Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > De la viande de porc créée en laboratoire

De la viande de porc créée en laboratoire

Dans un futur plus ou moins lointain on pourra se demander si la côtelette qui trône dans notre assiette a un jour été un animal à quatre pattes, qui a vécu et gambadé dans la nature. Selon la presse anglo-saxonne, et notamment le Times, une équipe néerlandaise aurait réussi à créer in vitro un morceau de viande de porc.

Les travaux ont été menés par une équipe de l’université d’Eindhoven dirigée par le docteur Mark Post. Ils ont été financés par l’Etat néerlandais et… par un fabricant de saucisses, dont on peut sans mal imaginer l’intérêt qu’il porte à ce genre de recherches.

La “gestation” de ce morceau de viande s’est faite dans une boîte de Petri. Les chercheurs ont prélevé un myoblaste – une cellule musculaire – d’un porc bien vivant. Ils l’ont ensuite mis en culture dans ce milieu riche en nutriments indispensables, in vivo, au développement d’un muscle. Le résultat, selon le Times, est un morceau de viande “gluant” qui n’a pas grand chose à voir avec un morceau issu d’un animal.

En effet, la viande cultivée in vitro n’a pas subi les contraintes mécaniques qu’ont dû supporter les animaux. Les chercheurs devront trouver un moyen pour faire faire de l’exercice à ces muscles de laboratoires avant d’espérer le commercialiser. Quoiqu’en matière de saucisse la forme n’importe guère…

A l’inverse d’autres recherches dans le domaine, celles de Mark Post et de son équipe – injoignables – n’ont pour l’heure pas été publiées. Ce qui incite à la prudence. J’ai joint plusieurs biologistes pour qu’ils commentent ces travaux, dont le chercheur new-yorkais Tom Roud, notre voisin de comptoir au C@fé des sciences qui a accepté de réagir “à chaud” sur le contexte de ces travaux :

“Mettre des cellules en culture, c’est du quotidien de laboratoire. Il est assez facile de cultiver beaucoup de tissus (comme des cellules de peau), c’est peut-être un peu plus compliqué pour des cellules musculaires mais cela ne me semble pas a priori très compliqué. Il faut probablement juste trouver le bon “cocktail” de milieu de culture et le bon protocole.

Ce qui est étonnant dans cette histoire est que l’équipe en question a travaillé longuement dans des buts manifestes de chirurgie reconstructrice sur des problèmes qui m’ont l’air beaucoup plus complexes, comme la culture de vaisseaux sanguins. (…) Peut-être que l’idée de cultiver de la viande est “plus vendeuse” que celle de cultiver des vaisseaux sanguins, je me demande donc si cela ne relève pas un petit peu d’une stratégie de communication, à la fois vis-à-vis du grand public, des organismes de financement et bien sûr des entreprises de l’agro-alimentaire.”

Les questions posées par ces recherches sont toutefois primordiales. Nourrir 9 milliards d’humains à plus ou moins long terme sera un des enjeux majeurs de ce siècle. Et si l’on peut produire de la viande sans émettre les quantités astronomiques de gaz à effet de serre des élevages actuels, nul doute que la viande en boîte a de l’avenir.

En plus, cette méthode a reçu un blanc-seing de l’organisation PETA qui milite activement contre les mauvais traitements faits aux animaux. Ils ne trouvent rien à redire à cette technique de fabrication. Et ont même créé, en 2008, un concours doté d’un million de dollars à qui arrivera “à créer de la viande sans tuer le moindre animal”. 

Images : montage à partir de photos de DistractedMind (cochon), wallyg (saucisses) et de PNNL (boîte de Pétri).


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • JL JL 2 décembre 2009 10:48

    Bravo ! Je dis vive la science, si elle arrive à fabriquer de la viande commercialisable sans tuer aucun animal.

    Pour ma part et dans cette hypothèse, je suis prêt à devenir végétarien !  smiley


    • Cascabel Cascabel 2 décembre 2009 12:21

      Je ne sais pas si chez les autres c’est psychologique mais chez moi la nécessité de manger du steak saignant est physiologique.


    • Cascabel Cascabel 2 décembre 2009 12:58

      Pourquoi voulez vous que je me complique à ce point la vie ?
      Enfin, si je devais me retrouver dans des conditions de survie je tuerais moi même l’animal, cela me semble évident.

      Pour le moment, il me suffit d’aller chez le boucher, de choisir et de cuisiner. Comme en plus j’adore me servir de mon couteau, un très bon modèle au tranchant exceptionnel, je ne vois aucune raison sérieuse de m’amuser à planter mes crocs dans une brave vache.


    • Cascabel Cascabel 2 décembre 2009 13:14

      Exemple débile.
      Notre constitution nous permet de tuer à mains nues beaucoup d’animaux, chiens, chats, lapins, poissons, oiseaux, etc, et de les manger tels quels.
      Il se trouve que la cuisson nous permet de digérer plus facilement et de d’absorber à moindre frais les protéines dont nous avons besoin, raison pour laquelle nous nous y sommes si bien habitués au point d’en devenir dépendants.
      .


    • Cascabel Cascabel 2 décembre 2009 13:21

      Quand à comparer la viande, un aliment nécessaire, à la cigarette, une drogue pure et simple, relève d’un peu de fanatisme, non ?

      Soyez végétarien si ça vous fait plaisir mais ne confondez pas des raisons morales avec des raisons de santé.


    • Cascabel Cascabel 2 décembre 2009 13:43

      Et encore avec vos clopes... ça devient un tic.

      Dans tout guide de survie on vous apprend à faire des pièges car la protéine animale est vitale pour nous.
      Si vous mangez votre chat dans une île déserte vous prolongerez votre survie, si vous fumez vos clopes vous n’arrangez pas votre état. Pas dur à comprendre pourtant.

      Je trouve assez comique cette prétention à remettre en question des milliers d’années de mode alimentaire sur un coup de tête farfelu. Si la viande était superflue comme vous dites, alors on ne trouverait que quelques peuplades adeptes de cette curiosité culinaire. Hors absolument tout le monde, sous toutes les latitudes, mange de la viande et ce depuis des temps immémoriaux.
      Je sais vous allez me trouver quelques rares exceptions, quelques bouddhistes ici et là n’osant pas tuer un poux...mais ce sont des exceptions ! Des cas marginaux qui vont à contre courant de la nature de leurs semblables.

      Bref, ça m’amuse cette discussion absurde au possible.

      Ha, oui j’oubliais, nous avons une arme naturelle redoutable qui accompagne justement notre nature de prédateur : un cerveau exceptionnel commandant des mains habiles.
      Si nous nous contentions de salades et d’eau douce et bien nous serions de gentils petits lapins.


    • Cascabel Cascabel 3 décembre 2009 21:59

      « la viande peut être utile et nécessaire (d’ailleurs vous pouvez aussi manger vos clopes) »

      OK Actias, je propose le deal suivant :

      Sur l’île déserte vos mangez vos paquets de clopes et moi je me rôtis le chat pour moi tout seul. Comme ça tout le monde y trouvera son compte.

      Pour le reste de votre réponse il n’est pas vraiment possible pour d’y répondre car vous vous engagez dans une démarche de foi où vous mélangez morale et diététique.
      Je ne réussirais pas à vous convaincre que l’être humain est par nature omnivore, comme le cochon d’ailleurs. Ce dernier ne se pose pas la question si la viande est bonne ou non pour lui, si elle est vitale ou non, il suit tout simplement son instinct et mange ce que son organisme lui demande.
      Les premiers humains, pas encore influencés par aucun lobby alimentaire ont chassé pour survivre et tout comme les humains d’aujourd’hui se régalaient en mangeant de la viande. Des médecins vous trouveraient des explications précises sur les bienfaits des protéines et des graisses animales. J’ai entendu à se sujet une émission sur radio courtoisie la semaine dernière traitant en détail ce sujet.
      Pour ma part, je me fiche de rentrer dans les détails, je fais simplement confiance à la nature et je sais faire la différence entre une drogue et un aliment.

      Bref, si vous pensez pour vous rassurez qu’on mange de la viande depuis la nuit des temps par simple tradition et qu’il s’agit là d’une mauvaise habitude, libre à vous. Mais à ce rythme là vous pouvez aussi remettre en question notre position de bipèdes. Il serait peut-être plus naturel pour nous de marcher à quatre pattes, peut-être que nous nous trompons depuis des millions d’années ? Après tout la position debout ne fatigue-t-elle pas la colonne vertébrale et n’est-elle pas responsable de toutes sortes de maux ?

      On peut bien sûr se passer de viande, se prendre la tête a essayer de récupérer ici et là les fameuses protéines dont nous avons besoin, voir survivre avec une alimentation appauvrie. En ce sens le terme « vital » n’est peut-être pas bien choisi. Mais une chose est sûre : la viande est un aliment bon pour notre santé et ne saurait sérieusement se confondre avec une drogue.


    • Cascabel Cascabel 7 décembre 2009 01:56

      Merci pour votre réponse Actias et décidément si je devais être sur une île déserte je vous serais très reconnaissant de m’apprendre à me débrouiller avec le chat. Je suis sûr qu’en dehors de nos vues sur les bienfaits de la viande nous nous entendrions très bien.


    • ZEN ZEN 2 décembre 2009 10:56

      Les vaches vont beugler à la concurrence déloyale
      Vachement innovant
      Pas étonnant de la part de Hollandais , qui nous font des trucs rouges appelés « tomates »
      Beurk smiley


      • ZEN ZEN 2 décembre 2009 11:26

        Pas faux, Actias
        Il suffit de lire ce livre pour s’en convaincre


      • zelectron zelectron 2 décembre 2009 13:35

        et aussi Planète à gogos (titre original : The Space Merchants) qui est un roman de science-fiction de Frederik Pohl et Cyril M. Kornbluth, paru en 1953.


      • Romain Desbois 2 décembre 2009 13:45

        @Actias
        Bravo pour vos argumentations.
        C’est étrange comme les hommes parlent de culture quand ce n’est que la nature (ex. la sexualité) et comme ils parlent nature quand c’est uniquement culturel (ex : l’alimentation).

        Bon je vous laisse prendre les coups ;o)
        (Pas le courage d’y aller aujourd’hui)


      • zelectron zelectron 3 décembre 2009 11:07

        lien pour planète à gogos : http://www.critiqueslibres.eu/i.php/vcrit/1300
        - poulgrain (viande artificielle), surcafé, péditaxi ...


      • foufouille foufouille 2 décembre 2009 11:21

        beurk et rebeurk
        va bientot falloir lire attentivement les etiquettes
        encore et encore


        • appoline appoline 2 décembre 2009 13:13

          @ Foufouille,

          C’est un moindre mal, moi ce qui me gênerait davantage, c’est de me retrouver avec les oreilles sur le dos de la main parce qu’ils se sont gourrés dans le dosage, les laboratins sont parfois d’une telle maladresse....


        • Vilain petit canard Vilain petit canard 2 décembre 2009 11:54

          Ah lala mais on sait bien depuis longtemps que c’est pas compliqué de cultiver de la cellule musculaire, on redécouvre l’eau tiède, là. Même moi je peux le faire dans ma cuisine, ou presque.

          Le problème c’est que c’est seulement une partie de la viande (que de la cellule musculaire, pas de graisse ni de conjonctif), l’apparence sera pas forcément géniale (une espèce de galette molle ?). Et de plus, ce sera de la cellule non entraînée : flasque, non formée, claire, aqueuse et sans goût marqué. Du bifteck mort, si vous voulez. Exactement ce qu’on reproche à la viande issue d’élevages en batterie !!


          • VonTenia 17 décembre 2009 00:37

            En le branchant sur un de ces appareils de musculation avec des électrodes ou en faisant courir le bifteck sur un petit tapis roulant on pourrait arriver à quelque chose sans doute. J’ai confiance en la science pour régler ce léger problème.


          • goc goc 2 décembre 2009 12:00

            Il faudrait lancer une votation pour savoir si cette viande-là est autorisée dans les boucheries sans minaret

            et puis est-ce que le technicien de labo est un bon musulman/catholique/juif (rayer les mentions intuiles)


            • LE CHAT LE CHAT 2 décembre 2009 12:01

              1984 d’Orwell pour la bouffe ! adieu travers de porc ,jambon à l’os !  smiley


              • Gabriel Gabriel 2 décembre 2009 12:24

                Salut the cat

                Je dirais même plus « Soleil vert » quand le porc va de travers on fini toujours par l’avoir dans l’os !

              • LE CHAT LE CHAT 2 décembre 2009 12:57

                @gabriel

                oui , et quand une musulmane va de travers , c’est parce qu’elle est voilée !  smiley


              • Mohammed MADJOUR Mohammed 2 décembre 2009 12:10

                « J’ai joint plusieurs biologistes pour qu’ils commentent ces travaux, dont le chercheur new-yorkais Tom Roud, notre voisin de comptoir au C@fé des sciences qui a accepté de réagir “à chaud” sur le contexte de ces travaux : »

                C’est une décision louable, Il faut encore joindre tous les chômeurs des « Cafés maures » pour les faire réagir même « à froid » sur la nécessité d’un laborieux sarclage des cultures cochonnes de laboratoire afin d’écarter, à priori, in vitro, in vivo et ad vitam aeternam, le virus de la même souche ! Quelle serait la grande économie de vaccins, n’est-ce pas !

                Vive la Révolution !


                Mohammed.


                • Deneb Deneb 6 décembre 2009 13:33

                  Mohamed : vous êtes pour l’extiction de la race porcine, si j’ai bien compris. Vous m’avez l’air de quelqu’un d’intelligent, mais vos croyances vous ridiculisent


                • Litha Litha 2 décembre 2009 12:12

                  Hum si les porcs ne nous sont plus d’utilités pour se nourrir, ne verra t on pas cet espèce disparaitre ? (hormis dans les zoo ?) car si il ne rapporte rien à l’agriculteur, il ne va pas le garder dans le champ pour faire jolie. Et si cela se répand à d’autres espéces.

                  En effet on ne tuera plus d’animal, on leur évite donc de mourir en abattoir, mais n’en ferons nous pas un animal de plus en voix d’extinction ?

                  De plus quel serait les déchets de ces pharmaceutique ? Quel produit devront être utilisé pour la grande échelle ?


                  • Lorenzo extremeño 2 décembre 2009 12:15

                    Comme Foufouille beurk et rebeurk !

                    encore une bonne raison de vivre au pays du Cerdo Iberico qui se baladent dans des
                    milliers d’hectares se nourrissant de glands sous les chênes.
                    Tiens, je vais reprendre une tranche de Jamon Iberico de bellota pour me faire passer
                    le goût de cette nouvelle !

                    Cordialement


                    • appoline appoline 2 décembre 2009 13:17

                      @ Lorenzo,

                      C’est vrai qu’ils n’ont pas l’air malheureux à gambader les cochons. Rien qu’à voir les fumoirs, on salive.

                      Ben d’ici quelques années, on va avoir les dents qui poussent, ça nous permettra d’attaquer la bête sur pied.


                    • Lorenzo extremeño 2 décembre 2009 15:18

                      @Appoline

                      des fumoirs ?

                      Pouriez vous m’expliquer ?


                    • Leila Leila 2 décembre 2009 12:17

                      Reste à savoir si les rabbins et les imams, en leur immense sagesse, vont considérer cette viande artificielle comme un produit casher et halal.


                      • Cascabel Cascabel 2 décembre 2009 12:28

                        C’est nouveau ça vient de sortir : le porc cashalal !


                      • beuhrète 2 2 décembre 2009 13:15

                        je ne saurait mieux dire.

                        Halal soit qui mal y pense.


                      • RougeNoir 2 décembre 2009 16:33

                        Chez les juifs religieux, une fausse viande existe déjà depuis belle lurette. Elle est à base de soja et d’arôme artificiel. J’en ai déjà goûté, pas terrible. Mais c’était certainement mieux que la merde en boîte qu’ils veulent nous sortir à base de bouillie de je ne sais trop comment qualifier ce... truc. En tous cas, alors que certains s’intoxiquerons avec ce poison industriel, moi, je continuerai de me rendre à la boucherie pour acheter de la viande, la vraie.


                      • Henri François 2 décembre 2009 16:47

                        Vous vous mettez la moitié du doigt dans l’oeil. Les musulmans ont banni depuis toujours la viande porc de leurs assiettes. Il faut crire qu’ils savaient ce qui les attendait...
                        Je crois que je vais abandonner mon statut d’athée et que je vais me convertir, car j’adore la viande porc !!!


                      • perlseb 2 décembre 2009 22:39

                        Tout à fait.

                        Soleil vert n’est pas un film de science fiction, c’est notre futur.

                        Il y a de nombreux indices dans notre vie de tous les jours qui nous montrent à quel point nous empruntons ce chemin et il semble inévitable. Sauf accepter d’être beaucoup moins nombreux.


                      • Cascabel Cascabel 2 décembre 2009 12:22

                        J’avais déjà lu un article, l’année dernière il me semble, décrivant une viande de culture stimulée par des impulsions électriques. A priori l’idée parait assez morbide et plus affreuse que la mise à mort d’un animal mais nécessité oblige, nos porte-feuille ne se poseront pas de beaucoup de questions devant les étalages.


                        • Cascabel Cascabel 2 décembre 2009 13:03

                          J’ai dit « à priori ».

                          Si je compare de la viande artifitielle avec de la viande issue d’un élevage traditionnel je ne suis pas sûr qu’il soit moins cruel d’opter pour la première solution. Quand à l’élevage industriel il est devenu épouvantable si j’en crois certains reportages, mais l’idée de viande artificielle n’en est que la poursuite logique.


                        • Cascabel Cascabel 2 décembre 2009 13:28

                          Tuer...oui pour survivre on doit tuer, c’est comme ça. Donc se demander si c’est bien ou mal revient à se demander si vivre est en soi un acte moral car on le fait au détriment d’autres vies. Et cela vaut aussi pour les végétariens puisqu’ils tuent des plantes.

                          Au bout d’un moment, toute cette morale devient absurde. On vit, on tue, et on fait au mieux avec cette condition.


                        • Romain Desbois 2 décembre 2009 14:03

                          @casbanel
                          je vous cite :
                          "Tuer...oui pour survivre on doit tuer, c’est comme ça. Donc se demander si c’est bien ou mal revient à se demander si vivre est en soi un acte moral car on le fait au détriment d’autres vies. Et cela vaut aussi pour les végétariens puisqu’ils tuent des plantes."

                          Si l’on suit votre raisonnement , alors puisqu’on tue des animaux pourquoi s’interdire de tuer des humains ?
                          Pour survivre on doit tuer, pourquoi ne pas essayer de le faire de la façon la plus correcte ?
                          Même si vous manger du cadavre, que vous pensez que c’est indispensables pour votre santé, vous priver de foie gras, de viande de veau, d’agneau ou d’autres jeunes animaux ne vous rendra pas malade. Ne pouvons nous pas essayer de provoquer le moins de souffrance possible ?

                          Dans cette logique je suis devenu végétarien, puis végétalien. Car c’est ce qui est possible de faire, bien que j’ai conscience que les végétaux sont des êtres vivants. Seulement l’on peut vivre en étant végétarien (même ovo lacto truc si les animaux sont bien traités) mais on ne peut pas vivre en ne mangeant que de la viande (scorbut et autres carences mortelles).

                          Il nous est donc possible de supprimer tout ce qui nuit et ne nous est pas indispensable.
                          Pour en revenir au sujet, Actias l’a déjà dit je crois. une viande fabriquée artificiellement ne signifie pas forcément qu’elle soit plus mauvaise que celle issue d’animaux vivants.


                        • Cascabel Cascabel 3 décembre 2009 09:24

                          Romain des Bois

                          Bonjour, sur le principe je suis bien d’accord avec vous, la souffrance animal n’a pas à être tolérée, enfin dans la mesure du possible évidemment.
                          Personnellement je ne mange pas de foi gras, j’en ai acheté une seule fois dans ma vie dans une situation particulière où je ne n’avais pas beaucoup le choix. Pour le veau, je suis plus partagé dans la mesure où il ne s’agit pas de torture. Comme je ne suis pas idéaliste il me semble plus réaliste d’en accepter la consommation mais de la limiter.

                          La question que vous posez sur le cannibalisme est intéressante car elle montre qu’il existe une morale dans l’alimentation et que celle-ci n’a pas grand chose à voir avec la physiologie. Nous pouvons en effet manger de la chair humaine sans craindre d’en mourir et pourtant cette idée nous répugne.
                          A mon avis, il s’agit avant tout d’un tabou culturel qui n’est pas inhérent à la nature humaine. Certaines sociétés ont été cannibales et pas uniquement pour des raisons rituelles. Les Aztèques vendaient au marché des pièces de viande humaine sur leurs étalages. On a même des codex culinaires décrivant avec précision des recettes cannibales.

                          L’histoire a finalement donné raison aux civilisations non-canibales et ce partout sur terre. J’imagine d’ailleurs mal une société stable qui soit canibale, mais au delà de l’aspect pratique la dimension morale explique le mieux ce tabou.


                        • Antifer 17 décembre 2009 18:07

                          D’abord, merci a tous ceux qui commentent, pour leurs politesse et solides argumentaires, ce qui fait cruellement defaut partout sur la toile.

                          Pour apporter une precision sur le dernier commentaire de ce fil, et sans etre un fanatique de psychologie evolutive, il est interessant de remarquer que les forts tabous de la race humaine, le cannibalisme (comme l’inceste d’ailleurs) ont parfois des explications bien biologiques. Bien que le cannibalisme soit couramment observe dans la nature, il augmente la transmission de maladies infectieuses virales ou parasitaires (tout comme l’inceste augmente les risques de maladies congenitales chez la descendence). Pour certaines especes animales, le cannibalisme fait partie du cycle de vie et constitue un trade-off evolutif. Ce n’est pas le cas chez l’homme, d’ou « l’apparition » possible d’un tabou.

                          Sur un autre point et sans vouloir entrer dans les discussions sur les benefices nutritifs de la viande chez l’homme moderne : il existe des etudes montrant le role de la consommation de produits de source animale sur l’evolution humaine, et la divergence avec les autres primates comme les australopitheques. Ces derniers seraient restes des consommateurs occasionnels de produits d’origine animale alors que l’Homo aurait eu une consommation plus routiniere et elevee, conduisant a l’augmentation de la taille corporelle, de la taille et la complexite du cerveau. De nos jours, on peut tres certainement se passer de viande sans mourir, mais ce n’etait surement pas le cas de l’homme du Paleolithique.

                          Cordialement,

                          Sources :
                          http://jn.nutrition.org/cgi/content/full/133/11/3886S
                          http://www.sciencemag.org/cgi/content/abstract/284/5414/625
                          http://popups.ulg.ac.be/Base/document.php?id=441


                        • Voris 2 décembre 2009 13:15

                          Et les oeufs carrés ? Hein, depuis le temps qu’on nous les promet... !

                          Cette viande de porc ne sera sans doute pas très prisée mais elle poura servir pour les bombardements des pays islamiques. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès