Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > En route vers le web 3.0

En route vers le web 3.0

Si on vous dit « web 1.0 » ou « web 2.0 »... ça ne vous dit rien ? Eh bien, novices internautes, qu’allez-vous penser du « web 3.0 » ? Les experts en informatique vous expliqueront qu’il s’agit certainement de LA révolution internet à venir. Vous serez en droit de leur répondre : « Certes mais ça changera quoi ? ». Tentons une approche simpliste de cette tendance future.

A l’origine, le réseau internet, le Web 1.0, était une sorte de grand livre, une multitude de pages au format HTML - c’est-à-dire une traduction de l’écriture d’un document en langage informatique - reliées entre elles par des liens hypertextes. Ces pages n’étaient donc qu’un ensemble relativement statique, peu souvent remis à jour, ne permettant, finalement, qu’une visualisation des données.

Est arrivé le Web 2.0 qui souhaitait mettre l’accent sur l’interactivité des internautes et la création de réseaux sociaux entre utilisateurs. C’est l’ère que nous vivons actuellement, celle des blogs, des sites tels que MySpace ou YouTube, et celle du partage « peer-to-peer ».

Tout en voulant garder l’esprit social et collaboratif développé par le Web 2.0, le futur Web 3.0 souhaite offrir, non seulement une plus grande portabilité des services, mais également, et surtout, une organisation de l’information plus rationnelle. Par « portabilité », les spécialistes entendent un accès et une participation aux services de partout : téléphones portables, appareils photo numériques, lecteurs MP3... L’internaute sera finalement capable de se connecter et de consulter toute information, même personnelle, depuis une multitude de supports électroniques.

Et la révolution du Web 3.0 viendra de l’organisation de l’information. En effet, pour l’instant, il y a évidemment autant d’interprétations de l’info que d’internautes. Eh bien, le futur Web veut devenir « intelligent ». Ainsi, il deviendra un « Web sémantique » où la recherche, avec l’aide de l’intelligence artificielle, aura un comportement plus proche du comportement cérébral humain. Par exemple, vous recherchez « un endroit chaud pour les vacances, avec un budget de 3 000 dollars et un enfant de 11 ans ». Aujourd’hui, il vous faut effectuer un tri considérable parmi les sites que l’on vous propose sur le Web. Le Web 3.0 pourra fournir une réponse raisonnable grâce à une recoupe plus large des informations. Les bases de données des agences de voyage, dans cet exemple, pourront interagir entre elles.

Le Web 3.0 pourrait également devenir une toile utilisant systématiquement la technologie 3D, rendant ce que l’on trouve actuellement sur Second Life plus commun.

En un mot, passer du Web 2.0 au Web 3.0 pourrait se résumer par une volonté d’aller « vers un Web de documents connectés à un Web de données connectées » (Nova Spivack), d’un Web « catalogue » à un Web « guide ».


Moyenne des avis sur cet article :  2.49/5   (110 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • gus (---.---.147.248) 16 avril 2007 11:46

    Pour moi le web c’est le web, inutile de lui attribuer un numero de version, même si c’est apparement à la mode... Au passage, quelle est la version de la Terre ?


    • troll (---.---.82.128) 16 avril 2007 12:55

      terre-1.0.0.tar.gz mais helas incompatible avec la version homme-2.0.0.tar.gz ...


    • Bruno (---.---.109.53) 16 avril 2007 12:00

      ou alors le web 3.0 sera celui ou tu es entierement flique et ou une amende te parviendra directement trois jours apres avoir gueulé contre quelqu’un dans un forum...


      • Julot (---.---.97.120) 16 avril 2007 12:10

        Difficile de parler du web aujourd’hui. D’un coté ceux qui sont de simples (ce n’est pas une insulte) utilisateurs, de l’autre ceux qui font le web et qui sont parfois des intégristes.

        Nous ne sommes même pas encore dans réellement web dynamique. Car Internet évolue très lentement.

        Un exemple, pour un formulaire, le non-rechargement d’une page entre chaque étape est percue comme anormale par l’immense majorité des utilisateurs. Alors que l’ajax simplifie tous les controles de saisies.

        Regardez Agoravox. Tous les jours nous avons un gaillard qui hurle au scandale contre le système de votes aux commentaires... C’est simplement qu’il ignore les autres logiques de fonctionnement que le rechargement intégral.

        Nous avons le choix entre un web protéiforme qui évolue très lentement mais surement, ou un web hyper-standardisé à évolution très rapide.

        Et la réalité, c’est que nous avons choisit les deux en même temps. Paradoxal, mais vrai. Le W3C par exemple nous ponds des normes et des standards, que Microsoft mets 5 ans à appliquer salement (je n’en pense pas moins pour Foirefox, lequel ne passe pas les tests de compatibilité).

        Après, pour ce qui ets de la terminologie, je suis d’accord pour la qualifier de débile. Elle n’interesse que les journaleux et ceux qui pondent des bouquins philosophico-scientifico-infomartico-machin-chose.


        • Yann Benigot (---.---.208.249) 16 avril 2007 13:08

          « (je n’en pense pas moins pour Foirefox, lequel ne passe pas les tests de compatibilité) »

          Firefox 3 passera le test acid2 ; mais franchement, comparer Firefox et Internet Explorer au niveau des standards en disant que c’est à peu près la même chose, c’est un peu osé.

          Si l’on regarde ceci : http://www.w3schools.com/css/css_reference.asp, on voit que même si Internet Explorer supporte pas mal de trucs, il en manque quand même une petite quantité par rapport à Firefox, et quand une fonction CSS n’est pas supportée, cela donne lieu à des manipulations désagréables et douteuses, même s’il ne s’agit que d’un simple petit attribut. Après, ça a sans doute progressé avec Internet Explorer 7, mais on est encore loin d’un support de tous les standards ; pour le PNG c’est enfin fait convenablement, mais pas de SVG avant longtemps par défaut je suppose (Microsoft et les standards multimédias ouverts, ça fait deux), et quand le ogg/theora sera intégré à Firefox, on pourra toujours se coucher pour avoir ça présent directement dans le navigateur de Windows. Certes, en trois clics, c’est fini, le plug-in est installé, mais 80% du web n’ose cliquer trois fois.


        • (---.---.97.120) 16 avril 2007 13:28

          Mes réponses.

          Le standard c’est IE avec 85% d’utilisateurs. Ca ne remet pas en cause la qualité de firefox, et ca ne veux pas dire que IE est mieux, mais c’est un fait.

          « manipulations désagréables et douteuses » Le W3C ne fait pas l’unanimité et n’a qu’un rôle de conseil. Il planche déjà sur CSS3 alors même que CSS2 n’est pas supporté. De plus son XHTML est un bide total. 5% des developpeurs sont concrètement capable de séparer forme et contenu à 100%. Les bon developpeurs font un mix de CSS et de DHTML. Cela suffit a ce qu’on les traite de « porcs » sur certains forums. A part Zen Garden, et ses 80% de design mauvais, il y a quoi de beau en, 100% XHTML.

          « Pas de SVG avant longtemps par défaut je suppose »

          A peu près tout le monde se contrefiche du SVG. Surtout depuis que adobe a racheté macromédia. Le format propriétaire de microsoft VML bien que soutenu par le pack Office n’a jamais marché... alors un outsider...

          « (Microsoft et les standards multimédias ouverts, ça fait deux), et quand le ogg/theora sera intégré à Firefox, on pourra toujours se coucher pour avoir ça présent directement dans le navigateur de Windows. »

          Certes mais Firefox est à 99% utilisé sur Microsoft Windows... Cela change quoi dans la « lutte » anti-microsoft. Cela fera prendre 3-4% à Firefox.

          Cordialement,

          Julot


        • (---.---.139.104) 16 avril 2007 12:12

          Marine, vous débarquez ?

          Si vous voulez embarquer, jetez un œil sur les protocoles réseau, et vous constaterez, que non seulement, ils ne datent pas d’hier, mais en plus, ils n’ont pas pris une ride...

          Le grand chamboulement, qui n’est pas très nouveau, c’est bien la mise en place de l’IPV6...

          Pour le reste, c’est de la foutaise pour non avertie... auquel il va falloir y remédier... pour une future journaliste.


          • Yvance77 16 avril 2007 13:09

            Web 1.0 web 2.0 ...web 18.0 ... en gros n’importe quoi. Le web sémantique n’est qu’une vue de l’esprit pour moi, il existe déjà par ailleurs.

            Cela s’appelle Google Yahoo search, Copernic ... la seule chose à faire est de modifer l’algorithme, ou plutôt évoluer. Afin que ces moteurs ou méta-moteurs puissent afiner les recherches.

            Mais ce qui est certain, c’est qu’un Google dont la manne publicitaire est colosalle ne laissera faire. En gros ceux qui crachent au bassinet, se retrouveront toujours en tête de liste, les moins intéressants pécuniarement en page 21.

            La dernière grosse révolution qui a eu lieu dans le net, c’est celle sur l’échange de fichier et le protocole peer to peer, permettant à un pc d’être à la fois client et serveur. Pour le reste ce n’est qu’une amélioration de service.

            Aujourd’hui on peut se taper une mini vidéo en streaming sur youtube daily et consorts, demain la logique c’est une salle de cinéma délocalisée en streaming aussi, une fois que le flux de l’adsl sera densifié. Glaces et chips fournis chez Carrefour.

            L’inter-opérabilité des machines était dans l’air du temps, il y a bien longtemps, mais centrer sur la maison, avec la domotique, aujourd’hui rien de neuf, elle vise simplement d’autre ustensiles.

            La seule certitude, c’est qu’in fine cela reste à faire bouffer encore plus de pub, et à contrôler le gogo jsuqu’à l’asservissement total.

            A peluche


            • Ark (---.---.85.6) 16 avril 2007 13:51

              cat /dev/null>web.*


              • tvargentine.com lerma 16 avril 2007 14:05

                En quoi le web 3.0 pourrait apporter à mon site web une qualité supérieure ?

                http://www.tvargentine.com ???????????????

                Merci de m’apporter une réponse


                • tvargentine.com lerma 16 avril 2007 14:05

                  En quoi le web 3.0 pourrait apporter à mon site web une qualité supérieure ?

                  http://www.tvargentine.com

                   ???????????????

                  Merci de m’apporter une réponse


                  • Julot (---.---.97.120) 16 avril 2007 16:34

                    Vous n’êtes pas concernée pour le moment, votre site état amateur.


                  • (---.---.91.205) 16 avril 2007 18:28

                    Il ressemble à rien votre site (surtout la page d’accueil), sans vouloir être méchant.

                    Je suis pas un intégriste du css/xhtml, si on sait pas s’y prendre pour faire une mise en page on peut toujours utiliser les tableaux ; mais jetez un oeil sur le html de vos pages, y’a des dizaines de paragraphes ouverts et pas refermés, des /table qui n’ont pas de table correspondant, c’est du web 0.5 bêta votre site smiley ça sent le site généré par front page et rebidouillé à la main après. Résultat : vive le quirks mode qui ralentit tout. Chez moi (windows 2000 + firefox 1.5 et ubuntu+firefox 2) je peux même pas cliquer sur les drapeaux tellement y’a d’erreurs dans la page. Et je parle pas des scripts.

                    Alors le web 3.0, effectivement vous servira à rien (ou alors faut réapprendre toutes les bases)

                    (PS : c’est pas tellement mieux sur agoravox)


                  • (---.---.91.205) 16 avril 2007 18:48

                    Aïe aïe aïe erreur fatale. Vous auriez dû vous renseigner, faire un article sur un terme marketing tel que « web 3.0 » sur agoravox, c’était le lynchage assuré (à juste titre peut-être car « web 3.0 » ne signifie pas grand-chose).

                    Le point important que vous évoquez est le « web sémantique », il se met déjà en place petit à petit (del.icio.us ...)et il faut qu’il se développe plus, ou ce sera la catastrophe : il y a toujours plus de données sur le web, si on ne les organise pas mieux, ça va finir par être le chaos. Vous auriez peut-être dû approfondir sur ce point et chercher les technologies qui existent (ou n’existent pas encore) et qui permettent une telle organisation.

                    Je pense pour ma part qu’il faudra encore longtemps avant que les moteurs de recherche « comprennent » le contenu des pages qu’ils traitent ; mais ces connections entre données viendront plus sûrement des utilisateurs et des producteurs de contenus.

                    Bienvenue sur Agoravox quand même ! smiley


                  • tvargentine.com lerma 16 avril 2007 22:11

                    Ok je vais corriger,mais c’est vrai qu’à la base c’est fait uniquement pour IE et que les erreurs ne resortent presque jamais.  smiley

                    Je l’avais testé dans plein de web café en france et à l’etranger (tous sur IE)


                  • web zero (---.---.183.252) 16 avril 2007 15:14

                    Article inutile. Tout comme il est inutile de classer le web en plusieurs versions.


                    • abraham1604074 (---.---.98.46) 16 avril 2007 15:51

                      A vrai dire technologiquement, l’ossature technique de la recherche intelligente des données du web 3.0 existe depuis les années 1980-90.

                      Il est fort utile de préciser que le web qui n’est qu’un composant certes de grand poids de l’internet,n’est apparu qu’au tout début de la décennie 1990 ; l’internet quant à lui a une histoire beaucoup moins récente, puisqu’il a pris naissance fin des années 1960-début des années 1970 avec la mise en oeuvre du protocole TCP-IP

                      Les algorithmes de ce qu’on appelait en intelligence artificielle, les systèmes-experts utilisés dans des contextes de diagnostic ( robotique dans les environnements à risque, medecine, EIAO pour Enseig.Intellig.Assis. par Ord., etc),d’un côté ainsi que les algorithmes dits génétiques associés à la logique dite floue de recherche et d’indexation des données dont les moteurs de recherche en sont les plus gros consommateurs et développeurs, de l’autre ; constituent fondamentalement cette ossature.

                      Avec le web 3.0, la recherche et l’indexation des données ne se fait plus sur le seul mode syntaxique mais s’élargit vers le sémantique, en ce sens que l’outil de recherche appelé l’agent intelligent s’auto-saisit de la signification des mots ou de l’expression de la requête de recherche de l’utilisateur et retransmet les résultats par ordre de pertinence


                      • Argo Argo 16 avril 2007 17:37

                        Le Ouèbe 2.0 déjà j’avais du mal alors le 3.0 ça me dépasse.


                        • (---.---.162.15) 16 avril 2007 23:10

                          Avant de parler de la Toile de demain, il faut savoir parler de celle d’hier et d’aujourd’hui. Or ce n’est pas du tout le cas :

                            Est arrivé le Web 2.0 qui souhaitait mettre l’accent sur l’interactivité des internautes et la création de réseaux sociaux entre utilisateurs. C’est l’ère que nous vivons actuellement, celle des blogs,

                          L’interactivité des blogs est moindre que celle des forums web qui étaient déjà bien développés en 1996.

                            des sites tels que MySpace ou YouTube,

                          Bien sûr que le traitement de la vidéo est récent puisqu’avant les capacités techniques, notamment la bande passante, du support du Web ne permettaient pas de traiter des fichiers aussi lourds.

                            et celle du partage « peer-to-peer »

                          Allons donc, là c’est le pompon, voici que le peer-to-peer fait partie du Web !!

                          Am.


                          • Marine Marine 17 avril 2007 16:34

                            Tout d’abord, merci à Abraham et à IP:xxx.x8.91.205 d’avoir apporté ces quelques informations complémentaires, cet article ne se voulant aucunement informatiquement professionnel. J’ai seulement voulu vulgariser des termes qui me sont tout autant énigmatiquesqu’à un grand nombre d’internautes amateurs. Aussi, Messieurs, les autres (car je décèle dans les divers commentaires laissés une grande majorité d’expéditeurs masculins) ; il n’était pas nécessaire de vous acharner autant en étalant une science informatique. Si le « web 3.0 » ne parle pas à beaucoup pour l’instant, une petit explication « simpliste » comme je l’admet, permet peut-être à certains d’y comprendre un petit quelque chose. Alors, si vous me dîtes que l’explication donnée ne vaut rien et qu’elle n’apporte pas grand chose, les internautes amateurs comprendront-ils vraiment mieux vos termes « css/xhtml » ou encore « IPV6 » et pire encore ce petit laïus incompréhensible par le commun des internautes de IP:xxx.x2.97.120 ?


                            • pingouin perplexe 23 avril 2007 18:35

                              Bonjour,

                              Au vu de ces avancées dans le domaine de l’internet, il est certainement intéressant de considérer l’apport des technologies open source, dans la mesure où elles rendent à l’utilisateur des prérogatives d’accès aux fonctionnalités qui pourraient lui échapper s’il s’en remettait aux seules caractéristiques des formats propriétaires. L’idéal étant certainement que l’utilisateur dispose de la possibilité de faire un choix informé entre un OS libre, et un OS propriétaire, en sachant que, du fait que le parc informatique PC supporte ces différentes options, l’interopérabilité tend à être développée. Les outils de virtualisation, quant à eux, permettent d’héberger différents systèmes sur une seule et même machine. Démonstration ici d’un OS Linux 64 bits hébergeant Windows XP.


                              • pingouin perplexe 23 avril 2007 18:46

                                et ici un message poste a partir de win XP virtualise sous Linux Comme quoi les rmistes ne sont pas necessairement des bons a rien


                                • pingouin perplexe 23 avril 2007 20:04

                                  Le premier intérêt de la virtualisation par rapport aux solutions dual boot/multiple boot, étant bien entendu que plusieurs systèmes peuvent dès lors être utilisés simultanément sous... un seul smiley


                                  • pingouin perplexe 24 avril 2007 11:52

                                    ... parce qu’il y a toujours des sceptiques. Fort heureusement, d’ailleurs puisque c’est de cette manière que les avancées sont rendues possibles en matière d’expérimentation logicielle smiley Il est clair que l’efficacité des technos de virtualisation doit encore connaître quelques améliorations, pour qu’elles soient suffisamment satisfaisantes, par ex dans le cadre d’un réseau d’entreprise. Cependant, c’est déjà grosso modo suffisamment au point au niveau d’exigence pour utilisation perso, activité indépendante, petite structure. Ce qui est clair, aussi, c’est que l’émergence de nouvelles potentialités modulaires aura pour conséquence de favoriser l’emploi de la diversité dans les technos de l’information. D’où, en fait, une parade évidente par aux risques de type monopole, ce qui n’est pas rien. smiley Aussi, quel serait, sur un plan plus philosophique, les enjeux de l’interconnexion windows-linux, pour ne prendre que cet exemple ? On peut éventuellement y voir la notion d’une coexistence d’intérêt mutuel entre le commercial et le libre, à partir de laquelle se dégagerait un avantage commun smiley


                                    • Huron 25 avril 2007 09:00

                                      Le sujet n’est pas maitrisé c’est un fait (le P2P est un protocole de transmission et n’a rien a voir avec le WEB).

                                      WEB2.0 c’est quoi au juste ? Une appellation journalistique hype designant un debut d’interoperabilité entre l’utilisateur et le WEB. C’est vaste comme reponse. On peut y mettre tout et n’importe quoi. Aussi bien les blogs,les feed RSS,les mini tchat en JAVA sur une page web,les suites bureautiques en ligne (mailer,traitement de texte,tableur de chez Google et Yahoo).

                                      Le WEB3.0 ? Kesako ? Aucune idée. Un fantasme tout au plus. Certains voient dans le bouleversement de l’interface (un apport de la 3D par exemple)une raison de baptiser cela WEB3.0 ou encore la virtualisation totale de l’information. On bosse en ligne du matin au soir. Beauocup sont contre evidement. Question de securité de l’information...

                                      Second life ?Que vient faire ce jeu (qui n’est rien d’autre qu’une evolution de l’IRC avec un aspect commercial qu’apporte la 3D)ici .Un point de depart ? Non surrement pas. Le web ne sera pas une succession d’avatar 3D tournant en rond et cherchant une nouvelle paire de chaussure.En tant que tel l’interface 3D ne peut pas contenir tout l’internet culturel. Qui plus est c’est une erreur de le croire. Voyez votre second life par exemple. En temps que jeu il pedale deja dans la soupe. Et le contenu lui est d’une pauvreté siderante (....).


                                      • Raoul Mengis Raoul Mengis 4 octobre 2008 20:47

                                        Bonjour,

                                        Un article interessant tout en restant très abordable pour le neophite du monde du Web.

                                        Pour ceux qui veulent en savoir plus voici une présentation en slide ayant pour thème le Web3.0 effectuée lors de plusieurs congrès et séminaire.

                                        http://www.1info.com/4w3.html&nbsp ; Web3.0 and mobility....

                                        Existe en version Français, Italien, Anglais,.....

                                        .............. Salutation de la Suisse smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès