Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > L’ère de la mobiquité...

L’ère de la mobiquité...

bookandnetbook-jagrap.1230243355.jpg L’ère de la mobiquité a officiellement commencé (quel titre pour une fin d’année)…

Pour la première fois le nombre de laptops (portables) vendus dans le monde en un trimestre a dépassé celui des desktops (les ordinateurs de bureau).

La différence n’est pas encore grande - 38,6 M contre 38,5 - mais elle est symbolique et pourrait marquer le passage à une nouvelle étape.

iSuppli précise que la progression se doit sans doute à l’énorme succès des netbooks, ces mini-ordinateurs de la taille d’un livre, type le eeePC d’Asus (copié maintenant par la plupart des fabricants).

Ils nous permettent de faire « partout » ce qui nous importe, travail ou loisirs. Voilà pour l’ubiquité.

Mais les portables ne seraient rien sans les communications sans fil type Wifi ou 3G et bientôt Wimax. Ça c’est pour la mobilité.

Une des grosses limitations du moment provient du fait que si les machines que nous achetons sont équipées, les services d’accès que nous trouvons sont encore soit insatisfaisants (connexion inégale ou trop faible) soit beaucoup trop chers.

Beaucoup de spécialistes (et d’entreprises) se chamaillent pour savoir qu’elle est la forme (form factor qu’ils disent en anglais) qui l’emportera. Ça n’est sans doute pas la meilleure façon de poser le problème.

Il y a de la place pour de multiples compromis (puisqu’on ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre, la légèreté et une batterie increvable). Bien des combinaisons peuvent être déclinées autour de trois variables essentielles : le poids, la taille du clavier, l’autonomie. Sans oublier l’importance du style pour des objets que nous utilisons souvent en public.

Aux fabricants de proposer leurs solutions et à nous de choisir laquelle nous convient le mieux. Un des gros problèmes étant que leur offre peut augmenter mais que nos budgets tendent à rétrécir…

Précision : c’est pas vraiment grâce au Père Noël que les portables l’emportent puisqu’il s’agit des chiffres du troisième trimestre…

A propos… Joyeux Noël…


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Halman Halman 27 décembre 2008 09:54

    "Mais les portables ne seraient rien sans les communications sans fil type Wifi ou 3G et bientôt Wimax. Ça c’est pour la mobilité."

    Vision bien étriquée de l’informatique.
    Comme si avant Internet l’informatique n’existait pas.

    Les ordinateurs portables existaient, parce que le besoin s’en faisait sentir, dès les débuts de l’informatique.

    IBM lui même à décliné son fameux IBM PC de 1981 en une version portable : l’IBM P70, et encore, ce n’était pas vraiment le premier ordinateur portable.

    A l’époque Internet n’existait pas, du moins pas dans le grand public.

    Alors à quoi cela nous servait il ?

    Comme aujourd’hui, à emporter son travail et ses documents à la maison, à emporter à la campagne ses jeux et ses livres électroniques préférés.

    Je me souviens de cette époque où j’ai lu 2001 l’Odyssée de l’Espace et Une Brêve Histoire du Temps sur un Compaq Lte 286sx au Soleil à la campagne.


    Aujourd’hui, quel plaisir de les relire, même dans le bus, sur un petit IBM X60 à peine plus gros qu’un EEEPC et tellement plus puissant.

    Que de fois n’ai je pas trimballé mon petit Commodore 286 à l’époque où les logiciels du commerce étaient quasi inexistants. Brave petit pc tous gris avec son écran à cristaux liquides bleus qui m’a servi à écrire les premiers programmes de comptabilité de mon administration et les premiers logiciels d’astronomie pour grand public.

    Qu’est ce que c’est pratique de potasser ses documents Excel du boulot ou ses cours dans le bus.

    Sans avoir obligatoirement besoin de connexion Internet.

     smiley


    • surfnblue 27 décembre 2008 10:13

      A chaque fois que j’ai eu un portable (laptop) entre les mains, j’ai toujours (toujours !) regretté mon desktop, mon écran 22p wide-screen, ses performances et son confort de travail.

      Pour moi, le comble de l’horreur est un laptop sous Vista.
      Le seul intérêt que je trouve à cette combinaison est l’envie qu’elle fait naitre de tout jeter aux poubelles, de fermer son cellulaire et d’aller "se chercher un vie !"

      Le laptop, c’est comme l’iPhone : un holdup marketing.


      • Halman 27 décembre 2008 10:31

        Parce que vous n’avez pas su en trouver un de bonne qualité.

        Où parce que vous avez du mal à vous y faire.

        Dans mon hôpital nous avons intallé des ordinateurs portables et des tablettes pc dans tous les services de soins.

        Dans un poste de soins visité hier, j’en ai même trouvé 9, enfermés dans un placard, jamais chargés.

        Matériel neuf, performant, de qualité, bon affichage, rapide, réseau ultra boosté récemment.

        Mais les gens ne les utilisent pas.

        Ils se vautrent tous sur le seul desktop du poste de soins, pourtant une antiquité lente avec un écran épouvantable qui menace de lacher.

        Savez vous pourquoi ?

        Le touchpad du portable, veulent pas s’en servir. Ils veulent la souris. Bien sur la souris sur un portable qu’on trimballe dans les couloirs pour saisir les soins et les médocs.... Cherchez l’erreur...

        Décrètent qu’ils sont lents alors que quand je m’en sers devant eux ils sont plus rapide que leur vieux monstre dans un coin.

        Les tablettes, (qu’ils ont décidé d’appeler plaquettes, allez savoir pourquoi, c’est comme les scanners à mains qui sont devenus les "douchettes"), s’en servent pas, le stylet c’est trop compliqué, ils n’arrivent pas à s’en servir. Trouvent que c’est trop lent alors qu’ils appuient comme des brutes, détruisant la pointe du stylet. Je passe des journées à courir remplacer des stylets détruits par ces incapables.

        Les laptops, qu’on appelaient portables à une époque (le vocabulaire informatique aussi à ses modes curieuses), c’est comme tout, un peu d’habitude et ça fonctionne très bien.

        Ils ont mis 20 ans à apprendre à se servir d’une souris, il leur faudra encore 20 ans pour apprendre à se servir d’un touchpad et d’un stylet.

         smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès