Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > « Google, the only strong competitor »

« Google, the only strong competitor »

Dans un précédent article, publié ici-même, je disais, un brin provocateur : Google.. What else.. ? A l’aube de 2013, Gartner, le leader mondial en matière de veille et de recherche dans le domaine des technologies de l’information, a nommé Google le seul puissant et vrai rival de Microsoft.. Il est désormais temps d’approfondir l’analyse, d’avancer des chiffres, des citations, des nouvelles références à l’appui de la spectaculaire ascension de Google dans l’informatique d’entreprise. Google ne s’arrêtera plus. Google, le seul et vrai rival de Microsoft, d’IBM et les autres.

Avant d’enseigner quoi que ce soit à qui que ce soit, au moins faut-il le connaître.. écrit Michel Serres de l’Académie française dans son amusant opuscule « petite poucette » qui a fait un tabac en 2012.. année de préparation de tous les changements de portée historique qui seront la marque de 2013, y compris en informatique et dans le domaine de l’Internet et de ses applications ..

« we work with every client to research, analyze and interpret the business of IT “ dit Gartner, qui a été fondé à la fin des années 70. On peut donc leur accorder plein crédit, à ces gens de Gartner, et les déclarer conformes aux exigences décrétées par l’Académicien Serres, reconnaître qu’ils savent de quoi ils parlent.. En ce qui me concerne, j’ai démarré bien avant eux, du temps de Sperry, et aujourd’hui, je jongle avec un certain bonheur avec les « Google sites », les « Google Apps » et autres outils.. Soyez assurés que je suis vraiment motivé pour vous expliquer ce qui va arriver.. Ce qui s’est déjà passé plutôt.

Bien évidemment, cette courte présentation qui fait le point sur la position de Google et annonce la construction de son monopole dans l’informatique professionnelle n’a de sens que si, entre temps, le monde ne bascule pas cul par-dessus tête à l’occasion de l’année du Serpent .. voire.

Une chose est acquise à l’heure qu’il est, Google n’est pas qu’un moteur de recherche. Mais faites le test autour de vous.. alors que tout le monde, absolument tout le monde connaît Google, pas un sur cent de vos amis, en France je veux dire, principalement, ne vous dira que Google a depuis longtemps déjà pris pied dans l’informatique professionnelle, dans les systèmes de productivité.. et que Google a déjà largement commencé d’investir les positions de Microsoft. Rares sont ceux qui dans le « grand Public » voient en Google autre chose que le fabuleux moteur de recherche.

Google Apps, Messagerie professionnelle, Traitement des documents, suite collaborative, applications Internet, applications video, applications d'archivages .. sans être exhaustif, c’est donc l’ensemble des outils et des applications offerts aux entreprises – « offerts » et le mot, vu les différences de prix considérables avec leurs équivalents MS, nous y reviendrons - des applications qui permettent de créer des documents, de les stocker, de les distribuer, de les partager, texte, image, video, de calculer, d’exécuter toutes les fonctions imaginables, de gérer en somme totalement, de répondre à pratiquement tous les besoins de traitement de l’information, le tout en environnement « Cloud », c'est-à-dire que plus aucun logiciel d’application n’est installé sur le poste de travail de l’utilisateur.

 

Cela fait plus de six ans que Google a ce modèle derrière la tête et qu’il a commencé à séduire – principalement et d’abord – les petites entreprises, les sart-up, les Home offices. 

 

Aujourd’hui le projet est devenu réalité et de grandes entreprises ont franchi le pas, tel, récemment, le fabricant suisse Hoffmann-La Roche où plus de 80 000 utilisateurs sont passés à Google Apps, tels le Ministère de l’Intérieur américain, avec plus de 90 000 utilisateurs. Google aurait actuellement plus de 5 millions de clients professionnels, de compagnies utilisatrices.. C’est une réalité.

 

Pas encore le raz-de-marée à venir pourtant, car encore beaucoup de sceptiques..

Quote :

- Google se paierait Microsoft ? c’est la blague de l’année.. !

- Google ne pourra jamais s’imposer dans les bureaux car il y a des millions et des millions d’applications back office écrite en VBA pour Microsoft Office, qui sont utilisées quotidiennement et massivement… les utilisateurs ont même tendance à développer eux-mêmes leurs propres applications pour Access ou Excel et n’hésitent plus à se passer du Service Informatique. Difficile dans ces conditions d’envisager une migration.

- Google ne remplacera jamais Microsoft, Microsoft dominera bientôt sans partage. L’ère Apple touche à sa fin dans l’année qui vient. L’ère Google sera terminée quant à elle dans les six mois qui viennent. Le monopole de Microsoft est assuré pour 20 années.

- …

Unquote

 

Ainsi vont les commentaires de maints spécialistes, maints DSI, maints experts..

Julia White, directeur général de la business division chez Microsoft est encore plus catégorique : il n’y a pas de menace Google. Google n’a pas fait la démonstration, jusqu’à présent, de son sérieux. Vue de l’extérieur, il reste une entreprise qui vit de la Pub.

On retrouvera ces citations, d’autres encore, sur

 http://www.cnbc.com/id/100339024 : sous le titre “Google Apps Challenging Microsoft in Business”
 
Il est vrai qu’en 2011, pour Google, 1 milliard de dollars seulement provenaient de l’activité informatique professionnelle, sur ses 40 milliards de revenu total.

 

Mais les choses vont très-vite. Ce qui nous intéresse, c’est la suite.. voir si elle restera Microsoft ou deviendra Google. Qui deviendra le Maître incontesté de l’Office Suite Software par exemple ?

Suite à ses annonces de décembre 2012, Gartner propose un rapport détaillé de 10 pages, tout récent, fin 2012 également, sous le titre « Google Apps in the Enterprise, a Status Check », par Matthew w. Cain et présenté comme suit :

“Despite Google's different attitude toward the enterprise, Google Apps is forging its own way into the business market. IT leaders should use this analysis to understand the broad impact of Google Apps on the industry.”

Pour US$ 495.. un mince investissement pour une grande compagnie soucieuse de déterminer sa stratégie informatique en connaissance de cause, ou pour un club de DSI..

En ce qui nous concerne, poursuivons plutôt avec nos citations, nos chiffres et nos informations open source pour asseoir notre démonstration et rejoindre Gartner..

Toutes les dénégations évoquées supra ne sonnent-elles pas déjà comme de terribles aveux d’ouverture des hostilités ? Ne témoignent-elles pas de l’existence d’un réel combat entre les deux géants ?

 

Ecoutons Ms. White encore, CEO de la Business Division chez MS : « Office 365 est en passe de devenir le business qui connaît le plus rapide développement chez Microsoft ». Lorsqu’on sait qu’ Office 365 est exploité en environnement Cloud, on prend la mesure de la reconnaissance témoignée aux orientations technologiques de Google, pur Cloud !

On ne peut que se réjouir de voir MS s’engager sur les pistes largement ouvertes par Google et en confirmer aussi manifestement l’intérêt.

Ms. White poursuit : Pour devenir une menace pour nous, Google devrait pouvoir disposer d’une réelle expérience de réussite en milieu entreprises et notamment au niveau de la sécurité des données.

S’il ne tient qu’à cela ! Jeu d’enfants ! Comme si c’était fait, écoutons les utilisateurs de Google informatique d’entreprises :

 

Citations et chiffres à l’appui

« Avec Google Apps, les utilisateurs perçoivent une disponibilité permanente du service, et le retour sur investissement est immédiat. Google démocratise les outils informatiques car les salariés utilisent les mêmes services chez eux. Cela change complètement la relation aux outils collaboratifs traditionnels », Laurent Rousset. DSI Jardiland

« Le constat était simple : deux de nos quatre informaticiens étaient occupés à temps plein par les problèmes de saturation du serveur de messagerie » .. Mairie de Gap ..

« L’application utilise plusieurs technologies issues des bibliothèques de programmation de Google Maps for Business.. » Colissimo ..

« L’adoption de Google Apps a été perçue comme une évidence car beaucoup de collaborateurs ont déjà l’habitude d’utiliser ces applications dans leur version grand public.. » Chronopost .. 

« Nous avons souhaité faire d’une pierre deux coups en délaissant nos anciens systèmes de messagerie et de collaboration et en évoluant vers une seule plate-forme en ligne ». Essilor ..

« En 2009, nous avons donc évalué les offres de Microsoft, Zimbra (éditeur Open Source) et de Google, dont nous avons retenu la suite Google Apps for Business .. » Mairie d’Hayange ..

« L’histoire de Roche est basée sur l’innovation et le progrès, et nous pensons que c’est en phase avec ce que nous apporte Google Apps .. « Groupe Roche ..

« Fin 2010, notre serveur Microsoft Exchange arrivait à saturation. » .. Viadeo ..

 

Pour lire d’autres témoignages, aller plus loin dans l’étude des raisons des migrations et des avantages recueillis par les entreprises ayant choisi Google Apps .. et montrer in situ que Google dispose d’ors et déjà « d’une réelle expérience en entreprise » pour reprendre les termes de madame White, on pourra se reporter par exemple à :

http://googleenterprisefrance.blogspot.fr/search/label/Clients

ou voir le très-intéressant cas de Malakoff Mederic sur Youtube (comme celui de Price Minister et de beaucoup d’autres encore..

Puissance de Google oblige, non seulement en matière de savoir-faire, mais aussi de faire-savoir !

 

Parmi les 5 millions d’entreprises ayant déjà choisi Google Apps, citons quelques noms qui seront familiers à une oreille française :

 

Capgemini

Ceva Santé Animale

Chateauform

Cordys

Covoiturage.fr

Essilor

Euromaster

FantasticGreece.com

GE

Jaguar Land Rover

Jardiland

Malakoff Médéric

PriceMinister.com

Viadeo

BASF

BBVA

KLM

National Geographic

Pratt Industries

PriceMinister.com

The Guardian

 

 

A consulter :

 

http://googleenterprisefrance.blogspot.fr/search/label/Clients

http://www.google.fr/apps/intl/fr/customers/index.html#tab0

Google Project Glass : http://www.youtube.com/watch?v=9c6W4CCU9M4

http://beta.fool.com/rsaintvilus/2013/01/02/why-google-will-never-overtake-apple/20347/

http://www.fool.com/investing/general/2012/04/09/is-this-how-google-gets-to-1000.aspx

 

http://247wallst.com/2012/12/26/google-apps-increases-pressure-on-microsoft-windows/

http://www.cnbc.com/id/100339024


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Traroth Traroth 9 janvier 2013 15:52

    Ce que dit l’auteur est vrai, mais dans le monde informatique, tout le monde en a conscience depuis plusieurs années. Et même le grand public sait que Youtube, Android, Gmail, Chrome ou Picasa sont des produits de Google.


    • 23101925 23101925 9 janvier 2013 15:59

      Google sait plus de choses sur la France que l’INSEE


      l’article de Grumbach sur « les données » - Le Monde, 7 janvier 2013

       

      D’autres pays aussi différents que le Brésil, la Russie ou l’Iran sont en avance sur l’Europe en la matière.

       

      La décision rendue le 3 janvier par la Federal Trade Commission aux Etats-Unis de ne pas poursuivre Google pour la manière dont son moteur de recherche favorise ses propres outils de vente en ligne contribuera au renforcement de sa position dominante et montre la tendance lourde à la concentration dans l’industrie de la donnée.

      GOOGLE SAIT PLUS DE CHOSES QUE L’INSEE SUR LA FRANCE

      En ne construisant pas d’industrie du Web 2.0, elle s’est privée de l’accès à la ressource, y compris à celle provenant de son territoire. Pour des raisons historiques et politiques, l’Europe a peur des données. Elle voit dans la société de l’information une menace qu’il convient de circonscrire, et qui semble inhiber toute vraie ambition.

      Faute de développer cette industrie, il est probable qu’à brève échéance nous achèterons de nombreux biens et services, produits et consommés en France comme nos billets de train ou notre électricité, à un prestataire étranger qui dégagera une part importante de la valeur ajoutée et aura le contrôle de la chaîne industrielle.

      Nous y survivrons.


      • Deneb Deneb 9 janvier 2013 17:08

        Industrie de la donnée .... Je me demande si « l’industrie » soit le mot approprié. Parce qu’avec internet nous entrons dans la société post-industrielle, en principe ...


      • Montagnais Montagnais 9 janvier 2013 19:46

        Un de mes amis, de la DIDES - Groupe la poste - me permet de citer Naugès ..


        « Comme toutes les entreprises innovantes normales, Oxylane a remplacé ses outils antédiluviens (Exchange en l’occurrence) par la seule véritable solution Cloud / SaaS du marché, Google Apps. »

        .. ça date du 9 janvier 2013 !

        Faudra s’y faire, même si je n’ai pas d’affection particulière pour Bigloo et ce qu’ils représentent .. Prime à l’intelligence, ils sont « révolutionnaires » .. Rien ne les arrêtera. 

        • pisavar 10 janvier 2013 10:21

          Oui, comment tu penses que google va contrer microsoft pour la suite office ? Entre savoir maitriser les technologies de base de donnée sous cloud computing et programmer en vba , il y a un monde... Le cloud n’est pas une technologie propriétaire Microsoft.

          En revanche, d’accord sur ton article qui remet Google à sa vrai place. Mais j’ai du mal a voir Microsoft comme un chat déjà mort.


          • Montagnais Montagnais 10 janvier 2013 12:02

            Vrai qu’il y a des millions d’applications VBA .. la migration ne se fera pas du jour au lendemain. Ma prévision pour le monopole Google est dans 3 ou 4 ans .. Bien cdlt


            « Selon le cabinet Boston Consulting Group, Apple et Google restent les deux entreprises les plus innovantes dans le monde en 2012. » Il y a 40 minutes



          • emmanuel muller emmanuel muller 17 janvier 2013 15:45

            Aujourd’hui ce sujet c’est le flux avec l’adgate de free qui propose de bloquer les pubs pour faire payer google/

            Avec les position de free qui a posé la bonne question selon la ministre de l’économie numérique
            et de orange qui joue le bras de fer à sa façon.

            A une époque on vendais un logiciel et on faisait payer tout ce qui passait par lui. On tenait le point pivot et tout ce qui passait par ce point devait payer.

            Google a réduit la portion taxé : tout est gratuit, le flux est libre, mais connu par google, et la lui seul il est hyper rentable.

            Le contenu est payé par les clients de google, la pub paye les serveurs de données, mais le flux reste payé par l’utilisateur finale par l’intermédiaire des fournisseurs d’accès.

            Petit a petit les dents longues sont limés par les logiques naturelles. Nos besoins de flux d’informations restent les mêmes, ou augmentent, mais dès qu’un acteur ose abuser un peut moins il doubles les autres.
            Mais le moteur reste ce qui était juste libre, a l’image de Linux qui fait fonctionner androïd.

            Aujourd’hui on est libre de bloquer la pub google si on est chez free et/ou chez freemobile.
            Après tout puisqu’on paye le flux de ces pubs...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès