Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Einstein s’est trompé sur la gravité

Einstein s’est trompé sur la gravité

Les médias ont annoncé avec ostentation la découverte des ondes gravitationnelles qui avaient été prévues par Einstein et qui devraient logiquement sacraliser pour ne pas dire figer la relativité générale comme une théorie d’une solidité incontestable. De quoi faire taire les quelques mécréants qui osent défier les lois de la gravitation écrites par Einstein il y a un siècle. Pourtant, la relativité générale contient quelques déficits pour ce qui concerne le sens physique des choses mais elle marche. Que demander de mieux ? En fait, ondes ou pas ondes, je poursuis mes investigations et ce ne sont pas quelques fluctuations gravitationnelles détectées par deux interféromètres qui vont dévier ma trajectoire scientifique. Je persiste et signe. La relativité générale n’est pas la bonne théorie qui décrit le cosmos étendu et la matière gravitationnelle. En homme de science, je ne renie pas mes convictions et suis prêt à les défendre jusqu’à ce qu’on me montre qu’elles sont indéfendables. Mais pour l’instant, mes convictions n’ont pas pu être publiées, ni achevées et encore moins discutées. Tout au plus, quelques bribes ont été diffusées dans une revue parue en Kiosque et dont les lecteurs n’ont pas la capacité pour juger. Les scientifiques qui ont cette capacité fuient les réflexions qui ne sont pas dans le cadre des conventions instituées. Ils ont raison et tort à la fois. Je reconnais que je n’ai pas réussi à publier dans les revues spécialisées. Les seules qui ont grâce aux yeux des scientifiques qui font et défont les théories et les conceptions du monde.

Quoi qu’il en soit je maintiens que la relativité générale d’Einstein n’est pas la bonne théorie car elle manque de sens physique, ce qui assez étonnant car Einstein était un vrai physicien, bien plus qu’un mathématicien, mais il n’a pas pu accéder aux secrets de l’univers. L’énigme du cosmos est dans la matière quantique. L’échec d’Einstein face aux questions et dévoilements suggérés par la mécanique quantique est un symbole fort, celui d’un possible basculement de la physique moderne vers une physique de l’information qui n’est pas encore aboutie, loin s’en faut. L’aventure physique du 21ème siècle est tracée sous le signe de l’échec de la cosmologie relativiste. Qui avec ses succès expérimentaux est une victoire à la Pyrrhus. La vérité a été sacrifiée sur l’autel de l’efficacité. Le grand Einstein n’a pas compris comment la mécanique quantique marque l’avènement d’une nouvelle physique.

La grande affaire de la cosmologie relativiste doit d’abord être validée par la communauté des scientifiques avant d’être offerte sur les médias de masse. Telle est la règle que je me plais à transgresser puisque je livre mes conclusions avant qu’elles n’aient été publiées dans les revues scientifiques. Je n’ai pas d’autre choix. Je me livre aux opinions et aux critiques. Rien ne peut arrêter la vérité, du moins tant que l’homme est sur cette terre.

Si vous voulez quelques arguments scientifiques. Je vous proposerai un autre jour quelques lignes extraites d’un livre que je prépare mais je comprends que cela puisse ne pas vous intéresser, vous qui êtes si modernes et si dépassés. C’est la fin de la Modernité. On peut néanmoins comprendre que les scientifiques tiennent à la cosmologie relativiste qui est un outil leur permettant d’effectuer leurs recherches, expérimentales et surtout théoriques avec la gravitation quantique (cordes, boucles, géométrie non commutative). Sans oublier une certaine vision du cosmos qui structure la communauté des physiciens avec le big bang et les trous noirs. Et aussi les succès médiatiques de ceux qui racontent ces choses du cosmos. Car le big bang et les trous noirs font également sens pour les masses instruites. Sans oublier l’annonce des ondes gravitationnelles. De quoi étonner les savants badauds maraudant des bibliothèques aux librairies puis assistants aux conférences publiques. L’avenir dira si la cosmologie relativiste persiste où si elle fait place à une autre théorie dont les ressorts et principes physiques sont très différents. Je pense à une physique de l’information. Cela dit, si une nouvelle théorie doit voir le jour, elle devra satisfaire aux exigences scientifiques et ne pas entrer en contradiction avec les phénomènes observés et mesurés.

La nouvelle physique qui pourrait supplanter la relativité d’Einstein s’inscrit donc dans une affaire complexe dans laquelle les enjeux de pouvoir, les croyances, les psychismes fragiles et les rentes médiatiques autant que financières interfèrent avec la quête de la vérité sur les choses universelles.


Moyenne des avis sur cet article :  2.11/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

117 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 22 février 10:32

    Einstein, c’est quand même plus avancé que Newton, non ?


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 22 février 10:39

      @M de Sourcessure

      Certes. Mais moins que du « Dugué » ou du « jl » qui pond de doctes articles sur les ondes gravitationnelles : 

      Des ondes gravitationnelles ? non, un tsunami
      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/des-ondes-gravitationnelles-non-un-177567

       smiley


    • JL JL 22 février 11:54

      @Jean-Pierre Llabrés

       
       « Les esprits médiocres condamnent d’ordinaire tout ce qui passe à leur portée  » (La Rochefoucauld)
       
      Que dire de ce qu’ils font quand ça leur passe au delà de la comprenette ? Ils font comme JP Llabrès : ils disent des choses sans rapport avec la chose. Pour briller, pensent-ils.


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 22 février 14:13

      @jl


      Alors ?
      Je vous fais un compliment et vous n’êtes toujours pas content ! ! !
      Ingrat ! ! !
       smiley smiley smiley 


    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 22 février 14:27

      @jl


      Certes, hier soir, vous fûtes moins brillant.
      Mais cela ne vous enlève aucun mérite quant à vos considérations sur les ondes gravitationnelles...
      JL http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/croyance-en-dieu-ou-materialisme-177905#forum4510631
      21 février 18:08
      @Jean-Pierre Llabrés, 
      jl : Mais si on ne peut pas appeler croyant quelqu’un qui ne croit pas en une chose qui a été prouvéealors, a fortiori, on ne peut pas dire comme vous le faites ici avec B.Mitjavile, que les athées sont des croyants comme les autres.
      J-P LL : Mais si, mais si ! ! !
      jl : Du fait qu’ils ne croient pas en une chose qui n’a pas été prouvée, ils sont encore moins croyants que quelqu’un qui ne croit pas en une chose qui a été prouvée.

       smiley smiley smiley 

    • jambon31 22 février 15:28

      @M de Sourcessure
      Oui, mais les pommes continuent de tomber ...


    • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 22 février 17:07

      @jambon31

      exactement

      ce n’est pas parce qu’une théorie est partielle ou marquée par la réalité des connaissances de l’époque à laquelle elle est née qu’elle est fausse !

      Le théorème de Pythagore et le principe d’Archimède sont toujours vrais !

    • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 février 18:19

      @M de Sourcessure

      Avancé ? Newton voit midi à sa porte, Einstein cherche midi à quatorze heures et moi, je reste suisse et je vais essayer de mettre les pendules à l’heure. Prochainement, un article qui parle d’alternative dans les conceptions physiques.


    • JL JL 22 février 18:30

      @Llabrés, hier soir ? 

       
      Vous n’avez donc pas compris que vous aviez vous-même démontré à votre insu la bêtise de votre propos quand vous avez moqué le mien qui ne faisait qu’en reprendre les termes ?
       
      Cette bêtise qui vous fait dire au sujet des athées que, je cite : ’’est croyant celui qui réfute une chose dont il ne peut prouver l’inexistence’’. (1)
       
      Vous m’avez traité de déficient intellectuel pour avoir énoncé : ’’on peut (à la rigueur) appeler croyant quelqu’un qui réfute une chose dont on a la preuve qu’elle existe. ’’ (2)
       
      Vous manquez furieusement de suite dans les idées.
       
      (1) De la part d’un croyant, ça se comprendrait : cette chose dont l’inexistence ne saurait être prouvée (pfff ! quelle bêtise !), de son point de vue de croyant, elle existe : concernant dieu,et les athées, le Croyant ne fait pas de différence entre (1) et (2) . Dois-je préciser ici que vous vous présentez comme agnostique ? 
       
      (2) le négationnisme ne relève pas d’autre chose. 

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 22 février 20:28

      @jl
      ’’est croyant celui qui réfute une chose dont il ne peut prouver l’inexistence’’
      Je n’ai jamais écrit cela : introuvable dans tous les commentaires de l’article.
      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/croyance-en-dieu-ou-materialisme-177905

      ’’on peut (à la rigueur) appeler croyant quelqu’un qui réfute une chose dont on a la preuve qu’elle existe. ’’
      Je n’ai jamais écrit cela : introuvable dans tous les commentaires de l’article.

      négationnisme : vous faites toujours dans la finesse et la mesure ! ! !

      Mais vous avez bien écrit ces inepties :
      « on ne peut pas appeler croyant quelqu’un qui ne croit pas en une chose qui a été prouvée »
      « Du fait qu’ils [NdR : les athées] ne croient pas en une chose qui n’a pas été prouvée, ils [NdR : les athées] sont encore moins croyants que quelqu’un qui ne croit pas en une chose qui a été prouvée. »


      Déficience intellectuelle et déni de la réalité vous caractérisent :
      Vous ne savez même plus ce vous vous avez écrit et, pire, vous n’en comprenez même pas le sens ! ! !

    • JL JL 22 février 20:36

      @Jean-Pierre Llabrés

       
      pauvre tache,vous ne voyez même pas que je résume en une phrase votre affirmation que les athées sont des croyants à qui vous demandez de prouver l’inexistence de dieu ?
       
      Vous ne voyez pas non plus que la seconde phrase, c’est moi qui l’ai écrite ? Vous ne vous rappelez même plus vous en être moqué avec force d’émoticones ?
       
      DE deux choses l’une : ou vous êtes débile, ou vous êtes pervers. De fait, ici, je ne vois guère de différence ? Continuez sans moi, vous m’écœurez.

    • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 22 février 20:46

      @jl

      « Continuez sans moi, vous m’écœurez. »

      C’est absolument réciproque ! ! !


    • clostra 28 février 11:07

      @Bernard Dugué
      Vous l’avez cherché alors je vous charrie étant donné que la France et les Francs (la Suisse et les Suisses) ont les Leroy : quand on met 3 minutes en comptant jusqu’à trois avant d’ouvrir son parachute et qu’on est toujours en vie, c’est qu’on est en apesanteur.

      Depuis le temps que vous nous faites languir en nous piquant toutes nos bonnes idées ... sacré Ouin-Ouin !


    • Alren Alren 28 février 19:07

      @M de Sourcessure

      « ce n’est pas parce qu’une théorie est partielle ou marquée par la réalité des connaissances de l’époque à laquelle elle est née qu’elle est fausse ! »

      Elle est seulement incomplète. Mais si cela permet d’améliorer la précision des calculs par rapport aux théories précédentes, elle constitue un progrès.

      L’espace éternel de Newton n’existe pas, mais les lois de Newton ont permis un grand progrès à l’astronomie prédictive et la conquête spatiale. L’espace des tenseurs d’Einstein n’existe pas, mais sans la relativité, le GPS ne fonctionnerait pas correctement.

      M. Dugué a raison : au bout du bout de la théorie, on trouve ’’l’information’’ : celle qui subsiste dans les trous noirs après que les particules prisonnières aient été en quelque sorte dégénérées par la gravité.

      Et il est clair que la physique quantique avec ses ’’ondes quantifiées’’ appelées aussi particules s’approche plus de cette théorie finale que la relativité générale qui n’a rien à dire sur les trois autres forces fondamentales que sont la force électromagnétique, la force forte et la force faible.


    • fred.foyn Le p’tit Charles 22 février 10:34

      Allez vous coucher avec votre haine face au génie d’Einstein...Vous êtes pathétique et pitoyable..P’être qu’au xix siècle vous auriez pu faire illusion.. !


      • amiaplacidus amiaplacidus 22 février 10:53

        Je ne suis pas physicien, mais un simple ingénieur qui a passé l’essentiel de sa carrière à développer de l’instrumentation pour la physique des hautes énergies.

        Tout ce que je peux dire, c’est que, dans les accélérateurs de particules, lorsque l’on atteint des vitesses dites relativistes, la relativité s’applique totalement.

        Par exemple, la dilatation du temps modifie la « durée de vie » des particules.

        Pour la masse, l’énergie injectée lors de l’accélération augment la masse, une collision de deux particules produit d’autres particules, éphémères parfois (voir la remarque ci-dessus concernant la dilatation temporelle), la « masse totale » est alors supérieur à la masse initiale.

        Je répercute ici simplement des résultats expérimentaux. Dans l’état actuel des expériences, la relativité est vérifiée. C’est en tout cas ce que l’expérimentation a démontré et c’est aussi l’avis de la totalité de mes anciens (je suis à la retraite) collègues, dont certains sont des physiciens et chercheurs tout à fait reconnus sur le plan mondial.

        Maintenant, parler d’autres théories, pourquoi pas ? C’est effectivement le propre de la science que de vouloir avancer. Mais il faut alors étayer ces théories sur des bases solides et les conforter par un modèle mathématique rigoureux. Et, surtout, envisager des expériences permettant de les vérifier.. Autrement, on est dans le domaine des songes creux.


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 février 11:07

          @amiaplacidus

          Tout à fait d’accord, il faut passer aux modèles mathématiques et aux expérimentation pour valider une théorie. Y compris quand cette théorie contient des éléments métaphysiques implicites ou explicites. Cela étant, vous parlez de la relativité restreinte et non pas de la cosmologie relativiste lorsque vous évoquez la dilatation du temps et les particules


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 22 février 11:20

          @Bernard Dugué

          Par les mathématiques et l’expérimentation, êtes-vous en mesure de prouver la compatibilité de la physique et de la métaphysique ?


        • Abou Antoun Abou Antoun 22 février 11:39

          @amiaplacidus
          Il y a la science ’en chambre’ et la science au ’labo’. En chambre cela coûte moins cher, quelques équations et beaucoup de délire autour de cela.
          Pour ôter toute ambiguïté je vous considère comme un homme de terrain. c’est grâce à des gens comme vous que les théories sont validées ou invalidées.


        • Hervé Hum Hervé Hum 22 février 13:03

          @amiaplacidus

          Moi non plus je ne suis pas physicien, même pas ingénieur, toutefois, quelle est la preuve qu’il y a dilatation du temps ?

          Il est procédé à des expériences, mais dire qu’il y a dilatation du temps relève de l’interprétation et non de la preuve. Surtout que du point de vue de la théorie de la relativité cela me semble faux, car il ne peut s’agir de dilatation du temps, mais uniquement de l’espace-temps.

          Mais que savons nous de la réalité intrinsèque des particules observés ?

          Prenons les choses dans l’ordre, ce qui est observé, c’est que lorsqu’on donne à des particules une quantité de mouvement, qui consiste à augmenter son énergie, on remarque que le temps de dissipation de cette énergie augmente.

          Mais ce n’est pas une preuve que le temps ce soit dilaté !

          L’interprétation est clairement orientée, arbitraire. On fait des expériences pour prouver la théorie, non pour trouver la réalité intrinsèque.

          Surtout, la théorie souffre d’un grave problème, elle nie l’existence d’un milieu porteur de l’onde, or, toute onde ne peut se déplacer que s’il y a un milieu porteur, sinon, ce n’est pas une onde, c’est un corpuscule qui ne nécessite pas de milieu porteur, mais de milieu traversé.

          Les physiciens nient l’existence de l’éther car ils n’ont pu détecter sa présence par son mouvement.

          Mais pourquoi donc le milieu de propagation des ondes EM devrait t-il être un milieu mouvant ? Qui dit cela ? Quelle preuve ? Aucune ! c’est là aussi un postulat arbitraire, ne reposant sur aucune démonstration logique. En fait, la logique pure dit le contraire, qu’il doit exister un milieu originel statique pour pouvoir mesure tout mouvement dynamique relativement à celui ci.

          On ne peut mesurer .un ou x mouvements dynamiques que relativement à un repère statique

          Bref, ils constatent un effet, mais plutôt que d’en conclure qu’il est dû au milieu de propagation de l’onde, ils disent que cela est dû à la masse des objets cosmologiques.

          Pour moi, c’est comme dire que ce n’est pas la Terre qui attire la pomme, mais la pomme qui attire la Terre.

          Pour l’instant, aucun des scientifiques proclamés d’Agoravox n’a répondu à cette question. Pas même l’auteur de l’article !


        • Doume65 22 février 13:21

          @Bernard Dugué

          Il faudra des arguments un poil plus pointus que « la relativité générale contient quelques déficits pour ce qui concerne le sens physique des choses » pour prouver que « Einstein s’est trompé sur la gravité », sans préciser sur quoi, d’ailleurs. On notera que c’est le seul argument avancé ici, en dehors du fait que vous avez des convictions et « je proposerai un autre jour quelques lignes extraites d’un livre que je prépare », ce qui ne constitue pas des arguments.
          Prétendre après cela que c’est la paresse intellectuelle de scientifiques (j’ai failli écrire vos pairs, mais c’aurait été insultant pour eux) qui explique que vous ne soyez pas publié ne sert qu’à démontrer l’hypertrophie de votre prétention.


        • amiaplacidus amiaplacidus 22 février 14:01

          @Abou Antoun

          N’’exagérons rien, je n’étais qu’un maillon des quelques 2.500 maillons qui constituent la chaîne du labo où je travaillais. Je pense que vous aurez reconnu ce labo, surtout si je vous dis que j’habite à 3 km de la frontière franco-suisse. Alors, vous conviendrez qu’il y a des pointures d’une toute autre taille que la mienne.
          Je sais ce qu’il faut de physique et de math, pour comprendre les problèmes et concevoir les instruments que l’on me demandait. Et souvent j’utilisais des outils que je ne comprenais pas vraiment. Par exemple, ne pas comprendre grand chose à la physique quantique et utiliser des diodes tunnel (un peu historique maintenant) ou des jonctions à effet Josephson.

          Ce qui m’amuse beaucoup, c’est de voir certains, qui en savent encore moins que moi (voir rien du tout) en physique quantique, se déverser à longueur de textes sur le sujet.
          Quant à ceux qui pataugent allégrement dans le quantique et la relativité, c’est tout simplement hilarant.
          .
          .
          @Hervé Hum

          Pour la dilatation du temps, les expériences ont montré qu’une particule qui a une « durée de vie » D à une vitesse V a une « durée de vie » D’ à une vitesse V’, avec D > D’ et V < V’, et cela vérifie parfaitement les équations de la relativité restreinte.
          .
          Je pense que vous ignorez totalement la notion de champ. Les ondes électro-magnétiques sont une variation de l’intensité du champ électro-magnétique. Un champ ne se déplace pas (la notion même de déplacement n’a aucun se par rapport à un champ), ce sont les variation d’intensité du champ qui se déplacent.
          C’est d’ailleurs la même chose pour les ondulations qui se propagent dans un milieu. Par exemple les ondes sonores, dans un milieu homogène, l’air ne se déplace pas, c’est la variation de pression qui se déplace. Idem pour les vagues, sans ressac et déferlement, l’eau ne se déplace pas. Par exemple, un bateau au milieu de la mer ne peut pas voir (hors référentiel satellitaire ou accéléromètre verticaux) qu’il est soumit à une vague de tsunami, même si celle-ci à une amplitude de plus de 10-20 m.


        • amiaplacidus amiaplacidus 22 février 14:11

          @amiaplacidus

          OH LA LA ! Quand donc pourra-t-on corriger les erreurs de frappe ?

          Lire avec D < D’ et V < V’ et non pas avec D > D’ et V < V’


        • Hervé Hum Hervé Hum 22 février 16:11

          e p@amiaplacidus

          Merci pour votre réponse.

          Est ce que j’ignore totalement la notion de champ ?

          Pas exactement, je dis simplement que toute onde à besoin d’un milieu porteur. Ce que vous me confirmez !

          On identifie le champ pour les ondes EM, et on constate que le principe est le même que pour toute onde, par variation de l’intensité du milieu porteur.

          Le problème, c’est que d’un coté il faut un champ pour que l’onde EM se propage, mais dans l’espace quasi vide, là, elle devient autoporteuse car elle n’a pas besoin de milieu porteur !

          Mais si elles sont autoporteuse dans l’espace, encore faut t-il expliquer pourquoi et le démontrer, or, je n’ai pas connaissance d’une telle démonstration logique.

          Donc, comment expliquer qu’ici il faut un champ EM et là c’est pas nécessaire ? Par quel miracle ? Vous avez peut être la réponse, et si c’est le cas, j’aimerai bien que vous me l’expliquez !

          Pour moi, si l’onde est autoporteuse, ce n’est pas une onde, c’est un corpuscule. On peut bien parler de fonction d’onde, le fait est qu’une onde a besoin d’un milieu porteur sinon, pas d’ondes.

          Voyez, là, j’ai un gros problème de compréhension !

          Ainsi, soit le champ est partout dans l’espace et la seule chose que l’on fait, c’est le faire varier en intensité, soit il n’est pas dans l’espace quasi vide et alors, le champ EM est imaginaire !

          Une fois cela posé, alors, la difficulté d’imaginer une onde gravitationnelle avec son milieu porteur devient très grande !

          Il y a une réponse qui permet de lever toutes les ambiguités et confusions, c’est le principe de relation de causalité. Mais pour l’instant, en dehors de moi même, je ne connais personne qui en veuille. Pourtant, elle seule permet de relier tous les phénomènes physiques entre eux. C’est avant tout une clé ontologique qui permet de ne pas s’égarer et de rester sur une base logique pour moi absolue.

          Mais bon, je ne suis pas compétent pour appliquer le principe à la science, je ne connais que les briques élémentaires du principe.

          Mais disons que c’est comme passer du géocentrisme à l’héliocentrisme, pas au niveau cosmologique, mais au niveau du cogito humain. Passer du principe de causalité d’Aristote, réducteur et erronés, au principe de relation de causalité de l’Univers.


        • amiaplacidus amiaplacidus 22 février 16:21

          @Hervé Hum
          Un champ n’est pas un milieu.

          Les champs existent dans le vide intersidéral (et même dans un vide absolu), ils décroissent simplement d’intensité avec la distance, plus précisément en fonction du carré de la distance (reprenez la formule de la surface d’une sphère, vous comprendrez pourquoi).


        • amiaplacidus amiaplacidus 22 février 16:31

          @amiaplacidus
          Je complète mon message. J’ai été voir ce que Wikipédia en dit :

          https://fr.wikipedia.org/wiki/Champ_%28physique%29

          C’est une bonne vulgarisation et explication. Allez voir en particulier le paragraphe « Les champs de force ».


        • Pentcho Valev 22 février 16:51

          @amiaplacidus « la dilatation du temps modifie la « durée de vie » des particules »


          Non. La courte durée de vie d’un muon « au repos », 2 microsecondes, n’a rien à voir avec la théorie d’Einstein. Plutôt, c’est la durée de l’agonie d’un muon qui vient de subir une catastrophe telle que sa vitesse, presque 300000 km/s, devient instantanément zero :

          http://www.physics.rutgers.edu/ugrad/389/muon/muon-rutgers.pdf 
           « In order to measure the decay constant for a muon at rest (or the corresponding mean-life) one must stop and detect a muon, wait for and detect its decay products, and measure the time interval between capture and decay. » 

          http://cosmic.lbl.gov/more/SeanFottrell.pdf 
           « Experiment 1 : The lifetime of muons at rest (...) Some of these muons are stopped within the plastic of the detector and the electronics are designed to measure the time between their arrival and their subsequent decay. » 

          http://www.stanford.edu/ jbarral/Downloads/Majeure1-Rapport.pdf 
           « Les muons qui arrivent au niveau du détecteur sont des particules ultra-relativistes dont la vitesse est proche de c et l’énergie comprise entre 7.5 MeV et 7.5 GeV La détection s’effectue grâce à deux scintillateurs et un bloc de verre au plomb. Les deux scintillateurs mesurent le passage d’une particule cosmique. Le verre au plomb arrête un certain nombre de particules, qui se désintègrent : on mesure alors leur temps de désintégration. »

          Donc, il n’y a aucune dilatation des durées.

          Pentcho Valev

        • amiaplacidus amiaplacidus 22 février 18:13

          @Pentcho Valev

          Je vous félicite, vous êtes plus fort que l’ensemble des physiciens que je connais, et j’en connais beaucoup.
          Pour remettre l’église au milieu du village, je ne parlais pas des muons, mais des particules accélérées.

           Le seul problème, c’est que vos références (conduisant toutes au même site) montrent effectivement que les muons ont une durée de vie qui dépend de leur vitesse. C’est effectivement maintenant une expérience assez simple à faire.

          Mais puisque que vous parlez de muons, parlons-en.

          Les muons ont une durée de vie de 1,56 micro-secondes avant de se désintégrer, en un électron (ou positron selon la charge) et un neutrino. Ils ont une vitesse proche de celle de la lumière (98,9 %), à cette vitesse, selon la théorie classique, ils devraient parcourir 450 m. entre création et désintégration.

          Une première expérience a été faite à l’université de Chicago en 1941 par B. Rossi et D.B. Hall (R&H). (Physical Review, 59, p. 223-228). R&H ont utilisé les muons créés au sommet du mont Washington par les rayons cosmiques. Ils ont montré que 2000 m. plus bas, il y avait encore plus de 71 % des muons créés, alors que selon la théorie classique, il ne devrait pas y en avoir plus de 4,5 %. En fait, les muons parcourent une distance allant de 8 à 130 fois ce que la théorie classique prédit.
          En revanche, le chiffre de 71 % « colle » parfaitement avec la relativité.

          La même expérience a été faite au CERN avec un accélérateur de particules (et celle là. je peux vous donner toutes les références des publication scientifiques qui ont été faites). Des muons ont étés créés et accélérés jusqu’à 99,94 % de la vitesse de la lumière et l’on a pu démontrer que leur durée de vie étaient alors de l’ordre de 45,7 micro-secondes, soit, environ 30 fois la « durée de vie » « normale » d’un muon.

          Au surplus, je vous propose d’aller vous amuser avec l’expérience sur la durée de vie des muons : http://hyperphysics.phy-astr.gsu.edu/hbase/relativ/muon.html#c6
          Sur le même sujet, un simple problème de niveau de bachelor en physique (voire de prépa) : http://res-nlp.univ-lemans.fr/NLP_E_M06_G01/co/NLP_E_M06_G01_09.html


        • Pentcho Valev 22 février 20:18

          @amiaplacidus « Les muons ont une durée de vie de 1,56 micro-secondes avant de se désintégrer »


          Ce sont les muons « au repos ». Les Einsteiniens croient qu’un muon est « au repos » quand il subit une catastrophe (on l’arrête) au cours de laquelle sa vitesse, presque 300000km/s, devient instantanément zero. La durée de vie du muon « au repos » correspond à l’intervalle entre le début de la catastrophe et sa fin. La voiture à haute vitesse qui heurte un mur est au même « repos » ; la durée de vie du chauffeur « au repos » est bien plus courte que la durée de vie des chauffeurs qui ne subissent pas une telle catastrophe mais cela n’a rien à voir avec la théorie d’Einstein.

          En d’autres termes : Les muons qui n’ont pas été arrêtés ont une durée de vie normale ; la durée de vie des muons arrêtés est courte. Les Einsteiniens enseignent que la seconde durée de vie est normale alors que la première est longue grace à la dilatation des durées.

          Pentcho Valev

        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 22 février 21:02

          @Bernard Dugué

          Par les mathématiques et l’expérimentation, êtes-vous en mesure de prouver la compatibilité de la physique et de la métaphysique ?


          Pas de réponse ?
          Bis repetita placent.

        • JC_Lavau JC_Lavau 22 février 21:03

          @Hervé Hum : a hopeless case.
          Ett håpløs sak !

          Même pas foutu de regarder l’expérience de Pound et Rebka ! Encore moins les suivantes.


        • JC_Lavau JC_Lavau 22 février 21:09

          Pentcho Valev est troll historique sur Usenet. On a réussi à régler la plupart des serveurs pour bloquer la plupart de ses transmissions.
          Grâce à quoi il subsiste encore un ou deux forums non entièrement tués.
          fr.sci.chimie n’y avait pas résisté par exemple : définitivement vidé et mort.


        • Shawford Shawford 22 février 21:14

          @JC_Lavau  smiley Alf est à Abu Dhabi C’était le seul digne d’aller prendre l’apéro avec moi ce soir

          A défaut j’ai deale et l’ai briefé sur son entrée en matière ici Tremblez petits chats d’AV Mais les 4 chats bottés sont là pour vous sauver où vous teaser + chaussette le vegemite pour vous servir et un peu de tendresse les real buddys


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 février 21:46

          @Jean-Pierre Llabrés

          Par les mathématiques et l’expérimentation, êtes-vous en mesure de prouver la compatibilité de la physique et de la métaphysique ? Votre question n’a pas de sens et je n’y ai pas répondu. Maintenant, vous pouvez réfléchir sur le fait qu’elle n’a pas de sens, ou alors qu’elle renvoie à des considérations historiques qu’il vous appartient d’expliciter


        • Pentcho Valev 22 février 21:49

          @JC_Lavau « Grâce à quoi il subsiste encore un ou deux forums non entièrement tués. fr.sci.chimie n’y avait pas résisté par exemple : définitivement vidé et mort. »


          Je suis si puissant ! Et mon français est mauvais ! S’il était bon, il n’y aurait aucun forum vivant en France ! Voilà :


        • JC_Lavau JC_Lavau 22 février 23:34

          @Pentcho Valev
          Un seul staphylocoque bleu, ça n’est pas très puissant. Une septicémie à staphylocoques bleus, c’est mortel.


        • Hervé Hum Hervé Hum 23 février 01:03

          @amiaplacidus

          "Les champs existent dans le vide intersidéral (et même dans un vide absolu), ils décroissent simplement d’intensité avec la distance, plus précisément en fonction du carré de la distance (reprenez la formule de la surface d’une sphère, vous comprendrez pourquoi).« 

           Mais

           »Un champ n’est pas un milieu."

          C’est bien là que ma logique diffère de la votre !

          Vous dites que les champs existent de fait et par lequel réagissent les ondes, mais ce n’est pas un milieu.

          Le milieu de l’onde sonore, ce sont les molécules d’air entre elles, mais les ondes EM, ce sont les atomes entre eux. La relation entre les éléments est différente en raison du changement d’échelle d’espace-temps, mais le principe reste rigoureusement identique. Autrement dit, c’est toujours une relation entre l’onde et son milieu porteur, mais pas la même échelle.

          Maintenant, une dernière question, une onde EM peut elle se déplacer en dehors d’un champ EM ?

          Après tout, si ce n’est pas son milieu de propagation, le champ n’est pas obligatoire pour son déplacement dans le vide.

          Mais comme vous dites qu’il est partout, alors, il est fatalement impossible de démontrer qu’une onde EM peut se déplacer sans champ.

          c’est plutôt commode !


        • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 23 février 06:59

          @Bernard Dugué
          « il faut passer aux modèles mathématiques et aux expérimentation pour valider une théorie. Y compris quand cette théorie contient des éléments métaphysiques implicites ou explicites. »

          À partir du moment où vous intégrez des éléments métaphysiques à une théorie physique, il me semble que ma question a tout son sens (pour un vrai scientifique)



        • Shawford Heaven Sent 23 février 07:07

          @Jean-Pierre Llabrés

          On se connaît ?

          @Dugué

          Yep, Llabrés a raison, Elric, Stormbringer toussa c’est préhistorique, aujourd’ui vous êtes à peine assistant laborantin dédié aux corvées de chiotte dès lors même que vous m’avez superbement ignoré toutes ces années et en permanence refusé les mains tendues AV ou les offres de contact IRL en tant que voisins bordelais.
          Faut il aussi que je vous sorte aussi tous les neurones qui vont ont permis d’en arriver là en l’état et en létal ? Stormbringuer ma dévoreuse d’âme fait ça très bien, n’est ce pas ? smiley


        • chantecler chantecler 23 février 08:45

          @Heaven Sent
          Mon pauvre Shawford !
          Suffit pas de changer de pseudo pour retrouver sa virginité .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès