Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Ils ont Free, ils sont tous complices ?

Ils ont Free, ils sont tous complices ?

Avec l’attribution de la quatrième licence mobile à Free, les e-sprits du web se sont échauffés : « Enfin un opérateur qui va respecter ses clients !  » Et pourtant, en y regardant de plus près, on peut se poser quelques questions : la formidable communauté de Free est-elle si indépendante qu’elle le prétend ? Ses zélotes ont-ils joué un rôle dans l’attribution de la quatrième licence au nouvel entrant et si oui, lequel ? Enfin, Free aurait-il quelque chose à cacher à ses futurs clients quand il avance ainsi masqué ?

Rodolphe

Connaissez-vous Rodolphe ? C’est le personnage emblématique de Free, qui compte plus de 400 000 fans sur sa page Facebook. Devenir client chez Free, c’est donc devenir ami avec Rodolphe et rentrer dans une grande communauté qui compte de nombreuses associations avec beaucoup de gens pour vous aider quand vous avez un problème avec votre freebox... Mais regardons ce qui se cache derrière cette jolie façade.

Indépendance ?

Dans un article du Nouvel Observateur sur « les bénévoles de Free », on peut lire que Xavier Niel chouchoute ses associations, parce que, nous dit le journaliste, « [i]l a compris depuis longtemps que c’était aussi cela qui permettait à l’entreprise d’avoir des frais de pub réduits au minimum. » Cette citation a fait tilt : serait-il possible que Free instrumentalise les membres de sa communauté ? Pourtant, si l’on en fait le tour, les deux mots qui semblent de mise sont « indépendance » et « bénévolat ».

Des newsletters « trop subjectives »

Aduf : derrière cet acronyme se cache l’association des utilisateurs de Free, association on ne peut plus proche de Xavier Niel, puisqu’elle a choisi de domicilier son siège social au 8, rue de la Ville-L’Évêque (Paris 8e), ce qui n’est rien d’autre que… l’adresse de Free. En fait, l’Aduf a été créée par des salariés et des administrateurs de Free. Angélique Berge est à la fois présidente d’honneur de l’Aduf et dirigeante de la société Centrapel, une filiale du Groupe Iliad, la maison-mère. Parmi les membres fondateurs de cette association, cinq travaillent chez Free. Or, si Free ne se cache nullement de cette proximité, cela a pu avoir des conséquences étonnantes : ainsi, en janvier 2006, l’équipe qui animait le forum a claqué la porte en dénonçant une association qui ne prenait pas suffisamment en compte l’intérêt des freenautes et envoyait des newsletters « trop subjectives ». Si certaines associations semblent clairement indépendantes, comme l’association de consommateurs Freeks, on peut se poser des questions pour d’autres telles que FreeNews, très visible sur le site de l’Aduf et dont le fondateur Olivier Rosello est aussi membre fondateur de l‘Aduf.

 

« Tentacule »

Si l’on ne peut en vouloir à Free d’avoir su s’entourer de communautés hybrides, on peut cependant se demander si ce modèle économique est sain. Car pour quelles raisons Free s’amuse-t-il ainsi à utiliser les internautes ? L’UFC-Que choisir avait déjà dénoncé le faux forum de l’Aduf en soulignant que d’après l’article 18 des statuts de l’association, « Iliad siège au bureau de l’Aduf » et « respecte sa liberté de décision » et sa « liberté d’action », du moins « tant que ces libertés ne sont pas contraires aux intérêts d’Iliad. » Aussi, de nombreux internautes se sont vu attaquer par Free. Il suffit de se rendre sur le forum « Poursuivi par free.fr — Pas de panique » pour se rendre compte du rôle peu clair que joue l’Aduf auprès des internautes. Ainsi, comme le souligne l’un des membres de ce forum, l’une des raisons pour lesquelles Free a créé l’Aduf est celle-ci : « [l]a troisième est celle qui correspondrait le plus à l’esprit du groupe Iliad. La création d’un tentacule supplémentaire, utilisant la vitrine respectable d’une association "loi 1901". Cette stratégie consisterait à occuper un espace avant qu’il ne soit rempli par une autre association. Il vaut mieux gérer soi-même ses clients mécontents plutôt que de laisser les autres le faire ou pire, les voir se rassembler dans une réelle association. » Aussi, il semble bien que l’Aduf ait le procès en diffamation facile, y compris pour les freenautes qui font des tentatives d’humour.

 

Un peu de transparence

Alors que Free rentrera très prochainement dans l’univers fermé de la téléphonie mobile, on pourrait s’attendre de sa part à un peu plus de transparence. En effet, comment être crédible si l’on sait que la communauté des utilisateurs est manipulée par une pseudo-association avec des forums bidons ? Comment faire confiance au nouvel opérateur qui affirme qu’il va révolutionner le monde et les pratiques de la téléphonie mobile en France si l’on ne peut déjà pas faire confiance au fournisseur d’accès qui veut bien débattre avec les utilisateurs sur les forums, sauf quand ceux-ci commencent à dire du mal de lui ? Voilà toute une série de questions à laquelle il faudra que Free réponde.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


    • Yvance77 23 mars 2010 11:25

      Salut,

      Oui bon c’est bien ... mais vous omettez volontairement ou non un détail important :

      Si on a réussi à avoir des abonnements internet et téléphone (gratuit) a 29,90 c’est grace a cette societé.

      France Telecom la societé Orange donc a pompé sur le dos des gens des sommes imondes, et la concurrence n’a vu le jour qu’à partir de l’instant ou ils ont investi le marché des telecoms.

      Donc merci Free mais je reste vigileant

      A peulche


      • pingveno 23 mars 2010 12:13

        Tiens donc ? Orange et FT mis à part (Orange est contractuellement obligé de maintenir des prix artificiellement hauts pour ne pas gêner ses concurrents en profitant de l’accès privilégié qu’ils ont aux locaux historiques de FT - sinon Orange pourrait être sans problème dix fois moins cher que les autres) en quoi Free est plus à l’origine de la bais(s)e des prix que ses concurrents ?

        Pour moi qui téléphone très peu, donc pas intéressé par les appels illimités, l’ouverture de la téléphonie à la concurrence, ce furent trois ans de harcèlement incessant des opérateurs sur une ligne placée en liste orange, jusqu’à ce qu’un d’entre eux me pique la ligne et m’impose un abonnement « dégroupé » en signant le mandat à ma place.
        Le temps de prouver ma bonne foi et de revenir en arrière, j’ai donc « pu » essayer la téléphonie « gratuite et illimitée ». J’ai à cette occasion constaté que ce qui a permis la baisse des prix, c’est la baisse de la qualité : on a beau dire, les lignes téléphoniques « IP » sont encore loin d’avoir le niveau de qualité sonore de la ligne analogique. Aujourd’hui j’ai les deux et je peux vous dire que dans de nombreux cas je raccroche la ligne IP gratuite pour pouvoir utiliser celle où on m’entend bien. A bon entendeur...


      • Traroth Traroth 23 mars 2010 15:11

        Facile : Free est à l’origine de l’offre triple-play ADSL en France, dès 2003. Et ce sont les offres triple-play qui ont provoqué la guerre des prix dont nous avons tous bénéficié. C’est d’ailleurs aussi la raison qui fait que les autres opérateurs ne peuvent pas voir Free en peinture !


      • appoline appoline 23 mars 2010 19:33

        Peut-être mais ceci dit Free n’est pas au top au niveau du service client. En janvier un bug formidable a laissé des milliers de messagerie en vrac et pour les obtenir au téléphone : tintin ou ça coûte bonbon l’histoire. Des coupures fréquentes et des notices d’installation qui ne valent pas tripette donc : un technicien payant. Pas folle la guêpe pour faire du pognon. Quant aux autres : c’est sans doute la même chose. Alors Free, on n’a peut-être pas tout compris, quoique...


      • pingveno 23 mars 2010 21:14

        Facile : Free est à l’origine de l’offre triple-play ADSL en France, dès 2003.

        Simple hasard, s’ils ne l’avaient pas fait d’autres auraient joué les précurseurs puisque la France ne fait qu’imiter avec retard ce que font les autres pays.
        Les offres télévision existent d’abord et avant tout du fait d’une mesure fiscale : ça permet de financer la moitié de l’abonnement avec une TVA réduite car c’est un bien culturel contrairement à la partie internet et téléphone.
        Et les lignes téléphone IP ne sont moins chères que parce qu’elles sont de moins bonne qualité.


      • Bernie Bernie 23 mars 2010 21:36

        @pingveno

        J’ai à cette occasion constaté que ce qui a permis la baisse des prix, c’est la baisse de la qualité : on a beau dire, les lignes téléphoniques « IP » sont encore loin d’avoir le niveau de qualité sonore de la ligne analogique.

        Normal, un réseau à commutation de paquets ne vaudra jamais un réseau à commutation de circuits, pour transiter un appel voix. La commutation de circuits c’est le nec plus ultra, la ligne entre les 2 interlocuteurs est dédiée, le temps de « réservation » de la ligne devient l’objet à facturer. En commutation de paquets, votre conversation est tronconnée et envoyer sur lun réseau partagé ou il peut être routé par différents chemins. Certains paquets prennent du retard ou se perdent induisant des manques en rendu.Mais dans ce cas, le temps n’est plus un objet de facturation, mais plutôt la quantité de données. Autre fait, en « analogique » vu que la ligne est facturée au temps, on peut se permettre des compressions moins agressives. En gestion de paquets, le poids est le facteur limitant, donc les codescs seront plus costauds quitte à « oublier » quelques fréquences.




      • pingveno 24 mars 2010 13:02

        Bernie, vous avez tout à fait raison sur le plan technique (je suis informaticien je connais donc tout ça)
        Toujours est-il qu’au début de la libéralisation des télécoms, du temps où on tapait 4 7 ou 9 pour changer d’opérateur, on n’en passait pas moins par une commutation de circuits alors qu’actuellement seul FT pratique encore ce mode de communication, et à des prix qui avoisinent ceux que pratiquaient ces opérateurs à cette époque.
        Tout ça pour dire que si la concurrence a pu faire baisser les prix au début, finalement tirer les prix trop vers le bas n’a pu se faire qu’avec une dégradation sensible de la qualité.


      • Traroth Traroth 24 mars 2010 14:40

        "Simple hasard, s’ils ne l’avaient pas fait d’autres auraient joué les précurseurs" : Et si ma tante en avait, je l’appellerais mon oncle !

        A l’époque, France Telecom freinait des 4 fers pour ralentir le mouvement et préserver ses marges. Free a brisé cette résistance. Grâce lui en soit rendu !


      • R.L. 23 mars 2010 12:28

        Vous croyez qu’on est dupe !
        Cependant, on ne peut que confirmer ce qu’écrit Yvance77.
        A la teneur de vos propos, vous pourriez très bien, vous, travailler pour l’un des concurrents !
        Car reprocher à Free d’avoir 10% du comportement de ses concurrents qui se sont entendus pour freiner illégalement et amoralement (condamnation pour entente illicite) pendant des années l’accès au mobile par Free au grand préjudice des consommateurs, c’est quand même autre chose que de se servir d’association ou d« ’amicales » d’internautes ayant site sur la toile...
        Quant au nombre et à la qualité des services, ce fut toujours Free qui tira (= obligea) les autres à s’aligner...


        • pingveno 23 mars 2010 12:52

          R.L, j’ai du mal à voir si « à la teneur de vos propos » fait référence aux miens ou l’article.
          Dans le premier cas, je travaille dans l’informatique mais pas dans les télécoms, et comme je disais je suis peu consommateur de téléphone mais beaucoup d’internet. J’ai essayé la plupart des opérateurs « fixe » pour pouvoir dire qu’aucun en France n’a le niveau de qualité qu’en tant que consommateur je me permettrais d’attendre.
          Maintenant les marchés fixe et mobile sont différents.
          Le marché fixe est un ancien monopole cassé de manière totalement artificielle. Mais sans doute les choses rentreront dans l’ordre avec la généralisation de la fibre optique, où chaque opérateur pourra disposer de ses propres centraux alors qu’actuellement tous « louent » ceux de FT. C’est pour ça que j’insistais sur le caractère « artificiel » des prix d’Orange sur les fixes.
          Dans le cas des mobiles, puisque le marché était nouveau, je trouve ridicule d’avoir segmenté le marché avec des opérateurs réels et virtuels. Pourquoi ne pas avoir réservé toute la bande passante à l’Etat qui la revendrait aux différents opérateurs, un peu comme si tous étaient virtuels ? La séparation entre le service (assuré par les opérateurs) et son transport (bande passante vendue par l’Etat aux opérateurs), pour une fois, aurait pu se faire de manière parfaitement transparente. Et plus de problèmes de « licences » attribuées de façon opaque...


        • djanel Le viking- djanel du viking-chaise 23 mars 2010 13:05

          Je ne me plains pas de free. Le problème c’est le caractère du directeur Général à 3 étoiles michemain.  

          A vos rangs... fixe.

          Présentez basouka.

          En disant ça, c’est un coup à se retrouver au tribunal. Savez pas qu’il était très susceptible, Monsieur le juge.


        • xa 23 mars 2010 14:49

          @ pingveno

          " Pourquoi ne pas avoir réservé toute la bande passante à l’Etat qui la revendrait aux différents opérateurs« 

          C’est exactement ce que l’Etat fait : il revend les fréquences aux opérateurs, mais c’est l’Etat le propriétaire des fréquences. Mais l’Etat ne finance pas les infrastructures. La différence entre opérateurs réels et virtuels tient uniquement à l’infrastructure : le premier la met en place, le second la loue au premier.

          sinon sur votre »en quoi Free est plus à l’origine de la bais(s)e des prix que ses concurrents ?"

          Et bien ... peut être parce que Free a proposé 2 ans avant ses premiers concurrents un forfait internet tout illimité à moins de 30 euros, et que les autres opérateurs se sont alignés peu à peu (Orange étant le dernier mais étant, comme vous le soulignez, limité par l’Arcep du fait de son lignage).


        • pingveno 23 mars 2010 21:10

          C’est exactement ce que l’Etat fait : il revend les fréquences aux opérateurs, mais c’est l’Etat le propriétaire des fréquences.

          Sauf que l’Etat a arbitrairement divisé la plage de fréquences en 3 parts avant d’en découvrir tardivement une quatrième. Il a donc créé un double marché où il décide du nombre d’opérateurs réels pour ensuite venir se plaindre de les voir s’entendre entre eux...
          Maintenant je vous rejoins quand même sur la question des infrastructures. La confier aux opérateurs privés était selon moi aussi une erreur, on aurait pu créer une société publique gérant les infrastructures louées aux opérateurs (bien entendu cette société aurait interdiction de vendre des abonnements)
          Mais on va bientôt faire la même chose pour la fibre optique, dont les infrastructures sont bien plus lourdes. Les opérateurs devront donc s’entendre pour se répartir les noeuds de raccordement, et on viendra se plaindre ensuite qu’ils s’entendent aussi sur les prix...


        • xa 24 mars 2010 10:34

          "Maintenant je vous rejoins quand même sur la question des infrastructures. La confier aux opérateurs privés était selon moi aussi une erreur, on aurait pu créer une société publique gérant les infrastructures louées aux opérateurs (bien entendu cette société aurait interdiction de vendre des abonnements)"

          Je n’avais pas l’impression d’avoir laissé sous entendre qu’il eût été préférable que l’Etat finance les réseaux GSM, pour les louer ensuite... N’oubliez pas que les prix de la téléphonie ont chuté justement lorsque des infrastructures concurrentes (mais plus raisonnées) ont été mise en place...


        • pingveno 24 mars 2010 14:56

          Je n’avais pas l’impression d’avoir laissé sous entendre qu’il eût été préférable que l’Etat finance les réseaux GSM, pour les louer ensuite...

          Non, vous ne l’avez pas dit, mais moi, oui. L’idée d’avoir demain près de chez moi 3 antennes relais juste parce qu’il y a 3 opérateurs qui n’ont pas réussi à l’entendre (et peut-être juste dans mon village, pas chez celui du voisin) ne m’enchante guère.

          N’oubliez pas que les prix de la téléphonie ont chuté justement lorsque des infrastructures concurrentes (mais plus raisonnées) ont été mise en place...

          Des infrastructures concurrentes, où ça ? Si on parle de la téléphonie fixe, les infrastructures c’est encore et toujours un fil qui vous relie au NRA (noeud de raccordement analogique) de France Télécom, ensuite le « dégroupage » intervient à l’intérieur de leur central. Le prix de la téléphonie fixe n’a réellement baissé, je le répète, que quand tous les opérateurs autres que FT ont décidé de passer à la ligne IP, bien plus contraignante (obligation d’alimenter la box en permanence) et moins fiable.

          J’attends maintenant de voir ce qui va se passer pour la fibre optique, dont les infrastructures sont bien plus lourdes que celles du GSM (la problématique est proche de celle du téléphone fixe) maintenant que chaque opérateur a le droit d’avoir ses propres NRO (noeud de raccordement optique)...


        • FYI FYI 23 mars 2010 13:01

          Orange a une peur bleu de Free. Ce sont des suiveurs désormais.

          Il suffit de voir le comportement de FT sur la fibre face à Free. Le modèle Free est plus dans l’intérêt de l’utilisateur ... donc attendons de voir ce que Free va faire avec le mobile smiley


          • rocla (haddock) rocla (haddock) 23 mars 2010 13:12

            Le traité de Rome a aboli le monopole .

            Pourquoi est-on obligé de passer par France Télécom pour ouvrir une ligne ?

            Ensuite une concurrence où le prix est partout de 29,90 c ’est une concurrence ?

            Troisio , les prix des abonnements tél mobile sont ahurissants .


            • Traroth Traroth 23 mars 2010 15:07

              Je suis client Free depuis 5 ans, et je suis très satisfait du service, ce qui fait que je suis très content que ça soit Free qui ait obtenu la 4eme licence mobile. Je pense changer dès que Free aura une offre crédible en terme de couverture.
              Je ne suis dans aucune de ces assocs.

              Ca ne veut pas dire que ce que dit l’auteur est faux, mais j’ai l’impression, à tort peut-être, que cet article cherche à faire penser que le soutien dont bénéficie Free ne serait dû qu’à une tromperie basée sur des associations bidons. Je me pose en contre-exemple. Je dois d’ailleurs bien dire que je n’ai jamais entendu la plupart de ces noms d’assoc auparavant...


              • kiouty 23 mars 2010 16:31


                On a l’impression d’un article fait par le service de presse de chez SFR, Bouygues ou Orange, que la future émergence de Free dans la téléphonie mobile commence à angoisser sérieusement !

                Article fait avec 100% d’authentique concentré d’internaute-blogueur-citoyen dedans !!

                Personellement, je n’aime pas spécialement Free sur tous les aspects, mais si ils proposent des offres raisonnables, il est évident que je basculerai chez eux dès que possible, pour ne plus avoir à refiler mon fric aux 3 rentiers géants qui se sont entendus sur le dos des consommateurs sans être inquiétés le moins du monde !


                • Carl 23 mars 2010 17:16

                  Il ne faut pas être naïf, toutes les sociétés, a fortiori celles qui sont cotés en bourse, poursuivent le même et un unique intérêt, le profit, et le plus gros possible ! Le fondateur, Xavier Niel, est loin d’être une oie blanche, ou un « Robin des bois » et ne peut qu’inspirer la plus grande méfiance. N’a t-il pas débuté par le minitel rose ? N’a-t-il pas été condamné en justice pour abus de bien sociaux. Dans l’absolu, quel est le coût social des prix toujours plus bas ?


                  • roquetbellesoreilles roquetbellesoreilles 23 mars 2010 17:40

                    « Dans l’absolu, quel est le coût social des prix toujours plus bas ? »

                    Je ne sais pas, mais je constate que le coût social des prix les plus élevés, comme ceux d’Orange ont un coût social, pourtant très très élevé...


                  • Carl 23 mars 2010 19:30

                    « Je ne sais pas, mais je constate que le coût social des prix les plus élevés, comme ceux d’Orange ont un coût social, pourtant très très élevé... »


                    A force de ne pas regarder plus loin que le bout de son nez, on finit contre un mur ! Il n’y a pas de capitalisme morale. La course aux bas coûts est pire que tout pour l’équilibre social, c’est la base de la non redistribution. Comment, à votre avis, FT a fait pour baisser ses prix ? Je suis à votre disposition pour vous faire la démonstration de ce que j’avance. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre !

                    • HELIOS HELIOS 23 mars 2010 20:03

                      Ce que vous dites permet a n’importe quel predateur de pratiquer les prix les plus elevé avec pour excuse de mieux payer ses salariés et d’en embaucher plus ?

                      Vous vous faites avoir sur le raisonnement, là... la téléphonie et internet, ce ne sont pas des choux et des carottes, mais des reseaux dont les coûts sont ridiculement bas et en plus payés en grande partie avec l’impôt des citoyens.

                      Si FT et les autres vendaient la seconde de telephone et l’abonement internet au vrais prix, y compris en calculant la recherche et les investissement d’avenir l’abonnement serait moins aue moitié prix et les coms gratuites. Et encore, ces boites feraient de la marge pour payer les actionnaires qui ne devraient pas exister pour des services fondamentaux.


                    • Eusèbe 23 mars 2010 21:26

                      Bah FT est aussi une des entreprises françaises qui reverse le plus de dividendes aux actionnaires...Les choix sur les marges s’expliquent aussi par les choix « politiques » de la direction.


                    • Eusèbe 23 mars 2010 21:24

                      Bah personne n’est dupe.
                      Ca fait des lustres que des gens sont payés pour pourrir/noyer/enjoliver les forum.
                      Ces nouveaux « métiers » portent même un nom : « community manager » (fallait bien que ce soit un truc anglo saxon...).


                      • fredo45 23 mars 2010 21:27

                        Finalement, Free présente exactement le même profil marketing qu’Apple, avec une stratégie en trois étapes  :
                        1) générer une image « cool » (think different / rodolphe), associée à une certaine plus-value technique ;
                        2) après le succès de la première étape, laisser se construire des communautés de « fanboys ». De ce que j’en ai vu, ça reste à peu près mesuré chez Free, alors que chez Apple, ça peut vite devenir pathologique...
                        3) contrôler la communauté à coup de procès ou d’intimidation quand ça dérape. Comme ça peut refroidir les ardeurs, on entretient l’image avec des nouveaux produits et des nouvelles campagnes de pubs et la boucle est bouclée....


                        • SysATI 23 mars 2010 21:29

                          Par Carl (xxx.xxx.xxx.220) 23 mars 17:16

                          « Il ne faut pas être naïf, toutes les sociétés, a fortiori celles qui sont cotés en bourse, poursuivent le même et un unique intérêt, le profit, et le plus gros possible ! Le fondateur, Xavier Niel, est loin d’être une oie blanche, ou un »Robin des bois« et ne peut qu’inspirer la plus grande méfiance. N’a t-il pas débuté par le minitel rose ? N’a-t-il pas été condamné en justice pour abus de bien sociaux. Dans l’absolu, quel est le coût social des prix toujours plus bas ? »

                          Vous oubliez de mentioner une particularité très importante de Free : les 2/3 du capital sont dans les mains de X.Niel qui n’a strictement rien à f... du cours de bourse d’Iliad.

                          Comme il est seul maitre à bord et sans doute décidé à maximiser la valeur de son entreprise « pour ses vieux jours » il n’est pas dans l’obligation comme tous ses concurrents de servir la soupe à ses actionnaire à hauteur de 15% par an.

                          Ce qui fait de Free un concurrent totalement atypique et qui n’a pas du tous les mêmes objectifs que les autres sociétés du secteur.

                          Il a révolutionné le secteur de l’internet en France à coup de forceps et s’apprête sans doute à faire la même chose sur le mobile. Le morceau est un peu plus gros à avaler et les ressources nécessaires d’un autre ordre, mais je ne pense pas que cela pose réellement un problème.

                          Encore une fois, il ne joue pas le jeu avec les mêmes règles que les autres et c’est idiot de raisonner à propos de Free comme s’il s’agissait d’une quelconque boite cotée...

                          Comme tu le fais remarquer, « il a commencé dans le minitel rose » et a très bien gagné sa vie à cette époque la. Quand il a commencé à investir dans Internet, F.T. à fait tout son possible pour saboter le développement du net en France pensant exclusivement à protéger son « bébé » le minitel (et les profits attachés) aussi longtemps que possible.

                          Niel a eu raison contre F.T. et je présume que depuis cette époque la il rigole doucement en foutant la m... avec délectation... Il n’y a pas de raison que ça s’arrete... Pourquoi devient-il brusquement avide et omnubilé par le fric ?

                          A partir d’un certain niveau de revenus, ce n’est plus le fric qui compte...

                          Par contre arriver à faire la nique à des mastodontes comme FT, SFR/Vivendi, Bouygues/TF1/Sarko ça doit être absolument jouissif !

                          Ps : ça doit faire 8-10 ans que je suis client chez Free sans problèmes.
                          Je n’utilise plus cette connexion que comme « backup » depuis que Numéricable me permet d’accéder au net en fibre optique à 100Mb... la plupart du temps... Pour le reste, je suis bien content de pouvoir surfer grace à Free. Plus lentement, mais surement :)


                          • fredo45 23 mars 2010 21:29

                            Ah, sinon, j’allais oublier, très bien, le jeu de mots du titre !


                            • Traroth Traroth 24 mars 2010 01:00

                              Non. Je ne suis complice de rien du tout, personnellement !


                            • cyberhomosapien 24 mars 2010 06:57

                              Free a fait de l’innovation et continue à en faire, c’est le seul FAI qui le fasse.

                              Sa politique commerciale nous a permis d’obtenir des tarifs Internet et tel raisonnables.
                              Voyez ce qui se passe chez les concurrents : il n’y a pas photo.
                              Les concurrents c’est pognon, fric, bénéfice et c’est tout.
                              Free à une dynamique quand même différente des salopards tels que SFR, Bouygues et Oranges.
                              C’est la démonstration que l’on peut faire des affaires, gagner de l’argent sans pour autant arnaquer ses clients comme le font les trois compères SFR, Bouygues et Orange tous condamnés par la justice pour leurs pratiques commerciales.

                              • Témoin 24 mars 2010 10:20
                                0:43:54 Le témoin professionnel — Rentre, fouille-merde. Je vais t’en filer, moi, du biscuit sur George pour ta feuille de chou.
                                0:44:00 Le témoin professionnel — Ça va fuser, les potins, les ragots.
                                0:44:03 Le témoin professionnel — C’est ma profession, moi, de témoigner. Mes témoignages c’est pas de la daube.
                                0:44:06 Steven — Mais je suis un peu surpris.
                                0:44:08 Steven — Quand vous m’avez appelé, vous m’avez dit que vous aviez bien connu George…
                                0:44:12 Steven — … et que vous aviez de vraies informations.
                                0:44:16 Le témoin professionnel — Mais faut pas de vraies informations pour vendre un journal. La vérité, ça n’a jamais intéressé personne. Tiens, regarde George, par exemple.
                                Fondu


                                0:44:23 Le témoin professionnel(Voix off.) La vérité, c’est que pendant qu’il était peinard, à faire du cheval…
                                0:44:26 Le témoin professionnel(Voix off.) … moi j’étais super loin sur mon bateau. À la pêche.
                                0:44:30 Le témoin professionnel(Voix off.) Mais faut savoir la rendre excitante, la vérité.
                                0:44:32 Le témoin professionnel(Voix off.) Moi à la pêche…
                                0:44:33 Le témoin professionnel(Voix off.) … lui sur son cheval.
                                0:44:35 Le témoin professionnel(Voix off.) Moi à la pêche…
                                0:44:37 Le témoin professionnel(Voix off.) … lui le cheval.
                                0:44:40 Le témoin professionnel(Voix off.) Ah ouais, c’est bon comme ça.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès