Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > EPR, la tragédie d’une fin annoncée

EPR, la tragédie d’une fin annoncée


On disait le plus grand bien dans les lobbies nucléaire de cette nouvelle centrale nucléaire,

aujourd’hui, on commence à se poser quelques questions.

Elle devait remplacer le parc vieillissant qui au bout de trente ans de services doit sa survie aux rafistolages que l’on espère efficaces, en croisant les doigts, et en touchant du bois.

Mais mettre une « rustine » sur l’acier vieillissant et fissuré d’une cuve de réacteur n’est pas la garantie d’une sécurité sans faille.

Au Tricastin et ailleurs, « les fissures constatées ne garantissent pas son fonctionnement en toute sécurité » affirme Michelle Rivasi, députée européenne, appuyée par la FRAPNA (fédération Rhône Alpes de protection de la nature) et par Jean Pierre Morichaud, son représentant à la Cligeet (commission locale d’information sur les grands équipements énergétiques du Tricastin) lien

Le long feuilleton de l’été dernier (lien et lien) s’est prolongé avec les 39 kilos de plutonium découverts récemment et cachés pendant 3 mois. lien

Aujourd’hui le beau conte de fées qu’on nous a raconté vole en éclats.

Çà a commencé avec l’arrestation d’un militant de SDN (sortir du nucléaire) Stéphane Lhomme lequel avait communiqué un document classé secret défense dans lequel il apparaissait que cette centrale « new style » ne résisterait pas à la chute d’un avion commercial ou militaire. lien

Puis çà s’est gâté en Finlande.

C’est là que l’on tente de construire le premier EPR.

Les retards de chantiers ne seraient rien s’ils n’étaient accompagnés par des augmentations du cout du chantier pharaoniques.

On est passé de 1,5 milliards d’euros, à 3 milliards, et aujourd’hui on évoque le chiffre de 4 milliards d’euros. lien

Quant aux retards, ils sont hors normes : la centrale devait être inaugurée en 2009.

On évoque aujourd’hui  mi 2012…

Jouni Silvennoinen, chef de projet de TVO a même déclaré « la mise en service pourrait même déraper de six mois supplémentaires ».

Il a pointé du doigt les difficultés liées au génie civil, et les retards du développement du système de contrôle commande. (Les Echos 16 octobre)

Mais le plus grave est ailleurs.

On apprend aujourd’hui dans la presse française et étrangère que la sécurité du réacteur EPR est mise en cause.

Pour les autorités de sûreté nucléaire britannique, française et finlandaise, la conception du réacteur EPR est à revoir.

L’information est dans toute la presse du 3 novembre : le Télégramme, les Dernières nouvelles d’Alsace, Est Eclair, Sud Ouest, Metro, Challenges, les Echos, etc. etc.…

De quoi s’agit-il ?

« Il s’agit de renforcer le logiciel de pilotage des futurs réacteurs, qui ne garantit pas en l’état actuel le niveau de sécurité requis » (les Echos)

Patrice Lambert de Diesbach est directeur de recherche chez CM-CIC Securities.

II déclare : « cette concomitance ne peut pas être fortuite, et stigmatise l’importance que ces trois autorités de sûreté (britannique, finlandaise, et française) attachent à la résolution rapide de ce problème ».

L’ASN (autorité de sureté nucléaire) a écrit à EDF en lui demandant de préparer un plan B.

« Soit EDF prend en compte les recommandations, soit il faut concevoir un nouveau système qui demanderai des années ».

Le ton est ferme :

« Compte tenu de l’ampleur et de la complexité des démonstrations restant à fournir, il est possible qu’AREVA ne puisse finalement pas garantir que son logiciel, dans sa conception actuelle, réponde aux exigences de sécurité obligatoires ».

Et l’ASN de conclure : « c’est pourquoi, outre les efforts que vous poursuivez pour justifier la conception proposée, il vous appartient d’examiner dès à présent des dispositions de conception différentes, et le tout pour fin décembre  ».

Les autorités de sûreté nucléaire expliquent que « la partie du logiciel dédiée au fonctionnement normal et celle qui doit maintenir le réacteur sous contrôle en cas d’incident sont trop dépendantes l’une de l’autre ».

Cela signifie que si la première pouvait faillir, la centrale ne pourrait plus être contrôlée en cas de panne.

Voilà qui n’est pas fait pour nous rassurer.

On s’inquiète dans les milieux environnementaux et ailleurs, en se posant la question à 4 milliards :

Pourquoi s’entêter dans cette voie dangereuse et sans issue, alors qu’il existe partout des solutions propres, et sans danger.

Comme disait mon vieil ami africain : « on peut obliger un chien à se coucher, mais on ne peut pas l’obliger à fermer les yeux ».


Moyenne des avis sur cet article :  3.81/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

98 réactions à cet article    


  • jako jako 4 novembre 2009 11:17

    Merci Olivier, :

    Mais mettre une « rustine » sur l’acier vieillissant et fissuré d’une cuve de réacteur n’est pas la garantie d’une sécurité sans faille. On voit que votre passé d’architecte a du bon !


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 11:34

      Jako,
      bien sur, vous avez deviné que ce n’était qu’une image,
      ce qui n’empêche pas de s’inquiéter de l’état de délabrement de certaines de nos vieilles centrales, Fesseheim, Tricastin...


    • jako jako 4 novembre 2009 11:38

      Mais oui Olivier, c’était juste un clin d’oeil.
      Pour L’EPR j’ai appris cette nouvelle ce matin, accablant, s’il n’y avait pas eu cette pression des trois pays il ne se serait jamais rien passé.
      Information doublée par la mort de Levi Strauss qui « préfère la compagnie d’un chien ou d’un chat parce que l’homme passe son temps à détruire tout ce qu’il touche ».....


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 11:44

      Jako,
      surtout, (je ne l’ai pas mis dans l’article) mais c’est depuis le mois de juin que les britanniques ont dénoncé ces problèmes,
      décidément, l’opacité et la loi du silence ont encore de beaux jours devant elles.


    • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 13:34

      Lech,
      oui, c’est vrai les chiffres divergent,
      c’est difficile de se faire une idée, car la transparence n’est pas la tasse de thé d’areva,
      mais 6 milliards ne me semblent pas irréalistes,
      merci des liens et du commentaire,
      à+


    • zelectron zelectron 4 novembre 2009 12:26

      SIEMENS s’est enfui, il y a un moment : est-ce une démonstration qu’Areva-EDF sont des escrocs techno-scientifiques ? Tout ça parce qu’en France sur ce genre d’affaire la finance gouverne la technique et impose ses budgets, tranche dans le vif et orgueuilleusement décide !
      Quelle drôle d’odeur d’avions renifleurs ?


      • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 13:35

        zelectron,
        c’est en quelque sorte un état dans l’état
        edf/areva escrocs scientifiques,
        c’est une thèse intéressante,
        il nous faudra en apporter la preuve, et avec l’aide de tous, çà ne doit pas être impossible,
        merci


      • zelectron zelectron 4 novembre 2009 18:27

        Olivier,
        Les preuves ? pour le moins les résultats provisoires sont là pour les produire par défaut.
        D’autant que les ingénieurs compétents* ne sont pas promus et que seuls les l...bottes le sont. Après ça étonnons nous que tout aille de mal en pis (grâce à la « réunionite aigüe » ?)
        *Sans oublier la fuite des cerveaux


      • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 19:04

        Zelectron,
        merci, c’est vrai,
        espérons que ce dossier sur l’epr sonnera enfin le glas de cette énergie si dangereuse, et tant pis pour les pro-nuc attardés qui sommeillent sur leurs certitudes.


      • zelectron zelectron 5 novembre 2009 10:02

        Olivier,
        Ce n’est pas parce que Areva-EDF ne sont pas et de loin les meilleurs acteurs qu’il eu fallut qu’ils soient, qu’il faut cesser toutes études et constructions dans le domaine nucléaire. Le monopole absolu de ces 2 là pose le problème des seules vérité qu’ils distillent selon leurs vues exclusives. Être totalement contre le nucléaire n’apporte pas au débat de solution aux besoins d’énergie qui se font sentir de manière de plus en plus vive. En exagérant un peu ce ne sont pas quelques moulins à vent qui changeront la donne instantanément.


      • olivier cabanel olivier cabanel 5 novembre 2009 10:34

        zelectron,
        bien sur,
        le problème avec edf areva, c’est qu’ils sont leurs propres experts,
        ils s’auto-controlent, ils disent ce qu’ils ont envie de dire,
        et ils nous imposent leurs mensonges depuis si longtemps,
        il faut effectivement démocratiser tout çà, et obtenir une authentique transparence.


      • Alain-Goethe 4 novembre 2009 12:43

        « Quel nu Quel air ???
        La Fesse en heime.. »
        me murmure mon chat (qui a déjà failli me faire tomber imprimante...)

        Sérieux : Cet EPR je me demande si c’est au point ..

        PS : j’ai travaillé chez Framatome ( ancêtre d’AREVA) entre 75 et 80
        A+


        • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 13:37

          alain Goethe,
          le mien aussi (de chat) adore sauter sur le clavier venant de je ne sais ou,
          et le plus souvent ses pates sont mouillées,
          pour l’epr,
          ma réponse, au vu de ce que j’ai comme info, c’est NON.


        • cathy30 cathy30 4 novembre 2009 12:44

          bonjour Olivier
          cette info fait froid dans le dos. J’ai entendu il y a quelques jour à la télé, qu’il y aurait surement des coupures d’electricité cet hiver, mais sans autres explications. Puisque edf livre de l’électricité hors de france, nos vieilles centrales ne sont pas assez performantes et rentables pour leur bizness, ne se sont-ils pas un peu précipités pour faire des centrales qui ne tiennent pas la route ? Quand le bizness se fait au dépend de la sécurité nous obtenons ça, et je crois bien qu’il vont faire sauter la planète, cette bande de tarés.


          • Senatus populusque (Courouve) Senatus populusque 4 novembre 2009 13:29

            Avec Direct Energie, c’est 10 % moins cher.


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 13:41

            cathy30
            oui, ils en sont capables, mais ne savent pas à quel point ils le sont,
            j’ai relu récemment les communiqués de presse, et autres investigations sur les exercices de sécurité pratiqués dans les centrales nucléaires, c’est inquiétant.
            les interventions ne devraient pas aller au delà du quart d’heure,
            et globalement elles sont trop tardives,
            je crois me rappeler qu’a Bugey pour éteindre un incendie fictif (heureusement) les équipes n’ont pu ouvrir le local qui permettait d’accéder à l’eau, pour éteindre l’incendie.
            froid dans le dos, comme tu dis.


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 13:49

            Chanteclerc
            loin de moi l’idée de répondre à la place Cathy30 a laquelle vous vous adressez, mais je voudrais juste vous dire que tout cela vient d’une mauvaise façon de gérer la production énergétique,
            savez vous que parfois, edf vend son énergie à perte ?
            la suisse, pourtant autonome dans ce domaine la rachète, pour faire remonter l’eau ds les barrages et disposer ainsi d’une marge énergétique aux moments de crise,
            elle est pas belle la vie ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 13:53

            merci senatus populusque de nous rappeler qu’aujourd’hui, on peut se procurer de l’énergie ailleurs que chez areva/edf, moins cher, et respectant l’environnement.


          • 1984 4 novembre 2009 14:38

            Chanteclerc je vous sens devenir conspirationniste :)


          • xa 4 novembre 2009 16:48

            « savez vous que parfois, edf vend son énergie à perte ? »

            Oui, parfois EDF vend à perte. Comme parfois EDF importe de l’electricité de certains pays pour revendre la sienne dans d’autres, selon les variations des courts.

            « la suisse, pourtant autonome dans ce domaine la rachète »

            Hum ... La suisse n’est si autonome que vous le pensez. Ex : 80% de l’électricité consommée sur le canton de Genève provient de « l’extérieur » du canton, et pour plus de 50% de l’étranger. On est loin de l’autonomie. La production maximale théorique couvre la consommation, mais dans la durée cette production n’est pas tenable.

            Le cout de production propre des SIG est égal au cout d’approvisionnement en France pour une entreprise classique (entre 7 et 8 cts d’euros du kwh HT). Or à 7cts HT la vente du kwh, EDF ne perd pas d’argent.

            La stratégie est simple : lors que les courts sont élevés, la Suisse puise dans ses réserves énergétiques pour limiter ses besoins d’importation. Et lorsque les courts reviennent sur Terre, elle reconstitue ses réserves. C’est très .... banquier comme raisonnement, très suisse donc :)

            Toujours pour info, le consommateur genevois paye son électricité environ 14cts d’€ du kwh (19.6 cts de CHF), avec une révision probable de 0.15 cts d’euro à la baisse suite à des recommandations de la cour des comptes genevoise, soit dans les 3 cts de plus qu’en France, il me semble. Et Genève n’est pas le canton le plus cher.


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 16:54

            XA,
            lorsque l’on est rédacteur d’articles , on a le souci de vérifier et de recouper les informations,
            il est rare que je me sois fait « avoir » par un hoax... la prudence étant de mise en ce domaine.
            vous pouvez à votre tour faire de même et vous découvrirez la justesse de ce que j’ai écrit sur l’autonomie énergétique suisse,


          • xa 4 novembre 2009 17:35

            Veuillez m’excuser, je n’ai pas cité mes sources :
            - cour des comptes genevoises
            - AFC (administration fiscale cantonale genevoise)
            - AES (association des entreprises électriques suisses)
            - SIG (Services industriels de Genève, qui ont le monopole de la distribution électrique sur le canton de Genève).

            Bref que des sources de type hoax effectivement.


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 17:40

            XA,
            il ne s’agit pas de sources,
            merci de donner les liens qui prouvent ce que vous affirmez,
            pas de simples « sigles » qui égarent le lecteur.


          • xa 4 novembre 2009 17:52

            Comme je suis un fana des hoax, je vous signale la question 09.3146 relative aux energies renouvelables pour atteindre l’autonomie énergétique

            Curieux qu’une telle question soit posé, s’agissant d’un pays qui est selon vos sources qui ne sont pas des hoax ... autonome.

            La question a été posé en Mars de cette année .... au conseil fédéral suisse par le parlement fédéral. Difficile de faire plus hoax.

            Au passage, la réponse du conseil commence par : Le Conseil fédéral soutient résolument le développement des énergies renouvelables, qui s’inscrivent dans sa politique climatique. La politique de l’environnement est toutefois confrontée à des conflits d’objectifs, comme le démontre le cas soulevé dans l’interpellation.

            Je vous laisse chercher par vous même la suite de ce débat fédéral.


          • xa 4 novembre 2009 18:05

            http://www.parlament.ch/F/Suche/Pages/geschaefte.aspx?gesch_id=20093146
            http://www.ge.ch/cdc/doc/20091030_rapport_no23.pdf
            www.electricite.ch qui vous fournira des données statistiques

            Par exemple http://www.electricite.ch/uploads/media/1-3-f.pdf vous donne la production et la consommation nationale cumulée, ou vous verrez par exemple que nationalement, la confédération est positive en été et négative en hiver (nous ne sommes donc pas autonome puisque nous importons en hiver). Pour les détails par cantons, il faudra vous reporter sur les données des producteurs locaux.

            Pour Genève, c’est facile, la cour des comptes (cf rapport ci dessus) vous dit tout.


          • Eloi Eloi 4 novembre 2009 19:25

            C’est bien ce genre de forum, on apprend des trucs : Poweo veut prendre des participations dans l’EPR.

            Par ailleurs, EDF achète aussi à perte :
            prix de vente le plus bas en tarif régulé : 0.10 €/kWh
            prix d’achat :
            éolien en mer : 13 c€/kWh pendant 10 ans,
            Photovoltaïque : Métropole : 30 c€/kWh , + prime d’intégration au bâti de 25 c€/kWh





            Géothermie :Métropole : 12 c€/kWh

            Je ne conteste pas ces subventions, mais moins de rentrées d’argent pour EFR = moins de rentrées d’argent pour l’Etat = + d’endettement = moins d’argent pour les écoles = moins d’argent pour l’entretien des centrales etc...

            Les choses ne sont jamais simples.

          • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 19:58

            Eloi,
            sauf qu’il faut comparer ce qui est comparable,
            le prix de l’énergie n’est pas seulement un prix du kw, par rapport au cout de la construction et à l’énergie produite,
            il faut prendre en compte d’autres données : le démantèlement des centrales nucléaires (une provision bien sur a été prévue, mais largement insuffisante), la gestion des déchets (vu qu’on se sait pas comment s’en débarrasser, le prix est difficile a estimer, mais il sera important)
            et les répercussions sur la santé : le CANCER
            votre prez lance une campagne,
            mais si au lieu de la lancer il faisait tout pour l’empecher en amont, ce ne serait pas idiot.
            non ?
            le prix du traitement d’un cancer, vous connaissez ?
            3000 à 6000 euros par mois,
            un français sur trois qui meurt, meurt à cause d’un cancer,
            combien sont imputables aux lignes tht, aux pollutions nucléaires ?
            c’est une bonne question
            je vous remercie de l’avoir posée.
            àh bon, vous ne l’avez pas posée ?
            pas grave, je l’ai fait pour vous.


          • Eloi Eloi 4 novembre 2009 20:04

            une provision bien sur a été prévue, mais largement insuffisante

            Ah ! je suis curieux de voir vos éléments sur ce sujet !

            la gestion des déchets (vu qu’on se sait pas comment s’en débarrasser, le prix est difficile a estimer, mais il sera important)

            Mais non ! on sait comment faire (surgénérateur) et en plus ca produira tellement d’énergie (utilisation de 99.5% de l’uranium) qu’on peut s’en sortir.

            et les répercussions sur la santé : le CANCER
            le prix du traitement d’un cancer, vous connaissez ?
            3000 à 6000 euros par mois,
            un français sur trois qui meurt, meurt à cause d’un cancer,
            combien sont imputables aux lignes tht, aux pollutions nucléaires ?

            En effet, combien ?


          • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 20:11

            eloi,
            vous venez d’inventer un concept
            le commentaire perroquet
            génial.


          • Ropi 5 novembre 2009 02:36

            Avec « ENERCOOP », 100% plus propre !


          • Ropi 5 novembre 2009 02:45

            Excusez-moi.
            Je voulais dire :
            Avec ENERCOOP, 100% plus propre !

            Merci pour cet article, Monsieur Cabanel.


          • Thierry LEITZ 4 novembre 2009 12:56

            Cette info sur l’EPR était à la une des Echos de mardi 3/11.

            Si j’ai bien compris, c’est un peu comme sur une voiture présentée comme très sûre et dotée de 2 ceintures de sécurité : la première pour usage normal et la deuxième en cas de gros choc. Mais les deux sont fixées sur un même point. Absurde.

            Comment une telle erreur de conception a-t-elle pu échapper aux cadors qui sont censés tout maîtriser ? Que de temps et de fonds perdus !

            EPR, ITER, le nucléaire, même à la mode de la chasse au CO², n’arrive pas à masquer ses défauts essentiels : coût délirant, risques sérieux et modèle économique dépassé.


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 13:45

              Thierry Leitz,
              pour EPR, n’en parlons pas, la ligne jaune est franchie,
              mais l’entêtement d’un « impérial président » (attention jeu de mot) va prolonger les risques, convaincu qu’il est que le nucléaire est la bonne solution.
              pour ITER, c’est encore plus grave, (si c’était possible) car, nous sommes en train de dépenser des fortunes pour une technologie qui n’aboutira vraisemblablement sur rien,
              même les pronucléaires comme krolik souvent présent sur ce site ne disent pas le contraire.


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 13:51

              Chantecler,
              oh, j’attend avec impatience les krolik, jacquet etc ces nostalgique du nucléaire et de spx venant nous affirmer que creys malville était une super bonne idée,
              chiffres à l’appui... bien sur.


            • joletaxi 4 novembre 2009 16:04

              Là franchement, c’est un mauvais exemple.Superphénix a été arrêté uniquement par décision politique, sous la pression des verts allemands, et dans un marchandage obscur qui finalement a coûté une fortune à la France, les autres pays s’étant arrangés pour se faire dédommager des conséquences d’une décision sans aucun fondement technique.

              Je ne prétend pas que Superphénix aurait été un succès, ni que cela aurait été une filière miracle, mais il faut rendre à César ce qui appartient à César !

            • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 16:28

              http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=caen_midipile

              Mardi 3 novembre, le « midi pile », curseur à 1min05


            • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 16:41

              non, non Joletaxi,
              « superphénix » (les guillemets sont volontaires), est l’exemple type des erreurs françaises,
              cette installation a consommé plus d’énergie qu’elle en a produit,
              ce qui est croquignolesque puisqu’elle devait en produire à l’infini
              elle est tombée en panne régulièrement,
              je suis bien placé pour le savoir habitant a quelques kilomètres de là,
              elle a subi par deux fois des évènements dont la probabilité étaient de une fois tous les cent mille ans, (fuite de sodium, chute d’un poids sur le dôme du réacteur)
              elle mettait toute la population française en danger, et il nous faut être reconnaissant a ceux qui ont décidé de la fermer définitivement.
              savez vous qu’aujourd’hui encore près de 15 ans après sa fermeture elle continue de tourner pour maintenir le sodium liquide dans les circuits de refroidissement ?
              qu’il y a sur place des centaines de personnes salariées pour surveiller tout çà ?
              et qu’elle continue de consommer de l’énergie, alors qu’elle devait en produire ?


            • joletaxi 4 novembre 2009 18:05

              Mr. Cabanel

              Non, trois fois non.
              La décision de fermer a été purement politique .Essayez tout de même dans une discussion d’en rester aux faits !
              Cette centrale était en phase pré-industrielle,et a au moins à trois reprises été en phase de production et branchée sur le réseau.Qu’elle aie connu des pannes et des problèmes,cela n’a jamais mis la sécurité des civils en cause(Je ne me rappelle pas d’évacuations massives des populations).S’agissant d’un prototype d’un réacteur inédit, il faut rendre hommage aux ingénieurs français pour avoir maîtrisé aussi bien ce problème.
              De grâce, ne nous reservez pas ces arguments sans cesse ressassés de l’holocauste ?je me rappelle très bien qu’à cette époque, les écolos, fraîchement repeints du rouge au vert,effrayaient le bon peuple avec des histoires de surgénérateur soviétique ayant explosé et fait des milliers de morts.
              Que,oups,j’allais dire démocratiquement, les verts allemands aient remporté une belle victoire et que le gouvernement français soit passé sous les fourches caudines des exigences de nos nouveaux amis allemands est une chose.Que cela aboutisse à une gabegie sans nom en est une autre qu’il faut savoir assumer.
              Mais je le répète, je ne pretend pas que cette filière était pérenne.
              N’oubliez pas qu’à cette époque, l’Europe sortait traumatisée d’un choc pétrolier.On pouvait faire du patin à roulettes sur les autoroutes,sur fond de conflit pouvant couper totalement nos approvisionnements .De là, et il faut le dire dans une urgence qui n’était finalement pas, le plan nucléaire.Je me rappelle très bien pour y avoir participé, que le projet était même de généraliser le chauffage électrique total,et logiquement de se lancer dans le surgénérateur.
              On pourrait, dans un contexte actuel de raréfaction d’énergie,de crise du CO2, se demander si finalement,ce n’était pas la bonne solution ?(propos iconoclaste pour réveiller votre vésicule biliaire et assurer une bonne digestion de votre repas)

            • olivier cabanel olivier cabanel 4 novembre 2009 19:01

              joletaxi
              permettez moi d’en rester aux faits,
              je vous les ai évoqué dans le précédent commentaire,
              fuites de sodium à répétition,
              accidents dont les probabilités étaient de 1 fois tous les 100 000 ans, et qui se sont produits,
              je ne partirais pas dans les délires que vous évoquez au sujet de l’urss ;


            • Eloi Eloi 4 novembre 2009 13:52

              « On est passé de 1,5 milliards d’euros, à 3 milliards, et aujourd’hui on évoque le chiffre de 4 milliards d’euros / Quant aux retards, ils sont hors normes : la centrale devait être inaugurée en 2009 / On évoque aujourd’hui mi 2012… »

              Sur un tel projet, une tête de série, c’est normal. Si vous avez un jeu conçu puis fabriqué un objet complexe, vous savez que les choses ne se passent pas comme prévu pour le premier objet, et que le coût peut être le double du coût du suivant. De plus, il a été dit que les français paye ce qui est démagogique et faux : areva finance tout cela en fonds propres et fait encore des bénéfices.

              « On apprend aujourd’hui dans la presse française et étrangère que la sécurité du réacteur EPR est mise en cause / Pour les autorités de sûreté nucléaire britannique, française et finlandaise, la conception du réacteur EPR est à revoir.

              Vous voyez l’ASN comme un prof qui corrige une copie. Cette vision est fausse. Depuis le début du projet EPR, les communication entre areva, edf et l’ASN sont constants. J’en veux pour preuve cette communication d’Octrobre 2004 :

               »Le 28 septembre 2004, le Directeur général de la sûreté nucléaire et de la radioprotection a, au nom des Ministres chargés de la sûreté nucléaire, adressé au Président d’Electricité de France une lettre présentant la position du Gouvernement sur les options de sûreté du projet de réacteur EPR. Sur la base de l’examen réalisé par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et par le Groupe permanent d’experts pour les réacteurs nucléaires placé auprès de l’ASN, le Gouvernement considère que les options de sûreté retenues satisfont à l’objectif d’amélioration de la sûreté par rapport aux réacteurs actuellement exploités. Le Gouvernement demande à Electricité de France pour les développements à venir, de se conformer aux deux recueils de règles techniques joints en annexe à la lettre.Par ailleurs, cette appréciation portée par le Gouvernement sur les options de sûreté du réacteur EPR doit être confirmée par l’examen de certaines études de conception détaillée. Cette prise de position, à caractère technique, ne constitue en aucune manière une autorisation de construction d’un réacteur EPR. Une telle autorisation relève des procédures instituées par le décret du 11 décembre 1963 relatif aux installations nucléaires.« 

              Vous croyez qu’il n’ont jamais communiqué leurs résultats depuis ?

              II déclare : « cette concomitance ne peut pas être fortuite, et stigmatise l’importance que ces trois autorités de sûreté (britannique, finlandaise, et française) attachent à la résolution rapide de ce problème ». »

              Pas la peine d’aller chercher si loin : point 8 du communiqué de l’ASN :
              « C’est un bon exemple de démarche dans laquelle des Autorités de sûreté, indépendantes entre
              elles et coopérant étroitement, peuvent promouvoir une compréhension et une mise en oeuvre
              partagées des standards internationaux existants, l’harmonisation de standards réglementaires
              et la conception de réacteurs avec le plus haut niveau de sûreté. »
              Ce principe de partage et d’harmonisation des standards est extrêmement intéressant, l’ASN y est liée par la loi. Pourquoi y voir plus une « préoccupation commune » pour l’EPR qui est normale puisque c’est leur boulot, plutôt que le simple fait que l’ASN a justement pour mission de collaborer à l’international. Vu de votre position dogmatique, évidemment, ca parle de l’EPR, c’est du boudin. Pour d’autres c’est simplement que la sûreté nucléaire fait son boulot, et de manière internationale, ce qui est positif.

              Les autorités de sûreté nucléaire expliquent que « la partie du logiciel dédiée au fonctionnement normal et celle qui doit maintenir le réacteur sous contrôle en cas d’incident sont trop dépendantes l’une de l’autre ».

              Vous citez l’ASN, ce qui est rafraîchissant. Vous mettriez-vous à mettre un peu d’espoir dans la transparence ?.
              Vous lisez  : « sont trop dépendantes »
              Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signife qu’elles sont déjà en partie indépendantes, et que l’ASN, dans sa démarche d’amélioration continue, a jugé qu’il était possible de faire encore mieux.

              Pourquoi s’entêter dans cette voie dangereuse et sans issue, alors qu’il existe partout des solutions propres, et sans danger.

              Olivier Cabanel vous êtes mal placé pour dire ca, vous qui vouliez prélever toute le compost de toutes les forêts de france (et ainsi les désertifier), tout cela pour faire 9 Mtep d’énergie

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès