Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Google lance son navigateur au moyen d’une BD

Google lance son navigateur au moyen d’une BD

C’est à une bande dessinée envoyée officiellement par mégarde que nous avons appris dans l’après-midi de lundi le lancement d’un navigateur Google baptisé Chrome.

Il semble conçu pour gérer autant les applications que les pages web et tout le monde se demande qui va en souffrir le plus.

LA BD d’abord. Elle est l’œuvre de Scott McCloud, adepte des TIC et théoricien du genre. Elle nous donne un certain nombre d’informations techniques dont le fait par exemple que les onglets seront à l’envers de ceux auxquels Firefox (vite imité par Internet Explorer) nous avait habitué.

chrome-mccloudgoogle.1220336099.png

Sur le fond, la caractéristique la plus évidente semble (Chrome n’est pas encore public au moment où j’écris il le sera mardi - et la première version ne fonctionne que sur Windows… que je n’ai pas encore installé sur mon Mac) le fait d’isoler chaque onglet des autres. Cela permet quand l’un crashe de ne pas affecter le reste. Autre avantage, on peut naviguer en anonyme depuis un de ses onglets sans toucher aux autres. Chrome est développé en Open Source.

Voici quelques sites qui vous en diront plus :

Read/WriteWeb - Google to Offer its Own Browser : Chrome GigaOm - Why is Google Releasing a Browser ? TechCrunch - No Joke : Google Introduces The Chrome Browser With A Cartoon Technologizer - Ten Questions About Google Chrome Techmeme - (les principaux articles et billets)

Ce nouveau navigateur est manifestement conçu pour gérer les applications autant que les pages web ce qui pourrait en faire un outil génial pour ceux qui veulent travailler dans les nuages tout en ayant accès à leurs documents même quand ils sont offline.

D’où la question concernant les victimes d’une telle initiative par le géant de l’informatique d’aujourd’hui.

Si on s’en tient au navigateur, tous les autres peuvent souffrir de l’arrivée de ce nouveau venu qui a les poches pleines de ressources. On notera que le patron de Mozilla (qui dépend économiquement de sa relation avec Google) a déclaré à Om Malik qu’il ne se faisait pas trop de souci. Il fait peut-être contre mauvaise fortune bon cœur, mais mieux vaut prendre les choses calmement pour le moment.

Kara Swisher qui travaille pour le Wall Street Journal pense qu’il s’agit d’une offensive directe contre Microsoft, pas seulement au niveau du navigateur : au niveau du système d’exploitation que Google veut déplacer. Le logo, remarque Harry McCracken, rappelle incroyablement celui de Vista.

La compétition relancée dans ce domaine essentiel (Matthew Ingram s’en félicite) m’intéresse moins que le passage que nous sommes en train de vivre à une nouvelle étape du web comme le laissent entendre les quelques caractéristiques techniques mentionnées et notamment le fait d’avoir conçu Chrome comme un outil permettant de gérer aussi bien les applications que les pages du web.

Et vous, qu’en pensez-vous ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Forest Ent Forest Ent 2 septembre 2008 18:43

    Je ne vois pas en quoi cela menace windows. Le rôle d’un OS est surtout d’interfacer les divers matériels, en quantités astronomiques. Ce n’est pas le métier de Google. Et je ne vois pas de grande révolution dans le fait d’avoir un navigateur multitâche.


    • stephanemot stephanemot 3 septembre 2008 04:11

      Google ne propose pas un OS mais un navigateur.

      Il ne menace pas Windows et IE, bien au contraire : il affaiblit surtout les concurrents comme Firefox qui commencaient a tailler des croupieres du cote de Redmond, et menace donc la diversite de tout un ecosysteme (http://mot-bile.blogspot.com/2008/09/google-chrome-more-open-source-less.html ).

      Google est decidement de plus en plus microsoftien dans sa facon de controler tous les points d’entree. A la difference de MSFT, qui capitalise sur les solutions, Google procede sur la connaissance du client et de ses usages.


    • Francis Pisani Francis Pisani 3 septembre 2008 05:43

      L’essentiel, me senble-t-il c’est que c’est le premire navigateur entièrement conçu depuis le début pour gérer des applications. C’est selon Nicholas Carr le maillon faible de l’informatique dans les nuages et la raison pour laquelle Google avait besoin de le renforcer sans pouvoir compter sur personne comme je l’explique dans une MaJ à mon billet sur Transnets.net.
      C’est sur cette base sans doute que nous pouvons discutter pour savoir si oui ou non et jusqu’à quel point cela peut servir à Google dans sa lutte contre la domination de Microsoft dans le domaine des systèmes d’exploitation.


    • quen_tin 3 septembre 2008 12:34

      Le rôle de l’OS est aussi de lancer les applications. Or de plus en plus celles-ci sont distantes, et notamment chez google (gmail, google documents) ce qui permet :
       - de délocaliser les données : j’y accède ou que je sois
       - de mettre à jour les applications de manière transparente (principe de la "beta" eternelle).

      On peut imaginer que dans un futur proche toute la partie "soft" de l’OS, c’est à dire les logiciels et les données, se trouvera intégralement sur le net et qu’on y accédera par différents terminaux (télévision / téléphone portable / ordinateur) ayant chacun un OS "hard" avec pour seul logiciel... le navigateur.

      L’enjeu est donc bien de concurrencer windows.


    • quen_tin 3 septembre 2008 12:43

      A noter que google a aussi pour projet de développer un OS gratuit pour téléphone portable, android.
      C’est la dernière pièce du puzzle... Avant de s’attaquer au hardware !


    • Vincent 3 septembre 2008 13:06

      @ Forest Ent :

      Du point de vue de l’utilisateur, le navigateur multitâche ne semble pas très intérressant. D’ailleurs, en lançant chrome, à première vue, on ne voit pas vraiment ce que ça change. Mais ça va simplifier la vie des dev web, et ça apporte plus de stabilité au navigateur : si un des onglets contient une appli qui plante, vous fermez l’onglet mais pas tout le navigateur. De plus, on n’aura plus d’accumulation de fuites mémoires au bout de plusieurs heures (jours ?) d’utilisation, puisque la mémoire d’un onglet fermé est automatiquement libérée (par l’OS), à la différence de IE ou firefox, qui utilisent un seul processus pour tous les onglets, et s’occupent eux-mêmes (très mal) de libérer la mémoire quand un onglet est fermé. Tout ceci est bien expliqué dans la BD.

      @ stephanemot : c’est sûr qu’à première vue, chrome concurence FF. Mais je ne crois pas que le but de google soit d’imposer leur navigateur. Les applis web sont une bonne partie de leur fond de commerce, ils veulent simplement un navigateur performant pour que leurs clients soient satisafaits. En fait c’est une bonne chose qu’ils aient sorti ce browser, ça va pousser les autres (firefox ie opera safari etc...) à faire des améliorations similaires sur la sécurité, l’exécution du JS (faut avouer que c’est pas folichon, sur IE comme sur FF), la gestion de la mémoire, etc... Parce que honnêtement, je vois pas beaucoup d’amélioration entre FF2 et FF3. Ils se seraient pas un peu endormi sur leurs lauriers ? Tout ce que google veut obtenir à terme avec chrome, c’est que l’ensemble des navigateurs utilisés par leurs clients soient aussi performants. Chrome est leur norme en terme de sécurité, stabilité, et rapidité d’un navigateur. c’est expliqué dans la BD.Chacun est libre d’y croire ou pas, mais l’ensemble du code source est disponible sous licence BSD... ça me parait contradictoire de vouloir s’emparer d’un marché, tout en armant la concurence. 

      J’ai installé chrome pour l’essayer, mais je ne suis pas prêt de lâcher Firefox, car il propose un plug-in qui me plait énormément et qu’on ne trouvera sûrement jamais sur chrome (modèle économique oblige) : il s’agit de AdBlock plus !!


    • tvargentine.com lerma 2 septembre 2008 21:35

      http://www.tvargentine.com/video2008.asx

      Les videos windows ne passent pas ?????

      Sinon c’est pas mal,cela ressemble à l’explorer de Apple


      • Marc Bruxman 3 septembre 2008 00:27


        				

         
        					Je ne vois pas en quoi cela menace windows. Le rôle d’un OS est surtout d’interfacer les divers matériels, en quantités astronomiques. Ce n’est pas le métier de Google. Et je ne vois pas de grande révolution dans le fait d’avoir un navigateur multitâche.

        Non mais de plus en plus d’applications passent en mode "online" et sont exécutées dans le navigateur. Pour que des applications riches puissent tourner dans le navigateur, il faut que la technologie JavaScript soit supportée de façon efficace par les navigateurs. La dessus :

        				
        • Internet Explorer est catastrophique. 
        • Firefox est bien meilleur. 
        • D’après les premiers benchs, Chrome est 33% plus rapide que Firefox sur le javascript.
        Les premiers résultats obtenus montrent que Chrome. rend les applications qui utilisent javascript beaucoup plus agréables à utiliser. Cela comprend Gmail et Google Documents. 

        Si Microsoft a tenu à couler Netscape dans les années 90 c’est parce qu’ils craignaient déja que Netscape via ses technologies Javascript (à l’origine c’est une invention de Netscape) transforme le système d’exploitation en commodité et que les applications s’exécutent dans le browser. Sauf qu’à l’époque c’était de la science fiction ! Bien sur dés que Netscape a coulé, Microsoft a cessé de bosser sur JavaScript, une technologie bien trop dangereuse a ses yeux. 

        Depuis l’idée a fait son chemin, les connexions permanentes (ADSL) sont généralisées et les développeurs ont trouvés un moyen d’utiliser JavaScript pour faire des applications riches malgrés ses nombreuses limitations techniques. Le Software As a Service est en train de devenir une possibilité envisageable. 
        C’est simultanément que le CouldComputing et le GridComputing font leur apparition sur la scéne et deviennent la encore la coqueluche des investisseurs. C’est une des briques manquantes pour que le SaaS soit déployé à grande échelle. Et le système d’exploitation menace lui aussi de se transformer en commodité sur le marché des serveurs !

        Le navigateur de Google en améliorant le Java Script et permettant le multi-tache va permettre de lancer cette prochaine révolution : les applications hébergées et collaboratives. Microsoft fait la geule car Google est une cible plus dure que Netscape a couler ! Ils ne peuvent pas faire moins cher que gratuit ! Et ils n’ont pas la technologie coté serveur pour les suivre. 

        La nouvelle est donc importante ! Et ca va bouger à la vitesse de l’éclair ! Le marché de la technologie a ca de bien que l’on ne s’ennuie jamais en le suivant !


        • Forest Ent Forest Ent 3 septembre 2008 03:16

          Merci de cette explication. Mais il ne me semble toujours pas que windows soit très menacé là-dedans. Disons que ça peut lui piquer une extension potentielle. Mais ce n’est pas gagné d’avance. Microsoft peut améliorer IE et continuer à flinguer tout ce qui ressemblerait à un standard java.


        • Inquiet 3 septembre 2008 11:37

          A Forest Ent :
          Ce qu’il faut bien avoir en tête, ce n’est pas la menace pour Windows dont il est question, mais de TOUS les OS.
          Si celà s’avérait productif ("lancement d’applications online et via navigateur" ndlr), l’ensemble des OS n’auraient plus à se charger de l’interface graphique tout simplement.
          Un seul "launcher" pour ordi (PC / Mac ou autre, car en fait on s’en fiche royalement ^^) suffirait à lancer l’Applicatif d’Environnement quelque soit le matériel.
          La rupture serait consommée entre "le démarrage du véhicule" et de son "itinéraire imposé par le constructeur" (Microsoft), à la différence que l’itinéraire serait imposé par la compagnie des autoroutes (Google) avec quelques nationales et départementales ici et là tentant de ramasser quelques miettes. smiley

          En conclusion, Google, comme un bon joueur d’échec, place ses pièces en attendant que les gens soient plus sensibles à l’externalisation (juste une question de génération et de moeurs) et la venue d’IPv6.


        • Vincent 3 septembre 2008 12:20

          Chrome n’est pas un OS, c’est un navigateur. 
          Il n’est pas capable de communiquer à lui tout seul avec le matériel de l’ordinateur : DD carte graphique, carte réseau etc...
          Il a besoin d’un OS et d’un window manager, car il ne peut pas s’afficher lui-même sur l’écran !

          Chrome menace un peu plus m$, car il ajoute un nouveau concurent à IE, et surtout qu’il permet un gain de performances sur des technologies comme google documents, qui elles, concurencent frontalement les produits microsoft (m$office). De plus, à terme, ce navigateur tournera sur linux, macOs et sur les mobiles android ; quelque soit le terminal, on aura sensiblement la même apparence des applications, ce qui rassure les utilisateurs "basiques". 

          Mais, je le répète, le navigateur a besoin d’un OS et d’un window manager, chrome ne peut pas à lui tout seul remplacer windows.



        • Inquiet 3 septembre 2008 15:25

          "Mais, je le répète, le navigateur a besoin d’un OS et d’un window manager, chrome ne peut pas à lui tout seul remplacer windows. "

          On est d’accord !!!

          Le fait est, que Chrome n’est à mon avis QU’UN DEBUT.
          Il y aura toujours besoin des APIs (Graphiques ou autres) de l’OS pour fonctionner. Ce qui n’est pas d’ailleurs contradictoire à ce que j’ai dit : l’OS deviendrait un "launcher" (dans l’idée de la virtualisation par exemple).

          Ce que je voudrais faire comprendre, c’est pas de dire que l’OS sera complétement dépouillé, mais que ce que pourra faire Windows pour "alimenter" Chrome version XXX, Linux, Mac, Solaris ... le pourra aussi.

          Il faudrait une vraie politique impopulaire de sabotage pour empêcher l’OS de fonctionner avec un outil spécifique.

          Peut importe que Microsoft souhaite respecter les standards html/xml/javascript/.... Chrome le fera.

          Ainsi, il n’est pas abbérant de penser que le parc logiciel offline et/ou online pourraient avoir envie de se greffer sur la "sur-couche" Chrome pour ne pas avoir à ce soucier justement de toutes ses APIs propriétaires des éditeurs d’OS, et laisser faire le boulot par le géant Google.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès