Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Intrication quantique, base ADN de la vie ?

Intrication quantique, base ADN de la vie ?

Les discussions autour de la mécanique quantique ont le plus souvent un caractère quelque peu abstrait : les effets quantiques ne sont pas vraiment perceptibles en tant que tels dans notre monde classique, et les considérations d’intrication, de fonctions d’ondes et de définition du réel ne semblent pas très liés à ce que nous avons de plus cher, à savoir la vie elle-même. La vie, cette chose humide et chaude, évolutive, déclinée sous tant de facettes de la science, semble bien ne pas devoir trop se préoccuper de la manière dont les photons et autres bosons s’amusent dans leur monde probabiliste et mathématique. Et pourtant.

Nous savons depuis la fameuse découverte de l’acide désoxyribonucléique par le biologiste Jim Watson et le physicien James Crick, en 1953, que la vie se constitue sur base de gènes et que ceux-ci dépendent d’une molécule très particulière en double hélice à l’acronyme universellement connu, l’ADN. Or, l’ADN pose un problème de physique pure (parmi d’autres) qui est que sa balance énergétique n’est pas équilibrée : il faudrait pour que cette structure particulière tienne comme elle fait, plus d’énergie qu’elle ne semble avoir à sa disposition. D’où l’idée d’un groupe de chercheurs de l’Université de Singapour, de tester l’effet d’intrication quantique sur l’ADN.

L’intrication quantique, très brièvement, est la superposition de plusieurs états quantiques qui partagent la même fonction d’onde. Pour reprendre l’exemple archi-connu du chat de Schrödinger, l’intrication est le fait que tant que l’on n’ouvre pas la boîte du chat, le chat est en même temps vivant et mort – c’est le fait d’observer le chat qui “réduit” la fonction d’onde (phénomène appelé décohérence) vers un seul état, chat mort ou chat vivant.

Donc notre équipe a construit un modèle théorique de l’ADN dans lequel chaque nucléotideest formée d’un nuage d’électrons, négatif, autour d’un noyau central, positif. Le nuage se déplace relativement au noyau, créant ainsi un dipôle et une oscillation harmonique ou phonon. Au sein de l’ADN, quand les nucléotides se lient pour former une base, ces nuages doivent osciller dans des directions opposées l’un de l’autre afin de garantir la stabilité de la structure. La question alors posée par Elizabeth Rieper et son équipe est : que se passe-t-il quand ces paires de bases s’empilent afin de former la double hélice ? La question est cruciale car les phonons étant des objets de nature quantique, ils peuvent exister dans un état intriqué et de ce fait résoudre le problème énergétique mentionné en introduction. Démontrer de manière théorique que les phonons sont intriqués sous conditions de zéro absolu ne pose pas problème, mais l’équipe est parvenue à en faire la démonstration à température ambiante – celle de la vie. Elle y parvient en démontrant que le phénomène de “phonon trapping”, déjà connu dans le domaine de la supraconductivité pour limiter la capacité d’échappement des phonons, existe au sein de l’ADN : la longueur d’onde des phonons correspond à la taille de l’hélice ADN et crée de se fait des ondes stationnaires engendrant le phénomène de phonon trapping.

Dans un modèle ADN au sens de la physique classique, l’oscillation des ces phonons ferait vibrer la structure et la détruirait. Pour qu’elle résiste, il faut que le mouvement global de la structure soit nul à tout moment, et ceci ne semble envisageable que si les phonons existent dans des états superposés – ou intriqués : la somme des états de chaque phonon étant alors nulle (le mouvement lié à l’un des état étant compensé par celui lié à l’autre état, superposé), la structure est stable.

Donc, selon ce modèle, c’est l’intrication quantique qui serait à la base de l’existence de l’ADN et, partant, de la vie. Ce qui reste évidemment à prouver de manière expérimentale, mais pourrait révolutionner le lien entre biologie et mécanique quantique ! D’autant que les auteurs de l’étude terminent leur conclusion de la manière suivante :

” En enfin nous avons démontré qu’une base ADN simple contient de l’information au sujet de son voisin, questionnant ainsi l’idée habituelle de traiter chaque base individuelle en tant qu’élément d’information indépendant.

Sources :

http://arxiv.org/abs/1006.4053

http://www.technologyreview.com/blog/arxiv/25375/


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • geo63 10 février 2012 10:23

    Watson, Crick et Wilkins (toujours oublié) ont eu le Nobel pour la détermination de la structure en double hélice de l’ADN, il existe des photos célèbres où ils sont en train de construire celle-ci à Cambridge avec des modèles moléculaires en plastique le long d’une rampe d’escalier pour avoir de la place. A l’époque, il n’y avait pas d’ordinateurs !
    Pour les calculs en cours, il s’agit aussi de modèles....mathématiques, très beaux sans doute pour les experts.


    • non667 10 février 2012 15:00

      à vincent
      « Donc, selon ce modèle, c’est l’intrication quantique qui serait à la base de l’existence de l’ADN et, partant, de la vie. »
      vous avez du sauter la classe de 4° en math !
      ou avant de terminer une démonstration par C.Q.F.D. il fallait écrire : condition nécessaire et SUFFISANTE ,hors si l’existence de l’adn est nécessaire elle est à mille lieues d’être suffisante !
      encore un essai pour nier l’existence des dieux programmeurs/ordonnateurs ! smiley smiley smiley


      • Walid Haïdar 10 février 2012 17:19

        ?


        Parce que l’ADN n’est pas à la base de la vie ? Vous jouez sur les mots.

        Vous êtes marrants avec vos dieux mais c’est vous qui en faites l’hypothèse, et vous ne l’avez jamais prouvée. A vous la charge de la preuve.

        Les scientifiques, s’ils trouvent un modèle satisfaisant pour expliquer la structure de l’ADN, pourront estimer qu’ils ont fait un grand pas dans la compréhension des fondements de la vie.

        La quête de la connaissance est infinie, pour peu qu’on ne l’obstrue pas avec des dieux bouche-trous...

      • Walid Haïdar 10 février 2012 15:03

        Si cette théorie suggère qu’il est plus qu’aventureux de couper des bouts d’ADN pour les coller sur d’autres bouts d’ADN, elle a peu de chances d’être bien vue dans un monde où la recherche génétique est « intriquée » avec celle des OGM pour l’industrie.


        L’exploitation mercantile d’une réalité conçue de façon archaïque est un lourd obstacle à la révolution de la représentation de cette réalité.

        Non monsieur, l’ADN, c’est juste des molécules collées ensemble, et qui forment une jolie double-hélice, et arrêtez de vous poser des questions bizarres un peu. On va faire des découpages et des collages et avec les nouvelles hélices ainsi formées on va résoudre tous les problèmes de l’humanité.

        C’est ça la SCIENCE. Mais vous ne pouvez pas comprendre, puisque vous êtes CONTRE la science.

        Ce papier est une insulte à la bien séance technocratique, c’est pourquoi j’ai voté OUI.

        • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 10 février 2012 22:44

          @ Walid Haidar


          Amen :)

        • Nina888 11 février 2012 15:47

          Oui , je trouve ça intéréssant comme article ... découvrir qu’en fin de compte la maxime : je pense donc je suis , serait vrai mettrait un gros coup de pied au cul à l’industrie ogm et au matérialisme ...
          Sans compter que certain métaux l’un honoré pour sa raretée et sa nature incoruptible chimique (l’or) et l’autre méprisé pour son abondance et sa dégradation chimique (le fer) sont inversement uttile à la vie (le fer est uttille à la vie , createur d’émoglobine tandit que l’or est nuisible car métaux lourd et non-disolvable aisément (de plus , le seul intéret de l’or dans l’organisme c’est faire des ongles et encore en faible quantitée ) , sans compter que le fer risque de perdurer à la fin de l’unniver tandit que l’or nait de mort d’étoile ... Du point de vue vie et mort , le matérialisme est perdant ...


          • epapel epapel 11 février 2012 17:09

            Pour reprendre l’exemple archi-connu du chat de Schrödinger, l’intrication est le fait que tant que l’on n’ouvre pas la boîte du chat, le chat est en même temps vivant et mort – c’est le fait d’observer le chat qui “réduit” la fonction d’onde (phénomène appelé décohérence) vers un seul état, chat mort ou chat vivant.

            Très mauvais exemple exhibé justement par Schrödinger pour montrer l’absurdité de cette conclusion : le chat ne peut avoir qu’un seul état qu’on l’observe ou pas car la réduction de la fonction d’onde ne s’applique qu’aux objets de la mécanique quantique or le chat n’en est pas un.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès