Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Docteur Google : quelle médecine pour demain ?

Docteur Google : quelle médecine pour demain ?

Prologue...
Les moteurs, tous les moteurs, caressent depuis longtemps déjà le rêve d’être médecins. Après la bataille de l’information (gagnée "contre" la presse), après la bataille de la connaissance (sur laquelle ils disposent pour l’instant d’un très net avantage quantitatif "contre" les bibliothèques), la bataille du génome. Après s’être rendus maîtres de la base de donnée des intentions, c’est désormais, bien plus que du graphe social, du génome de l’humanité qu’ils sont en quête. Et leurs moyens ne sont pas ceux d’un Quichotte.

Ce qu’il y a derrière la médecine 2.0
Retour sur quelques problématiques essentielles de la "médecine 2.0" ou "quand les moteurs seront médecins"...
Il faut d’abord noter que ce ne sont pas les applications (informatiques) qui manquent d’applications (médicales). ReadWriteWeb liste son top 20. On y découvre trois catégories de sites :

  • côté patients :
    • des sortes de forums pharmaco-hospitaliers à la sauce 2.0 (Patientlikeme) dans lesquels il est possible de trouver "ceux qui souffrent de la même maladie que moi" ou "ceux qui prennent le même traitement que moi" ;
    • des sites de stockage en ligne de l’ensemble de ses informations et données médicales (voir par exemple le descriptif du site "Mivitals" sur Techcrunch).
  • côté praticiens : ils ne sont pas en reste avec Sermo qui permet à plus de 50 000 médecins et cliniciens d’échanger autour de cas pratiques et cliniques ;
  • côté patients qui cherchent un médecin : le site Vitals  est proprement hallucinant (pour nos esprits étriqués de la vieille Europe, mais tout à fait révélateur d’une certaine forme de pragmatisme orwellien anglo-saxon : le principe est que les patients peuvent soit y noter des médecins qu’ils sont allés consulter (ou non...), soit s’en servir pour trouver des médecins (et voir s’ils sont ou non bien notés). Mais la fiche signalétique du médecin lambda ne s’arrête pas là : il est en effet possible pour tout médecin référencé dans la base de données de Vitals, d’avoir accès à ses affiliations (hôpitaux ou cliniques dans lesquels il travaille ou a travaillé), à son cursus universitaire (quelle faculté a-t-il fréquenté et dans quelle "option"), à des informations "disciplinaires" (si le médecin a déjà dû faire face à des sanctions ou des procès, ou si de "mauvaises pratiques" ont été relevées par des patients), ses publications scientifiques, les langues qu’il parle et les assurances médicales qu’il accepte... C’est proprement hallucinant tant le décalage est immense avec les quelques tentatives françaises de jouer la compétition entre hôpitaux et entre praticiens sous couvert de transparence et d’information du patient.

La "santé 2.0" dispose même déjà de sa conférence au titre programmatique : "Connecting consumers and Providers". Vous aurez noté que "consumer" n’est pas davantage une traduction de "patient" ou de "malade" que "provider" ne l’est de "médecin"... L’avantage c’est qu’au moins on sait où l’on met les pieds (nickelés)...
Cette même médecine 2.0 hérite de nombre des avantages et des problèmes du sceau "2.0" parmi lesquels celui de la crédibilité, de l’autorité. Ces dernières problématiques pouvant s’avérer littéralement "vitales" dans le cas, par exemple, des blogs médicaux qui fleurissent aujourd’hui sur le net. Sur ce sujet (=ce que le "2.0" apporte à la médecine), je vous recommande ce diaporama exhaustif et incontournable (repéré grâce à Techcrunch).

Médecine 2.0 : une question de sphères de données
Avant d’en revenir à nos chers moteurs, il faut bien comprendre que la clé de la médecine 2.0, ce sont les données. Exactement de la même manière que les données sont la clé du web 2.0. Et ces données sont de plusieurs ordres, appartenant à différentes sphères (sur l’origine desdites sphères, cf. ma petite théorie de la dérive des continents documentaires) :

  • Sphère intime : données "médicales". C’est le fameux "dossier médical". Vos traitements, vos prescriptions, l’historique de vos pathologies. La sphère est ici celle de l’intime.
  • Sphère personnelle publique : données "sociales" sur les patients et les praticiens. Elles peuvent être publiques comme dans le cas des 4 services évoqués plus haut, avec la règle de l’opt-in (ce sont les principaux intéressés qui doivent alimenter leurs "fiches"). De "l’extime" (= de l’intime tourné vers l’extérieur) si l’on préfère.
  • Sphère publique collective : données cliniques : elles rassemblent les articles et les données issus de bases de données en médecine et dans les domaines connexes. Ces données factuelles, ces protocoles d’expérimentations, ces articles scientifiques doivent être impérativement publics (dans une logique d’opt-out), et idéalement gratuits, pour que tous les praticiens qui en ont besoin - notamment dans les pays émergents ou en voie de développement - puissent y avoir accès dès que cela est nécessaire (sur ce sujet, vous pouvez d’ailleurs vous précipiter pour signer la pétition de soutien à la Cochrane Library, explications sur l’intérêt de la chose dans Urfist-Info).
  • Sphère personnelle privée : données "génomiques". Vos gènes. Votre génome. Son séquençage. Et toutes les applications (médicales ou non) qui y sont liées.
  • Sphère collective privée  : les mêmes données génomiques, à l’échelle non plus de l’individu, mais d’une population, collectées par des sociétés ou des organismes n’ayant pas de vocation médicale affichée ou prépondérante.

C’est sur les bases du projet collectif ou politique (ou marchand... ou les trois...) qui soutiendra et "pensera" l’articulation de ces différentes sphères que se construira la médecine du siècle prochain.
Comme l’ont montré les points de rappels précédents, qu’il s’agisse des données, de la prescription, de la mise en relation, du stockage, sur tous ces points essentiels de la périphérie médicale, les moteurs de recherche sont évidemment les mieux placés pour proposer rapidement aux individus (et aux États...) une offre médiale 2.0 "clé en main".

Ceux qui sont derrière la médecine 2.0
Après bien des effets d’annonce de la firme de Mountain View (pour un récapitulatif de sa stratégie, voir ce billet), c’est finalement Microsoft qui lui grilla la politesse avec le lancement de son service Healthvault, dont je vous disais plein de bien dans ce billet. Mais là où le site Healthvault ressemble encore aujourd’hui à une (jolie) usine à gaz toute pleine des logos de ses sponsors, et là où Healthvault reste encore avant tout un moteur de recherche d’informations et de données médicales, Google vient de reprendre l’avantage en déployant le premier partenariat terrain dans lequel un moteur de recherche (en tant qu’entité commerciale) se fait le principal et unique intermédiaire dans la chaîne de la prescription et du soin. Soit, vu sous un autre angle, une désintermédiation programmée et actée de l’acte médical.

La première pierre...
Ce dont je parle c’est le partenariat avec la Cleveland Clinic. Un partenariat qui fera date, comme le fit celui des premières bibliothèques contractantes du programme Google Book Search (pour mémoire : Harvard, University of Michigan, New York Public Library, Oxford et Stanford). Les patients de cet organisme (la Cleveland Clinic) bénéficient déjà d’un accès à un dossier médical informatisé. Comme l’indique le billet du blog officiel de Google, ce partenariat vise donc à "tester notre modèle de partage de données." En clair (je reprends ci-dessous et traduis les points signalés dans le billet annonçant le partenariat) :

  • "les patients de la clinique pourront importer leurs données médicales dans leur compte Google." C’est donc bien d’un changement de sphère qu’il s’agit : on passe de la gestion de données médicales "dans et par" un organisme habilité (une clinique), à la gestion des mêmes données "dans et par" une firme privée commerciale sans compétence médicale.

De son côté, l’annonce relayée sur le site de la clinique indique qu’entre 1 500 et 10 000 patients seront concernés et parle, à propos du susmentionné changement de sphère, d’un "live clinical delivery setting". La même clinique annonçant que "le but ultime de cette expérimentation" est "de permettre aux patients d’interagir avec de multiples praticiens, services de santé et pharmacies." Un objectif que l’on retrouve mot pour mot dans le billet du blog officiel de Google qui indique travailler avec "beaucoup de compagnies d’assurance, de groupes médicaux, de pharmacies et d’hôpitaux." Ce "modèle de partage de données" dont parle Google est donc bien, pour moitié au moins, à destination de compagnies dont l’intéressement aux problématiques de santé n’a rien à voir avec le cadre du soin (compagnies d’assurance et pharmacies dans une moindre mesure). Dit autrement, si l’intérêt pour le patient reste à démontrer et si l’intérêt pour l’avancée de la médecine restera nul, l’intérêt financier pour les groupes d’assurance et les grands groupes pharmaceutiques n’est, lui, plus à démontrer...

La deuxième pierre...
Sept jours après l’annonce de ce partenariat, soit le 28 février, un nouveau billet du blog officiel Google pratique l’art consommé du teasing en délivrant parcimonieusement quelques copies d’écran du toujours annoncé et jamais encore entrevu service Google Health (d’où le qualificatif de Vaporware qui lui est octroyé par Techcrunch). Ladite copie d’écran permet d’avoir la confirmation que Google Health balaiera bien toute l’étendue des services de la médecine 2.0 telle que décrite plus haut : il sera possible d’y importer ses données médicales personnelles, d’y trouver un docteur, d’y consulter ses ordonnances, ses traitements, et d’ajouter des informations à son profil Google Health tout en naviguant sur le net. Le lancement du service est prévu "dans les prochains mois", probablement à l’issue de l’expérimentation avec la Cleveland Clinic.
Naturellement, les compagnies d’assurance et autres enseignes pharmaceutiques n’auront pas accès à votre profil Google Health. Mais. Mais il est évident que, comme pour d’autres services, Google proposera des liens sponsorisés pour les profils Google Health, et il est plus que probable que les mêmes compagnies d’assurance et groupes pharmaceutiques disposeront également de leur "espace" Google Health, un espace vers lequel vous pourriez être orientés en suivant le lien "discover more health tools for managing your health", lien disponible en place centrale sur la page de votre profil Google Health.
La deuxième pierre c’est donc celle de la publicité, coeur inamovible de l’appétence et de la compétence googléenne.

La cathédrale du génome planétaire

Si le lancement du site Google Health s’inscrit dans une stratégie marketing court-termiste (?), un rapide coup d’oeil en arrière sur les sphères concernées par la médecine 2.0 nous permet d’y voir plus clair dans la stratégie à long terme de la firme de Mountain View. Reprenons donc (rapidement) :

  • Sphère intime : données "médicales". Tout est prêt. Les dossiers médicaux existent. Ils sont numérisés et accessibles en ligne dans l’enceinte médicale (hôpital ou clinique) et demain via un compte standard sur un moteur de recherche.
  • Sphère personnelle publique : données "sociales" sur les patients et les praticiens. Là encore tout est prêt. Le seul changement concernera la centralisation de l’ensemble de ces informations sur des moteurs comme Google ou Microsoft (une centralisation qui passera d’ailleurs probablement par le rachat de quelques compagnies pionnières et/ou bien établies et/ou disposant d’une base de données suffisamment conséquente).
  • Sphère publique collective : données cliniques. Idem que pour le point précédent. Même s’il faudra collectivement être particulièrement vigilant pour maintenir, sur ces données, un droit d’accès libre et gratuit partout et pour tous.
  • Sphère personnelle privée : données "génomiques". Vos gènes. Là encore, les avancées vont bon train, la société 23andMe s’y distingue, et Google est partenaire/actionnaire de ladite société. Le génotypage de votre génome coûte aujourd’hui 999 $.
  • Sphère collective privée : les mêmes données génomiques, à l’échelle non plus de l’individu mais d’une population. La voilà, la stratégie à long terme. Et voici pourquoi...

Bloomberg nous apprend que le plus grand projet de séquençage du génome (100 000 personnes "visées" avec un objectif de 1 000 personnes la première année pour un coût de 50 millions de $) vient d’être lancé par des scientifiques d’Harvard. L’objectif est d’avancer dans la connaissance et le traitement des maladies. Et que, dans ce projet, Esther Dyson (de la société 23andMe) est embauchée, et que... Google et Orbimed (une firme d’investissement dans le domaine de la santé) en seront les financeurs.
Pour la recherche, pour le traitement de ces maladies, et pour l’instant, c’est un cercle vertueux. Google est l’une des seules sociétés à avoir l’infrastructure informatique (la capacité de calcul) et les ressources financières pour porter ce genre de projet. Pour nos sociétés, c’est autre chose ; que sur ce genre de projet, toute la zone de décision, d’initiative, de pilotage et de contrôle (front et back-office) "échappe" ainsi à la sphère publique, à la sphère politique (au sens étymologique du terme) est le signe avant-coureur de bien des possibles et irréversibles dérives. D’autant que de l’aveu même des dirigeants de ces sociétés qui fleurissent aujourd’hui sur le créneau de la génétique personnelle, si le premier objectif est de gagner de l’argent en vous vendant le code de votre génome (sphère personnelle privée), le second objectif, le "vrai", est "to collect a large database of genetic information and then come back to you over time with invitations to provide specific health data and participate in research." Sphère collective privée.

Les moteurs de séquençage sont à la manoeuvre. Efforçons-nous collectivement de rester à la barre.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 5 mars 2008 01:54

    Brrr. Ca fait peur.

    D’un autre côté, il y a de plus en plus d’invests dans la recherche sur la santé pour des thérapies de plus en plus chères, les dépenses de santé n’arrêtent pas d’augmenter, et le pouvoir d’achat ne suit pas. Il y a donc à prévoir à court terme un krach de la santé aux US.

    Mais ça n’empêchera pas les tentatives de big brother de microsoft et google.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès