Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Dynamités les deux piliers du néodarwinisme : ni sélection naturelle ni (...)

Dynamités les deux piliers du néodarwinisme : ni sélection naturelle ni gènes

 Les évolutionnistes attentifs savent pertinemment que la théorie de l’évolution est incomplète. Quelques-uns suggèrent de revoir le rôle des gènes et du génome. D’autres minimisent l’intervention de la sélection naturelle. Ce qui au final fragilise les deux piliers du néo-darwinisme achevé au siècle dernier, les mutations (ajoutées aux recombinaisons) et la sélection. Il est dès lors envisageable de mettre en doute non pas l’évolution mais son explication. Le 21ème siècle a vu nombre de scientifiques se déprendre de la fascination du gène. Pourtant, on ne compte pas les études montrant des corrélations entre la présence de certains gènes, ou de mutations, et divers aspects phénotypiques ainsi que des états pathologiques. En plus, la cladistique est renforcée par les analyses génétiques effectuées sur les génomes des différentes espèces dont on peut tracer les arbres phylogénétiques qui sont aux espèces ce que les arbres généalogiques sont à l’histoire des filiations. L’une des rares questions fondamentales et déterminantes pour l’évolution concerne l’énigme du génome et la détermination du rôle exact des gènes dans la transformation des espèces. En fait, le génome est impliqué dans deux événements, l’un à durée humaine, étant l’ontogenèse puis l’existence, l’autre, à durée incommensurable, étant l’évolution, ou mieux encore, les évolutions. D’abord plus de deux milliards d’années pour les molécules prébiotiques et les cellules, puis plus de 500 millions d’années pour les vertébrés et quelques millions d’années pour les hominidés.

 Du point de vue épistémologique, il est indispensable de replacer le génome et les gènes dans le contexte où ils sont censés jouer un rôle. Le génome intervient dans la transmission du patrimoine génétique entre les géniteurs et les engendrés. Le génome lorsqu’il est « lu » permet le développement ontogénique. Le génome est surtout « interprété » car le champ épigénétique est très large. Ce champ intervient lors du développement mais aussi tout au long de l’existence. On sait en effet que l’activité transcriptionnelle dans le cerveau humain reprend de plus belle passée la cinquantaine. Il se pourrait que la génétique ait à considérer deux génomes fonctionnels, l’un qui serait le ressort ou le résultat de l’évolution et l’autre celui de l’ontogenèse. Le fait d’interroger, ressort ou résultat, suppose que la causalité devient une conjecture. Il est en effet envisageable d’inverser la causalité conventionnelle, celle qui dit par exemple que tels gènes induisent un cancer. Henry Heng, cancérologue soucieux de paradigmes, envisage une causalité inverse. Le cancer serait dû à une succession de réponses effectuées par le génome cellulaire consécutivement à des modifications du terrain physiologique. Ainsi, la présence de gènes mutés ou dupliqués (trouvée après analyse) serait la conséquence du processus de cancérisation. Ce qui inverse l’hypothèse d’un désordre génétique à l’origine du désordre phénotypique.

 Finalement, à travers cette habile suggestion de Heng, c’est le schéma global de la génétique qui devient une conjecture fondamentale. Avec comme question centrale l’élucidation de la « dialectique moléculaire » entre les gènes et le phénotype. Dialectique pouvant être élargie à la question de l’évolution. C’est du reste ce que j’évoquais dans le texte consacré à la phénobiologie. La question du ressort est elle aussi centrale. Cette notion de ressort a été travaillée dans le domaine de la science sociale par Montesquieu. On y voit l’ombre du grand horloger et de la philosophie mécaniste. Si l’on remonte beaucoup plus loin, on trouvera la cause efficiente d’Aristote. Après Darwin, c’est toujours cette question qui hante la science. Quels sont les ressorts de la spéciation ? La sélection naturelle et les mutations ? Eh bien je pense que non.

 En matière d’exposé théorique, il est parfois utile d’aller droit au but sans hésitation. J’énonce deux propositions. Premièrement, les succès de la génétique laissent croire à un rôle évolutif de l’ADN. Dans la version la plus radicale, celle de Dawkins, la vie serait instrumentalisée par les gènes cherchant à se perpétuer. Je pense exactement l’inverse. Les gènes sont les instruments de la vie. Les gènes sont manipulés par le vivant et toutes les espèces sont des organismes génétiquement modifiés par la nature. Deuxièmement, les évolutionnistes orthodoxes accordent à la sélection naturelle une causalité efficiente. C’est inexact. En fait, la sélection naturelle est pratiquement l’opposé de l’évolution. La sélection naturelle produit un écosystème où les espèces s’emboîtent au biotope avec ses composantes physiques, géographiques, végétales, animales. En fait, tout se passe au niveau interfacial et donc technique. Se déplacer, se nourrir, trouver un partenaire sexuel, toutes ces choses mobilisent les interfaces techniques et perceptives et donc les formes matérielles. Les forces évolutives sont à l’opposé de la sélection naturelle. La vie évolue parce qu’elle se refuse à rester une adaptation, un état d’équilibre dynamique dans un biotope. D’aucuns me jugeront bergsonien avec l’idée d’une force évolutive semblant proche de l’élan vital. J’espère aller bien plus loin que Bergson car les savoirs sont bien plus aboutis.

 Au final, deux piliers de l’édifice néodarwinien s’écroulent. Celui de l’ADN compris comme l’un des deux ressorts évolutifs. Le génome a un rôle déterminant, celui de conserver un patrimoine génétique mais il n’est pas cette instance qui muterait au hasard. L’ADN mute « intentionnellement » dans un contexte spécial, sans doute de déséquilibre ; soit intrinsèque aux individus de l’espèce, soit en réponse à un environnement modifié. Mais l’ADN est essentiellement conservateur. Cette thèse est puissante mais elle reste à démontrer. L’autre édifice étant la sélection naturelle. La thèse que je suggère tient donc en une formule, ni sélection, ni gène. Quelques spécialistes de l’évolution et de la biologie savent pertinemment que le néo-darwinisme est sur le point de s’écrouler. La situation est critique. Un peu comme dans un conflit contenu mais qui peut se exploser à la faveur d’un événement. La situation épistémologique ressemble à celle des années Darwin, lequel s’était empressé de publier sa théorie car d’autres étaient sur la voie. Au 21ème siècle, qui va tirer le premier et proposer la nouvelle théorie de l’évolution et du vivant ? Compte tenu de la situation épistémologique, il doit bien y avoir quelques « clients sérieux » comme on dit. En science, aucun n’édifice ne s’écroule en fait. C’est juste que d’autres édifices supplantent les anciens. C’est pour cette raison que le néo-darwinisme avec ses deux piliers est promis à la chute, tel un empire des savoirs destiné à être remplacé par une nouvelle théorie. Les clignotants s’agitent. Ce n’est qu’une question de dix ou vingt ans.


Moyenne des avis sur cet article :  2.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

51 réactions à cet article    


  • Gollum Gollum 21 novembre 2012 09:56

    Quelques spécialistes de l’évolution et de la biologie savent pertinemment que le néo-darwinisme est sur le point de s’écrouler.


    Eh bien tant mieux. C’est pas moi qui vais regretter ça.. Mais ce que c’est long l’émergence d’une vérité quand des présupposés plus ou moins idéologiques et nécessaires au paradigme dominant ne veulent pas la laisser passer.. 

    • robin 21 novembre 2012 10:11

      «  Les évolutionnistes attentifs savent pertinemment que la théorie de l’évolution est incomplète »

      ce qui ne les empêchent pas de se comporter rigoureusement comme des religieux dans un splendide dogmatisme que ne renierait pas un membre de l’inquisition.... smiley


      • cogno4 21 novembre 2012 11:00

        Des créationistes qui accusent les evolutionistes de comportement religieux...

        On a oublié de vous fournir un cerveau à la naissance ?


      • robin 21 novembre 2012 14:48

        Par cogno4 (xxx.xxx.xxx.179) 21 novembre 11:00

        Des créationistes qui accusent les evolutionistes de comportement religieux...

        On a oublié de vous fournir un cerveau à la naissance ?
         -------------------------------------------
        Ben oui j’ai une religion mais à votre différence, je le sais..... smiley


      • cogno4 22 novembre 2012 08:03

        C’est pas ton smiley qui va faire passer ta phrase pour intelligente.

        Je te dis ça parce que me donner une religion afin de te fournir une excuse pour en avoir une, c’est grotesque, toi comprendre ?

        Mais j’ai tout entendu de la part de croyants à la con, ragnagna m’a même sorti que j’étais jaloux.... tu fais dans la même veine, ridicule, vous me faites pitié.


      • morice morice 21 novembre 2012 10:25

        ah Dugué finit sa carrière de chercheur comme créationniste.


        toutes les éprouvettes mènent à l’autel.....

        • rikoder rikoder 21 novembre 2012 11:28

          Parce que pour vous si on est pas evolutioniste-darwiniste on est forcement creationiste ?

          Quelle vision reductrice du sujet...

          Pas etonnant que vous recuperiez des commentaires a la hauteur des votres sur vos sujets... Et apres ca vient pleurnicher... C’etait p
          25 ans d’infos et en meme temps carriere de profs ? ca pue le mytho tout ca...

        • JL JL 21 novembre 2012 11:59

          rikoder,

          mais tout évolue : même le créationnisme qui s’est mué en intelligent design. Seuls les moins instruits des croyants en sont restés au « créationnisme de papa ». Enfin, ça fait du monde, surtout aux « states » comme ils disent. C’est vrai que là-bas, les études coutent tellement cher ...


        • robin 21 novembre 2012 13:27

          La vôtre (de carrière) est déjà bien entamée : Clown fasciste chez Agoravox smiley


        • Castel Castel 21 novembre 2012 14:04

          L’imbécilité française dans toute sa splendeur : si tu n’es pas conformiste ou si tu émets une nuance dans ta pensée alors tu fais tout de suite parti des « autres » qui sont à la fois :

          Créationniste/ négationniste/ Obscurantiste/ Antisémite/ Antirépublicain/ Extrémiste/Collabo etc...


        • Luxum Luxum 22 novembre 2012 06:58

          D’un autre côté il n’existe que deux doctrines élaborant des théories sur l’origine des espèces :
          -L’évolutionnisme
          -Le dessein intelligent (ou néo-créationnisme)

          La première relève de la science tandis que les arguments de la seconde sont de l’ordre de la pseudo-science.


        • Castel Castel 22 novembre 2012 08:46

          Il faut arrêter de parler de pseudo-science, c’est un concept creux et méprisant. Soit on peut étudier un domaine qui nous mène à un savoir, on parle alors de science, soit on ne peut pas étudier le domaine. On parle alors de croyances, d’idées, de perceptions etc...
          Il n’y a pas à élaborer de hiérarchies, les deux sont importants.

          De plus, si la nature n’est pas intelligente, je me demande ce qu’elle est.
          Le phénomène de mimétisme par exemple, demande une adaptation de pointe à l’environnement. Ce n’est pas de la gnognote.

          On ne peut résoudre la dualité créationniste/ évolutionniste qu’en acceptant l’intelligence de la nature.


        • cogno4 21 novembre 2012 11:03

          C’est pour cette raison que le néo-darwinisme avec ses deux piliers est promis à la chute, tel un empire des savoirs destiné à être remplacé par une nouvelle théorie. Les clignotants s’agitent. Ce n’est qu’une question de dix ou vingt ans.

          Ou enfin il est rare que le nouvel édifice fasse table rase.
          Bref, c’est pas complet, mais rien n’est jamais complet en science, ce n’est pas pour autant que tout est rejeté.


          • JL JL 21 novembre 2012 11:05

            Bonjour Bernard Dugué,

            vous écrivez : « Toutes les espèces sont des organismes génétiquement modifiés par la nature. »

            C’est une formulation originale et intéressante, mais je ne vois pas de différence de fond entre votre formulation citée et cette autre, je vous cite encore : « les évolutionnistes orthodoxes accordent à la sélection naturelle une causalité efficiente. »

            Au delà des mots savants que vous avez utilisé, je ne vois rien dans votre article qui m’ait convaincu que « Les deux piliers du néo-darwinisme » soient quelque peu ébranlés ici. Mais je ne suis sans doute pas assez savant.


            • Rounga Roungalashinga 21 novembre 2012 11:21

              Lire Jean Staune, Au-Delà de Darwin, où les deux piliers du darwinisme (l’évolution ne fait pas de bond et la sélection naturelle est son moteur principal) sont remis en question. La thèse de l’auteur est que l’évolution, au lieu de suivre la logique aveugle de la sélection naturelle, serait au contraire régie par des lois. Il donne les exemples qui laissent à penser que la formation du vivant pourrait bien être décrite par une théorie incluant le structuralisme, alors que la théorie darwinienne est purement fonctionnaliste. Livre très intéressant.


            • BlackMatter 21 novembre 2012 11:32

              Je ne vois pas en quoi ce que dit Dugué remet en cause le darwinisme ou la théorie des équilibres ponctués. Au mieux il les complète car nul ne peut dire qu’une théorie est aboutie.

              Bah, on a eu la théorie de la relativité qui remettait en cause une partie de la théorie de la gravitation de Newton. Et pourtant, pour lancer des vaisseaux spatiaux vers d’autres planètes, la théorie de Newton est suffisante.

            • Bernard Dugué Bernard Dugué 21 novembre 2012 13:45

              C’est une formulation en effet originale qui contient une puissance heuristique (cryptée) dont on ne voit pas encore les résultats. Un peu comme la sélection par l’élevage qui a guidé Darwin pour forger la sélection naturelle.

              Quant au gradualisme, Darwin s’en réclamait. Pour ma part, je suis du côté de Gould. Il y a des éruptions de spéciation, des discontinuités. J’ai oublié d’évoquer Kimura mais ce billet n’avait pas comme intention d’être exhaustif

              bonne journée


            • BlackMatter 21 novembre 2012 14:06

              Le monde n’est ni tout blanc ni tout noir.


              Effectivement, le gradualisme, comme unique explication est insuffisant et surtout beaucoup moins marqué que ne le pensait Darwin. Il est vrai qu’on ne peut que constater des phénomènes de spéciation rapide sur un court laps de temps. Est ce que ça le remet totalement en cause ? Je ne crois pas.

              Bonne journée à vous aussi.





            • Pakete 21 novembre 2012 18:39

              Ah, Jean Staune... Faut qu’il arrête la moquette celui là...


            • Furax Furax 21 novembre 2012 12:53

              Vous voilà donc CREATIONNISTE !
              Bigre ! smiley smiley
              A votre avis, est-ce que la semaine de Dieu était de 35 heures ?


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 21 novembre 2012 13:34

                Dieu a créé les 35 heures en cinq jours, à Matignon le sixième jour, un 21 avril, Dieu a décidé de se reposer, déclarant aux fidèles, je me retire de la vie politique


              • cogno4 21 novembre 2012 14:37

                 Vous voilà donc CREATIONNISTE !

                Ce n’est pas ce qu’il m’a semblé lire.


              • cob 21 novembre 2012 14:52

                Ce sont simplement ses postulats dualistes, qu’il refuse de remettre en cause (plus par lâcheté que par bêtise, je pense), qui conduisent Dugué au créationnisme. Aussi sûrement que 2+2=5 me conduit à penser que je suis le Pape.


              • Furax Furax 21 novembre 2012 16:48

                Désolé, ceci est dit à propos de l’intervention de Maurice !!!
                Je répète...
                Bon, allez, bonne lecture à tous !


              • bruenor bruenor 21 novembre 2012 12:54

                Il est tout à fait normal que la science évolue,ce sont les dogmes religieux qui restent immuables. les dernières découvertes sur l’évolution n’annulent pas le travail de Darwin ,pas plus que la physique quantique n’annule Newton.


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 21 novembre 2012 13:28

                  Le travail de Darwin est doublement concerné

                  Il en reste l’évolution, ce qui n’est pas la moindre affaire. Ensuite, c’est au niveau des explications. La sélection naturelle est une astuce ayant permis de rendre crédible le fait scientifique de l’évolution. Maintenant, c’est la théorie synthétique qui prévaut mais il faut peut-être revoir les ressorts fondamentaux.

                  La physique quantique n’annule pas Newton certes mais en fait, elle parle d’autre chose que Newton. La nouvelle théorie de l’évolution trouvera peut-être quelque chose qui n’existe pas actuellement, un peu comme ont été découvertes les interactions fortes et faibles en physique fondamentale


                • clostra 21 novembre 2012 13:01

                  On ne pourra en avoir la certitude que lorsqu’on aura démontré que le gène est postérieur à la première manifestation de la vie.

                  J’étais stupéfaite de constater que le renard sibérien devenait blanc aux premiers flocons. L’ours polaire en voie de spéciation non achevée est blanc toute l’année (avec ou sans neige).

                  On en viendrait assez facilement à ce qu’une peau blanche ne définit pas une nouvelle espèce mais une stabilisation liée à un faible ensoleillement. D’ailleurs à bien y réfléchir, l’ours blanc ne formera peut-être jamais une nouvelle espèce...

                  Si on devine la cause de l’avènement du génome, peut-on dire qu’il est la cause de la vie ? - cette question a quelque chose de stupide vu sous l’angle de la nécessité...


                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 21 novembre 2012 13:32

                    C’est bien la place du génome qu’il faut revoir et surtout, penser ce qu’est la vie. Energie cognitive et énergie technique. Il y a peut-être plusieurs types d’ADN qui se révèlent à travers un contexte particulier. Je cherche et ne trouve pas pour l’instant


                  • clostra 21 novembre 2012 17:13

                    A vrai dire, le génome est un peu « brouillon », ainsi le génome des urodèles est 10 fois supérieur en taille à celui de l’homme, avec des régions répétées dans la partie non codante comme si on avait oublié de le relire avant de le publier...ce qui ne l’éloigne pas pour autant d’autres « grenouilles » plus méticuleuses.

                    Ce qui donne une idée de l’importance des parties non codantes, non pas parce qu’elles présentent un intérêt mais bien plus parce qu’elles imposent à l’ADN des contraintes de contorsionniste lors des transcription/réplications (je sens l’anathème...). D’autres ne présentent vraiment aucun intérêt et peuvent être supprimées.

                    Une piste ?


                  • clostra 21 novembre 2012 17:36

                    pour damer le pion à ceux qui pensent que réfuter le Darwinisme (néo) équivaut à se déclarer créationniste : c’est exactement le contraire : le génome n’a de raison d’être que par la nécessité de la vie.

                    Imaginer qu’un génome arrivé là on ne sait comment va se mettre à prescrire ce qui est bon pour la cellule est du créationnisme. Son évolution dans la phylogenèse même montre bien que quelque chose devant a du sens et pas l’inverse.

                    Il est d’ailleurs intéressant de savoir que « à la recherche d’un gène codant » il est possible de partir de la protéine.

                    Mais ce n’est pas tout. L’ADN est certainement une invention de génie pour créer une mémoire. Et là se trouve peut-être la physique quantique qui si elle semble au premier abord, plutôt « hasardeuse » n’en atteint pas moins son objectif, sa cible, à tous les coups. (On retiendra que la génétique est très liée à la science statistique)


                  • Pakete 21 novembre 2012 19:20

                    Un génome ne peut pas arriver comme ça" au milieu de nulle part.


                  • cogno4 22 novembre 2012 08:05

                    le génome n’a de raison d’être que par la nécessité de la vie.

                    Nécessité ?
                    Euh... en quoi la vie est-elle une nécessité ?


                  • clostra 22 novembre 2012 10:32

                    @ cogno4

                    « en quoi la vie est-elle une nécessité ? »

                    en ce qu’elle n’est pas un hasard


                  • clostra 22 novembre 2012 10:47

                    On peut aller un tout petit peu plus loin en observant les « bonds évolutifs » peut-être mal nommés comme étant en eux-mêmes « évolutifs » et « se hasarder » à dire que c’est en fait un moment crucial de mise en mémoire avec impossibilité de « revenir en arrière », une sorte de « stabilisation génomique ».

                    Ces bonds adviendraient dans les périodes d’inversion des pôles entraînant des modifications « magnétiques » et/ou - plus hasardeux car n’ayant pas de « sens » et encore moins de nécessité : par les bombardements de particules solaires, plutôt destructrices...qui adviennent lors de ces périodes. J’avance ici une nécessité : la disparition des éléments les plus instables des génomes « irradiés » au profit des plus stables...

                    Notre pensée a le droit de se tromper sans trop de dégâts colatéraux et notre mémoire de fléchir...

                    Je ne sais plus qui disait que « tout est dans tout »


                  • Aristoto Aristoto 21 novembre 2012 16:08

                    http://www.jp-petit.org/Presse/eloge_ignorance1.htm

                    Un point de vue intéressante !!!

                    De toute façon meme dans notre forme actuel dites intelligente et évolué nous restons au final que des espèces de sous-singes galactique loin très loin de saisir ce qui l’entoure... ou tout du moins ne s’en donne pas réellement plainement les moyens !


                    • Aristoto Aristoto 21 novembre 2012 16:12

                      Ceci dis un simple constat nous amène a penser que nous sommes plus lié à un singe ...ou un tétrapode normalement constitué de deux yeux, deux narines et une gueule que de l’hypothèse créationniste !

                      Ca n’empêche pas un intermédiaire d’exister !!!


                    • non667 21 novembre 2012 16:08

                      D’abord plus de deux milliards d’années pour les molécules prébiotiques et les cellules

                      lorsque l’on aura trouvé le pourquoi du passage des simples molécules prébiotiques (physico-chimiques) aux vivantes ( (physico-chimiques +****) toute la suite ira de soit  !

                      pour les créationnistes **** = dieu programmeur d’éléments binaires existant (ion ! proton ! quark !.... ou plus petit ! ) codé en langage génétique créé par lui ! (sans parler des mimimimicro- processeurs multicoeurs  ! capables de le traiter !)
                      mais peu importe le but de bernard n’est pas la vérité mais l’enfumage dans un but idéologique  !
                      comme dit robin


                      • Aristoto Aristoto 21 novembre 2012 16:18

                        C’est vrai que ce pauvre Bernard sombre crassement dans le chamanisme !!!

                        n’empêche qu’il décèle ( le chamanisme) un véritable pouvoir d’illusionnisme !

                        A élucider !!!

                        Concernant le coté plus probant de la nature de l’Homme il y a ce beau docu ...en tout cas sur la forme !

                        http://www.youtube.com/watch?v=bSSxTmxnzXo

                        Seul point négatif !!! Que je l’ait découvert sur cette chaine de merde du sionisme globalisé à sa tete l’entarté baiseur d’Ex pornostar !!


                      • Castel Castel 21 novembre 2012 17:06

                        qu’il décèle ( le chamanisme) un véritable pouvoir d’illusionnisme

                        Je décèle, dans vos propos, un véritable pouvoir d’illusionniste aussi.


                      • Hervé Hum Hervé Hum 21 novembre 2012 18:16

                        D’abord plus de deux milliards d’années pour les molécules prébiotiques et les cellules, puis plus de 500 millions d’années pour les vertébrés et quelques millions d’années pour les hominidés.Et un siècle pour passer aux cyborgs !!!

                        les gènes sont manipulés par le vivant et toutes les espèces sont des organismes génétiquement modifiés par la nature.

                        Incroyable !!!! Ou alors vous êtes un créationniste au sens divinesque (dans le sens où toute mutation postérieure à l’acte de création divine est un OGM de la nature, mais en dehors de ce cadre, il n’y à pas d’OGM qui tiennent)

                        Parce que en fait, la théorie néo darwiniste est aussi une théorie du dessein intelligent donc créationniste. Mais alors quelle est la différence ???

                        La causalité !

                        Dans le 1er cas, Dieu est la cause de la création, dans le second cas, Dieu est la conséquence de la création.... Ce qui explique bien des amalgames dans l’esprit humain !!!

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès