Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’arrivée du e-commerce inquiète les opticiens

L’arrivée du e-commerce inquiète les opticiens

Le Mondial de l’optique s’est tenu du 23 au 26 septembre à Villepinte, en Seine Saint Denis. Rendez-vous majeur et fondamental de la filière optique-lunetterie, le salon a permis à de nombreux professionnels de se rencontrer et d’évoquer toutes sortes de sujets. Une question semblait cependant revenir avec beaucoup d’insistance dans les conversations de vendeurs de lunettes : Assistera-t-on au boom de la création de site internet dans l’univers de l’optique-lunetterie ? Car si durant de nombreuses années, les opticiens se pensaient à l’abri du commerce électronique, arguant que la loi française interdisait le colportage, ils doivent aujourd’hui faire face à une réelle menace.

C’est à la suite d’une intervention de la Commission européenne que le ministère de la santé a déclaré, au printemps 2009, que la vente de lunettes sur Internet était autorisée. Depuis, le marché de la lunette est en émoi. Près d’une dizaine de sites ont déjà vu le jour sur Internet et cela n’est pas prêt de s’arrêter. La création de site internet risque ainsi de rogner peu à peu le chiffre d’affaires des magasins d’optique. Pire encore, elle pourrait mettre en danger les secteurs de l’optique et de la lunetterie qui restent avant tout des sujets de santé publique.

Un pavé dans la marre

Estimé à 5,3 milliards d’euros, le marché de l’optique-lunetterie s’avère extrêmement rentable. L’arrivée des sites internet sur le marché de l’optique-lunetterie a donc de quoi inquiéter bon nombre d’opticiens. Selon les experts, les marges perçues par les opticiens s’élèveraient à plus de 60 %, soit autant que dans l’industrie du luxe. Acheter des lunettes coûte donc cher, très cher même. Or, la Sécurité sociale ne rembourse qu’une petite partie de la somme versée. Et même si les mutuelles de santé peuvent apporter un petit complément non négligeable, c’est toujours le consommateur qui paie, même s’il le fait de façon indirect, via sa cotisation.

L’arrivée des acteurs du Web sur le marché de l’optique est d’autant plus gênante qu’elle oblige certains professionnels à plus de transparence. En effet, certains opticiens ont la fâcheuse habitude d’établir des factures en fonction des mutuelles de leurs clients. Plus celle-ci rembourse bien, plus la facture sera salée. Ils peuvent, par exemple, proposer une deuxième paire non prescrite pour maximiser le remboursement par la mutuelle. A l’inverse, les prix affiché sur les sites sont fixes et ne peuvent être adaptés. Chez les assureurs qui tentent de discipliner les opticiens, la création de site internet est donc, très bien perçue.

Un marché encore mal organisé

Une paire de lunettes ne se vend pas de la même façon qu’un ordinateur. Un opticien diplômé doit être présent lors de la vente en magasin. C’est la seule personne habilité à contrôler votre vue. Sur Internet, rien ne garantit qu’un opticien se trouve réellement derrière un site. Aujourd’hui les professionnels attendent du gouvernement, des précisions ainsi qu’une meilleure organisation du marché des lunettes correctrices sur le Web. Une fois ces précisions apportées, certaines grandes enseignes devraient se lancer dans la création de site internet.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Kalki Kalki 23 octobre 2010 13:15

    Et vous qu’est ce que vous dites de ca ?

    hxxp ://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89conomie_de_l%27abondance

    « Les robots ont volé mon travail ! : Vous pensez ne pas pouvoir être remplacé par une machine ? Détrompez-vous[5]. Les robots sont de plus en plus adroits, capables de faire un nombre croissant de tâches exigeant de la précision et de la force, et les systèmes informatiques sont de plus en plus intelligents, capables de s’attaquer aux emplois nécessitant des compétences de reconnaissance[6][7][8] et de créativité[9][10][11]. Le travail des êtres humains est encore moins cher, pour le moment, mais cette avancée technologique exerce une pression pour la baisse des salaires - et la vieille règle selon laquelle les nouvelles technologies ouvrent de nouveaux domaines de travail à l’homme ne sera pas toujours vraie. Des machines plus intelligentes, et plus capables prendront également ces emplois. »

    • zelectron zelectron 23 octobre 2010 14:20

      Les zoptichiens ? mettez des lunettes à un aveugle et vous verrez que ça ne change rien.
      Les progrès plus que notables de ces dernières années en instrumentation de mesure de la vue du quidam moyen laissent malgré tout de côté les affections et défauts rares, qui ne pourraient être que détectées par un oculiste, pardon ophtalmologiste (distingué ? ils ont changé de nom pour pouvoir facturer plus cher ?, comme tant d’autres !) .Ces ophtalmos ont des délais inouïs pour leurs consultations et parsèment le territoire au gré des vents et surtout pas des besoins des malades, assujettis, patients, sujets (rayez la ou les mentions inutiles) avec des prix et surtout des « dépassements » scandaleux. Les boutiques prenant le relai de ces professionnels inadéquats en profitent pour pratiquer des prix substantiels et surtout définissent des verres selon des critères sujets à caution (double ou triple affections non détectées, comme chez les ophtals) En tout état de cause cette incursion d’internet va peut-être assagirs les professionnels ,des bésicles pour notre plus grand bien à tous.


      • spartacus spartacus 23 octobre 2010 14:40

        La concurrence est bonne pour le pouvoir d’achat.

        Le gouvernement ne bloquera pas à nos frontières des distributeurs sur Internet.
        Ils prendrons une part de marché une clientèle et puis les opticiens classiques s’habituerons.
        Les grandes enseignes devraient se lancer dans la création de site internet.C’est bien mais les « pure-player » prendrons le marché car le net fait appel à des compétences autres, call center, logistique, stock tendu, web marketing etc..
        Néanmoins regardez le marché des basquets par exemple, il y a des clients qui n’achètes que chez Décathlon, d’autres qu’en grande surfaces, d’autres que sur Internet. Chacun y trouvera des clients.
        Mais c’est vrai ça va faire des concurrents de plus. Prévoir une baisse de CA. Mais internet ne prendra pas tout. Il y a encore des gens qui ne savent pas comment ça marche.

        • c.d.g. 23 octobre 2010 23:07

          article interessant, qui ne se complait pas dans le registre du pauvre petit [commercant] victime d un mechant [multinationale] ...

          Si je dois leur donner un conseil, c est de ne pas faire comme les major du disque et compter sur une ligne maginot legislative, meme s ils ont de bonne connection avec la classe politique.

          par contre je me demande comment ca fonctionne dans ce cas. car pour fabriquer des lunettes, il faut connaitre la correction pour chaque oeil. Vous le faite comment par internet ?
          Si vous devez malgre tout aller voir un opticien pour faire la mesure, il va vous faire payer le prix fort si vous n achetez pas les lunettes chez lui ...

          Internet est en train de revolutionner le commerce. evidement ca prend du temps, surtout dans ce type de marché ou les clients sont surtout agés et donc pas trop branché e-commerce

          Une autre évolution a attendre, c est l impact sur les villes. Si on a moins de commerce en ville, les centre ville vont changer. Et ca va faire mal a certains qui louent a prix d or les emplacements


          • pingveno 28 octobre 2010 21:47

            Rappelons quand même que jusqu’à récemment il était obligatoire de passer par l’ophtalmo pour changer de lunettes. Jusqu’à ce que le gouvernement tire parti de la pénurie de médecins qu’il a lui-même organisé avec un numerus closus trop faible pour justifier ce qui est encore probablement une entourloupe de l’Europe et de sa « concurrence libre et non faussée »...
            Avec internet les opticiens ne perdent que ce qu’ils gagnent de l’autre.

            Perso je n’aurais pas trop confiance dans le fait qu’un opticien me recommande de changer de lunettes... à condition de les prendre chez lui bien sûr.
            Tant qu’à faire les appareils de mesure ne sont pas si chers alors pourquoi ne pas faire la mesure soi-même et les apporter à l’opticien ? J’ai cru comprendre qu’on nous prépare même des nouvelles lunettes à régler soi-même avec une seringue, alors...


            • JFCAMPION JFCAMPION 29 octobre 2010 00:17

              Vous allez chez votre ophtalmologiste vous avez votre ordonnance, vous rentrez les paramètres sur un site chinois et 10 jours après vous avez vos lunettes dix fois moins chers et de bonne qualité. Les jeunes commencent à le faire. Mais attention à la contrefaçon


              • patrick61 3 août 2014 21:00

                Cela fait maintenant longtemps que l’optique en ligne s’est développé en France.

                Pour moi, le plus dure c’était au niveau de la taille car je souhaitais commander mes lunettes de vue en ligne mais on peut pas essayer concrètement la paire et donc on ne sait pas s’il est nous va bien ou pas.
                Une fois la première commande effectué, mon opticien en ligne connait ma taille et m’envoi toujours la même quand je les renouvelle.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

julien.derinut


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès