Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > Technologies > L’énergie cinétique, élément essentiel de la production (...)

L’énergie cinétique, élément essentiel de la production hydro-électrique

Rappelons d'abord la formule ec = 1/2 mv2. M c'est la masse et v la vitesse. On s'aperçoit donc qu'à masse constante, si on double la vitesse, l'énergie cinétique est multipliée par 4.

D'où l'importance de rechercher la vitesse maximum dans une chute d'eau. Quelle que soit la pente, la vitesse maximum est atteinte au bout de 800 mètres linéaires, autrement dit une chute plus longue ne produira pas plus d'électricité.

Dans le cas d'un barrage au fil de l'eau, le captage se fait en haut et les turbines sont en bas du barrage. Sur le Rhône le barrage de Génissiat a une chute de 94 mètres pour un débit de 750 m3. La puissance du barrage est de 400 MgWh. Plus bas, au barrage de Cusset, on a un débit de 1000 m3, une hauteur de chute de 12 mètres et une puissance de 75 MgWh.

Quand le débit du ou des cours d'eau est faible, on fait alors des barrages réservoirs ; l'eau est canalisée dans des conduites forcées et amenée beaucoup plus bas dans l'usine où elle est turbinée. On utilise ces barrages-lacs pour fournir de l'électricité durant les pics de consommation, l'énergie cinétique est optimisée, afin d'avoir une puissance 100 fois supérieure à ce qu'on aurait obtenu avec un barrage au fil de l'eau avec le même cours d'eau.

On peut aussi obtenir des barrages lacs de façon artificielle. On remonte l'eau par pompage durant les heures creuses et on turbine durant les heures de pointe. Les STEP présentent le très gros désavantage de consommer plus d'électricité qu'elles n'en produisent, et la masse en gravité de la colonne d'eau à remonter est tellement importante, que la pompe doit être alimentée par de la haute tension. Donc les STEP ne peuvent fonctionner qu'avec le surplus des centrales nucléaires, ce qui les condamne à terme.

Si en revanche on n'utilise plus le pompage et qu'on remonte par palier et par un autre moyen l'eau, alors la masse en gravité sera beaucoup moins importante, s'il y a 10 paliers, la masse sera divisée par 10. Cela suppose d'avoir une colonne montante différente de celle qui sert au turbinage de l'eau, on peut alors concevoir une remontée en pente douce (pour un effort plus réduit) et une pente forte à la descente afin d'avoir le maximum d'énergie cinétique avant turbinage.



Sur le même thème

Barrages privatisés ! Sarko en avait rêvé, Ségo l’a fait…
#scandale Loi de transition énergétique = privatisation des barrages hydroélectriques
Politiques répressives pour accélérer la course à l’abîme !...
Faut-il craindre la concurrence dans l'hydroélectricité ?
La démocratie représentative est-elle morte à Sivens ?


Les réactions les plus appréciées

  • Par joletaxi (---.---.---.112) 2 décembre 2011 20:02

    Revoilà cassino avec ses pompes miracles

    la puissance est purement fonction du volume d’eau et de sa hauteur de chute.
    Peu importe la pression,si vous amenez 2 fois plus d’eau à la moitiè de la hauteur, vous délivrerez la même puissance
    Quand vous remontez l’eau c’est exactement la même chose.
    Si on fait des ouvrages les plus hauts possibles, c’est qu’à volume égal turbiné, la puissance délivrée augmentera en fonction de la hauteur de chute.
    Le problème des centrales turbinage pompage, c’est qu’il faut avoir un bief en aval capable de stocker les quantités d’eau turbinée, ce qui revient à construire deux lacs de retenue.
    Le barrage de l’eau d’Heure en belgique est un bon exemple où l’on a des volumes d’eau de renouvellement très faibles, mais où l’on a des lacs de stockage en aval en fonction des quantités de courant que l’on a jugées nécessaires.
    Bien sur,au plus l’eau chute rapidement, au plus elle, acquiert de l’énergie,mais encore une fois ,ceci est fonction de la hauteur de chute et du volume qui passe dans le conduit.

    Bref, pas la peine d’accélérer, ni de freiner la puissance à l’arbre reste fonction des 2 paramètres, hauteur et volume, point à la ligne

  • Par joletaxi (---.---.---.112) 3 décembre 2011 00:13

    Cassino
     
    de grâce prenez quelques cours de mécanique, vous mélangez tout en une soupe indigeste.

    Je vous l’ai déjà dit, je ne discuterai plus avec vous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires