Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Jeux vidéo : le nivellement vers le bas ?

Jeux vidéo : le nivellement vers le bas ?

Finie - ou presque - est l’image de l’Hardcore Gamer, outrepassant toutes limites à la seule vertu du score ; en s’ouvrant à une culture plus « casual », l’industrie vidéoludique s’est logiquement accaparée d’un public indéniablement plus large, mais aussi beaucoup moins critique sur les enjeux pédagogiques de ce loisir souvent décrié comme cristallisant la violence de ceux qui l’affectionnent. Si bien qu’aujourd’hui, trop peu d’éditeurs de jeux vidéo n’osent risquer de « diversifier » un médium qui sombre fatalement dans des archétypes certes vendeurs, mais passablement démagogiques.

Comme prévu, cette fin 2007 marque l’avènement de toute une année riche en sorties, par la disponibilité massive d’une pléthore de "gros" jeux, ces hits, à la destinée de million-seller forcée par des prévisions commerciales toujours calculées à la hausse. Le "bien culturel le plus vendu en France" (selon Le Parisien du 26/10/07) s’assume, et ne manque pas de faire désormais parler de lui aux heures de pointe télévisuelle, affichant sans vergogne ses courses de bolides acharnés, ses joueurs de football toujours plus fidèlement modélisés, et ses gunfights frissonnants. Cependant, l’industrie, depuis quelques années déjà, tourne en rond ; et les profits colossaux qu’elle génère n’y est pas étranger. Aujourd’hui, développer un "gros" jeu revient à un coût quasiment équivalent à celui de la production d’un film d’action très moyen, d’où la volonté des principaux acteurs du genre à cibler des publics précis, afin de les marteler de titres à l’originalité inexistante. Car, en revenant à ces "hits", (qui sont-ils ? PES 2008, FIFA 08 pour le football, Crysis, Call of Duty 4 pour les FPS (First Person Shooter, à réduire en jeu de tir à la première personne), ou encore Asassin’s Creed (action), Need For Speed ProStreet (course), et bien d’autres), et tout en prenant un minimum de recul, on constate sans grande difficulté qu’ils ne subsistent que des archétypes de leur genre, faisant foi grâce à des détails insignifiants, qui pourtant sont la source incritiquable de leurs futurs succès.

La prise de risque existe (avec notamment des jeux estimés comme "poétiques" : Okami, Shadow of The Colossus, Ico), et est souvent saluée de façon unanime par la presse spécialisée. Pourtant, à la manière des films d’auteurs, ces titres peinent à marquer les esprits "de masse". Une personne ne s’intéressant pas le moins du monde à l’univers vidéoludique sera, par exemple, plus prompt à nommer n’importe quel jeu médiocre, mais populaire, plutôt qu’un Ico, majestueux mais négligé dans les esprits communs. Et les choses ne sont pas prêtes à changer : étant donné les enjeux pécuniaires, aucun distributeur majeur de l’industrie n’est enclin à présenter un jeu, qui, malgré de bonnes intentions, aura du mal à se vendre. Du coup, tous ne fournissent que des améliorations de produits, ou concepts, ayant fonctionnés, engendrant une lassitude certaine chez le joueur confirmé. Le joueur en passe de le devenir, lui, consommant encore abondamment.

Le fait est, que de nos jours, le public possède une relation avec le jeu vidéo qui s’impose comme unique en son genre. Aucune vision critique sur les fondements, ou les valeurs d’un jeu ne sont d’actualités, les titres étant "jugés" sur des bases illustratives qui ne constituent qu’une infime parcelle d’un soft. Quid de l’idéologie dans ce cas ? Indéniablement, jouer à un jeu, c’est être influencé par celui-ci, par son point de vue, qu’il en possède un, ou pas. Et là demeure le problème majeur  : trop de sociétés de développement rechignent à effectuer ce travail, qui pourtant est défini comme une partie de l’essence de toute autre œuvre d’art. Ainsi, si proposer de la violence "encadrée" permet au joueur de se positionner dans l’imaginaire d’un monde fictif, n’entreposer aucune bordure à un ouvrage sensible le fait sombrer dans une démagogie certaine. Et certains groupes, associations ou sociétés ont déjà franchi le cap par l’intermédiaires de jeux gratuits destinés aux joueurs les plus crédules (America’s Army, du corps américain des Marines, en étant le meilleur représentant), faisant du jeu vidéo une véritable arme de propagande.

Heureusement, ce cas étant fortement isolé, le jeu vidéo, en tant que loisir nonchalant, a encore indubitablement de beaux jours devant lui. Enfin, tant que le cruel manque d’innovations dont souffrent les best-sellers du genre ne dérangera pas les plus fidèles adulateurs de celui que l’on nomme déjà le "10e art"...


Moyenne des avis sur cet article :  4.78/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • seigneur_canard seigneur_canard 20 novembre 2007 13:13

    Ouaip, le jeux vidéo, niveau créativité n’est pas vraiment à la fête. Et franchement, je m’interroge encore pour savoir si ça vient plus des studio (prise de risque en berne, trop de « connards-a-calculettes » dans les boites etc...) ou des joueurs eux mêmes. En effet, je crois qu’on oublie un peu trop souvent l’importance de ces derniers dans l’équation. D’expérience, je pense qu’une grande partie des joueurs ne brille pas par son intelligence et son gout en matière de choix de jeux vidéo. Je m’explique. Depuis l’invasion des FPS (ou doom-like) et autre RTS (warcraft et co), la place des autres types de jeux s’est réduite comme une peau de chagrin (à l’exception des jeux de sport). J’ai eu l’occasion de constater que face a un jeu au concept original ou aux mécanismes de jeu « différents » des jeux auxquels ils sont habitués une bonne partie des joueurs décrochent en quelques dizaines de minutes. Sans même chercher a progresser ou intégrer ces nouvelles règles. Voir une horde de bœufs jeter un coup d’oeil torve sur une nouveauté pour retourner faire des « heqdsh0t q lq kqlqsh » dans counter-strike, comme ils le faisaient depuis 5 ans, m’a franchement dégouté de tout ce qui est LAN. Et par politesse, je ne parlerai pas des fan de starcraft... smiley Pourquoi donc prendre des risques puisque le joueur moyen est trop neuneu pour les apprécier ? Exemple récent, un RTS comme « World in conflict », superbe graphiquement et au gameplay original s’est vu souvent descendu sur les forums par un certain nombre de « hardcore gamers » parce qu’il ne retrouvaient pas leurs marques. On retrouve dans le milieu des joueurs, les même travers qu’ailleurs. Le refus de faire le moindre effort pour apprendre une chose nouvelle. On se baffre en terme de jeux vidéos de « remixes » de recettes vieilles de 15/20 ans, comme pour le ciné, ou la musique. Je regrette vraiment l’époque ou on avait un choix vaste entre différents types de jeux, ou un petit studio, ou un auteur inconnu vous sortait un jeux qui vous scotchait la tronche pour quelques mois et, dont on se souvienne une fois devenu un « vieux con ». Malheureusement, c’est finit. le jeu est devenu une industrie « grand public », dont on doit se mettre en phase avec le plus petit dénominateur commun. N’importe quel crétin est capable de comprendre le principe d’un Doom-like, par contre finir un jeu d’aventure comme il en existait autrefois, se goinfrer les 500 pages du manuel de falcon 4 avant de pouvoir décoller, piger le système de navigation dans Elite, ou I-WAR, finir en tête civilisation etc. tout ça ça demande un « petit » effort. Effort que beaucoup de joueurs ne veulent pas effectuer. Dommage, d’un petit effort on tire souvent une grande satisfaction.


    • boumboum 20 novembre 2007 13:14

      Mouais, bof, Ico est deja un vieux jeux, vous auriez pu parler de Rez egalement qui est incontestablement plus special qu’Ico. Un petit bonhomme, une princesse... cela rappelle un peu un petit heros vert avec une epee... Et pour ce qui est du style de l’ambiance, cela a ete repris avec merveille par Prince of Persia. Et puis vous ne semblez pas connaitre Bioshock. Surprise incontestale de cette annee s’il en est. Et Stalker ? Bouse intergalactique a Tchernobyl ? Sans parler d’Oblivion, les prouesses techniques, la beaute du design et la complexite de l’aventure remet Ico a sa place de jeux pour enfants.

      Et puis vous criez au manque d’innovation. La Wii, c’est quoi ? Si cela n’a pas ete un risque enorme que Nintendo a pris, c’est que vous n’y connaissez rien. Et d’ailleurs, risque recompenser par de grosse vente.

      Pour ce qui est de la violence, il est clair qu’un Sims pourrait choquer n’importe qui.

      America’s Army est un jeux de propagande, certe, mais connaissez vous le pays des concepteur de la meilleur simulation de guerre ou vous devez tuer des soldats russes en incarnant un Americain ? Ce pays, c’est la republique Tcheque. (et son Armed Assault)


      • Julien Julien 20 novembre 2007 13:52

        Il faut savoir que les concepteurs s’adaptent aux possibilités des machines actuelles. Il est certain qu’à une époque, le seul moyen d’accrocher un joueur était un scénario et un concept en béton puisque les graphismes étaient, il faut l’admettre, tout bonnement ignobles (ah les heures passées sur CPC 6128 à jouer à Orphée...).

        De nos jours, les machines sont capables de reconstituer un environnement tellement beau qu’il devient difficile de distinguer le jeu de la réalité. Du coup, l’intérêt de l’expérience se situe au niveau de la perception que le joueur va avoir de cet environnement. Il ne s’agit pas nécessairement d’un problème de QI ou de manque de volonté de la part des joueurs. Prennons l’exemple de Crysis, le scénario est certes léger, mais bon sang, vous avez vu ça ?! On a presque envie de tendre la main pour toucher les décors !

        Au final, l’un n’empêche pas l’autre. Personnellement j’apprécie tous types de jeu. Un bon FPS pendant 10 minutes en rentrant du boulot, ça défoule. Un jeu d’aventure bien tordu ça peut occuper les longues soirées d’hiver. Et je n’ai aucun doute sur le fait que l’industrie du jeu video saura conserver une certaine diversité. Après tout, les films d’action sont les plus rentables et, fort heureusement, il n’y a pas que ça au cinéma.


      • Mick Nertomb 20 novembre 2007 13:43

        Ah, boumboum

        Pour Rez, rien à ajouter, je suis d’accord.

        Oblivion divise. Difficile de ne pas demeurer déçu après un Morrowind fameux. Mais bref, passons.

        Stalker, je vous l’accorde. Bien que ses bases n’aient rien d’original.

        Bioshock - bien qu’absolument excellent - n’innove en rien et n’est qu’un System Shock II remis au gout du jour.

        Par contre, la Wii est justement un exemple parfait du manque d’ambition de l’industrie : Avec un tel concept de console, n’est-il pas scandaleux d’y retrouver 80% d’« inferior versions », de jeux développés à la va-vite, prônant comme seul argument commercial une nouvelle maniabilité ? Apres un an de commercialisation, les gros jeux y arrivent enfin. Super Mario Galaxy est un jeu qui innove. Combien de jeux avant lui peuvent en avoir la prétention (Eledees, et ?) ? Avez-vous vu les titres les plus vendus sur cette console ? S’ils ont un quelconque rapport avec les possibilités gyroscopiques ou autres innovations ?


        • superesistant superesistant 20 novembre 2007 14:07

          suis d’accord avec l’auteur sur le manque de créativité ; malgré tout j’étais content de retrouver un PES nouvelle sauce qui tourne difficilement sur la plupart des vieilles machines...

          après, le gamer moyen achète une bête de course style dernier pc avec config bèton ou PS3 ou XBOX... pensez vous que certaines petites boîtes peuvent encore rivaliser avec les majors qui pondent des bioshock crisys ou autre Call of duty ?? les joueurs veulent tout de même exploiter des machines sur-dopées et en prendre plein les yeux.. d’ou à mon avis le manque de créativité.. on cherche à faire du beau du grandiose au détriment de la créativité...

          c’est con à dire mais un jeu qui m’a étonné par la diversité des missions reste GTA qui ne propose que très rarement 2 missions identiques dans le scénario de base... après on peut fortement critiquer le coté violence gratuite et limite j peux comprendre.

          je suis d’accord avec un des posteurs qui met en avant la WII qui révolutionne le monde du jeu et rend plus ou moins hasbeen le gamer qui se retranche chez lui pour jouer « seul », cette console pouvant enfin réunir les fans et les frileux du jeu vidéo : on y joue mais pas des heures durant, on se lasserait ! ( j’en prends pour exemple ma copine trouvant la console « tue l’amour » et étant prêt à autoriser l’entrée d’une WII dans not salon smiley )


          • boumboum 20 novembre 2007 14:44

            Peut etre faudrait il juste souligner que les jeux deviennent de plus en plus long a developper, demande de plus en plus d’argent et qu’un flop fait de ce fait de plus en plus mal. L’auteur, donnez moi 10 000€, je vous en rend peut etre un peu plus dans 2 ans. Un palmier dans crysis ce n’est pas une balle de pong... (et vous n’avez pas vu le MI24 Hind de armed assault 2).

            La ou vous critiquez les nouveaux jeux video, vous devriez louer la communaute qu’elle draine ! Pourrait on parler du jeux video 2.0 comme nous parlons de l’internet ? Avez vous vu le nombre de mod en developpement pour Half life 2 ? J’achete un jeux pour tuer des russes, je me retrouve a dealer de la drogue, et a faire des courses d’avion. J’achete un jeux pour conduire des voiture, je me retrouve aux commande d’un vaisseau sur mon propre circuit fait en quelque minutes (Trackmania).

            L’avenir n’est pas aux jeux solo a gros scenario, (« Escape from Butcher Bay » avec Vin Diesel m’a botter les fesses quand meme) surement a cause du piratage,(Il parait que les createur de « Deus Ex » ont eu des problemes). L’avenir est plus aux jeux de type plateforme pour multijoueurs comme Half Life 2 et son Steam, ainsi qu’avec des editeurs performants comme Hammers, toujours de HL2 (bien que pourrait mieux faire). Trackmania, son editeurs et sa communaute, Crysis (j’attend de changer de pc) qui a l’air tres aboutit, (les developpeur du mode Jurassic Park, quitte Arma pour Crysis a cause de ca).

            Je crois que ce que les joueurs regardent sur PC (je ne connais pas assez le mode console, je me suis arrete a Perfect Dark sur 64), c’est quelle va etre la communaute autour de ce titre, quel seront les modes, trouverais je toujours des gens avec qui jouer ?... Sinon, je telecharge illegalement.


            • seigneur_canard seigneur_canard 20 novembre 2007 15:22

              Je crois qu’on souligne là un point intéressant dans l’explication de la pauvreté créatives des jeux vidéos actuels : le développement du jeux en ligne, des compétition, des « ladders » pour classer les joueurs etc...

              Pourquoi se casser le dos a pondre un univers ou un concept original, alors qu’on peut se reposer tranquillou sur le principe de la « compétition » bête et méchante. Que « Lord_-killer-_92 », il s’en branle du scénar’ ou de l’originalité d’un jeu. Ce qu’il veut c’est que son « clan » grimpe dans le « hall of fame » mondial" de la ènième ressucé de counter ou starcraft.

              Cependant, je nuancerai votre avis sur le jeu solo. Il reste encore un marché pour des jeux aux scénarii poussé (à la fallout par exemple). Mais, c’est un marché de niche. cependant, même pour les jeux « multijoueurs », c’est souvent la partie « solo » qui hameçonne le joueur, le fait entrer dans l’univers du jeu. Donc bacler la partie solo peut être risqué si la partie multi n’est pas en phase exact avec la demande des joueurs. Et puis, on pas forcément envie de jouer avec d’autres joueurs, au niveau et à l’honnêteté variable (triche diverses, trop grand écart de niveau entre les joueurs peuvent tuer le mutli).

              Et pour finir, si je suis d’accord avec l’importance d’avoir une forte communauté et de possibilité de « modder ». Mais je doute que la mise en place d’un système aussi invasif et bancal que STEAM soit souhaitable.


            • thirqual 20 novembre 2007 15:31

              En parlant de piratage, l’industrie du jeu vidéo ne touche pas un centime sur les taxes sur les supports... logique quand tu nous tiens.

              J’ai bien peur que tu n’aies raison pour ce qui est des futurs jeux, on en viendra à regretter les Myst, Baldur’s Gate et consorts (pas NWN, berk), Morrowind (et encore plus Daggerfall son prédécesseur), Deus Ex (un FPS avec un scénario et d’autres façons que le lance-roquette pour progresser). Il suffit de comparer Warhammer Dark Omen, qui offrait une campagne solo avec un scénario (et donc qui se plaçait au-dessus de son prédécesseur Shadow of the Horned Rat) et le dernier titre sous licence Warhammer dont le titre m’échappe et dont le mode solo se finit en un week-end smiley

              Autre exemple, dans le pseudo-RPG, la trame de fond de Guild Wars est d’une pauvreté affligeante, alors que les possibilités tactiques et la richesse du jeu en équipe sont très intéressantes.

              Pourtant payer une paire de scénaristes, c’est quand même pas un gros surcoût par rapport à la troupe nécessaire pour la 3D, les doubleurs, la pub, etc...


            • Forest Ent Forest Ent 20 novembre 2007 16:17

              Le but d’un jeu vidéo n’est pas d’éduquer, c’est de distraire. C’est son critère de succès. C’est de « l’entertainment ». Comme pour le cinéma, il y aura du grand public et des oeuvres d’auteur moins rémunératrices.

              Ce qui fait à mon avis la différence aujourd’hui est la facilité. Les jeux grands publics sont faciles, parce qu’ils ne faut pas que le client se prenne la tête des heures pour se sortir d’un problème. Ils perdent bien sûr en richesse tactique.

              Mais il reste quelques multis intéressants.

              Les deux multis les plus utilisés sont WoW pour le MMO (et quel que soit le mal que je pense de Vivendi, je ne peux pas dire que WoW soit un mauvais jeu), et pour les FPS ... c’est encore Counter-Strike 1.6. Les bons concepts sont increvables.


              • faxtronic faxtronic 20 novembre 2007 17:34

                moi, ce sont les bons RPG et autre jeux d’aventures que je ne retrouve pas. J’ai pas envie de me battre, ou d’etre le plus fort. Je cherche a m’evader dans un monde merveilleux.


                • jamesdu75 jamesdu75 20 novembre 2007 19:48

                  Beaucoup de chose plus ou moins interressante ont été dit.

                  Mais n’oubliais pas que le petit Kevin de base qui a sa PS2 ou Xbox360 bave devant un PES ou FIFA alors que depuis pratiquement 10 ans c’est juste des patch avec legere MAJ graphique.

                  Le hardcore gamers et trés souvent un abrutis qui adore la polemique et n’hesite pas a flooder un forum pour une raison inconnu.

                  Si vous êtes ou avait été sur wow, regarder les forum pour comprendre ou ecouter un vraie mordus du jeu. Imaginez plus de 500 posts de fan en furie par l’annonce d’une mise a jour, sur le fait que par exemple coup d’épé fasse +1+1 au lieu de +1+2. C’est affligeant, donc les editeurs ont peur c’est normal.

                  Pour revenir au Kevin, la pluspart du temps ils ne regardent que les graphismes, la preuve n’est pas loin, pour une génération en dessous de 20ans le nouveau sim city Simsocieties est un most, perso je suis resté que sur la version 4.

                  Aprés n’oublié pas comme il a été dit qu’il y a des jeu d’auteurs voirs des bon jeux tout simplement. Quand j’été sur 6128+ il y avait des bouses et des bon jeu, ca n’a pas changé a part le marketing.

                  Si vous voulez un bon jeu online, il n’y a pas que du medieval dans la vie. Eve online existe depuis plus de 5 ans et y’a encore des addon et plusieurs milliers de joueur.

                  De plus voyez qu’a l’instar du sport, le jeux video se profesionnalise voir cette niouse :

                  http://www.inpactvirtuel.com/news/21145-emuLate-Counter-Strike-Contrat-MCPoker.htm

                  Enfin, une chose importante dans l’article dire que les jeux video sont un art. @ l’auteur faites la derniére fois que j’ai parlé de la sorte plusieurs personnes se sont insurgés face a cette « ignominie »

                  http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=27641


                  • Ciucilon Ciucilon 20 novembre 2007 22:09

                    En RPG on a quand même the Witcher qui est une bonne surprise. Pas sur que surprise soit adapté quand même. Un univers et un héro adulte, des graphismes de bonne qualité et un nombre de bugs réduit. Parce que bon en général on se reçoit le jeu en version beta à 70€ et presque à débuggé soit même ou à attendre avec angoisse le patch béni.

                    La créativité dans les jeu vidéo... C’est le même problème que dans le cinéma, c’est devenu une industrie. Et pour être reconnu il faut avoir les bons effets spéciaux qui coutent cher, et la plupart des entrepreneurs qui font du jeux video conscidèrent que le client est un imbécile qui veut exploiter sa bécane et avoir des graphisme de fou. Je crois qu’ils ont raison, la plupart des gens se moquent du scénario, des motivations du héro ou de la cohésion du background, ils veulent du sang et des trippes/ de jolis pixels bien léché. Si l’histoire n’est pas concidérée comme importante ben la majorité des titres resteront des copies de copies de copies. Vive Deus Ex !


                    • rafale f3 20 novembre 2007 22:15

                      je suis hardcore gamer, j’aime counter strike, halflife, soldier of fortune, unreal tournament, j’aime les jeux de combats, la simulation, de guerre, les wargames, j’ai 46 ans, mais je ne suis pas violent pour autant, heureusement, je suis pas le seul dans ce cas.

                      Mais il faut eviter des jeux trop pres de la realite et en transgression avec les valeurs morales, tirer au fusil a pompe sur un ennemi armé et qui peut se defendre, ok, ca fait 1 frague, et ca repart, ca peut tourner au respect de l’un ou de l’autre selon nos scores, mais un jeu comme manhunt 2 est à proscrire, trop gore et trop violent, trop transgressif, trop gratuit.

                      c’est plus un jeu d’adresse et de decontraction, on est generalement discret, sur les parties de multijoueurs, il peut y’avoir des agressifs ou des imbéciles, mais ils sont generalement bannis sur les serveurs sérieux, ils ont généralement un bon admin.

                      L’admin c’est dieu, si vous voulez maitriser et moderer le groupes de joueur, faite l’admin, vous serez adorer,craint et respecter, et quand on est gentils, vous nous mettez un peu de musique genre bizounours, captain flam, dans counter strike on adore ca.

                      Par contre, il faut eviter que ces jeux soit utilisé par des esprits fragiles et influencable. Sinon pour toute personne normal, a consommer sans moderation et sans abus, faut dormir pour aller bosser.


                      • Zurgo 20 novembre 2007 22:27

                        Pour nuancer légèrement les propos de l’article, il me semble que certains designers émergent de plus en plus. Ils se font des noms, un peu à la manière des metteurs en scène (d’ailleurs le propos de l’article ne pourrait-il pas être rapproché des débuts du cinéma ?). Parmi eux, l’increvable Richard « Lord Sinclair » Gariott, Warren Spektor, Ron Gilbert, ou encore certains japonais que je connais certes moins bien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès