Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Confirmation de l’origine extraterrestre de la vie ?

Confirmation de l’origine extraterrestre de la vie ?

Et autres brèves de biologie...

- Confirmation de l’origine extraterrestre de la vie ?

La confirmation de l’origine extraterrestre des bases de l’ARN et de l’ADN signifie à la fois que la vie devrait être à peu près la même partout (notamment sur Mars), mais cela renforce aussi l’hypothèse de l’origine informationnelle de la vie (par reproduction et sélection) plutôt que l’hypothèse métabolique par "auto-organisation".

En analysant des molécules d’uracile et de xanthine (éléments présents dans l’ARN) extraites de la météorite de Murchinson qui s’est écrasée en Australie en 1969, les auteurs apportent la preuve d’une origine exogène. Les résultats démontrent en effet que les nucléotides contiennent une forme de carbone lourd qui ne peut être synthétisée que dans l’espace.

Au début de l’histoire de la Terre, entre 3,8 et 4,5 milliards d’années, notre planète a connu un bombardement météorique intense. Cet apport massif de matériel, estimé à 10e9 kg, a sans doute contribué à l’émergence de la vie. Une explication d’autant plus plausible qu’à l’époque, où sont apparues les premières formes de vie, les conditions terrestres n’étaient pas favorables à une synthèse « locale » de nucléotides.


On a appris aussi que les premiers continents subissaient des pluies acides provoquant une érosion très forte faisant disparaître toute trace de cette époque bien plus favorable à la vie que ce qu’on croyait, il y a vingt ans.

- De la glace sur Mars

Il y a quelques jours, les scientifiques hésitaient encore entre la présence de sel ou de glace pour expliquer l’aspect blanc brillant des tranchées creusées dans le sol martien. La seconde hypothèse tend à se confirmer.

Deux hypothèses étaient retenues par les chercheurs. Cette substance blanche pourrait être du sel, autrefois abondant dans les océans martiens, ou bien de l’eau sous forme de glace.

Il existe cependant un moyen simple de trancher : attendre, pour voir si ce dépôt blanchâtre va se sublimer au soleil et, dans ce cas, il s’agirait de glace, ou s’il restera en place, confirmant sa composition saline. Les images ont tranché.

- Mars propice à la vie

La Nasa révèle que le premier échantillon de sol prélevé par le bras robotisé de la sonde Phœnix contient des éléments nutritifs non organiques : magnésium, potassium, sodium et chlorure.

Ces données, affirment les experts de la Nasa, indiquent que le sol de Mars est un milieu dépourvu de toxicité et qu’il contient ce qui paraît être nécessaire pour que la vie puisse exister dans le passé, le présent et le futur.

Voir aussi Futura-Sciences

- Les sondes martiennes ont-elles fécondé la planète Mars ?

Il est aujourd’hui démontré, grâce aux missions américaines et européennes (Mars Odyssey, Mars Global surveyor, Mars Express entre autres), que le sous-sol martien renferme d’énormes quantités d’eau et vraisemblablement d’eau liquide à une certaine profondeur. Ces conditions sont très favorables à certaines formes de vie, même terrestres. Des découvertes récentes ont même montré que des organismes prolifèrent dans les sédiments terrestres ou sous la glace, dans un milieu ressemblant au sous-sol martien.

A force de chercher la vie sur Mars, les sondes spatiales risquent surtout de la lui apporter... Ce qui était un doute il y a quelques années est devenu une certitude. La stérilisation des engins spatiaux ne peut pas être parfaite, comme l’ont démontré des tests effectués dans les salles stériles de la Nasa. Environ un milliard d’organismes vivants ont probablement déjà fait le voyage jusqu’à Mars ! Et les conditions, certes difficiles, ne sont pas mortelles pour les plus résistantes des bactéries...

Si la plupart des bactéries périssent sous l’effet des radiations, le JPL en a isolé une, Bacillus pumilus, une espèce très répandue capable de résister là où toutes les autres disparaissent. Une véritable petite martienne d’adoption…

- Des "nanobactéries" vivent depuis 120 000 ans sous la glace !

A plus de trois kilomètres de profondeur, une équipe américaine a découvert au Groenland une population de bactéries minuscules vivant là depuis cent vingt millénaires...

A cette profondeur, les conditions sont tout sauf hospitalières. La température descend à -9 °C, l’oxygène disponible est rare (moins de 3 %)...

La flore récupérée par les chercheurs contient au moins une dizaine d’espèces, qui présentent une caractéristique commune : les micro-organismes sont minuscules. Pour la plupart, leur taille est inférieure au micron, alors que les bactéries mesurent en général entre 1 et 10 microns. Beaucoup, même, traversent les filtres dont les pores n’atteignent que 0,2 micron.

Beaucoup soulignent que ces organismes vivent très bien dans un milieu qui est très similaire au sous-sol martien.

- Le secret des cellules souches

Ce qui permettrait aux cellules souches d’être pluripotentes, c’est une suractivation de leurs gènes, surtout les facteurs de transcription et les protéines responsables de l’ouverture des 2 brins d’ADN, cette forme relâchée permettant l’accès à l’ensemble du génome alors que c’est le repliement de l’ADN qui rend inaccessible certains gènes dans les autres cellules et sélectionne ceux qui seront exprimés.


 

- "Cerveau" droit et gauche chez les abeilles

Les résultats de cette expérience suggèrent que l’antenne droite et les structures cérébrales dédiées constituent la base de la mémoire temporaire à court terme alors que la gauche est dévolue à l’apprentissage à long terme. Selon les auteurs, cette division cérébrale, retrouvée chez une grande partie des animaux, serait essentielle au bon fonctionnement de la mémoire.




Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (64 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Avatar 8 juillet 2008 13:44

    C’est toujours avec autant de plaisir que je lis vos brèves sur la science.

    L’origine exogène des "briques" de vie me questionne sur le point de départ de ses météorites "taxis"...

    A moins que ces dernières ne soient stériles à leur création (collision) et ne se chargent en matériel que durant leur voyage.

    Quant aux sondes spatiales qui "contaminent" les astres ou elles se posent avec des éléments terriens, cela vérifie encore l’adage qui veut que le fait d’observer modifie toujours la réalité du phénomène.




    • Jean Zin Jean Zin 8 juillet 2008 16:18

      Je n’ai aucune idée de comment les constituants de l’ARN peuvent se former dans l’espace, sinon que tout est possible ! Il ne faut pas croire qu’on aurait des êtres vivants dans ce cas, seulement les constituants de base difficiles à synthétiser sur Terre. Il ne faut donc pas aller trop vite en besoigne, mais c’est déjà beaucoup. J’indique les conséquences possibles, pas ce qui est déjà bien établi ! La découverte là, c’est que le carbone impliqué est d’origine stellaire, donc ce n’est pas une contamination par une autre planète où il y aurait de la vie, ce sont les bases de l’ARN qui tombent du ciel !


    • hans lefebvre hans lefebvre 8 juillet 2008 13:58

      Juste une petite remarque concernant l’assertion suivante que vous faites en introduction : "mais cela renforce aussi l’hypothèse de l’origine informationnelle de la vie (par reproduction et sélection) plutôt que l’hypothèse métabolique par "auto-organisation". Ne pensez-vous pas qu’il serait envisageable que l’origine et la diffusion de la vie soit due à une combinaison de ces deux mécaniques, l’informationnel et l’auto-organisation s’emboitant mutuellement (mutualisant leur potentiel) ? Je ne peux imaginer qu’il soit mis fin aux travaux de Prigogine ou de Capra, l’auto-organisation, et le tâtonnement qu’elle implique, me semblent parfaitement compatibles avec l’informationnel. En outre, je me rappelle d’une expèrience extrêment troublante réalisée avec de petits robots mécaniques (sans aucun échange d’information) que l’on réunissait dans un espace clôt et qui finissaient toujours par se rassembler en une seule entité.....


      • Jean Zin Jean Zin 8 juillet 2008 16:11

        Bien sûr qu’il y a combinaison des 2 processus. Simplement l’hypothèse métabolique postule que le métabolisme s’auto-organiserait on ne sait comment pour se reproduire ensuite, on sait encore moins comment alors que l’hypothèse informationnelle postule au départ la reproduction (des ARN autocatalytiques couplés à une protéine sans doute), sélectionnés ensuite par l’environnement jusqu’à constituer un métabolisme performant. L’auto-organisation y a évidemment une part mais ce qui manque à l’auto-organisation c’est la capacité de mémoire et donc de complexification au-delà d’un certain seuil. L’auto-organisation est un fait, il n’y a pas à revenir dessus, mais ce n’est pas le miracle qu’on a cru ni la bonne à tout faire de tout ce qu’on ne comprend pas. Il faut surtout éviter de croire que l’auto-organisation c’est la vie, en oubliant sa part génétique ! La vie ce sont des flux de matière et d’énergie contrôlés par des flux d’information qui permettent de vivre, c’est-à-dire de lutter contre la mort ou l’entropie par une activité incessante.

        Voir : Les limites de l’auto-organisation :
        http://jeanzin.fr/index.php?2008/01/16/125-les-limites-de-l-auto-organisation

        et L’origine de la vie :
        http://jeanzin.fr/ecorevo/sciences/originvi.htm


      • hans lefebvre hans lefebvre 8 juillet 2008 20:42

        Merci pour votre réponse, dés lors j’acquiesse à vos propos. Je me permets d’insiter sur les travaux de Capra, avez-vous lu ses écrits ? Je le trouve particulièrement pertinent, notamment dans son approche combinée qu’il nomme "écologie complexe". Dans ce sens, je ne peux que recommander aux curieux de se pencher sur "la toile de la vie" aux éditions du Rocher.


      • hans lefebvre hans lefebvre 8 juillet 2008 20:44

        Bien évidemment j’ai lu Christian de Duve, il est très limpide, même pour les non scientifiques de formation, ce qui est mon cas.
        Cordialement


      • GéraldCursoux Cursoux Gérald 8 juillet 2008 14:13

        Bravo et merci.
        Une qustion : à dégfaut de pouvoir émigrer vers d’autres planètes telluriques (trop loin...) ne serait-il pas intelligent de les ensemencer en y envoyant des bactéries ? A supposer qu’elles en soient dépourvues... ce qui reste à prouver (c’est renverser la question).


        • Jean Zin Jean Zin 9 juillet 2008 09:42

          Mon opinion, c’est qu’il y a déjà de la vie partout où c’est possible mais ce qui manque la plupart du temps ce sont les milliards d’années d’évolution nécessaires pour avoir des êtres évolués (multicellulaires). Pas la peine d’ensemencer le cosmos, donc, qui le fait déjà tout seul !


        • Vincent 8 juillet 2008 16:13

          Je n’y connais pas grand chose en p’tites bestioles microscopiques, mais votre article est très intéressant, clair et concis, j’aime ça.
          continuez svp


          • JL JL 8 juillet 2008 18:04

            Bonjour, vous dites : ""La confirmation de l’origine extraterrestre des bases de l’ARN et de l’ADN ... renforce aussi l’hypothèse de l’origine informationnelle de la vie (par reproduction et sélection) plutôt que l’hypothèse métabolique par "auto-organisation".""

            Je trouve que cette façon de conclure rapidement donne du grain à moudre aux créationnistes et autres pro-ID. En effet, pourquoi exclure la possibilité de l’auto-organisation au prétexte qu’une partie des ’ingrédients’ aurait été importée ?

            Je ne comprends pas comment certaines théories, conclusions, affirmations, expériences sont d’emblée acceptées par la communauté scientifique, et en revanche, des découvertes ou des travaux très sérieux n’arrivent à s’imposer qu’après une longue bataille.

            Ou plutôt, si, je comprends très bien : dans "Pour la Science" du mois dernier ou du mois d’avant, un olibrius qui y avait écrit un article ’savant’ soutenait mordicus pour l’illustrer, la chose suivante :

            "Dans le jeu télévisé des trois portes dont l’une cache un trésor, lorsque le candidat a choisi une porte, l’animateur ouvre l’une des deux portes restantes, et voyant qu’elle ne cache pas le trésor, propose au candidat de changer son choix. La plupart du temps ceux-ci refusent et ils ont tort. En effet disait-il, l’autre porte a deux fois plus de chance de réceler le trésor" que celle qu’a choisi le candidat.

            Et il faisait une ’démonstration’ à sa manière, erronée bien entendue, comme chacun peut le vérifier en s’y référant.






            • Jean Zin Jean Zin 8 juillet 2008 18:40

              Il n’y a pas de place pour un Dieu quelconque, encore moins pour un dessein intelligent dans une chimie sélective au départ et une évolution aveugle ensuite, par essais et erreurs parce qu’il n’y a pas de dessein préconçu justement, pas de savoir préalable, pas de plan ni d’avenir déterminé à l’avance. L’évolution par sélection est une causalité descendante par interaction avec le milieu, le contraire d’une création divine. Il y a auto-création même s’il n’y a pas seulement auto-organisation.


              • jjwaDal marcoB12 8 juillet 2008 19:36

                La Terre est d’origine extra-terrestre (sauf erreur de ma part) et donc la vie...


                • HELIOS HELIOS 8 juillet 2008 21:33

                  J’aimerai revenir sur un detail.... qu’est ce que c’est le "carbone lourd" dont vous evoquez la participation ?

                  Parceque, moi, je connais les divers isotopes courants du carbone - le "normal" est le carbone 12, les autres dont le plus connu servant a la datation est le carbone 14, evidement plus lourd et quelques autres a durée de vie extrèmement courte n’apparaissant que lors de "catastrophes" physiques tous radioactifs naturellement.

                  Chimiquement parlant ils sont tous parfaitement identiques du plus leger au plus lourd... et la vie, c’est de la chimie.
                  Alors, si vous pouviez me donner une petite explication.....


                  • Jean Zin Jean Zin 9 juillet 2008 09:24

                    Je n’ai pas accès à l’article original mais il semble bien que ce soit du carbone 13 (qui est stable). Je n’en sais pas plus...


                  • HELIOS HELIOS 9 juillet 2008 11:30

                    Effectivement, le carbone 13 est un isotope stable dont le taux est voisin de 1,1%. On en parle tres peu, car sa stabilité et son ABSENCE de differentiation chimique la rendent inutile.

                    Les isotopes en général ne sont differentiables que dans la cadre d’un usage physique, comme la resonnance magnetique nucleaire, le marquage de cristaux, bref tout ce qui touche a la manipulation des noyaux, qui comme vous le savez ne participent pas aux reactions chimiques evoquées dans le cadre de compositions d’ARN ou D’ADN.

                    La discretion de ce carbone est a la mesure de sa vulgarité... pourtant d’aucun se pose la question sur son origine, compte tenu justement de sa stabilité. En particulier il existe des scientifiques qui cherchent a tout prix a expliquer la provenance de cet isotope (et bien d’autres) par une creation exterieure a la terre, ce qui facilite leur positionnement "philosophique". ainsi, trouver une proportion de c13 superieure dans des molecules ARN ou ADN evoquerait instantanement une signature extraterrestre.


                  • Crimson Crimson 8 juillet 2008 22:59

                    Merci énormément pour cet article scientifique d’une très grande richesse, même si je tilte sur certains passages qui me paraissent un petit peu trop "l’ADN existe ici, l’ADN existe là-bas, donc ils ont origine commune" ...

                    Il n’existe au degré de connaissance biologique actuelle aucun modèle effectif de la Vie autre que celui que nous connaissons. Il se peut donc très bien que la vie ne puisse exister que sous le modèle que nous connaissons, ou bien qu’il soit le plus probable/viable.

                    Par contre, j’ai viré au quasi-arrêt cardiaque en lisant le sieur JL :
                    "Dans le jeu télévisé des trois portes dont l’une cache un trésor, lorsque le candidat a choisi une porte, l’animateur ouvre l’une des deux portes restantes, et voyant qu’elle ne cache pas le trésor, propose au candidat de changer son choix. La plupart du temps ceux-ci refusent et ils ont tort. En effet disait-il, l’autre porte a deux fois plus de chance de réceler le trésor"

                    Cette assertion n’est en effet pas erronée comme vous le prétendez comme bon nombre de mathématiciens tout aussi en erreur mais bel et bien exacte.
                    En effet, au départ de l’expérience, il y a 1 chance sur 3 de trouver la bonne porte, et 2 sur 3 de se tromper. Quand l’animateur ouvre une porte, la dernière porte garde cette probabilité de 2/3. Ne voyez pas la situation finale comme une bête application des lois probabilistes mais considérez le tout en tant que "gain d’information", et vous verrez qu’il faut effectivement changer de choix ;).

                    Probabilistiquement vôtre.


                    • Hermes Hermes 9 juillet 2008 12:05

                      Bonjour,

                      Les probabilités disent probablement la vérité la vérité (encore faut-il préciser, voir ci-dessous), mais comme elles ne s’appliquent qu’aux grands nombres et qu’on ne joue qu’une fois, elles sont ici inefficaces pour le joueur : chaque tirage individuel reste aléatoire. Si le joueur devait jouer à toutes les émissions, il y aurait (peut-être) un intérêt pour lui à changer de porte. Sinon aucun.

                      Attention au glissement sémantique aussi : de quelle probabilité parle t’on en final, de celle de trouver la bonne porte parmi les 3 initiales ou parmi les deux restantes. ce n’est pas la même chose. Les matheux ne changent pas d’énoncé en cours de raisonnement, mais dans la réalité on change l’énoncé en permanence. C’est ce qui rend le réel si difficile à modéliser.





                    • finael finael 8 juillet 2008 23:04

                       Les études scientifiques, pour peu qu’on prenne la peine de les lire en détail et pas uniquement leur résumé, sont loin d’être affirmatives. Elles proposent des hypothèses de travail et, pour certaines des voies possibles pour les vérifier.

                       Par exemple, dans le dernier "Ciel et Espace" un chercheur (ou plus exactement une équipe de chercheurs) estime que l’on n’a pas envoyé les bons appareils - à leur avis - sur Mars pour y trouver la présence d’une forme de vie purement martienne.

                       De plus l’hypothèse d’une origine extraterrestre de la vie sur Terre ne répond pas à la question : Comment la vie est-elle apparue ?

                       Mais il n’y a pour l’instant que sur Terre qu’on peut en étudier l’évolution sur plus de 3 milliards d’années.


                      • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 8 juillet 2008 23:16

                        De là à penser que ce sont les martiens, développés à partir des bactéries que nous avons exportées, qui, après plusieurs millions d’années ont développé une civilisation capable de remonter dans l’espace-temps afin d’inséminer la terre il y quelques millions d’années ... !

                        Qui sommes-nous vraiment ?


                        • zoé 9 juillet 2008 00:13

                          J’avoue que l’article m’a un peu perturbée. Je ne savais pas que les sientifiques envisagaient serieusement que l’apparition de la vie sur terre pouvait avoir une cause exogène ( je n’ose dire extraterrestre ). Cette thèse correspond à la cosmogonie du peuple dogon qui vit au Mali


                          • Jean Zin Jean Zin 9 juillet 2008 09:36

                            Cela fait longtemps que l’hypothèse d’une origine extra-terrestre de la vie a été formulée. C’est ce qu’on appelle la "panspermie". J’étais assez réticent car cela me semblait une hypothèse inutile, la vie ayant pu se développer toute seule sur Terre. Cependant, dès lors qu’on a confirmation qu’on trouve les bases de l’ARN dans des météorites, il faut bien en tenir compte. Ce n’est pas tout-à-fait la panspermie car ce ne sont que les constituants de base qui viennent de l’espace et, pour l’instant, l’hypothèse que la vie s’est formée localement reste la plus probable même si on ne peut pas exclure que des micro-organismes, vivants cette fois, nous soient venus de Mars. Même sans cela, le fait qu’on trouve les composants de l’ARN dans le cosmos est de grandes conséquences puisque cela permet de penser que les bases de la vie sont les mêmes partout (chimie organique basée sur le carbone et non sur d’autres atomes comme on a pu le supposer, il faut dire que le carbone est exceptionnel dans ses capacités de liaisons chimiques).


                          • gecko gecko 9 juillet 2008 08:40

                            vivement qu on aille foutre le bordel sur mars pour essayer d y habiter ! blague a part j’aime bien lire vos articles


                            • chria chria 9 juillet 2008 10:50

                              Je ne vois pas en quoi il y a un risque à dire qu’il n’y a pas de "créateur" au sens où nous l’entendons. Cela voudrais dire qu’il faut se cacher si l’on ne croit pas en un Dieu ? Enfin je déforme peut-être vos propos, mais moi aussi je suis tolérant, or beaucoup de religieux ne le sont pas, il croient souvent détenir la vérité, mais ce genre de recherche nous montre qu’il faut être très humble.

                              Pour continuer sur l’article, je pense que chaque planète subit très tôt dans son existence un bombardement météoritique qui amène les briques de la vie par des molécules organiques. Ensuite, la complexité se développe, contrainte par des facteurs limitants, et la vie apparaît ou non en fonction des évènements. Nous ne sommes bien sûr pas la seule planète colonisée. Le fait que mars ou même vénus est pu un jour abriter la vie lorque les conditions furent meilleurs (ou même dans le futur si on les terraforme) montre que la probabilité est très grande de l’extension de la vie dans l’Univers. Notre petitesse nous empêche de le voir, mais un jour, on verra peut-être...

                              Mais pourquoi toute cette mise ne scène ?
                              Pas de réponse pour l’instant. Faut-il en inventer une, et à défaut se réfugier dans les bras d’un Dieu tout puissant pour se sentir en sécurité face à cet insondable vide ?

                              Je ne crois pas aux réponses que j’invente...
                              Et la foi n’est pas une preuve.
                              Alors laissez le bénéfice du doute, messieurs les créationnistes. Laissez-nous rêver.


                            • Yohan Yohan 9 juillet 2008 09:01

                              Merci pour cet article, extrèmement intéressant. Intuitivement, j’ai toujours penché pour des hypothèses de ce genre


                              • chria chria 9 juillet 2008 10:13

                                Merci pour cet article

                                Sinon on peut aussi se référer à la découverte de "cousines" des acides aminés dans les nuages interstellaires, soit plus de 140 molécules organiques trouvées dans l’espace...

                                Ou encore voir l’expérience de Miller : atmosphère de méthane, d’ammoniac et d’hydrogène, un ballon rempli d’eau simule un océan primitif (l’eau est chauffée par une résistance, ce qui contribue à enrichir l’atmosphère en vapeur d’eau), deux électrodes, qui servent à produire des éclairs, fournissent l’énergie au système. Après une semaine de fonctionnement, différents composés organiques dont des acides aminés précipitent au fond du ballon...

                                Si l’univers est un macrocosme, alors nous sommes ces enfants.
                                Changeons d’échelle...


                                • Francis Francis 9 juillet 2008 10:56

                                  A propos de la confirmation de la présence de flotte sur Mars par Phoénix, j’ai quand même un gros doute sur le sérieux de la découverte : si j’ai bien suivi, la sonde s’est posée à quelques encablures du Mont Olympe (le pôle nord), or, que je sache, il caille sévère sur Mars, et la température ne dépasse le 0°C qu’au niveau de l’équateur, pendant la période estivale. Si j’ai bien suivit mes cours de physique à l’école, l’eau ne s’évapore qu’à partir d’un nombre de degré relativement élevé, donc, comment la flotte se trouvant à coté de la sonde a t’elle pu s’évaporer ?


                                  • HELIOS HELIOS 9 juillet 2008 11:47

                                    Il me semble avoir lu, que la mesure des temperatures sur mars se faisait a l’aide de capteurs infrarouges, comme dans l’espace, qui ne donnent evidement pas de temperatures d’ambiances precises, mais la remperature moyenne de la zone considérée. un peu comme la tache d’une lampe torche dans le noir. plus la tache est petite, plus c’est precis.

                                    Dans le cas que vous evoquez, rien ne dit que localement, selon l’exposition, la temperature ne puisse pas augmenter beaucoup plus pendant une periode d’exposition. Sur terre, vous pouvez avoir du givre au petit matin autour de 0° qui va s’evaporer sans vraiment que la temperature monte a plus de 2 ou 3°.
                                    Compte tenu de la faible pression athmosperique de mars l’evaporation est fortement facilitée.

                                    On peut considerer donc que tres localement, par exemple sur un rebord exposé plus perpendiculairement aux rayons, dans des conditions d’aerations adaptées, des taches de givres apparaissent prouvant ainsi une evaporation et une condensation, donc la preuve de la presence d’eau.

                                    Ceci est une explication, je ne suis pas allé voir comment cela se passe


                                  • Bof 9 juillet 2008 11:58

                                    @ Jean ZIN : Vous écrivez : " il y a déjà de la vie partout où c’est possible mais ce qui manque la plupart du temps ce sont les milliards d’années d’évolution nécessaires pour avoir des êtres évolués (multicellulaires)."

                                     Puisque j’admire beaucoup vos commentaires, je me permets de vous dire que je ne comprends pas pourquoi vous stoppez l’évolution aux êtres multicellulaires . S’ il y a une évolution Naturelle, au delà de notre Régne Humain, il doit exister un monde que nos amis orientaux nomment ’éthérique’ que nos scientifiques semblent noter ’ vide quantique’ ou quelque chose d’autre.

                                     Si nous restons avec le monde éthérique et ses corps ’donc ces corps éthériques ’ , ils seraient l’interface entre nos corps physiques denses et nos corps qualifiés de ’supérieurs’ comme notre corps du bas-mental (désirs, émotions et l’affectivité) ,notre corps du mental concret dont l’ensemble de ces trois corps constitueraient notre personnalité ET notre mental supérieur.

                                     L’ensemble de notre évolution serait autogérée par l’interaction de ces corps supérieurs sur notre forme ?

                                     Ceci montrerait que l’évolution de la Vie à travers l’espace et le temps est éternelle et qu’il n’y a qu’ une Vie. Le passage dans le règne Humain Physique Dense ne serait alors qu’une étape dans l’évolution de la Vie . Au même titre que le passage dans les règnes minéral, végétal, animal et Tout Type d’Humain dans son stade d’évolution pour ensuite évoluer vers des mondes plus subtilset peut être en final retourner à sa source et redonner naissance à de nouveaux cycles de Vie. Chaque créateur dans ce cas serait responsable de ’ sa ’ Création puisqu’elle n’aurait pour seul but que de retourner à son créateur mais accomplie ? Ainsi ....l’espace et le temps n’ existent pas pour la Vie mais pour la Forme qu’elle traverse.... ..... !!!!! ... ?????


                                    • Bof 10 juillet 2008 08:32

                                      +++ Voici une information parue dans Yahoo à l’éphéméride du 10 juillet 2008 :

                                      2003 — Découverte de la planète la plus vieille et la plus éloignée jamais observée, une immense sphère gazeuse âgée de 13 milliards d’années et distante de 5.600 années-lumière

                                      Il parait donc évident que nos scientifiques ont déjà admis qu’il existe plusieurs formes dans notre cosmos : solide , liquide et gazeuse et donc>..... ?


                                    • chmoll chmoll 9 juillet 2008 17:54

                                      g reconnu la trace sur la photo, c des goodyears

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès