Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Déchets nucléaires ou l’éternité empoisonnée

Déchets nucléaires ou l’éternité empoisonnée

Primé à de nombreuses reprises, Into Eternity, un film réalisé par Michael Madsen, évoque les questions, les enjeux et les problèmes du site d’enfouissement des déchets nucléaires finlandais.

Comparable à la poubelle radioactive de Bure (voir : http://blefondation.e-monsite.com/rubrique,dechets-nucleaires,311789.html), cette nécropole souterraine, creusée à 500 mètres de profondeur, ne recèlerait-elle pas une face délibérément cachée ?

Il faut dire que le nom donné par les Finlandais à ce cimetière souterrain est sans équivoque : « Onkalo », ce qui signifie la cachette, en finnois. Autrement dit, une appellation en forme de message subliminal qui reflète bien l’intention partagée par tous les docteurs Folamour des pays nucléarisés. Plus révélateur encore, la Belgique a donné le nom de « HADES » à son site, ce qui renvoie directement aux Enfers de la mythologie grecque. La France, pour son site de Bure, s’est quant à elle très longtemps cachée derrière le pseudonyme de « laboratoire » avant que l’ANDRA, promoteur de la poubelle souterraine, ne lance tout récemment une improbable appellation : « Cigéo ». Un mytho peut donc en cacher un autre.

Car il s’agit tout de même d’une décharge radioactive démesurée creusée pour y déposer les pires déchets que l’homme n’ait jamais produits. Des poisons dont la radioactivité reste mortelle sur des temps invraisemblables, sur 6 000 générations au bas mot. Des poisons qu’aucun pays au monde ne sait rendre inoffensifs. Dès lors, nous pouvons tous nous poser des questions : notre génération n’aurait-elle pas joué avec un feu qu’elle ne maîtrise pas ? N’aurait-elle pas joué à l’apprenti sorcier avec cette énergie nucléaire ? N’est-elle pas, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, en train de léguer un héritage empoisonné à ses descendants, et aux descendants de ses descendants ?

Néanmoins, il se pourrait bien que la curiosité des générations à venir n’ait pas à s’exercer. L’exemple français est un cas d’école. En effet, l’eau constitue le pire ennemi d’un stockage nucléaire souterrain. En dégradant les fûts, cette dernière se gorge de radioactivité et véhicule le poison au gré des déplacements des nappes phréatiques. Une équipe de scientifiques indépendants a dernièrement tiré la sonnette d’alarme : le sous-sol de Bure est gorgé d’eau (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2011/03/13/laboratoire-et-site-denfouissement-des-dechets-nucleaires-de-bure-en-lorraine-comment-on-nous-roule-dans-la-farine/) et strié d’une multitude d’anciennes failles verticales que les séismes vosgiens tout proches pourraient rouvrir, conduisant très rapidement les eaux dans le stockage souterrain. Ce risque majeur est d’autant plus sérieux que le creusement d’une poubelle transformerait la zone souterraine en un véritable gruyère. Un chiffre longtemps tenu secret parle de lui-même : la longueur des galeries et autres alvéoles avoisinerait les 200 km, tant les masses de déchets nucléaires s’accumulent. 

Enfin, comment interpréter le fait que dans le pays qui déclare à la face du monde comme celui des droits de l’homme, l’avis des populations soit aussi superbement ignoré ? Comme si seuls quelques scientifiques et élus, c’est-à-dire une fraction infime de la société, s’étaient arrogés le pouvoir de décider pour tous et pour des millénaires. Fait quasi unique dans l’hexagone, les populations de Lorraine et de Haute-Marne ont elles-mêmes lancé une pétition pour demander un référendum local. Résultat : 45 000 signatures… balayées d’un coup de main par les autorités !

(Source : CEDRA)

Voir la vidéo :


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Rensk Rensk 21 juin 2011 22:06

    Bonsoir... Vous saviez qu’en Suisse on creuse « internationalement » dans le Jura pour chercher... Mais qu’aucune décharge ne va y être admise ??? (Alors que selon eux... il n’y a pas beaucoup de population ; bien moins qu ?à Zürich où Genève et Lausanne

    http://www.jura.ch/DEE/PCH/Laboratoire-du-Mont-Terri/Laboratoire-du-Mont-Terri-un-projet-international.html

    Pas besoin en Suisse d’être politique... nous on a notre droit de vote ET d’élection (C’est con comme tout... mais c’est un frein aux abus !!!)


    • Kessonfait ? 21 juin 2011 22:39

      Le problème reste en suspens dans l’article : non à l’enfouissement mais que devons nous faire ?


      • Le citoyen engagé asse42 22 juin 2011 17:06

        Investir dans l’énergie libre ! Elle est présente partout il nous suffit juste de la capter pour la redistribuer aux populations sur l’ensemble de la planète. Cela aurait le mérite d’arrêter le gaspillage des ressources naturelles terrestres puisque cette source d’énergie est électro-magnétique.
        Vous croyez cela impossible ? Pourtant les civilisations antiques nous ont montré la voie en utilisant massivement cette énergie.


      • Kessonfait ? 22 juin 2011 23:19

        ça à l’air bien beau mais tes déchêts radiactifs t’en fait quoi ?


      • ubotugy ubotugy 22 juin 2011 00:18

        Ils sont marrant avec leur 100.000 ans à 5 km de profondeur, tout ça en espérant que l’eau ne remonte jamais en surface ou dans les nappes phréatiques, ou qu’aucun volcan ne vienne à surgir après 20.000 ans hein ^^ Ou que le niveau des océans ne montent pas trop, le coin n’est pas loin de la mer...

        Sinon le documentaire est bien fichu quand même, approche S-F sympathique mais ils se posent plein de questions de ouf alors que c’est un problème au-delà de notre capacité d’abstraction, on ne peut pas, on arrive déjà pas à imaginer des développements / solutions sur un seul siècle...

        La seule solution c’est d’arrêter le nucléaire pour éviter les déchets et de toute façon le manque de ressources va provoquer son arrêt à terme, tout comme avec le pétrole, mais on aura eu le temps de se donner du boulot pour dépolluer la planète pour... les 50.000 prochaines années !


        • slipenL’air 22 juin 2011 10:12

          Ce faire du fric avec un problème pareil c’est un peu bizard non ? (et des Oscars en +)
          un bon documentaire aurait fait l’affaire

          enfin  smiley

          Un gros Oscars pour fuku aussi smiley 


          • krolik krolik 22 juin 2011 11:26

            Deux-trois choses à rappeler sur les déchets nucléaires ou pas :

            - les déchets chimiques à base de mercure, d’arsenic, le tétryl, sont au moins aussi dangereux que les déchets nucléaires, et avec une vie encore plus longue dans la mesure où ils sont stables et ne décroissent pas. mais l’éternité semble être mieux admise que les durées de vie même longues.

            - En cas de retour de l’eau sur un déchet haute activité à durée de vie longue, vitrifié, et bien il ne se passe rien, car le verre n’est pas sujet à lixiviation, c’est pour cela que cette technique a été retenue.

            - Au Gabon à Oklo, il y a deux milliards d’années, des réacteurs naturels ont fonctionné, créant des produits de fission, des actinides mineurs... La nappe phréatique a eu le temps de partir et revenir en deux milliards d’années.. mais les actinides mineurs n’ont pas bougé et ont été retrouvés sur place. Donc fantasmer sur la migration des actinides mineurs... c’est dans le délire antinuc.

            - Je vous mets ici la courbe d’évolution de l’activité des déchets haute activité à vie longue, qui comme leur nom l’indique sont l’addition de deux types de matériaux : les produits de fission très radioactifs à durée de vie plus courte. Et les actinides mineurs qui sont beaucoup moins radioactifs donc à durée de vie beaucoup plus longue. L’addition des deux activités donne la courbe : http://i17.servimg.com/u/f17/12/17/43/12/dacroi10.jpg et l’on peut voir qu’en fait au bout de 5400 à 500 ans et bien le niveau d’activité est revenu à celui d’une mine d’uranium... Donc là aussi parler de milliers de générations.. c’est dans la fantasme pour coller de la frousse à pas cher.

             

            @+


            • abelard 22 juin 2011 17:44

              Merci krolik pour cette intéressante contribution.

              Merci également de mettre en lien une courbe à l’appui de tes fortes paroles. Néanmoins je n’en tire pas du tout les mêmes conclusions que toi.
              Tu affirmes qu’au bout de 5500 ans, la radioactivité des déchets nucléaire est revenue au niveau d’une mine d’uranium...
              Or en regardant ta courbe, je m’aperçois d’une petite étrangeté : l’unité d’activité choisie est le Curie. Assez peu sérieux pour un scientifique d’utiliser une unité qui n’appartient pas au Système international, mais bon passons.
              En mettant mon gros doigt gourd sur « à peu près 5500 ans » je trace une ligne verticale pour déterminer l’activité correspondante et sans trop me tromper j’enregistre entre 30 et 80 Curies d’activité...
              Pour mémoire le Curie est une unité qui vaut 37 Giga Becquerels ! 1 Ci = 37 000 000 000 Bq
              Au bout du temps retenu nous avons donc au minimum une radioactivité de 1110000000000 Bq ou 1,1 Téra Becquerels. A titre de comparaison l’activité du plutonium est de « seulement » 2,3 giga Becquerels.
              Suivant la courbe gentiment offerte, il faut attendre 500 millions d’années pour que la radioactivité chute au niveau d’1 Ci. C’est à dire à 3,7 GBq...

              Hum... Pourrais tu me promettre un truc, cher Krolik ? Dans un demi milliard d’années, pourrais tu me rappeler de ne pas construire de maison à côté d’une telle rôtissoire ?


            • Lisa SION 2 Lisa SION 2 22 juin 2011 19:44

              Xcellent !

              échange d’une rare intensité qui laissera sur le carreau à jamais, l’envoyeur technico-nucléo-patholo-radio-activo-lobbyique.. ! Le nucléaire serait l’idéal s’il ne dépendait pas directement de la main de l’homme dont la fiabilité est douteuse, même en cas de frappe chirurgicale.

              Avec le choix, tout être doué de bon sens plierait immédiatement pour une énergie locale à domicile sans déchets et durable sans abonnements à crédit sur cent mille g&n&rations de b&d§c&xcvk§&...

              ALTONUC...je vais écrire à ma fenêtre, et depuis hier, Sarkozy DEGAGE.


            • krolik krolik 22 juin 2011 22:21

              @Abélard.

              Je ne sais pas ciomment vous arrivez à triturer les chiffres opour votre démonsatration.

              *Car dans lka courbe donnée vous n’avez que des données spécifiques ciomparatives sans possibilité de les relier à une masse de déchet quelconque (un gralmme, un kilog... un tonne, 10 tonnes).

              L’intérêt de cette courbe se portait sur :

              - analyse comparative de la décroissance des activités des produits de fission d’une part et des actinides mineurs d’autre part.

              - comparaison avec la radioactivité d’une mine d’uranium dont le niveau est mentuionné par « natural ore » en anglais.

              Après cela vous êtes allé fantasmer.. Enfin vous vous êtes bien amusé.

              @+

               


            • Grasyop 22 juin 2011 22:26

              Bonjour Krolik. Pour ma part, ce que j’ai du mal à comprendre dans ces courbes, c’est qu’elles remontent par endroits. Notamment la courbe des actinides mineurs, à 100 000 ans. Une explication ?


            • krolik krolik 22 juin 2011 22:40

              On peut avoir cette impression du fait de la présence des autres courbes.

              La courbe des actinides mineurs reste constante entre mille et cent mille ans, mais clairement en-dessous de l’activité d’une mine d’uranium. La& différence à ce moment, ce sont les produits de fission finissant leur vie.

              @+


            • Grasyop 23 juin 2011 12:03

              Il me semble que la courbe des actinides mineurs, c’est l’autre courbe (en bleu-vert), qui semble vraiment passer par un minimum en 100 000 ans.


            • Ruut Ruut 22 juin 2011 15:39

              Les dechets devraient etrent stoqués sur la lune.
              Au moins la bas peut de risque que cela nous impacte.


              • Grasyop 22 juin 2011 22:28

                Et si la navette de transport explose en vol ?


              • Claude Sitt Claude Sitt 22 juin 2011 15:47

                Je me suis souvent posé la question de savoir si les failles de subductions au fonds des océans ne pouvaient pas constituer une solution.

                Que se passerait-il si nous tentions d’enfouir nos déchets dans le magma de la couche terrestre ?

                Explosion ?

                Recyclage ?


                • Laratapinhata 22 juin 2011 16:47

                  On a déjà essayé d’enfouir des déchets, lancés dans des espèces de missiles à tête de titane, sous les sédiments des grands fonds....dans les années 80. En espérant que la pression et la nature des sédiments seraient un bon piège. Je le sais , pour avoir été étudiante dans un Labo, qui avait été consulté « après coup »....Mais ca s’est révélé inefficace parce qu’avec le temps les éléments chimiques « deviennent mobiles »...

                  .....


                  Avez-vous vu ce témoignage d’un Français au Japon ?
                  http://www.youtube.com/watch?v=uLlAPBpmG6g&feature=player_embedded

                  Pardon d’être à côté du sujet, mais je viens de le recevoir et je cherche à le diffuser auprès du plus grand nombre..


                • pierrot123 22 juin 2011 18:06

                  @Laratapinhata

                  Merci pour ce lien étonnant...

                  Témoignage d’un homme courageux, et en colère (et comme on le comprend !!!).


                  • Marc Bruxman 22 juin 2011 21:05

                    L’enfouissement est pour l’instant la moins pire des solutions si l’on choisit le bon site. D’une part les déchets sont vitrifiés et stockés en containers, et subissent donc le même traitement que lorsqu’on les stocke à l’air libre.

                    Car actuellement, ces futs que l’on va enterrer sont stockés à l’air libre. Le stockage à l’air de ces déchets est sur, mais on considére à juste titre qu’il est important de ne pas faire planer un gros risque sur ce stockage en plein air (catastrophe naturelle, guerre, ...) et donc on l’enfouit.

                    La terre est une barriére naturelle à la radioactivité. 500m de terre font que même si les futs se pourissent vous ne serez pas irradiés.

                    Le site doit rester supervisé pendant 100 à 150 ans c’est à dire que l’on pourra surveiller les éventuels problèmes et les corriger si jamais il y a des infiltrations génantes.

                    La seule meilleure solution serait d’envoyer les déchets au centre de la terre mais on ne sait tecchniquement pas encore faire.

                    Donc plutot que de raler, n’hésitez pas à proposer une meilleure solution ! 


                    • krolik krolik 22 juin 2011 22:31

                      Actuellement il y a trois ou quatre candidats à la primaire présidentielle de EELV.

                      Lorsque l’on devient président, on se doit diriger les orientations futures : bon ils veulent fermer toutes les centrales nucléaires, c’est clair.

                      maisd en tant que président on se doit de gérer le passé.

                      Alors il y a une chose que je n’ai pas comprise c’est : Quel est le programme de ces candidats pour résoudre le problème des déchets, problème dont ils répètent depuis des années qu’il n’y a pas de solution.

                      J’ai posé la question sur un forum plutôt antinuc, et après moult mouvement de défilement à la question, il lm’a érté répondé que ce serait « la moins mauvaise solution » c’est à dire l’enfouissement profond..

                      La question d’après, c’est comment un président de coloration EELV arrive-t-il à convaincre les gens de la Meuse et de Lorraine en général d’accepter de se « sacrifier » au nom de l’intérêt général ? UIl leur envoie les CRS ? Il leur propose des camps de travail et des stages obligatoires pour arriver à comprendre leur intérêt...

                      Dans la mesure où l’article a été écrit par des personnes concernées localement, il serait intéressant de connaître leur interprétation du programme des candidats EELV en ce qui concerne le gestion future du « passif » nucléaire.

                      @+


                    • Groupe BLE Lorraine BLE 27 septembre 2011 23:14

                      Malgré le soutien de son conseil municipal, le maire de Bonnet reste isolé parmi les élus du secteur. Sa commune de 217 habitants a beau être située sur la ZIRA (Zone d’Intérêt pour la Reconnaissance Approfondie), et percevoir, à ce titre, des subventions à hauteur de 500 euros par habitant et par an, il demeure un opposant farouche au centre d’enfouissement (voir : http://blogerslorrainsengages.unblog.fr/2010/01/24/bonnet-dit-non-a-lenfouissement-des-dechets-nucleaires/). « Contrairement à ce que nous raconte l’ANDRA, le dossier n’est pas mûr. Mais le débat est clos avant même d’avoir eu lieu : l’enfouissement est devenu la solution unique », objecte l’édile.

                      Opposé sur le fond, il dénonce tout autant la méthode des pouvoirs publics, qu’il juge suspecte : « Je n’ai jamais vu des entreprises débarquer avec des valises de billets pour faciliter leur implantation. En général, c’est l’inverse qui se produit ». Pour lui, « acheter ainsi les consciences, c’est trop facile », soupire celui qui fustige aussi les rivalités exacerbées au sein de la communauté des 19 communes du Val d’Ornois, entre celles qui bénéficient des aides financières et les autres.


                      • Groupe BLE Lorraine Groupe BLE Lorraine 13 juin 2012 21:19

                        A Bure, un ascenseur descend en huit minutes à 500 mètres de profondeur. Les installations souterraines s’étendent aujourd’hui sur un kilomètre et il est prévu d’en doubler la taille. Le site de stockage se situera à trois kilomètres de là.

                        Les dépôts y seront surveillés pendant 100 ans à compter de la date du premier enfouissement, puis ils seront scellés pour une durée indéfinie. Ces dépôts sont censés rester hermétiques pendant 100 000 ans au moins, après quoi la radioactivité des déchets ne devrait pas être plus élevée que celle émanant de l’environnement naturel. Le premier site de stockage géologique du monde devrait être opérationnel en Finlande en 2015, le deuxième en Suède au début des années 2020 et le troisième en France en 2025.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès