Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’apocalypse c’est maintenant ! (III) Révélations

L’apocalypse c’est maintenant ! (III) Révélations

Dans le prologue de l’Evangile de Jean on peut lire : « celui qui vient après moi m’a précédé car il était avant moi ». Cette énigmatique formule contient l’un des noyaux théologiques spécifiques des trois monothéismes occidentaux. Je considère en effet que l’Islam appartient à l’Occident. Ce noyau est en vérité téléologique mais il s’articule avec le théo-ontologique. Nous sommes dans la science du Temps et de l’Etre. Celui qui vient dans le Temps est antécédent dans l’ordre de l’Etre. Mais l’Etre n’est pas l’Eternel. L’Etre se constitue avec le Temps. La formule de Jean expose en fait l’avènement des ? J’aurais pu dire des prophètes, mais peut-être faut-il parler de théophanies, qui sont des signes de Dieu, des paroles de Dieu ou des incarnations divines.

Tout ceci est bien mystérieux. Ce discours ne pourra être compris des athées. Il sera entendu d’une oreille par les agnostiques. Il sera interprété car compris par les gnostiques.

Comprendre l’Evangile n’est pas chose aisée. Les fidèles croient en Dieu mais la plupart n’entendent rien à la théologie. Ils lisent les textes au premier degré et les curés prêchant la messe racontent souvent des récits pour écoliers. Par exemple la notion d’enfants de Dieu qui infantilise les fidèles en les plaçant comme des êtres petits face au Père tout puissant. Pourtant c’est écrit dans l’Evangile cette histoire de la lumière qui a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu. L’interprétation est pourtant aisée. La lumière donne un pouvoir. Elle ne rend pas petit mais grand l’homme qui devient non pas enfant de Dieu mais plutôt engendré par Dieu ou plus exactement co-engendré, fils de la chair et du divin.

Retour à la théologie du Temps. L’avènement des théophanies se comprend avec une allégorie musicale. Une théophanie est une note de musique qui part dans deux mondes, celui des hommes et de la temporalité, celui du divin et de la supratemporalité. Il se produit une résonance dans le supratemporel, cette résonance crée celui qui précède et qui arrivera sous forme d’une nouvelle note de musique. L’histoire humaine s’entend comme une symphonie d’événements prophétiques surfant au dessus du chaos anthropique. Mais elle ne s’entend que si l’on est à l’écoute des choses du Temps.

Apocalypse signifie révélation selon l’étymologie, tout en renvoyant au dernier livre du Nouveau Testament, un texte plus qu’énigmatique livré par Jean et contenant un récit d’événements pour le moins chaotiques. Nietzsche disait qu’il faut avoir le chaos en soi pour accoucher d’une étoile. La révélation aurait-elle besoin du chaos pour transparaître dans toute sa lumière et son éclat ? Ou alors d’une longue marche dans la pénombre pour atteindre une clairière (Litchung) comme le pensait Heidegger ?

Apocalypse dans la conscience, sorte de lumière révélatrice, visions esthétiques et vérités. Seules les visions inspirées par la transcendance ont une valeur. La controverse entre Pélage et Augustin reste d’actualité mais elle est limitée. Quel est le sens de l’existence ? Je n’en sais rien mais ce sens advient suite à des événements spéciaux dans une vie ou alors des cheminements éclairés. Je sais qu’il y a une Lumière. Je ne connais pas le mode d’emploi. Peut-être que d’habiles dignitaires religieux prétendent connaître le mode d’emploi. Mais connaissent-ils la Lumière ? Ce n’est pas sûr. Bien souvent, le mode d’emploi sert à manipuler les hommes en trahissant une doctrine divine. Ainsi va la religion officielle. La science et l’idéologie officielles ne font guère mieux. Elles ne conduisent pas l’homme vers la Lumière.

Ce billet est inachevé. Mais est-ce un billet ou une esquisse de pensée théologique ? Si vous avez des témoignages et des pistes de réflexion, soyez les bienvenus. Si vous voulez aboyer contre Dieu, abstenez-vous, ça ne vous fera pas avancer d’un pouce et ça ne changera rien pour Dieu. Vous perdez votre temps. Mais sans doute est-ce le sens de votre existence que de perdre votre temps. Je ne perdrai pas le mien à vous répondre.


Moyenne des avis sur cet article :  2.47/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

39 réactions à cet article    


  • JL JL 21 décembre 2015 18:20

    Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ? C’est un mystère.


    Il ne faut pas confondre mystère et énigme.

    Nous ne savons pas s’il existe une explication rationnelle aux mystères. Le saurions nous qu’ils ne seraient plus que des énigmes.

    Les théologies, ou sciences de la foi, nient que cette question soit un mystère, et en font une énigme dont elles prétendent détenir la clé.

    Je suis athée et j’aime ce mystère, j’ai foi en ce mystère - nous n’avons pas le choix - qui n’épuisera jamais la science, aussi longtemps que l’obscurantisme n’aura pas embrumé tous les esprits.

    • L'enfoiré L’enfoiré 21 décembre 2015 19:31

      @JL,

       Idem.
       J’aime les mystères.
       Et si on en faisait un thriller policier ?
       « Les Cinq dernières minutes » avant le Big Bang...
       Qui était le responsable et surtout le coupable d’avoir fait boom plein d’énergie ?
       Il devait avoir une ceinture spéciale avec un bouton poussoir.

       

    • L'enfoiré L’enfoiré 21 décembre 2015 19:33

      Réponse :

      c’est un cas-mi-à-case.... smiley

    • L'enfoiré L’enfoiré 21 décembre 2015 19:27

      « celui qui vient après moi m’a précédé car il était avant moi ».

      C’est presque l’histoire de l’anneau de Möbius qui passe d’un état à un autre.
      « Au suivant » chantait Brel...
       

      • abcd 22 décembre 2015 10:47

        @L’enfoiré, ou alors laisser l’Ave Maria dans votre cerveau.


      • Mowgli 23 décembre 2015 07:28

        @L’enfoiré

        Je ne vois de mystère nulle part là-dedans, juste une joyeuse bande qui s’encule en couronne.


      • robin 23 décembre 2015 13:34

        @L’enfoiré :

        C’est le mystère de l’Ouroboros ou serpent qui se mange la queue : je suis l’alpha et l’oméga, le début et la fin, je suis ce que je suis : DIEU dont la meilleure approxiamtion géométrique est le cercle ou la figure qui fait le lien entre le fini (le cercle est fini dans l’espace) et l’infini de sa perfection (Pi a un nombre infini de décimales).


      • alinea alinea 21 décembre 2015 19:59

        Eh bien nous voilà prévenus !! du temps, vous en perdez rarement à nous répondre !!!
        Bon.
        « Apocalypse dans la conscience, sorte de lumière révélatrice, visions esthétiques et vérités. »
        Ceci s’appelle une illumination ; aussi bien intuition géniale et instantanée, compréhension globale et indicible. Cela amène, pour une durée indéterminée, ce que l’on peut appeler mysticisme, cette fusion avec le Grand Tout, cette adéquation à Dieu, sans le besoin d’une religion. Dieu étant en soi, il ne mérite pas de cases, mais s’impose, le cas échéant.
        Je n’y vois aucun rapport avec quelle religion que ce soit, enfin telles qu’elles nous ont été transmises.
        car il y a, d’une part la conscience, qui « explose » avec l’illumination", d’autre part la croyance qui ne décolle jamais.
        C’est curieux... j’étais en train de mûrir quelque chose sur l’amour de Dieu ; étant mécréante au possible, bien sûr cela ne sonnerait pas catholique !!!


        • soi même 21 décembre 2015 21:19

           Ce billet est inachevé., heureusement cela vous éviterais par exemple de gonfler des chevilles.

          Traduction Segond (1910)

          Traduction du Prologue de l’évangile selon Jean par Louis Segond :

          1. Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu.
          2. Elle était au commencement avec Dieu.
          3. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle.
          4. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes.
          5. La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont point reçue.
          6. Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean.
          7. Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.
          8. Il n’était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière.
          9. Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.
          10. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l’a point connue.
          11. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue.
          12. Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu
          13. lesquels sont nés non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu.
          14. Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père.
          15. – Jean lui a rendu témoignage, et s’est écrié : C’est celui dont j’ai dit : Celui qui vient après moi m’a précédé, car il était avant moi.
          16. – Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce ;
          17. car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ.
          18. Personne n’a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître.

          Apocalypse de Jean

          Edition Louis SEGOND


          Chapitre 1

          Titre et sujet du Livre

          1 Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean, 2 lequel a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ, tout ce qu’il a vu. 3 Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche.

          Message aux sept Eglises d’Asie

          4 Jean aux sept Eglises qui sont en Asie : que la grâce et la paix vous soient données de la part de celui qui est, qui était, et qui vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône, 5 et de la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, 6 et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen ! 7 Voici, il vient avec les nuées. Et tout œil le verra, même ceux qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen ! 8 Je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant.

          Vision du Fils de l’homme

          9 Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j’étais dans l’île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. 10 Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j’entendis derrière moi une voix forte, comme le son d’une trompette, 11 qui disait : Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Eglises, à Ephèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie, et à Laodicée. 12 Je me retournai pour connaître quelle était la voix qui me parlait. Et, après m’être retourné, je vis sept chandeliers d’or, 13 et, au milieu des sept chandeliers, quelqu’un qui ressemblait à un fils d’homme, vêtu d’une longue robe, et ayant une ceinture d’or sur la poitrine. 14 Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu ; 15 ses pieds étaient semblables à de l’airain ardent, comme s’il eût été embrasé dans une fournaise ; et sa voix était comme le bruit de grandes eaux. 16 Il avait dans sa main droite sept étoiles. De sa bouche sortait une épée aiguë, à deux tranchants ; et son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans sa force. 17 Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant : Ne crains point. Je suis le premier et le dernier, 18 et le vivant. J’étais mort ; et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je tiens les clefs de la mort et du séjour des morts. 19 Ecris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles, 20 le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et des sept chandeliers d’or. Les sept étoiles sont les anges des sept Eglises, et les sept chandeliers sont les sept Eglises.

          Une question subsidiaire , il y a combien de Jean dans les Évangiles ?







          • ddacoudre ddacoudre 22 décembre 2015 01:02

            bonjour dugué

            j’aime bien la théologie, celle de Luther à fini par supplanter dieu en voulant détruire tous les dieu humain que celle moyenâgeuse avait construite. en fait il donne la réponse. la foi est donné aux hommes elle existe donc quand l’homme la découvre il obtient la grâce. il reçoit donc ce qui la précédé.
            cordialement.


            • fred.foyn Le p’tit Charles 22 décembre 2015 08:02

              Certaines personnes ont la faculté de décrypter les évènements..pas beaucoup, mais il y en a...Se servir de « l’intelligence » de ces personnes pour échafauder des théories prouve simplement qu’il y a un énorme fossé de compréhension entre certains individus...Avec le temps (et la régression de l’humain ) ce fossé devient devient un abime... !


              • julius 1ER 22 décembre 2015 08:04

                 Nietzsche disait qu’il faut avoir le chaos en soi pour accoucher d’une étoile.


                et Hubert Reeves de dire que nous sommes de la poussière d’étoile.....
                on peut disserter pendant des heures ....

                Vif comme l’éclair,
                Brillant comme une étoile 
                et con comme la lune ....

                c’est bien de se gargariser avec des mots !!!!

                • gaijin gaijin 22 décembre 2015 08:07

                  "Je sais qu’il y a une Lumière. Je ne connais pas le mode d’emploi. Peut-être que d’habiles dignitaires religieux prétendent connaître le mode d’emploi. Mais connaissent-ils la Lumière ? Ce n’est pas sûr. Bien souvent, le mode d’emploi sert à manipuler les hommes en trahissant une doctrine divine. Ainsi va la religion officielle. La science et l’idéologie officielles ne font guère mieux. Elles ne conduisent pas l’homme vers la Lumière.« 
                  bien sur vu que pour trouver la lumière l’homme doit regarder en lui et pas dehors
                   » l’apocalypse maintenant "
                  oui mais ce maintenant n’est pas l’espace entre hier et demain c’est un maintenant éternel ( cad hors du temps ) il ne faut pas s’y tromper il y n’y aura pas d’apocalypse ( au sens révélation ) collective, même si peut être il y aura un temps de destruction ( je n’en sais rien ). il y a toujours eut des gens qui s’éveillaient a la Vérité a toutes les époques et la notre n’est pas différente. tout au plus la destruction peut provoquer un espace de sidération entre deux hallucinations qui soit favorable a l’éveil mais pas plus ............
                  même dieu ne peut pas faire pleuvoir dans une bassine renversée

                  joyeux noël a tous smiley


                  • howahkan howahkan Hotah 22 décembre 2015 08:53

                    @gaijin

                    Saluz y pesetas !!
                    como estas...

                    le « maintenant hors du temps » , donc hors de la pensée qui elle navigue entre passé et futur....

                    parle t’on bien là de deux énergies totalement différentes ?? dont l’une , la pensée ,n’a pas accès à l’autre , hors du temps ??
                     l’autre pouvant influencer la pensée !!

                    heureusement qu’il y a une valve de protection dans ce sens là, sinon nous aurions déjà détruit non seulement l’univers mais également l’origine ultime smiley

                    But for now , the bloody show must go on....


                  • gaijin gaijin 22 décembre 2015 12:44

                    @howahkan Hotah
                    oui ! smiley smiley
                    ( plus de détails bientôt quand je serais en vacances )


                  • Jeff Parrot Jeff Parrot 22 décembre 2015 09:20

                    AMHA, il vous avez pousse bien loin vos recherches et reflexions philosophiques, intellectuelles et scientifiques.
                    Il est peut-etre temps d’aller vivre une authentique et puissante experience spirituelle....


                    • Mowgli 23 décembre 2015 07:36

                      @Jeff Parrot
                      « vous avez pousse bien loin vos recherches et reflexions philosophiques, intellectuelles et scientifiques ».

                      Un enfant, sur son pot, s’évertuait.

                      Moralité : le petit poussait.


                    • Vipère Vipère 22 décembre 2015 13:03

                      Evangile de saint Jean (premiers versets)


                      « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu.
                      Il était avec Dieu dès le commencement ».

                      Le Verbe (Verbum, traduction du mot grec Logos) est le second aspect de la Trinité. C’est la pensée divine exprimée, la pensée créatrice.

                      On peut ajouter que le mot « arche » qui a été traduit par « au commencement » signifie aussi « un premier principe, un état primaire, la substance cosmique primordiale ».

                      Ce qui donne également à cette première phrase le sens suivant :


                      « Dans la substance primordiale se trouvait la pensée créatrice (le Verbe), et le Verbe était avec Dieu, et le Verbe était Dieu ».

                      Tout est venu à l’existence par le Verbe.

                      Tout ce qui existe dans l’univers est du Verbe. Toutes les formes matérielles sont du Verbe. Lorsque le Verbe cesse de retentir, les formes cessent d’exister et elles se désagrègent plus ou moins rapidement. Le cosmos retourne au chaos. Le corps physique retourne à la poussière.

                      En Lui était la vie, et la vie devint la lumière des hommes.

                      La vie éternelle de Dieu est dans le Verbe. Et cette vie crée des formes dans lesquelles elle se manifeste pour un temps, avant de créer d’autres formes plus évoluées. Mais pour créer, il faut savoir. C’est pourquoi le Verbe possède aussi la Sagesse. Dans l’Homme, c’est le deuxième aspect de l’Esprit triple (l’Esprit Vital) qui correspond au Verbe, et qui est la vie et la lumière des hommes.

                      Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas reçue.

                      Les ténèbres sont ici la personnalité (les véhicules de l’homme) qui n’a pas la sagesse de l’Esprit. Autrefois, l’Esprit était encore trop faible pour diriger ses véhicules, c’est pourquoi l’humanité enfantine a été guidée de l’extérieur par la Loi des religions. Mais la Bible nous dit que la Loi nous a été donnée jusqu’au Christ. Les vibrations christiques fortifient l’Esprit intérieur de l’homme et l’émancipe de la tutelle des anciennes religions. Cependant bien des hommes sont encore dans les ténèbres et ne reçoivent pas (ou ne veulent pas recevoir) la lumière de l’Esprit.

                      Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu. (1-12)

                      Ceux qui ont reçu la lumière de l’Esprit et qui se conforment aux enseignements du Christ peuvent devenir des enfants de Dieu. C’est-à-dire qu’ils peuvent obtenir la vie et la jeunesse éternelles en construisant le véhicule de la résurrection : le corps christique, ou corps de l’âme, composé des deux éthers supérieurs. Tandis que les enfants des hommes, qui restent dans les ténèbres du matérialisme et transgressent les lois de la vie, ne peuvent se manifester que dans un corps physique soumis à la souffrance, à la décrépitude et à la mort.

                       


                      L’essence de la matière est la connaissance et le pouvoir. Elle est contenue dans le Verbe qui a créé la matière. Elle est extraite et assimilée par l’Esprit Vierge.


                      Explication :

                      Nous avons vu que le Verbe possédait la sagesse (la connaissance) et le pouvoir créateur. Les formes qu’il construit sont une expression de ces qualités et elles en contiennent la quintessence.
                      L’Esprit triple (l’Ego) est une émanation de l’Esprit Vierge, une parcelle de Dieu. Au début de son évolution, il ne possède aucun pouvoir, toutes ses possibilités divines sont seulement latentes.
                      Au cours de son pèlerinage dans la matière, il travaille et expérimente dans des formes et avec des formes construites par le Verbe. Puis il extrait et assimile la quintessence de ces formes et du travail accompli grâce à elles, acquérant ainsi la connaissance et le pouvoir.


                      Texte inspiré des enseignements rosicruciens
                      légués à Max Heindel par les Frères Aînés de la Rose-Croix.

                       


                      • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 décembre 2015 13:19

                        @Vipère

                        Intéressant comme propos

                        Pour ma part, je diverge dans l’interprétation du Verbe. Je crois que la théologie s’est égarée en traduisant Verbe par Logos. Le Verbe, c’est l’Eros. Le Logos c’est l’Esprit.


                      • Sozenz 22 décembre 2015 14:10

                        @Vipère
                        Magnifique ! merci vipère .


                      • soi même 22 décembre 2015 14:17

                        @Vipère, ( Texte inspiré des enseignements rosicruciens
                        légués à Max Heindel par les Frères Aînés de la Rose-Croix. )

                        ( Max Heindel (1865-1919), de son vrai nom Carl Louis von Grasshoff, fut en 1904 le vice président de la Société Théosophique aux USA. mais suite à une crise cardiaque il démissionna. Il connaitra une deuxième crise en 1910 et mourera d’une 3ème en 1919.

                         

                        En 1905, il se déplaça en Allemagne pour rencontrer Rudolph Steiner qui dirigeait la Section allemande de la Société Théosophique et qui fondera l’Anthroposophie en 1912. 

                         

                        Max Heindel avait déja écrit quelques chapitres de "Rosicrucian Cosmo-conception« traduit en français par »Cosmogonie des Rose-Croix" et dont la première édition en 1909 fut dédiée à « son ami Rudolph Steiner » qui avait sur lui l’influence d’un « frère ainé » à qui il avait emprunté certains passages ce qui justifia plus tard des accusations de plagiat... 

                         

                        Sur la première page de sa "Cosmogonie des Rose-Croix, édition de 1974, figure la curieuse indication suivante : "Max Heindel est l’unique porte parole de la Rose-Croix fondée au 14ème siècle." 

                         

                        Une petite note précise : "ne pas confondre avec la Rose-Croix allemande du XVIIème siècle, ni avec les nombreuses associations et sectes diverses actuelles". Naturellement, celà vise en particulier l’AMORC de Spencer Lewis, mais cela met également à l’écart les sympathisants de Max Heindel de nombreuses sources rosicruciennes.

                         

                        Max Heindel avait 45 ans, il était une personnalité connue par ses responsabilités théosophes et il avait ouvert son premier centre lorsqu’il fut au contact de Spencer Lewis qui avait 20 ans de moins.

                         

                        Il semble que Harvey Spencer Lewis proposa à Max Heindel de participer à l’Amorc, ce que Max Heindel refusa, préfèrant s’investir dans la création du « Rosicrucian Fellowship » connue en France comme l’Association Rosicrucienne dont le côté strict choque parfois.

                        Ainsi, Christian Rosenkreutz n’est pas considéré comme le personnage éponyme de la Rose+Croix mais comme un personnage ayant véritablement existé et dont on perpétue l’existence astrale par la visualisation de 12 grand-maîtres entourant le tombeau de RosenKreutz.

                         

                        L’association se positionne comme un « mysticisme chrétien » et la rose-croix n’est plus l’antique croix d’or (aurae crucis) à la rose rouge (rosae rubae), mais une croix comportant une guirlande de roses.

                         

                        Les membres sont invités à suivre un végétarisme strict, même en dehors des périodes de préparation d’expériences mystiques ; de la même manière, il doivent s’abstenir de consommation alcoolisée. 

                         

                        Enfin, certains interdits comme la fréquentation de groupes ésotériques peuvent être ressentis comme une curieuse perte de libre arbitre pour qui aspire à la maîtrise. Quoique ce n’est pas tout à fait la « maîtrise » qui est visée mais un état de « disciple ».

                         

                        Du côté de Spencer Lewis, Max Heindel est décrit comme un "canal personnel", une belle formule que les rosicruciens se doivent naturellement de décoder ! )



                      • soi même 22 décembre 2015 14:30

                        En réalité Vipère ton bonhomme est un plagiaire de peut d’envergure

                        (Max Heindel avait déja écrit quelques chapitres de "Rosicrucian Cosmo-conception« traduit en français par »Cosmogonie des Rose-Croix" et dont la première édition en 1909 ? fut dédiée à « son ami Rudolph Steiner » )
                        Tu as l’air fin avec ton commentaire piraté par un bonhomme sans scrupule.

                         en voici la preuve :

                        Théosophie du Rose-Croix
                        N° de GA : 99
                        Communication :
                        Conférences
                        Traduction : Vittoz, René
                        Édition année : 1991
                        Nbre de pages : 210
                        Reliure :
                        Relié
                        Format : 12 x 18
                        Auteur(s) : Steiner, Rudolf
                        Langue originale : AllemandLa nouvelle forme de sagesse - Première conférence, 22 mai 1907

                        De l’histoire du courant rosicrucien. Christian Rose-Croix dans son action à partir de 1459. « L’éducation du genre humain » de Lessing. L’initiation de Goethe. Position du maître envers son élève dans la sagesse rosicrucienne, son rapport avec la culture spirituelle générale. Les sept aspects de la nature humaine. La tâche du Rosicrucien.

                        Les neuf parties constituantes de la nature humaine.- Deuxième conférence, 25 mai 1907

                        L’aperçu de la nature humaine. Les parties constitutives de la nature humaine et .leur transformation par le Moi. Les sept parties constitutives de l’homme, les neuf parties constitutives de l’homme.

                        Le monde élémentaire et le monde céleste. La veille, le sommeil et la mort. - Troisième conférence, 26 mai 1907

                        L’activité diurne et nocturne du corps astral. S’on rapport avec le monde physique et avec l’astralité du cosmos. Le corps astral comme bâtisseur du corps éthérique et du corps physique. Les états de l’homme après la mort. Les quatre régions du Dévachan.

                        Vers une nouvelle naissance. - Quatrième conférence, 28 mai 1907

                        La rencontre avec la chronique de l’Akasha. L’homme dans le Dévachan après la mort. La constitution du nouveau corps astral, l’édification des corps éthérique et physique nouveaux. Vision de la vie à venir.

                        La vie commune des hommes entre la mort et une nouvelle naissance. Vers une nouvelle naissance. - Cinquième conférence, 29 mai 1907

                        Les rapports d’amitié et les liens d’amour : base de vie commune des âmes dans le Dévachan. Insertion de l’homme dans le monde physique à la nouvelle naissance. La première période après la conception et la formation de l’embryon humain. L’année platonicienne. Incarnations masculines et féminines. Le Karma commun de l’homme.

                        La loi du destin. - Sixième conférence, 30 mai 1907

                        La loi du Karma, une loi cosmique générale, son action dans la vie humaine. La chronique akashique et la configuration du destin de l’homme. Effets karmiques d’une incarnation à l’autre. Démons, spectres, fantômes et esprits. La science spirituelle comme remède pour l’humanité.

                        La technique du Karma. - Septième conférence, 31 mai 1907

                        Expérience de l’âme après la mort. La loi du Karma et de l’hérédité. Effets de la loi du Karma. Loi du Karma comme stimulant. Les incarnations antérieures et le développement humain.

                        Les sept états de conscience planétaires de l’homme. - Huitième conférence, 1er juin 1907

                        Les 3 états de conscience passés, l’état de conscience présent et les 3 états de conscience futurs.

                        Evolution planétaire I. - Neuvième conférence, 2 juin 1907

                        L’incarnation saturnienne et solaire de la Terre et le développement de l’homme.

                        Evolution planétaire II. - Dixième conférence, 3 juin 1907

                        L’état lunaire de la Terre et l’homme.

                        Evolution humaine sur la Terre I. - Onzième conférence, 4 juin 1907

                        Répétition des états de Saturne, Soleil et Lune. Incarnation du Moi. Respiration. Passage par la planète Mars. La Terre et l’homme à l’époque lémurienne et atlantéenne.

                        Evolution humaine sur la Terre II. - Douzième conférence, 4 juin 1907

                        Restes et particularités de l’hérmaphrodisme. Séparation des sexes. Nos aïeux atlantéens. Les étapes de l’évolution post-atlantéenne.

                        L’avenir de l’homme. - Treizième conférence, 5 juin 1907

                        L’égoïsme vaincu. La mission de la Grande Confrérie : unifier l’humanité déchirée par une sagesse spirituelle unitaire. Transformation du corps et des lois génétiques. Les états futurs de Jupiter et de Vénus. La bonne et la mauvaise race du futur.

                        L’initiation. - Quatorzième conférence, 6 juin 1907

                        Les 7 étapes de l’initiation christique et les 7 étapes du chemin rosicrucien.



                      • Sozenz 22 décembre 2015 14:42

                        @soi même
                        on s en fiche du plagia ou pas .. ce qui est important , c est le contenu . le texte peut venir de Tartampion passant par 36 mains auparavant et alors ....


                      • soi même 22 décembre 2015 15:01

                        @Sozenz, et bien non, le problème n’est pas que cela soit la même chose , c’est qui le qui le dit ?

                        Bonne méditation. !


                      • robin 23 décembre 2015 13:37

                        @Bernard Dugué  :

                        verbe par extension c’est aussi la vibration originelle : celle qui n’a jamais cessé depuis d’agiter le vide quantique créateur


                      • cathy cathy 22 décembre 2015 14:27

                        Le livre de l’apocalypse ne s’adresse qu’aux chrétiens, donc vous allez être déçu à chercher un quelconque mystère magique. Révélations veut dire révélations, c’est seulement pour ceux qui ont donnés leurs vies à Jésus, car elles sont en relations directes avec ses élus.


                        Ce livre est très particulier car il dit au verset 2 chap 1 : Lequel a rapporté la Parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ, et tout ce qu’il a vu.

                        Ce livre vient donc directement de la Parole de Dieu le Père, cette fois ci ce n’est pas le verbe (Jésus, le verbe, fils de l’homme) 

                         celui qui vient après moi (Jésus) m’a précédé car il était avant moi (Jésus).

                        Colossiens 1.15
                        C’est lui (Jésus) qui est l’image du Dieu invisible, le premier-né de toutes les créatures.

                        • soi même 22 décembre 2015 14:56

                          @cathy ( Le livre de l’apocalypse ne s’adresse qu’aux chrétiens, donc vous allez être déçu à chercher un quelconque mystère magique. Révélations veut dire révélations, c’est seulement pour ceux qui ont donnés leurs vies à Jésus, car elles sont en relations directes avec ses élus. )

                          Je vais te décevoir, se texte s’adresse à tous et peut son à même le comprendre , mais il y a une condition très spécificatif, si vous n’avez pas la possibilité de passé du raisonnement binaire à un raisonnement ternaire , vous êtes tous simplement incapable de comprendre le texte.

                          c’est pas plus compliquez que cela, c’est pour cela , il autant de commentaire sur se texte qui son pas véritablement pertinent, la plus par du temps, c’est de la pure spéculation millénariste qui nom pas d’autre but que d’alimenté les courants sectaires chrétien protestant en autre.

                          ,


                        • webduweb 22 décembre 2015 16:26

                          Oui, ben tout cela me laisse sur ma faim. Je ne crois pas que la théologie est à invoquer pour interpréter ce livre sibyllin, qui n’a pas de valeur historique ni vraiment prophétique. Aucune prophétie ne s’est réalisée, on le sait ni en l’an mille, ni en l’an 70 en Palestine, quand le temple a été détruit et la ville incendiée... à Jérusalem. Jésus ne reviendra pas... un siècle après, on doit l’avoir souhaité renaître pour écrire le nouveau testament, mais ce sont des légendes, voyons !


                          • Neymare Neymare 22 décembre 2015 16:38

                            « celui qui vient après moi m’a précédé car il était avant moi »

                            Considérer la situation dans laquelle vous etes basiquement et scientifiquement : quel que soit votre vie, et à tout moment la situation est qu’il y a un observateur et un observé.
                            Considérons donc que ce monde est un spectacle qu’observe l’observateur. L’observateur ne se voit pas puisqu’il est accaparé par le spectacle.
                            Si on suit cette logique : le spectacle est le monde matériel. Mais celui ci comprend ce « moi » qui se considère comme observateur mais qui , on le voit, en réalité fait partie de l’observé.
                            Ce que veut dire Jean c’est que celui qui observe (Dieu ou l’ame ou le christ) a précédé « moi » qui fait partie de l’observé. Jean s’est donc rendu compte et c’est ce qu’il essaye de retranscrire, que « moi » (l’ego) n’est pas « je » puisque « je » est forcément l’observateur.
                            Pour prendre l’exemple du spectateur qui regarde le film, il est accaparé par le film et se prend pour l’un des personnages, au point de s’oublier lui meme. A un moment donné il revient à lui meme et se rend compte qu’il n’est que le spectateur. Ce simple fait de revenir à soi meme et de se rendre compte qu’on n’est que l’observateur et non le personnage observé est l’apocalypse proprement dit (la révélation)


                            • soi même 22 décembre 2015 19:20

                              @Neymare, ne vous fatiguez pas Bernard est un bobo mécréant, il suffit de voir sa photo avec son café pour comprendre qui l’inspire... !


                            • franc 23 décembre 2015 03:52

                              Il y a le Verbe et le Verbe incarné

                              le Verbe est dans le monde transcendantal et le Verbe incarné est dans le monde immanent

                              -

                              L’Eros est plutôt du côté l’Amour incarné ,la théologie catholique dit que le Christ est l’Amour incarné ou encore Jean dit dans son Evangile que Dieu est Amour . Autrement dit Eros est la projection immanente de l’Amour transcendantal ,l’ Amour divin .

                              et il faut entendre dans le principe d e l’Amour une autre notion qui est le Beau ou le Parfait ,car L’Amour c’est l’Amour du Beau ou du Parfait .l’Amour est créateur du beau comme le Beau est créateur d’amour ou encore l’Amour contient le Beau et le Beau contient l’Amour.Il ya donc équivalence entre l’ Amour et le Beau

                              -

                               

                              le Verbe tout court est la Raison créatrice et rédemptrice et Esprit de Vérité , créateur de vérité et ’amour de la vérité

                              l’emploi de l’expression Raison créatrice est plus forte en même temps que plus précise que l’expression Parole créatrice car la Raison contient en plus une notion d’ordre ou de logique ,logique bien sûr de nature divine qu’on peut appeler mathématique divine ou science divine. 

                              -

                              et le Logos est effectivement l’ ’Esprit (Saint) qui contient tout cela à la fois , l’Amour et donc le Beau ou le Parfait , et la Raison créatrice ou le Verbe

                              -

                              Souvent le Verbe est employé au sens de Logos ,assimilation qui n’est pas scandaleuse d’autant plus qu’on peut définir le Verbe comme étant à la fois Verbe-Amour et Verbe-Raison c’est à dire contenant à la fois le principe transcendantal de l’Amour et le principe transcendantal de la Raison ,par contraction Raison-Amour ,et pour cette définition ,le Verbe est alors assimilable au Logos ou Esprit-Saint


                              • franc 23 décembre 2015 05:40

                                « Jean (le baptiste ) lui rend témoignage .Il proclame :

                                 »Voici celui dont j’ai dit : lui qui vient après moi est passé devant moi, parce qu’avant moi il était « 

                                -----------------(Prologue de l’Evangile de Jean )

                                -

                                Jean le baptiste parle ainsi du Christ incarné en Jésus dans l’Evangile ,et Jean l’évangéliste qui rapporte cela assimile donc Jésus au Christ par une symbolisation totémique proto-religieuse

                                -

                                le Christ ainsi est assimilé au Verbe ou au Logos et donc appartient à l’espace transcendant et non pas seulement à l’espace immanent et donc est plongé dans le temps absolu et non pas dans le temps relatif d e l’espace immanent 

                                -

                                Dans le temps absolu ,il n’ ya pas de passé ,de présent et de futur ou plus précisément le passé ,le présent et le futur sont confondus en un point absolu ,de sorte qu’il ya plus d’ordre du temps immanent relatif ,ou d e relation d’ordre selon la logique de la raison immanente .l’Espace transcendant absolu est gouverné par la logique ou mathématique divine tandis que l’espace immanent relatif est gouverné par la logique ou mathématique immanente contenant une relation d’ordre classique définie par la mathématique humaine usuelle et formant le tissu du temps relatif en une durée du temps qui s’étale et se mesure par les nombres réels classiques qui contiennent une relation d’ordre ,l’ordre des nombres réels avec un inférieur ,un égal et un supérieur qui transposé à l’ordre du temps devient un avant ,un présent et un après. 

                                 (Remarque souvent les philosophes ou scientifiques métaphysiciens essaient plus ou moins maladroitement de définir le temps avec une certaine difficulté .

                                Bergson définit le temps comme mouvement. Mais on peut définir mathématiquement et scientifiquement le temps comme ordre et déterminisme logique tandis que philosophiquement le temps est valeur par rapport à une origine absolue )

                                -

                                Donc le temps absolu contrairement au temps relatif de l’espace immanent ne possède pas de relation d’ordre du moins d e la relation d’ordre classique de la mathématique humaine immanente,il n’ a pas d’avant ,de présent et de futur ,tout est confondu dans l’espace du temps absolu en un point absolu non discernable et non mesurable.

                                -

                                on peut essayer de comprendre et de cerner la nature de ce point absolu dans l’espace immanent en utilisant la notion de vitesse infinie . Plus un objet se déplace à une plus grande vitesse , et plus l’espace semble se rétrécir ,et si l’objet se déplace à une vitesse infinie c’est comme si l’espace se rétrécit à un point ,et si l’ objet se déplace à une vitesse infinie absolue alors c’est comme si tout l’espace ,tout l’univers se contracte en un point infiniment et asolument nulle , appelé point absolu . 

                                -

                                (remarque ,la science technologique humaine qui crée des véhicules se déplaçant à une vitesse toujours plus grande participe à l’élévation d el’homme ou au progrès en le rapprochement vers le temps absolu ,autrement dit à la contraction du temps relatif pour se rapprocher du temps absolu) 

                                -

                                 Et en ce point absolu la durée de temps de déplacement de l’objet en vitesse infinie absolue d’un point à un autre quelconque est égale au zéro absolu c’est à dire est absolument nulle ,de sorte que les durées qui séparent entre le passé ,le présent et le futur sont absolument nulles ,et c’est ainsi que le passé,le présent et le futur sont absolument confondus .

                                -

                                Et par conséquent dans le temps absolu tout être qui est dans le passé est aussi dans le temps présent et également dans le temps futur .

                                -

                                C’est pourquoi le Christ considéré comme totem christique transcendant dans l’Evangile et par là plongé dans le temps absolu a pu dire au grand scandale des juifs » Avant qu’Abraham fut je suis " et aussi qu’il était avant Jean le baptiste bien qu’il soit venu après lui, car le Christ ou le Verbe est à la fois dans le passé ,le présent et le futur dans le temps absolu projeté dans le temps immanent relatif .


                                • Neymare Neymare 23 décembre 2015 09:33

                                  @franc
                                  "Jean le baptiste parle ainsi du Christ incarné en Jésus dans l’Evangile ,et Jean l’évangéliste qui rapporte cela assimile donc Jésus au Christ par une symbolisation totémique proto-religieuse« 

                                  La phrase de JB est incompréhensible si on ne la situe pas dans le contexte, tout comme celle ci : »je dois me faire tout petit pour qu’Il puisse grandir« ou »j’ai été envoyé devant Lui«  »pour préparer le chemin« etc...
                                  Visiblement JB sait des choses qu’il est le seul à savoir et ce avant meme qu’arrive le Christ. JB sait celà car tout celà se passe dans son esprit
                                  Au départ JB est le fils de l’homme, càd le »moi« egotique. Il va »rendre droit le chemin du seigneur« , cad purifier son esprit pour qu’apparaisse sa quintessence, càd le »soi« , qui est désigné le Christ, équivalence du Bouddha
                                  JB et Jésus ne sont en fait qu’un seul et meme individu, avant et après ce que les Bouddhistes appellent la libération
                                  Ceci expliquant que les disciples de JB évidemment n’ont aucun probleme à suivre le christ, car pour eux c’est le meme personnage
                                  Donc évidemment vu du point de vu de JB (le »moi") : celui qui vient après moi (qui va remplacer le moi égotique dans mon esprit), était là avant moi (normal c’est l’Esprit éternel, le Grand Esprit)


                                • Jean Keim Jean Keim 23 décembre 2015 09:27

                                  Celui qui cherche un sens à la vie le trouve ... seulement il trouve ce qu’il cherche.


                                  Etre n’est pas une affaire de temps : « Avant qu’Abraham fût, Je Suis » (Jean 8:58)

                                  • jeanclaude 23 décembre 2015 13:58

                                    Selon Claude Tresmontant, les textes grecs des évangiles étaient précédés de fragments en hébreu.

                                    Dans ce cas « il est passé devant moi » pouvait autant avoir un sens spatial que chronologique (double sens du mot hébreu original : lephanim).

                                    dans ce cas ce passage est très prosaïque et n’a rien à voir avec « l’être et le temps ». Il veut juste dire que Jean Baptiste reconnaît que le Christ, s’il a commencé son activité de « militant religieux » chronologiquement après le sien, est, dans l’ordre d’importance (religieuse, eu égard aux concepts hébraïques) plus grande que la sienne. Ce que dit le Maître Jésus a la primauté sur ce qu’il a pu prêcher., lui, Jean le Baptiste.
                                    Tout ceci étant bien évidemment une méditation, un approfondissement de faits historiques rapportées par l’évangéliste.

                                    Dès lors toutes les interprétation moins triviales relèvent du gnosticisme et sont étrangères à la fois au christianisme et à l’athéïsme.

                                    Il en est de même de réflexions mettant l’évangile de Jean et l’Apocalypse sur le même plan. On rappelera que l’Eglise officielle a mis des décennies avant d’admettre l’Apocalypse dans le corpus du Nouveau testament. C’est bien la preuve qu’il en faisait une lecture différente.


                                    • jeanclaude 23 décembre 2015 14:04

                                      Je dois préciser :
                                      « il m’a précédé » est traduit littéralement par Tresmontant par « il est passé devant moi ».


                                        • Zip_N Zip_N 24 décembre 2015 16:59

                                          Il y a que Dugué pour mettre un livre religion dans celui de la technologie et un livre technologie dans l’espace religion. Autant parler de l’été les pieds dans la neige. Heureusement que tout le monde ne fait pas comme lui smiley

                                          « La science est pas de la science, l’impossible est possible. »

                                          Il faudrait aller mettre les citations de Dugué dans les grands auteurs ?


                                          • Zip_N Zip_N 28 décembre 2015 03:02

                                            Si l’impossible devient possible, c’est que le possible devient impossible ! Si le tout c’est le rien, le rien c’est le tout. Paradigme d’un décalage épistémologique, ce qui explique pourquoi certain peuvent passer d’un extrême à l’autre sans voir le centre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès