Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Inquiétude sur la prolifération nucléaire civile

Inquiétude sur la prolifération nucléaire civile

La deuxième Conférence internationale sur la sécurité nucléaire qui vient de se tenir à Pékin a exprimé son inquiétude sur les capacités techniques et sécuritaires de nombre de pays candidats à disposer d’installations nucléaires. Dans notre monde plus médiatique que scientifique, on semble considérer en effet que n’importe qui peut installer n’importe quoi comme si la haute technologie était accessible à tout le monde.

Un avatar de la désaffection pour le savoir et de la considération pour les disciplines scientifiques au profit des politiciens, des gens des médias et des beaux parleurs. Un autre exemple récent en France de cette tendance, l’exclusion des scientifiques du groupe de travail sur les ondes électromagnétiques, en clair les antennes relais téléphoniques, qui d’après son Président, s’occupe du "problème de société" et pas de la réalité technique des faits !! Passons.

Quand il s’agit de nucléaire, pourtant, il ne serait pas inutile d’écouter les scientifiques. Or ces derniers, tels qu’ils se sont exprimé à cette grand messe de l’AEIA, Agence Internationale de l’Energie Atomique, sont parfois horrifiés de la méconnaissance de la réalité industrielle et sécuritaire du nucléaire des décideurs de certain pays. L’un d’entre eux reportait que dans un petit pays où il était allé en mission, on lui avait expliqué que le pouvoir en place avait "donné l’ordre", que l’on commande une centrale nucléaire....pour l’année suivante !

Or le nucléaire, qui est une technique de pointe, nécessite des infrastructures, des moyens technologiques et des sous traitants de pointe également. Ce qui sous entend également un enseignement supérieur de très haute compétence, des diplômes de haut niveau et, en terme de sécurité en particulier, une culture globale de l’ensemble du corps social et professionnel. Or comment pouvoir les assurer dans des pays où les diplômes s’achètent, où les travaux les plus sophistiqués, dans le bâtiment, sont de qualité très moyenne et où les industriels et leurs employés n’ont qu’une connaissance très lointaine des exigences de qualité de leurs clients occidentaux et s’étonne même qu’on puisse ne pas accepter leur produits. Quand bien même leur produit pourrait avoir un défaut, on peut toujours arranger les choses, pensent certains d’entre eux... Vous voyez comment.

Ca ne veut pas dire que des pays en voie de développement ne peuvent pas accéder à ce niveau de qualité de développement technologique et de qualité. La Chine en est un exemple qui après des débuts difficile(rappellez vous la mauvaise réputation des premiers produits importés de chez eux) ont tout à fait réussi à progresser suffisamment pour nous fournir désormais nos produits de haute technologie. Mais il faut du temps pour cela( souvent des dizaines d’années) et la ferme volonté des gouvernements d’y parvenir.J’ai prétendu moi même dans ce blog que l’accident de Tchernobyl, reflétait l’absence de culture de sécurité de l’Union Soviétique à l’époque, pourtant un grand pays industriel

Si pami ceux qui souhaitent s’équiper en centrales nucléaires, certains ont, ou se donneront, les moyens d’y parvenir, d’autres n’ont aucune idée de l’effort monumental à accomplir. Ce sont ces pays là, les "nouveaux arrivants" qui inquiétent l’AEIA, certains pays d’Afrique commpe le Niger ou le Nigéria, d’autres pays d’Asie comme le Vietnam, le Yemen, le Bangladesh ou les Philippines et pas mal d’autres encore. Leurs dirigeants dont certains ont les moyens financiers de se payer de tels investissements sauront il se retenir aux mêmes et modérer les attentes de leurs citoyens ? L’avenir le dira ;

L’AEIA n’a pas les moyens d’interdire et même le Traité de Non Prolifération(TNP) reconnait que disposer de l’énergie nucléaire civile est un droit souverain.L’AEIA peut simplement expliquer à ceux qui souhaitent disposer de centrales nucléaires comment y arriver au mieux et les efforts que cela impliquent au point de vue de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche publique et de la mise en place d’un tissu de soustraitance de qualité. Un effort minimum de 10 à 15 ans alors que dans l’intervalle nous aurons passé le Peak Oil.

Alors ? Qu’en pensent nos hommes politiques, au dela de la satisfaction de voir EDF et GDFSuez se repandrent dans le monde... Dans un problème d’ordre règlementaire au moins aussi important que celui des produits financiers, allons nous attendre un lointain nouveau G20 ou G40 à ce moment là, pour s’en préoccuper ?

NB : Dans le domaine de la fourniture du combustible le Milliardaire américain Warren Buffet a proposé de créer une Banque Mondiale du Combustible nucléaire. Voila une idée intéressante pour maitriser tout ou partie du cycle du nucléaire civil !!


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 3 juillet 2009 12:35

    CaDérange, quel pseudo prédestiné et intentionnel...

    " l’AEIA, Agence Internationale de l’Energie Atomique, sont parfois horrifiés de la méconnaissance de la réalité industrielle et sécuritaire du nucléaire des décideurs de certain pays. L’un d’entre eux reportait que dans un petit pays où il était allé en mission, on lui avait expliqué que le pouvoir en place avait "donné l’ordre", que l’on commande une centrale nucléaire....pour l’année suivante ! « 

    Voilà le résultat, le pouvoir en place aurait » donné l’ordre « d’équiper de solaire thermique et photovolaïque chaque toiture du pays, il l’aurait eu dans l’année suivante.

     » Ce sont ces pays là, les « nouveaux arrivants » qui inquiétent l’AEIA, certains pays d’Afrique comme le Niger ou le Nigéria, « C’est dans ces pays que nous allons chercher notre matière première non sans d’ailleurs polluer à tout va, il est normal qu’ils espèrent acquérir cette technologie. C’est d’autant plus absurde que le nucléaire est du soleil en boite et que l’Afrique en est le premier producteur...

     » Alors ? Qu’en pensent nos hommes politiques, au dela de la satisfaction de voir EDF et GDFSuez se repandre dans le monde... " Ce système d’énergie par abonnement intéresse particulièrement les grands groupes décideurs parce qu’ils enchaînent le plus grand carnet d’adresse que constituent tous les citoyens du monde. Ils préfèrent nettement nous donner un poisson que nous apprendre à pècher... Sauf que là, c’est un poison !

    Cordialement,

    Lisa SION ( quel pseudo prédestiné et intentionnel ! )


    • Eloi Eloi 3 juillet 2009 21:08

      Voilà le résultat, le pouvoir en place aurait » donné l’ordre « d’équiper de solaire thermique et photovolaïque chaque toiture du pays, il l’aurait eu dans l’année suivante.

      A bon ? c’est une affirmation gratuite, à moins que vous puissiez la démontrer...


    • krolik krolik 3 juillet 2009 19:35

      Je crois qu’AREVA a manqué le coche. Ils auraient du pouvoir proposer des petits réacteurs modulaires de 100MW,ne nécessitant pas d’infrastructure de réseau lourde, montable rapidement.

      Je crois que les Russes ont fait le bon choix en proposant des réacteurs sur barges, réacteurs issus de leur technologie sous-marins. Réacteurs produisant de l’électricité et du dessalement. Réacteurs qu’ils exploiteront eux-mêmes sans avoir recours à du personnel local.
      Et puis, un problème, une panne, le besoin d’un d’un rechargement en combustible et bien on change la barge.
      En France dans les années 70 on avait étudié un petit réacteur immergeable à fond de puits pour le Sahel. Le seul problème et bien a été l’instabilité politique de ces pays. Avec des barges, le problème de l’instabilité politique devient moins crucial.

      L’arrivée d’EDF en tandem avec AREVA pour l’EPR sera tout sauf une prolifération du nucléaire civile.
      EDF pense arriver en « libérateur de l’énergie » aux USA, en GB, et ils sont reçus comme les soldats américains en Irak. Aux USA l’état de Caroline du Nord ou doivent implanté 4 EPR, les autorités font faire les pieds au mur à EDF en compliquant à loisir l’acceptabilité. En Angleterre, l’ASN local vient de revisiter suivant des critères qui lui sont propres la hiérarchisation des programmes de gestion du réacteur, remettant en cause beaucoup de chose.
      Donc la prolif nucléaire civile par AREVA ce n’est pas pour demain..

      @+


      • Eloi Eloi 3 juillet 2009 21:13

        CaDérange, toutes ces inquiétudes sont bien réelles, et vous avez raison de les soulever

        Mais je crois que dans votre article, vous avez soulevé un point important : nous ne survivons aussi nombreux et avec tant de santé que grâce à la technologie, et pourtant, celle-ci a été ringardisée et méprisée.

        Comment en sommes-nous arrivés là ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès