Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Contre le contrôle total. Mettre en place des comités citoyens de (...)

Contre le contrôle total. Mettre en place des comités citoyens de vigilance

Alain Cardon, professeur des universités en informatique, retraité et membre du Comité de rédaction d'Europe solidaire, vient de nous adresser un article que nous publions par ailleurs (http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=1405&r_id=. Il est intitulé « Envahissement technologique et science sans conscience » Dans ce texte il actualise, à la lumière des informations disponibles récentes, les avertissements qu'il émet depuis quelques années concernant la mise en place de ce qu'il nomme un système de contrôle total. Nous-mêmes avons attiré l'attention de nos lecteurs sur ce phénomène, dont la gravité ne devrait échapper à personne.

Il serait très important que les habitués d'Agoravox prennent, s'ils ne l'ont pas encore fait, ce phénomène très au sérieux.

JPEG - 42.5 ko
Couvertures de 1984
photo par Colin Dunn https://www.flickr.com/photos/colindunn/
(CC BY 2.0) https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/

Or, contrairement à nos attentes, nos précédentes mises en garde n'ont suscité aucune réaction, ni parmi nos lecteurs habituels, qui se comptent par dizaines de milliers, ni parmi le grand public. Certes nous ne sommes pas considérés comme suffisamment convenables pour être invités, les uns ou les autres, sur les tribunes médiatiques. Mais ces textes sont référencés par les moteurs de recherche et devraient inévitablement alerter ceux s'intéressant de près ou de loin à l'évolution des sociétés contemporaines.

Pourquoi cette indifférence ? La première réponse, la plus simple, est qu'un nombre infime de personnes, tout au moins en France, disposent des connaissances techniques pour comprendre concrètement ce dont il s'agit. Certes l'on trouve dans ce pays des dizaines de millions d'utilisateurs d'ordinateurs, de téléphones intelligents et de tablettes. L'on trouvera bientôt, dans tous les lieux publics, des dizaines voire des centaines de millions d' « objets connectés » dont l'on vante d'ores et déjà l'intérêt pour la facilitation de la vie quotidienne, tant des collectivités que des individus.

Mais fort peu de gens à ce jour se rendent compte des milliers d'informations concernant l'utilisateur que peuvent générer puis mémoriser ces petites machines. L'on se rend encore moins compte de la puissance des logiciels d'intelligence artificielle désormais implantés ou télé-implantables dans ces machines, les transformant en de petits cerveaux artificiels que l'on héberge chez soi ou dans sa poche.

Par conséquent, l'on ne soupçonne pas les flux permanents d'échanges en réseau qui font connaître au reste du monde des données, qu'elles soient ou non juridiquement protégées. L'on soupçonne pas davantage le nombre des centres de pouvoir, économiques et politiques, qui utilisent ces données pour organiser une surveillance, discrète mais efficace des citoyens, ceci où qu'ils soient et quels qu'ils soient. La surveillance, comme l'on peut deviner, est suivie très vite par le contrôle et même par ce que Alain Cardon désigne par le terme de contrôle total. Faut-il rappeler alors la formule de Michel Foucault, « Surveiller et punir ». Il n'est pas de surveillance sans contrôle ni de contrôle sans punition. Les déviants doivent être et seront punis.

« Je ne fais rien de répréhensible ».

Ajoutons que les usagers du web un peu conscients de la puissance des technologies qui se sont mises en place ne s'alarment pas, car ils ne se sentent pas concernés. « Je ne fais rien de contraire aux lois ou au moeurs, je demeure maître de mes achats ou de mes comportements, malgré les connaissances qu'accumulent sur moi les centres de surveillance. La France est un Etat de droit. Rien peut atteindre un bon citoyen ». De plus, se disent ceux qui réfléchissent à ces questions, comment les surveillants et les contrôleurs éventuels pourraient-ils être assez nombreux pour étudier et tirer profit des informations concernant chacun, parmi les milliards d'autres provenant de dizaines de millions de personnes ?

C'est là qu'il serait utile de bien comprendre les démonstrations publiées par Alain Cardon, et relayées par nous ou par quels rares autres « lanceurs d'alerte ». Il existe désormais ce que l'on pourrait appeler un écosystème numérique mondial, fait de données en masses (big data ) disponibles soit au sein de serveurs aux capacités presque infinies, soit transitant au sein des réseaux et pouvant être capturées en temps réel à la demande.

Dans cet écosystème circulent des automates logiciels intelligents capables de se piloter eux-mêmes et de prendre sans instructions extérieures les décisions assurant au mieux leur survie. Il s'agit en fait d'un phénomène de compétition darwinienne connu depuis des millions d'années dans le monde du vivant et ayant abouti, notamment, à ce que l'on nomme l'espèce humaine, dotée de cerveaux capables d'une certaine autonomie au service de leur propre survie.

Bien évidemment, ces logiciels ne prospèrent pas hors d'un environnement politique et économique susceptible de tirer parti des produits de leurs activités et de les aider à se reproduire. S'ils surveillent tout, si bientôt ils contrôleront tout de ce qui se fait dans le monde numérique, ils n'auront pas à eux seuls les capacités pour promouvoir les intérêts des organismes « officiels » en charge du renseignement et du contrôle politique, de l'intelligence économique, de la promotion des achats de biens de consommation. Il faudra qu'ils trouvent des preneurs de leur savoir faire. Ces organismes alors les reconnaitront en tant que bons serviteurs, les valideront et les institutionnaliseront. Ainsi les logiciels et les outils leur servant de support pourront engendrer de nombreux descendants.

Il faut aussi considérer que parmi les utilisateurs des produits de l'activité de ces logiciels autonomes se trouvent de nombreux intérêts malveillants ou criminels, qui utiliseront à leur profit les données, exactes ou inexactes fournies sur les individus.

Des systèmes autonomes

Les sceptiques ne désarment pas pour autant. A supposer que de tels logiciels intelligents se soient mis en place pour tirer parti des big data, il aurait fallu néanmoins que des humains aient initialisé leur naissance. Ces humains pourraient alors être poursuivis s'ils ont enfreint les règles relatives à la protection des données personnelles ou la prévention de leurs usages abusifs.

On peut admettre en effet que les logiciels évoqués ici ne sont pas seulement techniques, ils ont aussi une composante humaine. C'est ce que nous avions personnellement exposé dans un essai consacré à ce que nous avons nommé des systèmes ou des complexes anthropotechnique 2).

Mais là encore, de tels complexes anthropotechniques naissent et de développent en dehors de toute décision sociétale. Depuis que les hominiens se sont associés à des outils, eux mêmes de plus en plus perfectionnés, ils ont généré le développement et la compétition darwinienne de systèmes anthropotechniques dont les individus ne peuvent que constater passivement les services rendus mais aussi les ravages : les armes, les automobiles et désormais les objets numériques, pour ne citer qu'eux.

De plus, Alain Cardon a montré que des logiciels intelligents autonomes peuvent se générer puis se développer sans intervention humaine, voire à l'encontre des réglementations que leur imposeraient les humains. L'exemple le plus connu est celui des logiciels statistico-probabilistes à haute fréquence qui peuvent faire évoluer de leur propre chef les cours en bourse, d'une façon que les professionnels des marchés ne découvrent qu'après coup.

De tels phénomènes ne présentent rien d'étonnant. L'apparition et le développement des cerveaux biologiques et de leurs constructions cognitives collectives n'ont pas été décidés, à quelque stade de l'évolution que ce soit, ni par un démiurge extérieur, ni par des choix conscients et volontaires provenant de tels cerveaux. La science ne les découvre que progressivement, et encore de façon très partielle.

Une prise de conscience collective.

Dans ces conditions, vu l'ignorance ou la sous-estimation des dérives de la société technologique qui s'est constituée et ne cessera de s'étendre, la première riposte à envisager par ceux qui refusent cette dérive pourrait être de proposer, au niveau du grand public, des lieux collectifs où les citoyens pourraient d'abord se procurer les compétences minima nécessaires, ensuite décider de mesures de lutte. Ceci se fait déjà au niveau des communautés d'informaticiens qui développent des programmes susceptibles déjouer l'espionnage en ligne. Mais cette démarche reste confidentielle.

De plus, il ne faut pas se faire d'illusions. Les pouvoirs organisés en Système pour maintenir les citoyens sous surveillance et contrôle ne se laisseront pas faire. Aujourd'hui les articles tel que celui-ci dénonçant le contrôle numérique n'ont, nous l'avons remarqué plus haut, qu'un faible écho, parce qu'ils n'ont aucune diffusion. Ils ne présentent pas de grands risques. Au contraire, ils servent d'alibi : « Voyez comme nous sommes libéraux, diront les Pouvoirs, Nous acceptons les contradicteurs ». Certes, mais si la contradiction s'étendait, elle devrait être éliminée.

La tentation serait donc de se résigner à l'évolution du monde résumée ici. Cette évolution sera à accepter de la même façon que l'on accepte la disparition de ce qui reste du monde d'hier, voire la dérive des continents ou tout autre phénomène de nature méta-historique.

Cependant nous nous sentirions coupables de ne pas essayer d'utiliser tous les outils que nous offre notamment l'internet. L'objectif serait de promouvoir dans la France entière la formation de ce que l'on pourrait nommer des comités de vigilance citoyens. Nous pourrions à notre niveau mettre en ligne des supports d'exposés et didacticiels dépourvus de toute technicité et fournis, en open-source, aux militants décidant de s'impliquer localement dans la formation de tels comités de vigilance citoyens. Parallèlement, des blogs permettant de discuter de ces questions pourraient être encouragés. L'ensemble pourrait alors se développer sur le mode viral, dans le cadre de réseaux échappant à tout contrôle central. Nous en reparlerons.


27/06/2014
Texte en discussion

Notes

  1. Voir notamment Alain Cardon, « Vers un système de contrôle total » Edition Automates-Intelligents 20 octobre 2011, publié en libre accès sous Licence Creative Commons.

  2. J.P. Baquiast. Le paradoxe du Sapiens 2010.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • lermontov lermontov 30 juin 2014 17:04

    Au bout d’un moment, il faut se pose des questions, non ? Comme : quel est le but ? quelle est l’intention ? Qui ?

    En l’occurence, l’objet ne se limite pas aux simples surveillance et contrôle. Il y a toute une partie visant à la manipulation et à la conduite de foule. Un des enjeux est par exemple de pousser à la consommation automatique : c’est le vendeur qui, par des procédés déloyaux (contrôle mental) vous forcera à acheter. Mais il y a aussi des enjeux politiques, pour ne pas dire fasciste.

    Tout le monde travaille à ce genre de choses.

    http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/facebook-a-manipule-les-emotions-de-ses-utilisateurs-pour-une-recherche-29-06-2014-3962777.php


    • lsga lsga 30 juin 2014 17:08

      1984 n’est pas possible.

       
      Plus la technologie évolue, plus elle est complexe, moins elle est contrôlable.
       
      Le summum de la manipulation des foules, c’était les années 30 à 70, quand les seuls médias étaient la Radio, la Télévision, et qu’ils étaient contrôlés par l’État. 
       
      Depuis, Internet a largement démontré que 1984 n’était qu’un fantasme.

      • Kelimp 30 juin 2014 17:18

        Un fantasme, certainement pas.
        Nous sommes déjà contrôlés et pistés partout : achats par CB, en ligne, démarches administratives, déplacements, opinions, ....
        1984 était une douceur par rapport à ce qui se met en place.


      • lsga lsga 30 juin 2014 17:22

        lol

         
        Tout ces relevés dont vous parlez sont anonymes. De plus, ils ne sont pas utilisé à des fins politiques (pourquoi faire ?) mais à des fins commerciales. 
         
        Il n’y a qu’à voir le succès incroyable des théories alternatives sur le 9/11 pour comprendre que les politiques ont complètement perdu le contrôle. 
         
        Avant : au 20h, ils disaient « AMEN », et tout le monde disait « AMEN ».
         


      • lermontov lermontov 30 juin 2014 17:43

        L’autre fois, je veux consulter ma boîte gmail. Il se trouve que je me trouvais derrière un vpn, localisé aux usa. Impossible d’accéder à ma boîte, on me l’interdit. Je me reconnecte plus tard, sans vpn ; un mail de google m’attend. Contenu : ’quelqu’un a voulu accéder à votre boîte depuis un pays étranger ; s’agit-il de vous ?’

        Je n’ai pas répondu mais rien que cette petite aventure suffit à démontrer que tout individu a un profil, un dossier.


      • lsga lsga 30 juin 2014 17:44
        et donc ? 


      • Isga, vous devez vivre heureux car vous êtes un grand optimiste


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 juin 2014 20:39

        Isga,
        Alors, Marx n’a pas un avis définitif sur la question ?

        Bzrezinski s’inquiète du réveil politique des masses« 
        Merdalor, si on peut plus piller les ressources de la planète, organiser des révolutions oranges, financer des mercenaires et envahir des pays souverains tranquillement, c’est la fin des haricots et du dollar... !?

        Les USA ont débloqué des millions de dollars pour analyser les comportements ds citoyens quand ils se regroupent pour se révolter.
        Cela devrait vous intéresser, vous qui prônez la révolution tous azimuts...
         »Le Pentagone se prépare à une rupture civile de masse" à partir d’un article du Guardian


      • lermontov lermontov 30 juin 2014 17:48

        Bah, rien.


        • lsga lsga 30 juin 2014 17:50

          sans rire : la diversité des opinions politiques et la liberté d’expression n’a jamais été aussi importante que depuis la démocratisation d’Internet.

           
          Au passage, un monde 1984 est incompatible avec l’économie de marché. Les USA, qui sont le pays le plus avancé dans le Capitalisme, sont aussi ceux qui ont la liberté d’expression la plus totale.
           
          La manipulation des masses : c’est un truc du 20ème siècle. C’est Old School. 

        • lermontov lermontov 30 juin 2014 18:16

          Qui te dit que l’économie est la finalité ?


        • Wilemo Wilemo 1er juillet 2014 17:19

          Je n’arrive pas à saisir si votre propos est ironique ou non, mais je vous assure que les manipulations sont tout à fait à l’ordre du jour ! Je vous invite à faire un tour du côté de la psycho sociale (que j’ai étudié) ou des sciences neuro-cognitives (que je connais moins). Des milliers d’articles sont produits chaque année, et la connaissance augmente très très vite !

          Alors effectivement, à ma connaissance, c’est plutôt utilisé sciemment à des fins commerciales pures (mais de manière intuitive et empirique par tout bon militant qui se respecte), et d’une manière générale en entreprise, mais c’est simplement parce que notre époque voit la prévalence de l’économique sur le politique, ou plutôt de l’institution privée sur l’institution publique. Ceci dit, les moindres actes de communication de l’Elysée sont pensés, pesés... donc manipulatoires : on va dire telle chose plutôt que telle autre, pour obtenir tel effet. Un agent A détient une information ignorée d’un agent B, et s’en sert pour obtenir un effet par la modification de B : C’est en gros la définition de la manipulation (cf : Beauvois et Joule).
          Mater un mouvement revendicatif, augmenter la productivité ou la satisfaction au travail sans modifier les conditions salariales, diminuer le turn-over ou au contraire favoriser les départs, pratiquer toute conduite de changement, la signature d’une pétition... les utilisations sont nombreuses, et nous gouverne au quotidien, presque à chaque instant. La manipulation, c’est simple : si vous avez le sentiment de l’être... alors c’est que c’est loupé ! Une manipulation réussie ne se voit pas, et c’est ça qui est fort ! Si nous sommes bien manipulés, nous ne le savons pas !
          Le problème n’est pas tant la manipulation d’un point de vue technique, que de celui de l’éthique. Et de cela, les chercheurs s’en occupent bien peu. A comparer au nucléaire, bien pratique pour faire de l’électricité... et des bombes.

          Mais si l’on entend le terme « politique » comme l’analyse et la possibilité d’influer sur le pouvoir qui nous gouverne, alors on constate que les techniques manipulatoires sont au service de ceux qui ont le pouvoir-maître(en l’occurrence, de nos jours, le pouvoir économique), et en prendre conscience serait un acte éminemment politique. 

          Au demeurant, le plus fort levier de manipulation qui existe est celui qui consiste à faire croire que l’on est libre (voir les travaux sur l’engagement). La posture de doute sur l’utilisation effective des techniques manipulatoires est raisonnable, mais il ne coûte rien de plus d’envisager la possibilité que cela existe. Selon Beauvois, c’est notre meilleure arme intellectuelle pour s’en prémunir un peu. S’en prémunir totalement est impossible, même pour les meilleurs spécialistes, car ça demanderait trop de ressources cognitives. (très accessible : « petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens », de Beauvois & Joule, ou « 100 expé. de psycho sociale » de Géguen)
          Le volet institutionnel et technologique préconisé par l’article en est un autre.
          Bref, douter est sain, nier est plutôt dangereux.


        • baron 30 juin 2014 17:57

          Les logiciels actuels permettent de déterminer qui surf sur le web, simplement en analysant votre comportementsur la toile. 


          De la même façon chacun à une façon différente de rédiger un texte, nous sommes donc tous reconnaissable.

          Tout les ordinateurs laissent une trace unique qui permet de les identifiers quelque soit l’IP.




          • Robert GIL ROBERT GIL 30 juin 2014 18:38

            A lire et relire ce texte sur le cynisme politique. A la fois inquiétant et étonnant d’actualité............

            voir : LE CONDITIONNEMENT COLLECTIF


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 juin 2014 20:46

              Robert Gil,
              Ce sont les 10 stratégies du lavage de cerveau collectif :

              * La diversion, le foot, le foot, le foot...
              * La stratégie du choc : laisser se développer un problème, pour que le public devienne demandeur de solutions.
              * La dégradation, laisser pourrir les services publics pour les privatiser ensuite.
              * Le différé, ça va faire mal, mais dans 3 ans...
              * L’infantilisation
              * L’usage de l’émotion
              * L’ignorance, la médiocrité etc etc..


            • lsga lsga 30 juin 2014 21:21

              dite Fifi, d’après vous, dans combien de temps la France disparaîtra ?

               
              500 ans ? 1000 ans ? 5.000 ans ? 50.000 ans ? 500.000 ans ? 5 Millions d’années ? 5 milliards d’année ?
               
              Je serais curieux de connaitre votre estimation. 

            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 1er juillet 2014 06:59

              Isga,
              L’UE + l’ euro + l’ OTAN + les euro régions + TAFTA + TISA, c’est en bonne voie.
              Il suffit de voir l’état de la Grèce et de l’ Irak pour voir que l’avenir que vous prédisez est lumineux...


            • lsga lsga 1er juillet 2014 09:49

              j’ai pas compris : d’après toi, combien de temps reste-t-il à la France ?


            • JL JL 1er juillet 2014 09:54

              L’adjudant : - Combien de temps met le fût du canon pour se refroidir ?
              Une recrue : euh ... 10 mn ?
              Une autre : 20 mn  ?
              Une troisième : je donne ma langue au chat.
              L’adjudant triomphant : Bande d’ignares ! Pour se refroidir, le fût du canon met un certain temps !


            • lsga lsga 1er juillet 2014 10:24

              Oh ma réponse : la France est déjà morte, vous vous roulez dans les tripes d’un cadavre froid depuis longtemps.

               
              L’espérance de vie d’une nation en général, c’est 4 générations, pas plus. Après, la langue, les coutumes et les traditions n’ont plus rien à voir. 
               
              Mais pour vous : combien de temps ? 

            • gotjy gotjy 1er juillet 2014 16:42

              @isga:il existe des cours de rattrapage niveau CP.


              • ebxa7 ebxa7 30 juin 2014 20:47

                Les objets connectés sont du domaine du futile, du gadget inutile, qu’on essaye de faire passer comme incontournable, merci la pub et l’effet de masse des marionnettes de Panurge. Toujours plus de fichage commercial, politique, etc ; mais quand on voit comment les gens s’adonnent à fessbouc qui est pourtant assez clairement un système de vente des infos et surveillance des abonnés à ce service...
                .
                L’idéal serait seulement de se connecter à internet uniquement par ordi en mode anonyme (proxy, chiffrage et/ou systèmes comme Tor).
                .

                .
                PS : ’intelligence artificielle’ est une expression absurde, l’intelligence appartient au vivant, les automates ne font que la simuler via des algorithmes complexes. Dans le meilleurs des cas les pseudo-IA arrivent à peine à simuler le niveau de cognition et d’adaptabilité d’une bactérie ... :) :) d’ailleurs certains s’amusent à mettre des organismes primitifs à la place des UC. :) :)


                • tf1Groupie 30 juin 2014 21:22

                  Oui les gens sont trop cons pour comprendre ...


                  • christophe nicolas christophe nicolas 30 juin 2014 21:48

                    Le contrôle total ne peut qu’aboutir à Hot fuzz...


                    • claude-michel claude-michel 1er juillet 2014 10:37

                      L’humanité est absurde...elle travaille pour faire tourner les machines.. ?

                      Nous sommes (plus ou moins) des esclaves a leur service...rien d’autre.. !

                      Pensez y...


                      • Neymare Neymare 1er juillet 2014 11:06

                        @Isga
                        « Les USA, qui sont le pays le plus avancé dans le Capitalisme, sont aussi ceux qui ont la liberté d’expression la plus totale. »
                        Pas sur : vous vous rappelez de l’invasion de l’irak par le petit bush ? Fallait pas y etre opposé aux USA, sinon vous étiez estampillé antipatriote.
                        Idem si vous etes favorable aux lois sociales : on vous colle l’étiquette infamante de socialiste
                        Si vous n’etes pas un va t en guerre, vous etes déclaré « faible », voire « Francais »
                        Si vous n’etes pas libéral, vous etes contre la liberté
                        Vous avez la liberté d’expression tant que vous allez dans le sens général, la pensée unique (vous avez remarqué leur incroyable diversité politique ?), et ça commence a venir en France ou la discussion se coupe tout de suite dès que vous avez des idées qui sortent de la bien pensance véhiculée par les médias
                        Le pouvoir US (le pouvoir économique s’entend) tient le peuple américain par le patriotisme crétin, et ce patriotisme bride grandement la liberté d’expression


                        • gotjy gotjy 1er juillet 2014 16:34

                          @l’auteur,ce que vous nous expliquez est certes très intéressant,mais le béotien que je suis est un peu dépassé je dois l’avouer,nulle doute que le fichage et l’espionnage des appareils connectés font partie des mauvais côtés de l’informatique,c’est sûrement le prix à payer,mais pour en revenir à vôtre article de qualité,soit, il manque d’exemples concrets qui pourraient éclairer davantage les internautes non spécialistes,par exemple les choses à ne surtout pas faire,ou quels peuvent être les contrôles de bases que l’on peut effectuer.


                          • lermontov lermontov 1er juillet 2014 17:10

                            La seule façon de se connecter de façon anonyme est illégale ; elle consiste à usurper l’identité d’autrui.
                            Hors cela, il est rigoureusement impossible d’être anonyme, quoi que l’on fasse. C’est dangereux de laisser croire le contraire. Et la tactique en fait est de multiplier les obstacles entre soi et l’espion potentiel, de manière à rendre l’identification pénible, coûteuse et donc difficile à mettre en oeuvre de façon massive.

                            Les derniers développements sur la question sont toutefois inquiétants. Car on ne parle plus d’écoutes directes que l’on peut avec effort contrer.
                            Non, ce dont on parle à présent, c’est de ce genre de choses :
                            alliance d’espions avec des fabricants de matériel afin de laisser des backdoors sur les os équipant par défaut les bécanes. (Il y a d’autes innovations dans ce registre, d’ailleurs.)
                            Matériel équipé de mouchard qui communiquent à votre insu et sans votre consentement (pas même besoin que l’appareil soit sous tension !)
                            Alliance entre sociétés commerciales et officines pour avoir accès à des données privées (mots de passe et pseudos par exemple).
                            Le tout, hors de tout regard judiciaire ou politique.

                            La seule façon de se prémunir de cela est politique. Certaines choses ne peuvent avoir lieu sans accord d’un juge (séparation des pouvoirs) et un juge ne peut être sollicité sans motif (en démocratie, on répond de nos actes = responsabilité ; on n’est pas un criminel potentiel à surveiller).


                          • CorsairePR CorsairePR 1er juillet 2014 16:35

                            Sur le fond je suis d’accord avec vous, mais votre article n’est pas super et je ne résiste à l’envie de jouer un peu les avocats du diable !

                            L’ensemble du système que vous décrivez ne fonctionne que sur la base du secret or le thème de la transparence est aujourd’hui sur la place publique ce qui signifie que d’ici peu de temps il sera obligatoire (la loi française vient de renforcer la transparence bancaire).

                            Ensuite, même si cela reste marginal, des initiatives existent pour promouvoir un internet libre et non surveillé. Je rappelle que le porno reste le premier contenu, j’en déduis que la surveillance que vous évoquez ne doit pas si unilatéral (bon en fait c’est surtout que çe nous garde calme). De la même manière, la drogue reste le second business mondial, c’est donc que si on veut on peut passer tranquillement entre les mailles du filet.

                            Alors quoi ce système de surveillance va savoir que je donne des sous à Wikileaks, va en informer mon chef et bloquer mon avancement ? Sans doute et après ?


                            • smilodon smilodon 1er juillet 2014 23:03

                              @ l’auteur : Dans la réalité, n’importe quel possesseur d’un « smart-phone » peut être contrôlé à la trace !.... Vos cartes de fidélité de super U, Intermarché, Auchan, Leclerc, connait tout de vos envies et vos habitudes !.. Votre CB permettra de vous suivre partout, n’importe où !.. Votre ordi dira tout à qui voudra de qui vous êtes !.... Y’a belle lurette que l’anonymat, la liberté d’aller et venir, celle de penser même en cachette, y’a belle lurette que c’est terminé !...... Arrêtons de nous faire peur !... Tout ceux qui ont le pouvoir, ont celui de nous connaitre, en 2 clics !.... Adishatz.


                              • L'enfoiré L’enfoiré 2 juillet 2014 10:06

                                Un billet dans la même veine « Soyons concret avec le discret ».

                                Cela porte un nom « la cyberguerre ».


                                • Loup Rebel Loup Rebel 2 juillet 2014 13:11

                                  Dans les stratégies de manipulation des foules, l’une des plus efficaces pour rassembler et unir consiste à désigner un ennemi extérieur qui menace le groupe.

                                  Gardons l’espoir que la foule des internautes réagisse dans ce sens, et s’unisse contre cette menace (virtuelle et réelle en même temps).


                                  • Reveillonsnous 6 juillet 2014 09:44

                                     Il y a un danger à aller vers une société sans monnaie physique, utiliser une puce RFID NFC comme moyen d’identification et de paiement  correspond exactement au futur système économique mondial annoncé dans la bible ; l’apocalypse chapitre 13 verset 16 il y a plus de 2000 ans : »Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçoivent une marque sur leur main droite et leur front et que personne ne puisse acheter et vendre sans avoir la marque le nombre de la bête ou le nombre de son nom, c’est ici la sagesse ! Que celui qui a de l’intelligence compte le nombre de la bête ; car c’est un nombre d’homme et ce nombre est six-six-six.«  après le futur krach économique à cause de la dette on va passer au mode d’argent électronique (plus de billets et de liquide) puis à la nano puce RFID implantée sur la main droite ou le front au nom de la sécurité et de la santé (avec une modification faustienne de notre ADN en bonus) …..on n’arrête pas le progrès, science sans conscience n’est que ruine de l’âme.


                                    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 6 juillet 2014 14:15

                                      Quant à moi cela fait plus de trente ans que je me dresse contre la stupide « culture et civilisation » occidentale qui asservit plus qu’elle ne libérè !
                                      Pensez bien qu« en affirmant plusieurs fois que  »La science occidentale a fait fausse route depuis ses débuts« , je n’avais aucunement l’intention de plaisanter ! Plus la société occidentale »évolue« et plus elle devient un amas de débris ou plus exaxctement d’OTNI : (Objets Terrestres Non Identifiables) ! L’informatique et les nouvelles technologies n’ont fait que »récupérer« le résultat de l’asservissement humain qui n’a été possible que par la consommation sans modération qui avait commandé la surproduction criminelle et aisni l’impardonnable gaspillage des richesses naturelles ! Depuis le début de ce siècle incertain on a vu clairement la mutation du genre humain qui affiche ouvertement l’engouement et l’émulation à la corruption généralisée c’est-à-dire à la »vie facile", les individus et les sociétés acceptent donc de plus en plus facilement l’embrigadement, la servitude, la prostitution mentale et ainsi tous les moyens de CONTRÔLE qu’un pouvoir obscur de l’argent et des stupéfiants ne cesse d’étendre à tous les continents ! 

                                      LA RÉVOLUTION MONDIALE EST INÉVITABLE !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès