Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Enigmes et mystères de l’univers. Le chemin de la science vers (...)

Enigmes et mystères de l’univers. Le chemin de la science vers Dieu

Dans le langage ordinaire, on dit souvent que certaines choses sont mystérieuses. Mais l’on dit aussi que les choses sont énigmatiques. Le mystère se distingue de l’énigme, laquelle désigne par exemple un jeu proposé qu’il faut résoudre ou alors dans un polar, un crime qu’il faut élucider. Il y existe une collection littéraire policière qui s’intitule l’Enigme. Un crime représente l’énigme par excellence. Avec un cadavre, une scène, des indices, une investigation auprès des témoins et des proches. Le propre d’une énigme, c’est qu’elle contient la réponse. Ce qui ne veut pas dire que les enquêteurs vont trouver cette réponse. Parfois, le crime est élucidé rapidement, d’autres fois l’investigation prend du temps et nécessite beaucoup de travail. Dans un roman noir, l’enquête prend forcément du temps, autant pour l’écrivain que pour le lecteur. Dans le monde réel, en quelques rares occasions, on ne connaît pas la solution de l’énigme. On dit alors que le crime est parfait. Celui qui commet un crime parfait s’emploie parfois à brouiller les pistes. Son intelligence diabolique lui permet de laisser derrière lui une énigme insoluble. C’est un excellent thème pour un romancier.

L’énigme est présentée à juste raison comme une chose difficile à comprendre. En ce sens, elle se différencie de la devinette qui s’offre aussi comme une question mais qui relève plus du jeu. Dans l’émission Fort Boyard, le père Fouras propose des devinettes et non pas des énigmes. C’est dans les sciences et la philosophie que la notion d’énigme est tout à fait pertinente. Une conjecture mathématique comme celle de Fermat représente une énigme des plus difficiles à résoudre. Jeanne Hersch a proposé une histoire de la philosophie en présentant une série de figures majeures de la pensée occidentale dont les moments clés sont présentés à travers le thème de l’étonnement éprouvé par un philosophe dans un contexte historique donné, avec des faits politiques, sociétaux, culturels et scientifiques. Son essai intitulé L’étonnement philosophique aurait pu tout aussi bien s’appeler : « le philosophe face à l’énigme de son temps ». Une image bien connue, Hegel observant Napoléon sur son cheval et l’interprétant comme l’esprit du monde. Est-ce Napoléon qui suscita l’énigme ou alors la solutionna ?

S’il y a bien un domaine parsemé d’énigmes à résoudre, c’est la science, avec les molécules de la vie, les particules, le cosmos et beaucoup de choses qui finalement, s’avèrent difficiles à comprendre mais pas impossibles puisque toutes les théories scientifiques constituent en un certain sens des énigmes résolues. Alors que d’autres énigmes courent toujours. C’est le cas de la cosmologie quantique qui tente de concilier la gravité et la physique quantique. Certaines énigmes sont peut-être insolubles pour des raisons qu’il faut élucider, ce qui constitue une énigme supplémentaire. Une énigme peut-être insoluble soit parce qu’elle est mal posée, soit parce qu’il n’y a pas de solution à dimension humaine pour la résoudre.

Une chose difficile à comprendre peut alors relever non pas d’une énigme mais de ce qu’on appelle un mystère. La philosophie peine parfois à distinguer l’énigme du mystère. Elle confond souvent les deux notions. En première approximation, on peut considérer l’énigme comme un problème que l’homme se pose avec la possibilité pour l’homme de trouver la solution de l’énigme. La philosophie propose des solutions qui parfois ne sont pas acceptées par tous. Quant à la science, elle utilise les observations qui sont un peu l’équivalent des indices dans une enquête policière. La science se sert surtout de modèles et théories pour résoudre les énigmes qu’elle rencontre. On pensera notamment au quantum de Planck ou aux deux théories relativistes d’Einstein. Ce sont deux exemples emblématiques de résolution d’énigme. On pourra aussi mentionner la découverte de l’ADN et du code génétique qui fournit une solution à au moins une énigme, celle de la transmission des caractères héréditaires par un support matériel.

Que n’énigmes résolues pourrait-on dire, depuis la nuit des temps, lorsque l’homme s’est interrogé sur la Nature et le Cosmos, essayant de comprendre pourquoi et comment les planètes se meuvent, pourquoi les choses sont ce qu’elles sont, pourquoi la vie se reproduit et les espèces sont si différentes… bref, quelques millénaires de philosophie et de science. Dans son principe, l’énigme ressemble de très près au jeu, qu’il s’agisse d’un authentique jeu comme un rébus ou alors une enquête policière et surtout une investigation scientifique. Le but de toute énigme est d’être résolue. Mais chaque énigme se catégorise par un enjeu. Pour le rébus, l’enjeu est simple, c’est simplement la joie de résoudre l’énigme et d’ailleurs, la plupart des jeux sont utilisés avec cet enjeu lié au gain de la partie, sans oublier l’autre utilité du jeu qui est de passer son temps en l’occupant si possible avec un minimum de plaisir. L’énigme d’un polar procure également du plaisir au lecteur. C’est certainement plus passionnant qu’un rébus. Le polar est un genre littéraire dans lequel l’énigme sert souvent de fil narrateur pour dépeindre des personnages. Comme l’a bien compris Caillois, le polar a remplacé le roman héroïque à partir de l’ère industrielle et urbanisée. Dans la vie réelle, l’énigme policière est un enjeu pour la société, celui de trouver un coupable, de le traduire en justice et de satisfaire les parties civiles une fois le jugement prononcé. Mais aussi de résoudre le plus d’affaires possibles, ce qui peut avoir un effet dissuasif pour ceux qui seraient tenté de passer à l’acte criminel.

Le cas des énigmes scientifiques mérite une analyse plus poussée quant au mode opératoire permettant de poser et résoudre une énigme, sans oublier les motivations, les intentions et les enjeux qui sont loin d’être anodins. La science ressemble à un jeu qui se déroule entre les hommes et la nature. Ce qu’on peut affirmer sans se tromper, c’est que toutes les théories scientifiques sont des énigmes résolues, parfois partiellement. Et que pour faire de la science, il faut poser des énigmes. Les épistémologues parlent d’hypothèses mais je préfère raisonner en terme d’énigme. Des petites et des grandes énigmes de l’univers qui ont été résolues parce qu’elles ont été posées.

Quelles différences entre le mystère et l’énigme ?

Il ne faut pas confondre ces deux notions que sont l’énigme et le mystère. Si l’on comprend bien ce qu’elles signifient, alors on s’oriente aisément vers une différence fondamentale. Une énigme, si elle est soluble, sera résolue par des moyens inventés par l’homme. Plus précisément, lorsqu’il est question de science, l’énigme se résout grâce à une forme phénoménale produite par la Nature lorsque celle-ci est capturée par les moyens technologiques construits par le scientifique. C’est dans ce sens que j’entends le moyen inventé par l’homme. Prenons un exemple d’actualité. Le modèle standard prévoit l’existence d’une particule de Higgs. Pour résoudre cette énigme, il faut disposer de moyens (qui sont colossaux, développés par le CERN) mais encore faut-il que la particule apparaisse parmi les collisions. Les physiciens ont détecté cette particule mais ils auraient tout aussi bien ne rien trouver. Pour le dire avec philosophie, la solution d’une énigme passe par des moyens matériels et des phénomènes objectifs. Les faits expérimentaux se présentent comme des indices, voire des pièces d’un puzzle servant à résoudre une énigme.

Et le mystère ? Il répond également à une recherche, comme l’énigme, mais sans trop user les mots, je dirai que l’énigme est une enquête alors que le mystère relève d’une quête. On vit parmi l’énigme car les indices, faits et pièces du puzzle sont « externalisées » tandis qu’on vit avec en soi le mystère pour ne pas dire qu’on vit le mystère. On est habité par le mystère. On peut manipuler les pièces et indices de l’énigme, on peut construire les situations et les appareils pour obtenir les pièces manquantes. Mais le mystère ne peut pas se manipuler. C’est lui qui nous possède ou nous habite sous réserve que nous nous prêtions à cette disposition qui consiste à accueillir le mystère. Il y a quelque chose de passif ou de patient dans le mystère. Etre passif s’entend également au sens d’être patient et d’attendre, d’espérer, pour accueillir le mystère. Ce qui ne s’accorde pas forcément avec notre mode de vie agité. Comme dans l’énigme, le mystère est une affaire de complément. Dans l’énigme scientifique, le « complément » est inventé, façonné par l’homme, ou trouvé dans la nature et les faits qui s’inscrivent dans les appareils de mesure. Dans le mystère, le complément provient d’une instance extérieure à l’homme. Pour être précis, on doit distinguer deux catégories de mystères, qui se sont entrecroisés, complétés ou combattus. Ce sont les mystères de l’Antiquité païenne et les mystères décrits par la théologie chrétienne. Il ne faut surtout pas les confondre !

Lorsque le mystère se manifeste, quelque chose d’autre arrive, ou bien de l’extérieur, un signe, une parole, un miracle ; ou bien « s’immisce » dans le patient (le sujet), une émotion esthétique, une révélation gnostique, une grâce rédemptrice. Le bien, le vrai, le beau, l’Eros, le Logos, l’Ethos.

On doit insister sur une distinction absolument fondamentale. L’énigme, une fois résolue s’achève, clôt une séquence, alors que l’avènement du mystère ouvre. Car le mystère est à la fois ce qui se montre et ce qui se cache. L’énigme ne se déroule que sur une face, le mystère sur deux faces. La résolution d’une énigme scientifique en amène parfois une autre, sous réserve de trouver d’autres pièces et indices pour construire cette nouvelle énigme en partant de la précédente. Le mystère apporte avec la réponse un sens caché ; les deux pôles du mystère sont consubstantiels.


Et la science ? Elle conduit au mystère de Dieu mais comment éclaircir ce mystère ? C’est le programme de recherche (une quête) que je me suis donné. C’est un travail solitaire, difficile. Je vais me lancer dans la théologie. Comme le fit auparavant Whitehead. A mon âge, c’est plus raisonnable de s’élever vers l’universel que de gravir l’Everest. Et si un éditeur me soutenait dans cette aventure ?

bdugue (arobase) wanadoo.fr


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 24 mars 2015 11:43

    Il me semble que la science aura toujours un train de retard sur la sagesse ou la théologie. Sans doute se rejoindront-elles à la fin de l’histoire, mais je ne peux m’empêcher de penser aux critiques formulées par René Guénon à l’égard des « sciences profanes », lesquelles sont cantonnées à l’aspect le plus matériel et le plus superficiel des choses. Sur l’autre plan en revanche, cela fait longtemps que « l’énigme » a été résolue par des sages et des mystiques de toutes les civilisations, mais il s’agit là d’une connaissance existentielle (quoique parfaitement formulable et parfaitement formulée dans de nombreux textes sacrés), et donc regardée avec suspicion voire ironie par la mentalité contemporaine.


    • bourrico6 24 mars 2015 16:15

      @Laconique

      Ah la vache, z’êtes gratiné vous, j’ai rarement vu un tel fatras de euh.... de conneries, désolé, j’ai pas d’autres mots.
      Du pur délire, allez vous faire soigner mon vieux.


    • tRivi 25 mars 2015 08:25

      @Laconique

      Sagesse et théologie n’ont rien à voir.

      La sagesse relève du comportement de l’individus, à avoir conscience de soit et du monde qui l’entoure. Elle est souvent conforme à plusieurs critères : la tempérance, la prudence, le discernement, et la capacité à s’appuyé sur un savoir raisonné !

      La théologie, est l’étude du discours divin quel qu’il soit, des dogmes qui s’applique à l’homme, des croyance, des rites etc...La théologie n’a pas pour but donner une « deuxième lecture » des textes divin comme pourrait le faire un philosophe !

      Que je sache la science s’appui sur un discours raisonné, donc elle serait plus apte à être mise en relation avec la sagesse !

    • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 24 mars 2015 12:17

      Inutile de jouer les Sherlock Holmes, monsieur Dugué, il ne reste aucune énigme scientifique à découvrir ou a solutionner ! Le chemin de Compostelle vous suffira et suffira à calmer vos inquiétudes !


      • fred.foyn Le p’tit Charles 24 mars 2015 14:10

        Et le mystère ?

        Est tout simplement un synonyme de l’énigme..vous le trouverez dans tous les dicos... !

        • fred.foyn Le p’tit Charles 25 mars 2015 07:40

          @Le p’tit Charles...Ils se disent scientifiques mais ne savent pas lire.. ?


        • JL JL 24 mars 2015 15:22

          En lisant cet article, je me disais que BD s’était enfin décidé à écrire des choses compréhensibles, tout en pensant : tout ça pour ça ?

          Avant d’envoyer le commentaire que m’avait inspiré la lecture de ce billet, mu par un scrupule légitime, j’ai repris ma lecture et lu jusqu’au bout !

          Pas déçu du voyage : j’ai pu envoyer mon commentaire sans états d’âme. Ce com, le voici :

          Les énigmes, c’est du boulot pour la science, les mystères c’est du taf pour les patati-patataphysiciens.

          Je leur dédie cette belle formule de Jean Cocteau :

          « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être les organisateurs. »

          Ps. Au fond, les mystères, c’est surtout ce qu’on en fait !

           smiley


          •  C BARRATIER C BARRATIER 24 mars 2015 17:09

            Il faut admettre que le mystère demeure devant notre intelligence très limitée. Il a fallu EINSTEIN pour faire un petit pas....Il en reste tant d’autres...Mais je ne doute pas qu’on avancera.
            En table des news une position raisonnable d’attente...
            Sens de la vie, sens de l’univers

            http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=59


            • soi même 24 mars 2015 17:15

              Bon nous avons enfin l’ultime article , et en se méprendre la science est présenté comme la religion du futur et bien oui, elle va probablement le devenir , mais avec quel ravage moral qu’elle va engendré ?
              Car la science si elle est une connaissance, elle n’est pas une sagesse, et il y a rien a attendre d’une morale d’altruiste de la science , c’est simple il y en a pas, elle est avant-tous anormale .....


              • Dwaabala Dwaabala 24 mars 2015 17:26

                Enfin ! le voile est levé, sans subterfuge cette fois : place à la mystique.


                • JC_Lavau JC_Lavau 24 mars 2015 17:51

                  Bin voilà, ça y est : Dugué vous vend des dieux, tout comme les Bogues Damnées, tout comme Jean Staune, tout comme Harun Yahya, tout comme Khomeiny, etc. etc. etc.

                  Style : « On rendait un culte à l’ours dans la grotte de Chauvet donc les esprits et les dieux existent ! » ou « Ne trouvez-vous pas merveilleux que la montée de lait se produise dans les heures qui suivent l’accouchement, et pas la veille ni une semaine après ? Donc les dieux existent ! »

                  J’aime aussi beaucoup la preuve par le jeu vidéo japonais mal traduit :
                  (1) Quelqu’un a mis nous la bombe.
                  (2) Nous recevons signal.
                  (3) Ecran principale allume.
                  (4) Comment allez vous, messieurs.
                  (5) Toute ta base sont appartienne à nous.
                  (6) Quoi tu dire !
                  (7) Tu as pas chance de survivre fais du temps.
                  (8) Ha ha ha ha....
                  (9) Bouge *zig.*
                  (10) Tu sais ce que tu fais.
                  (11) Pour grande justice, détruis chaque *zig.*
                  (12) Donc Dieu existe.

                  Mais ça marche aussi avec :
                  (12) Donc le Réchauffement Climatique Anthropique existe.
                  ou avec  :
                  (12) Donc l’Acidification des océans existe.

                  Ou toute autre imposture qui a du pognon et du pouvoir.

                  Mais curieusement ça a moins de succès dans la presse avec :
                  (12) Donc la Licorne Rose Invisible existe.
                  Allez savoir pourquoi !


                  • JL JL 24 mars 2015 18:52

                    @JC_Lavau

                    et bientôt , suite à l’invention géniale de l’imprimante 3D qui détruit l’original (*) : ’la téléportation existe, donc dieu existe’.

                    (*) vu dans un article de vulgarisation, cette info concernant un dispositif de reconstruction 3D à distance d’un exemplaire unique associé à la destruction de l’original, un procédé qui réalise la téléportation.

                    Ce doit être un petit malin qui a compris qu’on ne pourrait pas parler de téléportation aussi longtemps qu’on pourrait dire que ce n’est que de la duplication, un mot beaucoup moins impressionnant que téléportation.

                    La fausse science, comme la connerie, a de l’avenir.


                  • Hervé Hum Hervé Hum 24 mars 2015 21:35

                    @JC_Lavau

                    ON peut exister sans vivre, mais on ne peut pas vivre sans exister.

                    Donc, Dieu peut exister sans vivre, et l’humain de vivre qu’en existant.

                    C’est qu’exister ne nécessite qu’être, pas de paraître, pour cela il faut nécessairement vivre, car si je ne paraît pas c’est que je suis mort ! smiley


                  • JC_Lavau JC_Lavau 25 mars 2015 03:16

                    @Hervé Hum.

                    Relire « Idrofile et Filigrane » de Paul Reboux et Charles Muller, à la manière de Maurice Maeterlinck.
                    Les explications de la reine Mygraene valent bien les tiennes :
                    « Je vais t’expliquer. Il y a des gens qui font du mal à ceux qu’ils aiment ; et ils ont beau être aimés par ceux qu’ils aiment ; on dirait que l’amour est le contraire de l’amour, et qu’ils aient du mal à ne pas faire du mal, même quand ils aiment, et n’aimeraient pas à faire du mal. »


                  • Hervé Hum Hervé Hum 25 mars 2015 09:47

                    @JC_Lavau

                    J’ai écris sur le ton humoristique, mais mon commentaire ci dessus est tout ce qu’il y a de plus censé !

                    On dit que certains s’obstinent à chercher sous un lampadaire parce que c’est éclairé, mais il existe aussi ceux qui s’obstinent à chercher dans l’obscurité parce que c’est sombre.

                    C’est le cas avec l’objet de recherche de Bernard Dugué qui voit un mystère ontologique là où il n’y en a pas... Alors reste l’énigme scientifique, mais là aussi, il me semble que les pièces du puzzle sont bien rassemblées. Le seul problème est qu’il manque l’image du puzzle, ce qui veut dire que si toutes les pièces s’emboitent bien les unes aux autres, sans l’image, c’est plus difficile de trouver l’ordre dans lequel s’emboitent les pièces. Mais si en plus on ne veut pas voir l’image telle quelle est...

                    J’affirme en effet qu’il n’est nul besoin de chercher en dehors du lampadaire pour trouver les réponses sur l’Univers et Dieu, mais au contraire, regarder ailleurs est le plus sûr moyen de ne rien trouver. Non pas qu’il n’y ait rien, mais qu’il n’y a rien qui manque à la connaissance recherché par l’auteur de l’article et accessoirement, par tous ceux qui s’y intéresse.


                  • MKT 24 mars 2015 18:40

                    Cher monsieur,
                    Il me semble que vous ayez du mal à comprendre que la démarche scientifique est un questionnement permanent et non une foi aveugle (l’expression est la bonne) en des certitudes.
                    Certes certains scientifiques se posent en grands prêtres mais cela ne veut pas dire qu’ils aient raison ou bien qu’ils ne déraillent pas.

                    Vous vous dirigez vers la théologie, grand bien vous fasse.
                    Cela dit, depuis longtemps, vos articles traitaient de métaphysique et pas du tout de démarche des sciences.

                    Enfin la théologie étant le discours sur le(s) dieux, vous serez tout à votre aise pour disserter à l’infini sur... Sur quoi au fait ?


                    • Jean Keim Jean Keim 24 mars 2015 18:57

                      Bonjour Monsieur Dugué,

                      J’ai fini par comprendre votre intention, vous vous amusez et c’est très bien ainsi.
                      Un détail, la théologie n’est pas la quète de Dieu, ni l’exploration de ses mystères, cette discipline a pour objet d’étudier les questions religieuses en s’appuyant sur les textes sacrés, les dogmes et la tradition.

                      • JC_Lavau JC_Lavau 24 mars 2015 19:44

                        @Jean Keim.

                        Hélas non : il croit vraiment à ses délires.


                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 24 mars 2015 21:14

                        @Jean Keim

                        Bonsoir Jean

                        Aucun amusement. Je crois que c’est vous qui vous amusez comme d’ailleurs d’autres commentateurs. D’un ton péremptoire vous affirmez ce qu’est la théologie, comme d’autres donnent des leçons sur ce que doit être la science, la métaphysique et j’en passe.

                        Vous ne savez pas ce qu’est la théologie et d’ailleurs, la plupart des religieux ignorent la théologie des mystères.

                        Il est dommage que cet article n’ait attiré que des ignorants, pas une seule remarque intelligente. Dieu merci, Je suis un Autre comme dirait Rimbaud et je suis capable de m’inventer des contradicteurs.


                      • Laconique Laconique 24 mars 2015 22:04

                        Si je puis me permettre, vous avez tort de prendre les choses trop à cœur. Si les gens commentent vos articles, c’est qu’ils prennent plaisir à les lire, vous devriez voir le bon côté des choses. Je crois que vous vous faites une très haute opinion de vous-même, et vous aimeriez que les commentaires reflètent cette opinion. Lisez les commentaires des autres articles, ce n’est jamais comme ça que ça se passe !


                      • sls0 sls0 25 mars 2015 04:09

                        @Bernard Dugué
                        il est dommage que cet article n’ait attiré que des ignorants, pas une seule remarque intelligente. Dieu merci, Je suis un Autre comme dirait Rimbaud et je suis capable de m’inventer des contradicteurs.

                        Genre d’article où j’évite d’écrire une réaction. C’est par rapport à la phrase que je réagis et non l’article.

                        Question : Le nombril faisant partie de la personne, comment ce fait il qu’en vous regardant je ne vois qu’un nombril.
                        Par les mathématiques ou la physique je n’est pas de réponse à ce problème. L’autre aurait il une réponse ?

                        C’est très bien l’étude de la théologie, vous y verrez que pour la plupart des religions l’humilité est une de condition pour arriver à la sagesse, nirvana, bonheur voir simplement le bien-être.

                        Les gens se tiennent dans leur propre ombre et s’étonnent qu’il fasse sombre.


                      • Jean Keim Jean Keim 25 mars 2015 08:53

                        @Bernard Dugué
                        Mon propos était amical et la définition je le concède dictionnairique.

                        Je ne puis vous suivre dans vos articles scientifiques et difficilement en philosophie.
                        Il y a néanmoins une barrière infranchissable dans la quête du mystère divin, la théologie, pardonnez moi d’y revenir, est l’étude de données connues donc accessibles à la pensée et Dieu est l’inconnu qui compte tenu de la nature de la pensée est inaccessible.
                        Je vous souhaite Bernard de passer une excellente journée.

                      • soi même 25 mars 2015 14:21

                        @Bernard Dugué, et bien vous n’avais rien prouvé à par votre masturbation intellectuel très à la mode avec le net .....

                        Vous parlé de différente dimension en aucun cas vous évoquer changement de plan de la pensé, et bien grand nigaud, c’est que tu es en définitif, tu as de la route à faire pour comprendre le ba ba de la modestie ...


                      • non667 24 mars 2015 20:40

                         à bd.
                        Et la science ? Elle conduit au mystère de Dieu mais comment éclaircir ce mystère ? C’est le programme de recherche (une quête) que je me suis donné.

                        ouf enfin !
                        que de temps et d’énergie perdue à étayer la fausse piste/théorie /leurre/lyssenkisme de l’évolution !


                        • lannig al louarn 24 mars 2015 23:11

                          Et le mystère de SATAN vous avez une idée ?.
                           

                            • Je vous livre ici ce que m’a raconté un jour SATAN :
                               
                              — -" Nous étions ( les Anges ) assemblés devant Dieu qui semblait s’ennuyer . Tout à coup nous avons vu ( je ne dirais pas sur son visage , car il n’en a pas ...) qu’il eut une idée extrêmement lumineuse . Puis l’instant d’après une idée très noire . Il se produisit un éclair incroyable car les 2 idées se rencontrèrent à l’insu du plein gré de Dieu et ceci provoqua une immense déflagration qui se propagea vers l’infini de l’espace et dura ce qui nous sembla une éternité .
                              — - Affollé je ne pus me retenir et lançais : « Mon Dieu , qu’avez vous fait ? » . Je ravalais immédiatement ma langue ( qui n’est pas fourchue malgré ce qui se dit ...) . Trop tard , Dieu me répondit aussitôt : « Satan , vous étiez l’un de mes proches , mais personne n’a à me questionner , vous devez simplement m’écouter . Vous m’avez parlé , c’est une FAUTE énorme , jamais aucun de vos collègues n’a osé le faire depuis la nuit des temps . PARTEZ , vous êtes EXCLU , vous allez connaître la MORT . »
                              — - Je ne savais pas ce que le mot « MORT » voulait dire , mais je m’écartais donc , enfin , je détournais la tête ( en ais-je une ? ) , et vit devant moi un immense VIDE ,( vous autres humains vous appelez maintenant cela un « TROU NOIR ») alors que devant Dieu et les Anges muets ( par obligation ) se développait le début d’un univers dont vous les humains commencez seulement à en voir une infime partie . Mais l’instant d’après , qui me sembla encore une éternité , j’entendis Dieu me dire : « Non , SATAN , je vous laisse l’ Immortalité . Mais si dans l’immense monde , qui vient de se créer à l’insu de mon plein gré, il y a quelque défaut , c’est vous qui en serez tenu comme responsable . »

                              Voilà donc pourquoi je suis considéré par les religions ( qui disent être adoratrices d’un Dieu Unique ) comme l’être ( en suis-je un ? ) d’où viennent vos défauts à vous autres humains et au monde dans lequel vous vivez. Mais pouvez vous croire qu’un être PARFAIT puisse créer un monde IMPARFAIT ? ... A mon avis ( humble ou non ? ) un être parfait ne peut créer que quelque chose de parfait ...

                              Mais , moi SATAN , je réfute que je sois le responsable de vos maux . Je ne suis pas plus mauvais que l’ ANGE GABRIEL qui lui est un peureux qui n’a jamais osé dire ce qu’il pensait , savait ... "


                            • Je vous souhaite donc Mr Dugué de bonnes études de théologie . Vous pourrez étudier la raison pour laquelle on peut considérer que SATAN serait un DIEU ...

                          • Furax Furax 25 mars 2015 10:47

                            Monsieur Dugué
                            Je viens de lire tous vos derniers articles.
                            Vous êtes un homme libre et debout bravo !
                            Les glapissements des « Homais » n’ont aucune importance. La qualité du questionnement est capitale et, de ce côté vous ne craignez personne.
                            Ce n’est pas la peine de vous souhaiter bonne chance dans votre quête, de toutes façons vous y trouverez votre compte !.
                            Je vous souhaite seulement de trouver un éditeur


                            • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 mars 2015 11:46

                              @Furax

                              Bonjour et merci pour ce message d’amitié En effet, je ne crains personne sauf moi-même comme dirait ce bon vieux Nietzsche avec son voyageur et son ombre. Si ça se trouve, ce sont les physiciens qui me craignent pour mes idées sur la relativité générale

                              à part ça, je profite de l’occasion pour rappeler qu’en matière de religion il y a la religion révélée et la religion naturelle. Evidemment, en France règne une inculture théologique autant qu’une inculture économique. On peut difficilement promouvoir une authentique « politique » de civilisation


                            • kalagan75 25 mars 2015 12:35

                              @Bernard Dugué
                              «  Si ça se trouve, ce sont les physiciens qui me craignent pour mes idées sur la relativité générale »

                              quelle modestie ! on attend toujours tes équations, histoire de se faire une idée ...


                            • tRivi 25 mars 2015 14:22

                              @Bernard Dugué


                              Peut-être serait il temps effectivement de publier vos travaux pour que chacun ici se face une idée de la mesure exceptionnel de votre talent ! ou pas !

                            • JC_Lavau JC_Lavau 7 avril 2015 14:24

                              Bernard Dugué : « Si ça se trouve, ce sont les physiciens qui me craignent pour mes idées sur la relativité générale ». Et d’une modestie avec ça !


                            • Norbert 25 mars 2015 10:51

                              Si je comprends un peu ce que vous voulez dire, pendant que l’énigme ne s’intéresse qu’au comment, le mystère nous tracasse davantage avec le pourquoi. Une sorte de frontière tacite entre science et religion, un pacte de non agression qui a vu le jour après la Révolution (chacun son territoire). Personnellement je pense que le comment saura expliquer la nécessité qui fait que le pourquoi nous préoccupe.

                              Pour le reste, je pense qu’il est sage que vous renonciez effectivement à l’Everest mais vous pourriez tout de même vous entrainer sur les chemins praticables d’un petit mont près de chez vous plutôt que de chercher l’ivresse dans les vapeurs de la religion. Par ces petits sentiers sans gloire vous trouveriez peut-être que modestie et spiritualité font bon ménage.


                              • Philippe Stephan Slipenfer 25 mars 2015 11:05

                                @Bernard Dugué

                                Et la science ? Elle conduit au mystère de Dieu mais comment éclaircir ce mystère ? C’est le programme de recherche (une quête) que je me suis donné. C’est un travail solitaire, difficile. Je vais me lancer dans la théologie.

                                Méfiez-vous de ne pas tomber sur un obstacle insurmontable et le résultat est simple si l« on s acharne c »est la psychose hallucinatoire.
                                mais bon sa se soigne quand on lâche prise.

                                Les voies du seigneur sont impénétrables .. smiley

                                bon courage

                                Les expériences spirituel que j« ai vécu sont un mystère total pour moi
                                je n’ai aucune explication et je passe plus pour un cinglé qu autre chose
                                quand j en parle autour de moi.

                                Ma conscience peu se dissocié de mon corps et possède d » autres propriétés utilisables
                                comme le déplacement instantané par exemple,d"aller dans le future proche ou
                                de revivre des situations passées mais de l extérieur comme un double
                                de moi même mais qui sens les émotions et les pensées des autres protagonistes.
                                 
                                cette affaire a débuté en 1960 et est toujours d actualité, soit quelques milliers
                                d expériences très variés en contenues, durée,intensité un très large éventail actif
                                de la veille, au sommeil paradoxal.durant 13 années de recherche avec 2 autres
                                amis dont un docteur en psychologie spécialisé en psychosomatique,nous avons
                                essayez de comprendre de quoi il en retournait exactement ,résultat nul.

                                si tu as une idée je suis preneur. smiley


                                • Bernard Dugué Bernard Dugué 25 mars 2015 11:26

                                  @Slipenfer

                                  Votre cas n’entre pas dans le champ de compétence des psychologues conventionnels notamment en France. Cherchez du côté des Américains beaucoup plus ouverts. A première vue, vos expériences ont des similitudes avec celles des sujets NDE. Lisez des choses sur ce thème, sans vous limiter à Cayce. Pour le volet psychologie, il y a la psychologie spectrale élaborée par Ken Wilber qui a étudié les plans supérieurs de conscience et les transitions avec les « pathologies » qui peuvent en résulter.

                                  Il y a un livre cosigné par Wilber mais pas traduit en Français. Transformation of consciousness. Si vous lisez l’anglais couramment, allez-y


                                • Philippe Stephan Slipenfer 25 mars 2015 12:56

                                  @Bernard Dugué

                                  j’ ai pataugé dans les différents courant de la psychologie transpersonnel ;ken wilber en
                                  fait une critique très intéressante d’ailleurs mais je n ai pas les moyens intellectuel
                                  pour comprendre seul le travail théorique de ce chercheur,je ne sais vraiment pas par quel
                                  bout commencer.
                                  j"ai cherché aussi du coté des traditions oriental,mais je n’ai rencontré personne de suffisamment
                                  compétent pour en discuter,la lecture à ses limites.

                                  je vais revisiter wilder 

                                  j’ai appris l’orthographe à coups de bottes alors pour l’anglais j’ai fait l’ impasse
                                  là il n y a pas de mystère.

                                  merci de votre réponse


                                • Philippe Stephan Slipenfer 25 mars 2015 15:17

                                  @Bernard Dugué

                                  j ai retrouvé l’entretien avec Ken Wilber la fin de la psychologie transpersonnelle.

                                   


                                • Philippe Stephan Slipenfer 25 mars 2015 17:16

                                   je ne cherche pas me soigner, mais a comprendre
                                   j’ai commencé mes recherches en psychologie transpersonnelle 1982 au moment
                                  ou Wilber laissait tomber cette direction cela laisse rêveur.
                                  on dirait que j ai 30 ans de retard
                                  ouille sa fait mal.. smiley


                                • Norbert 25 mars 2015 11:10

                                  Si je comprends un peu ce que vous voulez dire, pendant que l’énigme ne s’intéresse qu’au Comment , le mystère concerne davantage le Pourquoi. Une sorte de frontière entre Science et Religion, un pacte de non agression. Chacun son territoire.
                                  Personnellement je crois que le Comment montrera la nécessité du Pourquoi à nous préoccuper autant.

                                  Pour le reste, je pense que c’est une sage décision d’avoir renoncé à l’Everest, mais vous auriez pu choisir de vous entrainer sur les chemins d’un petit mont près de chez vous plutôt que de chercher l’ivresse dans les vapeurs de la religion avec cette illusion d’élévation qui n’est qu’un vertige. Sur ces petits sentiers sans gloire,vous auriez peut-être découvert que modestie et spiritualité font bon ménage.


                                  • Ecométa Ecométa 25 mars 2015 11:16

                                    Il n’y a ni Dieu ni diable qui ne sont que pure invention, voir pur fantasme, pure croyance et même pure arnaque !
                                    Et la science ? Elle ne doit pas conduire au « mystère de Dieu » mais au « mystère de la nature » et des « états de nature »… dont la nature humaine : la « nature physique » et la nature métaphysique humaine !
                                     
                                    À l’évidence l’être humain à besoins de croire à quelque chose qui lui est supérieure ! Soit, mais au lieu de croire en Dieu ou en diable, ce qui est une belle arnaque, l’être humain serait bien inspiré de croire en lui, à sa propre nature qui le dépasse, sa nature métaphysique qui est un vrai « mystère »… tellement elle est « ouverte » : un accident de la seule « Nature » et non l’œuvre de Dieu ou du diable ! Surtout, il devrait instamment croire en sa capacité de s’amender individuellement et collectivement !
                                    Qu’est-ce qu’un Dieu ? Un Dieu, à en croire la croyance, est à la fois un créateur et un destructeur ! Il y a chez l’humain, qui créer son propre univers et en même temps est capable de le détruire, ce que nous savons très bien désormais ; il y a là quelque chose de Divin : non ?

                                    L’aventure humaine dans l’univers, la nature humaine sur cette terre, sont absolument fantastiques, et tout est ouvert, l’humain à une conscience et le libre arbitre ; c’est ainsi que la « Nature Humaine » est capable du meilleur comme du pire ! À elle, par son génie, son bon génie et non son mauvais génie, d’aller vers le meilleur de l’Humanité… il semblerait, qu’actuellement, ce soit plus le mauvais génie qui est à l’œuvre ; alors : convoquons le bon génie !

                                    Croire en Dieu, faire de Dieu, entre autres choses, le créateur de l’Humain, c’est nier l’humain dans son état de nature ! La religion, tout comme la science dans leur aveuglement paradigmatique, nient l’humain : nient la « Nature Humaine » dans ce qu’elle par Nature !  
                                    Et si les choses existent par nature, et elle existe de la sorte, elles existent aussi par l’usage que nous autres les humains en faisons ; selon que nous en faisons, individuellement ou collectivement, un bon ou le mauvais usage au regard du principe d’Humanité : d’un point de vue « Ontologique », « Déontologique », « Éthique » et « Altruiste » !

                                    Une simple quête de la « nature humaine », puis sur le moyen pour l’Humain de s’amender, et mettre cela en œuvre, bien sûr en tout entendement, en pleine intelligence, et non par pure croyance religieuse ou scientifique, intégriste ou scientiste, me semble une quête suffisante et beaucoup moins fantasmagorique que la quête de Dieu qui n’est pas un mystère mais une pure arnaque pour mettre des humain sous a coupe de la religion pour Dieu et sous la coupe de la science les scientistes !


                                    • Zip_N Zip_N 25 mars 2015 13:05

                                      Les étoiles ont une religion ? qui expliquerait leur mouvement ? la science et l’astronomie a crée la religion, la religion traite d’affaires à caractère humain, la science traite d’affaires à caractère biologique et inhumain (physique, cosmos). La religion a octroyé des compétences humaine à la science (histoire mécanique) l’espérance, et possibilité d’aller plus loin que ce que les yeux et les oreilles peuvent distinguer.


                                      • soi même 25 mars 2015 15:15

                                        @Zip_N, banane jusqu’au moyen age la science était issue de la religion, et il y a que les incultes, les mystiques , communistes et les scientistes à la sauce Bernard qui vont niés le fait ......
                                        De la Religion tout est née, la politique, l’agriculture, l’art, l’architecture, la science, la connaissance, et pour retrouvé le lien entre ces deux entités la religion et la science, c’est que les deux doivent évolués vert une chose que Bernard n’a pas encore une idée, la pensé pur, c’est à dire pensé la pensé .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès