Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Free se lance dans la fibre optique, scénario pour une vente programmée (...)

Free se lance dans la fibre optique, scénario pour une vente programmée ?

Le groupe Iliad, maison mère de Free vient d’annoncer aujourd’hui un investissement de plus d’un milliard d’euros jusqu’en 2012 pour déployer de la fibre optique dans les grandes villes de France.

Cela fait plusieurs mois que j’annonce, comme beaucoup, que l’évolution des FAI passe par la fibre optique et qu’il y aura deux scénarios possibles, les gros industriels qui déploieront leur réseaux et le loueront pour le rentabiliser, et les autres, qui achèteront de la bande passante et que les facteurs de différenciation feront disparaître peu à peu.

Il était donc logique que le challenger de France Telecom réagisse en cette rentrée. Quoi qu’il en soit, le parcours est périlleux. Si je reconnais sans réserve le talent de Xavier Niel, et de ses équipes qui ont su monter cette entreprise et en faire le n° 2 français, nous atteignons aujourd’hui les limites de la démarche.

Analyse

Le groupe annonce un investissement d’un milliard d’euros, ce qui est très insuffisant au déploiement de la fibre pour atteindre une taille critique auprès des abonnés français. Iliad envisage d’ailleurs de ne raccorder que 4 millions de prises. Si, dans un premier temps, cela permet de raccorder les foyers dans les grandes ville et de concurrencer France Telecom, qui aura certainement la même démarche pour des raisons de rentabilité, cela ne permettra pas de mailler le territoire ni d’atteindre un nombre d’abonnés suffisant pour déployer les nouveaux services et contenus que permet le très haut débit. En effet, dans la course aux programmes audiovisuels et également aux services de VOD et autres sites collaboratifs, la taille du parc d’abonnés est essentielle. Pour déployer de la fibre sur « tout » le territoire, il faudrait à Free entre 3 et 4 milliards d’euros, bien hors de portée. Surtout que dans le même temps, il va lui falloir déployer un réseau Wimax sous peine de perdre sa licence avec un Etat français qui interdit le handover et donc de facto de proposer des services de téléphonie mobile sur Wimax capables de concurrencer la 3G et de générer de nouveaux profits...

Cette stratégie est d’autant plus délicate que le cours de Bourse ne peut que pâtir de ces investissements qui dégageront moins de dividendes pour les actionnaires. Le cours a chuté de presque 20% après l’annonce, avant de se reprendre sur une chute limitée de 9%.

Cela laissera moins de ressources pour se développer. J’avais d’ailleurs averti une entreprise d’analyses financières sur un scénario de baisse de la valeur au cours du dernier trimestre dès début juillet, pour ces raisons.

Dans un premier temps, Xavier Niel pourrait choisir de mettre sur le marché environ 20% de l’entreprise, ce qui lui laisserait encore la majorité avec le management et lui permettrait de récupérer entre 500 et 600 millions d’euros supplémentaires au cours actuel. Au passage, la baisse de plus de 9% aujourd’hui représente 300 millions d’euros, soit le montant d’investissement de deux ans en fibres optiques...

L’option de vente

Xavier Niel n’en est pas à sa première cession d’entreprise, mais il a encore le temps de rendre la mariée encore plus belle. Avec cette annonce, je prévois une cession en 2008.

Pourquoi ?

Tous les déploiements de fibre optique et les services associés ne seront pas opérationnels avant fin 2007 (sauf mini-expérimentation locale) et le marché de masse restera ADSL jusque-là. Dans le même temps, les droits audiovisuels sont majoritairement détenus par Canal + jusqu’à cette date et donc la bataille ne commencera qu’en 2008. A ce moment-là, les chaînes de télévision et les réseaux de diffusion Internet vont se battre pour acheter des programmes, afin d’enrichir leurs offres. Les grands opérateurs internationaux comme FT ou Deutsche télécom vont surenchérir et ne laisseront pas la place à Free, surtout si son déploiement est partiel. Il convient d’ajouter les grandes plates-formes de diffusion transnationales comma Itune, Amazon ou les sites des producteurs en direct comme Fox Atomic, etc. Cette concurrence va affaiblir la position des FAI dans la VOD et mécaniquement baisser leurs revenus par abonné. La course à la taille critique n’en sera que renfoncée. Et donc un réseau avec plusieurs millions d’abonnés et un déploiement même partiel en fibre pourrait intéresser un acteur international désireux de prolonger une stratégie européenne. L’offre, même à 3 ou 4 milliards d’euros, pourrait intéresser Deutsche Telecom, Telecom Italia ou d’autres. L’option de fusion avec Neuf Cegetel donnerait même à Xavier Niel une excellente porte de sortie, le laissant comme l’un des principaux actionnaires d’un ensemble réellement capable de concurrencer France Telecom avec la seule, mais pour combien de temps, licence Wimax nationale. Compte tenu de l’annonce d’une offre de location de son réseau qui s’inscrit dans la démarche de Neuf, cela aurait du sens.

Bravo donc aux équipes de Free qui savent manier la stratégie brillamment, et attendons la suite pour voir si ce scénario est validé.

Articles en relation :

BSkyB va concurrencer les FAI, est-ce l’amorce du changement en profondeur du marché de l’accès à Internet et de la reprise en main par les acteurs médias ?

Free MVNO ? Les raisons d’un revirement

Le Wimax va-t-il faire exploser l’équilibre entre les opérateurs mobiles et les FAI ?

FAI en Europe la concentration continue.

Deux services Wimax lancés au Canada préfigurent-ils l’offre de Free ?

Compte rendu de la conférence « FAI : maturité des accès, enjeux des services »

Free et Bouygues Telecom quelles perspectives dans l’évolution de la chaîne de valeur Internet

Combien de FAI et d’acteurs Internet restera-t-il dans 10 ans ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.49/5   (78 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • petitlouis (---.---.178.69) 12 septembre 2006 11:49

    je suis mort de rire a la lecture de votre « article » heureusement que les analystes financiers ne resonnent pas comme vous...franchement abstenez vous de parler sur ce sujet


    • Christian Jegourel Christian Jegourel 12 septembre 2006 12:04

      Monsieur Chatel j’aimerais connaître les raisons détaillées de votre hilarité. Pouvez vous étayer votre argumentation ?


    • -noID- (---.---.80.97) 12 septembre 2006 13:42

      Bonjour petitlouis,

      Il conviendrait comme dans toute espace de discussion que vous avanciez les CAUSES de votre hilarité...

      Nous aimons beaucoup rire dans l’Agora, cependant je dois vous avouer que les sophistes nous laissent de marbre.

      Au vu du blog de Mr Jegourel, dont je recommande vivement la lecture a tout plébeien portant de l’interêt aux NTIC, j’espere que vous disposez de bases argumentaires solides...

      Dans le cas contraire : STFU !!!


    • le blog de groupe Reflect (---.---.64.23) 12 septembre 2006 12:05

      En janvier dernier, je titrais un papier L’après ADSL a (enfin) commencé pour annoncer l’entrée imminente de la fibre dans le débat sur le haut-débit, non pas en terme d’expérimentation mais bien de marché. Terminé les expérimentations, bienvenu au business...


      • (---.---.16.25) 12 septembre 2006 12:43

        Pour compléter l’analyse, il faut ajouter que le passage à la fibre optique dans les grandes villes permettra à Free de ne plus payer de dégroupage à FT, principale dépense de Free actuellement.

        Par ailleurs, ils ont estimé qu’en maintenant la part de Free à 15% des utilisateurs, le projet serait rentable en 6 ans. Si le débit proposé est de l’ordre de 50 Mbps, il y a de fortes chances que de nouveaux utilisateurs viendront (cela permettrait la diffusion d’un flux full HD et d’un flux HD en parallèle). C’est surement le pari de la direction de Free.

        On se rappelera, en outre, que même Free avec son débit actuel ne peut proposer du Full HD (22 Mbps IP minimum, alors que Free ne propose que 20 Mbps IP/24 Mbps ATM).

        Pour mémoire, lorsque Free a lancé son offre ADSL, nombre d’analystes ont pronostiqué la chute de Free, puis lorsque les résultats ont été présenté, ont estimé que la vente de Free était programmé dans les 2 ans. Free n’a toujours pas été vendu, et est rentable.

        Pour la VOD, Free n’a pas montré, jusqu’à présent, de volonté de fusionner contenant et contenu, mais développe son modèle de « canal de diffusion ».

        Quand à la location du réseau, c’est une manière de financer son réseau optique sur le dos de ses concurrents, de forcer FT à ouvrir son réseau optique (FT veut un droit d’exclusivité le temps de rentabiliser l’investissement), et ausi de décourager d’autres concurrents de se lancer dans la création d’un réseau optique (vu les sommes en jeu, on imagine mal trois concurrents se lancer dans la construction d’un réseau optique).


        • Christian Jegourel Christian Jegourel 12 septembre 2006 13:34

          Je partage largement votre avis sur la nécessité de louer son réseau et je prépare d’ailleurs un article sur ce sujet incluant les opérateurs mobiles sur la recomposition de la chaîne de valeur entre l’infrastructure et les services. La problématique pour Free comme pour les autres c’est cette recomposition. D’un côté un modèle économique basé sur les services multi supports avec des programmes audiovisuels, des services de messagerie divers, etc... sur tout type de terminaux sans rupture de services et de l’autre les réseaux physiques fixe et mobile. Il faut que les services transcendent ces infrastructures et cela ne peut se faire qu’avec une scission entre les services et les infrastructures. Par ailleurs je ne pronostique pas la chute de Free, bien au contraire. Je signale que l’évolution de l’écosystème dans lequel évolue le FAI va se consolider et qu’il sera nécessaire de faire évoluer le modèle avec un ticket d’entrée plus élevé.


        • (---.---.162.15) 12 septembre 2006 16:17

          Un « ticket d’entrée plus élevé », hé oui, c’est sûrement ce qui déçoit la bourse et tous ceux qui avaient pronostiqué que la fibre optique amènerait à augmenter les 30 euros actuels. France-Télécom avait même parié sur 70 euros.

          Contrairement à ce que beaucoup avaient pronostiqué, Free garde donc sa même stratégie de coût bas pour les utilisateurs. C’est cette statégie qui lui a amené des clients et qui l’a fait avancer.

          Il y un point dont vous ne parlez pas du tout dans votre article et qui est pourtant très révélateur. C’est le « service optique universel » que proposera Free. Cela montre le « doigté » avec lequel Xavier Niel gère sa barque. Pour le coût d’une caution de freebox inférieur à 100 euros, ce service permettra d’avoir gratuitement le téléphone (en réception et, pour les services sociaux seuls, en appel), l’internet bas débit et la réception de la TNT. Cet argument incitera les syndicats de copropriétaires à cabler tout leur immeuble.

          C’est Xavier Niel lui-même qui s’engage dans la fondation qui gèrera ce service. Un tel engagement n’est-il pas étonnant ? Ne montre-t-il pas que Xavier Niel a entrepris une stratégie à long terme qui écarte toutes les hypothèses de rachat ou de fusion (minoritaire) ?

          Am.


        • Christian Jegourel Christian Jegourel 12 septembre 2006 16:23

          Je ne pense pas que l’engagement de Xavier Niel soit lié à la stratégie de Free. Je pense que Niel comme beaucoup d’hommes qui ont fait fortune en une génération éprouve le besoin, et c’est très bien, d’oeuvrer dans actions « sociales ». Pour mémoire Niel « pèse » 2 milliards d’euros, cela laisse latitude. Bill Gates a fait de même, on peut citer Warren Buffet et bien d’autres. Xavier Niel semble très avisé et si le marché lui impose un rapprochement il saisiera certainement l’opportunité d’une nouvelle aventure. Mais il a encore deux ans pour se décider...


        • Wiki Multipla (---.---.87.244) 12 septembre 2006 17:48

          « On se rappelera, en outre, que même Free avec son débit actuel ne peut proposer du Full HD (22 Mbps IP minimum, alors que Free ne propose que 20 Mbps IP/24 Mbps ATM). »

          Vous confondez débit et résolution. Free sait faire du Full HD, simplement en utilisant un autre algorithme de compression moins débivore que le traditionnel MPEG2. Bah oui, ils maîtrisent toute la chaîne, encodage de la source comprise.


        • (---.---.16.25) 13 septembre 2006 12:41

          Puisque je confonds les deux, apportons quelques précisions.

          Le Full HD a une résolution de 1920x1080. Il est non entrelacé. On parle de 1080p (progressif). Le débit en mode non compressé est de 150 Mo/s en 25 im/s, 180 en 30 im/s pour l’image (il faut ajouter le son).

          Pour supporter la « Haute définition » le Mpeg 2 nécessite 25 Mbits/secondes. A ce débit, la vidéo est transmise en 1080 entrelacé ou en 720 non entrelacé (on est alors en HDTV). On est loin du Full HD.

          Maintenant la Freebox décode le Mpeg2, mais pas le Mpeg 4. Donc la Freebox ne peut deja pas proposer du 1080i.

          Si on baisse le débit, on augmente la quantité d’artefacts sur l’image (dégradation visuelle). L’image ne pourra alors pas être qualifié de Full HD, même si l’on atteint le 1080 non entrelacé en résolution, parce que la qualité ne sera pas au rendez vous.

          Maintenant, les videos de démo du HD-DVD en Full HD qui sont d’une qualité nettement supérieures montrent des débits.... intéressants.

          Pour le codec de Microsoft, le full HD en VC-1 pour obtenir cette qualité nécessite ... 20 Mbps (source Microsoft). La compressibilité de la vidéo en VC-1 est comparable au H264.

          Au passage, avec un Athlon 2500+, la vidéo est dure à lire. La freebox embarque quoi comme puce de décompression ?

          Alors selon vous comment Free peut il diffuser du Full HD sur son réseau ?


        • sxpert (---.---.31.53) 12 septembre 2006 18:21

          C’est bien connu, les investisseurs institutionnels ne regardent l’économie que par le petit bout de la lorgnette. Si l’inverstissement n’a pas rapporté ses 4% en 3 mois, poof, faut vendre. Si les dirigeants de la société font des plans d’investissement lourd, faut vendre, vu qu’il n’y aura plus de dividendes a toucher.

          Les fonds d’investissement en question sont essentiellement des fonds de pension, qui utilisent les dividendes pour payer les retraites des riches ex-patrons qui en sont membres.

          L’économie fonctionne par cycles, de plus ou moins longue durée. les sociétés qui font des plans a court terme, disparaissent rapidement. les sociétés qui au contraire, investissent lourdement dans des technologies d’avenir (par exemple Iliad avec ses fibres optiques, Google...) sont celles qui restent et qui marquent le monde.

          Dans le cas d’Iliad, les fibres optiques posées ont une durée de vie supérieure a 50 ans. si l’investissement est rentabilisé en 6 ans, comme ils le prétendent, alors, ils feront 100% de profit pendant les autres 44 ans....

          [va chez son banquier commander des actions ILD]


          • Jean-Pierre An Alré (---.---.89.84) 12 septembre 2006 21:24

            Bonjour

            La fibre permet des débits allant au moins jusqu’à un gigabit. A quoi peut servir concrêtement ce débit chez M. Toulemonde ? Surtout sachant que les tuyaux actuels véhiculent surtout du P2P ?

            Merci

            Jean-Pierre


            • (---.---.162.15) 12 septembre 2006 21:37

              Ils servent à véhiculer la télévision haute définition, ils permettent de gérer son site Web chez soi, d’envoyer ses vidéos à la famille et autres utilisations telles effectivement que le p2p qui intéressent pas mal de personne.

              Vous oubliez aussi une chose importante, c’est que même en ville de nombreux utilisateurs sont loin du central. Ils ont un débit plus lent et ne peuvent pas recevoir la télévision. Avec la fibre, tous les abonnés branchés auraient des performances équivalentes.

              Am.


            • Forest Ent Forest Ent 12 septembre 2006 22:54

              C’est toujours un plaisir de vous lire, M. Jegourel.


              • Christian Jegourel Christian Jegourel 13 septembre 2006 00:45

                merci ça fait toujours plaisir venez sur mon site vous en trouverez d’autres.


              • Marc Bruxman (---.---.48.80) 13 septembre 2006 01:11

                Mauvaise analyse je pense.

                Free est surtout en train de se créer une boucle locale. Dont il a d’ailleurs prévu de rendre l’accès possible à ses concurrents (comme le fait FT).

                Le pari c’est que la boucle locale en cuivre devienne obsoléte et qu’il faille donc de toute façon construire une boucle locale en fibre pour le développement de la France. (et des autres pays industrialisés).

                Or France Telecom est incapable de mener un tel projet a bien sans dépenser des fortunes. (Vu le mode de fontionnement mammouthesque de cette entreprise). Ils allaient bien sur le faire pour se donner une image mais à une échelle probablement trés limitée.

                Neuf a beaucoup d’argent (grace à son proprio) mais perd de l’argent. Les déploiements ADSL dans lesquels ils ont investis leur ont pour l’instant coutés et non rapportés.

                Free sait réaliser ce type de déploiements pour des couts trés faibles. Ils vont donc forcer leurs concurrents à accélérer les déploiements. De même qu’ils ont forcés tous les concurrents à investir dans le triple play alors qu’ils n’y étaient pas prets.

                Free a donc les moyens de réussir à se batir une boucle locale couvrant la plupart des grandes agglomérations. Ils parlent d’amortir la fibre sur 6 ans. Pour un projet d’infrastructure c’est ridiculement peu.

                Et il s’agit bien d’une boucle locale vu qu’ils ont prévu de fournir des freebox et des accès bas débits à qui voudra bien les demander (Fondation). C’est un investissement à long terme qui permettra de botter le cul de France Telecom en dehors du maximum d’endroits. Sachant qu’avec son abonnement, FT va avoir du mal à suivre la « fondation ». Comme en arts martiaux, on utilise le poids de l’adversaire pour qu’il coule de lui même.

                Parallélement, ils nouent des contacts avec les collectivités locales (ca tombe bien y’a la décentralisation), ce qui les prépare effectivement à devenir le futur contact des politiques en matiére de télécommunications. Ce qui s’appelle ne clair : Faire un putsch sur France Telecom.

                A plus long terme, cela va permettre de démanteler les avantages sociaux de France Telecom lorsqu’un autre opérateur sera en mesure d’assurer la continuité des télécoms dans les grandes villes. (Traduire : Ils pourront toujours faire grêve pour préserver leur statut de fonctionnaire ca ne généra qu’eux).

                D’autant que même si on a pas beaucoup de détails, une révolution arrive sur le marché du phone mobile.


                • Jean-Pierre An Alre (---.---.30.205) 15 octobre 2006 22:53

                  Bonjour

                  Je trouve votre commentaire de l’article, clair comme du jus de boudin. Vous faites des affirmations sensationnelles (bouter FT, réussir là où ils en sont incapable, avec un joyeux morceaux sur les avantages acquis !).

                  Mais il n’y a pas la moindre explication sur le comment, ni d’ailleurs le pourquoi. Et puis si Free devenait incontournable il faudrait à juste raison s’en méfier, il faut se méfier des monopoles qu’ils soient historiques ou pas.

                  L’article lui est bien construit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès