Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Fusion froide, du nouveau ?

Fusion froide, du nouveau ?

Bénévole de l’association l’Opération Orange de Sœur Emmanuelle (www.operation-orange.org) , j’organise une conférence le 15 février prochain à Marignane à l’Eglise St Laurent Imbert à partir de 18h (6 euros/personne) une conférence sur la fusion froide cette nouvelle énergie tant attendue des uns et tant décriée d'autres.

Voir l’affiche avec le l’adresse précise :

http://www.operation-orange.org/oporange/pgannexe/relais/provence/pgprovis/fusionf13.html

Jean Paul Bibérian bien connu en France dans ce milieu sera le maître de conférence.

Avec un peu de chance je devrais compter également sur la présence active d’un plus récent expérimentateur, (plus théoricien d’ailleurs) en la personne de Frédéric Henri Couannier, astrophysicien à Luminy (Université de Marseille) et qui m’a dit essayer de venir.

On y discutera entre autre des derniers développements de cette affaire.

Pour résumer :

Depuis le vendredi 28 octobre 2011 et la démonstration par Andrea Rossi à Bologne, en Italie de son générateur : l’e-cat capable de produire un mégawatt de chaleur, la fusion froide a pris un nouvel élan. La fusion froide avait été annoncée le 23 mars 1989 par l'Américain Stanley Pons et le Britannique Martin Fleischmann. Depuis cette date des dizaines de chercheurs travaillent dans plusieurs pays sur cette nouvelle science nucléaire propre. Les expériences ont été réalisées dans un premier temps avec des systèmes comprenant du palladium et du deutérium, puis plus récemment avec du nickel et de l'hydrogène. Les résultats obtenus sont de la première importance, il a été montré par de nombreuses techniques différentes la production de chaleur anormale que l'on ne peut pas expliquer par un mécanisme chimique ou autre. La seule explication possible étant que des réactions nucléaires se produisent sans production de rayonnements ni de radioactivité. Cela a été corroboré par la détection d'hélium-4 en proportion avec la quantité de chaleur produite. Par ailleurs, plusieurs expériences ont démontré l'existence de transmutations.

Cette voie de recherche avec un potentiel extraordinaire n'est malheureusement pas soutenu en France par les pouvoirs publics. La situation n'est guère meilleure dans les autres pays, quoique légèrement meilleure. En Italie, plusieurs laboratoires officiels et plusieurs universités continuent de manière officielle. Aux États-Unis, des laboratoires universitaires, militaires ou privés sont impliqués. Au Japon, comme en Chine, plusieurs universités sont actives dans la fusion froide. Malgré ces recherches, le sujet est totalement rejeté par la science officielle.

Alors que depuis de nombreuses années les travaux étaient dirigés vers la compréhension du phénomène scientifique, depuis deux ans une nouvelle phase est en cours. Plusieurs groupes sont en train de produire des prototypes industriels. A côté de l'Italien Andrea Rossi, Defkalion, un groupe grec propose un générateur de chaleur concurrent. D'autres entreprises privées sont sur le point de mettre sur le marché des systèmes concurrents comme par exemple Francesco Piantelli de l'université de Bologne, ou la société Brillouin installée à Berkeley en Californie.

Il faut avouer cependant que la gestion de communication que font des gens comme Rossi nourrit la prudence de certains et la suspicion des autres. Tantôt il dit que le système ne génère pas de radiations, tantôt on n’en est plus si sûr, par ailleurs il ne laisse pas mesurer son appareil dans les conditions qui permettraient de lever définitivement le doute, pour garder secret son système ou plus grave ?

Produire de l’énergie à très faible coût peut changer l’histoire du monde. Par conséquent, certaines personnes se demandent si c’est réellement en raison du bouleversement et de la nouvelle stabilité qu’une telle découverte peut apporter que la science de la fusion froide demeure encore cachée entre les documents des laboratoires. Question très controversée certes mais l’ignorer est cependant fort suspect.

Tout récemment a eu lieu dans une salle de la maison du pilote à Rome, la réunion « Cohérence 2012 », au cours de laquelle la science de frontière, la fusion froide, a repris sa place de protagoniste sur le devant de la scène. Mais ça a duré peu de temps. L’information, encouragée par l’indifférence du monde universitaire, a favorisé son retour au silence.
La Conférence de Rome a été suivie par le Gén. Mario Majorani, le Gén. Stefano Murace et l’ancien ministre Gianni Mattioli, président du Comité scientifique pour la décennie de l’éducation au développement durable de l’Unesco et curieusement quelques représentants du monde scientifique et académique. Parmi les interventions les plus importantes de la réunion « Cohérence 2012 » nous trouvons la présentation des expériences de réplication indépendante de Francesco Celani, chercheur de l’INFN de Frascati.

Lors de ce Congrès ont été également présentées les premières données obtenues par un groupe de chercheurs indépendants du « Martin Fleischmann Memorial Project », données qui, une fois de plus, sembleraient confirmer les résultats obtenus par Celani. En particulier, Ubaldo Mastromatteo de la ST-Microelectronics a confirmé les résultats expérimentaux utilisant un système très différent de l’original.

Dans les expériences de Celani un fil de Constantan, alliage de Nickel Cuivre, est utilisé, correctement traité, d’une longueur d’environ un mètre et pesant à peine 0,3 grammes. Ce fil, en présence d’une atmosphère d’hydrogène, et porté au-dessus de la température critique, produit une émission de chaleur anormale sur l’ordre de 20 Watts pendant plusieurs heures. Si l’on considère le poids ridicule du fil et la modeste quantité d’hydrogène utilisé, la production d’énergie est des centaines de fois supérieure à celle obtenue par toutes les sources chimiques connues. Lien : http://fusion-froide.com/1701

Martin Fleischman est mort le 3 août 2012, et Stanley Pons vit maintenant en France, bien qu'il ne s'occupe plus de fusion froide

Les laissera-t-on tout les deux mourir sans se pencher sérieusement sur la question ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.17/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

168 réactions à cet article    


  • Tall 29 janvier 2013 09:21

    Le principe de la fusion froide est simple >

    sachant que pour obtenir une fusion nucléaire, il faut des quantités d’énergie énormes, la fusion froide propose de le faire à froid, c’est-à-dire avec quasiment pas d’énergie.

    Les atomes alors psychologiquement désarçonnés par un culot aussi incroyable baissent leurs garde un instant, ce qui permet la fusion par surprise.

    C’est l’application à la physique du vieux principe militaire de l’attaque par surprise.
    Simple mais efficace.

    Je ne suis d’ailleurs pas surpris que soeur Emmanuelle soit dans le coup, c’était une brillante stratège militaire.


    • robin 29 janvier 2013 09:27

      Il n’est pas nécessaire d’avoir toute l’énergie de franchissement de la barrière de Coulomb sur tout le volume d’expérience, il suffit que des points d’énergie dépassent localement cette valeur pour initier une réaction de fusion. De plus vous réagissez comme si le milieu qui entoure vos deux noyaux à fusionner avait une réaction forcément aléatoire, ne vous est-il pas venu à l’esprit que les milieux en particulier cristallins peuvent fort bien se comporter comme des accélérateurs de particules sous certaines conditions ? et je ne parle même pas de la possibilité d’effets quantiques (tunnel en particulier).

      Si on avait toujours dit impossible à tout on serait encore à faire du feu avec des silex (et encore)  smiley


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 29 janvier 2013 11:01

       " Les expériences ont été réalisées dans un premier temps avec des systèmes comprenant du palladium et du deutérium, puis plus récemment avec du nickel et de l’hydrogène. " Pensez vous que nous pourrions tous tenter l’expérience avec nos stocks de Nutella et de coca, matières en vente libre et à portée de toutes les bourses ? Cela ne fait pas une éhergie gratuite pour autant mais néanmoins explosive avec des bonbons et du coca light... http://www.dailymotion.com/video/x4hp2g_l-explication-coca-light-mentos_tech#.UQecsWe56Do


    • Alain94360 29 janvier 2013 14:25

      avant de dire des bêtises,
      lisez donc l’article parus dans naturwissenschaften qui résume la situation de ce domaine scientifique
      http://lenr-canr.org/acrobat/StormsEstatusofcoa.pdf

      en gros, contrairement aux conneries qui circulent, ca marche, il est pratiquement improbable que les différentes expériences, aient mystérieusement convergé vers un tableau aussi cohérent avec un phénomène physique...
      étrangement les résultats dépende du taux de charge en hydrogène, des impureté du métal, de son état cristallographique, de son état de surface nanométrique... et pas de la métrologie...
      étrangement la chaleur, et l’He4 sont corrélé.
      étrangement on trouve un tableau cohérent de rayonnement, de transmutations inhabituelles, mais inexpliquée et cohérent avec les autres effets.
      étrangement des erreurs improbables sur les mesures de tritium, corroborent d’autres résultats...

      je gère le site lenr-forum.com où je fait la veille tech... Il y a un millier d’autres info qui forment un tableau bordelique mais convainquant. Vous y trouverez des raison de valider votre préjugé et ignorerez les faits importants... j’ai l’habitude.

      il est vrai que l’essentiel du contenu est en anglais, ou traduit en anglais, mais il y a une petite communauté francophone...

      allez voir sinon sur le site de national instruments, les travaux de la NIWeek2012, ceux avec celani, brillouin, takahashi, xanthoulis...
      allez donc voir ICCF17 de et été, ou la prochaine chez roberts duncann a l’université du Missouri (ou duncann a été payé par CNBC pour trouve la fraude dans la fusion froide, et ou il a finalement été convaincu au point d’y organiser la prochaine conférence).

      la réalité va bien plus loin que dit cet article.
      c’est ne phase industrielle de R&D... horizon de 2 ans, même si les soucis ca vole en escadrille... même les vieux du domaine n’osent pas y croire.

      allez sinon sur linkedin, ou viadeo.
      allez voir lenr-cities, et d’autres... on bosse.

      d’un autre coté faire sortir quelqu’un du déni c’est dur.
      et puis il faut lire plein de doc, en anglais en plus... pff...


    • Robert Simmons 29 janvier 2013 16:07

      Dans un rapport de 2012, disponible à l’addresse suivante (page 23 à 26) : 

      http://ec.europa.eu/research/industrial_technologies/pdf/emerging-materials-report_en.pdf

      , la Commission Européenne reconnaît publiquement que :

      1) Les Sciences Nucléaires dans la Matière Condensée (CMNS ou LENR, anciennement « fusion froide ») constituent un domaine scientifique émergeant, qu’il convient de financer.
       
      2) Il est possible d’exploiter une nouvelle source d’énergie révolutionnaire, dont les principaux avantages sont :
       - d’être illimitée et disponible partout
       - une haute densité de puissance
       - l’absence d’impact environnemental


    • morice morice 29 janvier 2013 16:14

      Si on avait toujours dit impossible à tout on serait encore à faire du feu avec des silex (et encore) 


      c’est du tonneau ça de l’expression de Sarkozy c’est « le nucléaire ou revenir à la bougie ».

      c’est aussi tarte et ça n’a aucun argument valable : vous avez HISTORIQUEMENT des exemples d’échecs et surtout d’ESCROQUERIE. Les ignorer, c’est plutôt... refaire la roue. Ah ah ah !!! 

      vous confondez tout, et n’avez fait aucune étude sérieuse sur la question, en citant comme référence ROSSi par exemple, déjà condamné pour escroquerie.

      lu en forum :
      « Rossi, c’est vraiement le plus balèze des trois, un vrai spécialiste du piège à gogos. Mais bon, c’est un gibier facile et abondant...  »


    • Alain94360 29 janvier 2013 18:29

      vous avez lu le papier.
      vous avez lu un papier sur le sujet.

      par exemple ce papier de l’enea qui montre l’influence de l’état cristallographique du palladium sur la probabilité de réaction
      http://www.lenr-canr.org/acrobat/ViolanteVevolutiona.pdf

      sinon le rapport 41, qui a été rejeté faute de place (ah ah ah... pas la place pour révolutionner la physique) par Nature.
      http://www.lenr-forum.com/showthread.php?404-Report-41-DeNinno-by-ENEA-and-rejection

      avec Oriani, c’est un grand moment de rigolage
      http://www.lenr-forum.com/showthread.php?374-Nature-policy-on-CF-critic-Oriani-s-paper-dumped-despite-positive-Peer-review

      coté preuve, vous voulez quoi ?
      du tritium, de l’helium4, de l’hélieum 4 corellé à la chaleur, des transmutations, une calorimétrie isopéribolique, isothermique, or à flux...
      electrolyse, transfert de gaz, poudres, zeolithes, ...

      franchement les conspiration alien c’est plus crédible qu’un complot scientifique de centaines de labo pour faire croire à la fusion froide.

      mais bon, il faut lire. en anglais en plus...
      sinon en italien, japonais, russe, on doit pouvoir trouver...

      ilo y a bien quelques francais, mais ils ont publié en aglais, comme le CEA grenoble, ST Microelectronics grenoble, le CNAM pour Shell...
      et si vous aimez les militaires, demandez au Spawar, au NRL.
      si vous préférez les pétrolier, demandez à Amocco ou Shell.
      si vous préférez les chinois, demander a l’université de tsinghua, pékin...
      pour des japonais, toyota et mitsubishi, et les université de osaka et tokyo.
      si vous préférez des non alignés, demandez aux indiens du BARC.

      on a tenté de rassembler les université avec des lob sur la fusion froide, aujourd’hui, hors des USA (ou coldfusionnow a déja fait un résumé pour els us ), ./.. pas fini
      http://www.lenr-forum.com/showthread.php?1001-Universities-labs-schools-working-on-LENR-in-Europe-or-across-the-world

       des conspirateurs qui nous mentent pour faire croire que la fusion froide est réelle, yen a partout.
      ils sont ridiculisés, mal financés (quand même un peu certains), ce qui explique pourquoi ils ne vont pas nous vendre des illusion scientifiques payantes et à la mode, dont raffolent les multinationales et les organisation onusiennes, avec les financement étatiques habituels.
      Un complot, c’est un complot.

      il faut arrêter de fumer la moquette, et apprendre à lire.

      on aura la fusion froide en production avant d’avoir une éolienne rentable


    • pissefroid pissefroid 29 janvier 2013 10:25

      Il faut dire que l’hélium 4 peut être la conséquence d’émission alpha (noyau d’hélium).
      Il est connu que l’alpha est émis par effet tunnel.

      Il serait donc possible que cet hélium 4
      ne soit que la signature d’une instabilité nucléaire
      et non la signature d’une fusion nucléaire.


      • robin 29 janvier 2013 10:36

        Et d’ou vient l’énergie qui maintient les centaines de degrés pendant plusieurs heures ne serait-ce que du réacteur de Rossi (entre autres appareils) ?


      • morice morice 29 janvier 2013 16:15

        du générateur qu’il cache derrière la cloison durant toutes ses « expériences »....


      • morice morice 29 janvier 2013 16:20

        http://newenergytimes.com/v2/news/2012/Report-4-Rossis-NASA-Test-Fails-to-Launch.shtml


        A key aspect of many analyses in this report was the examination of the video of Rossi’s demonstration which I filmed in Bologna. Later, on Jan. 7, 2012, we also published a more concise analysis of the video in our article «  The Failure of Rossi’s Energy Catalyzer, Caught on Video. »

        The analyses in our Report #3 show that the amount and rate of steam that was coming out of Rossi’s device didn’t match his claim of about 5,000 Watts - not by a long shot.

        Instead, the steam coming out looked exactly like what you would expect to see coming out of a 1,000-Watt electric tea kettle. In fact, that’s about how much electricity was going into Rossi’s device. There is no ambiguity about the failure ; all of the required data was available.

        Here’s the key fact that I learned only the day before I arrived in Bologna : When liquid water turns into vaporized water (steam), it expands volumetrically 1,600 times. And, because of this expansion, combined with the physical properties of the drain hose, the steam should have left the end of the hose at approximately 67 mph if his device was producing the amount of energy he claimed. But the rate of steam coming out of the hose looked more like gentle puffs of about 10 mph. (See Report #3 for calculations.)

        I am certain that Rossi did not understand these engineering factors of steam when he demonstrated his device to me because, if he had, he immediately would have given me a reason the steam was coming out so slowly. But Rossi is neither a mechanical engineer nor a physicist. There is no reason that he should have known these facts from his training. His degree in chemical engineering may have been ineffective, too, because he got it from a diploma mill.

        il a un FAUX DIPLOME, votre « chimiste » ESCROC :

        http://blog.newenergytimes.com/2012/01/11/rossi-engineering-school-shut-down-for-fraud/


        The school was founded in 1976 by Alfred Calabro in Glendale, California, as a “no fat, no bull” correspondence school. The university was housed entirely in a Glendale office that also contained Calabro’s law practice. Kensington awarded bachelor’s, master’s and doctoral degrees in a wide range of fields. California regulators said that Kensington handed out degrees “which may have little, if any, academic value” and perpetrated a “fraud on the public”. State investigators found that the school awarded doctoral degrees after as little as four months’ work which consisted of reading magazine articles. Following a protracted legal battle, Kensington University was ordered shut down by the California courts in 1996, and the school shifted its operations to Oahu, Hawaii, where it was shut down by court order in Hawaii in 2003.

        alors vos connaissances sont bien comme les siennes : du flan complet.

        puf puf, le bruit de la vapeur.... 

      • robin 29 janvier 2013 16:20
        Par morice (xxx.xxx.xxx.132) 29 janvier 16:15

        du générateur qu’il cache derrière la cloison durant toutes ses « expériences »....
         ------------------------------------
        Vous avez surement des preuves et des sources ou sinon vous y allez au culot comme d’habitude ?


      • Alain94360 29 janvier 2013 18:42

        en fait on s’en fout.
        personne ne ferait confiance a Rossi si il n’avait pas prouvé son réacteur.
        moi je lui prèterais pas mon vélo.

        mais Aldo Proia (j’ai son CV sur linked-in) lui a monté une boite de production d’énergie (il était dans le solaire avant) en italie, pour le compte d’investisseurs (qui charchainet a sortir du solaire), et fait régulièrement des interview.

        Il dit clairement qu’il a fait faire des tests qui ne laissent aucun doute.

        voici les message qui le concernent...
        http://www.lenr-forum.com/tags.php?tag=proia
        pas mal d’interview...

        si c’est pas lui c’est defkalion, qui a laissé Michael Nelson de la nasa, qui venait de désintégrer Rossi l’année d’avant sur des tests trop cachotier, louer avec leur réacteur...
        http://www.lenr-forum.com/showthread.php?686-Defkalion-GT-announces-test-results

        résulta préliminaire :
        - ca marche
        - ca marche sur commande en presse bouton
        - pas fantastique coté perf car nelson a refusé de faire bouille l’eau et le réacteur est trop froid... excuse logique, a vérifier...
        - Nelson super content car Defkalion l’a laissé jouer avec le bébé
        le tout confirmé mar le sceptique Gibbs, qui a laissé nelson confirmer.

        Bref Defkalion est tellement confiant qu’ils ont laissé un gars qui a désintégré leur concurent, jouer avec leur bébé...

        et sinon il reste Brillouin, dont la techno est moins prometteuse, mais le contrôle semble meilleur. Son réacteur a lui aussi été vérifié par le Stanford Research institute...

        bon d’un autre coté tout ca c’est de l’industriel, de l’innovation , et ca prendra entre 2 et 5 ans... comme d’hab, avant d’atteindre le marché.


      • morice morice 29 janvier 2013 10:48

        et c’est reparti chez les charlatans...


        « Jean Paul Bibérian bien connu en France dans ce milieu sera le maître de conférence.

        ah ça, pour être connu il est connu...


         »9 jours de rencontres, conférences, ateliers, films et concert sur l’expérience de l’être à travers l’art, le conte, la médecine, la science et les sagesses anciennes."

        l’être à travers la fusion froide, une religion et non une science...

        le charlatanisme ici :

        les adeptes de Rossi et de l’E-Cat, cette FUMISTERIE complète.
        le communiqué masque mal la supercherie :

        Les nouvelles déclarations d’Aldo Proia – directeur et administrateur délégué de la Prometeon, qui est la titulaire pour l’Italie de la Leonardo Corporation – pourraient éteindre un peu les enthousiasmes des nombreux fans de l’E-cat et de l’ing. Andrea Rossi. Bien sûr, dans cette interview il confirme le fonctionnement des réacteurs à fusion froide et l’énorme quantité d’avancées technologiques qui conduiraient l’équipe de Rossi à être la grande protagoniste de la fusion froide. Il décrit également les lignes directrices pour l’approche commerciale. Et le mot d’ordre semble toujours le même : secret et confidentialité.
        Proia a confirmé, en effet, d’avoir des demandes, mais il a également souligné que pour le moment seul un nombre réduit de clients sera choisi : ceux qui sembleront capables de garantir une certaine fiabilité à la Prometeon et à la Leonardo Corporation. Le nombre d’E-cat disponibles est pour le moment en effet très limité, étant donné que la production industrielle n’a pas encore commencé. Les entreprises qui s’accapareront ce genre de prototypes avancés (avec un COP déclaré de 6) recevront ensuite divers avantages, tels des mises à niveau continues et une voie rapide pour l’achat de nouveaux réacteurs à fusion froide lorsque la production automatisée commencera.


        ils n’ont toujours rien à montrer, et la pub faite ici sur l’E-Cat du flan complet !

        relisez où c’est déjà allé, historiquement, ces conneries : à plomber un pays, l’Argentine... dans les années 50... à partir de thèses allelmandes.

        et surtout :

        plus

        • robin 29 janvier 2013 11:36

          Avec des morice on en serait encore au silex et encore.... !! smiley

          Soufrez que le monde tourne et accessoirement innove sans vous.

          Quelle compétence avez vous dans le domaine ? si elles sont à la hauteur du CV du conférencier venez donc lui apporter la réplique.


        • robin 29 janvier 2013 11:52

          Hanno Essén, professeur associé de physique théorique, et Sven Kullander, président du comité de l’énergie de l’Académie des Sciences de Suède, a écrit dans un rapport à propos de l’ECAT : « Puisque nous n’avons pas accès au design interne du conteneur de carburant et n’avons aucune information sur le bouclier de plomb extérieur et le système de refroidissement à eau, nous ne pouvons faire que des commentaires d’ordre très général. » et « Tout processus chimique qui produirait 25 kWh à partir de n’importe quel carburant dans un conteneur de 50 cm3 peut être écarté. » Source wikipedia ....

          Morice expliquez moi donc alors la dernière phrase du haut de votre compétence en physique théorique


        • morice morice 29 janvier 2013 15:54

          Soufrez que le monde tourne et accessoirement innove sans vous.


          il n’y a pas une seule expérience de fusion froide qui ait marché, alors l’application industrielle, ceux qui en parlent, sont des CHARLATANS.

          Comme « innovation » je vous ai ressorti le projet de fusion froide argentin : ça a plus de 60 ans... ah ah ah ah ! et ça a été un échec TOTAL.

        • morice morice 29 janvier 2013 16:23

          pas très fiable votre gus, il fait des conférences POUR Rossi...



          An intensive discussion on the net have questioned the experiment in Bologna mainly because it can not be explained by the established nuclear physics theory. It has also been speculated that the derivative produced heat energy must have been greatly overestimated mainly by an overestimation of the buildup of steam. At the lecture, these issues will be treated in order to gain a better understanding of the experiment in Bologna.


          en gros la sortie de vapeur a été mal calculée.... puf puf...




        • Alain94360 29 janvier 2013 18:53

          "il n’y a pas une seule expérience de fusion froide qui ait marché, alors l’application industrielle, ceux qui en parlent, sont des CHARLATANS."

          apprenez à lire avant de sortir des ...... .

          sinon si comme je le vois vous ne savez pas lire, écoutez au moins le patron de national instruments à la NIWeek 2012. Mr Truchard. c’est en anglais...
          étoutez son boss Big science, Stefano Concezzi. c’est en italien, et en anglais...

          lisez Ed Storms dans Naturwissenschafen..(j’ai mis el lien plus haut)
          NB : j’ai peu d’espoir, là je parle a ceux qui pourraient vous lire...

          qu’est ce que vous a fait la fusion froide ? vous travaillez sur ITER ?

          je veux bien que les applications industrielles soient un processus risqué, comme le lancement du moteur a vapeur,a vec des accidents, des imprévus... mais vu que la science est claire, et que les annonces industrielles n’ont rien de surprenant dans ce cadre, et que les engagements financiers de certains sont visibles, il faut rester réaliste...

          C’est encore risqué, mais pas de doute qu’il y a des réacteurs bien avancés qui ont convaincus des gens qui ont les moyens et le désir de faire vérifier par eux même, avant d’investir.


        • MKT 29 janvier 2013 11:23

          A l’auteur,

          Au delà de votre souhait d’aider L’Association en rapport avec soeur Emmanuelle, dont les buts semblent louables, je me pose une question.

          Cette « fusion froide », si elle fonctionne dans un réacteur expérimental et si elle donne accès à autant d’énergie que cela pour une mise si faible, pourquoi les inventeurs n’en profitent ils pas au quotidien ?

          Je prends un exemple, j’ai chez moi au fond du jardin, un petit torrent. J’installe une turbine et je profite de l’électricité engendrée pour mon usage propre et ceux des proches s’il y en a trop.

          Ne serait ce pas là le meilleur moyen de montrer la validité du montage.

          Par exemple alimenter un hameau (on parle de mégawatt dans votre article) avec pas grand chose et sans recourir à EDF/GDF ?

          Pourquoi toujours le mystère, la crainte du complot ?

          Bien à vous.


          • robin 29 janvier 2013 11:33

            La fusion froide a beau utiliser des moyens technologiques beaucoup plus réduits que la fusion ordinaire, il n’en demeure pas moins qu’il faut quand même un matériel (en particulier de mesure) et des compétences qui ne sont pas à la portée du premier venu et il reste de nombreux points à élucider ne serait-ce que la présence ou non de radiations nocives, le contrôle du réacteur, le tenue du réacteur etc. etc.


          • MKT 29 janvier 2013 11:46

            Mais enfin, cela fait un bout de temps que l’on en parle de cette fusion froide.
            Il me semble qu’un article d’il y a au moins 20 ans dans Science et Vie en parlait.

            Et les inventeurs en sont toujours à faire des conférences ?
            Ils n’ont pas cherché à aller au delà ?

            Etrange !


          • robin 29 janvier 2013 12:53

            Par MKT (xxx.xxx.xxx.66) 29 janvier 11:46

            Mais enfin, cela fait un bout de temps que l’on en parle de cette fusion froide.
            Il me semble qu’un article d’il y a au moins 20 ans dans Science et Vie en parlait.

            Et les inventeurs en sont toujours à faire des conférences ?
            Ils n’ont pas cherché à aller au delà ?

            Etrange !
             --------------------------------
            Si vous allez voire des sites comme www.fusionfroide.com vous verrez qu’on est passé aux travaux pratiques depuis pas mal d’années. Maintenant pourquoi ce n’est pas au stade industriel ? probablement pour des raisons similaires du fait qu’on est toujours pas officiellement foutu de rouler avec des voitures électriques, affaire de lobbies et de trafics d’influences !


          • foufouille foufouille 29 janvier 2013 15:47

            "Je prends un exemple, j’ai chez moi au fond du jardin, un petit torrent. J’installe une turbine et je profite de l’électricité engendrée pour mon usage propre et ceux des proches s’il y en a trop."

            sauf que c’est pratiquement interdit ..........
            tu veut vendre ton electricite, mais aux gens biens


          • morice morice 29 janvier 2013 15:56

            Par exemple alimenter un hameau (on parle de mégawatt dans votre article) avec pas grand chose et sans recourir à EDF/GDF ?

            Pourquoi toujours le mystère, la crainte du complot ?

            c’est IMPOSSIBLE avec le bouzin décrit, alors on TROMPE en en faisant le thème c’est EDF qui nous bloque ; en fait pas UN de ses FARFELUS n’a jamais réussi à produire la même électricité sans TRICHER.

            le complot, c’est le LEUR. EDF n’y est pour rien !


          • morice morice 29 janvier 2013 16:26

            « la présence ou non de radiations nocives,  »


            rayons X et gamma, jamais observés par Rossi.


          • Alain94360 29 janvier 2013 19:03

            vous posez un problème intéressant de comment cette énergie va déstabiliser al structure du marcéh de l’énergie électrique.

            Contrairement à la situation actuelle, l’énergie LENR n’a pas d’intérête a concentre la production, ni n’impose de la faire loin des habitations.

            Les lignes THT n’ont plus d’avenir, car il est plus rentable de mettre deux centrales de chaque coté. même dans une ville on pourrait penser a faire des réseaux électriques de quartier.

            Une initiative est en préparation : LENR-Cities, dont le but est de promouvoir la cération d’acteurs de petites tailles, qui collaborent pour changer la structure de marché, contre les gros acteurs qui voudront maintenir leur prosition actuelle dominante.
            l’EDF/ErDF est ainsi un obstacle comme vosu el présentez.

            il y aeu un débat sur ce sujet
            http://www.lenr-forum.com/showthread.php?293-Future-of-electricity-CHP-or-Grid

            entre la cogénération et le réseau intelligent...

            ma crainte c’est que ca vire au combat entre EDF qui cherche a conserver son monopole et ses couts fixes et les particuliers qui en ont marre et se débranchent un par un, augmentant les couts... jusqu’a la faillite des réseaux et l’individualisation del a production electrique, ce qui serait couteux.


          • Alain94360 29 janvier 2013 23:01

            a propos des radiation, des doses très faibles mais réelles observées...
            par diverses équipes, dont celle de l’US navy spawar...
            Celani a observé des neutrons quand il faut réagir du nickel avec du deuterium.

            d’après pamm mosier boss, du spawar, il semble que la production de chaleur et de neutron s’excluent l’un l’autre... comme si les neutrosn étaien symptome de mauvaise réaction...

            http://www.lenr-forum.com/showthread.php?555-Focardi2004-Electromagnetic-radiation-from-Ni-H-systems&p=2293&viewfull=1#post2293

            évidemment pour le comprendre il faut lire.


          • fabb54 29 janvier 2013 14:11

            Le moteur à eau, la fusion froide, la mémoire de l’eau...

            Demandez vous à qui profite ces canulards scientifiques.
            - Aux chercheurs qui les portent : Montagnier, Rossi ..
            - Aux médias : ça attire toujours les lecteurs, ces sujets.

            Pour qu’un canulard scientifique dur, il faut :

            - Des chercheurs passionnés : Montagnier, Rossi ..
            - Une thématique scientifique d’une portée phénoménale
            - Une opposition de la communauté scientifique, contrôlée par les lobbys industriels
            - Des lecteurs réveurs
            - Des conclusions exceptionelles jamais publiées dans des revues à comité de lecture
            - Une non reproductibilité des expériences : maintes fois tentées, zéro fois prouvées.

            Un amateur et/ou un scientifique isolé (car génie et car les industriels le détestent) a trouvé, seul, dans son labo artisanal, un moyen révolutionnaire de produire de l’énergie !
            Comprenez bien : c’est une révolution exceptionnelle pour le peuple : mais les grands groupes discréditent ces génies car ils leur feraient perdre beaucoup d’argent).


            • morice morice 29 janvier 2013 15:57

              Des chercheurs passionnés : Montagnier, Rossi ..


              Rossi est un ESCROC.

            • Asp Explorer Asp Explorer 29 janvier 2013 19:40

              Exactement, bien vu. Vous oubliez de préciser « des lecteurs rêveurs et dépourvus de culture scientifique », car si la « théorie » de la fusion froide peut à la rigueur passer pour vaguement rationnelle, il faut une bonne dose d’amnésie pour oublier que les expériences de Fleishman et Pons datent de vingt ans, et que depuis, elles n’ont été ni vérifiées, ni reproduites.

              Ah mais oui, c’est la faute au lobby-qui-nous-cache-tout...


            • Alain94360 29 janvier 2013 23:09

              Roissi est un clown... mais aussi un inventeur qui a quand même pu vendre son brevet de synthèse de pétrole a une boite US qui aujourd’hui l’exploite... mais c’est vrai il a foiré sa boite avec l’aide de son gouvernement et des écolos...

              que pensez vous de l’ENEA, l’US Navy spawar (pamm mosier bos et al), Le NRL (dawn dominguez), robert duncan (le boss de l’iniversité, embauché par CNBC pour découvrir la fraude dans les expérience de fusion froide, et qui désomais la soutien)... celani qui es passé du CERN (ou il découver une anomalie de superconductivité a haute température), à la fusion froide, pour pensait t’il trouver le truc erroné...
              et takahashi a toyota, iwamura a mitsubishi, mckubre au SRI...
              et qui était xanthoulis avant defkalion (-> un économiste).
              et aldo proia que faisait t’il a energaya (chef de projet développement solaire).

              ne regardez pas que le clown, regardez la centaine de gens sérieux...

              a un moment il faut commencer a ouvrir les yeux.
              j’ai l’impression de parler a un complotiste du 9/11.


            • Traroth Traroth 29 janvier 2013 14:29

              Si j’en crois ne serait-ce que l’article de Wikipédia sur le sujet, l’e-cat de Rossi, c’est de la foutaise, comme toutes les « expérimentations » de fusion froide.


              On retrouve tous les symptômes de la pseudo-science : résultats non-reproductibles, absence de théorie préalable (on ne fait donc pas de la science, mais de l’empirisme), pas de témoin scientifique des expérimentations (bien que Rossi ait affirmé l’inverse, ce qui rend les choses encore plus graves), projet d’application technologique alors que le phénomène soi-disant observé n’a pas d’explication scientifique... Bref, de la fumisterie pure et simple.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

zzz999

Cadre SNCF


Voir ses articles







Palmarès