Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Google entre Beware, Malware & Bigware*

Google entre Beware, Malware & Bigware*

20 années après l’apparition de l’Internet dans le grand public, une mutation s'opère sous nos yeux, rapide, radicale, révolutionnaire.. Google engloutit tout. C'est dans ses gènes, il est héritier de Gargamelle, sorti non pas exactement d'une oreille, mais bien de têtes ivres lui aussi, ivres d'un rêve héroïque et mondial, parti conquérir le fabuleux métal que Wall Street mûrit en ses caves lointaines.. Google est frère de Gargantua, de la race des géants. Dragons, Graoully tout à la fois. Pas des côtes d'Armor cependant, ni de Palos, Ibérie.. Mais de Palo, Palo Alto, Californie.

Grand-Goulu Google engloutit la Toile et les petits-enfants..

Tout cela sonne les grands avalements, les longues gargouilles et gargouillis, l'empiffrement joyeux et puissant, les jouissances post-prandiales.. Même racine dans tous ces mots, Gargantua, Big Blue, Bigloo, Gargamelle, Grandgousier, Google, Glouton, dragons, Pamparigouste, Coquecigrue, Goule, Gueule, Google, Gougala en Alsacien, Krokeur en chinois traditionnel, essayez-donc avec les outils linguistiques et faites prononcer, Ga’oglè en Russe. . Et ça se goinfre, miam-miam !.. S’emplit, se gonfle, grossit.. Un peu de scato, et de sexe même, pour épicer en passant, ne sont pas absents du stupéfiant développement.

Au temps de Rabelais, Google aurait été interdit, en Chine, il l’est. Car c'est bien par lui que les petits enfançons prennent désormais leurs vraies premières leçons. Zizi dans la boite de dialogue du moteur.. J’ai vu, de mes yeux vu, un gamin de 10 ans tenter l’exploration ! Heureusement, il s’agissait de Google version English, et l’innocente Zizi Jeanmaire s’affichait en première. Si vous voulez protéger les enfants, forcer l’affichage de google.cn..

La célèbre video qui met en scène un sardonique Schmidt et lui fait dire "Eh ! Kids ! That’s your free Ice-cream !.. Free Ice-cream !" ne trompe personne, pas même Schmidt qui nous confie : Ils devraient bien le savoir que ça n’existe pas les glaces gratuites. Mais elle montre bien comment Google traite les petits.

 C’est à http://youtu.be/—Ckz_O6oE0

Vraiment très-amusant à regarder, et très édifiant en même temps.

Nous ne sommes pas les seuls à voir Grand-Goulu Google comme cela, Grand-Goulu Google, cet archétype de la prosopopée mondialisée, cette dernière allégorie du Démiurge numérisé : Charlie Munger (né le 1er janvier 1924 à Omaha dans le Nebraska, c'est dire..), principal associé en affaires de l'investisseur Warren Buffett chez Berkshire Hathaway, a décrit Google comme ayant la plus grande Goule qu'il ait jamais vue de sa vie (sources citées), moat, fossé, gouffre en Anglais.

Un nouveau bouquin sort à l'instant en librairie U.S., par Steven Levy (qui avait déjà écrit "Hackers", une référence) : In the Plex - comprenez " dans le siège de Google ", le Google Complex de Mountain view..

 "Comment Google pense, travaille et façonne nos vies" annonce Lévy.

The Epoch Times le présente ainsi :

The book reviews both the invincible strengths and the human flaws about this teenaged company, which has emerged as the single most disruptive force to change and empower the way we look at the world.

Retenez-bien : Une force exceptionnelle, invincible, unique, une capacité sans équivalent pour perturber et changer la façon dont nous voyons et vivons le monde.

Même Steve Jobs, l’humaniste et doux Steve Jobs, en sait quelque chose. Ce bon roi Picrochole, en proie à la bile noire, a mobilisé et déclaré la guerre ("les aides de camp de Picrochole dressent le plan de bataille. Ils rêvent qu’après avoir soumis facilement Grandgousier, ils conquerront l’ensemble du monde" - Mais nous, nous n’avons pas de doute sur la fin de l’histoire..)

"We did not enter the search business. They entered the phone business. Make no mistake they want to kill the iPhone. We won't let them," qu’il a dit, Jobs, devant ses employés. Il a même ajouté que le mantra que Google sème à tous vents, "don't be evil" ou “Do no Evil”, ne faites pas le mal, c’est du "bulls—t.", de la M.. en barre.

Sur les mensurations du Géant, encore adolescent, c’est ça qui est inquiétant, déjà tellement imposant, on se reportera à :

http://royal.pingdom.com/2010/02/24/google-facts-and-figures-massive-infographic

Ouroboros Google ou Google dans Google

 Six milliard et trois cent dix millions ! C'est le nombre de résultats obtenus en frappant "Google" dans le moteur Google.. God, lui, plus modestement, ne s'en sort qu'avec 850 000 000 recensements. Dieu est loin derrière, avec 91 millions au compteur seulement. L'amusement peut se prolonger indéfiniment, qui montre d'un côté le basculement des choses et des perceptions (de Gaulle vs Bill Gates, Lady Gaga, 6 fois plus connue que Gandhi, Céline Dion, 30 fois plus connue que Ferdine- et encore, faut mettre le vrai nom..), de l'autre la puissance stupéfiante du Gorgon. Il n'est pas difficile de voir ses ailes d'or, ses métamorphoses en monstre marin seront expliquées un peu plus loin..

Tout cela peut se discuter direz-vous, vous faites référence à une culture bien étroite, élitaire, désuète..

Poursuivons et écoutons l’analyse et le propos de Levy :

"A lot of people think Google is some sort of a runaway train, but there is sort of an internal thread," Levy said. "Some people say Google is a media company, and I think that's really misleading. If you look at Google as a media company, you are not going to understand it at all, because that is not how it thinks and operates. It's an artificial intelligence company, it's an Internet company, it's a technology company."

Cantonner Google à l’industrie des media serait donc méconnaître leur stratégie planétaire, ignorer leurs avancées en matière d’Intelligence Artificielle (on est loin désormais du dinosaure Feigenbaum !), ne pas voir la mainmise qu’ils exercent sur Internet, leur puissance technologique, leur capacités financières, leur tout en tout.

Google Inc. c’est historiquement l’indexation du Web et le moteur de recherché le plus puissant. C’est ce dont ils nourrissent tous leurs développements maintenant.

C’est aussi, il est vrai, un amoncellement d’applications au service de l’industrie de la publicité :

 AdWords & AdSense, Google Display, DoubleClick Ad Exchange, YouTube la video..

Mais c’est aussi une multitude d’inventions dont personne ne peut désormais ignorer les noms : Google Mobile, Google Local, Google Boost, Android, Google Chrome OS, Google Chrome, Google TV, Google Books, Google Apps, la suite d’outils de développement en cloud computing, Gmail, Google Docs, Google Calendar, Google Sites ; Google Search Appliance, Google Site Search, Google Commerce Search, Google Checkout, Google Maps Application Programming Interface ; et Google Earth Enterprise.. On en oublie.

Mieux encore, la Compagnie investit dans une foules de domaines n’ayant apparemment rien à voir avec l’Internet ou les technologies de l’information : quarante millions par-ci dans les éoliennes, quelques millions par-là dans l’apiculture, achat et revente de 114 megawatts d’électricité, investissement dans l’habitat à loyers modérés .. Quant à leurs nouveaux serveurs, c’est en mer qu’ils vont les installer, alimentés par l’énergie produite par le puissant mouvement des vagues et de la Houle. Google monstre marin, on vous l’avait bien dit !

Simple question d’image de marque ou avancée de pions dans la globale économie ? Difficile à préciser tant ils sont forts et naïfs à la fois ces gens du Plex. On peut légitimement s’interroger lorsqu’on sait que, par exemple, Schmidt à conduit l’analyse suivante avant d’aller en Chine :

“We actually did an ‘evil scale’ and decided not to serve at all was worse evil,”

Le pouvoir chinois était à mille lieux de ce morceau de casuistique !

Organiser toute l’information du monde, et la rendre accessible universellement.. “Organise the world's information and make it universaly accessible and useful”.. ! Inconsciente ambition qu'on pourrait prêter aux Scholastiques de l'Université.. Ils ne manquent pas d’air les gamins milliardaires !

Google Bigware

 Dans le sillage des nouvelles guerres Picrocholines, au milieu des régressions et des excentricités d’enfants gâtés (Ah ! Les Doodles infantilisés !), s'ouvrent cependant de vastes champs d’opportunités, pour les malins, les intelligents, les bien formés, ceux qui sauront réciter par cœur, à l’endroit et à l’envers, d’après les méthodes du moment, les nouvelles lettres gothiques, et savoir à temps se ranger du côté des fouaciers, des bergers ou des vendangeurs.. et anticiper les désagréments également. Ceux-là, ils auront tôt fait de passer du « Cloud computing » au « Swarm marketing », au « deep sea fishing », « au stealth way of life »..

Tentons une ou deux définitions..

Swarm marketing : l'anglicisme swarm marketing n’est encore pas très utilisé en français, on rencontre cependant les francisations « marketing en essaim », « marketing en nuées ». Les N membres d’une communauté aux intérêts identiques (N étant le plus grand possible) sont dotés à la fois d’un template media et des moyens de l’instancier, de le personnaliser, le multiplier, le traduire en X langues. Ils lancent alors en quasi simultanéité N x X xY objets promotionnels sur le Net. Une opération de Swarm marketing se fait en général en utilisant les outils de développement tels que Google Sites, gratuits, puissants, simples. Les résultats sont souvent très spectaculaires pour des produits ou des services à vocation mondiale, dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler « opérations de reverse-mondialism »

Deep sea fishing : une seule entité produit des objets promotionnels tels que mini-sites en grand nombre, déduits facilement les uns des autres, mais adaptés à leur cible en terme d’images et de langue. Ces objets, tels des filets ou des appâts plongés en haute mer, sont alors disséminés sur le Net. Il suffit dés lors d’attendre et d’aller relever de temps à autres..

NB : Désolé pour les anglicismes, les barbarismes, les néologismes. La langue de la New Frontier est américaine, on y peut plus rien. Nous autres, Montagnais et autres Micmacs, on a bien essayé de contrer ça sur notre Babillard, il y a 20 ans. On s’est vite rendu compte.. On a rallié.

 

Linkographie

http://www.thefreedictionary.com/ware

*ware 1 

 (wâr)

 1. An article of commerce.

2. An immaterial asset or benefit, such as a service or personal accomplishment, regarded as an article of commerce.

http://www.fool.com/investing/value/2011/05/01/berkshire-2011-sokol-insults-and-everything-in-bet.aspx 

http://www.greenwichcitizen.com/news/article/A-predator-is-lurking-FBI-agent-offers-Internet-1325686.php

http://www.theepochtimes.com/n2/technology/new-book-on-google-offers-insights-and-inspirations-55394.html

http://ninecommentaries.com/

http://www.huffingtonpost.com/2011/04/15/steve-jobs-google-in-the-plex_n_849694.html

http://www.zdnetasia.com/videos/google-running-with-degree-of-chaos-62208620.htm

http://messages.finance.yahoo.com/mb/GOOG

http://www.forbes.com/lists/2009/54/rich-list-09_Kavitark-Ram-Shriram_PED7.html

http://finance.yahoo.com/q/mh?s=GOOG+Major+Holders

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cloud_computing 

Documents joints à cet article

Google entre Beware, Malware & Bigware* Google entre Beware, Malware & Bigware*

Moyenne des avis sur cet article :  4.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Cocasse Cocasse 9 mai 2011 13:46

    Tape Facebook dans google, regarde le nombre de résultats..........................
    Et revient nous faire un article à propos de Facebook !
     smiley


    • ottomatic 9 mai 2011 14:00

      En fait, google, facebook (et d’autre) forme un enchevêtrement interconnecté de littles brothers dont la force devien malheureusement supra national...


      Le pire c’est le jour ou au nom de la pédophilie, du politiquement correcte et du droit au copyright, google commencera a faire des coupes franches dans les résultats...
      On se retrouvera avec un joli minitel...

      • Hermes Hermes 9 mai 2011 14:47

        Exercice :

        1- faire une recheche google sur un sujet sensible avec une châine de caractères identitique depuis une adresse IP en Suède, en Allemagne, en France, et ailleurs et comparer les résultats.
        2- dire merci à google (le mot prend subitement un tout autre sens , google très phonétiquement : difficile à avaler)

        Mais ho combien bien pratique hélas.


        • Hermes Hermes 9 mai 2011 14:59

          Qelle couleur votre badge Google ?

          allez lire : http://www.internetactu.net/2011/05/09/travailleurs-quittant-le-complexe-google/

          Sans doute l’application de la devise de Google « Make no evil » avec différentes strates de paradis terrestre ....


        • Montagnais Montagnais 10 mai 2011 10:32

          Google se paiera Faceplouc quand il voudra..

          Car la vraie différence, c’est qu’on peut pas taper Google dans FB. En fait, des différences, y’en a des tas ! Pas la peine d’argumenter plus avant.

          Vous avez vu hier, pour la première fois, l’apparition de meel sur la page d’accueil ? Google à la sauce des Frenchies, ça va faire un malheur !

          Question : pourquoi la France, génitrice inspirée du Minitel, n’a-t-elle pas conservé son avance technique (et conceptuelle) ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès