Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Et si le pingouin était l’avenir de l’Homme ?

Et si le pingouin était l’avenir de l’Homme ?

Connaissez-vous les aventures de Linux, ce curieux système d'exploitation parallèle à la base de l'idée même de l'open source ?

Oups, excusez-moi le titre est un peu technique Je vais vous compiler ça en langage humain :

Quand vous achetez un ordinateur, vous achetez également un système d'exploitation, qui permet à votre ordinateur de pouvoir démarrer et lancer vos programmes.

Les deux principaux systèmes d'exploitation sont MacOs et Windows, qui sont tous les deux chers et très protégés. Vous n'y faites pas ce que vous voulez mais ce que le système veut bien vous laisser faire. Ces deux systemes détiennent presque tout le marché, surtout windows en raison du prix excessif des mac. Mac est plus stable, plus sécurisé, plus facile d'accès, mais terriblement "fliqué" et verrouillé.

Et il y a linux, créé il y a une vingtaine d'années par Linus Thorvals (entre autres) et en perpétuelle évolution. Un système où vous pouvez TOUT configurer, où rien ne vous est interdit, où tout est accessible, qui est en même temps extrêmement bien protégé. Pas de virus, pas de fragmentation, un processeur qui tourne à 100%, sans de multiples programmes non désirés en tâche de fond. Un système amélioré directement par ses utilisateurs, totalement gratuit et véhiculant une idée toute simple : l'accès à l'informatique pour tous et sans condition, et où chacun participe à l'amélioration constante du système.

Un système d'exploitation inconditionnellement gratuit, digne d'un service public.

Au départ moqué et ridiculisé, puis combattu avec toute la puissance financière imaginable de Microsoft et Apple, ce système pourrait bien à terme signifier la mort des deux géants, qui partis de quasi-monopoles se font lentement grignoter par le petit pingouin depuis 20 ans (la mascotte de Linux est un pingouin appelé Tux).

Car Linux est stable, très stable, si stable qu'il équipe aujourd'hui plus de 90% des serveurs. C'est lui qui assure votre liaison internet, c'est lui qui gère le menu de télécommande de votre télé, c'est lui qui assure la sécurité des systèmes informatiques des métros parisiens,etc, etc... Si les "grands" jouent en plein soleil, Linux avance dans l'ombre qui ne fait que croître dans ces périodes de restrictions budgetaires.

Ce système, ouvert à tous et modifiable à l'infini est le symbole de l'Open source. La source ouverte. Tout un programme.

Google a compris l'importance et la popularité de l'open source, et a contribué à créer Android, gros concurrent de l'iphone et sous noyau linux (open source à 98%). En un an et demi, ils ont raflé 30% du marché. Balaise pour un système gratuit et ouvert.

Vous vous dites que ce système est trop compliqué pour vous, que c'est pour les pros ? Alors c'est que vous n'avez pas suivi l'évolution des dernières plates formes, toutes prêtes à l'usage pour un débutant. La seule plateforme Ubuntu est aujourd'hui utilisé par plusieurs millions de gens en France, et je ne parle pas de Debian, Fedora, Suse et autre Mandriva. Ca ne rigole plus chez les businessmen. Ils perdent BEAUCOUP d'argent avec le logiciel libre, et ils sont fous de rage, car Linux, en prônant le tout gratuit pour tous, est profondément anticapitaliste. Le Talon de Fer a bien du mal a écraser ce petit pingouin éparpillé mondialement, et c'est tant mieux pour nous. Comble du cynisme, et redoutable aveu : ce système est si bon que ses pires ennemis, Windows et Apple, tout en le combattant farouchement, s'en emparent et intègrent le noyau Linux (gratuit) à leurs sytèmes (payants) ! Cherchez l'erreur.

Certains vont sûrement m'accuser de prosélytisme, et ils auront raison. C'en est. C'est même de la pub car je pressens que l'idée d'open source dépassera bientôt largement le cadre de l'informatique. C'est un début. Vous en avez marre des multinationales qui vous imposent ci ou ça ? Commencez par virer Windows et MacOs de vos ordis et installez Linux, n'importe quelle distribution, le choix est grand. C'est déjà des milliards d'économisés à l'échelle des états. Nous y gagneront tous et c'est toujours bon de plomber ces gros balaises.

Constatant cette petite merveille de collégialité informatique, il m'est venu une idée un peu folle, sûrement stupide, mais j'assume :

Et si on appliquait l'idée d'Open Source à la société ? A la politique ? A l'économie ?

L'idée est simple, mais géniale : pas de centre névralgique, tout est décentralisé entre chaque individu utilisant le sytème. A la fois collectiviste ET individualiste. Tout le monde est content.

Imaginez, un gouvernement, une économie open source, où chacun aurait son mot à dire, pourrait changer des lignes de code ça et là, pour améliorer le programme.

Plus de décideurs, plus de boucs émissaires, nous serions tous acteurs, forcément impliqués dans la vie de notre nation open source. L'anarchie organisée et régulée par l'individu. La démocratie à l'état pur. Chacun son environnement dans un système commun. Au lieu de se laisser guider comme des veaux par des responsables sans légitimité, nous serions tous responsables.

Faire d'un système d'exploitation gratuit et marginal un idéal politique dans un monde dominé par l'argent peut paraître farfelu, j'en conviens, mais ça pourrait peut-être nous permettre de dépasser l'éternel clivage droite-gauche savament entretenu et de moins en moins évident à percevoir, autrement que sous le biais historique... Construire en commun notre avenir, par le biais d'une immense communauté : nous ! Plus besoin de gouvernement, plus besoin d'assemblée, plus besoin d'intermédiaires. Bye bye les faux-culs. Ca ne ferait pas seulement des économies, ça nous laisserait aussi le champs libre pour modeler la société voulue par la dite communauté, à la proportionnelle et tout et tout. La démocratie totale, quoi !

Bien sûr, ce n'est qu'un songe de geek, mais dans un monde qui n'a plus aucun rêve politique à proposer, il me paraissait intéressant de le partager...


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (59 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • chab 26 août 2011 09:06

    Non, Linux n’est pas à la base même de l’open source. Linux est un logiciel libre sous licence GPL adoptée à partir de la version 0.12, diffusée près d’un an après la première version rendue public en 1991.

    La GPL préexiste à Linux de deux ans et est issue du projet GNU.

    Il y a une différence subtile mais de taille entre les licences dites open source et celles du logiciel libre : ces dernières garantissent les « quatre libertés essentielles » des utilisateurs alors que les premières, sans plus de précision, ne les garantissent pas.



    • chab 26 août 2011 09:17

      J’oubliai : logiciel libre ou open source ne veut pas dire gratuit. C’est en général le cas mais personne, hormis si précisé, ne vous empêche de vendre une copie d’un logiciel distribué sous ces licences.

      Quant à vos idées d’« économie open source », ça s’appelle la mutualisation ou encore répartition, principe appliqué notamment pour la santé et la retraite, qui fonctionne tellement bien que même des années de « réformes » ont du mal à l’entamer et il est important de réfléchir à sa généralisation. Sur cette idée, les travaux d’analyse et de synthèse de Bernard Friot sont éclairants.

      • Attilax Attilax 27 août 2011 01:54

        Merci pour ces précisions. Je savais pour GNU mais je pensais que le libre et l’open source étaient similaires.


      • Lisa SION 2 Lisa SION 2 26 août 2011 10:44

        Bonjour,

        on cherche tous un peu partout à donner du pouvoir à nos claviers et nos pc, ainsi qu’à dire zut à Bill Gates, et ses copains Monsanto et Blackwaters. Linux semble être la solution.
        Deux articles connfirmant vos dires : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-elus-c-est-depasse-on-peut-78489 et sur le vote électronique : http://www.agoravox.fr/actualites/citoyennete/article/votez-pour-l-ineluctable-vote-69391 notez qu’il affiche 55 % d’accord.
        cdt


        • Ganesha Ganesha 26 août 2011 10:57


          Je vous écris ce commentaire sur mon petit Asus Eeepc, qui tourne sous Linux...
          Bien sûr, je partage votre enthousiasme...avec quelques petites réserves....

          Même en installant Ubuntu à la place du Xandros d’origine, je ne suis jamais parvenu à faire fonctionner mon imprimante Canon, ni mon scanneur Epson (il est vrai qu’il s’agit déjà de modèles un peu anciens)

          Et n’ayant jamais réussi à installer Wine, je me suis finalement résolu à acquérir en complément un petit pc « box », qui tourne sous Vista... mais, par précaution, j’ai désactivé sa fonction Wifi, et il ne viendrait pas à l’idée de surfer sur internet autrement qu’avec un ordi sous Linux : les fabricants de virus ne s’intéressent pas à nous, et je n’ai tout simplement ni pare-feu, ni antivirus et je ne crains pas les « chevaux de Troie ».

          L’évolution actuelle est l’invasion des tablettes, qui tournent avec des processeurs ARM.
          On sait que Microsoft prépare un « Windows pour ARM » et ma question est : avez vous une idée pourquoi on parle si peu de « Ubuntu pour ARM » ?

          Je vous trouve bien optimiste de présenter Android comme faisant partie de la famille Linux : pour moi je le ressens plutôt comme un piège qui nous est tendu par Google pour mieux nous espionner avec son « Cloud Computing »

          L’avantage des processeurs ARM est qu’ils coûtent moins cher que les i386 d’Intel et surtout qu’ils ne gaspillent pas l’énergie des batteries en produisant de la chaleur... en vous écrivant, les touches et le boitier de mon eeepc me brûlent un peu les doigts et je sens dans ma paume gauche le souffle du ventilateur...

          Les batteries sont l’élément le plus onéreux d’un ordi et les fabriquants font des « choux gras » en surévaluant le prix de leurs tablettes...

          On attend également la sortie des laptops et notebooks sous ARM... un des seuls qui existe actuellement est l’Hercules, une marque française, ne coûte que 179 euros, mais sa diffusion semble rester très confidentielle...

          Je ne discuterai pas trop de votre programme économique... ce que j’attends de l’avenir, c’est l’institution de l’Allocation Universelle (ou plutôt Revenu d’Existence) Reste à savoir si nous pourrons l’obtenir par un processus électoral en 2012, ou s’il nous faudra à nous aussi une « Révolution d’Indignés »....


          • alphapolaris alphapolaris 26 août 2011 12:01

            Ce n’est pas Linux qui n’est pas compatible avec cette imprimante et ce scanner, ce sont eux qui ne sont compatibles qu’avec ce que leur fabricant à bien voulu.

            Il faut tordre le cou à l’idée reçue que chaque périphérique nécessite son driver bien à lui. C’était vrai il y a une dizaine d’années. Aujourd’hui la technologie est tout à fait mature pour avoir des drivers génériques. On arrive bien à le faire pour les disques durs, les souris et le claviers, pourquoi pas les imprimantes alors qu’on dispose de langages de descriptions de pages très performants (Postscript et son fils, le format PDF).

            Alors, pourquoi les fabricants s’acharnent-ils à chaque fois à réinventer la poudre en dépensant de l’argent dans la conception de protocoles et de leurs drivers à chaque fois incompatible ? Cela leur permet de verrouiller le client : pour le forcer à acheter de nouveaux matériel, il suffit d’attendre la prochaine version de windows, et de ne pas re-écrire le driver. « Monsieur, votre imprimante est trop vieille et n’est plus compatible avec Windows Seven. Vous devez en achetez une autre, ce qui tombe bien nous avons justement des promos sur les imprimantes » (mais surtout pas sur les consommables, dont les prix sont abusifs). Signalons que ces incompatibilité sont quelque fois artificielles : même logiciel, même matériel mais seul un numéro de version change.

            Donc, si votre imprimante n’est pas compatible avec Linux, il y a fort à parier qu’un jour, elle ne sera plus compatible avec Windows. Il faut condamner ces pratiques d’obsolescence programmée.


          • glopglop70 glopglop70 26 août 2011 13:38

            Bonjour,

            Sous windows seven 64 bits, mon excellent scanner HP Scanjet 4600" ne fonctionne plus.Les pilotes n’ont pas été mis à jour par HP !
            J’ai du racheter un nouveau scanner en prenant bien soin d’éviter HP...

            Tout ceci pour dire que les OS libres comme Linux ne sont pas les seuls à être incompatibles avec les nouveaux produits. Windows fait pas mieux !

            bien amicalement


          • Abou Antoun Abou Antoun 26 août 2011 13:50

            Et n’ayant jamais réussi à installer Wine,
            Utilisez Virtualbox pour exécuter Windows (ou n’importe quel autre OS) comme tâche d’un système hôte linux (ou le contraire).


          • foufouille foufouille 26 août 2011 14:10

            pour ton imprimante, il suffit d’essayer un modele proche
            le scanner est peut etre compatible twain, va falloir chercher un peu


          • Robert Biloute Robert Biloute 26 août 2011 14:59

            @Ganesha

            ubuntu est déjà compatible ARM

          • Defrance Defrance 26 août 2011 22:02

            Le gouvernement francais est sous linux !

             Personne n’est obligé de changer le code et cela peut être géré par un administrateur si il y a nécessité ?
             


          • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 26 août 2011 23:42

            Marc Gélone, la pétaudière c’est ton pote Sarkozy qui l’alimente.


          • kypd 26 août 2011 12:13

            L’article est très approximatif sur les notions qui animent l’univers de Linux et du projet GNU

            Déjà Linux n’est pas à la base de l’idée de l’open source, open source ça veut dire que le programme est « ouvert » et que ses plans peuvent être consultés, mais ça n’implique pas la liberté de le consulter, de l’utiliser, de le modifier ou de le redistribuer, qui sont les libertés fondamentales du logiciel LIBRE initié par Richard Stallman avec le projet GNU et sa licence GPL (et autres dérivés, vu que la licence elle même est libre !)

            En exemple de logiciel Open Source il y a OSF Tru64 édité par DEC repris par HP/Compaq, un vieux système UNIX complètement propriétaire, mais dont les sources sont consultables en acquérant la licence d’utilisation (payante), cela permet aux entreprises, en général cliente de ce type de système, d’adapter le produit à leurs besoins par contrat.

            Ensuite Linux est un noyau, la clé de voute d’un système d’exploitation qui permet de piloter les ressources matérielles, mais sans l’environnement logiciel du projet GNU qui va avec ce noyau le système n’est qu’une fenêtre opaque ! Il convient donc de parler de système GNU/Linux qui peut être opposé à des systèmes de type GNU/Hurd ou GNU/BSD où l’ont utilisera un autre type de noyau.

            Donc appliquer les principes de l’open source à la société ça ne signifie pas grand chose, il faut bien insister sur la composante « Libre » des logiciels sous Licence GPL et la principale contrainte de cette licence concernant la redistribution sous licence identique de tout travaux dérivés ! On peut aussi réfléchir à la multiplicité des licences dites « libres » et de leur degré de liberté.

            Le meilleur contre exemple à la liberté de GNU/Linux, qui me vient à l’esprit, c’est le projet BSD (Berkeley Software Distribution) qui est issu d’un projet universitaire d’implémentation propriétaire d’UNIX AT&T qui a fini par être libéré en remplaçant les composants sous licence propriétaire, par du code sous licence Libre. Cette licence à la principale particularité de ne pas imposer la redistribution des travaux dérivé sous licence identique, de ce fait d’énormes pans du projet BSD se retrouve dans le système MacOSX avec une licence propriétaire, et bien tarifé ! (sans aucune forme de compensation pour la communauté BSD)

            Déjà avant d’appliquer l’idéal de « Linux » à la société il faut faire la part entre les licences Libres comme BSD qui permettent tout et n’importe quoi, et les licences Libres virales comme la GPL qui encadre la distribution des travaux dérivés (par exemple la composante virale de la GPL interdit de distribuer des travaux dérivés avec une partie de code propriétaire, ce code sera incompatible avec la licence, alors que dans le cas de BSD on peut modifier la licence de redistribution pour adopter même une licence propriétaire compatible avec les greffons ajoutés.) et surtout s’intéresser aux communautés de développeurs qui entretiennent souvent des rapports hiérarchiques bien loin de l’anarchie démocratique décrite et dont l’unique échappatoire à l’autorité est la division.

            Beaucoup de projets Libres se sont scindés (ce qu’on appel un « fork » dans le jargon) suite à des divergences sur les évolutions à adopter, j’imagine mal la société se communautariser, ou se diviser en tribus, dès que des points de désaccords surgissent...

            Je n’aborde même pas les cas de modifications malveillantes des concurrents qui peuvent également participer aux développements (Microsoft, Apple, IBM, Novell, et autres apportent beaucoup de modifications au noyau Linux, à réfléchir !) ou encore des communautés sabotées lorsqu’un produit Libre fait trop d’ombre à un produit propriétaire (un peu comme en politique, on envoie un mec de l’UMP dans les rangs du PS qui dira l’inverse du reste du groupe pour casser l’unanimité d’un discours) mais ce sont des travers à prendre en compte !


            • pingveno 26 août 2011 14:00

              En exemple de logiciel Open Source il y a OSF Tru64 [...] dont les sources sont consultables en acquérant la licence d’utilisation (payante),

              Euh, excuse-moi mais je ne crois pas qu’une licence permettant d’acquérir les sources uniquement de façon payante soit approuvée par l’OSI...

              Cette licence à la principale particularité de ne pas imposer la redistribution des travaux dérivé sous licence identique, de ce fait d’énormes pans du projet BSD se retrouve dans le système MacOSX avec une licence propriétaire, et bien tarifé !

              Personnellement ça ne me choque pas. S’il n’y avait pas eu BSD, MacOsX aurait existé quand même, aurait été commercial quand même, mais n’aurait peut-être pas été aussi Unix-like qu’il l’est actuellement. Alors dans certains cas, mieux vaut une licence BSD.
              De même, sans la licence MIT (similaire à la BSD) un projet comme XFree aurait rapidement stagné car beaucoup de constructeurs de cartes graphiques n’auraient jamais accepté de développer un driver sous GPL. Mieux valait donc qu’on accepte un mélange propriétaire-libre plutôt que de jouer les puristes et de se retrouver avec un système compatible avec seulement 0,1 % du marché.
              Lis donc ce qu’écrit RMS à propos du choix entre GPL et L-GPL pour une librairie, tu verras que la situation n’est pas aussi simple.


            • kypd 26 août 2011 14:52

              Je crois que tu confond OSI et OSF... OSF est un conglomérat d’industriels qui mettent en commun leurs ressources pour pondre des implémentations UNIX depuis 1984...

              Open Source ça n’a rien a voir avec le Logiciel Libre ! Les Logiciels Libres pour exercer leur liberté doivent être open-source, un logiciel dont les sources sont disponibles peut fortement restreindre les libertés de l’utilisateur par licence ! (par Contrat donc, comme les films que vous voyez au cinéma, disponibles sous vos yeux, pourtant vous n’avez aucun droit dessus !)

              Et je n’ai pas émis de jugement de valeur sur l’intégration de morceau de BSD dans MacOSX, j’ai juste utiliser cet exemple pour différencier une licence GNU/GPL pas si libre comparé aux licence Apache, BSD, MIT, et j’ai bien mis en évidence le problème d’intégrer du propriétaire dans une environnement GPL, qui ne se pose pas avec BSD.

              Quant à écouter ce que raconte RMS (Richard Stallman) t’inquiète pas que je n’essaye pas de positionner le débat au niveau des licences pour rien, par ce que justement déjà confondre Open source et Libre est grave, mais de plus les contraintes de certaines licences libres (en particulier la GPL avec sa viralité) mettent à mal la philosophie du logiciel libre en obligeant les utilisateurs à rendre les modifications qu’ils font à la communauté, là ou les licences BSD/MIT sont beaucoup plus libre en permettant aux industriels d’embarquer les logiciels sans aucune forme de contrepartie (ce qui correspond beaucoup plus à la philosophie de la connaissance universelle, que la GPL qui exclu d’office ceux qui ne veulent pas participer à la communauté !)


            • pingveno 26 août 2011 17:43

              OSI = Open Source Initiative (autant pour moi j’aurais dû préciser parce que c’est vrai qu’il y a d’autres organismes avec le même sigle mais d’autres mots derrière les lettres)
              Dans leur définition de l’Open Source je lis :
              "there must be a well-publicized means of obtaining the source code for no more than a reasonable reproduction cost preferably, downloading via the Internet without charge"
              Donc un code source disponible uniquement avec une licence payante (le prix n’étant pas seulement celui du support physique) ne serait pas conforme à cette définition.

              OSF = Open Software Fondation = fondation pour les logiciels ouverts (et non pas pour l’open source !!!). L’ouverture concerne principalement les protocoles (on peut créer plusieurs implémentations compatibles entre elles). Mais au sens strict ces logiciels ne sont pas open source !

              Pour le reste, ce que je voulais dire, c’était que parfois la GPL peut s’avérer trop contraignante même pour un adepte du libre pur et dur. Des projets comme Apache ou BSD ne l’utilisent pas, mais avant de s’étonner que leur code ait été repris dans des logiciels propriétaires, ne pas oublier que ces logiciels sont eux-mêmes issus d’un mélange de code sous diverses licences (Apache = A patchy server, historiquement) alors que Linux est un travail ex-nihilo (tout a été réécrit) c’est toute la différence !


            • pingveno 26 août 2011 17:52

              Pardon, je voulais dire : même RMS ne conteste pas que sa GPL peut poser des problèmes. Ce n’est pas pour rien qu’il a ensuite proposé la L-GPL tout en sachant que le L ne signifie pas librairie, dans certains cas une librairie c’est mieux en GPL (ce qui de facto oblige aussi ceux qui l’incluent dans leur code à l’utiliser), parfois mieux vaut être plus souple (d’où L-GPL) sous peine de rendre la librairie quasi-inutilisable (dans des projets mixant du code sous plein de licences diverses)


            • JP 26 août 2011 12:47

              D’accord d’autant que si Tux devenait le symbole de la présidence de la République, bien qu’il soit de la même taille que sarkozi, il aurait quand même bien plus d’allure.


              • potatoes potatoes 26 août 2011 17:32

                même sans talonnettes !


              • luluberlu luluberlu 26 août 2011 13:00

                Oui oui, linux j’y vais en prenant qq heures de cours, pour me familiariser à ce nouvel environnement informatique. L’ extension de l’Open source dans l’environnement de sapiens, oups, ,, qq générations seront nécéssaires, en commençant maintenant, là de suite.....nos petits n’en sont pas capables..même si il fut une époque, trés longue pour sa courte histoire,durant laquelle sapiens ne connaissait pas autre chose que l’open source.


                • Le Yeti Le Yeti 26 août 2011 13:08

                  Linux est un Unix tout comme MacOS mais version ouverte.

                  Il y a quelques années, face aux prémices de la monté en puissance de Linux, MiniMou en avait dénoncé l’amateurisme en rappellent que eux employaient 300 développeurs rien que pour Windobe (oubliant de préciser : toutes versions confondues ...)
                  Ce à quoi la communauté Linux répondit qu’elle comprenait en moyenne 10 000 programmeurs actifs ...
                  Microsoft oublie aussi de dire qu’il emploie plus d’avocats que de développeurs !

                  « - Combien faut-il de développeur chez Krosoft pour faire un programme ?
                  - Plus ! »

                  Un ami à moi ayant une (bonne) bécane tournant sous Linux, dû se résoudre à utiliser un émulateur Windows pour faire tourner un logiciel particulier (typé pro). Bien sûr il ne s’attendait pas à des prouesses mais juste à ce qu’au moins ça fonctionne. Ô surprise, son programme Windows tournait mieux sur Linux via émulateur que directement sur Windows (même machine) !!!
                  Ceci-dit, ce n’est pas une généralité.
                  Mais le fait est qu’en terme de performance, de stabilité et de fiabilité il y a des questions à se poser.

                  D’ailleurs les serveurs et les PME ont massivement adopté Linux.


                  • jordanne jordanne 26 août 2011 16:22
                    • Linux est un Unix ! 


                    « GNU is not Unix and Linux is not Unix...Unix and Linux share architecture to a point, but they are very different creatures, fundamentally different in their design and development.
                    Unix was a serious effort, the outgrowth from only a few prior prototypes, intended from the start to be a commercial grade operating system ;
                    Linux began as a toy ofinterest to only a handful of friends and has grown to the present 1.6 million lines of code entirely incrementally, and almost exclusively in the maintenance phase of its development. »
                     http://kernelbook.sourceforge.net/pdf/ch-intro.pdf.

                    Relisez et ne confondez pas vous fâcheriez quelques personnes !
                    Merci.


                  • Le Yeti Le Yeti 26 août 2011 19:50

                    De même que PC signifie Personnal Computer donc les Macs sont des PCs ...


                  • titi 27 août 2011 00:40

                    « D’ailleurs les serveurs et les PME ont massivement adopté Linux. »

                    Les PME ? C’est mon terrain de jeux.
                    Je suis bien désolé, mais à part pour le Web, du Linux j’en vois jamais.

                    Une fois dans une PME (taille européenne). Ils avaient acheté une photothèque sous Linux... c’est encore aujourd’hu sujet de plaisanterie.

                    En fait.. le problème des « pro Linux » c’est de ne pas comprendre que l’OS, on s’en fout.
                    Ce qu’on veut c’est brancher n’importe quelle imprimante, n’importe quel appareil photo, n’importe quel téléphone sur la machine et que, magie, tout communique.
                    Or cela ce n’est pas Linux...


                  • Don Touchmyjunk 27 août 2011 01:48

                    @titi

                    « En fait.. le problème des »pro Linux" c’est de ne pas comprendre que l’OS, on s’en fout.
                    Ce qu’on veut c’est brancher n’importe quelle imprimante, n’importe quel appareil photo, n’importe quel téléphone sur la machine et que, magie, tout communique.
                    Or cela ce n’est pas Linux..."

                    C’est mignon tout plein, mais la magie n’existe pas, justement. C’est ce qu’essaie de faire croire Microsoft à ceux qui aiment qu’on leur fasse des promesses et qui sont d’accord de payer 100boules par poste tout les 2ans.

                    Et puis c’est vrai au fond que l’OS, on s’en fout, ce n’est pas le but en soi. Mais autant aller jusqu’au bout du raisonnement et dire que les accessoires (imprimantes, appareils photo, etc) ont s’en fout aussi, car ce ne sont que des outils et que si certains ne vont pas avec mon OS, d’autres vont très bien et remplissent la même fonction.

                    PS : cela dit, niveau appareils photo, c’est toujours 100% compatible linux comme tout ce qui est stockage de masse.


                  • johnsmith johnsmith 27 août 2011 02:49

                    Ouais, enfin faut pas abuser... Pour que ça tourne mieux sur une machine virtuelle, ou par émulation, faut que la bécane de comparaison tournant sous windows soit bien vérolée ou chargée de conneries...

                    Les programmes pour windows, ca marche quand même mieux sous windows.
                    On peut s’approcher des perfs optimales en optimisant/bidouillant à mort une machine virtuelle, mais ça reste forcément en dessous.
                    Et on ne parle que des applis standard, hein, les jeux, c’est mort, . Notons également qu’une bonne partie des logiciels pro savent éventuellement exploiter le matériel (puce graphique, par ex), service ce que les pilotes de machines virtuelles ne peuvent pas vraiment fournir. (enfin, ça avance, mais c’est pas encore « ça » ^^)

                    Mais on est d’accord, linux sai mieux :o

                  • titi 27 août 2011 11:09

                    « bout du raisonnement et dire que les accessoires (imprimantes, appareils photo, etc) ont s’en fout aussi, car »

                    C’est clair qu’on s’en fout.

                    Mois ce que je veux c’est que mon document sorte sur papier. Si un jour il n’y a pas besoin d’imprimante tant mieux !!!


                  • dionysos 26 août 2011 13:44

                    bonjour
                    merci à l’auteur pour cet article.
                    je vais precher pour ma paroisse.
                    Vous voulez découvrir, essayer, installer linux sur votre machine, mais vous avez peur de vous lancer tout seul.

                    contactez le G.U.L. ( groupe d’utilisateurs linux) de votre coin.
                    pour ma part, je suis le président d’Avignu, le GUL des pays du Vaucluse, basé à Avignon.
                    N’hesitez pas à nous contacter, reunion tous les jeudis soir à Avignon.
                    mon mel perso dionysos.84atlaposte.net
                    Linux ça roxxe !


                      • Ruut Ruut 26 août 2011 14:07

                        Le gros défaut de Linux, c’est la problématique des pilotes et la portabilité des logiciels sur cet OS.
                        Il reste un OS de bidouilleur qui ont du temps a perdre.


                        • foufouille foufouille 26 août 2011 14:15

                          un boot cd recent reconnait pratiquement tout le materiel
                          quand c’est pas le cas ca vient du constructeur
                          pareil pour les logiciels, vu que le fabricant ne tient pas a voir ses bugs corriges


                        • Le Yeti Le Yeti 26 août 2011 14:48

                          « Le gros défaut de Linux, c’est la problématique des pilotes et la portabilité des logiciels sur cet OS. Il reste un OS de bidouilleur qui ont du temps a perdre. »

                          Pertinent mais obsolète !
                          Par flemme, un pote à utilisé pendant 3 semaines un eepc avec un disque dur quasi vierge et un Live Linux sur clef USB ...

                          Il ne faut pas oublier que ce n’est jamais l’outil qui travaille mais la personne qui le manie.
                          Aucun OS ne sait lire dans les pensées et tous demandent donc un minimum de prise en main. (Cf la scène hilarante de Star Trek 4 « Retour sur Terre » où l’ingénieur Scotty dit à la souris d’un MacIntosh des années 80 : "Ordinateur ... Ordinateur, répond !")
                          Linux est un outils digne de ce nom.
                          Pour ceux qui préfèrent déléguer cette prise en main (et par conséquent les possibilités d’en faire tout ce que l’on veut, comme on le veut le veut) à leur carte bleue, il y les autre OS.


                        • Abou Antoun Abou Antoun 26 août 2011 14:14

                          Linux est un cheval de course, un vrai ’pur-sang’.
                          Quand je suis, bien malgré moi, obligé de travailler sur un système ’Windaube’ c’est un vrai supplice !
                          Passer son temps à regarder tourner ce gif circulaire qui remplace le sablier, à vous donner le tournis.
                          Que fait windows, on n’en sait rien !, mais c’est bon d’avoir une tasse de café et une BD à lire en même temps pour ne pas péter les plombs.
                          Il met un temps fou à se lancer et au moins autant à se refermer.
                          Et puis faites l’expérience, tout système windows avec le temps devient de plus en plus lent, jusqu’à nécessiter une complète réinstallation, même une défragmentation est insuffisante.
                          En un mot, Windows est une m...
                          Du point de vue ergonomique, sa logique même est incompréhensible, autant une interface graphique comme Gnome est évidente et peut être maîtrisée en deux heures par un débutant autant on se perd dans le dédale des menus de « l’explorateur ». Windows n’était-il pas le seul logiciel nécessitant d’appuyer sur le bouton ’Démarrer’ pour l’arrêter ?
                          Question installation de périfs c’est la même chose, les imprimantes EPSON et HP sont détectées, reconnues et installées immédiatement ; sous windows l’installation d’une interface avec une HP peut prendre 45 minutes (expérience vécue). Il en va de même de tous les périfs USB (clés flash, DD externe, adaptateur bluetooth, etc...).
                          Mon téléphone mobile Nokia a communiqué instantanément avec mon PC Linux, on ne peut en dire autant des PC windows qui nécessitent l’installation de programmes spéciaux.
                          Linuxien convaincu j’encourage tous les hésitants à franchir le pas.


                          • Le Yeti Le Yeti 26 août 2011 14:56

                            Bill Gates arrive au paradis ... (Allez comprendre pourquoi !) Dieu, accompagné de St Pierre, l’accueil en personne et le conduit dans une pièce somptueuse ou trône un super PC « UltraPentium » à quarante-douze cœurs et le futur Windows NextGen ...
                            « Tiens Bill, c’est a toi. Pour ta contribution à l’humanité. » Billou est aux anges, c’est le cas de le dire.
                            Alors qu’ils ressortent de la pièce où ils ont laissé Bill, St pierre, un peu perplexe, demande à Dieu si tant de générosité est vraiment méritée. Dieu souris, ouvre la main et montre à St Pierre les touches CTRL-ALT-SUPP ...

                             smiley


                          • Triodus Triodus 26 août 2011 15:11

                            Yep !

                            J’ai fait la connaissance de Linux il y a quelquea années de celà avec un CD bootable Knoppix que j’avais utilisé pour aller lire et backuper des fichiers d’une partition NTFS rendue illisible par windows suite à une vautrée dont lui seul a le secret. - incapable de relire ça propre me..de, c’est grave ! -

                            Puis il y eut une deuxième viandée de windows sur un autre PC et là, ça été la RAGE : tout formaté, tout passé sur Ubuntu.

                            Depuis, je n’ai plus à faire l’IT quand je rentre à la maison le soir..

                            Et si on aime ça, pour développer, il y a des outils clés en main (eclipse, monodevelop, netbeans) qui permettent de s’y mettre très vite.

                            Un autre monde, vraiment. 


                          • Martin D 26 août 2011 14:53

                            j’utilise GNU\Linux depuis noël 2009.
                            j’ai pété un câble à noël 2009 : j’en pouvais plus de voir mon écran gelé malgré un formatage et une reinstall de XP.
                            j’ai du me résoudre à installer UBUNTU.
                            el là, il a détecté que j’avais des clusters défectueux : et malgré ça, plus aucun plantage !

                            depuis, j’ai essayé plusieurs versions sous gnome ou sous kde, et finalement, je suis revenu à ubuntu.

                            je ne connais pas une seule ligne de commande et mon linux fonctionne parfaitement bien sur une vielle bécanne qui à 6 ans d’âge !!!

                            passez à UBUNTU, vous ne le regretterez pas !


                            • Abou Antoun Abou Antoun 26 août 2011 15:05

                              Parfaitement exact, linux redonne une seconde jeunesse à des tas de PC dépassés par la gourmandise des systèmes windows.


                            • Triodus Triodus 26 août 2011 15:13

                              Oui, c’est un peu comme passer des roues carrées aux roues circulaires, ça marche mieux, même sur une très vielle 4L smiley


                            • rikoder rikoder 26 août 2011 15:18
                              « Linux est stable »

                              ==> les servers linux sont stables mais PAS les Window Manager ( ou desktop)<==

                              voila c’est corrige. 

                              Quant au desktop, eh bien pour les /.ers qui se reconnaitront, ca doit fortement rappeller l’annee du desktop linux. http://en.wikipedia.org/wiki/Desktop_Linux#Year_of_Desktop_Linux
                              Toutes les semaines y’a un type qui annonce que c’est l’annee du desktop.

                              il suffit de regarder nos leaders du desktop linux, Gnome et KDE. 

                              le desktop est victime de lui meme : il y a trop de WM pour unir toutes les platformes, et Gnome et KDE ne font que de se tirer dans les pates. Il suffit de lire la derniere polemique au sujet du panel de preference qui fait conflis entre ces 2 leaders des WM opensource.. 

                              Un autre example flagrant pour ceux qui connaissent, le fork de gnome-shell vers Unity de la part d’Ubuntu.. Une connerie monstre selon la communaute et je pense de meme.
                              Un autre encore, je mets au defi un nouvel utilisateur venant de windows de customizer son plasma workspace sous KDE-4, on va rire....

                              Plus on fork les projets plus on cree la confusion aupres du consommateur et du wannabe linuxgeek.

                              Gnome-3.0 est beau mais consomme abusivement en cpu, en idle sur mon vpcz13 Gentooise et rice on ne peut plus, j’ai 7% de consommation de gnome-shell (quad CPU i5 2.5G et carte graphique Nvidia assez bonne), 7% c’est pas mauvais, c’est malsain a ce niveau la. De meme pour KDE-4 qui avec son interface plasma complique TROP les choses.

                              Donc oui, je suis d’accord avec l’article, mais la vraie realite, c’est qu’on espere depuis l’an 2000 que l’annee du desktop sera la prochaine et en fait NON.

                              Donc je ne poserai qu’une question :

                              Pourquoi le peu de desktop/laptop sont vendu avec ubuntu SEULEMENT ?

                               Oubliez KDE en standard sur les laptop grand public, les gens ne sauront meme pas changer leur fond d’ecran... 
                              Et depuis qu’Ubuntu travaille sur son Unity pourri, il faut lire les commentaires des utilisateurs de Gnome.

                              Linux en SERVER c’est le top du top du monde car ce marche vise les PROFESSIONELS

                              Linux en DESKTOP c’est de la merde pour le grand public, et Ubuntu/Unity est un gros bid depuis presque 2 ans.
                              Perso j’utilise e17 et je suis en deca des 1% cpu en idle, ca c’est de la WM qui n’entrave pas mon travail et mes ressources !!

                              Pessimiste non, realiste oui. (et linux c’est mon metier ma passion mon pain et mon eau quotidienne)


                              • Attilax Attilax 27 août 2011 02:38

                                D’accord pour Unity que je déteste aussi, mais Gnome n’est pas si mal. Perso j’utilise toujours le 2 que je trouve très efficace et peu gourmand.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès