Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Google s’invite chez vous

Google s’invite chez vous

On croirait lire le scénario d’un film de science-fiction, mais c’est bel et bien de la stratégie de Google qu’il est question !

Toujours à l’affût de recettes publicitaires, la firme de Moutain View se lance sur le marché de la télévision d’une bien drôle de manière ! Car c’est vous écoutant que Google compte vous proposer des publicités ciblées...

Google dans votre canapé
La dernière trouvaille de Google consiste à utiliser le micro inséré dans votre ordinateur pour savoir quel est le programme que vous regardez. Toutes les cinq secondes est envoyé un signal sonore aux gigantesques robots de Google qui le décryptent et le mettent en correspondance avec les programmes du moment.
Vous pourrez dès lors commander la tenue de vos acteurs fétiches, les DVD des séries et des films, et même vous entretenir sur les forums ou chats avec ceux qui regardent la même chose que vous.
Google savait déjà quels mots clés vous tapiez, quelles pages Web vous visitiez, quels messages vous rédigiez (via Gmail), ils savent maintenant ce que vous regardez !
Et même si Google garantit que le micro ne peut détecter que le programme télévisuel et non vos conversations, il y a de quoi s’inquiéter, surtout lorsque la firme se rapproche officiellement de la NASA.

Un marché colossal
Alors que Google est en phase de test avec la presse écrite américaine, et le sera bientôt avec la radio (voir Google : la folie des grandeurs), la firme compte bien s’emparer du marché télévisuel.
Il s’agit en effet du plus gros marché publicitaire générant chaque année 75 milliards de dollars de recettes aux Etats-Unis.
En quelques semaines, les perspectives de croissance de Google ont été multipliées par dix. Cet engouement s’explique en partie par la pression des actionnaires souhaitant un rapprochement entre la valeur boursière et la valeur comptable (la capitalisation de Google dépasse 150 milliards de dollars).

Les chaînes de télévision prises au piège
Google est fréquemment attaqué pour violation des droits d’auteur, depuis le rachat de YouTube. Pas une journée ne passe sans qu’un litige n’éclate consécutivement à la diffusion d’une oeuvre protégée (voir aussi Business is Business : Google en fait les frais).
En proposant une source de revenus supplémentaires aux chaînes de télévision qui sont pour la plupart dans une phase de stagnation, Google espère bien faire cesser ces attaques.
Cela n’est pas sans rappeler la démarche adoptée auprès des journaux américains.
Ironie de l’histoire, Google grâce à ce système, aura une meilleure connaissance du profil des consommateurs que les chaînes elles-mêmes, grâce à l’analyse du trafic.

La carte YouTube
Mais Google ne compte pas simplement fournir de la publicité ciblée aux chaînes de télévision. L’objectif à terme est très probablement d’évincer celles-ci au profit de YouTube.

La récente alliance avec Apple et le lancement de l’iTV vont dans ce sens. L’appareil permettant de regarder la télévision serait alors l’iTV, le moteur de recherche serait Google et le vecteur, YouTube.
Les relations entre Apple et Disney permettraient, entre autres, de visualiser les programmes en haute définition.
En contrôlant une partie des revenus des chaînes de télévision, Google inverse le rapport de forces et laisse la porte ouverte à ce type d’initiative.

Le syndrome Big Brother
Mais au-delà de ces considérations stratégiques et commerciales, c’est du respect de la vie privée qu’il est question.
Car si Google parvient à prendre d’assaut les différents marchés publicitaires, rien ne pourra plus l’arrêter. Et bien malin celui qui pourra prédire les limites de Google.
Etes-vous prêts, chers lecteurs, sous prétexte de recevoir de la publicité ciblée, à ce que Google modélise votre comportement et s’immisce dans votre vie privée ? Pensez-vous toujours que la firme californienne a pour but d’améliorer la condition humaine, comme le prétendent ses dirigeants ?

Aux amateurs d’Aldous Huxley, le meilleur des mondes s’est trouvé un nouveau nom...

Googlinside

Voir aussi : pdf de présentation


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (146 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Fred (---.---.64.1) 12 décembre 2006 11:18

    Tant que cela reste un système volontaire (ce qui reste à surveiller) ca ne me pose pas de problèmes. Des gens d’accord pour laisser entrer chez eux des micros ou quoi que ce soit de ce genre épiant leur manière de vivre pourront difficilement se plaindre d’une intrusion dans leur vie privée. Mais il faut rester vigiliant face à ces technologies car l’aspect volontaire risque bien de s’amenuir.


    • Jean-Pierre An Alré (---.---.80.238) 12 décembre 2006 17:45

      Vous aimez bien GoogleEarth ? Si ve ne faites pas attentions à toutes les options à cliquer ou décliquer il vous installe la GoogleTool bar qui inspecte, recense et répertorie le contenu de votre disque dur.

      Demain la Toolbar de Google pourra vous écouter d’autant plus facilement que sur les ordinateurs portables dont nous sommes friands il y a un microphone par défaut même en l’absence de Webcam.

      Jean-Pierre


    • Fred (---.---.64.1) 13 décembre 2006 09:08

      Oui c’est bien ce que je craignais, mais il doit bien y avoir une case à décocher, quelques part, tout en bas... smiley


    • jamesdu75 jamesdu75 12 décembre 2006 15:14

      De tt facon une agence gouvernemental des pays develloppés (comprendre qui consomme beaucoup et de tout) a des moyens trés simples de verifié tt ça. Rien qu’au niveau des relevé CB ou le controle de l’adresse IP. DOnc sachant que la procedure n’est pas imposée, peu de chance d’avoir un danger.

      Le probleme sera quand des entreprises de ce type seront absorbé par un état totalitaire.


      • parkway (---.---.18.161) 13 décembre 2006 12:48

        james du 75, les US sont-ils démocratique ?

        le gouvernement a emmené ses cytoyens à la guerre par le bout du nez. comment faire pire ?

        Moi, je dis qu’il y a à craindre, et que c’est peut-être dèjà trop tard !

        Je ne dirai pas après moi le déluge, car il arrive beaucoup plus vite que prévu...


      • Jipé Jipé 12 décembre 2006 18:38

        Les créateurs de Google sont deux génies qui ont compris les ficelles de la marionette sociétale.

        Deux génies qui les tirent (à juste raison), en « créant de la croissance » avec un maximum d’efficacité. Bref ils se remplissent poches (à injuste raison ?).

        Chacun de nous le fait d’ailleurs à son petit ou moyen niveau. Eh oui... même chercher un emploi est en soi un tirage de ficelle : c’est vouloir tirer profit de la société.

        Avec le salaire (l’avantage) que l’on tire de la société, on peut avoir une maison, une voiture, une machine à laver, un téléphone portable, des rideaux ... etc. C’est super non ?

        Alors que sans salaire (sans avantage) tiré de la société, ce serait assez difficile. De toute façon il n’est plus question de vivre de chasse et de cueillette en habitant une grotte. L’époque est à l’industrialisation. C’est dommage non ?.

        La faim de posséder, le pouvoir de posséder ... l’argent. Comment s’en passer ? Expliquez-le moi.

        Comme dirait Jean-Paul II, repris par Jacques Chirac : « N’ayez pas peur. » J’ajouterai : ne succombez pas à la paranoïa.

        Vous restez libres d’utiliser ou de ne pas utiliser Google et ses dérivés, de manger ou de ne pas manger des yaourts Danone, de regarder tf1 ou canal+ ou de ne pas les regarder. Vous pouvez vous poser ces questions, ou ne pas vous les poser.

        Cela fait bien longtemps que nos esprits sont pénétrés inconsciemment par la volonté d’autrui, et que nous pénétrons en retour la sienne à son insu.

        Chacun est maitre et responsable de lui-même. Seul un fou ou un fourbe pourrait prétendre qu’il ne l’est pas.


        • parkway (---.---.18.161) 13 décembre 2006 13:00

          JIPE

          « Vous restez libres d’utiliser ou de ne pas utiliser Google et ses dérivés, de manger ou de ne pas manger des yaourts Danone, de regarder tf1 ou canal+ ou de ne pas les regarder. Vous pouvez vous poser ces questions, ou ne pas vous les poser. »

          Bof ! je suis libre de travailler ?

          je suis obligé de travailler, nuance, du moins pour celui qui ne peut pas ou n’a pas pu choisir son travail.

          Effectivement, il y en a qui ont choisi !

          Libre avec GOOGLE ?

          Si ils informaient leurs clients qu’ils les espionnent de cette façon, ils auraient certainement plus de gens libres qui les utiliseraient ou ne l’utiliseraient pas !

          A mon avis, Google préfèrait ne rien dire pour avoir plus de monde à espionner !

          Ah ! chers américains ! qu’est-ce qu’on ferait pas pour le pognon !

          Si vous extrapolez mon argument, seriez vous prêt à imaginer qu’une nation comme les US soit capable de truquer les informations pour faire une guerre et se remplir les poches ?

          C’est une bonne question, non ?


        • Jipé (---.---.50.250) 17 décembre 2006 14:55

          Parkway,

          Nous pouvons travailler sans Google (et autres gros zozos), c’est d’ailleurs en le faisant que nous créons la concurrence, le choix, etc, nous les consommateurs.

          Pour ma part je défends le logiciel libre.

          D’un autre côté quand un outil est bien fait, il est normal de l’utiliser. On ne trouve avec Google que ce qu’on vient y chercher, et nous sommes les premiers responsables de leur succès, nous les consommateurs.

          L’individu ne reste consommateur que s’il le décide, ou bien s’il s’y complait. Dans le fond c’est lui le maître, c’est lui qui a le « pognon ».

          A tout moment celui-ci peut se prendre en main, et refuser d’accepter ce qu’on lui impose. Il peut thésauriser et consommer beaucoup moins, par exemple. Evidemment, si ce qu’il souhaite est de ne pas travailler, ce sera dur pour lui, vis à vis de ceux qui, quasi unanimes, acceptent le concept travail / salaire.

          Quand au choix du travail, de son métier si je vous suis bien, alors je ne peux que vous rejoindre. Comme vous le dites, nous sommes « obligés » de travailler, et malgré ça, certains ne trouvent pas de travail.

          Dans le fond, je l’avoue, je suis prêt à vider les fosses septiques de mes concitoyens si cela paye bien. L’argent, voilà ce dont nous ne pouvons nous passer en fait. Mais celui-ci n’est pas un frein à nos libertés individuelles, bien au contraire, il semble en être le garant. Malheur aux pauvres ...

          Ce qu’il faut, c’est que chacun puisse tirer avantage de la vie en groupe, sans se sentir abusé, ou en position de faiblesse. Car chacun possède le pouvoir sur les puissants.

          Eh oui, c’est par l’argent du citoyen, par le fruit de son travail, que ceux qui produisent de la consommation, de la croissance, s’enrichissent. C’est avec notre fric qu’ils travaillent, c’est leur rôle et c’est comme ça que nous les « élisons ».

          Quand au fait d’être espionné ... J’espère que chaque citoyen n’a rien à cacher, afin qu’il puisse garder son esprit critique. Ce serait dommage de céder au chantage odieux du profit mutuel, n’est-ce pas ? :8)

          Pour finir. Lors des « attentats » du 11/09 j’ai vu ce jour-là un scénario holywoodien, un scénario à l’américaine. Mais je ne dispose d’aucune information officielle et me refuse à croire en une thèse ou une autre.


        • Basile CLAPAS Basile CLAPAS 12 décembre 2006 21:08

          Salut Youri et merci pour ton article.

          Même si ces risques existent, il ne faut pas perdre de vue ce que Google a apporté au web, et le tout gratis.

          Qui peut dire qu’il n’utilise jamais Google ?

          Il ne faut pas se faire d’illusions, la société de demain fonctionnera selon ce modèle : si on veut du gratuit, on doit en accepter certaines contreparties. Aujourd’hui plus personne ne veut payer pour avoir des services, mais qui travaille gratos ?

          Ce qui est dommage à la limite, c’est que personne ne soit encore capable de faire aussi bien que Google, car un peu de concurrence ferait du bien. Les médias traditionnels auraient mieux à faire en imitant Google qu’en tirant dessus.


          • faxtronic (---.---.165.163) 12 décembre 2006 22:57

            Moi je m’en fous j’ai pas la télé. Je passe mes soirée avec mon ami carlos pour imaginer un attentat pour faire sauter le manneken pis de bruxelles et le remplacer par celui de gerardmont......

            Tant que c’est une demarche volontaire OK, sinon pas de risque. D’ailleurs il faudrait un micro, que j’ai pas, et une tele, que j’aais pas, et il faudrait d’abord faire taire carlos qui essaye ses bombes a mayonnaise. Ce va faire du bruit.

            Je sais, mon commentaire n’est pas constructif. Mais l’article est digne de figurer dans Detective et pas dans AV, na !


            • llaurrrent (---.---.143.32) 12 décembre 2006 23:18

              Pour l’instant, j’utilise plusieurs produits Google gratuitement, dont mon blog... Je suis très satisfait et Google ne m’a encore rien imposé ni obligé à recevoir de la pub. Effectivement cette intrusion peut être vu comme une menace (et on sait - ou pas- qu’en Chine, Google n’est pas irréprochable dans la mesure où il s’est plié à la dictature communiste en censurant certains termes sur son moteur de recherche), mais c’est la contrepartie si l’on veut pouvoir profiter du web. Personne ne nie qu’un moteur de recherche est une source de connaissance fantastique pour tout le monde. Qui n’est pas d’accord doit refuser Internet, car c’est bien là sa raison d’être...


              • louis mandrin (---.---.36.85) 13 décembre 2006 00:08

                et google, il va envoyer quoi pour les inconditionnels de south park, un coffret « Mr HANKEY » ??? je ne voudrais pas être à la place des robots-écouteurs, ils déprimeraient vite à écouter les dialogues de la STAR’Ac ou les journaux télévisés.... il suffira de désactiver le micro ou de le débrancher quand il n’est pas incrusté dans l’écran ou la carcasse du pc....


                • Asp Explorer Asp Explorer 13 décembre 2006 07:38

                  Oh, les saulauds d’américains ! Ils veulent gagner de l’argent ! Bouh ! Bon, ben je vais pleurnicher tout seul dans ma petite chambre sur mon ordinateur, na...


                  • arturh (---.---.119.98) 13 décembre 2006 10:07

                    Cet article devrait être archivé dans une rubrique spéciale que les créateurs d’Agoravox devraient ajouter au menu : Les articles les plus bêtes et méchants.

                    la présentation nous fais croire que l’entreprise individuelle est un espèce de complôt deshumanisé (la firme de Moutain View se lance sur le marché de la télévision) où une sorte de secte sercète connaîtrait par avance les numéros gagnants du prochain loto ! La firme se lance et bien sûr, elle va gagner énormément d’argent puisque l’échec n’existe pas dans l’entreprise privée !

                    Quand on pense que les deux créateurs de Google se sont aperçu par hasard que leur système d’indexation de pages internet qui devaient constituer leur travail pour optenir leur diplôme d’université était un moteur de recherche particulièrement pertinent... bonjour Big Brother !

                    Quand on pense que ce que leur univerité leur a permis pour développer leur idée, aucune école ou université en France ne l’aurait autorisé ! Heureusement, nos universités forment quand même des étidiants pour écrire des crétineries comme cet article.

                    Avec son : « Etes-vous prêts, chers lecteurs, sous prétexte de recevoir de la publicité ciblée, à ce que Google modélise votre comportement et s’immisce dans votre vie privée ? », l’auteur mérite sa place au panthéon de la démagogie !

                    Ce « cher lecteur » suffit à lui seul à montrer le mépris de l’auteur de cet article pour les lecteurs d’Agoravox.


                    • Fabio (---.---.72.18) 13 décembre 2006 11:03

                      Tout ceci n’est qu’un pur mythe ! Presque une légende urbaine ! Si cela existait, cela se saurait depuis longtemps, et même si cela existe un jour, il n’y aura absolument aucune efficacité réelle car les gens informés et qui connaissent l’informatique (et ceux qui ont réellement qqch à craindre de ces pratiques connaissent l’informatique !) savent comment paramétrer en quelques secondes leur firewall (ou peut-être même via une hostlist modifiée) pour que le système soit rendu totalement inefficace ! Bref, voilà effectivement là un bel article usant du sensationnalisme pour attirer les foules, mais dans quel but exactement ??


                      • bj33 (---.---.44.117) 13 décembre 2006 11:16

                        C’est effectivement trés insquiétant de voir Google se rapprocher de la NASA..... smiley

                        Espérons qu’ils ne se rapprocheront pas de la NSA. smiley


                        • Jean-Pierre An Alré (---.---.124.107) 13 décembre 2006 12:13

                          C’est Peter Norvig qui a fait cette annonce. Technologiquement ça n’a rien d’innovant, c’est juste qu’appliqué au marche publicitaire c’est innovant.

                          Qu’est ce qui justifie l’ire de certains commentaires ? Vous ne croyez pas qu’il y a une bonne part d’inconscient dans vos réactions irritées ?

                          Il serait peut-être bon de les analyser smiley

                          Jean-Pierre


                          • arturh (---.---.119.98) 13 décembre 2006 14:34

                            les réactions irritées, dont la mienne, sont légitime. On vit quand même dans un pays, sur un continent, qui, pour la première fois de son histoire, vient de passer intégralement à côté d’une révolution industrielle, la révoluion informatique/numérique.

                            C’est comme si en France, dans les années 30 ont était incapables de construire un moteur, une voiture ou un avion !

                            En 2000, la France n’a pas un seul programme informatique généraliste significatif !

                            Le crétinisme de cet article n’en est pas la raison, mais il dit en est quand même révélateur.

                            Cet article est fait sur le même registre que celui qui a prévalu quand Google a annoncé qu’il comptait numériser une bibliothèque. Aussitôt la voix officielle de la France a poussé de grands hurlements, invoquant la loi maudite du profit, etc, etc, puis a annoncé un contre projet qui a été, évidemment, confié à un énarque. Depuis on n’a plus de nouvelles, mais je suis certain que l’énarque en question a au moins réussi, à l’issue d’un travail acharné d’une énorme équipe de bureaucrates, à fixer l’ordre du jour de la réunion préparatoire à la réunion qui doit commencer à rédiger l’avant-projet qui fixera l’ordre du jour de la réunion préparatoire à la réunion d’expert qui décidera quelle entreprise nationalisée sera chargée d’étudier un avant-projet de machine pour numériser les livres.

                            Tout ces guignols me font penser aux années 80 à l’époque où j’ai travaillé pour L’IRCAM (Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique) où l’alliance de ces mêmes bureaucrates/techniciens/fonctionnaires avaient réussit à produire un synthétiseur qui avait coûté 1 million d’euros de l’époque. Quand il a été à peu près au point, Casio a sorti un synthétiseur 100 fois plus pratique et compact qui coutait 1500 euros à la FNAC.


                            • avtcoco (---.---.56.34) 14 décembre 2006 19:13

                              Bonjour,

                              Je n’ai pas bien compris : par quel biais Google pourrait utiliser le micro du PC ? Google Desktop ? Google Earth ? La web page « www.google.com » (ou .fr, ou autre) ? La google toolbar ?


                              • Jean-Pierre An Alré (---.---.82.97) 14 décembre 2006 20:24

                                Pour utiliser le micro d’un PC il faut qu’un programme s’exécute sur le PC. Ce programme n’a pas besoin d’être un exécutable, même une machine virtuelle peut offrir cette fonction, par exemple celle de Macromédia avec les différentes versions de Flash.

                                Ce que propose Peter Norvig (le directeur de la qualité de la recherche chez Google et grand prètre de l’intelligence artificielle, j’adore ses écrits) ce n’est pas d’espionner les utilisateurs, mais c’est de procéder à un enregistrement sonore à intervals réguliers en notant l’heure et un alias de l’identité de l’utilisateur (que Google peut retrouver gràce à son cookie permanent).

                                A cet enregistrement Google va appliquer une sorte de « hash » ? Un « hash » en cryptographie c’est un moyen d’obtenir une signature de taille très réduite d’un enregistrement. C’est une sorte de compression à la puissance 10 000.

                                Ce hash va ensuite être comparé à des hash qui auront été enregistrés préalablement, ceux des chaînes de télévisions. Il ya aura des hash qui vont être très différents de ceux des chaines et d’autres très proches. Ceux qui seront proches vont donc indiquer qu’en sus des bruits de la pièce où a eu lieu l’enregistrement, il y avait bien la chaîne en question qui diffusait son programme.

                                Ce n’est pas révolutionnaire. N’importe quel server peut démarrer votre microphone de PC portable ou de PC de bureau avec WebCAM et enregistrer ce qui se passe chez vous. Il faut être bien ignorant pour croire celà impossible et je ne ferai pas cette injure aux lecteurs d’Agoravox.

                                La technologie de comparaison de « hash » est proche de celle qu’ils utilisent sur leur moteur de recherche pour comparer votre requète aux deux milliards de fichiers de leur base de données (ils ont aussi 400 000 serveurs raccordés par fibre optique sur le monde entier pour ça).

                                Ref : un article du MIT :

                                http://www.technologyreview.com/read_article.aspx?id=17354&ch=infotech

                                Jean-Pierre


                              • Philippe (---.---.148.19) 17 décembre 2006 12:30

                                merci Jean-Pierre pour ces explications tout cela fait froid dans le dos malgré tout : la majorité des utilisateurs cliquent dans la case Oui des fenêtres sans les lire ou sans comprendre le contenu de l’information délivrée. Il est fort à parier que bientôt notre intimité basculera dans la sphère marchande malgré nous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès