Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Écourtons la langue

Écourtons la langue

S. M. S.

Sans Même Savoir

La langue a été donnée en pâture à la technologie, la célérité et la facilité. Les moyens de communication ont poussé la lettre au rang des obsolescences archaïques, le bien écrire n'a plus de raison d'être. Désormais l'efficacité se satisfait d'une langue sibylline, de signes presque cabalistiques et le vieux grognon que je suis y perd son latin. Ma langue se meurt pour le triomphe de l'abréviation et du règne de la phonétique. SMS priez pour nous …

Je ne vais pas m'extasier à l'imitation de Michel Serre des prouesses dont serait capable Petite Poucette. La demoiselle a bien de la chance d'appartenir à une élite capable de tirer la quintessence des technologies nouvelles et de leur cortège de simplifications sémantiques et orthographiques. Les élites sont toujours capables de tirer partie d'un changement sans perdre les savoirs antérieurs. Monsieur le philosophe en fait la démonstration pour lui-même.

C'est pour les autres que tout se complique bien amèrement. Accéder à la communication par le langage SMS sans avoir maîtrisé la langue de nos pères est fort compliqué et souvent provoque des dégâts irrémédiables. Passons tout d'abord sur l'incapacité pathologique à distinguer les niveaux de langue. Tout fait désormais magma informe : argot, verlan, anglicisme, néologisme et autres barbarismes viennent bouter la forme académique hors de leur bouche.

C'est ainsi qu'ils ne distinguent plus rien et que tous les mots sont bons à écrire sans que ça les dérange autre mesure. Est-ce un bien, est-ce un handicap ? La langue est une phénomène vivant en perpétuelle évolution. Mais si notre compréhension peut se satisfaire de ce cocktail indigeste, nos pauvres locuteurs sont bien souvent pris au dépourvu quand face à eux se dresse un pouvoir maniant une langue châtiée et souvent ampoulée.

À l'anarchie du lexique plus qu'à sa pauvreté il leur faut hélas ajouter une méconnaissance grammaticale qui ne fait que s'accentuer avec le SMS. Ce langage lapidaire réduit la phrase à sa plus simple expression : un sujet, un verbe, un complément. La disparation des connecteurs logiques, des introducteurs de complexité que sont les conjonctions et les pronoms relatifs, réduit la longueur de la phrase et la subtilité de l'expression. La négation doit se contenter d'une forme unique pour aller plus vite.

Pire encore, des concepts entiers s'effritent, perdent consistance pour eux. Cause ou conséquence ou but, manière, accompagnement ou moyen deviennent ainsi des idées parfaitement abstraites qu'ils ne peuvent ni formuler, ni exprimer par écrit. Ce qu'ils prennent pour de l'efficacité est un appauvrissement dramatique de la pensée. La réduction à peau de chagrin de la grammaire structurale est le cheval de Troie dans lequel s'engouffrent les manipulations les plus sordides.

Dans un mouvement concomitant, le passage aux raccourcis phonétiques s'accompagne de plus en plus d'une incapacité à segmenter les mots. Le compactage qu'ils font pour écrire au plus vite, pour remarquable qu'il soit en inventivité et célérité n'a de raison d'être que si le mouvement inverse peut être réalisé. Quand ils passent à l'écrit, dans les normes qui sont encore pour quelques temps celles de l'école, on constate qu'ils ne peuvent plus effectuer le chemin inverse. Bien souvent, le sens se perd pareillement et la bouillie devient la norme.

C'est bien sûr l'orthographe la principale victime de ce phénomène. Les puristes s'arracheraient les cheveux s'ils en avaient encore. Rien n'est plus futile que cette convention absurde qui a, depuis quelques générations, cherché à distinguer une élite, contraindre au silence ceux qui ne possédaient pas cette science absconse du bien écrire. Je ne serais pas peiné de cette discipline qui fut mon chemin de croix, s'il y avait la conservation du sens, de la grammaire et des autres formes de l'élaboration de la pensée.

C'est ailleurs que les dégâts sont les plus conséquents. La conjugaison est à ce titre la cible la plus porteuse de désastres futurs. Ne plus distinguer les modes, ne plus se repérer dans le temps, ignorer tout des personnes entraînera bien des dysfonctionnements. Nous avons pu admirer à loisir durant cinq années le comportement d'un chef d'état qui ignorait tout du conditionnel, qui ne savait manier qu'une première personne fort singulière. Sa compréhension de la complexité en fut durablement affectée.

Le subjonctif est quant à lui en voie totale de disparition. Les poètes et les rêveurs n'auront plus que leurs yeux pour pleurer la fin des supputations, l'extinction des souhaits, l'effacement des hypothèses, l'anéantissement des conjectures. Le réel seul imposera sa dictature indistincte ou le présent règnera en maître. Les verbes sont aussi victimes du rouleau compresseur de la simplification et tous se rangent de gré ou de force sous la bannière du premier groupe. La diversité ici aussi, n'est pas de mise. Le troisième groupe subissant des saignées de plus en plus dramatiques.

Il me faut abandonner ce combat d'arrière garde. La volonté d'élaguer la langue va de paire avec celle d'appauvrir les masses. Moins les générations à venir enrichiront leurs formes d'expression, plus ils seront de simples sujets avant que de n'être plus que des valets. Je sais que beaucoup riront de ce billet, qu'il est de bon ton de se déclarer moderne en toute chose. C'est parce que j'aperçois de ma place les premières lézardes que je lance une mise ne garde. Puisse-t-elle ne pas rester lettre morte !

Irréductiblement 


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

63 réactions à cet article    


  • Phi ka Sō Nathael Dunevy 7 mai 2013 15:40

    Une phrase à l’envers de sens, une phrase allant vers deux sens ?


    Je suis allée, sur le chemin

     de votre rencontre. Vous, reine

    de la liberté sans fin, m’avez-vous

    dans votre cœur ? Moi je vous ai

    vu, si bien dissimulée entre les

    les mensonges du monde, ces

    lignes, capable de rompre le

    vrai, de rendre faux chaque

    sens du propos, entre vous

    et cette liberté tuée. Tous

    perdus, et moi trouvé ?



    (à relire une ligne sur deux)


    • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 16:11

      Nathael Dunevy


      Que belle est notre langue lorsqu’elle s’exprime ainsi dans sa complexité ! 

      Merci 

    • volt volt 7 mai 2013 16:23

      euh.. pardon m’sieur, on dit « va de pair » ou va deux paires ? 

      bon, mais poor le reste, en effet c’est la cata : 
      mesurer les conséquences politiques surtout, la facilité d’un hitler à venir par exemple.
      sur votre paragraphe de conjugaison, je songeai, bien que très brièvement, à tous ces problèmes nouveaux de...« conjugaison » justement, au sommé de l’état, mais sans oser m’y attarder outre mesure.

      • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 16:28

         volt


        N’ai-je pas écrit que l’orthographe fut pour moi un calvaire ?

        Ai-je droit à une paire de claques ou un bonnet d’âne ?

      • astus astus 7 mai 2013 16:27

        Bonjour Nabum, et merci pour votre texte :

        Il est indéniable que l’affaiblissement du langage et son remplacement insidieux par une « novlangue » qui se développe déjà sous nos yeux comme vous le remarquez à juste titre, entraîne nécessairement une altération de la pensée qui facilite l’instauration d’un pouvoir autoritaire.

        Dans le 1984 de George Orwell, O’Brien qui est chargé de traquer « les criminels par la pensée », reconnait que « C’est une belle chose la destruction des mots » car cela lui facilite son travail. De même dans Fahrenheit 451 la lecture est devenue un comportement asocial car il est préférable que les masses restent dans l’ignorance pour les asservir plus facilement. C’est ainsi que les personnes qui continuent à s’intéresser au langage et aux communications, à leurs risques et périls, sont pourchassées comme des fous dangereux. 

        Aujourd’hui on nous vante sans cesse les mérites d’humains « augmentés » qui sont en réalité des êtres potentiellement diminués sur le plan du langage tant il est vrai que l’ordinateur n’est qu’une machine à calculer idiote.

        Quant aux pouvoirs totalitaires, comme le nazisme, ils commencent toujours par brûler les livres, ou les mettre à l’index. C’est une constante dans l’histoire que les tyrans n’aiment pas les mots qui aident les citoyens à réfléchir, mais comme l’écrit Etienne de La Boétie, ces tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. Il est donc tout à fait légitime de résister à ce qui altère le langage, car c’est le fondement même l’humanité.

        Bien à vous.



        • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 16:30

          astus


          Hélas, vous avez raison et le pire est à venir ...

          Je ne peux croire que ce mouvement soit spontané. Il s’inscrit dans un plan d’affaiblissement des consciences.

        • gogoRat gogoRat 7 mai 2013 19:28

          Dire que «  l’ordinateur n’est qu’une machine à calculer idiote » , c’est, au contraire des apparences, lui apporter un reconnaissance implicite indue : seuls des êtres capables de conscience peuvent être qualifiés d’idiots !


           D’autre part le souci mis en avant dans « Farenheit 451 » est moins celui des livres en tant qu’objets que celui d’une Humanité confrontée au risque d’une apocalypse nucléaire ... qui devait en profiter pour prendre conscience d’un devoir de mémoire civilisationnelle à préserver ...
           ( Rien ne dit que l’ordinateur soit en ce sens un outil moins noble que le livre ...)

           Ce ne sont pas des outils qui altèrent le langage ( Au passage, ne devrait-on pas songer à quel point la maîtrise de langages est consubstantielle à l’existence-même de ces fameux ’ordinateurs’. L’ à-peu-près, à la virgule près, provoque un bug infiniment plus rapidement qu’une faute d’orthographe nerisque d’altérer la compréhension d’un texte - 
           Un question pourtant, paradoxale : comment se fait-il que tant d’informaticiens se montrent si souvent aussi peu soucieux de correction dans leur écrits ? ! ... )





        • foufouille foufouille 7 mai 2013 16:27

          esperons qu’on aura pas 2 langues, comme avant

          on est mal parti, vu certains mode d’emploi plus comprehensible en pictogrammes qu’en ecrit


          • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 16:32

             foufouille


            Si vous comptez sur moi pour vous faire un dessin, vous êtes mal parti ! 

          • foufouille foufouille 7 mai 2013 21:50

            pas de bol
            des fois, meme le dessin, on le comprend pas


          • Phi ka Sō Nathael Dunevy 7 mai 2013 16:35

            Attardons-nous en bonne mesure, tant les mesures au sommet de l’état, nous assomment démesurément. Osons donc oser assez :


            « Lui président s’entête, à la présidence sans tête. »

            « Lui président traître, préside en traître. »

            « L’argent est le moteur des menteurs. »


            « La République est au privé, larrêt public, étau privé. »


            Je pourrais continuer pendant des heures, et j’y d’ailleurs passé des heures...



            • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 16:42

               Nathael Dunevy


              Ne vous en privez pas Continuez !

            • Phi ka Sō Nathael Dunevy 7 mai 2013 16:50

              « François, m’entends-tu, tant tu mens ?

              François tu m’entends, tu mens tant ?

              Tiens, y’a de l’écho, c’est rigolo. »


              « Lui préside en silence.

               Lui président, Silence ! »


            • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 16:56

               Nathael Dunevy 


              Quel étrange écho côtier quand on l’écoute d’un pédalo !

            • ZEN ZEN 7 mai 2013 16:40

              Bjr Nabum

              Sans Me Soucier...
              Il paraît que cette nouvelle langue (?) fait déjà son apparition dans les copies de bac. smiley
              Demain, je m’y mets.
              A+


              • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 16:47

                ZEN


                Seulement Mauvais Sujet ! 

              • ZEN ZEN 7 mai 2013 17:07

                Florence Foresti m’a Kon-20-Q !


                • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 17:11

                  ZEN


                  Je vous le confesse ! 

                • Radix Radix 7 mai 2013 18:02

                  Bonjour Nabum

                  Malheureusement le mal ne date pas d’aujourd’hui, ce midi, sur France 2, un journaliste déclarait que la situation va s’empirer !

                  Il ne parlait pas de son vocabulaire mais des inondations !

                  Radix


                  • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 18:15

                    Radix


                    Nul n’est à l’abri d’une faute de français.
                    C’est la volonté de ne jamais les corriger tout n sombrant dans le franglais qui fait la honte des gens de télévision ...

                  • gogoRat gogoRat 7 mai 2013 19:00
                    « On n’est correct qu’en corrigeant » - ( citation de Joseph Joubert)

                    ’  La volonté d’élaguer la langue va de pair avec celle d’appauvrir les masses 
                     Cette rectification va de pair avec le souci de l’orthographe.  smiley



                    http://grammaire.reverso.net/2_1_62_pair_paire.shtml

                    • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 20:51

                      gogoRat


                      Ainsi donc mon propos n’a aucune valeur car j’ai commis une faute malencontreuse.

                      Relisez bien cher monsieur et voyez que j’avoue une cruelle faiblesse dans ce domaine.
                      Je sais que bien longtemps on m’a défendu d’écrire à cause de cette tare qui vous autorise à implicitement me dénigrer.

                      C’est si mesquin que je n’ai rien à redire ! 

                    • gogoRat gogoRat 8 mai 2013 01:02

                      Cher Nabum, 

                       je suis surpris de vous voir prendre sur ce ton un service rendu sans arrière pensée !
                       Je suis bien conscient de commettre moi-même des fautes d’orthographe ou erreurs de frappe ... et j’osais espérer, surtout en ayant lu votre article, que je n’aurais pas à devoir m’excuser de rectifier une erreur ! ( Pour la petite histoire, je venais de rencontrer récemment la même erreur à deux reprises sur ce même site , et il m’a semblé incohérent d’approuver votre article sans rendre ce service à la langue française que vous sembliez vouloir défendre )
                        Pour le coup, c’est maintenant que vous me décevez si vous n’avez pas suffisamment de recul et d’humour pour vous rendre compte que chacun doit savoir se remettre en cause, y compris soi-même, lorsque l’on déplore un phénomène de société. 
                        Si le signalement de cette petite erreur vous amène à porter des jugements aussi sévères sur votre propre texte, de grâce ne m’en attribuez pas la responsabilité !
                       Vous savez, les internautes risquent quand même dans la plupart des cas de savoir lire et voir la différence entre ce qui a été écrit et l’interprétation que vous en faites pour votre propre compte !


                    • C'est Nabum C’est Nabum 8 mai 2013 09:11

                      gogoRat


                      Je suis navré d’avoir si mal réagi C’est le résultat d’années d’ostracisme à mon encontre parce que je suis dysorthographique. Longtemps, les gens qui savaient m’ont interdit d’écrire à cause de cette tare terrible.

                      Qu’importe si d’autres écrivent sans faute des sornettes !

                      Encore pardon pour ma réaction.

                    • Brontau 7 mai 2013 19:55

                      Bonsoir Nabum. J’ai lu en entier, je ne sais si c’est votre cas, le texte de Petite Poucette. Et je l’ai trouvé terriblement séduisant ! Puis j’ai réflêchi aux « petites poucettes » que je connais, et j’ai compris ! Celles dont-il parle, qu’il fréquente, dans sa famille, son milieu, dans les universités prestigieuses où il se produit, n’ont rien à voir avec celles auxquelles vous efforcez d’inculquer des principes de bases du langage et de la pensée. Ces structures les Poucettes de Serre les possèdent pratiquement de naissance ! Alors, oui, dans un cas cette dextérité dans l’utilisation des nouveaux outils de connaissance et d’échange sont un plus, dans l’autre elles ne parviendront même pas à masquer une pauvreté qu’elles contribuent au contraire à amplifier et pas plus que vous je ne crois qu’il s’agit d’un hasard.


                      • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 20:53

                        Brontau


                        C’est désormais le problème de nos élites ; elles sont totalement coupées des masses et en ignorent parfois jusqu’à l’existence.

                        Merci de me soutenir face à cet homme pour lequel, par ailleurs, j’ai un immense respect 

                      • Intelle Intelle 7 mai 2013 21:47

                        Bonsoir Nabum, j’ai apprécié votre article, je suis une amoureuse de la langue française et outrée comme beaucoup de gens de voir comme elle est maltraitée. Et malheureusement il n’y pas que l’écrit qui souffre de ce mépris, il y a aussi le langage, à commencer par celui employé par les journalistes et commentateurs de télé ou de radio. Le mal atteint même les politiques !

                        Mais à qui la faute ? Les jeunes d’aujourd’hui ne lisent plus, ils communiquent avec leur tablette sur les réseaux « dits » sociaux, par onomatopées, peu importent les fautes, ils se comprennent. C’est vraiment dommage, ils ne savent pas ce qu’ils perdent...

                        • C'est Nabum C’est Nabum 7 mai 2013 22:01

                          Intelle


                          les adolescents font ce que des adultes attendent d’eux pour gagner encore plus d’argent ! Qu’importent les effets induits par de telles assuétudes ! Il faut quelques gagnants et beaucoup de perdants.

                        • Mmarvinbear Mmarvinbear 12 mai 2013 01:44

                          Mais à qui la faute ? Les jeunes d’aujourd’hui ne lisent plus, ils communiquent avec leur tablette sur les réseaux « dits » sociaux, par onomatopées, peu importent les fautes, ils se comprennent. C’est vraiment dommage, ils ne savent pas ce qu’ils perdent...


                          Jeu m’1skri an fo !

                          ^^

                          Plus sérieusement, ce n’est qu’un cliché de dire cela. Si on excepte les Kevin et les décérébrés naturels, les ados actuels sont de gros lecteurs.

                          Bon, ils ne se jettent pas sur la Princesse de Clèves ou Dostoïesky. De toute façon, ce genre d’ouvrage sont des pensums verbeux qui cachent leur vide scénaristique sous une épaisse couche d’adjectifs et de digressions. Un peu comme Hugo.

                          Mais rendez-vous dans la première FNAC venue. Le rayon littérature pour ados est le plus souvent plein de clients, plus ou moins jeunes, qui cherchent l’ouvrage qui va leur parler, les distraire, les faire voyager sous une couverture plus ou moins dorée. 

                          Quand à leur communication via tablettes ou claviers, sachez que, hormis encore en ce qui concerne le clan Secret Story (A2Line L es tro b1en !), la chasse est donnée envers ceux qui floodent les fils de discussion avec une majorité de termes ou de locution SMStiques. Le jeune aime écrire les mots en entier, avec majuscule et bonne ponctuation.

                          On ne peut d’ailleurs pas trop leur en vouloir. Le SMS a pour origine le fait que les premiers téléphones étaient pourvus d’un simple clavier numérique. Pour frapper les lettres, il fallait appuyer un nombre de fois différent sur chaque touche. Ultra long et pénible. Abréger a été une façon de se libérer du carcan. Maintenant que les smartphones possèdent de vrai claviers, les abréviations disparaissent, et c’est tant mieux !



                          Glossaire : 

                          Kévin : terme argotique désignant un adolescent imbu de lui-même, prétentieux et arrogant, ayant une très haute estime de lui et de ses oeuvres mais ne produisant en fait que des textes très bas de gamme et se comportant comme un abruti alors qu’il se croit cool.
                          Origine : inconnue. Sans doute en réaction avec le flot de Kévin nés après le début de la carrière de Kevin Costner au cinéma.

                          Flooder : néologisme issu de l’anglais to flood (inonder). Désigne le fait de nuire à une conversation écrite en intervenant à tout bout de champ avec des répliques n’ayant rien à voir avec la conversation générale. Très mal vu sur les canaux de discussion et raison première du bannissement des fautifs.

                        • C'est Nabum C’est Nabum 12 mai 2013 07:27

                          Mmarvinbear 


                          UIne fois encore j’affirme que beaucoup s’en sortent convenablement, ont modifié leurs pratiques de lecture et adoptent une autre forme de langue qui peut être comprise avec quelques clefs.

                          j’évoque une grosse minorité qui, emportée par ce mouvement a perdu tout lien avec un écrit compréhensible et structuré. Ceux-là sont perdus pour la communication et nous constatons, impuissants, à leur naufrage.

                        • jluc 8 mai 2013 13:24

                          Bonjour C’est Nabum

                          il n’est pas si facile d’écrire avec sa langue.

                          Il n’y a pas si longtemps on disait être entré dans la civilisation de l’image (photo, cinéma, pub et surtout télé) ; on croyait qu’elle aurait le dernier mot.

                          Depuis, nous avons Le téléphone mobile et Internet avec leurs SMS, chats, forum, blogs, comptes facebook... mais aussi Youtube ou Dailymotion (pour l’image, le son...)

                          De la civilisation de consommation d’images, nous sommes passé à la civilisation de la communication et de l’expression visuelle, musicale, verbale ou écrite.

                          Alors, dans un sens, réjouissez-vous que vos élèvent s’envoient des SMS... c’est un pied dans la porte entrouverte de la langue.


                          • jluc 8 mai 2013 13:30

                            « que vos élèvent » Oups, j’ai fait exprès sans m’en rendre compte !!!


                          • C'est Nabum C’est Nabum 8 mai 2013 13:38

                             jluc


                            Si vous lisiez ce qu’ils s’envoient vous comprendriez aisément qu’ils s’enferment ainsi de manière presque irrémédiable dans leur univers social. Qui d’autres accepterait de lire ces messages presque incompréhensibles, d’une banalité et souvent d’une vulgarité efrrayantes.

                            C’est bien là le problème, ils ne savnt plus donner des limites à ce qui relève du champ personnel, amical, professionnel ou relationel. Tout est au même niveau (le plus bas possible)

                            Ceci représente un véritable danger d’enfermement social !

                          • jluc 8 mai 2013 13:48

                            une idée, un petit exercice qui me viens, comme ça :
                            et si vous leur demandiez de prendre quelques uns de leurs SMS et de le traduire en Français ? + petites réflexions personnelles... + explications de leur code SMS...
                            peut-être un champ d’ouverture ?


                          • C'est Nabum C’est Nabum 8 mai 2013 14:20

                             jluc 


                            Sexe et violence y tiennent une grande place (nous avons du traiter plusieurs affaires de harcèlement ...)

                            Je doute qu’il faille étudier celà en classe.

                            Désolé, la réalité est souvent prosaïque !

                          • chmoll chmoll 9 mai 2013 11:55

                            ouié :: défendons la langue chtis ,bretonne et cunnilingus !!


                            • C'est Nabum C’est Nabum 9 mai 2013 12:46

                              chmoll


                              À force de dérision, on finint parfois par ne plus savoir qui on est !

                            • chmoll chmoll 9 mai 2013 18:13

                              à force d’ètre coincé on frise la folie


                            • alinea Alinea 9 mai 2013 13:36

                              Je ne peux que pleurer avec vous, moi à qui on attribue « des effets de style insupportables » !
                              L’hypocrisie des classes supérieures à s’amouracher des modernités est , oui, insupportable. La résistance à ce fléau est vu comme un snobisme ! une arrogance..
                              Tant pis, hein ? On résistera


                              • C'est Nabum C’est Nabum 9 mai 2013 15:02

                                Alinea


                                Les classes supérieures ne peuvent qu’encourager ce phénomène Elles le font d’autant plus qu’elles en préservent en partie leur rejetons qui auront encore plus d’avance sur le petit peuple. L’ascenseur social accroit les différences et ceux du sommet n’ont plus rien à craindre .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès