Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Géolienne : l’énergie du futur sous nos pieds

Géolienne : l’énergie du futur sous nos pieds

Une curiosité de laboratoire va déboucher, près de vingt ans après sa découverte aux Etats-Unis, sur une nouvelle filière d’énergie parfaitement propre et renouvelable, grâce aux travaux de recherche menée au sein d’une Grande Ecole française.

Tout visiteur du Massachussets Institute of Technology, près de Boston (USA), peut contempler, au milieu d’impressionnants hologrammes, un curieux démonstrateur : il s’agit de la Machine with Concrete, inventée par Arthur Ganson et qui fonctionne là-bas en continu depuis... 1992.

Elle consiste en un petit moteur électrique, tournant à 212 tours/minute, relié à une succession de 12 paires d’engrenages, chaque étage divisant la vitesse de rotation par 50. La dernière paire d’engrenages est prise dans le béton (cf. photo ci-contre provenant du site d’Arthur Ganson) ce qui montre qu’on peut dissiper une énergie mécanique dans de la matière apparemment inerte. Une vidéo de ce prototype est disponible ici.

De même que l’ingénieur Diesel inventa son moteur éponyme à partir d’une curiosité de laboratoire - un briquet qui s’allumait par compression d’air - des chercheurs de l’Ecole de Géologie de Nancy ont eu l’idée géniale d’inverser le processus : en enterrant une roue dans le sous-sol et grâce à une boîte de vitesses adaptée, ils pensent pouvoir ainsi récupérer l’énergie provenant des mouvements de l’écorce terrestre pour fabriquer de l’électricité.

GéolienneCette "géolienne" - c’est ainsi qu’ils dénomment l’objet de leurs ardentes recherches - pourrait être déployée partout dans le monde : son rendement serait bien entendu meilleur sur les plaques en fort mouvement, mais même des plaques quasi-immobiles, comme celle sur laquelle nous sommes en Europe, auraient une vitesse de déplacement suffisante pour produire, 24 heures sur 24, une énergie propre, gratuite à l’usage et infinie. On pourrait même envisager une cogénération inversée, en couplant une géolienne à un échangeur géothermique.

Les premiers chiffrages, tenant compte de la mise au point des systèmes électromécaniques et des frais de forage, donnent une estimation du prix du kWh intermédiaire entre celui d’origine nucléaire et celui issu de panneaux photovoltaïques de la génération actuelle. Ces prix élevés s’expliquent principalement par le coût prohibitif des forages, car ils font appel aux mêmes équipements et aux mêmes spécialistes que les forages pétroliers et gaziers. On peut néanmoins espérer que le ralentissement récent des investissements en exploration-production pétrolière provoqué par la crise économique actuelle réduira la pression sur la demande en services parapétroliers et ramènera rapidement ces postes de dépenses à des montants plus raisonnables.

A titre expérimental, la région Lorraine est prête à financer une ferme géolienne d’une dizaine de générateurs : "cela permettrait à la Région de reprendre contact avec son sous-sol, dont la valorisation a cessé avec la fermeture de la dernière mine de charbon" souligne le porte-parole du Conseil Régional : c’était à Creutzwald, en avril 2004...

Des investisseurs californiens sont déjà sur les rangs pour racheter les brevets déposés : ils estiment en effet que le potentiel de leur Etat est remarquable, du fait de son exceptionnelle activité géophysique, stigmatisée par la célèbre faille de San Andreas.

On a souligné récemment l’importance de la tectonique dans les catastrophes majeures qui frappent régulièrement l’humanité. Il est heureux qu’on arrive enfin à découvrir comment utiliser cette fabuleuse énergie à des fins pacifiques.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • mac 1er avril 2009 10:26

    Serait-ce un poisson d’avril ?


    • JoëlP JoëlP 1er avril 2009 11:35

      Est-ce que ça ne va pas freiner la terre qui en ce moment ne tourne déjà pas très rond ?


      • ZEN ZEN 1er avril 2009 11:40

        Tout à fait crédible...
        La preuve


        • wesson wesson 1er avril 2009 17:17

          pfff, holàlà, c’est plus un poisson sur Agoravox, c’est un banc de poisson.

          Et un de plus.



          • wesson wesson 1er avril 2009 17:24

            d’ailleurs, le commentaire de la vidéo l’explique fort bien : avec d’un coté un moteur tournant à 200 tours minutes, et ces quelques réductions de 50 fois à chaque étage, il faudrait environ 2 milliards d’années à cette petite machine pour que l’engrenage final fasse un tour complet.

            C’est pourquoi il est possible de faire n’importe quoi avec le dernier engrenage, y compris de le couler dans du béton sans que cela ne gène en quoique ce soit le mouvement du premier pignon.

            Une jolie manip pour mettre en évidence une progression exponentielle, mais en tout cas rien à voir avec une quelquonque technique énergétique.



          • armand 1er avril 2009 19:04

            Merci à vous , l’invention d’un moteur produisant une vitesse de -482 tours est un phénomène attendu en effet, n’est ce pas un appel à la baisse de consomation ?


            • sisyphe sisyphe 1er avril 2009 19:21

              Avec tous ces articles, c’est parti pour une bonne bouillabaisse... 


              • Pierrot Pierrot 1er avril 2009 21:24

                Rigolo votre poisson d’avril.


                • cimonie raoul 2 avril 2009 07:26

                   "cela permettrait à la Région de reprendre contact avec son sous-sol, dont la valorisation a cessé avec la fermeture de la dernière mine de charbon" souligne le porte-parole du Conseil Régional : c’était à Creutzwald, en avril 2004... 

                  c’etait en 2005 et c’etait a Freyming-Merlebach ! 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès