Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > De la nécessité de posséder un iPad

De la nécessité de posséder un iPad

Quelques mois que la fameuse tablette d’Apple est disponible en vente dans le monde entier. Révolution pour certains, gadget pour d’autres, l’iPad est un objet sujet à controverses. Maintenant qu’on a un peu plus de recul par rapport au produit, quelle est la place de la tablette par rapport aux autres « acteurs » du marché ?
Alors l’iPad, révolution technologique à posséder absolument ou simple objet du désir né du génie marketing d’Apple ?


L’iPad pour les nuls
Commençons avec une petite description de l’engin. L’iPad, c’est la fameuse tablette tactile d’Apple attendue depuis maintenant pas mal d’années. Ses mensurations : 24,28 centimètres en hauteur, 18,97 en largeur, 1,34 en profondeur, pour un poids 0,68kg pour le modèle Wi-Fi, et 0,73 pour le modèle Wi-FI+3G. Bref, un véritable petit bijou technologique, élégant et puisant, doté comme je l’ai dit un peu plus tôt, d’un écran tacitle de 9,7 pouces.
Voyons maintenant les fonctionnalités principales de l’iPad :

  • Internet : l’iPad est bien évidemment un terminal voué au web, il est noté nativement du navigateur Safari
  • Applications : tout comme ses grands frères iPhone et iPod Touch, l’iPad bénéficie de la possibilité d’installer des applications, qui sont très nombreuses, puisqu’on peut installer sur la machine à la fois bien sûr, les applications dédiées à l’iPad, mais également celle de l’iPhone.
  • Photos : l’iPad est un véritable album photo numérique, qui permet de visionner vos clichés préférés sur un écran relativement confortable. Attention, l’iPad ne prend pas de photo, il n’a pas été doté de ce qu’il fallait pour cela dès la naissance…
  • Vidéos : bien évidemment, c’est un support parfait pour regarder les vidéos, que ce soit des vidés importées directement ou issues de supports online tels que YouTube.
  • Musique : comme toute la gamme iPod et iPhone, l’iPad est un terminal qui peut stocker et lire de la musique.
  • eBooks : enfin grande révolution de l’appareil, l’iPad permet de lire des eBooks téléchargés depuis l’Apple Store (application iBooks), et s’impose donc sur ce segment en concurrence directe avec le Kindle d’Amazon.

En ce qui concerne les prix de la bête, les voici en direct de l’Apple Store :

- iPad Wi-Fi : 16GB pour 499€, 32GB pour 599€ et 64GB pour 699€

- iPad Wi-Fi+3G : 16GB pour 599€, 32GB pour 699€, 64GB pour 799€

A qui s’adresse l’iPad ?
La grande force de l’iPad est de pouvoir s’adresser à tout type de consommateur. Chacun pourra trouver à l’iPad une utilité spécifique : certains achèteront l’iPad pour pouvoir se connecter partout, d’autres pour pouvoir consulter leurs mails en toute mobilité et très rapidement. Certains apprécieront chez l’iPad son côté multimédia, ses nombreuses applications et ses jeux, la qualité des vidéos. Certains auront un usage beaucoup plus ciblé de l’iPad, comme les professionnels qui vont s’en servir pour faire des présentations Keynote, ou encore les DJ’s qui s’en serviront comme support additionnel à leur matériel dédié à la création électro.
Concurrent direct des Netbooks, l’iPad se veut être, le chaînon manquant entre l’iPhone et le Macbook dans la gamme Apple. Outil technologique intuitif, l’iPad séduit en priorité le grand public, laissant de côté les geeks beaucoup plus critiques. Le parfait micro ordinateur mobile. Malgré tout, si on regarde un peu plus en détail la gamme de produits Apple en gardant en esprit l’argument de la mobilité, n’a-t-on pas un arrière-goût de déjà-vu ?

Le chaînon manquant… ou pas ?
L’iPad est une réelle innovation, au même titre (voire quand même un peu plus) que l’invention de la tablette tactile. Mais peut-on réellement parler d’un outil « nécessaire » au même titre qu’un ordinateur portable ou d’un smartphone ? Alors oui, je l’ai dit un peu plus tôt, l’iPad est très axé grand public et convient à tout type de consommateur. Mais ces consommateurs justement, achètent-ils l’iPad réellement par nécessité ou juste parce qu’ils ont été séduit par la nouveauté et le génie marketing d’Apple qui n’est plus à prouver… Il n’y a bien sûr pas de réponse unique, les avis sont très partagés. Mais on constate que si certains affirment être très satisfaits de leurs tablettes, un bon nombre de consommateurs avouent avoir fait un « achat impulsif qu’ils regrettent finalement, l’iPad étant laissé dans un coin du bureau au bout d’une semaine d’utilisation et voué à cohabiter avec la poussière ambiante.

La tendance aujourd’hui en est au web mobile : smartphones, ordinateurs portables, netbooks et même les consoles de jeu, l’iPad doit faire face à un marché déjà saturé d’acteurs. Bon nombre d’utilisateurs se contentent d’un ordinateur portable et/ou fixe, et d’un smartphone pour pouvoir assouvir ce besoin naissant de mobilité qu’a créé notre société du XXIème siècle.

Encore pire du côté des « Mac Users ». En toute franchise, quelle réelle nécessité (et non utilité) peut avoir un utilisateur lambda d’un iPad, alors qu’il possède déjà un MacBook et un iPhone (encore pire si c’est un iPhone 4) ? Le Macbook lui sert de machine fixe et mobile, beaucoup moins intuitive que l’iPad mais plus puissante et polyvalente. L’iPhone, comble ce manque d’intuitivité et apporte un petit plus en mobilité, beaucoup plus petit que l’iPad et tout aussi réactif puisqu’il partage le même système d’exploitation. La boucle est finalement bouclée, et finalement il ne manquait donc pas de chaînon.

Conclusion et avis personnel
Non, je ne fais pas le procès de l’iPad. Je maintiens que c’est tout de même une véritable révolution technologique qui agrandit un peu plus la gamme de produits de qualité produits par Apple. Néanmoins, pour répondre au titre de l’article, je pense qu’on ne peut pas parler de nécessité réelle de posséder absolument un iPad. Il s’agit selon moi, d’un luxe qui apporte un peu plus de facilité et de nouveauté chez le consommateur, mais dont celui-ci peut très bien se passer à l’heure actuelle. L’iPad qui finalement est très axé grand public, trouvera une meilleure utilité chez les personnes qui en font un usage très ciblé, comme les DJ’s ou les férus de lecture (iBooks).

Personnellement, possédant déjà un Macbook White et un iPhone 3GS, je ne trouve aucune utilité à la tablette d’Apple, et ne l’achèterait donc pas. Je suis pleinement satisfait de mes deux produits, et ce sur tous les plans, qui constituent au détriment de l’iPad la combinaison parfaite.

- Article extrait du blog Be-Aware.fr -

Moyenne des avis sur cet article :  2.06/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Halman Halman 10 juillet 2010 14:05

    Mais faut arrêter avec ce verbiage répétitif de marketing.

    Non l’Ipad n’est pas une révolution.

    Les tablettes pc que j’installe dans les postes de soins de mon hopital FONT TOUT CE QU’UN IPAD fait.

    Apple n’a pas inventé la lecture des ebooks.

    Je suis abonné à des journaux électroniques sur mes portables et pda depuis des années.

    Et je lis des ebooks sur mes ordinateurs portables et mon pda depuis déjà pas mal d’années.


    • Francois N 10 juillet 2010 16:18

      L’iPad est quand même, à l’heure actuelle, la tablette tactile la plus évoluée qui soit. Montre moi une tablette qui allie aussi bien tous les atouts de l’iPad : design,autonomie,applications,ergonomie,puissance... Après oui, y’a un énorme buzz marketing créé autour de l’objet, qui est en grande partie responsable de son succès, avant même l’objet lui même, et c’est ce que j’avance dans mon article.


      Je n’ai pas dit non plus qu’Apple avait inventé l’ebook. Je sais très bien que cela existe depuis longtemps. Juste que, des supports, comme le Kindle, et désormais l’iPad, ont remis au goût du jour ce marché, avec des appareils quand même fait en grande partie pour, et surtout des écrans mieux adaptés à la lecture. Va pas me faire croire que la lecture est quand même aussi agréable sur un PDA que sur une tablette tactile :)

      • Ploucman 11 juillet 2010 10:52

        Encore la guéguerre des pro/anti apple .... tristetesse quand tu nous parles :s

        « design,autonomie,applications,ergonomie,puissance.. »

        Le design => tres sobre, une simple plaque d’alu, Joli ? ou pas Joli ? ca dépend des gouts de chacun, tellement personnel comme avis ...

        L’autonomie je l’accorde, mais facile avec 2 grosse batterie dans l’appareille et un poid certain... que c’est presque trop facile.

        les applications ... ridicule comme argument ! l’ipad se limite aux applis de l’apple store, soit les applis autorisé par apple, soit 99% de merde inutile. une tablette sous windows ou linux disposera de possibilité quasi infini sur ce plan la.

        ergonomie, ipad est tres simple d’utilisation, mais loin d’être parfait. tout dépend de l’utilisation que l’on veut en faire. 

        puissance ????????? faut pas se foutre de la g.. du monde non plus, la puissance de l’ipad n’a rien de remarquable, cela n’a d’ailleur jamais ete le fort d’apple malgré ce qu’il voudrait nous faire croire ... 


      • pingveno 10 juillet 2010 18:45
        De l’inutilité de posséder un iPad

        Quelques mois qu’il ne se passe pas un jour sans qu’on vienne nous bassiner avec la dernière trouvaille marketting d’Apple. Révolution pour certains, gadget pour d’autres, l’iPad est un objet sujet à controverses. Maintenant qu’on a un peu plus de recul par rapport au produit, quelle est la place de la tablette par rapport à des concurrents trois fois moins chers ?
        Alors l’iPad, révolution technologique à posséder absolument ou simple objet du désir né du budget marketing d’Apple ?


        L’iPad pour les nuls
        Commençons avec une petite description de l’engin. L’iPad, c’est la fameuse tablette tactile d’Apple dont ils nous parlaient déjà avant l’Ipod. Une taille comparable aux netbooks mais un peu moins lourd parce qu’il n’a pas de clavier, après tout pourquoi pas.
        Voyons maintenant les fonctionnalités principales de l’iPad :

        • Internet : sans commentaire ;
        • Applications : tout comme ses grands frères iPhone et iPod Touch, l’iPad ne bénéficie que de la possibilité d’installer des applications venant de l’Apple Store : impossible de diffuser vos propres applis hors de ce magasin, même gratuitement, et si Apple décide que tel type d’appli est indésirable chez eux, vous oubliez ;
        • Photos : bon d’accord c’est un peu plus joli qu’un cadre photo, mais de là à parler de révolution...
        • Vidéos : même remarque
        • Musique : comme toute la gamme iPod et iPhone, l’iPad n’acceptera de lire que ce qui sort du magasin Apple
        • eBooks : alors là, primo faire passer un écran réfléchissant pour un concurrent des liseuses à encre électronique, c’est une escroquerie ; deuxièmement Apple, à l’instar du Kindle d’Amazon, entend imposer son propre format là où tous les concurrents ont adopté le format libre ePub.

        En ce qui concerne les prix de la bête, les voici en direct de l’Apple Store :

         iPad Wi-Fi : 16GB pour 499€, 32GB pour 599€ et 64GB pour 699€

         iPad Wi-Fi+3G : 16GB pour 599€, 32GB pour 699€, 64GB pour 799€

        Je me contenterai donc de dire que je connais des produits très proches techniquement pour quatre fois moins cher. Et contrairement à l’auteur, n’étant pas là pour faire de la pub vous noterez bien que je m’abstiens de citer une marque.

        A qui s’adresse l’iPad ?
        La grande force de l’iPad est la marque qu’il y a dessus, ce qui pour beaucoup est suffisant pour prouver sa qualité. Ce qui permet à Apple de le poser en concurrent d’à peu près tout ce qui a un microprocesseur : certains le voient comme un concurrent des Netbooks (pourquoi pas, mais il faut se passer du clavier), d’autres pour voir des vidéos (pourquoi pas mais c’est un peu cher), et le comble du comble, certains présentent le fait de lire son journal dessus comme révolutionnaire alors que des liseuses bien moins cher à encre électronique sont aussi bien plus confortables pour cet usage - même si je reconnais qu’elles ne sont que liseuses et rien d’autre mais on n’a rien sans rien.

        Après, quand on regarde ces dernières années la stratégie marketting Apple, en gardant en esprit les arguments de l’iPod puis de l’iPhone, n’a-t-on pas un arrière-goût de déjà-vu ?

        Le chaînon manquant… ou pas ?

        Alors que les premières tablettes graphiques avaient reçu un acceuil du public assez mitigé, l’iPad, en reprenant le concept avec ses propres logiciels, prétend être une véritable innovation. Alors, peut-on réellement parler d’un outil « nécessaire » au même titre qu’un ordinateur portable ou d’un smartphone ? Je dirais, ça dépend. Ayant déjà un netbook, pour moi il fera clairement double emploi, mais pour ceux qui veulent un ordinateur de petite taille à emmener en vacances, je dirais volontiers pourquoi pas s’il n’était pas quatre fois plus cher que ses concurrents. Mais les consommateurs justement, achètent-ils l’iPad réellement pour ses qualités techniques ou pour la force marketting d’Apple qui n’est plus à prouver… Il n’y a bien sûr pas de réponse unique, les avis sont très partagés. Après, pour en avoir eu un entre les mains, je ne dis pas que l’outil est mauvais, je lui dénie juste son côté « révolutionnaire » et considère par conséquent son prix comme complètement indécent.

        La tendance aujourd’hui en est à pousser à la consommation. D’un côté on veut des outils qui savent tout faire, de l’autre on se retrouve avec plusieurs qui font finalement double emploi. Pour ma part j’utilise le téléphone portable au minimum, par contre gros consommateur d’internet je n’imaginerais pas de me passer du confort du clavier, même réduit comme celui du netbook. Triste tendance que la société du XXIème siècle.

        Ne croyez pas que je sois foncièrement anti-apple. Les Mac étaient à leur époque une vraie révolution qui a bien mal été imitée par Microsoft avec son Windows notoirement bogué et instable. Et si j’utilise plutôt le PC (sous linux) je ne nie pas l’intérêt des « Mac Books », au demeurant réellement très esthétiques, pour des usages spécifiques comme la PAO ou le montage vidéo par exemple. Mais si je me permets de dire ça c’est que je refuse absolument d’être mono-marque, quelle qu’elle soit. Apple a sa place mais dans un marché qui prétend faire de la « concurrence libre et non faussée », ne l’oublions pas.

        Conclusion et avis personnel
        Non, je ne fais pas le procès de l’iPad. Si vous souhaitez investir 600 euros pour un produit aux applications aussi nombreuses que fermées, libre à vous. Mais arrêtez de faire passer pour une révolution le fait de reprendre des concepts qui ont échoué par le passé et de les vendre très cher par la seule force du portefeuille marketting d’Apple. Pour le prix d’un iPad je préfère un netbook sous linux pour internet + une liseuse eBook standard qui elle, saura lire les formats libres et gratuits dans le plus pur respect de la concurrence. Apple était autrefois techniquement innovante, aujourd’hui elle ne l’est plus que dans le discours marketting et ce n’est vraiment pas ça qui fait le progrès technologique.


        • toupi971 11 juillet 2010 23:20

          Après l’iphone, l’ipad est sur la sellette. Oui, il n’est pas parfait et pourtant, il s’est vendu en à peine trois mois à 3 millions d’exemplaires. Bonne communication et sens du marketing de la firme de Cupertino, mais cela n’explique pas tout. L’ipad constitue bien à mon sens une révolution dans l’utilisation quotidienne et notamment dans la lecture de la presse. Par ailleurs, pour ma part, j’en ai assez de me balader avec un portable de 3 kg que j’utilise au mieux à 40% de ses possibilités, avec en plus délai d’ouverture et un léger bruit, alors que l’ipad remplit la quasi totalité de mes besoins avec une autonomie de près de 10 heures. Pour le prix, il est cher, mais l’iphone s’est bien vendu malgré des prix très élevés... 

          Si j’en juge aussi par l’apparition de nouveaux concurrents sur ce marché, Apple a une longueur d’avance comme d’habitude. L’avenir dira si Steve Jobs avait raison, mais pour l’instant les autres concurrents suivent le même chemin...

          • TeaSpoon 12 juillet 2010 14:36

            Il est intéressant de voir le nombre de gens qui disent être contre l’ipad quand on compare au nombre de gens qui ont voté « contre » l’article ! ça se contredit un peu non ? Honte de dire qu’on adore l’idée d’avoir un objet inutile ? ;)


            • Mmarvinbear mmarvin 13 juillet 2010 22:24

              Cet article est une très mauvaise pub pour un très bon produit...

              Je doutais de l’ipad et de son utilité mais je l’ai essayé et pour tout dire, je suis sorti du magasin avec... Et je ne regrette pas cet achat !

              L’ipad n’est pas la première tablette tout comme l’ iphone n’était pas le premier smartphone. Mais apple a réussi à chaque fois à condenser le meilleur dans tous ces appareils.

              Rapide, silencieux, puissant, réactif, simple à utiliser, autonome, c’ est un très bon complément à un ordinateur de bureau. On n’est plus obligé de l’allumer pour voir qu’on a reçu trois mails (dont deux spams et un de sa mère...), plus obligé de choisir entre rester enfermé pour travailler le prochain article Agoravox ou lézarder deux heures le cul à l’air pour bronzer... Une bibliothèque entière accessible d’une pression de doigt (avec un large catalogue d’oeuvres vraiment gratuites, car du domaine public : Tout (ou presque) Hugo, Voltaire, Shakespeare, pour rien ! Plus peur de mettre 10 euros dans un bouquin qui peut nous tomber des mains au bout de cinquante pages !) ou, pour ceux qui préfèrent, l’intégrale Friends ( mais là, faut payer)...

              Avec le temps, on peut aussi profiter de son quotidien (s’il est passé en numérique) sans gâcher du papier, en polluant moins (plus de distribution), en adaptant si besoin est la taille des caractères pour ceux qui ont une mauvaise vue.

              Idem pour le jeu.

              L’ipad, c’est à la fois un kindle, une DS, un ordinateur, une télé, une radio, un kiosque à journaux.

              Et qui ne met pas une à trois minutes avant d’être utilisable !

              Franchement, s’il y a un utilisateur d’ipad qui trouve un vrai défaut à cette machine, je suis curieux de l’entendre...


              • GuB-42 15 juillet 2010 19:55

                En fait c’est vrai, un iPad c’est tout ça...
                Mais tout ça en moins bien.

                - un livre ou un journal n’a pas besoin d’éléctricité, peut se conserver des siècles, peut se prêter, se revendre, est robuste, bon marché et agréable à lire.
                - le kindle à une meilleure autonomie et un écran plus agréable pour lire.
                - une DS a de meilleurs jeux et est bien plus légère.
                - une radio, une télé... il n’y a même pas de tuner dans l’ipad ! Ok, il y a internet mais WiFi/3G sont bien limités pour cet usage : moins de couverture, abonement a payer en plus, saturation des réseaux...
                - un ordinateur ok, mais sans clavier c’est très limite pour la bureautique. C’est pourtant un des usages principaux de l’ordinateur. Sans parler des softs spécialisées qui ne tournent que sous windows.

                L’ipad est en fait bon nulle part, moyen partout. Ce qui le rend inuile la majeure partie du temps... quand on a déja la meilleur alternative.


              • Mmarvinbear Mmarvinbear 21 juillet 2010 12:03

                « un livre ou un journal n’a pas besoin d’éléctricité » : sauf pour lire la nuit... :)

                « peut se conserver des siècles »
                 : s’il est correctement fabriqué, sinon, il tombe en poussière au bout de quelques dizaines d’années.

                « peut se prêter »
                 : pareil, on peut transférer le fichier...

                « le kindle à une meilleure autonomie et un écran plus agréable pour lire. »
                 : oui, mais il ne supporte pas les ouvrages et les revues en couleur.

                « une DS a de meilleurs jeux et est bien plus légère. » : sur l’ipad, on trouve des jeux DS et des jeux qui ne sont pas sur la DS...

                « mais sans clavier c’est très limite pour la bureautique »
                 : l’ipad est une machine d’appoint. Son clavier tactile est suffisant pour des travaux de tout genre. Si on se fait rapidement au positionnement étrange des signes de ponctuation...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Francois N


Voir ses articles







Palmarès