Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > En April, ne te découvre pas d’un file !

En April, ne te découvre pas d’un file !

Voilà plus de trois ans que j’ai lâché le monde policé de Windows pour les contrées sauvages et quasi-inexplorées du Logiciel Libre. Changement d’environnement, certes, mais aussi de pratiques, d’habitudes et de manière de penser.

J’adore ! J’ai concrétisé cette démarche il y a plus d’un an en adhérant à APRIL et j’invite à présent tous ceux qui pensent qu’un autre ordinateur est possible à en faire de même.

Au commencement était l’Ours, mon collègue (et maintenant ami !) au service informatique.

Souvent, quand on bossait sur le tard, il prêchait : Regarde, Agnès, comme c’est beau, le mode console ! C’est pur, c’est puissant, c’est pointu ! C’est autre chose que cette merde de Windows !. J’ai toujours eu beaucoup d’affection pour l’Ours, mais là, ses démos tombaient souvent à plat. Alors, là, tu fait ls machin, pipe, grep et truc et tadam ! : du texte tout pourri d’avant Word 2 !

Fin du premier épisode : Linux est un truc de dingues qui dorment pas la nuit, se nourrissent de pizzas et mangent directement dans la boîte de cassoulet froid !

Ensuite vint Yannick. Encore un admin’ réseau. L’admin réseau, c’est un peu comme le chef cuistot du restau d’entreprise : si tu veux être bien servi, t’as intérêt à bien t’entendre avec. Et pour bien s’entendre avec, rien ne vaut de longues séances de commandes Linux au téléphone. Yannick aussi est un gars sympa. Déjà, il avait installé une interface graphique sur son serveur sous Red Hat. Ça a l’air de rien, comme ça, c’est limite exclusion du club, mais ça m’a changé la vie, surtout pour administrer Samba. Un coup de Webmin, et je suis devenue la reine du pétrole !
Le serveur était sous interface graphique KDE, le truc qui fait moins peur aux usagers de Windows. Là, j’ai découvert qu’en plus d’administrer le réseau de la PME, j’avais accès à des petits jeux sympa et on pouvait même faire des trucs de fous comme aller sur le net ou écrire une lettre ! C’est à ce moment que j’ai cessé de considérer que Linux était un outil pour secte de geeks intégristes. Ceci dit, il y a loin de la coupe aux lèvres, et la plupart du temps, fallait une connexion permanente avec un grand guru Linux pour s’en tirer !

Le grand saut

Au deuxième trimestre 2005, Yannick me sort de mon chômage gluant pour me demander si je pouvais le dépanner sur un boulot. Nos chemins se sont séparés depuis quelques années, mais le Linuxien a de la mémoire et c’est un fidèle dans ses amitiés. C’est normal, il vit dans un monde différent, avec des valeurs différentes. Y a sûrement des blaireaux dans le bestiaire du logiciel libre, mais il y a surtout de sympathiques manchots et des gnous.

Bref, il me faut lancer ma boîte pour avancer. À la boutique de gestion, on m’assure qu’il faut bien mettre 3000€ sur la table, rien que pour les logiciels... Je suis pauvre, mais pas stupide ! Je ne vais pas commencer par m’endetter alors que je ne sais pas où je vais !

J’en parle avec l’Ours : Là, tous les outils dont tu peux avoir besoin pour bosser sont mâtures. Ce qu’il te faut, c’est Debian SID : comme ça, tu auras toujours la dernière version des logiciels qu’il te faut. Là, pour le coup, je lui ai fait confiance et j’ai plongé !

Bon, Debian SID, ce n’est pas vraiment la distribution qu’il faut recommander à un débutant sous Linux qui souhaite acquérir son indépendance. Mais une fois installé et paramétré, ça marche pas trop mal... enfin quand une mise à jour ne vautre pas la base de données d’Évolution (logiciel de messagerie intégré dans le style de Outlook Microsoft Office, c’est à dire avec gestion des contacts|clients avancée !) pendant 3 mois.

En février 2006, je change de bécane et je décide de prendre mon indépendance par rapport à l’Ours : j’installe moi-même Ubuntu !
Et c’est à ce moment que je découvre qu’il est plus facile d’installer et de maintenir Ubuntu que Windows ! Ubuntu est la distribution que tout le monde attendait pour évangéliser les foules de newbies en délire ! Dans l’association culturelle du bled, toutes les bécanes de l’atelier informatique tournent sous Ubuntu depuis 2 ou 3 ans. Ainsi, tous les débutants du bled ne connaissent que Linux. Et font la trogne quand ils se retrouvent sous Windows : c’est quoi ça, ces putains de virus ? Et quand Windows est installé, on peut rien faire : faut encore installer tout le reste ! Et c’est quoi cet écran bleu ?

Un autre monde déjà possible

Depuis que je suis entrée dans le monde du logiciel libre, j’ai découvert une autre logique : travail coopératif et participation. Je ne code pas, je n’ai pas beaucoup de fric, ce qui limite mon apport à la communauté. Mais je suis un utilisateur permanent. Je peux donc prendre un peu de temps pour rapporter les bugs ou suggérer des améliorations qui apparaissent comme nécessaires à l’usage.

La communauté des développeurs du libre est un monde ouvert et mouvant. Pour discuter avec le concepteur d’un logiciel, le plus souvent, il suffit de se connecter sur le bon canal IRC, et hop, on est en prise directe avec la matière grise qui accouche l’outil ! Je tire une grande fierté d’avoir suggéré des améliorations ergonomiques pour Scribus et d’avoir du coup un outil plus intuitif pour tous ! En discutant avec d’autres graphistes travaillant sous logiciels libres (on ne peut imaginer la révolution culturelle que peut être le graphisme libre, loin de l’hégémonie lourde d’Adobe sur le secteur !), j’ai croisé la route du Tigre, un journal très libre dans sa conception et son ton rédactionnel unique.
En fait, quand on navigue dans les eaux claires du logiciel libre, on finit par se rendre compte que finalement, le cyberespace est tout petit et qu’on finit toujours par y retomber sur les mêmes personnes de bonne volonté. Il s’agit plus d’une révolution culturelle, intellectuelle que technologique.

Bref, je vis avec et du logiciel libre. Ma petite entreprise n’utilise et ne vend que du logiciel libre. J’adore convertir des utilisateurs aux logiciels libres et j’ai envie que nous ayons encore tous le choix très longtemps.

Promouvoir et soutenir le logiciel libre

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (68 votes)




Réagissez à l'article

107 réactions à cet article    


  • Plum’ 28 novembre 2008 11:24

    C’est un article qui manque singulièrement de nuances et de distance. Il est tout de même intéressant parce qu’il montre que lorsqu’on démarre une informatique à zéro, il est très pertinent en coût et efficacité de démarrer sous Linux.

    Le problème est qu’il n’est pas courant de partir à zéro, il y a souvent un existant à prendre en compte avec des logiciels Windows qui ne sont pas faciles à remplacer. Une démarche progressive est alors souhaitable.

    Aussi, contrairement à ce que suggère l’article, il n’y a pas qu’Ubuntu (ou Kubuntu) comme distribution facile, il y a aussi Mandriva, Suse... et ça existait bien avant 2005...


    • Monolecte Monolecte 28 novembre 2008 11:50

      C’est normal, c’est de la propagande libriste ! smiley

      Il n’y a pas qu’Ubuntu pour passer sous GNU/Linux, de la même manière qu’on peut commencer avec les logiciels libres sans se jeter directement dans le double boot (c’est à dire en installant un OS GNU/Linux sur sa bécane, EN PLUS de windows).
      Il est toujours possible, sous Windows, d’écrire son courrier sous OpenOffice, de retoucher ses photos avec The Gimp ou de mettre en page le bulletin de l’association sous Scribus.


    • foufouille foufouille 28 novembre 2008 11:52

      ubuntu propose depuis longtemps un boot cd simple
      ca permet d’essayer sans risque


    • spartacus1 spartacus1 28 novembre 2008 12:24

      La quasi totalité des distributions proposent un CD bootable.

      La première distribution a le faire fut ls Slackware en 1995, idée reprise par Knoppix en 2004. Ubuntu est sorti en 2005, donc bien loin d’être le pionnier.

      Cela dit, Ubuntu (Kubuntu) restent des distributions faciles à installer pour le grand public, mais pas vraiment satisfaisantes pour un professionnel.
      Si l’on veut avoir les avantages du grand public et des pros, il existe des distributions, amha, mieux adaptées : Suse, Mandriva, Fedora (Red Hat).

      Pour les pros (et amateurs éclairés) : Slackware, Gentoo, et pour ceux qui veulent s’instruire : Linux From Scratch (LFS).


    • foufouille foufouille 28 novembre 2008 17:29

      la slackware en 1995 ?
      a cette epoque, il fallait des disquettes pour booter le cd
      ca marchait rarement
      et en plus, il fallait connaitre le matos par coeur. y compris les addresse memoire en hexa


    • spartacus1 spartacus1 28 novembre 2008 19:32

      Navré de te contredire, mais le boot CD avec Slackware, je l’ai fait en 1995 ! D’accord avec toi, il fallait une certaine expertise, mais c’était parfaitement possible.

      Au surplus va voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Slackware
      sous le paragraphe Philosophie, tu trouveras une confirmationimplicite de mes propos.


    • foufouille foufouille 28 novembre 2008 21:01

      mon matos a jamais marcher completrment
      meme avec les autres linux
      meme en bidouillant ce truc de geek


    • spartacus1 spartacus1 29 novembre 2008 08:48

      Mon pauvre Caliméro !


    • grangeoisi 28 novembre 2008 12:21

      Bah ! Si Windows venait à être inventé plutôt que d’utiliser depuis longue date Ubuntu vers où iriez-vous ?


      • Astidiel 28 novembre 2008 12:56

        Vers ubuntu, sans hésiter....

        Jamais je ne passerais d’un système où 95% des logiciels que j’utilisent au quotidien (mail, internet, bureautique, lecteurs multimedias, retouche photo) sont installés par défaut et qui n’est pas menacé par des virus, spywares ou autres trojans vers un système pauvre en logiciel par défaut, où il faut prendre des heures à réinstaller les codecs et tous les logiciels que l’on utilisent et qui en plus est beaucoup plus vulnérable...


      • Astidiel 28 novembre 2008 12:55

        Vers ubuntu, sans hésiter....

        Jamais je ne passerais d’un système où 95% des logiciels que j’utilisent au quotidien (mail, internet, bureautique, lecteurs multimedias, retouche photo) sont installés par défaut et qui n’est pas menacé par des virus, spywares ou autres trojans vers un système pauvre en logiciel par défaut, où il faut prendre des heures à réinstaller les codecs et tous les logiciels que l’on utilisent et qui en plus est beaucoup plus vulnérable...


        • Warhouha Warhouha 28 novembre 2008 12:56

          Je ne suis pas sûr qu’il existe un "esprit libre", et il arrive que la suffisance des admin évoluant sur linux me gave. Ceux exploitant Windows aussi, d’ailleurs....

          Ma solution ? Je ne code que pour microcontroleurs, alors les OS...

          Et comme utilisateur, alors ? Windows pour les jeux, Ubuntu pour le reste.

          Monolecte, pour vos différents articles, je vous aime.


          • Rune Rune 28 novembre 2008 13:01

            En effet, les distributions libres ont beaucoup progressé question simplicité. Il est rare de devoir coder/bidouiller pour les faire fonctionner.
            Selon moi, le réel problème vient surtout des utilisateurs qui ont une relation quasi "magique" avec leurs ordinateurs. J’entends par là que les gens les utilisent sans en comprendre le fonctionnement basique. Ils ont souvent terriblement peur de ce qui pourrait arriver si...
            Bref, pour initier les nouveaux, il faut surtout casser cette relation et rassurer.


            • tSbeNjY tSbeNjY 28 novembre 2008 13:27

              Attention, commentaire hors sujet :

              J’ai bien aimé que vous parliez de "sympatiques manchots" dans votre article.

              En effet, la mascotte Tuxest un "Pinguin". Pinguin se traduit de l’anglais par Manchot et non pas par Pingouin. Ce faux amis en a induit plus d’un en erreur.

              Rappelons qu’un pingouin, ça a des ailes, ça vole, et ça se trouve dans des climats tempérés. Le manchot, non.

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Pingouin
              http://fr.wikipedia.org/wiki/Manchot

              Fin du hors sujet.


              • Liberty 28 novembre 2008 13:55

                @ Monolecte et AUX FRILEUX

                Il faut rassurer le Windows addict mais aussi l’avertir :

                Le plus

                - Linux est simple pour ceux qui ont internet (avec modem éthernet).

                - La ligne de commandes c’est quasi fini, au pire il suffit de faire des copiers / collés depuis internet.

                - Installer des logiciels n’est pas plus comliqué qu’un copier coller.

                Le moins

                - Installer son serveur graphique et des gadgets visuels est simple mais attention à chaque changement de noyau Kernel. (indispensable uniquement pour les jeux, ou des logiciels de 3D comme Blender)

                - Attention aux modems USb et au Wifi tout les matériels ne sont pas encore reconnus.

                Synthèse
                On choisit une version de linux (Ubuntu, Mandriva, Fedora etc...) en fonction de son utilisation et de son niveau informatique.
                Certaines distributions sont orientées son MAO, d’autres image DAO, etc...

                Avec Linux vous n’êtes jamais seul et rarement le premier à découvrir une difficulté, toutes les communautés Linux ont un site et une aide en ligne mais n’oubliez pas avant de poser une question RFMN ! (read the fuckin manual now !).
                Il serait étonnant que vous ne trouviez pas la réponse et la solution à votre question en utilisant Google...

                Linux lit TOUS les systèmes de fichiers possibles, ce qui n’est pas le cas des OS payants (imaginez tout ce que vous pouvez modifier à votre Windaube sans interdiction)

                Vous trouverez toujours un équivalent Linux à vos logiciels windows.

                "Windows donne a manger une fois, Linux apprend à chasser pour manger tous les jours"


                • Plum’ 28 novembre 2008 14:41

                  « Vous trouverez toujours un équivalent Linux à vos logiciels windows. » Désolé, c’est aussi faux que de dire « Vous trouverez toujours un équivalent Windows à vos logiciels Linux ». Ou alors vous avez une notion très large de l’équivalence qui ne tient pas compte des équivalences de fonctionnalités.


                • foufouille foufouille 28 novembre 2008 17:31

                  il reste l’encodage video qui est peu simple


                • Croa Croa 29 novembre 2008 09:17

                  « Vous trouverez toujours un équivalent Linux à vos logiciels windows. »

                  Ce n’est que presque vrais. Seulement pour les fonctions courantes. Par exemple Writer d’OpenOffice est presque équivalent à Word parce que beaucoup de logiciel de traitement de texte sous Linux ont été développés et que forcément il y en aurait un qui y arriverait. Peut-être même sera -t-il meilleur un jour car cela est tout à fait possible ? (Il lui manque encore un correcteur grammatical, des fonctions de remplacements caractères collectifs et quelques autres trucs pour égaler Word.)

                  Les logiciels rares restent encore une spécificité Window. Contre toute attente cependant j’ai trouvé un équivalent à COUTRACI (logiciel de restitution d’un circuit de vol à voile en planeur.) C’est KFLog. Mais je n’ai, hélas, jamais réussi à déloguer un GPS avec ce truc ! Donc ce qui est au point sous Windows ne l’est pas obligatoirement sous Linux.  smiley

                  (L’ordi à la maison est sous Linux Debian ; Le portable est sous Windows car cet OS était déjà dedans ; Au bureau tout le monde doit travailler sous Window car on ne nous laisse pas le choix !!!)


                • pepin2pomme 28 novembre 2008 13:57

                  Un grand merci pour cet article.
                  Je suis comme bon nombre d’utilisateurs lassé de Windows (surtout Vista), mais j’ai peur de faire le grand saut. Installer un autre système d’exploitation n’est pas anodin. Il faut commencer par repartionner le disque dur, installer un dual-boot (ou carrément virer Windows) etc. Ensuite, on court le risque que cela ne marche pas (est-ce que la carte Wifi sera reconnue ?) ou que cela ne correspond pas à son attente, avec le risque de ne plus pouvoir revenir en arrière et de devoir acheter un nouvel ordinateur. On est un peu livré à nous-même, c’est peut-être la contre-partie de la gratuité.
                  Pourquoi n’existe-t-il pas des prestataires (qu’on rémunèrerait naturellement) qui puissent nous prendre par la main, nous installer linux AVEC GARANTIE DE RESULTAT, et nous fournir un support après vente ?
                  Avis aux amateurs, je pense qu’il y a là un marché.

                  A+


                  • Monolecte Monolecte 28 novembre 2008 14:39

                    Tape "install party" dans google pour voir ce qui monte. Éventuellement, ajoute le nom de ton bled ou d’un gros beld pas loin à te requête.
                    Nous sommes d’accord : pour le débutant, se palucher une installation, même aussi simple qu’Ubuntu, n’est pas si aisé que cela. D’ailleurs, si les utilisateurs finaux devaient s’installer eux-mêmes leur cher Windows, cet OS serait nettement moins populaire.

                    Les associations d’utilisateurs de logiciels libres proposent régulièrement des install party où les débutants viennent avec leur ordinateur sous le bras : ainsi, pas de mauvaises surprises en cas d’incompatibilité matérielle ou de problèmes de pilotes. J’ai une amie qui a trouvé le site des manchots pas moin de chez elle et leur a écrit pour leur demander de l’aide. Le WE dernier, un grand guerrier Linux est passé chez elle pour lui installer le bouzin.

                    L’autre combat, c’est d’avoir aussi des ordinateurs vendus sous GNU/Linux dans le commerce, prêts à utiliser pour le grand public. C’est un combat difficile contre le lobby de Microsoft et son quasi monopole sur le marché des ordinateurs grand public. C’est précisément pour pouvoir peser dans ce genre de combat qu’APRIL a besoin de plus d’adhérents !
                    D’où la campagne d’adhésion et cet article de raccolage actif !

                    Pour des ordinateurs vendus avec Linux installé pour tous, tous chez April !


                  • Plum’ 28 novembre 2008 14:57

                    « j’ai peur de faire le grand saut »

                    Si vous avez peur, ne le faites pas. Commencez d’abord par créer les conditions pour ne pas avoir peur. Par exemple essayez sur un vieil ordinateur, essayez avec un CD live. Commencez par utiliser OpenOffice, Firefox, Thunderbird. Vous pouvez aussi utiliser un CD GParted pour partitionner (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/GParted) Ou commencer sur un vieux disque dur en paramétrant dans le boot le disque de démarrage. Sachez aussi sauvegarder vos données. Après ces divers essais progressifs, vous comprendrez mieux ce qui se passe et votre peur partira.

                    Mais ne faites pas « le grand saut » les yeux bandés. Quoiqu’on puisse vous dire, c’est un changement de monde, un changement d’habitudes et ce n’est pas simple.

                    N’oubliez pas enfin, que des logiciels de machines virtuelles, tel que vmware (qu’on peut arriver à trouver...), permettent de faire fonctionner Windows dans une fenêtre de Linux, ce qui permet de garder les vieux logiciels que l’on n’est pas prêts à abandonner. Wine peut aussi être utilisé (http://fr.wikipedia.org/wiki/Wine). Là aussi il convient de prendre le temps d’essayer pour ne pas partir dans l’inconnu...

                    Mais n’ayez pas peur de prendre l’engagement d’aller jusqu’au bout de votre démarche.


                  • Winael 28 novembre 2008 16:30

                    Bonjour,

                    Sanas aller si loin que Google, il suffit de regarder dans Agoravox : http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=47641. :)
                    Sinon si vous habitez en région parisienne, la Cité des Sciences et de l’Industrie de Paris organise, tous les premiers samedi du mois un "Premier Samedi du Libre" sous la forme d’une conférence, parfois un atelier et des gens pour aider les nouveaux venus :)
                    Sinon en cherchant un peu, chaque région à sa GUL (Groupe d’utlilsateur de Logiciels Libres), des associations d’utilisateurs qui peuvent aider en cas de besoin.
                    Enfin, de sympathiques manchots ont eu une idée géniale pour amener les gens interessés à passer a gnu/linux mais qui n’osent pas : http://parrains.linux.free.fr/, l’idée est de se faire parrainer pour commencer.
                    Il y a vraiment un esprit different dans le monde du Libre un esprit d’entraide et de communauté qui est important, qui peut paraitre étrange aux yeux des utilisateurs encore trop formatté par l’esprit occidental.
                    Je suis militant Ubuntu car pour moi cette distribution, par sa simplicité et sa communauté ultra reactive, amène vraiment l’esprit Ubuntu dans notre civilisation
                    D’ailleurs pour les peureux il existe avec Ubuntu, un petit logiciel qui s’appelle Wubi et qui permet d’installer Ubuntu comme on installe un programme windows et qui permet de le desinstaller via l’ajout/suppr de programme de Windows. Et puis sinon y’a un très bon Framabook de Didier Roche "Simple Comme Ubuntu" aux Editions In Libro Veritas (http://www.framabook.org/ubuntu.html) et enfin le portail de la communauté francophone Ubuntu, très fournie en documentation et avec un forum avec plus de 75000 inscrits. Voilà de quoi être rassuré (http://www.ubuntu-fr.org)

                    Cordialement,


                  • Mougeon Mougeon 28 novembre 2008 17:43

                    D’ailleurs il y a une Ubuntu install party demain samedi 29, et Dimanche 30 novembre à Paris à la cité des sciences :

                    http://www.ubuntu-party.org/infos/#acc02

                    30, Avenue Corentin Cariou
                    75019 Paris

                    Itinéraire

                    01 40 05 70 00
                    * Horaires approximatifs
                     
                     -

                    pour y accèder : http://www.ubuntu-party.org/infos/#acc02

                  • Monolecte Monolecte 29 novembre 2008 09:41

                    D’après le dernier Linux Pratique Essentiel, ubuntu-fr.org, c’est 91000 inscrits et 2 millions de messages. C’est énorme. Personnellement, j’y poste au moins une fois par semaine, sans compter les fils de discussions auquels je suis abonnée.
                    En fait, quand j’ai un problème, je vais sur ubuntu-fr.org et je lance une recherche. Le plus souvent, le problème a déjà été identifié et résolu. Et s’il n’y a rien, je poste.


                  • jpeg 29 novembre 2008 10:33

                    si vous voulez savoir si votre materiel est reconus pas linux allez sur le site ubuntu.fr ou essayez ubuntu en live cd tous d’abord, puis en dual-boot puis tout seul ,c’est comme cela que j’ai fait je ne suis pas un crack en informatique, mais quand j’ai un probleme je regarde sur les forums, car il est rare que mon probleme soit unique


                  • phil2nim phil2nim 22 février 2009 10:01

                    Install party de Fedora a la Cité des Sciences.
                    Je suis revenu avec une belle Partition de 1.2Go et rien dessus.
                    Les "experts" ont été infoutus de me faire un boot sur CD...
                    Achat d’un Red Hat ( version dépassée de 2 ans au moins) : impossible à installer.
                    Pour moi, l’intéret de Linux pour un utilisateur non informaticien reste à démontrer à 100% ... quant aux compatibilités, personne n’a intérêt à en parler !


                  • Sébastien Sébastien 28 novembre 2008 14:01

                    Grace a Windows Vista j’ai decouvert Mac. Certes c’est payant mais l’experience est incomparable. C’est rapide, stable, beau, efficace.

                    J’avais essaye Linux, Ubuntu d’ailleurs, mais je n’ai pas accroche. Ca reste malgre tout trop complique pour moi et je n’avais pas envie de me prendre la tete.


                    • Traroth Traroth 28 novembre 2008 16:37

                      Bof... Ma société a acheté un Mac il y a un quelques mois pour faire joli sur les salons (et pour faire quelques tests techniques pour nos applications en ligne), et c’était, malgré 25 ans d’informatique, mon premier véritable contact prolongé avec un Mac (j’ai bien utilisé un Performa 75, il y a longtemps, mais c’était déjà un vieux truc à l’époque). Et bien je ne peux pas dire que j’ai été bluffé. 

                      Mac OS marque clairement une volonté de faire différent (pas forcément mieux, mais toujours différent). Même la disposition des touches du clavier est différente ! L’ergonomie est déconcertante, bien que j’ai l’habitude de KDE, Gnome, Windows et de systèmes plus anciens.
                      Et le système, un iMac flambant neuf à l’époque, ne m’a pas bluffé par sa vitesse non plus, honnetement.


                    • slashbin 28 novembre 2008 22:04

                      La question est de savoir avec quel système on se sent le plus à l’aise, et pour quel besoin. Mac OS X est basé sur un noyau BSD, et personnellement, je reconnais qu’il est intéressant pour une utilisation professionnelle, même si on paye cher la petite pomme. Cela reste néanmoins un bon compromis comme plate-forme de développement, et une interface assez agréable, même si je ne comprendrai jamais la présence d’un seul bouton. Sur mon desktop personnel, on retrouvera par contre Ubuntu en dual-boot avec Vista, lequel n’est ouvert que quand aucune alternative n’existe. Mais au final, aucun système n’est parfait. Chacun a ses forces et ses faiblesses, et l’utilisateur y trouvera son bonheur avant tout en fonction de se qu’il recherche. Le problème est le manque de compétition : souvent, on a pas le choix de l’OS imposé. Dans un système de concurrence plus ouvert, l’Open Source pourrait trouver d’avantage sa place, en raison de ses qualités techniques.


                    • grangeoisi 28 novembre 2008 14:22

                      Ouai Ubuntu c’est le nouvel OS que tout le monde snob dit qu’il est beau qu’il est sensass. Bref le truc à la mode !

                      Mais d’abord parfois, l’obligation de se servir d’un code quasi inconnu, des mises à jour éventuelles, tous les six mois qui durent une heure, une heure et demie, de GRUB qui tombe en panne ( pour info Grub est le petit logiciel qui vient à la racine du DD et permet le choix entre Ubuntu et Windows si vous le laissez, et vous avez intérêt à le laisser d’ailleurs...... si vous pouvez), de logiciels certes libres mais parfois ne débouchant sur aucune utilisation extérieure à votre bécane, l’obligation d’un convertisseur ne marchant pas à tous les coups , s’il vous vient l’envie de charger en Ubuntu votre programme favori qui tournait si bien en Windows !

                      On serait honnête de bien vouloir mentionner tous les problèmes rencontrés en utilisant cet OS, et je n’en cite que très peu...bref c’est un autre OS, avec ses problèmes afférents comme tous, mais ne vantez pas à outrance cette soi disante absence de virus car elle ne dépend que du nombre limité d’utilisateurs. On en reparlerait si ce nombre venait à croitre !


                      • Jiache 28 novembre 2008 14:59

                        Une seule réponse : oui si c’est un G4.
                        Sinon, oui aussi mais galère !


                      • Plum’ 28 novembre 2008 15:07

                        « cette soi disante absence de virus car elle ne dépend que du nombre limité d’utilisateurs »

                        Faux. D’ailleurs les virus ne sont pas proportionnels aux nombres d’utilisateurs puisqu’il n’y en pas (ou pratiquement pas) sous Linux et Mac. C’est encore plus évident sur les serveurs Internet qui sont nombreux sous Linux. Il y a d’autres raisons qui font que Windows est et restera beaucoup plus fragile.

                        Par contre vous avez raison de dire « c’est un autre OS, avec ses problèmes afférents comme tous ».


                      • Monolecte Monolecte 28 novembre 2008 15:07

                        Oui, c’est possible, mais mieux vaut avoir un Linuxien aguerri sous la main qui fera la transition et pourra vous instruire en cas de problème.

                        J’ai un ami qui vit avec un Ibook titane sous Gentoo greffé au bras. Mais bon, la Gentoo, ce n’est pas fait pour les petits kikis.


                      • Jiache 28 novembre 2008 15:25

                        Concernant les virus sous windows, c’est du aussi au fait que beaucoup de kékés font n’importe quoi sous prétexte que c’est windows et que c’est facile. Exemple : naviguer sur internet sous une session administrateur.
                        Une des différences entre un utilisateur Linux et un utilisateur windows est la sensibisation à la sécurité. Qui a dit qu’il n’était pas dangereux de surfer sous root ?

                        Bref, autant laisser une jaguar toute porte ouverte dans le 93 !

                        D’autre part, il n’y a pas de virus sous Unix en général mais des rootkits. Je vous laisse consulter les moteurs de recherche pour trouver ce qu’est un rootkit.


                      • Barbaring 28 novembre 2008 15:29

                        Si linux ne peut installer tous les programmes qui fonctionne sous windows se n’est tous simplement car les developpeur des logiciel en question sont sous le lobby de windows. Des developpeur libre eux se donne la peine de coder leurs logiciels de maniere multi OS(blender, openoffice...) . Je pense qu’il faudrais une lois pour que tous developpeurs commercial si il veut vendre son logiciel ou materiel informatique en Europe doit obligatoirement le coder pour fonctionner sur plusieurs OS.(Au moins l’europe servirais à quelque chose). Car pour le moment peu de constructeur de materiel informatique fournisse les drivers pour toutes OS. Et donc je pense que a partir de se moment la windows n’aurait plus le monopole et commencerais a baisser le prix de ses OS qui coute cher pour peu de vrai modifications(car changer juste les graphisme j’appel pas sa une grande modif).


                      • Winael 28 novembre 2008 16:55

                        L’absence de virus vient aussi du fait de contrairement aux applications propriétaires, les applications libres sont basées sur un modèle "ouvert". Bref avec du code parfaitement visible par... des gens qui savent lire du code mais qui veillent au grain.
                        Il convient quand on est un uilisateur normal de n’installer des packages venant de dépôts de confiance (un très grands nombre d’applications linux sont installable à partir d’un dépot, un gros serveur ou les utilisateurs viennent choir ce qui leur font envie), ou tout est validé et archi validé. Voire archi encore validé, histoire d’être sûr. et pour toutes ces applications, celui qui veut peut regarder le code sources pour voir si des fois que, y’a pas un bout de code qui porterai atteinte à la sécurité.
                        L’Ethique est très importante, c’est par elle les systèmes Gnu/Linux et les logiciels libres en général, acquierent leur crédibilité et leur confiance.

                        Cdt,


                      • foufouille foufouille 28 novembre 2008 17:39

                        je navigue en root et pas de virus........

                        @grangeoisi
                        si tu as une panne avec grub ou lilo, soit c’est ton ordi qui deconne, soit tu as fait une connerie


                      • Dudule 29 novembre 2008 01:27

                        Grub ne peut pas tomber en panne... Un système d’amorçage, il est là ou il est pas là. S’il est pas là, vous avez fait une fausse manip, Windaube ou autre a fait n’importe quoi, ou votre disque dur est mort.

                        Grub est aisément récupérable, à partir du CD d’installation, moyennant un peu de bidouillage dont la procédure se trouve très facilement sur le net. C’est là d’ailleurs un gros défaut des distribs Linux qui devrait être résolu dans l’avenir : puisque Grub s’installe automatiquement (les différants OS Linux détectant la présence d’autres OS sur les disques durs lors de l’installation), pourquoi n’existe t-il pas de restauration automatique pour les gens qui rebutent à bidouiller ? D’autant que cette procédure automatique existait il y a des années sous Lilo, qui posait d’autres problèmes et est maintenant remplacé par Grub, plus fillable (sa disparition provenant la plupart du temps d’actes malveillants de logiciels Windaube, Grub n’est pas en cause). Un gros défaut qui en a sans doute dégouté plus d’un qui rechigne à "bidouiller", je le répète. Une zone amorçe niquée, même si c’est dû à la malveillance de windaube où autres logiciels tout aussi malhonnête, c’est arrivé à la plupart des linuxiens, ne serait que s’ils veulent réinstaller Windaube en gardant Linux(*). (Je suis pour ma part un informaticien bien médiocre. Quand il faut se retrousser les manches pour mettre les mains dans le camboui, et y aller en mode console, ben, quand faut y aller, faut y aller, mais sinon, je préfère m’en passer).

                        En général, la disparition de Grub est due à une fourberie de Windows (ou, simplement, comme dit plus haut, à sa réinstallation... ce qui constitue aussi une fourberie), qui, si on lui demande (ça peut être fait par inadvertance) de jeter un oeil sur la zone amorce du disque dur, va niquer tout ce qui ne ressemble pas à sa zone amorce à lui... Ils sont tellement sympa chez Crosoft qu’un client n’a pas le droit d’avoir autre chose que Windaube sur son disque dur ! Et c’est prévu..

                        D’autres logiciels peuvent vous faire faire ça :

                        Par exemple, un certain antivirus dont je tairai le nom, hypercher hyperépendu et tout pourri, très difficile à désinstaller, bouffant les ressources d’un Cray à pleine puissance, qui, lors d’une analyse peut vous demander quelque chose du genre "Votre zone amorce n’est pas conforme. Celà peut-être dû à une infection. Voulez vous restaurer votre zone amorce (oui/non) ?" Vous cliquez sur Oui et Grub est mort. Du coup, au démarrage, vous n’aurrez plus que Windows. Etant donné le nombre très important de personnes qui utilisent des multiboots, et ce depuis des lustres, les gens qui programment ce type de logiciels sont au courant. Même si effectivement certains virus très patogènes niquent la zone amorce ou y squatent, pourquoi ne pas scanner la zone amorce suivant la procédure standard de cet anti-virus ? Il s’agit là de malveillance pure. Ben oui, une certaine généralisation des OS Linux dans le grand public = un sacré manque à gagner pour les développeurs de logiciels anti-virus.

                        Cette question de zone amorce Grub remplacée par celle de Windaube est un problème récurant qui a dû en dégouté plus d’un. Je pense que le jour où une procédure de restauration automatique de Grub sera au point (ce qui ne devrait pas poser de problème puisqu’elle existe lors de l’installation, je le répète), un sacré paquet de gens qui ne veulent pas se prendre la tête avec l’informatique et ne sont pas rétiçants au dual boot vivront moins de mauvaises expériences. Le nombre de "parts de marché" linux devrait s’en trouver grandement amélioré. Bizarre que la comunauté linuxienne n’est toujours pas résolu ce problème, il me semble assez important, alors qu’elle en a résolu tant d’autres, faisant passer les distribs Linux de hobby pour informaticiens passionnés, ou pour geek plus ou moins snobinard, à quelque chose de réellement expolitable par le grand public..

                        Mise à jour tout les 6 mois ? C’est 2 fois par semaine au moins qu’il y a des mises à jour ! Faudrait veiller à ne pas être trop de mauvaise foi !

                        (*) Il existe un moyen d’installer Windows autant de fois qu’on veut sans bousiller Grub, et en éliminant tout les risques de réécriture "accidentelle" de la zone amorce par Windaube ou ses complices, si l’on possède 2 disques durs internes (ou plus).

                        Il suffit, en jouant sur le Bios et le boot.ini de Windows, de se débrouiller pour avoir Grub et Windows sur des disques durs différents.

                        Le plus simple est de forcer le boot sur le second disque dur via le Bios (c’est à dire l’esclave si vos disques sont IDE), et d’y mettre Grub et Linux. Windows étant un peu benet et s’installant par défaut sur le premier disque (le maître) et ne comprenant pas grand chose d’autre, le tour est joué. Moyennant une petite modif du boot.ini de windows facilement trouvable sur le net, le message d’erreur s’affichant sous windows en cas de problème transcrit dans google (le message d’erreur provenant d’un bug commun de windows ne trouvant pas sa propre partition... alors qu’il y est, le bougre d’âne, puisqu’il a trouvé le boot.ini). Linux donnant accès à internet et au disque dur Windaube, et fonctionnant directement après la petite modif du Bios (contrairement à Windows) toute la procédure est facile "à chaud" sans planification préalable.

                        Et donc, Windaube étant bien au chaud avec sa zone amorce à lui sur le disque principal, plus aucun risque de réécriture accidentelle de la zone amorce effaçant Grub, et aucun problème d’effaçage de Grub lors de la réinstallation de Windaube, moyennant une sauvegarde du boot.ini préalablement modifié pour éviter toute prise de tête.

                        J’ai trouvé ça par hasard et ne l’ai vu sur aucun forum (il faut dire que modifier Grub est tellement facile pour un informaticien même très moyen qu’il s’en fout un peu... moi je galère un peu pour modifier Grub, même si j’y arrivais en tatonnant, avant de trouver cette manip.). Exclusivité Agoravox, donc.

                        Ça marche nckel sur ma config depuis plus d’un an : trois réinstallations de Windows (dues à des problèmes de drivers de carte mère, etc... bref les problèmes standards Crosoft) sans rien toucher à Ubuntu ni Grub.


                      • morice morice 28 novembre 2008 14:57

                         euh ça démarre mal : " le monde policé de Windows" euh, s’il y a bien un mot à ne PAS employer avec Window, c’est le mot policé. S’il s’agit des POLICES de caractère, c’est râpé : c’est du TrueType, une belle erreur d’Apple (ben oui ils ont sont eu marre de payer Adobe, qu’ils son en mesure d’ACHETER aujourd’hui !) période Spindler, le mec aux ordis à design teuto : les Performas (gasp !). Si la Tahoma est présente dans le Web, c’est grâce à ça : pour ceux qui n’ont rien à dire sur le Web, elle est idéale. Qu’on me montre une seule police Windows agréable et bien pensée, et je la ferme. Windows ne saura jamais faire des ligatures : chaqu espace caractère est DEFINI et ne peut s’associer aux autres : bref, Windows est une HORREUR typograophiqu depuis TOUJOUS et c’est IRREMEDIABLE. Faire de la PAO avec Windows, c’est un poisson sur un bicyclette. Quant au policé "flicage", alors là rien à dire :dans tous les en-têtes cachés de doc word, il y a les coordonnées de l’utilisateur. Dans le gag préféré des gamins, Hotmail, il y a les pointeurs du Homelans Security incorporés : Microsoft a TOUCHE 65 millions de dollars pour les inclure et pister 96% de la planète. Bref, oui, vous avez RAISON : tout sauf Windows, mais s’il vous plaît, cessez de dire que c’est "policé..." c’est du FLICAGE, depuis le début. Bienvenue au libre, aux pingouins et à .. Apple (et oui, il se protège, mais ce n’est pas le même état d’esprit).

                        A bas Windows, et sa duplicité fondamentale. 


                        • Jiache 28 novembre 2008 14:57

                          Cela fait maintenant cinq ans que j’ai totalement abandonné MS Win et 8 ans que je pratiqe Linux. Je ne suis vraiment pas prêt à revenir en arrière. Je suis d’ailleurs devenu administrateur Unix / Linux depuis (je n’aime pas dire ingénieur système).
                          Cet article m’inspire plusieurs remarques :

                          • La distribution Ubuntu n’est rien d’autre qu’une Debian améliorée (comme knoppix d’ailleurs).
                          • A mon sens Debian et Gentoo sont les meilleurs distributions du moment. Debian étant plus adapté à un contexte professionnel.
                          • Le principal frein au dévellopement de Linux n’est pas qu’il est pas convivial. Ubuntu est très facile. En réalité la plupart des windoziens ont du mal à changer leurs habitudes : difficile de passer de Photoshop à Gimp, de word à Open Office etc ... Alors que Gimp suffit pour l’usage que fait tout un chacun de Photoshop (retouche photo simple) par exemple. L’exception qui confirme la règle est Firefox.
                          • Mes logiciels favoris sont : The Gimp, Ardour (QBase like), Firefox pour les connus et Latex (word à côté c’est de la grosse m***e), Xine (lecteur multimédia), Jack (routeur pour la carte son), Torcs (super jeux de bagnole) et encore pleins d’autres.
                          • D’une manière générale, Linux (est aussi Unix) est plus adapté à des environnements d’entreprise (serveurs mails, web stream ... ...). La plupart des gros acteurs du net ont leurs infrastructures sous Linux / Unix : Google, Yahoo, Orange, Free ... ... ...
                          En tout cas merci pour cet article et merci de parler des logiciels libres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès