Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > iPhone App Store : démontage de la planche à billets

iPhone App Store : démontage de la planche à billets

Depuis son lancement au mois de juin dernier, l’iPhone App Store connaît un succès exceptionnel. Steve Jobs lui-même, surpris dirait-on, semble prudent en évoquant un business à un milliard de dollars.

Si l’ampleur de ce succès n’était guère prévisible, Apple n’a laissé au hasard aucun des éléments qui pouvaient le provoquer.

Tout d’abord, l’iPhone App Store en deux mots. Des programmeurs sont invités à développer des applications que les possesseurs d’iPhone peuvent télécharger via iTunes. Le développeur décide du prix de ses applications, qui peuvent même être gratuites.

Le modèle économique est simple. Les développeurs, après s’être acquittés d’un droit d’entrée auprès d’Apple, perçoivent 70% du revenu des ventes de leurs applications. Les possesseurs d’iPhone payent à l’acte (buy and download).

Comment Apple protège-t-il ce business ? Il y a d’abord l’engagement légal que prend le développeur vis à vis d’Apple. Par là, il ne souscrit pas seulement à un accord de confidentialité : il dégage la firme de Cupertino se dégage de toute responsabilité en cas de défaillance du service, l’autorise à l’exclure immédiatement et sans motif et enfin lui consent le droit de développer et d’exploiter une application concurrente. Outre la protection juridique, il y a la technique : du kit de programmation à l’iPhone, tout est propriétaire ! Enfin, plus subtilement, Apple influence la pertinence des applications par le droit d’entrée de 99$. Cela freine l’émergence d’applications stériles comme il y en a tant dans Facebook. Et si cela ne suffit pas, il y a toujours le fait du prince

Essayons maintenant de dégager les facteurs clés de ce succès. D’abord, il ne s’est pas construit dans le vide. Apple a repris le modèle iPod + iTunes en l’adaptant à l’iPhone : au lieu d’acquérir des morceaux de musique, l’on acquiert des logiciels. Elle l’a également stimulé en s’associant à un capital-risqueur pour constituer un fond d’investissement de 100 millions de dollars.

De plus, Apple a remarquablement identifié les besoins des acteurs et tissé des liens d’intérêt réciproques. Elle capitalise d’une part sur la passion des possesseurs d’iPhone pour leur terminal polyvalent, d’autre part sur le désir des programmeurs d’être largement distribués, rémunérés ou reconnus.

Ces liens sont ensuite habilement renforcés. C’est ici qu’on retrouve l’excellence ergonomique de la firme. Le possesseur d’un iPhone dispose de plusieurs façons d’accéder à une application qu’il peut l’acheter en un clic. De son côté, le programmeur ne s’occupe que du développement du produit, pour lequel il dispose d’un kit, de ressources et d’un banc de test, et de son prix : Apple prend en charge les deux autres dimensions du mix marketing, promotion et distribution. La facilité d’usage développe l’usage.

L’autre facteur est l’intelligence économique du système. Le rôle de la gratuité est bien défini (comme celui du MP3 pour l’iPod) : développer l’audience et l’usage, de la boutique comme de l’iPhone. Ainsi, côté développeur, cela ouvre la porte à une politique de marque d’ampleur significative. Et la politique de prix "sanctionne" qui ne favorise pas cette dynamique : le droit d’entrée passe à 299$ pour qui refuse d’être distribué dans l’App Store.

Bien sûr, il y a des points noirs comme une politique de sélection et "d’expulsion" d’applications opaque, les écarts de niveau des applications au plan ergonomique ou de récents problèmes de sécurité. Cependant, cela ne freine pas ce succès… commercial.

Car oui, si choquant que cela puisse paraître, la plateforme d’Apple n’est pas gratuite et La Pomme va jusqu’à ponctionner clients comme développeurs. Pire même, elle conserve pendant un mois l’argent dû à ces derniers : un mois de besoin en fond de roulement négatif ! Pourquoi se laissent-ils faire ainsi ? Y trouveraient-ils leur compte ?

En vérité, on ne peut qu’admirer comme Steve Jobs accomode de vieilles recettes à la pomme - système propriétaire et fermé, excellence ergonomique et esthétique, hype - au goût du jour : gratuité, plateforme Web, etc.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • morice morice 20 décembre 2008 15:16

     résultat de l’article : rien, l’auteur ne donne AUCUN avis. En fait de "démontage" on a ce que tout le monde sait : qu’Apple n’est pas une entreprise philanthropique. Heureusement, car sinon elle n’existerait plus. Elle est en passe aujourd’hui d’acheter Adobe si ça lui chante, et ça ce n’est pas rien... Mais elle fait des objets qui restent en travers de tous ceux qui n’ont pas assez de jugeote pour les inventer. L’iPhone était FAISABLE, l’écran (allemand) était vendu pour faire autre chose. L-’Ipod a été inventé par un anglais, mais il n’a jamais réussi à convaincre une société de le faire. La force d’Apple c’est son flair et ses interfaces. Mon client, forcené du Blackberry a versé Apple en une semaine d’essai seulement. Dites-nous donc cela au lieu de vous gargariser de mots sur "l’économie" Apple. Apple réussit là ou Microsoft se fourvoie : adapter en "downsinzing" une interface lourdingue et mal pensée comme Windows a des portables est une hérésie fondamentale. La gestion de la WIFI en PC est une catastrophe, a toujours tenter d’utiliser la faible implémentation d’origine dans Vista : on émule un port Ethernet comme on faisait dans XP, on ne l’attaque pas vraiment. Bref, votre article n’apporte rien, ni sur les raisons d’un succès de plus en plus phénoménal et ne dit rien des déboires actuels des adversaires : les "téléphonistes" à s’obstiner à faire des claviers coulissants, comme Nokia, ou les "audiophiles" à faire des lecteurs MP3 ratés, le Zune en étant le sommet. Les "informaticiens" en étant réduits à demander un plus financier pour avoir la version antérieure du système : Vista est le plus gros échec informatique de tous les temps, il faudra bien le dire un jour ou l’autre... Apple surfe sur l’incompétence manifeste de Microsoft, voilà tout, pas la peine de s’étaler davantage. Microsoft n’a plus d’avenir, Apple en a toujours eu un.


    • Alex 20 décembre 2008 15:51

      Très bon article.
      Ne faites pas attention à l’énergumène en haut, il passe son temps à se défouler sur ce site et, de plus, c’est un fanboy pur et dur (d’Apple), ce qui vous laisse imaginer le niveau de son QI.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 20 décembre 2008 17:10

      Salut Morice,

      vous me rappelez une histoire. J’ai tout de suite cru en la formule écran tactile et plus aucun bouton. Je persuade mes copains handicapés des gros doigts, à faire ce choix pour l’ I’phone, eux qui changent tous les six mois de téléphone, et ne choisissent jamais puisque c’est le magasin qui les guident.

      L’un d’eux, réticent, mais chez lui tout équipé, c’est à dire, bien mieux que moi, et sans vrais arguments cherche à convaincre mon entourage de ma méconnaissance. Au cours d’une discussion autour d’une tablée, m’énervant, je lui demande pourquoi il me contredit sans arrêt devant tous et de me montrer le sien.

      Et il me sort de sa poche une espèce de double calculatrice coulissante avec deux fois vingt cinq boutons, le genre qui fait comptable pour une banque internationale et donne l’heure à moscou...

      Bien à vous mon espion préféré. L.S.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 2 21 décembre 2008 16:23

      Tous les concepts utiles pour préserver l’utilisateur sont délaissés au profit de systèmes ridicules et sans intérêt comme regarder la télé sur un écran un pouce ou enregistrer des sonneries sur le compte de la Sacem.

      http://www.enerzine.com/603/4102+Visualis-{votre-energie-pour-moins-consommer+.html

      Alors que ce système permettant de choisir le meilleur endroit dans sa propre maison pour téléphoner dans les meilleures conditions ou le poser sur le bord d’une fenêtre pour qu’il se recharge par le soleil au repos....Tout le monde s’en fout !

      L’I’phone est un excellent concept entre les mains de vénaux individus n’étant attachés qu’à un profit immédiat pour satisfaire de bas instincts. L’I’phone est une magnifique grosse berline brillante équipée pour l’instant d’un modeste moteur de mobylette. Le mieux, pour le moment, s’est de s’en passer.


    • morice morice 20 décembre 2008 15:24

       et merci de ne pas trop nous prendre non plus pour des singes de la consommation....

      "Mon brief créatif rappelait le contexte (société, service, marché, cible et proposition de valeur), exposait les grandes lignes du plan marketing et, enfin, définissait la marque et son positionnement"



      merci, on en sait assez maintenant sur votre projet...commercial. A votre prochain "brief créatif" donc...


      • Youssef Rahoui Youssef Rahoui 20 décembre 2008 16:44

        Je m’apprêtais à vous répondre quand, en relisant vos commentaires, j’ai compris que c’était inutile. Votre posture est celle d’un gourou : vous pontifiez (c’était écrit, ils auraient dûs, il ne fallait pas…) et vous jetez des anathèmes. Autrement dit, il vous faut des sectateurs et non des débattants.

        Ce que vous avez lu (ou plutôt cru lire) ne correspond pas à votre doctrine alors, au lieu d’engager la discussion sur une base objective, vous fulminez des anathèmes.

        Bonne suite.


        • Lisa SION 2 Lisa SION 2 20 décembre 2008 17:29

          Article 95 % commercial américain.

          Aucun intérêt pour la profane basique que je suis.

          Ce lien d’aileurs ne donne pas envie. This content has been removed due to suspected copyright infringement

          For more information, please send questions to support@scribd.com. Note that we cannot provide you with a copy of the document, as it has been permanently deleted.

          I’m sorry, but you could drive more your customs to the delivery system. Bye.



          • Sébastien Sébastien 20 décembre 2008 17:41

            Pourquoi parler de planche a billets ? L’App Store est un succes commercial mais pas vraiment generateur d’argent pour Apple qui gagne finalement tres peu. Il y a 2 semaines, il y avait 10 000 applications disponibles sur l’App Store, representant 60 millions de telechargements pour un chiffre d’affaires de 30 millions de dollars.

            30 millions de dollars pour Apple c’est pas vraiment la planche a billets.

            Et personnellement je pense que la verification des applications par Apple avant leur publication est une bonne chose. Ca evite de "polluer" l’App Store avec des applis buggees ou sans aucun interet comme celle de la petite icone qu’on payait 1000 euros pour montrer a ses potes que l’on est riche.

            Si vous voulez d’autres applications, il y a Cydia de toutes facons.


            • Youssef Rahoui Youssef Rahoui 20 décembre 2008 17:51

              Pour le lien des conditions légales imposées aux développeurs, c’est ici. L’article était posté avant que je ne puisse faire la correction.


              • Castor 20 décembre 2008 20:43

                Bravo,

                bel article qui démonte précisément que la firme APPLE est une firme spécialisée avant tout dans le marketing et non dans l’objet high tech.

                Quant à la posture adoptée par nombre de Mac-addicts, elle est trop souvent empreinte de condescendance à l’égard du commun des mortels s’échinant sur PC pour ne pas être risible.

                Vous avez aussi su cerner avec justesse et une certaine forme de cruauté la personnalité de Morice, le censeur d’Agoravox.

                Bravo pour tout !


              • Youssef Rahoui Youssef Rahoui 20 décembre 2008 21:58

                Ce qu’il y a de plaisant, c’est que depuis mon premier ordinateur à aujourd’hui, je n’ai jamais possédé autre chose qu’un mac : je suis fan… mais pas fanatique.


              • Castor 21 décembre 2008 10:44

                C’est d’autant plus agréable de constater qu’il existe encore des gens qui sont utilisateurs ET lucides !

                 smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès