Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Danger en vue : l’administration Bush donne dans le donquichottisme (...)

Danger en vue : l’administration Bush donne dans le donquichottisme électronique

Certains se rappelleront avec nostalgie la belle époque où Internet était laissé sans surveillance. Les choses ont bien changé depuis. Voilà même que l’administration Bush somme les fournisseurs de services Internet (FSI) d’archiver pour deux ans toutes les données électroniques personnelles de leurs clients.

Le prétexte de l’administration américaine est cousu de fil blanc : la lutte contre la pornographie infantile. Or, comme le souligne le Center for Democracy Technology (CDT), le gouvernement américain veut davantage que ce qu’il a déjà, et qu’il n’utilise même pas.

Présentement, écrit le CDT dans un mémo publié sur son site Web, « any governmental entity can require any service provider (telephone company, ISP, cable company, university) to immediately preserve any records in its possession for up to 90 days, renewable indefinitely. »

Les FSI sont obligés de se soumettre à une telle demande, qui peut être faite sans devoir passer par un juge. Or, déplore le CDT, le ministère de la Justice américaine a failli, dans un certain nombre de cas, à utiliser ce moyen légal qu’il a déjà en sa possession.

En somme, incapable de trouver l’aiguille qui traîne par terre, le gouvernement américain veut l’enfouir dans une botte de foin.

Demander aux FSI, comme vient de le faire le ministre de la Justice, Alberto Gonzales, de retenir pour une période de deux ans les données personnelles de leurs clients, a des effets pervers.

D’abord, contrairement à l’Union européenne, frappée aussi par cette folie dangereuse qu’est la rétention systématique de toutes les données électroniques personnelles transitant par Internet, les États-Unis ont des standards de protection légale très bas en ce qui concerne ce type de données.

Obliger les FSI américains à conserver une somme aussi considérable de données personnelles ouvre donc la porte à toutes sortes d’abus, y compris ceux commis par des avocats spécialisés qui sont déjà les plus grands demandeurs d’autorisation d’accès à des données personnelles que détiennent des FSI.

Adieu aussi la protection des sources journalistiques, dans une profession où celles-ci transitent de plus en plus par Internet, rapidité de publication oblige.

L’ampleur des données à retenir serait fabuleuse. Les fournisseurs n’auraient d’autre choix que de s’équiper en conséquence. On imagine le matériel de stockage supplémentaire, mais aussi le personnel requis afin de pouvoir livrer en tout temps aux autorités les informations exigées. Évidemment, les coûts seraient refilés à leurs clients.

Bref, une mesure démentielle, à la hauteur d’un gouvernement qui n’a rien à envier à don Quichotte. Sauf que ce dernier était un rêveur fou, qui ne représentait un danger que pour lui-même et son entourage immédiat.

Center for Democracy & Technology. Mandatory Data Retention - Invasive, Risky, Unnecessary, Ineffective.

ZDNET. Gonzales pressures ISPs on data retention.


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Kelsaltan (---.---.178.45) 5 juin 2006 12:02

    Cela à été dit et redit jusqu’à plus soif, mais je ne peux résister au besoin d’en remettre une couche :

    Orwell était un visionaire !

    Son monde, tel qu’il le décrit, sera assurément celui de ceux qui se trouvent actuellement en maternelle (grosso-modo à quelques années près).

    Nous sommes probablement trop lâches pour mériter autre chose.


    • marcel thiriet (---.---.100.233) 5 juin 2006 12:12

      Pertinent et nécessaire rappel...on n’est pas là dans le fantasme,mais malheureusement dans un processus bien en cours ....Oui, relisons ORWELL !


      • FredLeborgne (---.---.46.165) 5 juin 2006 15:24

        Orwell : un visionnaire du passé qui a acquis l’immortalité. Mais aujourd’hui, relisons plutot RDDV, ses lois DADvSI et ses sous-entendus (sur la presse sur internet par exemple) et nous verrons mieux que la majorité UMP ne vaut pas mieux que l’administration BUSH, que l’opposition n’y semble pas si opposée non plus et que le ver est dans le fruit tandis que notre attention est dirigée vers nos frontières...


        • fredleborgne (---.---.42.26) 5 juin 2006 19:05

          @demian Sympa l’allusion. Mais le message « Pas de panique. Vous êtes libres de dire ce que vous voulez » est faux. Les futures lois vont réglementer l’écriture sur le net. Des procés en diffamation (Affaire Chantiers Navals contre le site Bella Ciao) sont intentés alors que la société attaquante ne contestent pas les faits. Mais on peut crier tant qu’on veut tandis qu’on nous écrase. Notre président n’a pas que des problèmes de surdité. C’est l’écoute des français qui ne fonctionne plus. Les sondages servent les intérêts commerciaux. Les gens ne croient même plus en l’utilité de la révolte. Les chiens aboient et les mauvaises lois passent pour mieux tondre les moutons.


        • zen (---.---.195.118) 5 juin 2006 21:28

          Quoi qui cause,Demian ?


        • Lrnt (---.---.29.75) 5 juin 2006 16:35

          On peut avec nostalgie relire Orwell, avec en mémoire la frayeur que nous inspirait le monde qu’il decrivait. Ce qui nous semblait extravagant il y a 20 ou 30 ans est malheureusement surpassé.

          Mais on peut aussi se (re)plonger dans Henry David Thoreau et peut etre enfin commencer à reagir. Les FSI ne sont pas obliger de se soumettre ainsi indefiniement.

          Laurent A.


          • Kelsaltan (---.---.178.45) 5 juin 2006 19:22

            Je suppose que vous faites allusion à « La désobéissance civile ». Pardonnez-moi, mais j’ai des doutes quant à la capacité à se révolter des gens d’aujourd’hui, tout engoncés qu’ils sont dans le confortable et la peur de perdre leurs acquis. Bien entendu, je parle d’une contestation tsunami, pas d’une fête de village du genre manif anti-CPE. Que voulez-vous faire quand les uns et les autres proposent les même modèles, avec quelques différences mineures uniquement pour faire croire à un choix. Non, décidément, la Novlang sera celle de la prochaine génération, au mieux la suivante.


          • zen (---.---.195.118) 5 juin 2006 21:29

            Qui est Henry David Thoreau ? Merci


          • snapshot (---.---.222.13) 5 juin 2006 18:52

            C’est bien de faire une piqûre de rappel anti-orwellienne sur ce qu’il se passe au États-Unis... Mais nous sommes en train de faire la même chose en France, suite à une loi voulue par Sarkozy pour lutter contre le terrorisme (Bush utilise la pédophilie ; tous les moyens étant bons pour arriver à ses fins) :

            http://www.infos-du-net.com/actualite/5622-Internet-surveillance.html http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39297619,00.htm

            Nos politiques perdent toute crédibilité en utilisant des arguments-massue tels que « terrorisme », « pédophilie » et « pillage de la musique » pour parvenir indirectement à des buts peu avouables. A force de crier au loup, la moindre action de leur part, fut-elle pleinement justifiée, se retrouve systématiquement suspectée de cacher une entourloupe (en vrac : LCEN, DADVSI, censure des blogs de RDDV...). Dans ce domaine, on ne fait pas mieux en France qu’aux USA.


            • zen (---.---.195.118) 5 juin 2006 21:38

              Merci pour ce rappel et les liens.

              Où trouves-tu les outils pour changer les caractères et les couleurs ? (Je suis un débutant...) Merci.


            • snapshot (---.---.222.13) 6 juin 2006 10:37

              C’est du « simple » code HTML : Il faut encadre le texte à mettre en forme entre deux balises (une <balise> ouvrante, et une </balise> fermante). Ainsi, pour obtenir du gras, de l’italique et du souligné, il faut taper <b>gras</b>, <i>italique</i> et <u>souligné</u> avec I pour Italique, B pour Bold (gras) et U pour souligné (Underline).

              On peut cumuler plusieurs attributs comme du souligné gras en tapant <b><u>souligné gras</u></b>. Il faut simplement veiller à bien fermer les balises (par les &lt/x>) dans l’ordre inverse de leur ouverture, comme on le ferait pour des paranthèse et des crochets : ( [ ] ) est ok mais pas ( [ ) ].

              On peut aussi utiliser « strike » (barré), « sup » (exposant), « sub » (indice), « big » (gros) et son compère « small » (petit).

              Pour faire un lien sur Google, c’est presque le même principe : <a href="http://www.google.com">Google</a>. Ce qui apparait en bleu souligné dans le texte se trouve entre les deux balises, et l’URL qui est activée si l’on clique dessus se trouve entre les guillemets du paramètre href. Si l’on veut faire apparaitre l’URL en bleu souligné comme http://www.google.com, c’est aussi simple que cela :
              <a href="http://www.google.com">http://www.google.com</a>.

              Pour faire des listes à puces, deux règles :

              • chaque paragraphe doit être encadré par des balises <li>...</li>
              • la liste des <li>paragraphes</li> doit être encadrée par des balises <ul>...</ul> ou <ol>...</ol>

              Ce qui donne ceci :

              <ul>
              <li>chaque paragraphe ...</li>
              <li>la liste ...</li>
              </ul>

              Les balises <ul>...</ul> donnent des listes à puces (Unordered Lists), tandis que les balises <ol>...</ol> donnent des listes numérotées (Ordered Lists).

              D’autres balises sont documentées sur le site de selfhtml.

              Utiliser ces balises peut effectivement rendre plus clair son commentaire, mais il faut veiller à ne pas faire d’erreur dans la syntaxe. Pour cela, il faut user et abuser du bouton « Voir ce message avant de poster » pour s’assurer que tout va bien.

              Il ne faut pas abuser de ces capacités de formatage, au risque de corrompre le reste de la page et de voir son message supprimé. De plus, trop de mise en forme fait passer le contenu du message au second plan. Donc, de la modération avant tout !


            • FredLeBorgne (---.---.40.54) 6 juin 2006 06:28

              Certes Demian, l’écriture peut être une arme. Une arme contre l’oppression. Dans la politique d’anti-terrorisme de la parole sur le net en particulier, puisque les grands medias sont aujourd’hui un 4 pouvoir confisqué par et au profit de l’argent, Il est prévu de la limiter sur le net aux seuls « journalistes accrédités ». Crois-tu qu’ils vont la laisser à ce site, même si il se présente comme un media citoyen ? Même ton son de cloche, pourtant pro-pouvoir, altéré à leurs oreilles suspicieuses par ta novlangue aux contours souvent flous, pourrait être étouffé « par précaution ». Bien sûr, les commentaires, dans les premiers temps épiés et « modérés » seraient vite interdits aux empêcheurs d’hypnotiser tranquille...


              • Zamenhof (---.---.118.11) 8 juin 2006 21:18

                Orwell était un visionaire !

                Non seulement orwell mais Ira Levin : avez-vous lu « Un bonheur insoutenable » (paru vers 1970, réédité collection « J’ai lu » si je ne me trompe) dépéchez-vous et vous m’en direz des nouvelles, il y là dedans des propos, etc, qui rapellent vachement les tendances et le discours actuel

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès