Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > François Jacob et la stature extérieure

François Jacob et la stature extérieure

Ancien résistant, biologiste, médecin, académicien, l’homme a eu, très tôt, la pleine consécration de la communauté scientifique pour ses recherches sur la génétique et les bactéries.

Dix jours après le professeur Robert Edwards (1925-2013), prix Nobel de Médecine 2010 et père du premier bébé éprouvette, le professeur François Jacob s’est éteint ce samedi 20 avril 2013 à 92 ans. Il fut l’un des grands chercheurs du XXe siècle qui a permis de comprendre beaucoup sur les mécanismes génétiques et dont les travaux ont eu une incidence directe sur la connaissance du cancer. Comme d’autres prix Nobel, il est devenu immortel en se faisant élire le 19 décembre 1996 à l’Académie française (ce fut aussi le cas récent du professeur Jules Hoffmann, prix Nobel de Médecine 2011, élu académicien le 1er mars 2012). François Jacob fut également un militaire et résistant courageux.


Résistant à 20 ans

François Jacob est né à Nancy le 17 juin 1920. C’est dire à quel point il venait d’avoir 20 ans lors du fameux appel du 18 juin 1940. Quarante années plus tard, il expliquait : « L’exceptionnel dans l’appel du 18 juin, c’était d’abord la rencontre de vérités simples, parce que le droit de la France se confondait avec les droits de l’homme et le patriotisme avec la liberté. C’était aussi la rébellion, l’insubordination du soldat à des ordres jugés indignes, parce que l’obéissance du Français à l’intérêt et à l’honneur du pays doit l’emporter sur l’obéissance du militaire à ses chefs. ».

Dès le 1er juillet 1940, petit-fils d’un général quatre étoiles, il s’est engagé dans la Résistance en rejoignant Londres. Sa mère venait de mourir quelques semaines avant. Comme il se destinait à devenir chirurgien (il avait déjà suivi deux ans d’études de médecine), on l’affecta au service santé et il s’occupa des blessés en Afrique du Nord (il sauva même un homme en faisant une trépanation). Il a eu cinq citations et fut considéré comme « consciencieux et calme ». Mais il faillit perdre la vie en Normandie, le 8 août 1944, lorsqu’il préféra rester près d’un soldat mourant angoissé de rester seul au lieu de se réfugier dans un fossé pour se protéger des bombes. Résultat, le jeune homme fut gravement blessé, resta longtemps hospitalisé (sept mois) et n’a pas pu entamer une carrière de chirurgien.

yartiJacobFrancois02

Maurice Schumann, la fameuse voix de la BBC "Les Français parlent aux Français" qui a reçu solennellement François Jacob à l’Académie française le 27 novembre 1997, a eu ces mots très pesés : « Dans les sentiers difficiles du monde, un être d’exception laisse toujours deux traces : celle qu’a gravée sa vie ; celle qu’a dessinée sa légende. La légende de François Jacob se ramène à cette affirmation têtue : la science est redevable de vos découvertes à la tragédie qui a failli faire de vous un "mort pour la France" parmi tant d’autres ; si cette "ardente souffrance du grand blessé" que chant Apollinaire et dont vous ne parlez qu’à vous-même n’était pas restée la compagne de votre solitude, on ne trouverait votre nom que dans les annales de la chirurgie ; en d’autres termes, votre prix Nobel serait, en quelque sorte, la conséquence de ce coup du sort qui vous a interdit d’obéir à votre vocation, la compensation surnaturelle d’une des innombrables horreurs de la guerre. ».


Médecin puis biologiste à l’Institut Pasteur

En 1947, François Jacob a soutenu sa thèse de médecine à Paris après quelques années de travaux en laboratoire. Il s’est ainsi familiarisé avec les bactéries et les antibiotiques, avec les expérimentations sur des souches. Sa thèse portait sur la tyrothricine (un antibiotique peu connu) et il expliqua cette passion soudaine pour la biologie « par nécessité intérieure et hasard extérieur » ("La Statue intérieure", 1987).

yartiJacobFrancois03


Il fut intégré à l’Institut Pasteur en 1950 au département de physiologie microbienne dirigé par André Lwoff (1902-1994) qui fut pour lui comme un père pour sa scientifique. Bien plus tard, il présida ce prestigieux établissement de 1982 à 1988. Il se tourna vers la biologie en reprenant des études, en repassant une licence. En 1954, il a soutenu à la Sorbonne sa thèse de biologie sur la lysogénie bactérienne en analysant les mutations éventuelles du génome bactérien. En 1960, il dirigea jusqu’en 1991 le service de génétique cellulaire de l’Institut Pasteur. En 1964, on lui a créé la chaire de génétique cellulaire au Collège de France qu’il inaugura le 7 mai 1965, et qu’il occupa jusqu’en 1991.

À partir de 1958, François Jacob collabora de manière très fructueuse avec Jacques Monod (1910-1976) dans l’étude expérimentale sur les échanges de gènes entre bactéries, ce qui leur permet de réaliser des actions nouvelles comme produire des protéines. C’est donc partagé avec André Lwoff et Jacques Monod que François Jacob a reçu en 1965 le prix Nobel de Médecine, à 45 ans, pour la mise en évidence du mécanisme utilisé par certains virus pour infecter des bactéries.


L’éclair et ses conséquences

L’idée de la découverte venait d’une petite lueur de génie en juillet 1958, en train de regarder un film ennuyeux au cinéma : « Et soudain, un éclair. L’éblouissement de l’évidence. Comment ne pas y avoir pensé plus tôt ? Contrairement à ce qu’on a cru trop longtemps, les gènes ne sont pas des structures intangibles, hors d’atteinte. On peut les activer ou les inhiber, les faire travailler ou les forcer au repos. ».

Les enjeux de cette recherche sont immenses. Le professeur Moeller, cancérologue suédois, lui avait tout de suite signalé ses espoirs : « Si vos découvertes n’ont pas conduit directement à des résultats pratiques, elles ont projeté une lumière entièrement nouvelle sur la formation des gènes et des cellules, donc permis d’étudier le mécanisme par lequel le cancer se déclenche. », ce qu’avait confirmé également le corécompensé Jacques Monod : « Cela ne veut pas forcément dire que nous aboutirons à une thérapeutique. Mais de quoi s’agit-il ? D’apporter une aide à la compréhension du cancer. ».

En 1966, François Jacob créa avec Jacques Monod à l’Université Paris VII et au CNRS un institut de biologie moléculaire qui prit en 1982 le nom d’Institut Jacques-Monod.


Réflexions philosophiques

La Fondation Royaumont (du nom de l’abbaye cistercienne située dans le Val d’Oise) avait accueilli dans les années 1970 entre autres François Jacob, Jacques Monod et Edgar Morin pour des réflexions sur l’anthropologie et la biologie. Jacques Monod avait alimenté le débat philosophique avec la publication de son fameux livre "Le Hasard et la nécessité" (1970) où il écrivait notamment : « L’homme sait enfin qu’il est seul dans l’immensité indifférente de l’Univers, d’où il a émergé par hasard. Non plis que son destin, son devoir n’est écrit nulle part. À lui de choisir entre le Royaume et les ténèbre. ». Les deux prix Nobel ont à l’époque beaucoup communiqué avec le grand public sur le rôle de l’ADN et de la programmation génétique qui engendre le développement des organismes vivants.

yartiJacobFrancois04


La contribution de François Jacob au débat philosophique fut essentiellement dans ses livres "Le jeu des possibles, essai sur la diversité du vivant" (1981) et "La Souris, la Mouche et l’Homme" (1997). Il a également publié une autobiographie, "La Statue intérieure" (1987), éditée par sa fille Odile Jacob.


Honneurs et reconnaissance au-delà de la communauté scientifique

Élu membre de l’Académie des sciences le 22 novembre 1976, François Jacob fut ensuite élu à l’Académie française dix ans plus tard, remerciant ses confrères d’avoir fait entrer un scientifique : « Nous sommes faits d’un étrange mélange d’acides nucléiques et de souvenirs, de rêves et de protéines, de cellules et de mots. Votre Compagnie s’intéresse avant tout aux souvenirs, aux rêves et aux mots. Vous montrez aujourd’hui que, parfois, elle ne dédaigne pas d’accueillir aussi un confrère, plus préoccupé, lui, d’acides nucléiques et de cellules. Un écrivain, un artiste peut se prévaloir d’une œuvre qui lui appartient en propre. À cette œuvre qu’il a lui-même entièrement créée, il peut donc, à bon droit, attribuer votre faveur. Il en va tout autrement d’un scientifique. Celui-ci ne fait jamais que poursuivre une entreprise née des efforts accumulés par les générations précédentes. ».

Des honneurs, François Jacob en a eu plein. Dans de nombreuses universités et académies dans le monde. Mais sans doute le plus grand honneur fut militaire, comme Compagnon de la Libération, celui d’être considéré, dans le protocole officiel, comme le seizième personnage de l’État, en tant que chancelier de l’Ordre de la Libération, du 12 octobre 2007 au 11 octobre 2011, succédant à l’ancien Premier Ministre Pierre Messmer qu’il avait reçu lui-même le 10 février 2000 à l’Académie française (Pierre Messmer a été élu à l’Académie française au fauteuil de Maurice Schumann et Simone Veil lui a succédé, élue le 20 novembre 2008).


Un combat pour favoriser la recherche

Il y a dix ans, le 7 avril 2003, François Jacob avait pris la plume pour exprimer ses inquiétudes dans une tribune du journal "Le Monde" sur la politique de la recherche : « Deux signes infaillibles sur l’état de notre recherche : diminution du nombre de brevets pris par les laboratoires français, d’où des dépenses croissantes pour l’achat de médicaments ; accroissement du nombre de jeunes chercheurs parmi les plus brillants qui s’exilent pour travailler dans des laboratoires étrangers. (…) Alors la recherche en France va continuer à décliner lentement dans l’indifférence des responsables politiques. Et, avec elle, notre potentiel de développement industriel, ou agronomique, ou militaire. Jusqu’au jour où arrivera peut-être au pouvoir une volonté politique nouvelle, décidée à remonter la pente. ».

Il existe encore beaucoup de pesanteurs dans la recherche française, mais pendant cette décennie (2003-2012), sept prix Nobel et médaille Fields (mathématiques) furent cependant attribués à neuf chercheurs français : Yves Chauvin (Chimie, 2005), Albert Fert (Physique, 2007), Luc Montagnier et François Barré-Sinoussi (Médecine, 2008), Jean-Marie Le Clézio (Littérature, 2008), Cédric Villani et Ngo Bao Chau (médaille Fields, 2010), Jules Hoffmann (Médecine, 2011) et Serge Haroche (Physique, 2012).


L’hommage de la République

François Jacob fait partie, dans le patrimoine intellectuel de la France, des grands penseurs de l’après-guerre, comme par exemple Paul Ricœur, Edgar Morin (91 ans), Germaine Tillion, Jacqueline de Romilly, Maurice Allais, Evry Schatzman, Claude Lévi-Strauss etc.

Le Président de la République François Hollande lui rendra hommage avec les honneurs militaires dans la cour d’honneur des Invalides à Paris le mercredi 24 avril 2013 à 11h30, avant son inhumation dans l’intimité familiale.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (23 avril 2013)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Discours de réception de François Jacob à l’Académie française (20 novembre 1997).
Robert Edwards.
Luc Montagnier.
Edgar Morin.
Réflexion sur les prix Nobel.

yartiJacobFrancois05 


 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.9/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 23 avril 2013 13:52

    Un grand bonhomme !
    La lecture de La logique du vivant a été, avec celle de J.Monod, le début de mon intérêt pour la biologie.


    • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 avril 2013 18:08

      Merci pour cet article Sylvain . 


      Un grand bonhomme est parti .

      • Rolly 24 avril 2013 08:06

        Tout cela ne nous dit pas s’il avait le gène... de la découverte du gène, par exemple, pour reprendre un paradoxe de mon ami Jacques Jaffelin (http://sociosomatique.com). Paix à son âme tout de même. Chapeau en tout cas pour les actions de Résistance.


        • volpa volpa 28 avril 2013 15:54

          Et le docteur André GERNEZ, qui en parle ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès