Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Google Health : nos hémorroïdes sur Internet !

Google Health : nos hémorroïdes sur Internet !

Google vient d’annoncer la mise en ligne de Google Health, un espace privé censé accueillir sur Internet les données médicales de ceux qui le désirent. Une nouvelle étape vers la fin de notre existence en tant qu’être unique...L’intérêt général avant l’intérêt particulier.

Après Google Hearth permettant au particulier de voir la taille de la piscine du voisin, et au FISC de constater la construction d’un abri de jardin de plus de 20m2, voici que la société américaine a lancé "Google Health". Cette application permettra à qui le veut de mettre en ligne ses données médicales. Avec quel contrôle de confidentialité ? Juste un nom d’utilisateur et un mot de passe...

Alors que l’an passé un employé des services de santé britannique "perdait" dans un taxi un CD contenant 3 millions de dossiers médicaux classés confidentiels ; qu’il y a quelques mois un journaliste achetait des données personnelles aux enchères sur Internet -données comportant 3.000 noms, prénoms, adresse, numéro de sécu, de permis de conduire et de passeport de chacun des 3.000 dossiers- mis en ligne par des "terroristes informatiques", la nouvelle fonctionnalité de Google a de quoi inquiéter.

Mais inquiéter qui ? A l’heure où sphère publique et sphère privée existent de moins en moins et où le voyeurisme est insufflé par certaines institutions, peu de citoyens semblent préoccupés par cet étalement d’informations sensibles, personnelles et confidentielles. Sous prétexte de réaliser des économies grâce à l’informatique, et de faciliter la vie grâce à l’information, Big Brother is watching us.

En France, la CNIL s’inquiète du traçage des données de chacun. Il serait temps qu’elle se rende compte que les autorisations de stockage et d’utilisation des informations qu’elle a donné sont une hérésie et un grand danger. Certes, les sociétés ou institutions sont "sérieuses" et on imagine qu’elles sont contrôlées et surveillées, mais qu’en est-il de leurs systèmes de protection ? Que va t-il se passer lorsqu’une société malfaisante va mettre les moyens nécessaires pour pirater les serveurs de la CIA où transitent toutes les informations mondiales ? Car rappelons que les Etats-Unis ont refusé que l’ONU puisse avoir la main sur ces mega-serveurs ! Et rappelons aussi que ces serveurs connaissent parfois des "pannes" dues à des intrusions...

Le terrorisme de demain n’est pas 2 avions lancés contre des tours et faisant 3.000 morts environ. Le terrorisme de demain est l’usurpation d’identité. Grâce à la Toile, un hacker averti peut aisément se transformer en notre double et commettre des méfaits mineurs contre de l’escroquerie financière, ou majeurs comme du grand banditisme...Le clonage existe bel et bien.

Avant on se faisait voler son porte-feuille dans le Métro. Gênant mais pas si dangereux que ça, avec tout au plus le devoir de refaire les cartes d’identité, le permis de conduire et une carte bleue. Pour se sécuriser on répartissait tout dans des poches différentes...désormais c’est la concentration des données en un seul et même endroit qui est mise en exergue.

Nous sommes tout nus sur Internet...le monde entier va avoir accès à notre être le plus intime. Avec Facebook et les autres sytèmes communautaristes on connaît nos amis, nos centres d’intérêts, on télécharge nos photos de vacances, on peut visionner notre villa à Neuvy-deux-Clochers ou savoir que notre ex-petite amie est une fausse blonde. Sur la Toile, un pirate un peu doué ou doté d’un bon logiciel de décryptage des mots de passe peut intercepter nos messages ; en laissant en veille nos ordinateurs, rien ne nous dit qu’à l’autre bout de la rue ou du monde, quelqu’un n’utilise pas une "black-door" pour aspirer le contenu de notre disque dur.

Pour le moment, le "progrès" justifie cette concentration d’informations personnelles et cela ne semble choquer personne. Mais dans quelques mois un pirate mal intentionné aura réuni les informations nécessaires pour devenir un "Martin Guerre" moderne. L’usurpation d’identité va devenir un jeu d’enfant tant les performances de l’informatique augmente.

Que faire ? Déjà en avoir conscience...ensuite, on le répètera jamais assez : Internet n’est qu’un outil. A vous de ne pas vous blesser avec et de savoir l’utiliser. Diriez-vous à votre voisin que vous avez des hémorroïdes, que votre petit copain se rase les poils des jambes, que votre compte en banque est dans le moins dès le 12 du mois ? Que votre artiste préféré est André Rieu ? Non...alors pourquoi le dire au monde entier ?

Les prétextes invoqués sont fallacieux : économies financières, facilités d’utilisation, consultation à distance, partage des données avec des "professionnels",...Carte bleue, Pass Navigo, GPS, téléphone mobile, Blackberry -interdit d’utilisation pour les hauts fonctionnaires de l’Etat-, amis et contacts, plus rien n’échappe au Réseau Général (RG).

Vous êtes abonnés à un site rencontre où vous avez mis votre adresse perso ? Il suffit de savoir dans quelle ville vous êtes pour connaître votre adresse avant même de vous parler...vous avez joué à un jeu en ligne et depuis votre boîte est spammée ? Sachez que les sites intrenets revendent leurs "fichiers-clients" car c’est cela qui leur fait gagner de l’argent.

La réalité est simple et il n’y a qu’à lire "Le palais des rêves" d’Ismaël Kadaré pour comprendre comment notre être le plus intime doit être disséqué par les gouvernanst certes mais aussi les grands acteurs économiques. Le rêve des dictateurs est devenu réalité. Big brother est un frère...ennemi.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 24 mai 2008 18:22

    Oui, il faut sérieusement espérer que cette initiative de Google se plante complètement. J’ai du mal à imaginer plus néfaste utilisation possible du net.

    La destruction des systèmes de santé publics est une tendance lourde que l’on va voir à l’oeuvre aussi en France, et la création de ce genre de fichiers en est l’arme majeure. Elle permettra aux assurances privées de choisir leurs clients pour leur "faible risque". Ce sera win-win pour les deux. Mais la sécu récupèrera le reste et coulera. C’est le but.


    • Pak 24 mai 2008 22:47

      Ok pour google mais il ne faut pas faire la confusion entre "internet" et "base de données". La perte du CD dans le taxi restera toujours possible et les administrations ne vont pas s’en tenir aux classeurs papier non ? Reste à éviter les fuite et la concentration de trop de données au même endroit.

      Quand au serveur de la CIA, j’aimerai bien savoir comment il feraient pour filtrer et archiver l’immensité du traffic (et des fausses info qui transitent dessus) !

       


      • moi4 24 mai 2008 23:55

        Bonsoir,

        Je suis d’accord avec vous concernant la CIA...ils n’ont a priori pas les moyens humains de le faire ; mais il n’empêche qu’ils peuvent le faire...d’autre part, n’oubliez pas qu’ils indexent certains mots pour "filtrer" justement. Et, à mon avis, le danger ne vient pas trop de la CIA mais plutôt d’organisation terrorristes bien équipées ou de sociétés commerciales qui vont prendre des parts importantes dans des sociétés différentes et pouvoir regrouper ensuite des informations...

        Pour la concentration, là est bien le danger du stockage des bases de données et de leurs accès via Internet...Concernant le CD, les services médicaux britanniques n’avaient même pas de copie pour le coup. Ils doivent donc recontacter 3 millions de personnes.

        En cas de conflit majeur -économique ou militaire- nul doute qu’ils mettent leur nez dans les fichiers.

        Merci pour votre contribution.


      • Le Cygne 25 mai 2008 00:18

        Il semblerait bien qu’il s’agisse là d’une initiative très dangereuse ; il est en effet vrai que n’importe quel bon informaticien peut rentrer quand il veut dans votre ordinateur et le vider de ses données, quand on pense à ceux qui classent tous leurs papiers, retraite, compte bancaire, contrats en tout genre, sur leur PC - car il faut reconnaître que c’est plus pratique, plus rapide - et croient qu’ils ne risquent rien !

        Dangereux même pour les médecins qui verront leurs patients perdre leur confiance en eux. Sur les anciens forum de santé, on pouvait voir qu’ils étaient nombreux contre ce système et qui finalement préféraient se soigner par les plantes car ils estimaient que c’était une atteinte à leur liberté,

         

        ou ceux victimes de dépression dans notre société où tous les coups tordus sont permis, surtout quand il vous arrive malheur,

        ou tout simplement un incident de parcours amoureux...soignés facilement aujourd’hui, excepté malheureusement le sida.

        etc... Toute opinion politique mise à part, il ne me semble que la Ligue des Droits de l’Homme approuve

        cette initiative.

         

        Je ne peux pas dire mieux que vous et je suis heureuse que d’autres personnes que moi réalisent le risque que cela représente pour tous en cette période où tout n’est pas particulièrement facile.

        Moi qui me croyais tranquille derrière mon PC où j’avais fait un projet de livre auquel il fallait bien évidemment apporter des modifications, j’ai entendu un de mes voisins en parler et là même mon mari n’était pas au courant.

        J’ai été piratée, je pense savoir qui c’est.... mais ces petits malins malsains sont forts dans tous les domaines.

        Merci pour votre article.

         

         

         

         

         

         


        • pierce 25 mai 2008 11:33

          certes, on est en droit de se demander si cette initiative est ou non dangereuse. ceci étant dit, personne n’est obligé d’utiliser google health s’il ne le souhaite pas (ce qui est mon cas). bien plus inquiétantes pour les libertés individuelles sont les bases de données que vous ne connaissez pas et donc dont vous ne maîtrisez pas le contenu. je me suis toujours demandé qu’elle était la proportion des bases de données effectivement déclarées à la CNIL par rappot au total ? quelqu’un a des sources d’information sur une telle estimation ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

moi4


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès