ferai un nouvel article lorsque j’en saurai plus.

          Mon objectif est d’informer et d’expliquer, pas de conspirer !
          Imaginez une minute que la théorie que j’explique dans cet article soit réelle, et que personne ne soit informé ou préparé ....
          Pensez-vous vraiment que cela vaille le coup de prendre le risque alors qu’il est possible de diminuer notre dépendance dès aujourd’hui ?


        • jjwaDal jjwaDal 11 septembre 2010 21:18

          La consommation de pétrole ayant notablement augmentée entre 1960 et 2010 (facteur 2) la courbe d’épuisement des réserves risque d’être nettement plus pentue pour descendre la colline que pour la monter...
          Le peak-oil semble inévitable malgré les contremesures (véhicules électriques, pétroles et gaz non conventionnels, agrocarburants, liquéfaction du charbon). Les ajustements seront probablement très rudes, car très peu anticipés.


          • Katinka 12 septembre 2010 11:18

          • Deneb Deneb 12 septembre 2010 08:46

            L’absence de pétrole va être sans doute douloureuse. Les nanotechnologies sont pour le moment la parade suscitant le plus d’espoir. Il y aura une révolution des matériaux, semblable à celle de l’avènement des matières plastiques il y a un demi-siècle.

            L’apect energetique de la diminution des ressources petrolieres est à mon avis un faux problème. De l’energie, il en existe autant que l’on veut, il suffit de l’apprendre à l’exploiter. Quand je vois les vagues se briser contre les rochers, un tremblement de terre, une eruption volcanique, je me dit qu’il est un devoir pour l’humain d’en tirer l’energie dont il a besoin, en se servant de ce qui le différencie des animaux : c’est l’ingéniosité. Peut-être que les Humains réaliseront enfin le vieux rêve de Nikola Tesla : exploiter l’énergie du champ magnétique terrestre, generé par les courants dans un océan de métal en fusion au centre de la Terre. Inépuisable si l’on arrive à s’en servir.

            On n’aura plus de pétrole, on ne pourra donc compter que sur les idées. Ce n’’est peut-être pas plus mal...


            • Katinka 12 septembre 2010 11:15

              Pétrole pour le consommateur lamda, c’est synonyme de BAGNOLE.

              La BAGNOLE sera bientôt électrique ou magnétique. Les technologies sont prêtes mais pour les substituts ?

              quels substituts pour les matières dérivées du pétrole - Forum Environnement, développement durable et écologie 


              • grandpas 2 octobre 2010 19:24

                en effet, caca le petrole !! et en plus, cela sent mauvais !!
                bref, si on passe le cap de l’emotion pour atteindre celui de la reflexion (maintenant que l’on supprime l’enseignement des sciences ou des techniques à l’education nationale, cela va etre dur..), on se rend compte que l’on depend dans toutes les activités humaines et metiers du petrole (meme les fonctions dématérialisées). toute la société s’est organisée autour (mondialisation, agriculture, deplacement, etc,..) et croire que l’on va mettre des éoliennes sur chaque tracteur ou d’autres renouvelables pour le remplacer frise l’ignorance technique. Le petrole n’est pas utilisé par hasard ou par simple gout des marchés ou des méchantes entreprises capitalistes... il y a une notion d’efficacité, de stockage encore irremplacable pour des dizaines d’années ou siècles.
                les voitures electriques n’est qu’un leurre. as tu calculé combien fallait il de centrales nucléaires pour toutes les faire rouler ? un peu de cours de science et de physique eviterait d’enoncer n’importe quoi dans le domaine energétique.
                on va à notre perte très rapidement lorsque le manque de pétrole va arriver (certains vont comprendre un peutrop tard l’utilité de la taxe carbone..). re organiser la société progressivement etait la seule solution et ne pas penser seulement à sa voiture (c’est l’erreur classique des gens qui n’ont pas d’approche systémique de la société...)
                Faites votre bilan carbone personnel (cela prend 15 mn) . voir google..
                vous allez comprendre où se cachait le petrole dans votre vie, au lieu de discuter de bagnoles,(debat sans aucun interet...)
                le petrole a permi d’avoir la société du temps libre : études longues, retraites, activités annexes (littératures, artistiques, etc,..) car les machines bossent à notre place pour que l’on puisse manger et se chauffer sans rien faire. (contrairement à nos arrières grands parents).
                Enfin trop tard !! la fete est finie bientot. tous les pseudos intellos, littéraires, artistes, etc,.. vont etre obligés de repartir bosser dans les champs s’ils veulent manger dans quelques decennies... à ce moment là, on comprendra à quoi servait le petrole et les révolutions industrielles... ou alors ils s’arrangeront pour avoir des esclaves ou larbins à leur services.
                en tout cas, croire que les volcans, rivières, etc,.. vont regler les problèmes graves d’ici une dizaine d’années frise l’utopie . tout n’est qu’une histoire d’ordre de grandeur. calculez vos consomations annuels et comparez avec celles fourniés par les éneergies renouvellables du type eoliennes, le panneau sur le toit, etc,... vous risquez d’etre calmés dans le résultat...
                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès