Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > eBay, boycott et mastodontes

eBay, boycott et mastodontes

Le boycott d’eBay par les vendeurs a entraîné une réduction notable de la liste des objets mis en vente (voir ce billet). Son impact pourrait être ressenti par la compagnie californienne qui se trouve en pleine transition de CEO et dont la croissance ininterrompue depuis dix ans commence à marquer le pas.

Cela ne peut, en outre, que renforcer la compétition de plusieurs autres sites en tête desquels on trouve Amazon et Overstock, un autre site important de vente aux enchères online.

D’une façon plus générale, ce boycott confirme l’importance croissante des mouvements de protestation des usagers après, notamment, ceux de Digg (voir ce billet) et de Facebook (voir ce billet).

Quand le bonbon n’est plus sur l’étagère

Les trois sites dépendent du contenu généré par les usagers. Cela permet aux entreprises de faire des affaires en or à moindre coût, mais cela confère aux dits usages un pouvoir non négligeable qu’ils commencent à utiliser.

Quand ils n’aiment pas quelque chose, ils peuvent le dire et se faire entendre en fonction d’une logique simple qu’explique très clairement Josh Catone sur le site Read/WriteWeb. Si vous boycottez un certain type de bonbons par exemple, ces derniers restent présents dans les magasins et la compagnie visée peut toujours répondre avec une campagne agressive de pub ou de marketing. Mais “si vous réunissez assez de gens pour boycotter la création de contenu sur un site qui dépend du contenu généré par les usagers, l’effet en est ressenti par tout le monde. Le bonbon n’est plus sur les étagères parce que le boycott les vide.”

Les mastodontes en question

A cela il faut ajouter que les sites mastodontes sont peut-être en train de commencer à souffrir de leur trop grande taille et de leur modèle centralisé. Comme eBay, les grands sites de réseaux sociaux semblent commencer à marquer le pas. On parle de “fatigue de Facebook”, par exemple.

Un billet de Michael Fowlkes montre que CozyBug, un petit site de vente aux enchères de Seattle, a vu son trafic quotidien augmenter de 4 400 % au moment du boycott. Ce qui m’intéresse là-dedans c’est que le site en question se voit d’abord comme une sorte de réseau de “marchés aux puces locaux” (notamment pour les objets difficiles à transporter ou que les gens veulent voir avant d’acheter).

CozyBug offre ainsi un système géographiquement distribué face à eBay. Un peu comme Ning, qui permet de constituer des réseaux sociaux décentralisés à taille humaine, se présente comme un modèle alternatif à celui de MySpace et de Facebook.

On est en droit de se demander s’ils ne correspondent pas mieux à la logique du web... et s’il n’y a pas place pour les deux modèles.

Qu’en pensez-vous ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.29/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Jason Jason 27 février 2008 15:43

    Bonjour,

    J’ai lu votre article avec le plus grand intérêt. Utilisant occasionnellement eBay afin consulter les prix de divers produits d’occasion et d’y faire quelques achats, j’ai constaté dernièrement un changement d’attitude envers les clients. Mais c’est très lourd et très lent. C’est comme demander à la tour Eiffel ou à la statue de la liberté d’aller faire une promenade...

    Ce que je reproche aux sites d’achat en ligne c’est leur inaccessibilité. Lorsque vous avez un problème, ebay vous répond par des phrases toutes faites, en conformité avec un système figé. Par exemple, sur un autre site d’enchères, j’ai été trompé par un vendeur lors de l’achat d’un objet il y a deux ans, et la réponse fut celle d’un système aveugle et qui n’a pas corrigé le problème.

    De plus, voulant offrir un objet à la vente dernièrement, je me suis vu imposer l’inscription à Paypal, ce que j’ai refusé. Je ne vendrai plus d’objets sur eBay tant que l’on m’imposera ce genre de choses.

    eBazar, puis eBay étaient très bien il y a quelques années. S’ils ne se remettent pas en question, ils risquent encore de perdre beaucoup de clients.


    • aequopulsatpede 27 février 2008 22:53

      Bonjour,

      - J’ignorais cette affaire de boycott, et votre article est donc intéressant.

      - Pourrait-on savoir ce qui l’a provoqué, comment il se manifeste, et par exemple où sont centralisées les revendications et les contacts entre boycotteurs.

      - Merci


      • aequopulsatpede 27 février 2008 22:56

        Excusez moi, j’avais oublié d’ouvrir un de vos liens.

        - J’y vois plus clair.


      • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 28 février 2008 15:03

        Il y a deux ans, eBay était très valable pour faire de bonnes affaires, tant à la vente qu’à l’achat. Mais je peux dire, pour mon expérience personnelle, que j’ai vu le système rapidement se dégrader et se dévoyer, non pas à cause de la "mastodontisation" d’eBay, mais parce que le système des enchères à attiré les tricheurs.

        Le principe est simple et il n’existe aucun moyen de le contrer, raison pour laquelle j’ai laissé tomber eBay : un quidam met un objet en vente et il a un ou deux comparses, avec des comptes différents, qui enchérissent sur son objet pour créer du buz. Vous, vous arrivez là et vous enchérissez aussi, mais déjà à un niveau artificiellement gonflé. En réalité le vendeur veut vendre son objet à un prix déjà fixé, donc il triche, il refuse le principe du risque d’une enchère insuffisante. Du fait de l’obligation de vendre au mieux disant, au risque de vendre un bel objet pour seulement 10 euros, alors on fait enchérir par le copain.

        Si c’est le copain qui emporte finalement l’enchère, le vendeur se rachète l’objet à lui-même et ne perd qu’une minuscule commission. J’ai repéré ce manège à plusieurs reprise lorsqu’on j’ai vu le même objet remis en vente (avec exactement les mêmes photos) alors qu’il avait déjà été vendu.

        Autre déception d’eBay, désormais 90% de ce qui se vend sur eBay n’a plus rien à voir avec des transactions entre particuliers, ce sont des boutiques avec la formule "achat immédiat". Aucun intérêt. Autant mieux aller sur des vraies boutiques en ligne ou des sites de comparatifs de prix comme kelkoo.fr

        Bref, je ne crois pas qu’il soit nécessaire de boycotter eBay, il est déjà mort…


        • julialix 4 mars 2008 15:10

           Ce mardi matin sur F-Inter il y avait une émission avec des antiquaires sur la vente des meubles anciens et le prix plus intéressant de ceux ci que ce qui est proposé en neuf. En fin d’ émission les antiquaires tiraient à boulet rouge sur E Bay.

          Mon ami achète sur E Bay des meubles et des albums de tintin. Nous allons dans les brocantes et parfois dans les ventes aux enchères. Alors je peux vous faire plusieurs remarques.

          1- Poue E-Bay Il suffit de dialoguer avec les vendeurs et de demander des précisions ou des photos supplémentaires pour etre plus sur. Tout le monde ne répond pas et ceux-là nous ne renchérissons pas.

          2- Les meubles sont moins chers sur E Bay que dans les brocantes et parfois les ventes aux enchères.

          3- Les petits objets ou petis tableaux que l’on achète dans les enchères sont souvent hors de prix car le commissaire priseur augmente à sa convenance de 10 en 10 et accorde peu d’importance au bric à brac .

          4- La notation de E Bay est primordiale car elle renseigne sur l’honneté du vendeur. Les problèmes sur les notes vengeresses sont anecdotiques et dus la moitié du temps à un manque ou mauvais dialogue.

          5- Enfin si l’on sait bien marchandé et etre sympa avec les vendeurs on peut avoir de bon prix dans les brocantes sur les objets.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès